Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

II. Approche disciplinaire

San Marcos : objets et images

Gérald Hirschhorn

Texte intégral

1Tuer l'art est ce qui me parait le plus urgent écrivait Breton à Tzara quelques jours après la publication du premier numéro de Littérature, en reprenant et les mots d'ordre des peintres fauves qui parlaient de brûler les musées, et la réflexion lancée il y a quelques cent cinquante ans par William Burger :

  • 1 Cité par Georges-Henri Rivière dans "Musées et autres collections publiques d’ethnographie", Ethno (...)

"Les musées ne sont que des cimetières de l'art, des catacombes où l'on range dans une promiscuité tumulaire les restes de ce qui a vécu [...] cité mortuaire, où des générations qui ne créent plus rien vont admirer [des] débris illustres"1.

  • 2 L'Université de San Marcos a été fondée le 12 mai 1551.
  • 3 "El Museo de Reproducciones Pictóricas", Cultura Peruana, Lima, n° 50, septembre-octobre, 1951.

2C’était ignorer volontairement qu’une œuvre d'art a une fonction dans la cité et dans la vie, que le musée a un rôle pédagogique primordial, surtout dans les pays en proie à l’analphabétisme et au sous-développement économique. C'est dans cet esprit que les autorités de la Universidad Nacional Mayor de San Marcos, mettent à profit la célébration du 400e anniversaire de sa fondation2, pour donner une ampleur particulière à cet événement en instituant un musée peu ordinaire, le Museo de Reproducciones Pictóricas, qui sera inauguré le 21 septembre 19513.

3En effet, des multiples problèmes éducatifs qui se posent à une université, celui de l’enseignement de l’art est l’un des plus difficiles à résoudre. Comment faire apprécier à l’étudiant les œuvres fondamentales pour la compréhension de l’histoire de l’art ?

4En littérature ou en science, les bibliothèques résolvent facilement ce problème, mais en architecture, sculpture ou peinture il est nécessaire de voyager dans les pays possesseurs de ces oeuvres. Or, rares sont ceux qui offrent de telles possibilités, et seul un nombre restreint d’étudiants ou d’amateurs d’art a les moyens de s’offrir de tels périples. Les nations les plus déshéritées doivent donc se contenter de livres d'art, aux reproductions en noir blanc, qui ne donnent qu’une idée très éloignée de l’original.

5C'est le cas du Pérou où, de plus, le système éducatif privilégie par dessus tout les sciences susceptibles de former rapidement des techniciens nécessaires au développement du pays :

  • 4 Alejandro Miró Quesada, Préface du catalogue inaugural, Museo de reproducciones pictóricas de la U (...)

"Un lamentable sentido materialista ha hecho que muchos conceptúen el arte como un lujo,[...] a ellos puede responderse con Ovidio: «nada es más útil al hombre que aquellas artes que no tienen utilidad»".4

6Cette réflexion amorcée va s'étendre sur quelques vingt années, de 1951 à 1970 et reposera sur trois pôles d'attraction : les Museo de Reproducciones Pictóricas, Museo de Arte y de Historia et Primer Salón de Artes Plásticas de la Universidad de San Marcos.

El Museo de Reproducciones Pictóricas

7Il n’a aucune prétention et ne cherche pas à se substituer aux expositions d’oeuvres originales. Ses fondateurs poursuivent un but : éveiller la conscience de chacun, étape intermédiaire qui permettra l’accès du plus grand nombre au développement artistique. Sa fonction est essentiellement pédagogique.

8Trois facteurs concomitants sont à l'origine de sa fondation. D'abord la découverte de nouveaux procédés de reprographie -"collotype", "phototype" "silkscreen" et "offset"-, qui donnent des reproductions d’excellente qualité, proches de la texture et des dimensions des modèles. Des circonstances historiques ensuite, avec l'arrivée au pouvoir du général Odría qui, en privilégiant sa politique d'assistance sociale, va développer le secteur éducatif et affirmer avec force que :

  • 5 Discours du 27 octobre 1947.

"la educación es la piedra angular de [su] gobierno"?5

  • 6 Il s'agit des G.U.E. "Tomás Marsano", "Melitón Carvajal", "Emilia R. de Nosiglia", "Clorinda Matto (...)

9Ne voit-on pas se construire de nombreuses Grandes Unidades Escolares, les G.U.E., comme on les appelle. En l'espace de deux ans on inaugure à tour de bras dix collèges nationaux et une université6, et 38 écoles primaires réparties sur tout le territoire. Ne célèbre-t-on pas la construction d’un nouvel édifice, siège du Ministerio de Educación Pública ?

