Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

II. Approche disciplinaire

La création des études d'Ethnologie au Pérou

Ève-Marie Fell

Texte intégral

  • 1 Luis E. Valcárcel, Ruta cultural del Perú, (1a ed., 1945), 3a ed. Lima, Universo, 1973, p. 126.

"El gran servicio que puede prestar al Perú la etnología consistirá en la demostración de las excelsas cualidades de los cinco millones de peruanos desvalorizados por una minoría insensible, sobre la que pesa la tradición colonial hispánica como un prejuicio de superioridad racial que no logra destruir ni la trágica experiencia de nuestro tiempo. Mientras perviva ese "arianismo"de la más pura cepa nazi, mientras el blanco no modifique su actitud hacia el indio, todo plan resulta inútil, será saboteado, como lo han sido hasta hoy insidiosamente todas las leyes y reformas al pueblo aborigen"1.

1L'homme qui, en 1945, écrit ces lignes très polémiques, Luis Valcárcel, est à la veille de devenir Ministre de l'Education et de fonder à l'Université San Marcos de Lima un cursus d'études ethnologiques. Il se définit lui-même à cette époque comme "etnólogo°: especialista en el estudio del hombre", définition particulièrement inconsistante. En fait, cette personnalité déterminante pour le développement des études ethnologiques au Pérou est à l'image des intellectuels de son propre pays°: prodigieusement ignorant dans le domaine qu'il va pourtant réglementer et, pour le meilleur et pour le pire, orienter.

  • 2 Cf. sa biographie, Perú vivo, Lima, Juan Mejía Baca ed. 1966. Dans l'autobiographie qu'il rédige p (...)
  • 3 Sur cette période, cf E. M. Fell, "Indigénisme et régionalisme au Pérou°: 1909-1929", Les Langues (...)
  • 4 Cf. Perú vivo, op. cit., p. 29.
  • 5 Luis E. Valcárcel, Política Nacional Los problemas actuales, Cuzco, Impr. El Trabajo, 1916, 13 p.

2Rappelons le parcours universitaire de Valcárcel, qui est bien représentatif de ce que sont, à l'époque, les "spécialistes" péruviens des cultures natives, tel son contemporain l'archéologue Julio C. Tello, médecin de formation. Valcárcel a fait des études qu'on pourrait qualifier de pluridisciplinaires à l'Université de Cuzco2, et il fait partie de la génération du "Movimiento Estudiantil de 1909", large mouvement de protestations et de grèves estudiantines qui anticipe le mouvement de Córdoba et qui, après une année de fermeture de l'Université, obtient un complet rajeunissement de celle-ci°: renvoi de nombreux enseignants, engagement de nouveaux professeurs plus compétents, arrivée d'un recteur nord-américain, Albert Giesecke, qui va rapprocher systématiquement les études universitaires du milieu régional3. Il soutient en 1912, dans le cadre de la Faculté des Lettres de l'Université San Antonio Abad, une petite "tesis de Bachiller" consacrée à certaines divinités du panthéon incaique, dédiée à José de la Riva Agüero4. L'année suivante, il fonde une association d'historiens cuzqueños, l'Institut Historique de Cuzco. Enfin, en juillet 1916, il soutient deux thèses dites "de Jurisprudencia", l'une intitulée Del ayllu al Imperio, qui relève plutôt de l'histoire institutionnelle, l'autre intitulée Política Nacional. Los problemas actuales5, préparée sous la direction du recteur Giesecke et qui relèverait plutôt des sciences politiques. L'ensemble de ces travaux, qui ne comptent chacun que quelques pages, ne désigne certainement pas Valcárcel comme un vrai spécialiste, ni dans le domaine juridique ni dans celui des sciences sociales.

  • 6 Perú vivo, op. cit., p. 22.

3Tout aussi insaisissable sur le plan idéologique, Valcárcel se dira plus tard mariatéguiste, tout en confessant rétrospectivement de multiples errements au cours des années 20 et 30. "Pertenecí al Patronato de la Raza Indígena bajo el gobierno de Leguía, con una orientación equivocada", reconnait-il entre autres6. Son principal titre de gloire est la publication, en 1927, d'un pamphlet indigéniste et régionaliste, Tempestad en los Andes, qui parait accompagné de textes originaux de Mariátegui et de Luis Alberto Sánchez. D'un cuzqueñismo très virulent, ce petit livre représente surtout une charge cruelle contre le métis péruvien, porteur, selon l'auteur, de tous les vices. Valcárcel luimême reconnaîtra trente ans plus tard l'étendue de son ignorance et les nombreuses contusions qui encombrent alors son esprit°; il verra dans son départ pour Lima en 1930 -à l'appel de Sánchez Cerro- l'opportunité d'une révision intellectuelle et scientifique de longue haleine°:

  • 7 Revista del Museo Nacional, op. cit., p. 12. Valcárcel profite fort heureusement de nombreux voyag (...)

