Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

II. Approche disciplinaire

L'introduction de la Sociologie dans l'Université espagnole à la fin du XIXe siècle

Jean-Louis Guereña

Texte intégral

  • 1 L'enseignement des Sciences Sociales. Etat actuel de cet enseignement dans les divers pays du mond (...)
  • 2 Le premier Congrès de l'Enseignement des Sciences Sociales. Compte rendu des séances et texte des (...)

1Cherchant à dresser, à l'occasion de l'Exposition Universelle de 1900 et des multiples rencontres scientifiques tenues alors à Paris (le troisième Congrès international de l'enseignement supérieur, le premier Congrès international de l'enseignement des sciences sociales, le Congrès international de Sociologie, le Congrès International de l'Education Sociale, le Congrès des Sciences Politiques...), un bilan de l'enseignement des sciences sociales, Henri Hauser, le secrétaire général adjoint du Congrès de l'Enseignement des Sciences Sociales, pouvait alors signaler que "l'Espagne, si peu avancée, il y a quelques années, en matière d'enseignement supérieur, a fait récemment, dans le champ qui nous occupe, des progrès notables"1. Et de citer, en premier lieu, la chaire de Sociologie créée à la Faculté des Lettres de Madrid en 1899, et qu'allait occuper Manuel Sales y Ferré jusqu'à sa mort en 1910. A titre de comparaison, il convient de noter que le premier cours de Sociologie de Durkheim, professant alors à l'Université de Bordeaux, date de 1887, et celui de Sumner Maine, à l'Université de Yale, de 18722. Avec quelque temps de retard sur d'autres pays plus avancés, l'Université espagnole était-elle donc capable d'intégrer les innovations, de se renouveler en acceptant une nouvelle discipline, et sous quels facteurs ? Pourtant, strictement corsetée par le pouvoir central, l'Université demeurait à la fin du XIXe siècle un champ clos, de faible niveau scientifique, et avait besoin de profondes réformes. L'introduction de la Sociologie comme discipline universitaire allait-elle représenter un premier pas vers cette direction ? Sous quelles modalités et dans quelles conditions s'opérait-t-elle ?

Les origines de l'enseignement de la Sociologie

  • 3 A. Jiménez-Landi, La Institución Libre de Enseñanza. I. Los orígenes, Madrid, Taurus, 1973, 863 p.
  • 4 F. Villacorta Baños, El Ateneo Científico, Literario y Artístico de Madrid (1885-1912), Madrid, C. (...)

2C'est à deux institutions non officielles, mais d'importance cruciale pour l'histoire intellectuelle espagnole des XIXe et XXe siècles, que l'on doit les premiers enseignements de Sociologie en tant que telle, dès les années 80 : l'Institution Libre d'Enseignement (Institución Libre de Enseñanza), creuset du renouvellement pédagogique et bien au-delà ferment du renouveau de la société espagnole3, et l'Athénée de Madrid (Ateneo Científico, Literario y Artístico de Madrid), espace clé de la sociabilité culturelle et politique madrilène4.

  • 5 Julián Besteiro, "El estudio de la Sociología en la 2a enseñanza", Boletín de la Institución Libre (...)
  • 6 H. Gíner, Programas de Biología y Antropología, Málaga, Imprenta de la Revista Andalucía, 27 p. Vo (...)
  • 7 "El Congreso antropológico de París", Boletín de la Institución Libre de Enseñanza, Madrid, t. II, (...)
  • 8 "Sobre el carácter educador intuitivo y enciclopédico de la enseñanza", Ibid., t. IV, n° 87, 1880, (...)
  • 9 Congreso Nacional Pedagógico. Actas de las sesiones celebradas. Discursos pronunciados y Memorias (...)

3La Sociologie se trouve en effet incluse à partir de 1881 dans le plan d'études secondaires de l'Institution Libre d'Enseignement5, où dès sa fondation en 1877 Hermenegildo Giner de los Ríos y enseigne l'Anthropologie Sociale, discipline aux confins de la Sociologie6. Son frère Francisco, fondateur de l'Institution, avançait d'ailleurs que "la Sociologie n'est qu'une partie de l'Anthropologie -l'Anthropologie, si nous pouvons dire, de l'homme social"7, et, ouvrant l'année scolaire 1880-1881, pouvait déclarer avec fierté que seule l'Institution "a peut-être complété le caractère encyclopédique de l'enseignement primaire et secondaire, avec l'anthropologie..., les sciences sociales, l'art"8. En 1882, dans une intervention au Congrès National Pédagogique, l'institutionniste José Lledó se déclarait même partisan de l'enseignement de la Sociologie dès l'école primaire, "en montrant à l'enfant la société où il vit depuis la plus proche, la société de ses camarades"9.

  • 10 Vicente Colorado, Fundamentos de la Sociología. Memoria leída en el Ateneo de Madrid, en la sesión (...)
  • 11 P. de Azcárate, Gumersindo de Azcárate. Estudio biográfico documental. Semblanza, Epistolario, Esc (...)
  • 12 Ateneo Científico, Literario y Artístico de Madrid, Escuela de Estudios Superiores. Curso de 1897 (...)
  • 13 Il y était inscrit avec le n° 3.748 depuis 1877 (Ateneo Científico, Literario y Artístico de Madri (...)
  • 14 Escuela de Estudios Superiores. Curso de 1897 a 1898, op. cit., 1897, pp. 15-16.
  • 15 Ateneo Científico, Literario y Artístico de Madrid, Escuela de Estudios Superiores. Curso de 1898 (...)
  • 16 Escuela de Estudios Superiores. Curso de 1900 a 1901, op. cit., pp. 60-73, Boletín de la Instituci (...)

4La même année, l'Ateneo Científico, Literario y Artístico organisait un cours sur les "Fondements de la Sociologie"10, et en 1887 Gumersindo de Azcárate y prononçait deux conférences sur "L'organisme social"11. Mais c'est surtout à la fin de la décennie suivante à partir de 1896 que l'Ateneo de Madrid incluait la Sociologie dans les enseignements de son Ecole d'Etudes Supérieures fondée cette année-là. Azcàrate y proposait une "Introduction à l'étude de la Sociologie" en 21 leçons devant 243 élèves12. L'année suivante, juste avant sa venue à l'Université de Madrid, Manuel Sales y Ferré, naturellement membre de l'Athénée13, consacrait cinq leçons à des "Etudes de Sociologie" ("Genèse de la Sociologie", "La Biologie et la Sociologie", "La Psychologie et la Sociologie", "L'Histoire et la Sociologie", et "Classification des sociétés")14, qu'il poursuivait en 1898, 1899, et 190015. Pour sa part, Azcárate soumettait en 1900 un "Plan de sociologie", publié également en français par l'Institut International de Sociologie16.

  • 17 Ministerio de Fomento, Real Decreto de 16 de Septiembre de 1894 sobre Reforma de la segunda enseña (...)
  • 18 Décrets du 4-XI-l 894, Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1894, pp. 765-766.

5En profitant de ce mouvement, la première tentative officielle d'inclure un enseignement de Sociologie eut lieu en septembre 1894 avec la réforme des études secondaires publiée par Alejandro Groizard y Gómez de la Serna, Ministre de Fomento de Sagasta et en charge donc de l'Instruction publique17. Nommé en mars, il démissionna en novembre 1894, et fut remplacé par Joaquin López Puigcerver, en passant aux Affaires Etrangères, toujours sous le turno liberal18. Jumelée avec les "Sciences éthiques" dans la Section des Sciences Morales, la Sociologie devait être enseignée en deuxième année du cycle d'études préparatoires, et ce sous une forme bien entendu élémentaire :

  • 19 "Real Decreto de 16 de septiembre de 1894 reorganizando los estudios correspondientes a la segunda (...)

"Deberá comprender esta asignatura el estudio muy elemental del principio religioso, moral, jurídico y económico, la evolución de los mismos en la vida social, y las instituciones que los encarnan; todo con un pronunciado sentido de mera exposición en forma sencilla, y guardando los respetos debidos a los dogmas de la Religión del Estado"19.

6Bien que le décret prit soin de ne pas heurter de front la hiérarchie catholique, celle-ci, tout comme les conservateurs, protesta immédiatement contre cette réforme qui n'eut d'ailleurs pas le temps d'être mise en place. Même les parents d'élèves donnèrent de la voix :

  • 20 Crítica del Plan de estudios del Sr. Groizard por la Comisión ejecutica central de padres de estud (...)