10Troisième et dernier facteur enfin, les nouvelles résolutions de l'UNESCO. En effet, dès 1947, le Conseil International des Musées (ICOM), créé au sein de l’UNESCO, soutenait tout effort de conservation pour montrer au public le témoignage de ses racines et en présenter pédagogiquement les conclusions. Cette organisation octroyait des bourses, nommait des missions d’experts et supportait les frais d’équipements de musées, insistant sur le fait qu’ils devaient devenir des lieux de création ouverts à la fois sur les artistes et sur la vie.

11Le Pérou est loin de remplir ces conditions ; il ne possède ni les moyens financiers ni l’infrastructure le permettant. C’est pourquoi l’Université de San Marcos se tourne vers l’ICOM qui diffusait, dès 1948, du matériel pédagogique et avait créé un catalogue des meilleures reproductions existantes. La commission chargée de ce travail se composait de critiques d’art comme Jean Cassou, Conservateur en chef du Musée National d’Art Moderne de Paris, et René d’Harnancourt, Directeur du Musée d’Art Moderne de New-York, qui organisèrent les premières archives permanentes des reproductions. Ils sélectionnèrent 423 reproductions sur les deux mille reçues, et publièrent le Premier Catalogue de Reproductions en Couleurs de 1860 à 1949, dont la finalité, selon Jean Cassou, était :

  • 7 Cité par Georges-Henri Rivière, La Muséologie. Dunod, Paris, 1989, 402 p.

"de mettre la reproduction en couleurs à la disposition des travailleurs de l’art, des chercheurs, des savants, des professeurs pour qu’ils la diffusent dans les universités et écoles à tous les niveaux d’enseignement7."

12Ce catalogue eut un tel succès qu’une seconde édition se révéla vite indispensable en 1950 ; il se composait de 400 œuvres de 170 maîtres, allant du XIVe au XIXe siècle. L’UNESCO organisa alors, une série d’expositions itinérantes, dont deux furent présentées à Lima : "Desde el impresionismo hasta nuestros días" et "Pinturas anteriores a 1860".

13Face au succès sans précédent de ces manifestations, El Instituto de Arte de San Marcos conçut le projet de création d’un Museo de Reproducciones Pictóricas :

  • 8 Alejandro Miró Quesada, op. cit.

"Teniendo la Universidad por misión, no sólo formar profesionales sino también irradiar la cultura en sus distintas manifestaciones, ampliando el campo de la vida espiritual, la creación de este Museo le permitiría cumplir mejor dicha finalidad, ya que sus puertas podrían estar permanentemente abiertas para todas las personas que se interesen por el arte8."

14Cette idée rencontra l’appui effectif du Recteur de l’Université, Pedro Dulanto, ainsi que celui du Doyen de la Faculté des Lettres, Aurelio Miró Quesada Sosa et fut approuvée à l’unanimité par le Conseil Universitaire et l’ensemble des enseignants.

15San Marcos sollicita donc la coopération de l’UNESCO et des pays possédant l’héritage pictural le plus riche. Les gouvernements d’Italie, de France, de Belgique et de Hollande offrirent un nombre conséquent de reproductions. Nelson A. Rockfeller fit don de copies provenant du Musée d’Art Moderne de New-York et du Metropolitan Museum.

16L’UNESCO prêta gracieusement l’exposition "Desde el impresionismo hasta nuestros días" et permit à San Marcos d’acquérir à des conditions préférentielles, "Pinturas anteriores a 1860".

  • 9 Professeur d’histoire de l’art, passionné de théâtre, il avait contribué en 1938, à la fondation d (...)

17Dès 1951, grâce à divers dons et acquisitions, le Musée devint possesseur d’un fonds de 600 reproductions : une centaine offerte par l’UNESCO et 500 choisies par les techniciens français, italiens, anglais, hollandais, belges et nord-américains. Deux hommes furent à la base de sa réalisation : Manuel Solari S. et Siegfried Herz. Alejandro Miró Quesada Garland9 fut nommé Directeur du Museo de Reproducciones Pictóricas. Il occupa ce poste jusqu’en 1985, date à laquelle il fut remplacé par Dora Felices Alcántara, qui depuis 1972 en était sous-directrice.

  • 10 En 1972, Martha Hildebrandt, Directrice de l’Institut National de Culture sous Velasco, mit fin à (...)

18L’exposition inaugurale eut lieu dans les sous-sols de la Bibliothèque Nationale, prêtés par le Directeur Cristóbal de Lozada y Puga10. Vue l'exiguïté du lieu, seules 255 reproductions purent être exposées. Ne s’agissant ni d’une galerie, ni d’une collection particulière, mais d’un musée aux objectifs essentiellement pédagogiques, le montage fut du plus simple : accrochage selon un ordre chronologique pour permettre aux visiteurs de s’orienter et de percevoir les grandes lignes de l’évolution de la peinture. On se limita donc aux grands maîtres et aux principaux courants picturaux.