"Pude abandonar muchos errores, algunos tan gruesos como contundir raza y cultura, confiar en la preservación de la herencia precolombina por el aislamiento, abominar del mestizaje, etc."7.

4Ce personage sans formation réelle, et dont la seule ligne de conduite à l'époque est celle d'un régionalisme militant, est pourtant invité très jeune à s'intégrer à l'équipe rénovée des enseignants et chercheurs de l'Université de Cuzco. Dès 1917, il obtient sa première chaire, dite "de Historia del Perú e Historia del Arte Peruano". Puis, en 1923, il est appelé à créer et à diriger, sans avoir accompli le moindre stage de spécialisation, le Musée Archéologique de l'Université, poste qu'il occupe jusqu'en 1930. Enfin à l'Université San Marcos de Lima, il est nommé dans des conditions peu claires sur la chaire de "Historia Antigua del Perú", au grand dam d'historiens universitaires plus chevronnés.

5Notre but n'est pas d'accabler ici l'homme qui va indéniablement devenir la grande figure de l'Ethnologie péruvienne, mais de cerner, à travers son parcours, l'énorme retard que le Pérou a accumulé en matière d'information et de formation dans le domaine de l'Anthropologie culturelle. Le cas Valcárcel nous aide aussi à comprendre pourquoi l'Université de Cuzco est pionnière dans la création de nouveaux enseignements, confiés progressivement à des responsables mieux formés.

6Tout destine Cuzco à cette vocation précoce°: la forte prédominance de la population indigène dans la région, la présence de trésors archéologiques d'une valeur inestimable, le force d'un cuzqueñismo enraciné dans un passé prestigieux, enfin l'action déterminante du recteur Giesecke qui, au long de ses quatorze années de mandat, ne cessa d'envoyer ses étudiants découvrir, sur le terrain, les réalités du vécu populaire et indigène.

7La date qui marque le tournant décisif est celle de 1940°: un jeune diplômé de la Faculté des Lettres, Victor Navarro del Aguila, soutient une thèse d'ethnohistoire, Las tribus de Ankcu Wallock, qui tranche par la qualité de sa documentation sur l'inconsistance habituelle. Dans un compte rendu de l'époque, José Maria Arguedas présente à cette occasion un triste tableau de la production universitaire°:

  • 8 José Maria Arguedas, "Las tribus de Ankcu Wallock, de Víctor Navarro del Aguila", Huamanga, VI, n° (...)

"Generalmente en las universidades del Perú se presentan como tesis trabajos apresurados, superficiales y de escaso valor. Es inexplicable cómo en el Perú, donde hay tantos problemas de interés nacional y americano que están inquietando con su urgente necesidad de estudio y esclarecimiento, nuestros alumnos universitarios de las facultades de Letras y Derecho escogen temas académicos y de curso, agotados, sin ninguna importancia"8.

  • 9 Id., ibid.
  • 10 Seize numéros paraissent entre 1940 et 1944 et la revue obtient rapidement une grande notoriété na (...)

8Il salue dans l'oeuvre de Navarro del Aguila le premier travail documenté en matière d'histoire préincaïque et souligne qu'elle offre également "un extenso y magnífico plan de trabajos posteriores"9. Navarro del Aguila crée en 1941 la revue Waman Puma10 et il apparaît comme le seul candidat sérieux à la chaire de "Folklore y Lenguas Indígenas" que l'Université San Antonio Abad crée en 1942, à l'initiative du Professeur José Uriel García, l'auteur bien connu de El nuevo indio (1930).

  • 11 Cf. José Tamayo Herrera, Histoira del indigenismo cuzqueño. Lima, Instituto Nacional de la Cultura (...)
  • 12 Voir les détails apportés par la lettre d'Oscar Núñez del Prado à Arguedas, deux feuillets manuscr (...)
  • 13 En 1962, cette Section devient Département puis, en 1964, Faculté indépendante.