"Una asignatura que no existe en ninguna facultad, que no es preparatoria de ningún otro conocimiento superior, sino resumen y compendio de muchos, ¿hay razón para exigirla en el grado de bachiller como estudio preliminar? ¿A dónde se va por este camino?... Nos figuramos que a producir eruditos a la violeta"20.

  • 21 Anuario Legislativo de Instrucción Publica, 1895, p. 65. La Chambre ne sera pourtant dissoute que (...)
  • 22 "Real decreto de 12 de Julio de 1895 reorganizando los estudios de segunda enseñanza", Ibid., 1895 (...)
  • 23 La Instrucción Pública en España. Discursos y notas, Salamanca, Est. Tip. de Ramón Esteban. 1897, (...)

7Face à cette opposition généralisée, le nouveau Ministère présidé par Cánovas del Castillo à partir de mars 1895 (le ministre conservateur de Fomento Alberto Bosch Fustegueras remplaçait López Puigcerver le 23 mars21) s'empressa de déroger le décret Groizard dès le 12 Juillet22. N'avaient plus leur place que la Psychologie, la Logique, et la Philosophie morale. Pourtant dans son discours devant la Chambre des Députés du 10 mai 1895 Groizard tentait encore de faire taire les critiques, sans faire d'ailleurs allusion à la Sociologie23.

  • 24 Rafael Altamira, "L'enseignement des Sciences Sociales en Espagne", Le premier Congrès de l'Enseig (...)
  • 25 R. Altamira, La enseñanza de la historia, 2e éd., Madrid, Librería de Victoriano Suárez, 1895 (1e (...)
  • 26 A. Posada, Discurso leído en el solemne acto de la apertura del curso académico de 1884 a 1885 en (...)
  • 27 Aramburu, Buylla, Sela, Posada, Altamira, "Ecole pratique d'études juridiques et sociales à Oviedo (...)
  • 28 Adolfo A. Buylla y G. Allegre, Programa de Elementos de Economía política y Estadística, Oviedo, I (...)
  • 29 Op. cit., 1903, p. 287.
  • 30 Op. cit., 1901, pp. 116-117.

8Il semble d'autre part que la même année un projet de réforme de la Faculté de Droit envisageait de créer un cours de Sociologie, qui y aurait trouvé sa place plus naturellement qu'au Lycée24. Et des voix s'élevaient pour demander une réforme des études universitaires littéraires incluant la Sociologie25. Mais sans doute était-ce encore trop tôt. Quoi qu'il en soit, c'est du côté de la Faculté de Droit que la situation évoluait le plus26. A l'Université d'Oviedo surtout, intense foyer de renouveau, Adolfo Posada, Adolfo Buylla, et Rafael Altamira notamment (le "Groupe d'Oviedo"), avaient fondé une Ecole pratique d'Etudes Juridiques et Sociales27, et y donnaient des enseignements de type sociologique, même s'ils n'en portaient pas officiellement le nom, comme ceux de Posada ou de Buylla28. "Il est vrai d'ajouter, remarquait H. Hauser29, qu'à la Faculté de droit, à Madrid comme à Salamanque et à Oviedo, les cours de philosophie du droit, de législation comparée, de droit politique, de droit criminel, d'économie politique traitent le plus souvent de matières sociales". "Mais, observait pour sa part Altamira30, (...) ce sont plutôt des manières d'envisager les sujets, des méthodes suivies par la libre initiative des professeurs, que des enseignements consacrés par le programme officiel".

  • 31 Pierre Jobit, Les éducateurs de l'Espagne contemporaine. I. Les Krausistes, Paris-Bordeaux, E. de (...)
  • 32 Jesús Tobio, "Bibliografía de traducciones españolas de obras sociológicas y sociales publicadas d (...)
  • 33 Juan Francisco Fornies Casais, "Fuentes impresas para el estudio de la cuestión social en España e (...)
  • 34 A. Posada, "Nuestro programa", Revista de Derecho y de Sociología, Madrid, t. I, n° 1, 15-I-1895, (...)

9La Sociologie commençait toutefois à occuper le terrain scientifique en cette fin de siècle, sous l'influence des krausistes31. Les traductions d'ouvrages sociologiques étrangers en particulier se multipliaient32, et la "question sociale" commençait à passer au premier plan33. Cette même année 1895 voyait par exemple la publication du premier -et malheureusement unique- volume de la Revue de Droit et de Sociologie, à l'initiative d'Adolfo Posada34 :

"Aspiramos a condensar en una publicación independiente el movimiento jurídico y social de España y del extranjero. Nuestro propósito es fundar una REVISTA de carácter ante todo científico, que refleje cuanto entre nosotros se trabaja en el Derecho y en las ciencias sociales y que sirva de órgano de comunicación con el mundo culto".

10Déjà en partie présente à l'Université, grâce au dynamisme de certains enseignants, la Sociologie semblait alors en mesure d'entrer par la grande porte, d'être reconnue et enseignée en tant que telle.

La première chaire de Sociologie (1898-1899)

  • 35 Jerónimo Becker, Los estudios geográficos en España (Ensayo de una historia de la Geografía), Madr (...)
  • 36 "Reglamento para el régimen interior del Ministerio de Instrucción pública y Bellas Artes", l-VI-1 (...)
  • 37 J.-L. Guereña, "Les institutions du culturel. Politiques éducatives", Chapitre IV de 1900 en Espag (...)

11La conjoncture de 1898, à la suite du "désastre" colonial, allait être davantage porteuse pour la réforme universitaire et l'introduction de disciplines nouvelles telles que la Sociologie ou la Géographie (en 1901 fut ainsi créée une chaire de "Géographie politique et descriptive"35). La formation d'un Ministère spécifique d'Instruction Publique en 1900 (bien que la Direction Générale de l'Enseignement Supérieur ne voie le jour qu'en 1925, et que jusque là les Universités soient rattachées aux Lycées dans une même section sur les quatre existantes lors de la fondation du Ministère36), et les réformes des diverses facultés menées par les ministres García Alix et Romanones en 1900-1901 semblaient signaler la volonté de l'Etat de s'engager dans l'application d'une politique éducative nouvelle que réclamaient d'importants secteurs de l'opinion publique après la crise de 189837. Mais, hyper centralisée et ankylosée, l'Université restait très largement au début du XXe siècle un bastion fermé aux idées nouvelles, sans prise réelle sur la société, malgré l'effort de quelques universitaires soucieux du développement des missions universitaires et de la projection de l'Université.

12Le lien établi officiellement entre la Sociologie et la Réforme Sociale, terrain d'entente du pouvoir politique et des intellectuels, allait favoriser bien entendu cette reconnaissance universitaire de la Sociologie :

  • 38 Antonio García Alix, Disposiciones dictadas para la reorganización de la enseñanza. 26 Abril a 30 (...)

"Cada época tiene sus necesidades, cada tiempo sus exigencias. Planteado en nuestros días el problema social, constituyendo con fundada razón la preocupación de todos los países y de todos los Gobiernos, se hacia preciso, como parte de la Facultad de Derecho, establecer otra Sección en la que, con la amplitud necesaria, se estudien aquellas materias y se adquieran aquellos conocimientos que constituyen lo que bien puede llamarse Ciencias sociales"38.

  • 39 Juan del Nido y Segalerva, Historia política y parlamentaria del Excmo. Sr. D. Práxedes Mateo Saga (...)

13Et les choses allaient certes bouger relativement vite, pour ce qui était de la Sociologie tout au moins, bien que le cadre prévu par les autorités était trop limité pour permettre un réel renouvellement de l'Université. La Loi de finances pour 1898, à la base de la réforme, allait être discutée pendant le turno liberal, peu avant la signature du Traité de Paris du 13 août. Práxedes Mateo Sagasta, le leader libéral, fut en effet nommé Président du Conseil des Ministres le 4 octobre 1897 (jusqu'au 18 mai 1898), et un deuxième ministère fut constitué sous sa présidence le 18 mai 1898 jusqu'au 4 mars 1899, début de la présidence de Francisco Silvela39.

  • 40 Proyectos de Ley de Presupuestos generales del Estado para el año económico de 1898-99 y de otras (...)
  • 41 "Proyecto de ley, aprobado definitivamente, acerca del articulado de los presupuestos generales de (...)
  • 42 "Para preparar local adecuado en un edificio del Estado a las dependencias de un Instituto de biol (...)