  • 11 Catalogue de l’exposition "Muestra de Pintura Española Contemporánea", Lima, octobre-novembre 1953 (...)

19A ce jour le Museo de Reproducciones Pictóricas compte quelques 1.600 reproductions de peinture, achetées ou offertes, comme en 1953, par l’Ambassade d’Espagne qui, en complément à l’exposition Pintura Contemporánea Española, fit don de 26 reproductions d’œuvres classiques allant de El Greco, Zurbarán, Goya, Maino, J. de Juanes à Vicente López11.

20Mais le Musée accueille et encourage aussi la présentation de productions originales comme celles d'élèves et de jeunes promotions de la Escuela de Bellas Artes, surtout lorsqu’elle avait pour Directeur Juan Manuel Ugarte Eléspuru. Sa Directrice s’efforce de rendre les montages attrayants : ainsi à l’occasion du 401 anniversaire de la fondation de la République Populaire de Chine, qui eut lieu dans le local du TUSM, l’exposition de peintures chinoises fut animée par deux projections journalières de films sur la peinture et les arts populaires de Chine.

21Que le public se rende au musée, voilà qui est habituel, ce qui l’est moins c’est que le Museo de Reproducciones Pictóricas rende visite aux communautés. Depuis 1970, appliquant à la lettre le mot d’ordre el Museo va a la Comunidad, il a mis au point un programme d’expositions itinérantes qui offre à un public populaire la possibilité de découvrir des œuvres picturales auxquelles il n’a jamais accès.

  • 12 Catalogue de "Exposición Ambulante de reproducciones Pictóricas, Panorama de la Pintura Occidental (...)
  • 13 Rappelons qu’au Pérou elle est divisée en un premier semestre qui va d’avril à juin et de deux tri (...)

22Déjà en 1954, Alejandro Miró Quesada G. avait envoyé à Cuzco et Arequipa un "Panorama de la Pintura Occidental" constitué d’une sélection de 55 œuvres, jugées parmi les plus représentatives de San Marcos12. Ces expositions ont lieu tout au long de l’année scolaire13, dans les Grandes Unidades Escolares, (G.U.E), dans les Bibliothèques Municipales, et dans les Instituts de Formation Professionnelle.

23Il s’agit le plus souvent d’expositions thématiques qui rendent compte de l’œuvre caractéristique d’un artiste, d’un mouvement, d’une époque, ou d’une technique. Elles ont une durée de quinze jours à trois semaines et sont présentées respectivement à Lince, El Rimac, Callao, La Victoria, Breña, Jésús María, Magdalena, Comas, Bellavista, San Martín de Porres, El Agustino, Pueblo Libre et Barranco. Parfois la tournée peut s’élargir jusqu’à Vitarte et Chosica. Elles sont gratuites, organisées de façon didactique et accompagnées d’un catalogue- deux feuillets polycopiés sur papier journal tamaño oficio- avec des notes explicatives et une analyse, précise, rédigée dans une langue soutenue.

24Huit expositions de base sont présentées au public :

  1. "El Arte Rupestre", composée de 20 œuvres s’étendant du paléolithique au néolithique.
  2. "Las Flores en el Arte", 30 œuvres qui vont de la Chine à l’Ecole de Paris.
  3. "Acuarelas de Diego Rivera", 25 fac-similés d’aquarelles peintes entre 1935 et 1940, don de l’Ambassade du Mexique.
  4. "Los Grabados de Goya", 25 fac-similés offerts par la O.E.A.
  5. "Los Caballos en el Arte", 25 œuvres qui vont des peintures rupestres des grottes de Lascaux à Picasso.
  6. "La Virgen y el Niño", 20 œuvres les plus représentatives de la Renaissance Italienne.
  7. "Los Antiguos Iconos Rusos", 32 reproductions qui montrent l’évolution de l’icône du XIII au XVII siècle, offertes par les Municipalités de Miraflores et San Borja.
  8. "El Impresionismo", 30 œuvres de Monet, Renoir, Degas, Sisley, Pissaro, Cézanne, Gauguin et Van Gogh.

25Toutefois depuis fin 1990 deux autres expositions "Pintores Universales" et "Las Pinturas Murales en el Antiguo Egipto" sont venues s’ajouter à celles existantes.

  • 14 Dora Felices Alcántara, Historia de los Salones de Artes Plásticas de la UNMSM, Lima, 1991. Cet ou (...)
  • 15 Dora Felices Alcántara, "Las exposiciones itinerantes de San Marcos en las Bibliotecas Públicas", (...)
  • 16 Ces chiffres nous ont été aimablement communiqués par Madame Dora Felices Alcántara, Directrice du(...)