9A une époque où, dans la capitale, nul ne semble songer à fonder de nouveaux cursus, les études d'Anthropologie physique, sociale et culturelle s'organisent à Cuzco. Elles souffrent d'abord d'une compartimentation qui tient aux découpages universitaires. A la Faculté des Lettres, Navarro del Aguila enseigne le Folklore à partir de la rentrée 1943. En 1945, il crée l'Institut d'Ethnologie, de Linguistique et de Folklore, qui devient une filière de la Faculté des Lettres11. Parallèlement, à la Faculté des Sciences, des études spécialisées se développent autour de la chaire d'Anthropologie Physique. Cuzco bénéficie d'une conjoncture favorable°: entre 1937 et 1940 de nombreux chercheurs nordaméricains viennent travailler dans la zone sud. En 1942, John Rowe est recruté comme "Profesor Visitante" et il dispense des cours d'Archéologie et d'Anthropologie Sociale et Culturelle. Il fonde à la Faculté des Sciences, grâce à l'aide de la Fondation Viking Found (plus tard Wenner Grenn), la Section d'Archéologie et d'Anthropologie, confiant à partir de 1943 une chaire d'Ethnologie à son collègue John Gillin. Au départ de Rowe, Jorge Muelle le remplace et fait appel à divers anthropologues étrangers, dont Richard Schoedel et Harry Tschopik. En 1946, Navarro del Aguila est lui-même nommé à la Faculté des Sciences sur une chaire d'Ethnologie, tandis qu'il poursuit à la Faculté des Lettres son enseignement d'Ethno-histoire et de Folklore12. Les inconvénients de cette dichotomie sont évidents et en 1947 l'Archéologie et l'Anthropologie sont regroupées avec l'Histoire et le Folklore dans un département unique, intitulé "Sección de Historia y Antropología", confié à la Faculté des Lettres13.

  • 14 Cf. Efraín Morote Best, "La enseñanza del Folklore en la Universidad Nacional de Cuzco", Folklore (...)
  • 15 Le phénomène est accéléré par la mort prématurée, en 1948, de la cheville ouvrière des études ethn (...)

10Au moment où s'ébauche à Lima la première année d'un nouveau cursus, on voit que l'Université de Cuzco à déjà bénéficié de l'expérience de chercheurs étrangers de haut niveau. Elle a produit de nombreuses publications et sa spécificité s'affirme déjà dans le domaine du Folklore14. Une génération nouvelle d'enseignants et de chercheurs péruviens y a reçu une solide formation et se fera connaître au plan national°: citons entre autres Gabriel Escobar, Efraín Morote Best, Emilio Mendizábal Losack, Josafat Roel Pineda, Oscar Núfiez del Prado. Mais toute université provinciale, quel que soit son dynamisme, est menacée par l'hémorragie des chercheurs, tentés de se rapprocher des lieux de décision et de diffusion°; Cuzco ne fait pas exception à la règle, et l'avance qu'elle a réussi à prendre dans la fondation des études ethnologiques lui est peu à peu retirée par le départ des diplômés vers Lima De tous les noms cités plus haut, deux seulement s'implantent à Cuzco°: Oscar Núñez del Prado, de façon définitive, et Efraín Morote Best, qui choisira en 1959 de faire une nouvelle carrière à l'Université de Huamanga (Ayacucho). San Antonio Abad retombe dans une certaine torpeur15.

  • 16 Il passe de 42,6 millions de soles en 1944 à 111,9 millions de soles en 1946. Les fonctions minist (...)

11En 1945, la coalition du Front Démocratique National assure l'élection du Président José Luis Bustamante y Rivero. Celui-ci appelle au Ministère de l'Education, le 7 octobre 1945, Luis Valcárcel qui avait été son professeur à l'Université de Cuzco. Cette nomination se situe dans le prolongement de la campagne électorale de Bustamante°; il s'agit d'une part de faire appel à des hommes "du Sud" et pas seulement au personnel politique costeño, et d'autre part de réorienter l'effort éducatif national en direction des masses indigènes, oubliées et exclues de par leur analphabétisme de toute expression électorale. Valcárcel obtient le doublement des crédits de l'Education Nationale16 et il entreprend une oeuvre d'une remarquable cohérence. On ne saurait, en effet, comprendre la création de nouvelles filières universitaires, dont l'Ethnologie, à San Marcos sans les replacer dans un propos plus vaste que le Ministre définit ainsi°:

  • 17 Valcárcel, Ruta cultural del Perú, op. cit., p. 126.

"Un vasto plan educativo que logre el cumplimiento de un supremo anhelo: salvar para el Perú, para la América y para el mundo, a la vigorosa, paciente, activa, pacífica, tenaz y" culta "comunidad de pueblos indios"17.