14Le projet de budget avait été présenté le 26 avril par le Ministre des Finances40. Paru le 20 juin, le Projet de loi de finances41, enregistrait positivement les voeux exprimés lors de la discussion parlementaire, notamment la proposition et l'intervention de Genaro Alas, le frère du romancier Clarín, lors de la discussion du chapitre 10 (Personnel de l'Enseignement Supérieur) du budget du Ministère de Fomento42 :

  • 43 Diario de las Sesiones de Corles, Madrid, n° 35, 2-VI-1898, p. 1038. Le chapitre 10 se montait à 3 (...)

"(...) Yo tengo esperanza que si el Sr. Ministro de Fomento atiende a ella (la enmienda), como espero, de un modo o de otro, dentro de algunos años habrá una verdadera renovación en estos estudios de la ciencia española. Y entonces, en esa construcción, los obreros españoles habrán puesto su mano, no en el andamio, sino en la construcción definitiva del edificio, y en él quedarán las huellas y el nombre de los españoles. Y no ocurrirá, como ahora, que esa huella y ese nombre no aparecen en parte alguna"43.

  • 44 Voir par exemple les propositions lancées par R. Altamira dès 1891 et rappelées en 1895 dans la 2e (...)

15La réforme universitaire attendue depuis longtemps44, était enfin sur la sellette. Et pour contribuer au renouveau universitaire, il était en particulier prévu de créer de nouvelles chaires :

  • 45 Projet de loi du 20 juin (op. cit., p. 4), et Loi du 28 Juin 1898 ("Ley sancionada por S. M. relat (...)

"Se autoriza al Ministro de Fomento para los fines siguientes:
(...) 6° Reorganizar la Facultad de Ciencias y la Facultad de Filosofía y Letras, dando a los trabajos de experimentación los medios necesarios para que sus resultados respondan a lo que la ciencia moderna de ellos demanda.
7° Estudiar el aumento de algunas cátedras, de acuerdo con las indicaciones a este propósito hechas en las Cortes, y dedicar a las reformas y atenciones que quedan expresadas aquellos recursos de que crea conveniente usar (...)"45.

  • 46 "Real decreto reformando la facultad de Filosofía y Letras", 30-IX-1898, Anuario Legislativo de In (...)
  • 47 Ibid., 1898, p. 51.
  • 48 Ibid., 1898, p. 255.

16Peu de temps après, la réforme de la Faculté des Lettres (Facultad de Filosofía y Letras) commença à être mise en route par le Décret du 30 Septembre 189846, signé par le Ministre de Fomento de l'époque, Germán Gamazo y Calvo. Déjà Ministre de Fomento du 9 janvier au 13 octobre 1883, sous la présidence de Sagasta, Gamazo fut ensuite Ministre d'Outremer du 27 octobre 1885 au 10 octobre 1886, puis des Finances du 11 décembre 1892 au 12 mars 1894. Il fut de nouveau nommé Ministre de Fomento le 18 Mai 189847, toujours sous la présidence de Sagasta. Mais il démissionna de son poste le 22 Octobre 189848, par suite de tensions avec Sagasta, et formera un nouveau groupe politique qui, après sa mort, adhèrera au parti conservateur.

  • 49 José Luis Peset, "El Real Consejo de Instrucción Pública", Historia y actualidad de la Universidad (...)
  • 50 Actas del Consejo de Instrucción Pública (Comisión Permanente), Séances du 26 et du 27-IX-1898 (A. (...)

17Gamazo ne consulta le Conseil de l'Instruction Publique49, sur cette réforme que le 26 Septembre, soit quelques jours seulement avant la publication du décret50. Lors de la discussion, le 27, les conseillers d'Instruction publique montrèrent leur accord sur l'ensemble de la réforme, tout en proposant quelques modifications. Ainsi si Eduardo Vincenti appuyait "la chaire de Sociologie pour que s'y condensent les études historiques, source de la critique et de la recherche", Felipe Sánchez Román remarquait que "la Sociologie peut être intégrée dans l'Histoire de la Philosophie".

18Entre autres mesures, et conformément aux dispositions budgétaires votées par l'Assemblée, le décret du 30 Septembre envisageait la création de deux nouvelles chaires à l'Université Centrale de Madrid, dont l'une de Sociologie, discipline au contour encore mal défini, affectée à la Faculté des Lettres, et ce dans le cadre du seul doctorat d'Histoire, pour des raisons idéologiques et financières inavouées (la Faculté des Lettres comprenait alors quatre branches : Etudes linguistiques, littéraires, historiques, et philosophiques) :

"Como remate y coronamiento de los estudios históricos, siéntese en esta Facultad la falta de Sociología, que considera a las sociedades a modo de organismos regidos por leyes propias, y cuya utilidad evidencian la claridad que vierte sobre el campo de la Historia, la disciplina que presta al entendimiento para las exposiciones sintéticas y el fundamento que suministra a las ciencias sociales.

  • 51 Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1898, pp. 196-197. Voir art. 1, p. 198.

Para ello, ya que no fuese posible, sin recargar imprudentemente la tarea de los alumnos, introducir estos estudios en el período de la Licenciatura, se les ha dado asiento en el del Doctorado. En él la enseñanza tiene una finalidad más elevada y transcendente"51.

  • 52 Gaceta de Madrid, CCXXXVII, n° 295, 22-X-1898, p. 344. Le 22, Gamazo était précisément remplacé pr (...)
  • 53 Ley de Instrucción Pública, 9-IX-1857, Madrid, Imprenta Nacional, art. 226-227, p. 59, "Reglamento (...)
  • 54 Art. 11-1, Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1894, p. 504.
  • 55 "Real decreto reformando la facultad de Filosofía y Letras", 30-IX-1898, Ibid., 1898, p. 200.

19Pourquoi l'Histoire ? Pourquoi seulement le Doctorat ? Le cadre dans lequel était introduit la Sociologie était donc plutôt limité, ce que confirmaient les modalités de recrutement du nouveau poste créé. La nouvelle chaire de Sociologie, publiée par décret du 18 octobre 189852, devait en effet être pourvue non par concours (oposición), comme c'était la pratique habituelle pour les recrutements, mais sur dossier (concurso de mérito), possibilité certes offerte par les textes officiels53, "parmi les Professeurs des Universités titulaires d'une chaire d'Histoire ou de Métaphysique". Il s'agissait donc d'une modalité particulière de recrutement (concurso especial), logique pour cette nouvelle chaire. Instance consultative centrale habilitée à se prononcer sur les candidatures déposées, selon le décret du 23 juillet 189454, le Conseil d'Instruction Publique devait en outre donner préférence au professeur "qui ait déjà publié des livres sur la nouvelle matière ou réalisé des études sociologiques connues et importantes"55.

  • 56 "He de advertir que la Cátedra de Economía del señor Buylla es una cátedra de verdadera economía s (...)
  • 57 Madrid, Librería de Fernando Fe, 1884, 155 p. Voir Juan Montañés Rodríguez, Urbano González Serran (...)

20Ne pouvaient donc postuler à cette nouvelle chaire les Professeurs de la Faculté de Droit, dont certains, tels Posada ou Buylla56, mais pas seulement, pouvaient à juste titre se considérer sociologues. Citons aussi Gumersindo de Azcárate, Professeur de Législation comparée à l'Université de Madrid, dont nous avons déjà signalé les cours de Sociologie à l'Athénée de Madrid, ou Urbano González Serrano, Docteur en Philosophie, Professeur de Métaphysique, Logique et Ethique au Lycée San Isidro de Madrid, et auteur de La Sociología científica57, qui ne pouvaient non plus poser leur candidature.

  • 58 Voir H. Hauser, op. cit., 1903, pp. 430-431.
  • 59 Boletín del Instituto de Reformas Sociales, Madrid, I, n° l, Juillet 1904, pp. 7-8.
  • 60 Mi viaje a América (Libro de documentos), Madrid, Librería General de Victoriano Suárez, 1911, XV- (...)
  • 61 Rafael Altamira 1866-1951, Alicante, Instituto de Estudios "Juan Gil-Albert", 1987, pp. 131-150.
  • 62 Par exemple : Fernando de Castro, Resumen de Historia de España. Obra de texto para uso de los ins (...)
  • 63 Voir lettre de Giner à G. de Azcárate, 16-IV-1875, in P. de Azcárate (Ed.), La cuestión univcersit (...)