26Les statistiques ci-dessous montrent qu’il y eut entre 1974 et 1989, un nombre croissant de visiteurs, le nombre maximum étant de 15.963 en 197414, toutes catégories sociales et tous secteurs confondus. L’étude des signatures permet de les diviser en deux groupes : le premier qui réunit les personnes qui souhaitent "davantage d’expositions, des expositions guidées, réalisées dans des salles appropriées" et le second qui se contente d’appréciations élogieuses des œuvres15. A partir de 1990 la chute est inquiétante : 5.378 visiteurs en 1990 et 1.067 pour 1991 avec trois expositions tournantes seulement16.

27Le tableau suivant est donné à titre de comparaison :

Musées et nombre de visiteurs

Musées et nombre de visiteurs
  • 17 Ces statistiques sont extraites de UNESCO Statistical Yearbook. Annuaire Statistique 1965, Unesco, (...)

* Nombre de musées ayant fait connaître le nombre de leurs visiteurs.17

  • 18 Cf. Organigramme en Annexes, p. 18.

28Diverses explications peuvent être avancées. D’abord le manque de personnel, deux employés seulement sont attachés au Musée ; ensuite, les difficultés économiques croissantes d’un pays et d’une université en crise. La réforme d’une administration bureaucratique qui fait que le Musée ne reçoit pratiquement aucune subvention de San Marcos : la gestion du Musée est d’autant plus complexe que depuis septembre 1984, en accord avec les derniers statuts de l’Université, il dépend de la Faculté des Lettres, ce qui est loin de le favoriser, puisque la Faculté des Lettres n’a plus accès aux centres exécutifs les plus élevés de l’université, alors que de 1971 à 1983, il dépendait directement de la Dirección de la Proyección Social, dont le Directeur était Edmundo Beteta Pacheco18. Enfin des problèmes inhérents à sa situation géographique et au terrorisme.

29Toutefois, le Museo de Reproducciones Pictóricas a pu fonctionner grâce à l’appui des Municipalités liméniennes qui, comme celle de Miraflores, ont passé un contrat particulier pour promouvoir par exemple une exposition sur le centenaire de l’impresionnisme, ou celle de San Borja qui a permis la mise en place de sept expositions différentes.

El Primer Salón de Artes Plásticas

30L’Université veut donc éduquer, certes, mais elle se doit aussi de conserver et promouvoir l’art contemporain. Or, dans un pays où les artistes foisonnent et n’ont d’autres alternatives qu’exposer à l’étranger, il est nécessaire d’en protéger le patrimoine et d’en montrer les ressources, tant il est vrai que c’est à partir de ses racines que l’on atteint à l’universel.

31Si l’idée d'ouvrir une galerie est envisagée -Lima compte en 1951 quelques rares galeries d’exposition réservées pour la plupart aux artistes étrangers, et un seul musée d’art à proprement parler, El Museo de Arte Italiano-, elle est oubliée, car les préoccupations gouvernementales sont axées sur des réalités plus immédiates et plus pragmatiques : il faut lutter contre l’analphabétisme et former des générations de techniciens capables d’être rapidement efficaces.

  • 19 Aujourd’hui, Departamento de Arte.

32On préfère opter pour un "Salon" et bien que depuis quelques années un "Concurso Nacional de Fomento a la Cultura" récompense les meilleures créations, le 21 mars 1951, San Marcos convoque un "Concurso de Pintura y Escultura Modernas del Perú entre los artistas nacionales", intitulé Primer Salón de Artes Plásticas de la Universidad de San Marcos. Il s'agit, tout en promouvant les arts plastiques, d'augmenter le fond du Museo de Bellas Artes pauvre en œuvres contemporaines. L’organisation en incombe à l’Instituto de Arte de la Facultad de Letras19 au Museo de Reproducciones Pictóricas, et au Comité de Extension Universitaria.

  • 20 Cf. Sebastián Salázar Bondy, "La reserva del espíritu," El Comercio, Lima, 11 de agosto de 1959, p (...)

33Outre le renom et la reconnaissance nationale, les gagnants recevront un prix particulièrement conséquent : 15.000 soles pour les deux premiers prix, 7.000 soles pour les seconds, les troisièmes devant se contenter de quelques 3.000 soles. Les termes mêmes du concours méritent qu'on s'y arrête. Qu'entend-on par peinture moderne ? A l'évidence il n'est pas question de tendance picturale mais de notion chronologique. Malgré les remous que provoque le choix des membres du jury -il était composé d'artistes étrangers et de figures importantes de la critique latino-américaine, comme Romero Brest-, ce concours a le mérite de permettre à de jeunes peintres ou sculpteurs d'exposer. Jusqu'à cette date, seuls les talents reconnus tels que Sérvulo Gutiérrez ou Ricardo Grau par exemple, trouvaient avec une certaine facilité des galeries prêtes à accrocher à leurs cimaises leurs peintures ou à présenter sur des socles leurs créations ; les autres devaient se contenter dans le meilleur des cas de pièces désaffectées, de couloirs d'instituts, de halls d'hôtel, voire de salles de bar20.