  • 18 Cf. E.M. Fell, "Les Núcleos Escolares campesinos°: un échec révélateur", in L'enfant et l'adolesce (...)
  • 19 Le Musée National d'Histoire se sépare du Musée National d'Anthropologie et d'Archéologie. Il comp (...)
  • 20 Cf. Emilio Adolfo Westphalen, "El Instituto de Estudios Etnológicos", Fanal, III, n° 14, 1948, pp. (...)

12Varcárcel signe d'abord avec la Bolivie un protocole d'accord visant à promouvoir des deux côtés du lac Titicaca des écoles rurales similaires qui sont appelées "Núcleos Escolares Campesinos"18. Au Ministère de l'Education, il crée une Section de Folklore dont la responsabilité est de surveiller et de sauvegarder le folklore vivant. Il lace aussi, en 1946, une grande "Encuesta Magisterial" destinée à assurer, par l'intermédiaire des élèves et des maîtres, une collecte générale du folklore national. Il met également en place une réforme des Musées Nationaux19 qui aboutit à la création, en novembre 1945, d'une structure nouvelle de recherche en matière ethnologique°: l'Institut d'Etudes Ethnologiques, placé sous la houlette du Musée de la Culture. Cet Institut, exclusivement consacré à la recherche, emploie huit personnes à temps plein et coordonne les investigations financées presque totalement par des subsides nordaméricains. Ces recherches sont réalisées sous la responsabilité de personnalités étrangères telles que Tschopik, Gillin, Holmberg, Kubler et Simmons, et elles portent sur la Sierra Central, puis sur la côte Nord (Virú)20.

  • 21 Un peu plus tard l'Institut Français d'Etudes Andines prêtera son concours, avec des enseignements (...)

13Enfin le Ministère crée en 1945, dans le cadre de la Faculté des Lettres de l'Université San Marcos, deux instituts distincts assurant la formation scientifique et professionnelle de nouveaux chercheurs°: l'Institut d'Archéologie et l'Institut d'Ethnologie, qui ouvrent leurs portes en 1946. L'Institut d'Ethnologie, créé avec des moyens très modestes, offre aux étudiants une filière de formation de trois années spécialisées qui s'ajoutent à un premier cycle d'études littéraires de deux ans, dit "de Cultura General". Cette formation mène au titre de "Bachiller" et permet à ceux qui achèvent ensuite une thèse d'obtenir le grade de Docteur en Anthropologie. On dispose de peu d'informations sur les premières années de fontionnement de cet Institut dont la première génération de diplômes sort en 1950. On sait simplement qu'une intense pénurie d'enseignants qualifiés conduit à un cursus simplifié, reposant pour l'essentiel sur la participation des enseignants-chercheurs étrangers déjà cités21. Le plus gros problème est celui des "prácticas de campo" que les étudiants doivent effectuer au cours de la dernière année de formation. Faute de sources de financement et de personnel d'encadrement, les étudiants rédigent de courtes monographies après des séjours trop brefs sur des terrains dispersés. Valcárcel admet lui-même, à demi-mot, la faible portée de cette production lorsqu'il présente, dans une revue destinée au grand public de la capitale, le bilan des cinq premières années de la filière ethnologique°:

  • 22 L.E. Valcárcel, "Una nueva ciencia°: la etnología", Excelsior, n° 110, 1951, p. 31. Dans ses Memor (...)

"Profesores y alumnos, con un gran entendimiento y simpatía, han iniciado de esta manera, modesta pero eficazmente, el estudio del hombre y de la sociedad en el Perú, es decir el estudio fundamental de nuestra realidad peruana que no puede ser captada por mera intuición, sino por una larga e ininterrumpida serie de monografías etnológicas que comprenda el mayor número de grupos humanos. Después de quince o veinte años, podremos saber cómo es el Perú. A esa meta se dirige, confiado, el Instituto de Etnología de la Facultad de Letras de la Universidad Nacional Mayor de San Marcos"22.

  • 23 "El Dr Luis E. Valcárcel tuvo que recurrir ejemplarmente al método de perfeccionamiento autodidáct (...)
  • 24 Faisant lui-même, à usage "interne", le bilan de la recherche estudiantine en 1959, Valcárcel reco (...)
  • 25 Jorge Muelle, José Matos Mar, Teodoro Meneses, Aníbal Ismodes, P. Villar Córdoba entre autres.