21Y avait-il eu manoeuvres ou résistances des juristes à intégrer officiellement les sciences sociales, résistances qui semblent générales58 ? Et qui visait-on à éliminer ? Posada et Buylla quittèrent Oviedo pour Madrid en 1904 pour occuper des présidences de section du tout récent Institut des Réformes Sociales, l'ancêtre du Ministère du Travail59, et Altamira, après son voyage américain60, devint Inspecteur Général puis chargé d'occuper la première Direction Générale de l'Enseignement Primaire créée en janvier 191161. Il était en tout cas clair qu'en dehors de la Faculté de Droit le seul à pouvoir se prétendre sociologue, et à avoir publié des ouvrages de Sociologie, était Sales y Ferré, alors professeur d'Histoire Universelle à l'Université de Séville. Un concours taillé sur mesure pour ce partisan déclaré du krausisme et de Fernando de Castro ? Exécuteur testamentaire de Fernando de Castro, dont il compléta quelques ouvrages62, Sales protesta en effet contre les dispositions d'Orovio en 1875, mais ne fut pas alors sanctionné63.

  • 64 Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1899, p. 35.

22Pour le Ministère (le 10 février 1899, Sagasta cessait de s'occuper personnellement du Ministère de Fomento, que Vicente Romero Girón, également Ministre d'Outremer, prenait en charge jusqu'au changement de majorité de mars64) et le Conseil d'Instruction Publique, tout en prenant parti pour une certaine conception de la sociologie, il s'agissait surtout d'éviter de se couper définitivement des secteurs conservateurs et catholiques, pour qui la Sociologie conservait une odeur de soufre positiviste et naturaliste.

  • 65 Rapport de la Commission Permanente du Conseil d'Instruction Publique, 16-II-1899 (A.M.E.C., dossi (...)
  • 66 Conception critiquée peu après par José España Lledo, Filosofía. Nociones de Sociología, Madrid, L (...)
  • 67 A.M.E.C., dossier n° 5381-39. Sales envoya sa lettre de candidature le 31 octobre 1898, soit moins (...)
  • 68 Escalafón general de los catedráticos de las Universidades del Reino en 1° de Enero de 1895, Madri (...)
  • 69 Ibid., 1895, pp. 40-41, n° 303.
  • 70 Il a été auparavant professeur de l'Université de La Havane (Escalafón general de los catedráticos (...)
  • 71 Escalafón de los catedráticos de las Universidades en 1895, op. cit., pp. 24-25, n° 131. Voir José (...)
  • 72 Escalafón de los catedráticos de las Universidades en 1895, op. cit., pp. 46-47, n° 364.
  • 73 Professeur auxiliaire depuis le 30 septembre 1872, et titulaire depuis le 15 juin 1875 (Ibid., pp. (...)

23Le Conseil d'Instruction Publique définissait alors la Sociologie comme une "science philosophico-historique qui trouve dans la métaphysique la raison et les lois des collectivités humaines et apprend de l'histoire l'évolution de ces organismes"65. C'était donc au nom d'une certaine conception de la Sociologie, à la fois mécaniciste et évolutioniste, proche donc du Krausisme et de Sales66, que le Conseil allait se prononcer sur les dossiers soumis à son examen. Sept professeurs, trois d'Histoire Universelle et quatre de Métaphysique, déposèrent un dossier auprès du Ministère dans les délais requis67 : Mariano Amador y Andreu, professeur de Métaphysique à l'Université de Salamanque depuis le 1er septembre 189468 ; Eduardo Ibarra y Rodríguez, professeur d'Histoire Universelle à l'Université de Saragosse depuis le 22 décembre 188869 ; Pedro María López y Martínez, professeur de Métaphysique à l'Université de Valence70 ; Juan M. Ortí y Lara, professeur de Métaphysique à l'Université de Madrid depuis 187671 ; Manuel Sales y Ferré, professeur d'Histoire Universelle de l'Université de Séville ; Manuel Sanz Benito, professeur de Métaphysique à l'Université de Valladolid depuis le 22 mars 189372 ; et Santiago Sebastián Martínez y González, professeur d'Histoire Universelle de l'Université de Salamanque73.

  • 74 Escalafón general de los Catedráticos de las Universidades del Reino en 1° de enero de 1899, Madri (...)

24Si l'on excepte les cas de Martínez y González, Ortí y Lara (né en 1826), et Sales y Ferré (né en 1843), il s'agissait de professeurs relativement jeunes, en début de carrière, et pour lesquels cette chaire madrilène représentait une véritable promotion, les professeurs titulaires de chaires madrilènes recevant en effet une prime spéciale non négligeable (1.000 pesetas, soit un dixième du traitement annuel le plus élevé), que seuls d'ailleurs cinq professeurs touchaient en 189974. Pour Sales y Ferré, inscrit avec le n° 82 dans le tableau d'avancement de 1899, cette prime correspondait à plus de 15 % d'un traitement de 6.500 pesetas, et pour les plus jeunes, comme Sanz Benito, elle aurait représenté plus de 28 % d'un traitement de 3.500 pesetas.

  • 75 Il venait de publier El concepto de organismo social (Madrid, Imprenta y Litografía del Asilo de H (...)
  • 76 Consejo de Instrucción Pública, Datos de 1874-1906, Madrid, Imprenta del Colegio Nacional de Sordo (...)

25C'était donc au Conseil d'Instruction Publique qu'il revenait d'émettre un avis et de proposer un nom au Ministre pour la chaire vacante à compter du 1er octobre 1899. La troisième commission du Conseil ayant en charge les Universités devait d'abord transmettre son rapport à la Commission permanente qui statuait. Présidée par Vicente Santamaría de Paredes, Directeur Général de l'Instruction Publique au Ministère de Fomento75, la Commission permanente du Conseil était alors composée de treize membres : Ricardo Becerro de Bengoa, Ignacio Bolivar y Urrutia, Daniel Cortázar, Fausto Garagarza y Duguiols, Carlos Groizard y Coronado, Matías Nieto Marquis de Guadalerzas, Emilio Nieto Pérez, Juan Facundo Riaño, Felipe Sánchez Román, Juan Uña Gómez, Baldomero G. Valledor, Eduardo Vincenti y Reguera, et Mariano Viscasillas y Urriza76.

  • 77 A.M.E.C., dossier n° 5381-39. Il s'agit de La crisis de la agricultura, sus causas y sus remedios,(...)
  • 78 Voir son Curso abreviado de Metafísica y Filosofía natural, Volumen I. Metafísica general u ontolo (...)
  • 79 Lecciones sobre el sistema de filosofía panteística del alemán Krause, pronunciadas en La Armonía (...)

26Dans sa séance du 16 février 1899, la Commission examinait le rapport de la sous-commission compétente sur les sept dossiers soumis, qui avait rejeté logiquement ceux qui ne présentaient aucune recherche de nature sociologique, en se fondant d'ailleurs plus sur une simple observation des titres que sur l'analyse des travaux présentés. L'ouvrage de Santiago Sebastián Martínez y González La crise de l'agriculture apparaissait ainsi après examen présenter essentiellement un caractère économique, "et les connaissances sociologiques qui y figurent sont élémentaires et purement fragmentaires"77. Juan M. Ortí y Lara, déjà titulaire d'une chaire à l'Université de Madrid78, s'était sans nul doute présenté pour tenter de faire barrage à la progression du krausisme, dont il était depuis longtemps un adversaire acharné79. Et son cas pouvait apparaître d'autant plus délicat par la place qu'il occupait dans la philosophie d'inspiration catholique. Son seul ouvrage qui pouvait présenter un aspect un tant soit peu sociologique était, selon le rapport, son Discours sur la presse et la question sociale, qualifié cependant de "travail de propagande catholique", et tous ses autres travaux étaient taxés de purement philosophiques. Il faut toutefois ajouter son prologue, "Le problème social", à la traduction de l'ouvrage de Federico Hiltz paru à Madrid en 1880 (Le problème social et sa solution).

  • 80 Le premier volume paraît sous le titre de Estudios de Sociología. Evolución social y política. Pri (...)
  • 81 A.M.E.C., dossier n° 5381-39.
  • 82 Ancien étudiant à l'Université d'Oviedo, Professeur de Droit international, il essaya de créer à l (...)
  • 83 Rapports du Conseil de l'Instruction Publique du 21-1-1893 et de l'Académie des Sciences Morales e (...)