34Le succès est immédiat, deux cents œuvres sont présentées, quarante-six retenues et exposées dans une salle de l’Ecole des Beaux-Arts. L'éclairage et la présentation laissent à désirer. On se contente de suspendre de manière rectiligne les productions les unes à côté des autres sans recherche, pire sans goût. Si la critique s'interroge sur la notion d'art, sur les problèmes que posent figuration et abstraction, personne ne met l'accent sur l'importance de "l'accrochage" et la pauvreté de cette exhibition.

  • 21 José Flores Araoz, "El Primer Salón de Artes Plásticas de la Universidad de San Marcos, "Cultura P (...)

35Si les artistes confirmés n'y participent pas, d’autres qui avaient déjà reçu un prix n'hésitent pas à aller à l'encontre du règlement en exposant le même travail. Ainsi le sculpteur Joaquín Roca Rey et sa Cabeza Azul qui avait gagné en 1948, le prix Baltasar Gavilán. Les membres du jury semblent avoir eu un fâcheux trou de mémoire, et la presse ne manque pas de le signaler21. Quoi qu'il en soit, le Salon remplit sa fonction initiale en faisant découvrir des artistes méconnus ou peu connus. Loin du maniérisme et du pompiérisme, les tendances qui prédominent, comme nous l’a précisé Dora Felices Alcántara, sont l’abstraction, géométrique et lyrique, l’expressionnisme abstrait, le pop art et le op art. Emergent Fernando de Szyszlo, Juan Manuel Ugarte Eléspuru, Alberto Dávila et Enrique Kleiser. Aucun n'obtiendra un premier prix -un troisième prix pour Szyszlo et une mention honorable pour Dàvila-, suivant en cela la tradition établie : rarement un jury couronne un véritable talent

  • 22 Charles Baudelaire, Curiosités esthétiques, Œuvres Complètes, édition de la Pléiade, Gallimard, Pa (...)

"tant il est vrai qu'il y a dans les productions multiples de l'art quelque chose de toujours nouveau qui échappera éternellement à la règle et aux analyses de l'école! [...] Le professeur-juré, espèce de tyran-mandarin, [me] fait toujours l'effet d'un impie qui se substitue à Dieu22."

36Ce sont eux, pourtant, qui acquerront une notoriété internationale.

37Malgré l’enthousiasme populaire, il n’y eut que six Salons : en 1951, 1955, 1965, 1966, 1967 et 1968. Pourquoi cessent-ils brusquement ou n'ont-ils lieu qu'occasionnellement ? L'hypothèse des faits historiques est celle qui prévaut ici. En 1956 Manuel Prado assume la Présidence de la République et bon nombre de manifestations culturelles sont suspendues pour des raisons essentiellement économiques. La crise touche durement San Marcos. Il faut attendre une décennie et l'élection de Fernando Belaunde Terry pour que les Salón de Artes Plásticas de la Universidad de San Marcos reprennent de manière suivie. Ils cesseront après le coup d'Etat du général Velasco.

38Nombreux furent les artistes en renom qui y participèrent : Pereira, Aitor Castillo, Angel Chávez, Humareda, Cristina Gálvez, Núñez Ureta, Galdos Rivas, Venancio Shinki, Félix Oliva, Hugo Orellana et Víctor Delfín. Ainsi fut constitué un fond de 72 œuvres, comprenant onze premiers prix. Au total furent exposés 638 peintures, 116 sculptures de 248 créateurs.

El Museo de Arte y de Historia

39L’idée première d’un musée, conservatoire permanent de collections d’objets ou de documents artistiques, classés et entretenus, témoins d’une culture, considérée comme un ensemble de biens et de valeurs à un moment donné, qui doivent contribuer à l'éducation scientifique et esthétique des masses, et cultiver l'idée de la fraternité entre les peuples, bien qu’en attente, est loin d’être abandonnée.

40En quatre cent vingt ans d’existence San Marcos a accumulé dans son héritage un ensemble d’objets d’une grande valeur artistique et historique. Les collections couvrent les multiples aspects de son histoire : meubles, argenterie, peintures et sculptures d’époque Coloniale ou Républicaine, artisanat et Art Populaire, œuvres contemporaines. Remarquable est par exemple, la série complète de portraits des autorités universitaires qui, de Fray Tomás de San Martín, fondateur de San Marcos à Luis Alberto Sánchez, s’étend sans interruption jusqu’à nos jours et trace ainsi une histoire intégrale de la peinture liménienne. Ces pièces et documents étaient jusqu’alors dispersés et aucun service spécialisé n’était chargé de leur conservation.