14Valcárcel, qui a parfait sa formation professionnelle au contact des chercheurs étrangers venus coopérer avec le Pérou23, ne peut ignorer les insuffisances notoires de l'enseignement°: le trop petit nombre de cours portant sur le Pérou et assurés par des Péruviens, la mainmise incontournable de l'école culturaliste nord-américaine sur les esprits, la multiplication de monographies standardisées, rédigées par des étudiants insuffisamment formés24. En 1956, les Instituts d'Archéologie et d'Ethnologie fusionnent pour ne former qu'une seule filière professionnelle à deux options, mais les enseignants péruviens récemment nommés25, ne suffisent toujours pas, au bout de dix ans, à assurer un enseignement complet.

"La enseñanza de las ciencias sociales en el Perú ha alcanzado un grado aceptable de perfeccionamiento, pero no puede aún bastarse así misma",

  • 26 Cf. J.M. Arguedas, "Mesa Redonda y Seminario de Ciencias Sociales", Etnología y Arqueología, publ. (...)
  • 27 Les trois années de spécialisation sont organisées sur la base de la répétition, à des niveaux pro (...)

15telle est la conclusion d'une Table Ronde organisée pour faire le bilan des nouvelles filières de San Marcos26 et au cours de laquelle les structures pédagogiques sont passées au crible27.

  • 28 Le plan à plus long terme, très largement doté, est celui qui réunit archéologues et anthropologue (...)
  • 29 Cf. "El etnólogo no puede limitar su acción a la nonografia o al informe técnicamente perfectos, p (...)

16Pourtant, c'est bien vers la fin des années 50 que l'Institut d'Ethnologie et d'Archéologie va connaître un certain essor. Son développement était bridé par l'absence presque totale de débouchés professionnels pour les diplômés. L'arrivée massive sur le marché péruvien d'organismes de recherche, d'assistance et de développement, dotés de crédits importants (Wenner Grenn, UNESCO, Caritas, Instituto Lingüístico de Verano etc.) ouvre aux ethnologues de nouvelles perspectives d'emploi28. Sous cette pression, l'Institut se réoriente vers l'anthropologie appliquée, qui n'était pas sa perspective de départ. Valcárcel qui a toujours eu une vision très pragmatique des recherches ethnologiques29 et qui est alors Directeur de l'Institut et Doyen de la Faculté des Lettres, n'hésite pas à lancer l'institution dans la politique à la mode, dite "de intervención participante". Celle-ci permet en effet d'attirer un plus grand nombre d'étudiants et de leur donner accès à des stages de terrain qui se transforment souvent en emplois de longue durée. L'Institut s'engage dans divers programmes dont il n'a en fait ni la maîtrise scientifique (celle-ci reste liée aux fonds d'origine étrangère alloués au programme), ni la maîtrise administrative que le gouvernement tient à garder. Valcárcel justifie ainsi son point de vue°:

  • 30 Valcárcel, "Etnología y Arqueología" op. cit., p. 81. Il est d'ailleurs très attentif à ce que les (...)

"Otras imperiosas exigencias ampliaron nuestro radio de acción para emprender investigaciones de gran envergadura como la de los barrios marginales de Lima o como la participación en los proyectos de Antropología Aplicada (Vicos, Puno-Tambopata). No podíamos negar nuestro concurso cuando se demandaba las luces del antropólogo. Tales compromisos, ineludibles desde un punto de vista de deber patriótico, han desviado nuestra orientación primitiva. Ya no nos limitamos a una monografía de una pequeña comunidad (...), sino que intervenimos en los planes de Ayuda Técnica que requieren un despliegue mucho mayor de conocimientos (...). No podemos prescindir de la obligación de ayudar a los grupos más desfavorecidos, asesorándolos en el proceso de su desarrollo"30.

  • 31 Sur Vicos, cf. E. M. Fell, José Maria Arguedas et la culture nationale dans le Pérou contemporain (...)
  • 32 Sur ces changements lexicaux, leurs enjeux et les discussions qu'ils provoquent, cf. E. M. Fell, J (...)