27Ayant ainsi procédé par élimination, il ne restait plus effectivement que Manuel Sales y Ferré, le seul à avoir publié de 1889 à 1895 quatre volumes portant le titre de Traité de sociologie80, "le premier de son genre, sinon le seul, écrit en langue espagnole, et avec lequel notre patrie a pu prendre part active au concert des savants étrangers qui s'occupent de la formation de la science moderne"81. C'est d'ailleurs cette publication que logiquement lui-même signalait dans sa lettre de candidature du 31 octobre 1898, en même temps que l'indication de son cours professé en 1897-1898 à l'Ateneo de Madrid dans le cadre de l'Ecole d'Etudes Supérieures et consacré à des "Etudes de Sociologie". Sales avait eu soin de joindre en outre à son dossier les rapports élogieux du Président de l'Université de Séville, Adolfo Moris y Fernández Vallín82, et du Doyen de la Faculté des Lettres, ainsi que ceux, non moins élogieux mais antérieurs, de l'Académie des Sciences Morales et Politiques et du propre Conseil d'Instruction Publique portant sur son Traité de Sociologie83.

  • 84 Actas del Consejo de Instrucción Pública. Comisión Permanente, séance du 16-II-1899 (A.M.E.C., car (...)
  • 85 Sales lui consacrera un article peu après sa mort en 1909 : "Don Juan Uña y Gómez", Revista de Ext (...)

28L'issue du vote paraissait donc sans surprise, mais quelques tensions se firent jour au sein du Conseil84. La proposition de nommer Sales y Ferré fut en effet combattue par Mariano Viscasillas y Urriza, pour lequel "l'un des aspirants réunit assez de mérites pour figurer au moins sur la liste". S'agissait-il d'une dernière proposition pour sauver Ortí y Lara ? Mais défendue par Juan Uña Gómez, ami intime de Sales85, la candidature de Sales lut finalement entérinée par le Conseil, qui "en toute justice" ne proposa au Ministre que le seul nom de Sales pour la nouvelle chaire.

Manuel Sales y Ferré et la Sociologie à l'Université de Madrid86

  • 86 Manuel Núñez Encabo, Manuel Sales y Ferré : Los orígenes de la Sociología en España, Madrid, Edicu (...)
  • 87 Le 9 mars (A.M.E.C., dossier n° 1347-4). La plupart des documents contenus dans son dossier person (...)
  • 88 A.M.E.C., dossier n° 5392-3. Au concours, qui dure du 28 fevrier au 31 mars 1916, se présente entr (...)
  • 89 Anuario de 1910 a 1911 in Universidad Central de España, Memoria del curso de 1909 a 1910 y Anuari (...)
  • 90 Anuario 1911-1912 in Universidad Central de España, Memoria del curso de 1910 a 1911 y Anuario del (...)

29Nommé professeur de Sociologie à l'Université de Madrid le 27 février 1899 à l'âge de 56 ans, Sales y Ferré y occupa son poste peu de temps après87, et ce jusqu'à sa mort en 1910. La chaire ne sera pourtant déclarée vacante qu'en 1915, et pourvue en 1916 après concours, jusqu'en 1940, par Severino Aznar Embid, l'un des pionniers du catholicisme social88. Entre temps, l'enseignement de Sociologie sera assuré par un professeur auxiliaire en 1910-1911, Alejo García Moreno89, puis par le professeur titulaire de la chaire d'Histoire Universelle ancienne et médiévale, Manuel María del Valle y Cárdenas90.

  • 91 A.M.E.C., et Escalafones de catedráticos de Universidad, 1948, 1950, 1951, 1958, 1961, 1964.

30Que représentait donc pour l'Université espagnole de la fin du XIXe siècle cette introduction de la Sociologie ? Peut-on réellement parler d'une institutionnalisation des études sociologiques en Espagne, alors qu'il ne s'agissait que d'une seule chaire et dans une seule Université ? Les chaires suivantes, significativement intitulées chaires d’"Ethique et de Sociologie" (Ética general y Etica especial y Sociología, puis Ética y Sociología), ne seront en effet créées au sein des Facultés des Lettres que bien après la guerre de 1936-1939 : José Ignacio Alcorta Echevarría en 1948 (Murcie puis Barcelone), José Luis López-Aranguren en 1955 (Madrid), et José Todoli Duque en 1955 (Valence) en seront les premiers titulaires. La création de la nouvelle Faculté des Sciences Politiques, Economiques et Commerciales entraînera par ailleurs l'ouverture d'une chaire de "Philosophie sociale" (Salvador Lissarrague Novoa, à Madrid), et de nouvelles chaires de "Sociologie" : Enrique Gómez Arboleya (Madrid), Salustiano del Campo (Barcelone), José Jiménez Blanco91.

31De 1900 à 1912, le nombre d'étudiants inscrits dans le cours de Sociologie de Sales y Ferré (Doctorats de Philosophie et d'Histoire) demeura modeste, mais non négligeable : entre 10 y 50 par an, soit une moyenne annuelle de 24 étudiants, et un total de 284 étudiants (il manque les données de l'année 1911), selon les rapports annuels de l'Université (Memoria de la Universidad Central) :

  • 1900-1901 : 10 (5 Enseignement officiel, 5 non officiel)
  • 1901-1902 : 36 (16 Enseignement officiel, 20 non officiel)
  • 1902-1903 : 50 (14 Enseignement officiel, 36 non officiel)
  • 1903-1904 : 48 (7 Enseignement officiel, 41 non officiel)
  • 1904-1905 : 15 (8 Enseignement officiel, 7 non officiel)
  • 1905-1906 : 22 (11 Enseignement officiel, 11 non officiel)
  • 1906-1907 : 15 (7 Enseignement officiel, 8 non officiel)
  • 1907-1908 : 14 (7 Enseignement officiel, 7 non officiel)
  • 1909-1910 : 14 (5 Enseignement officiel, 9 non officiel)
  • 1910-1911 : 27 (8 Enseignement officiel, 19 non officiel)
  • 1912-1913 : 20 (8 Enseignement officiel, 12 non officiel)

32Mais qui était Manuel Sales y Ferré ? Ayant commencé sa carrière universitaire comme Professeur auxiliaire dans la chaire d'Histoire universelle de l'Université de Madrid en 1872-1873, juste après avoir obtenu son doctorat en avril 1872, Sales obtint une chaire de Géographie historique à l'Université de Séville en 1874, avec un traitement annuel de 3.000 pesetas. Cette chaire ayant été supprimée en 1880, il occupera à partir de cette date une chaire d'Histoire universelle dans la même université, et ce jusqu'à sa nomination madrilène. En 1883, sa chaire s'intitulera significativement "Histoire des principales transformations sociales et politiques des peuples européens", montrant par là l'orientation de ses préoccupations. Il tentera pourtant à plusieurs reprises de postuler à une chaire philosophique, comme en 1887 à une chaire de Métaphysique à l'Université de Valence, à laquelle il renoncera finalement à se présenter.

  • 92 Prehistoria y origen de la civilización, Sevilla-Madrid, Administración de la Biblioteca Científic (...)
  • 93 El hombre primitivo y las tradiciones orientales. La ciencia y la religión. Conferencias dadas en (...)
  • 94 Estudios de Sociología. Evolución social y política. Primera parte, op. cit., 1889, p. VIII. Voir (...)
  • 95 Par exemple dans "La decadencia de España" (Problemas sociales, Madrid, Librería General de Victor (...)
  • 96 "Real orden de 18 de Septiembre de 1900 disponiendo la distribución de Cátedras de la Facultad de (...)
  • 97 Historia General, Madrid, Jaime Ratés, 544 p.

33Professeur d'histoire universelle, Sales y Ferré avait privilégié dans ses travaux l'étude de la Préhistoire et des civilisations anciennes, publiant par exemple en 1880 Préhistoire et Origine de la civilisation92, puis en 1881 L'homme primitif et les traditions orientales93. Partant donc de l'Histoire, Sales en vint à assimiler Philosophie de l'Histoire et Sociologie, et surtout à séparer la Sociologie de la Métaphysique, car "la science sociologique moderne est la Philosophie de l'Histoire même, dépurée de sa tendance métaphysique et prise dans un sens pratique et expérimental"94. D'ailleurs Sales n'abandonnera jamais complètement l'Histoire95, et il cumulera d'ailleurs très vite sa chaire de Sociologie avec une chaire d'Histoire Universelle Moderne et Contemporaine96. Pour les étudiants, il sera d'ailleurs autant, si ce n'est plus, connu comme historien que comme sociologue. Ainsi son traité d'Histoire en était à sa cinquième réimpression en 192397.