41Le Conseil de l’Université, revient à la charge et obtient, après les créations des Museo de Arqueología y Etnología, Museo de Historia Natural, Museo de Reproducciones Pictóricas, un Museo de Arte y de Historia. Selon les propres paroles du Recteur, Juan Dios Guevara, il serait primordial

  • 23 Catalogue de La Inauguración del Museo de Arte y de Historia, U.N.M.S.M., Exposición en homenaje a (...)

"que [nuestra] Institución dispusiera de un museo dedicado a la historia cultural y artística del periodo Colonial y Republicano, en el cual, sobre la base de las reliquias de nuestra Alma Mater, pudiera realizarse una labor fructífera de recolectar, investigar y divulgar científicamente los rasgos más resaltantes y significativos de nuestra historia23."

42Si les musées universitaires ont été les derniers refuge de l’antique concept du musée clos : centre d’études replié sur lui-même et réservé à des spécialistes, aujourd’hui, dans une société en évolution et dans une université remodelée, le musée peut et doit retrouver sa fonction première : enseignement, recherche et divulgation du savoir pour la communauté.

43Le musée peut être, mieux que tout autre lieu universitaire, le lieu de contact avec l’extérieur si nécessaire à la vie universitaire. Grâce aux salles d’expositions et à ses activités didactiques, il offre à l’universitaire un champ d’action qui conduit à la synthèse et à la divulgation du savoir, au même titre que les travaux pratiques et la recherche.

44Reposant dès sa fondation sur l’aide de nombreuses personnes, de toutes conditions, le Museo de Arte y de Historia, sous la direction de Francisco Stastny s'est employé à remplir sa mission sociale, œuvrant pour que le citoyen s'identifie à son milieu naturel et humain ; le musée n'est pas que patrimoine, il est aussi développement. C’est pourquoi, lorsqu’il s’agit d’installer le Museo de Arte y de Historia dans les salles de la Casona, et de procéder à la réfection et l’aménagement des lieux, de nombreux bénévoles et entreprises commerciales ont prouvé que l’intérêt culturel passait avant les considérations économiques.

45En août 1970, le Musée ouvre ses portes en présentant une impressionnante exposition intitulée Folklore y la Pintura colonial del Perú. La plus grande partie des pièces et tableaux appartiennent à Alicia Bustamante et à Pablo Macera. Les objets d’art populaire d’Alicia Bustamante sont d’une grande qualité et ont été réunis dans les années 40, époque à laquelle les intellectuels péruviens commençaient à prendre conscience de l’intérêt de l’art et de la vie des indigènes. Quant à la collection de Pablo Macera elle place l’objet folklorique dans sa dimension historique ; avec une habileté exceptionnelle, Macera a su découvrir quelques uns des chaînons perdus du folklore et grâce à ces pièces, on commence à percevoir avec plus de clarté le déroulement de la société péruvienne.

  • 24 C'est ainsi qu'on désigne les entants âgés de 7 à 12 ans qui attaquent en bande les pasants qui os (...)

46Malgré les efforts de l’actuel Directeur, Alfonso Castrillón Vizcarra, le Museo de Arte y de Historia, n’a aucun appui institutionnel et sa fréquentation est en perte de vitesse. Si les salles d’exposition sont spacieuses et lumineuses, les parquets sont endommagés, rongés par la polilla, et souffrent des invasions périodiques de puces. Les cloîtres sont en très mauvais état et le Parque Universitario est devenu une zone dangereuse : vol à la tire des pirañas24, attaques de toutes sortes, descentes de police, attentats. Difficile dans ces conditions de drainer un public qui se satisfait de plus en plus de la facilité télévisuelle.

47Les difficultés financières et une époque peu clémente accentuent l'insuffisance des politiques de conservation et de restauration, phénomène qui est également perceptible dans les institutions plus anciennes. En effet, la conservation nécessite de plus en plus de connaissances scientifiques, de soins, d'espace et d'argent pour arrêter le processus de dégradation des objets, pour assurer leur magasinage et leur mise en valeur. Cette situation peut s'aggraver dans les pays développés, où l'on fait rarement appel à des méthodes rigoureuses de programmation. Elle est comparable dans les pays en voie de développement lorsque les inventaires sont mal tenus et que manquent les moyens nécessaires pour sauvegarder le patrimoine, dont les témoins déracinés réapparaissent dans les boutiques d'antiquaires ou dans des coffres-forts de banque. Cependant depuis que Lima a été désignée par l’UNESCO, patrimoine culturel de l’humanité, on peut espérer qu’une série d’actions seront entreprises pour sauver le peu qui reste, pour encourager l’Université de San Marcos qui ne s’est pas contentée, comme ses consœurs, d’une simple réflexion sur l’art, la muséologie ou la muséographie, mais qui a su œuvrer dans le concret. Ambitieuse malgré ses maigres fonds, elle a ouvert un département art, très actif, et s’efforce contre vents et marées, de poursuivre sa politique d’expositions dans une autonomie absolue.