17La critique de cette période d'anthropologie appliquée à outrance, avec des programmes d'assistance dépourvus de préoccupation scientifique, n'est plus à faire. Le programme Perú-Cornell appliqué au fundo Vicos, racheté a la Beneficencia Pública pour y expérimenter des méthodes actives de changements culturels, constitue sans doute un des meilleurs exemples des errements de l'époque31. Parallèlement, l'ensemble de la communauté ethnologique s'oriente vers une négation de la culture autochtone qui se traduit par des virages lexicaux révélateurs°: pour une longue période, on ne parlera plus d'indigènes au Pérou -ni même de mestizos, d'ailleurs- mais uniquement de paysans, plus ou moins "modernisés", qu'il s'agit d'intégrer, vaille que vaille, au modèle occidental. Ce changement de vocabulaire parle de lui-même32. Par ailleurs, on constate le drainage des énergies et des fonds vers des actions collectives lourdes, qui laissent totalement démunie la recherche fondamentale. La simple collecte des traditions orales, par exemple, apparaît alors superfétatoire puisqu'elle n'apporte rien à la marche forcée vers le développement et la modernité qui constitue l'urgence de l'époque. Un autre exemple montre bien les effets pernicieux de la direction que prend alors l'anthropologie culturelle°: en 1956, dans une étude fondatrice°: "Puquio, una cultura en proceso de cambio", Arguedas oriente sa recherche vers les religions indigènes locales et la survivance des mythes. Or on constate qu'il faudra attendre plus de dix ans, c'est à dire l'effet des traductions des ouvrages de Mircea Eliade et de Claude Lévi-Strauss, pour que d'autres chercheurs s'orientent à leur tour dans cette voie féconde. Les ethnologues péruviens ont ainsi laissé passer un temps précieux, ce qui se traduit par la disparition de pans entiers de la culture orale. Mais sans doute sur tous ces points le Pérou ne fait-il que suivre une évolution commune aux divers pays latinoaméricains.

  • 33 "No existen facilidades de ninguna clase para la investigación. Los fondos destinados por las univ (...)

18Pour conclure, on peut se référer au bilan des études d'Ethnologie au Pérou tel qu'il est dressé en 1967 par quatre spécialistes°: José Matos Mar, Guillermo Lumbreras, Mario Vásquez et José María Arguedas, bilan élaboré dans le cadre d'un colloque organisé à Vienne par la Fondation Wenner Grenn. Les participants ont dû répondre à un questionnaire préalable, ce qui nous permet de cerner la situation du cursus à San Marcos, sous le titre nouveau de "Departamento de Antropología". Selon les réponses, qui varient un peu, il y aurait dans ce Département de douze à dix-sept enseignants et de 52 à 56 étudiants. Les anthropologues consultés déplorent unanimement l'inexistence de fonds publics attribués à la recherche fondamentale33. Trois sur quatre dénoncent la faible qualité des cours et l'insuffisance de la formation des enseignants. L'un d'eux est particulièrement critique°:

  • 34 J.M. Arguedas, ibid., p. 169.

"La Facultad otorga títulos de Bachiller y Doctor en Antropología; formalmente, el nivel de la enseñanza es avanzado, pero creo que sólo llena el nivel elemental. Ninguno de los profesores ha obtenido una formación completa a nivel avanzado, pues no ha logrado seguir un curso pleno en alguna Universidad europea o norteamericana (...). Creo que el nivel de la enseñanza de la antropología en la Facultad de Letras de la Universidad de San Marcos es medio, y elemental en las universidades de Huamanga y Cuzco"34.

19Tous sont d'accord sur la nécessité d'engager encore au Pérou des professeurs étrangers de bon niveau et de créer des bourses spéciales permettant d'envoyer les meilleurs diplômés parfaire leur formation en Europe ou aux Etats Unis. L'Ethnologie comme filière d'enseignement et de recherche est loin d'avoir conquis son autonomie nationale au bout de vingt ans. Enfin, un recentrage favorable à la recherche fondamentale est réclamé, surtout pour la zone andine où une "modernisation" accélérée efface jour après jour un patrimoine oral millénaire°:

  • 35 Ibid., p. 171.

"Verdaderos universos de conocimientos, de explicación de las características de la naturaleza humana y del mundo, de sus relaciones y hazañas, se están perdiendo irremisiblemente en el cambio social que se produce por la combinación de factores de presión y espontáneos"35.

  • 36 Carlos Ivan Degregori, "Ocaso y replanteamiento del problema indígena", in Indigenismo, clases soc (...)

20Le bilan de cette première étape est donc assez négatif°; certes, quelques individualités brillantes émergent des Départements d'Anthropologie de San Marcos, de Cuzco ou de Huamanga, mais dans le pays tout converge pour brider l'essor d'authentiques recherches scientifiques°: l'intérêt immédiat des diplômés en quête d'emploi, l'orientation des plans de recherche appliquée et d'assistance financés par les Etats Unis, la politique d'uniformisation socio-culturelle à moindre coût que l'Etat péruvien cherche à promouvoir. Certains n'hésiteront pas, comme Carlos Iván Degregori, à remettre en question le rôle ambigu joué par les nouvelles filières ethnologiques au cours de cette période fondatrice°: celle-ci n'auraient-elles pas servi, sans s'en rendre compte, de garant scientifique et de paravent national à de vastes politiques de changement accéléré de valeurs au bénéfice de l'impérialisme nord-américain ?36.