  • 98 Voir le compte-rendu de son Traité de Sociologie par R. Altamira, La España Moderna, Madrid, janvi (...)
  • 99 Il fait par exemple l'objet d'une notice assez longue de Fausto Squillace (Dizionario di Sociologí (...)
  • 100 Annales de l'Institut International de Sociologie, Paris, t. VIII. Travaux des années 1900 & 1901, (...)
  • 101 Sesión necrológica en honor de M. Sales y Ferré, fundador y presidente honorario del Ateneo y Soci (...)
  • 102 Fernando Ortiz, Para la agonografía española. Estudio monográfico de las fiestas menoquinas. Confe (...)
  • 103 F. Ortiz, op. cit., 1908, p. 7.
  • 104 Son rapport sera publié : M. Miguel Traviesas, "Notas sobre sociología", Anales de la Universidad (...)
  • 105 Pierre Paris, "Junta para ampliación de Estudios e Investigaciones científicas", Bulletin Hispaniq (...)

34Reconnu pleinement comme sociologue à l'échelon espagnol98, puis international99, Sales fut ainsi proposé en 1900 vice-président de l'Institut International de Sociologie créé en 1893 sous l'impulsion de René Worms100. Il put contribuer ainsi fortement à l'institutionnalisation de la discipline101. Il fonda notamment à Madrid en 1901 un Institut de Sociologie pour aider au développement des études sociologiques, en complément de son enseignement universitaire, et qui avait pour objet, selon la présentation incluse dans le Bulletin de l'Institut, de "cultiver et difuser les diverses branches de la Science Sociologique, en se servant des moyens adéquats, comme des notes, discussions, conférences, bibliothèque circulante et la publication de mémoires, études et informations". Le Bureau de l'Institut de Sociologie était composé pour le cours 1904-1905 par M. Sales y Ferré (Président), Andrés Barthe y Barthe (Vice-président), Fernando Cadalso (Secrétaire), Domingo Barnés (Bibliothécaire), Fernando Tovía, et Manuel Hilario Ayuso. Conformément à son projet, Sales y organisa une série de conférences102, et publia en 1905 un modeste Boletín del Instituto de Sociología, dont nous n'avons retrouvé que les cinq premières livraisons (mars à juillet 1905) comprenant les collaborations d'A. Barthe y Barthe, D. Barnés, F. Cadalso, M. Hilario Ayuso, Ramón Huguet, C. Navarro Lamarca, Théodore Reinach, M. Sales y Ferré, et Vicente Torres. Selon l'un des participants, l'Institut tentait de rassembler "les licenciés et les jeunes docteurs de l'Université Centrale qui désiraient aérer les études universitaires vieillotes et routinières avec des rafales de science moderne et authentique"103. Cet esprit d'ouverture peut se retrouver dans la bourse octroyée par l'Université de Madrid en 1902 à un étudiant de la Faculté de Droit pour aller étudier pendant un an à Bordeaux et à Paris la situation de la Philosophie du Droit et de la Sociologie104, ébauche de ce qui allait essayer d'être systématique à partir de 1907 avec les bourses accordées par la Junta para Ampliación de Estudios105.

  • 106 Notons sa participation aux conferences d'Extension universitaire de l'Athénée en 1904-1905 avec " (...)
  • 107 Asamblea Nacional de los amigos de la enseñanza. Sesión de apertura, IX, Madrid, Imprenta y Litogr (...)
  • 108 Juan Ignacio Palacio Morena, La institucionalización de la reforma social en España (1883-1924), M (...)
  • 109 Nuevos fundamentos de la moral, 1907, pp. 3-88. En 1891, G. de Azcárate y avait été admis avec un (...)
  • 110 L'Individu et la Réforme sociale, traduit de l'espagnol par Auguste Dietrich, Paris, Félix Alcan, (...)
  • 111 Gaston Richard, Revue Philosophique, Paris, I, 1898.
  • 112 Commentant les deux premiers volumes de son Traité de Sociologie parus en 1889 et en 1894, Valentí (...)
  • 113 Diego Núñez Ruiz, La mentalidad positiva en España : desarrollo y crisis, Madrid, Túcar Edicines, (...)

35Président en 1900 de la Section des Sciences Morales et Politiques de l'Ateneo de Madrid, où il continuait ses activités106, Sales fut amené à animer la Section de l'Enseignement Supérieur lors de l'Assemblée Nationale des Amis de l'Enseignement tenue à Madrid en 1901107. Les distinctions se multiplièrent les années suivantes. Il fut ainsi nommé en mars 1906 à l'Institut des Réformes Sociales, l'ancêtre du Ministère du Travail, et où collaboraient dès sa création ses collègues de l'Université d'Oviedo Posada et Buylla108. Déjà membre correspondant de l'Académie des Beaux-Arts de San Fernando, il fut admis au sein de l'Académie des Sciences Morales et Politiques en 1907, où il remplaça Francisco Silvela qui venait de décéder en 1905. Le récipiendaire, dont le discours de réception portait sur "les nouveaux fondements de la morale"109, fut accueilli par Eduardo Sanz y Escartín, auteur d'ouvrages de nature sociologique, dont l'un avait été traduit en français110. Le Traité de Sociologie de Sales, dont un compte-rendu dans la Revue Philosophique regrettait précisément qu'il ne soit pas traduit111, fit certes autorité pour un temps, du moins en Espagne112. Mais quelle place occupe-t-il dans la Sociologie espagnole ?113.

  • 114 M. Núñez Encabo, op. cit., 1976, p. 369.
  • 115 Sociología general, op. cit., 1912, p. 456.

36Considéré non sans raisons comme "le premier sociologue espagnol"114, Sales tenta tout d'abord d'apporter un schéma d'explication de l'évolution de la société humaine depuis ses origines, et de l'organisation des groupes humains en tribu, ville, empire, et nation, en partant donc de l'Histoire et non de la Philosophie, comme Urbano González Serrano par exemple. Persuadé que finalement la Sociologie n'était que de l'Histoire comparée115, il finit par considérer la Sociologie comme la synthèse des autres sciences sociales et humaines :

  • 116 Nuevos fundamentos de la moral. Discursos leídos ante la Real Academia de Ciencias Morales y Polít (...)

"(...) Corresponde a la Sociología, que abarcando de una mirada, desde la unidad sintética en que mora, el conjunto de las actividades sociales, ha discernido las relaciones de mutua condicionalidad que existen entre todas, como determinaciones parciales de una sola e idéntica actividad, la social, ha deslindado sus dominios y fijado sus principios fondamentales"116.

  • 117 Voir les essais rassemblés dans Problemas Sociales, Madrid, Librería General de Victoriano Suárez, (...)

37Fondateur en Espagne d'une Sociologie théorique aux prétensions scientifiques, Sales ne négligera pas pour autant les problèmes socio-politiques de son temps117.

La Sociologie et la réforme universitaire au début du XXe siècle

  • 118 "La reforma de los estudios históricos en España", Bulletin Hispanique, Bordeaux, vol. II, 1900 n° (...)
  • 119 "Real Decreto de 20 de Julio de 1900 reformando la Facultad de Filosofía y Letras e incorporando a (...)
  • 120 "Real decreto de 20 de Julio de 1900 reformando la segunda enseñanza", Ibid., 1900, pp. 358 et 360

38La réforme universitaire de 1900-1901 allait modifier et élargir la présence universitaire de la Sociologie. Applaudie avec quelques réserves par Rafael Altamira pour ce qui est de l'Histoire118, la réforme du 20 juillet entreprise par García Alix, le premier Ministre d'Instruction publique, rattachait l'Ecole des Chartes espagnole (Escuela de Diplomática) à la Faculté des Lettres, et organisait les enseignements en trois filières : Etudes philosophiques, Etudes littéraires, et Etudes historiques. Si la Sociologie demeurait dans un premier temps dans le cadre de la Faculté des Lettres, et toujours pour le seul Doctorat, elle était incorporée dorénavant également dans les études philosophiques et non plus seulement historiques, "comme digne couronnement des études philosophiques et sociales"119. Les premiers étudiants à suivre des enseignements de Sociologie pour le Doctorat ès Lettres le feront ainsi selon ce plan d'études. Une nouvelle tentative, après l'échec de 1894, avait lieu par ailleurs du côté du Second Degré120 :

  • 121 "Real orden de 18 de Agosto de 1900 dictando reglas para la formación de los cuestionarios de segu (...)