48Agir par impulsion, être pressé par le temps, prendre des risques est un moteur de créativité qui permettra certainement à la prestigieuse Universidad Nacional Mayor de San Marcos d’exercer son influence dans les praxis artistiques.

49RESOLUCIÓN DE CREACIÓN DEL MUSEO DE ARTE Y DE HISTORIA DE LA UNIVERSIDAD NACIONAL MAYOR DE SAN MARCOS

50Se ha expedido la siguiente Resolución n° 30233.

51“Lima, 17 de Febrero de 1970. -CONSIDERANDO : -Que la Universidad posee un conjunto de reliquias de valor histórico y artístico que reflejan su larga historia institucional ; -Que los objetos mencionados son bienes que pertenecen al patrimonio cultural común de la Nación y que deben ser adecuadamente conservados, estudiados y dados a conocer en exhibición pública ; -Que es conveniente crear un Museo que presente la historia cultural del Perú en forma integral en sus aspectos documentales, artísticos y folklóricos, y de acuerdo a los más avanzados conceptos de la técnica museológica ; -Que es urgente estudiar y coleccionar las manifestaciones culturales, folklóricas y artísticas en el país antes que sobrevenga su extinción por efecto de los rápidos cambios sociales que están produciendo en la actualidad.

52SE RESUELVE:

  1. Crear el Museo de Arte y de Historia de UNMSM que funcionará en el Patio de Ciencias (antiguo Patio de Chicos) en las zonas aledañas en el extremo Este de la antigua Casona del Parque Universitario.
  2. Encomendar al Museo la custodia, la conservación, la exhibición y el estudio de las reliquias históricas y artísticas de propriedad de la Universidad.
  3. Encomendar al Museo como funciones específicas, además de las habituales de exhibición y divulgación, las de investigar y recolectar el acervo artístico, folklórico e histórico del país, a fin de preservar y dar a conocer la riqueza de la historia cultura y social del hombre peruano.
  4. Autorizar que se exhiban en el Museo aquellos documentos y libros antiguos del Archivo y de la Biblioteca de la Universidad, que se consideren significativos para ilustrar la historia de la Universidad y la del país. -Regístrese, comuníquese, publíquese y archívese. -(fdo.) Juan de Dios Guevara, Rector. -(filo.) Manuel Paredes Manrique, Secretario General a.i.-”25

53EXPOSICIONES TEMPORALES DEL MUSEO DE ARTE Y DE HISTORIA

  • Folklore y Arte Colonial del Perú. Lima, Agosto de 1970 ;
  • Pintura Limeña, Retratos de la Universidad de San Marcos. Lima, [s. f.] ;
  • Exposición Retrospectiva Alicia Bustamante. Homenaje a Alicia y Celia Bustamante. Lima, Enero de 1974 ;
  • Pintura Peruana Contemporánea. Arequipa, Diciembre de 1975 - Enero de 1976 ;
  • Grabados Peruanos Contemporáneos. Arequipa, Marzo-Abril de 1976 ;
  • Hogarth - Hockney. Lima, Octubre de 1976 ;
  • Arte Moderno Americano. Lima, Mayo de 1978 ;
  • Navidad e Infancia del Niño Jesús. Cerámica del Santirantikuy, Cuzco, y de Ayacucho. Lima, Diciembre 1984 - Febrero 1985 ;
  • Vidriados y Mayólicas del Perú, Epoca Colonial. Lima, Marzo de 1986 ;
  • Memorias de la Ira. Documentos de reportaje Gráfico para el derecho a la vida. Oleos de Jesús Ruiz Durand. Lima, Setiembre de 1987 ;
  • Cerámica de Carlos Runcie Tanaka. Lima, Marzo-Abril de 1988 ;
  • Mates Burilados de Cochas. Lima, Mayo-Junio 1988 ;
  • Retablos Ayacuchanos de Joaquín López Antay. Lima, Diciembre de 1988 ;
  • Jóvenes Pintores y Escultores Peruanos. Lima. Abril-Junio de 1990 ;
  • Calendario Andino : Afirmando los Ritmos de la Vida. Lima, Julio de 1990 ;
  • El Toro en el Arte Popular Andino. Lima, Febrero de 1992.