Notes

1 Luis E. Valcárcel, Ruta cultural del Perú, (1a ed., 1945), 3a ed. Lima, Universo, 1973, p. 126.

2 Cf. sa biographie, Perú vivo, Lima, Juan Mejía Baca ed. 1966. Dans l'autobiographie qu'il rédige pour la Revista del Museo Nacional, il se présente même comme n'ayant aucun titre universitaire, cf. Revista del Museo Nacional, vol. XXXI, 1962, p. 10. Le seul diplôme professionnel que possède Valcárcel est celui d'avocat, charge qu'il exerce à Cuzco une dizaine d'années.

3 Sur cette période, cf E. M. Fell, "Indigénisme et régionalisme au Pérou°: 1909-1929", Les Langues Modernes, vol. LXXI, n° 1-2, 1977, pp. 100-109.

4 Cf. Perú vivo, op. cit., p. 29.

5 Luis E. Valcárcel, Política Nacional Los problemas actuales, Cuzco, Impr. El Trabajo, 1916, 13 p.

6 Perú vivo, op. cit., p. 22.

7 Revista del Museo Nacional, op. cit., p. 12. Valcárcel profite fort heureusement de nombreux voyages à l'étranger et de contacts avec des scientifiques de haut niveau pour s'auto-former. Par exemple, en 1937 il dirige le pavillon péruvien de l'Exposition Internationale de Paris°; ce sera l'occasion de longs échanges avec Paul Rivet. En 1937 et en 1941 il réside aux Etat Unis, où il se lie avec Boas, Malinowski, Ruth Benedict, Linton. Gillin etc. cf. Memorias, Lima. Instituto de Estudios Peruanos, 1981, pp. 315-320.

8 José Maria Arguedas, "Las tribus de Ankcu Wallock, de Víctor Navarro del Aguila", Huamanga, VI, n° 30 25.IV.1940, p. 56.

9 Id., ibid.

10 Seize numéros paraissent entre 1940 et 1944 et la revue obtient rapidement une grande notoriété nationale et internationale.

11 Cf. José Tamayo Herrera, Histoira del indigenismo cuzqueño. Lima, Instituto Nacional de la Cultura, pp. 300-310.

12 Voir les détails apportés par la lettre d'Oscar Núñez del Prado à Arguedas, deux feuillets manuscrits en date du 31 août 1954, Archives du Musée de la Culture. Lima.

13 En 1962, cette Section devient Département puis, en 1964, Faculté indépendante.

14 Cf. Efraín Morote Best, "La enseñanza del Folklore en la Universidad Nacional de Cuzco", Folklore Americano, IIΙ, n° 3, nov. 1955, pp. 233-248. Il souligne qu'à partir de 1952 des chaires dites "de investigación" sont créées à San Antonio Abad en Anthropologie Physique, Archéologie, Ethnologie et Folklore. La dominante, en matière de production scientifique cuzqueña reste le Folklore. Faute d'espace, nous n'évoquerons pas ici les longues polémiques des années 50 sur le contenu exact des chaires et des recherches dites "folkloriques" et/ou "ethnologiques".

15 Le phénomène est accéléré par la mort prématurée, en 1948, de la cheville ouvrière des études ethnologiques et ethno-historiques de Cuzco, Navarro del Aguila. Sur le rôle de Morote Best à Cuzco, voir Nicole Fourtané, "La revue Tradición (Cuzco 1950-1958)", América. Cahiers du CRICCAL, Vol. 9-10, 1992, pp. 259-271.

16 Il passe de 42,6 millions de soles en 1944 à 111,9 millions de soles en 1946. Les fonctions ministérielles de Valcárcel prennent fin le 12 janvier 1947.

17 Valcárcel, Ruta cultural del Perú, op. cit., p. 126.

18 Cf. E.M. Fell, "Les Núcleos Escolares campesinos°: un échec révélateur", in L'enfant et l'adolescent dans les pays andins, Actes du VIe colloque AFERPA, Grenoble, Impr. de l'Université, 1984, pp. 102-117.

19 Le Musée National d'Histoire se sépare du Musée National d'Anthropologie et d'Archéologie. Il comprend désormais le Musée d'Histoire, le Musée d'Art Italien, et le Musée de la Culture Péruvienne dont dépendent deux instituts de recherche : l'Institut d'Art Péruvien et l'Institut d'Etudes Ethnologiques, dont le fondateur est Jorge Muelle.