"Filosofía. (...) Cuanto al curso de la ética y Sociología, deberá comprender el estudio de los principios religioso y moral, jurídico y económico, de su evolución en la vida social y de las instituciones que las encarnan, quedando en su exposición ios respetos debidos a la Religión y Constitución del estado"121.

  • 122 "Real Decreto de 2 de Agosto de 1900 reorganizando la Facultad de Derecho y creando la sección de (...)
  • 123 Ibid., 1900, art. 9, p. 502. Voir la critique d'España Lledo, op. cit., 1901, pp. VI-VII.

39Mais surtout, la Sociologie allait faire son entrée dans la Faculté de Droit (devenue "Faculté de Droit et des Sciences Sociales"), qui ajoutait une Section de Sciences Sociales, comprenant bien évidemment la Sociologie, au niveau cette fois de la Licence, et dont les cours avaient lieu dans la Faculté des Lettres122. La nouvelle Licence en Sciences Sociales devait permettre de postuler aux enseignements d'Ethique, de Sociologie et de Droit usuel établis dans les Lycées d'enseignement secondaire123. Projet qui allait toutefois capoter -il était déjà hors de question de créer une seconde chaire de sociologie- devant les résistances des milieux juridiques peu enclins à de telles innovations (seule l'appellation de la Faculté de Droit et Sciences Sociales sera maintenue quelque temps) :

  • 124 José Gascon y Marín, Cincuenta años en la Facultad de Derecho, Madrid, Publicaciones de la Univers (...)

"Lo que acaeció era que, salvo el carácter social que la ciencia del Derecho tiene, de ciencias sociales en su significado estricto no había en la Facultad de Derecho propiamente enseñanza"124.

  • 125 Asamblea Nacional de los Amigos de la Enseñanza. Sesión de clausura. Conclusiones, X, Madrid, Impr (...)

40D'ailleurs l'Assemblée Nationale des Amis de l'Enseignement adoptera dans ses conclusions les propositions de Sales de supprimer la Section des Sciences Sociales de l'Université de Droit "car elle n'a pas de raison d'être"125. Et d'ajouter que "le droit est une science sociale, et toutes celles qui composent la Faculté des Lettres sont des sciences sociales", formulation qui annonce la "Faculté des Lettres et Sciences Humaines", qui n'aura toutefois aucun écho en Espagne. En revanche, l'Assemblée proposait d'intégrer pleinement la Sociologie, ainsi que d'autres enseignements de la Faculté des Lettres (Histoire, Esthétique, Littérature, Psychologie, Logique, Ethique) tout au long des cursus juridiques, tant en Licence qu'en Doctorat, ce qui était loin d'aller de soi.

  • 126 "Real Decreto de 7 de junio de 1901 autorizando hasta 1904 el Doctorado en Filosofía y Letras por (...)
  • 127 "Real decreto, introduciendo varias reformas en el actual Plan de estudios", 13-VIII-1880, Colecci (...)
  • 128 Archives de la Chambre des Députés, Madrid, dossier n° 320-87.

41En effet, la partie de la rénovation n'était pas encore totalement gagnée, et les aventures de la Sociologie dans l'Université espagnole illustrent les contradictions de la société espagnole. Revenant en arrière ce qui avait été établi peu de temps auparavant, un décret de juin 1901 autorisait par exemple les étudiants à suivre les études de doctorat selon le cadre antérieur à la réforme de 1898126, qui ne comprenait pas en Lettres la Sociologie, mais les seules matières suivantes : Histoire de la Philosophie, Esthétique, Histoire critique de la Littérature espagnole, et Sanscrit127. Un pas en avant, un pas en arrière donc. Et ce n'est qu'au cours de l'année universitaire 1902-1903 que n'apparaît plus la distinction entre les deux plans d'études de 1880 et de 1898 dans les Mémoires annuels de l'Université de Madrid, distinction effective pendant les deux années 1900-1901 et 1901-1902. De l'avis général, les études doctorales ne donnaient de toutes façons pas satisfaction et demandaient à être réformées. Le 18 juillet 1899 le Marquis d'Olivart déposait ainsi une proposition de loi devant la Chambre des Députés pour réorganiser les études doctorales128.

  • 129 "Il Sales y Ferré è pure un sociologo meccanico-evoluzionista" (F. Squillace, Dizionario di Sociol (...)
  • 130 Parmi ses disciples citons D. Barnés y Salinas, qui obtient le Doctorat en 1904, la même année qu' (...)

42L'entrée officielle de la Sociologie représentait sans nul doute la reconnaissance scientifique du nouveau savoir et la victoire des idées positivistes, mais les conditions de sa mise en oeuvre et les résistances rencontrées en minoraient l'effet positif escompté. Certes Sales y Ferré, et à travers lui une certaine Sociologie mécaniste et évolutionniste129, va pouvoir disposer d'une tribune officielle -mais relativement marginalisée au sein d'une Université encore dominée par le Droit- et former quelques disciples. Mais peut-on d'ailleurs vraiment parler d'une Ecole sociologique inspirée par Sales y Ferré130 ? L'obtention de la chaire de Sociologie de l'Université de Madrid par le catholique Aznar Embid en 1916 face au socialiste Núfiez de Arenas illustre par ailleurs clairement le débat idéologique autour de la Sociologie, introduite par la petite porte dans l'Université espagnole à la fin du XIXe siècle.

Notes

1 L'enseignement des Sciences Sociales. Etat actuel de cet enseignement dans les divers pays du monde, Paris, A. Chevalier-Marescq & Cie, 1903, p. 287.

2 Le premier Congrès de l'Enseignement des Sciences Sociales. Compte rendu des séances et texte des mémoires publiés par la Commission permanente de l'enseignement social, Paris, Félix Alcan 1901, IV-354 p.

3 A. Jiménez-Landi, La Institución Libre de Enseñanza. I. Los orígenes, Madrid, Taurus, 1973, 863 p.

4 F. Villacorta Baños, El Ateneo Científico, Literario y Artístico de Madrid (1885-1912), Madrid, C.S.I.C 1985, XVI-382 p.

5 Julián Besteiro, "El estudio de la Sociología en la 2a enseñanza", Boletín de la Institución Libre de Enseñanza, Madrid, t. XXIV, 1900, n° 482, p. 141, et Institución Libre de Enseñanza, Prospecto para el curso de 1883-84, Madrid, Imprenta de Fortanet, s. d. (1883), p. 3.

6 H. Gíner, Programas de Biología y Antropología, Málaga, Imprenta de la Revista Andalucía, 27 p. Voir Carmelo Lisón Tolosana, Antropología social en España, Madrid, Siglo XXI, 1971, pp. 125-133.

7 "El Congreso antropológico de París", Boletín de la Institución Libre de Enseñanza, Madrid, t. II, n° 38, 16-IX-1878, p. 129.

8 "Sobre el carácter educador intuitivo y enciclopédico de la enseñanza", Ibid., t. IV, n° 87, 1880, p. 141.

9 Congreso Nacional Pedagógico. Actas de las sesiones celebradas. Discursos pronunciados y Memorias leídas y presentadas a la Mesa. Notas, Conclusiones y demás documentos referentes a esta asamblea. Publicado por la Sociedad el Fomento de las Artes iniciadora del Congreso, Madrid, Librería de D. Gregorio Hernando, 1882, p. 95.

10 Vicente Colorado, Fundamentos de la Sociología. Memoria leída en el Ateneo de Madrid, en la sesión inaugural de la Sección de Ciencias Morales y Políticas, el 10 de noviembre de 1882, Plasencia, Imp. de El Extremeño, 1883, 53 p.

11 P. de Azcárate, Gumersindo de Azcárate. Estudio biográfico documental. Semblanza, Epistolario, Escritos, Madrid, Tecnos, 1969, p. 599.

12 Ateneo Científico, Literario y Artístico de Madrid, Escuela de Estudios Superiores. Curso de 1897 a 1898. Lista de profesores y asignaturas. Programas. Memoria de Secretaria referente al curso de 1896 a 1897, Madrid, Est. Tipográfico "Sucesores de Rivadeneyra", 1897, pp. 54-56. Voir P. de Azcárate, op. cit., 1969, p. 599.

13 Il y était inscrit avec le n° 3.748 depuis 1877 (Ateneo Científico, Literario y Artístico de Madrid, Lista de Señores socios. Enero de 1900, Madrid, Sucesores de Rivadeneyra, 1900, p. 78).