Notes

1 Cité par Georges-Henri Rivière dans "Musées et autres collections publiques d’ethnographie", Ethnologie Générale, Gallimard (Encyclopédie de la Pléiade), Paris. 1968.

2 L'Université de San Marcos a été fondée le 12 mai 1551.

3 "El Museo de Reproducciones Pictóricas", Cultura Peruana, Lima, n° 50, septembre-octobre, 1951.

4 Alejandro Miró Quesada, Préface du catalogue inaugural, Museo de reproducciones pictóricas de la U.N.M.S.M., Lima, 1951.

5 Discours du 27 octobre 1947.

6 Il s'agit des G.U.E. "Tomás Marsano", "Melitón Carvajal", "Emilia R. de Nosiglia", "Clorinda Matto de Turner", "Ricardo Bentín", "Manuel Isidoro Suárez", "Mercedes Cabello de Carbonera", "Agustín Gutiérrez" de Lima, "San Luis Gonzaga" de Ica, "Inca Garcilaso de La Vega" de Cuzco, et l'Université Nationale de Cuzco (Cultura Peruana. Lima, n° 56, setiembre-octubre 1952, consacre un article illustré, non signé, à l'œuvre de Manuel A. Odria).

7 Cité par Georges-Henri Rivière, La Muséologie. Dunod, Paris, 1989, 402 p.

8 Alejandro Miró Quesada, op. cit.

9 Professeur d’histoire de l’art, passionné de théâtre, il avait contribué en 1938, à la fondation de la Asociación de Artistas Aficionados, et en 1943, à celle de la Escuela Libre de Cultura Artística..

10 En 1972, Martha Hildebrandt, Directrice de l’Institut National de Culture sous Velasco, mit fin à l’autorisation d’occuper les locaux de la Bibliothèque Nationale. Le Museo de Reproducciones Pictóricas se trouve aujourd’hui dans la Casona du "Parque Universitario".

11 Catalogue de l’exposition "Muestra de Pintura Española Contemporánea", Lima, octobre-novembre 1953 [s.p.].

12 Catalogue de "Exposición Ambulante de reproducciones Pictóricas, Panorama de la Pintura Occidental", Cuzco-Arequipa, décembre 1954.

13 Rappelons qu’au Pérou elle est divisée en un premier semestre qui va d’avril à juin et de deux trimestres de juillet à septembre et d’octobre à décembre.

14 Dora Felices Alcántara, Historia de los Salones de Artes Plásticas de la UNMSM, Lima, 1991. Cet ouvrage est inédit. Le taux de fréquentation des expositions pour les années 1972-1973 et 1975-1986, ne nous ont pas été communiqués. Cf. tableaux en Annexes, p. 15. Ces chiffres ne sont qu’indicatifs, puisqu’ils sont établis à partir des cahiers mis à la disposition du public, qui les signe ou non.

15 Dora Felices Alcántara, "Las exposiciones itinerantes de San Marcos en las Bibliotecas Públicas", Gaceta bibliotecaria del Perú, Lima, n° 37, 1988, p. 14.

16 Ces chiffres nous ont été aimablement communiqués par Madame Dora Felices Alcántara, Directrice du Museo de Reproducciones Pictóricas de la Universidad de San Marcos.

17 Ces statistiques sont extraites de UNESCO Statistical Yearbook. Annuaire Statistique 1965, Unesco, 1966, 612 p.

18 Cf. Organigramme en Annexes, p. 18.

19 Aujourd’hui, Departamento de Arte.

20 Cf. Sebastián Salázar Bondy, "La reserva del espíritu," El Comercio, Lima, 11 de agosto de 1959, p. 2.

21 José Flores Araoz, "El Primer Salón de Artes Plásticas de la Universidad de San Marcos, "Cultura Peruana, Lima, n° 51, noviembre-diciembre de 1951.

22 Charles Baudelaire, Curiosités esthétiques, Œuvres Complètes, édition de la Pléiade, Gallimard, Paris, 1712 p.

23 Catalogue de La Inauguración del Museo de Arte y de Historia, U.N.M.S.M., Exposición en homenaje al 39° Congreso de Americanistas, Lima, août 1970, p. 3.

24 C'est ainsi qu'on désigne les entants âgés de 7 à 12 ans qui attaquent en bande les pasants qui osent s'aventurer dans les parages du Parque Universitario.

25 Catalogue de La Inauguración del Museo de Arte y de Historia, op. cit., p. 7.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Musées et nombre de visiteurs
Légende * Nombre de musées ayant fait connaître le nombre de leurs visiteurs.17
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6000/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540