20 Cf. Emilio Adolfo Westphalen, "El Instituto de Estudios Etnológicos", Fanal, III, n° 14, 1948, pp. 12-13.

21 Un peu plus tard l'Institut Français d'Etudes Andines prêtera son concours, avec des enseignements assurés entre autres par F. Bourricaud et Jehan Vellard.

22 L.E. Valcárcel, "Una nueva ciencia°: la etnología", Excelsior, n° 110, 1951, p. 31. Dans ses Memorias, il exprime ses regrets sur l'orientation prise à cette époque et l'attribue à la pénurie de fonds publics (op. cit., p. 364).

23 "El Dr Luis E. Valcárcel tuvo que recurrir ejemplarmente al método de perfeccionamiento autodidáctico (...). Dedicado principalmente a la etnohistoria, fundador del Instituto de esta ciencia en la Universidad de San Marcos, Valcárcel foe depurando sus conocimientos antropológicos, que ningún profesor le impartió", J. M. Arguedas y H. Bonilla Mayta, "Bibliografía de los treinta tomos de la Revista del Museo Nacional", Revista del Museo Nacional, vol. XXX, 1961, p. 397.

24 Faisant lui-même, à usage "interne", le bilan de la recherche estudiantine en 1959, Valcárcel reconnaît une tendance excessivement "etnográfica", cf. "Etnología y Arqueología", Cuadernos del Centro de Estudiantines de Antropología, I, n° 4, mars 1959, p. 81.

25 Jorge Muelle, José Matos Mar, Teodoro Meneses, Aníbal Ismodes, P. Villar Córdoba entre autres.

26 Cf. J.M. Arguedas, "Mesa Redonda y Seminario de Ciencias Sociales", Etnología y Arqueología, publ. del Instituto de Etnología y Arqueología, n° 1, p. 239.

27 Les trois années de spécialisation sont organisées sur la base de la répétition, à des niveaux progressifs, des mêmes disciplines°: Ethnologie générale, Arquéologie générale, Histoire de la Culture quechua, sociologie. En troisième année s'ajoutent un cours d'Anthropologie physique et le travail de terrain en vue de l'élaboration de la "tesis de Bachiller".

28 Le plan à plus long terme, très largement doté, est celui qui réunit archéologues et anthropologues sur la vallée Virú. Y participent des spécialistes du Smithsonian Institute, de l'American Museum of Natural History, du Fild Museum de Chicago, des Universités de Columbia et Yale, des boursiers Guggenheim°; du côté péruvien la direction est confiée à Jorge Muelle, Julio C. Tello et Jorge Zevallos, sans compter les nombreux emplois subalternes, scientifiques, techniques ou non qualifiés, que le projet induit.

29 Cf. "El etnólogo no puede limitar su acción a la nonografia o al informe técnicamente perfectos, pero sin alma, sin calor de humanidad, sin conclusiones socialmente útiles", Ruta cultural del Perú, op. cit., p. 125.

30 Valcárcel, "Etnología y Arqueología" op. cit., p. 81. Il est d'ailleurs très attentif à ce que les conventions signées avec des institutions nord-américaines obligent toujours celles-ci à employer des "auxiliares peruanos".

31 Sur Vicos, cf. E. M. Fell, José Maria Arguedas et la culture nationale dans le Pérou contemporain (1939-1969), Lille, Atelier Nal. de Repr. des Thèses, 1982, pp. 406-414. Soulignons que dès le début, deux ethnologues chevronnés émettent des doutes sur les objectifs réels du plan Vicos et sur la "modernisation" recherchée°; cf. les déclarations de John Murra et d'Arguedas in Etnología y Arqueología, op. cit., pp. 257-261.

32 Sur ces changements lexicaux, leurs enjeux et les discussions qu'ils provoquent, cf. E. M. Fell, José Maria Arguedas, op. cit., pp. 392-403.

33 "No existen facilidades de ninguna clase para la investigación. Los fondos destinados por las universidades para este fin son insignificantes, apenas hacen posibles prácticas inconclusas de los estudiantes", Anuario Indigenista, Vol. XXVII, décembre 1967, p. 169.

34 J.M. Arguedas, ibid., p. 169.

35 Ibid., p. 171.

36 Carlos Ivan Degregori, "Ocaso y replanteamiento del problema indígena", in Indigenismo, clases sociales y problema nacional, Lima, Ed. Celats, 1978, p. 236.

Auteur

Université de TOURS

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540