14 Escuela de Estudios Superiores. Curso de 1897 a 1898, op. cit., 1897, pp. 15-16.

15 Ateneo Científico, Literario y Artístico de Madrid, Escuela de Estudios Superiores. Curso de 1898 a 1899. Lista de profesores y asignaturas. Programas, Madrid, Est. Tipográfico "Sucesores de Rivadeneyra", 1898, pp. 9-10, Escuela de Estudios Superiores. Curso de 1899 a 1900. Lista de profesores y asignaturas. Programas. Memoria de Secretaría referente al curso de 1898 a 1899, Madrid, Est. Tipográfico "Sucesores de Rivadeneyra", 1899, pp. 24-25, Escuela de Estudios Superiores. Curso de 1900 a 1901. Lista de profesores y asignaturas. Programas. Memoria de Secretaría referente al curso de 1899 a 1900, Madrid, Est. Tipográfico "Sucesores de Rivadeneyra", 1900, pp. 26-29.

16 Escuela de Estudios Superiores. Curso de 1900 a 1901, op. cit., pp. 60-73, Boletín de la Institución Libre de Enseñanza, Madrid, t. XXIII, 1899, n° 471, pp. 183-190, et Annales de l'Institut International de Sociologie, Paris, t. V, 1899 (voir la lettre d'Azcárate du 12 août 1898 à René Worms, Secrétaire de l'Institut International de Sociologie, in P. de Azcárate, op. cit., 1969, pp. 375-376).

17 Ministerio de Fomento, Real Decreto de 16 de Septiembre de 1894 sobre Reforma de la segunda enseñanza publicado en la Gaceta de Madrid de 18 de Septiembre de 1894-Edición oficial, Madrid, Imprenta de la Viuda de M. Minuesa de los Ríos, 1894, p. 48.

18 Décrets du 4-XI-l 894, Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1894, pp. 765-766.

19 "Real Decreto de 16 de septiembre de 1894 reorganizando los estudios correspondientes a la segunda enseñanza", Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1894, art. 6, p. 587.

20 Crítica del Plan de estudios del Sr. Groizard por la Comisión ejecutica central de padres de estudiantes de segunda enseñanza, Madrid, Angel Β. Velasco, impresor, 1894, p. 4. De nombreuses correspondances protestant au Ministère contre les mesures de 1894 sont conservées dans le carton n° 6938 des Archives du Ministère de l'Education, Alcalá de Henares (A.M.E.C.).

21 Anuario Legislativo de Instrucción Publica, 1895, p. 65. La Chambre ne sera pourtant dissoute que le 28 fevrier 1896, et les élections fixées au 12 avril.

22 "Real decreto de 12 de Julio de 1895 reorganizando los estudios de segunda enseñanza", Ibid., 1895, pp. 140-144.

23 La Instrucción Pública en España. Discursos y notas, Salamanca, Est. Tip. de Ramón Esteban. 1897, pp. 37-41.

24 Rafael Altamira, "L'enseignement des Sciences Sociales en Espagne", Le premier Congrès de l'Enseignement des Sciences Sociales, op. cit., 1901, p. 116 (Altamira ne participa pas au Congrès, et envoya son rapport) ; H. Hauser, op. cit., 1903, p. 287. N'ayant rien trouvé à ce sujet, nous pensons qu'il s'agit d'une confusion avec la réforme des études secondaires.

25 R. Altamira, La enseñanza de la historia, 2e éd., Madrid, Librería de Victoriano Suárez, 1895 (1e éd., 1891), p. 425.

26 A. Posada, Discurso leído en el solemne acto de la apertura del curso académico de 1884 a 1885 en la Universidad Literaria de Oviedo, Oviedo, Imp. y Lit. de V. Brid, 1884, 47 p., et La enseñanza del derecho en las Universidades. Estado actual de la misma y proyecto de reformas, Madrid, Imprenta de la Revista de las Provincias, 1889, 130 p.

27 Aramburu, Buylla, Sela, Posada, Altamira, "Ecole pratique d'études juridiques et sociales à Oviedo", Troisième congrès international d'enseignement supérieur tenu à Paris du 30 juillet au 4 août 1900. Introduction, rapports préparatoires, communications et discussions, Paris, A. Chevalier-Marescq et Cie, 1902, pp. 405-407, et Anales de la Universidad de Oviedo, t. I, 1901, pp. 195-263, et t. II, 1903, pp. 145-149.

28 Adolfo A. Buylla y G. Allegre, Programa de Elementos de Economía política y Estadística, Oviedo, Imprenta de Vallina y Compañía, 1885, leçon VII, p. 6, et leçons LXX-XCV11I, pp. 20-27, A. Posada, "Derecho político español comparado con el extranjero", Anales de la Universidad de Oviedo, Oviedo, t. II, 1903, pp. 77-81, et José María Sampere y Olivares, "La política y el Estado según el Profesor F. Ε. Giddings", Ibid., pp. 97-113 (travail d'étudiant au cours de Posada). Signalons aussi les cours de Sociologie dans l'Extension Universitaire d'Oviedo.

29 Op. cit., 1903, p. 287.

30 Op. cit., 1901, pp. 116-117.

31 Pierre Jobit, Les éducateurs de l'Espagne contemporaine. I. Les Krausistes, Paris-Bordeaux, E. de Boccard-Feret & Fils, 1936, pp. 130-154.

32 Jesús Tobio, "Bibliografía de traducciones españolas de obras sociológicas y sociales publicadas de 1870 a 1915", Revista de Estudios Políticos, Madrid, n° 92, Mars-Avril 1957, pp. 347-363. Parmi les nombreuses collections espagnoles, citons notamment la Biblioteca Sociológica Internacional publiée à Barcelone (Henrich y Cía) sous la direction de Santiago Valenti Camp.

33 Juan Francisco Fornies Casais, "Fuentes impresas para el estudio de la cuestión social en España en el tránsito de los siglos XIX al XX", El reformismo social en España : La Comisión de Reformas Sociales. Actas de los IV Coloquios de Historia, Córdoba, Publicaciones del Monte de Piedad y Caja de Ahorros de Córdoba, 1987, pp. 15-33.

34 A. Posada, "Nuestro programa", Revista de Derecho y de Sociología, Madrid, t. I, n° 1, 15-I-1895, p. 5.

35 Jerónimo Becker, Los estudios geográficos en España (Ensayo de una historia de la Geografía), Madrid, Publicaciones de la Real Sociedad Geográfica, 1917, pp. 331-332.

36 "Reglamento para el régimen interior del Ministerio de Instrucción pública y Bellas Artes", l-VI-1900, Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1900, art. 1, p. 229.

37 J.-L. Guereña, "Les institutions du culturel. Politiques éducatives", Chapitre IV de 1900 en Espagne (Essai d'histoire culturelle), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1988, pp. 47-66, et "L'Université espagnole vers 1900", A la recherche de l'espace universitaire européen. Etudes sur l'enseignement supérieur aux XIXe et XXe siècles, Francfort, Peter Lang, 1991.

38 Antonio García Alix, Disposiciones dictadas para la reorganización de la enseñanza. 26 Abril a 30 Septiembre de 1900, Madrid, Imprenta del Colegio Nacional de Sordomudos y de ciegos, 1900, p. XXIX.

39 Juan del Nido y Segalerva, Historia política y parlamentaria del Excmo. Sr. D. Práxedes Mateo Sagasta, Madrid, Imp. de Ramona Velasco, 1915, pp. 892-983.

40 Proyectos de Ley de Presupuestos generales del Estado para el año económico de 1898-99 y de otras Leyes de Hacienda presentados a las Cortes por el Ministro del ramo Don Joaquín López Puigcerver el 26 de Abril de 1898, Madrid, Imprenta de la Viuda de M. Minuesa de los Ríos, 1898, 175 p.

41 "Proyecto de ley, aprobado definitivamente, acerca del articulado de los presupuestos generales del Estado para el año económico de 1898-99", Diario de las Sesiones de Cortes, Madrid, Appendice 9 au n° 49, 20-VI-1898.

42 "Para preparar local adecuado en un edificio del Estado a las dependencias de un Instituto de biología experimental que habrá de organizarse en el próximo presupuesto, 15.000 pesetas", proposition déposée le 30 mai 1898 par G. Alas en compagnie notamment de N. Salmerón et de R. M. de Labra (Archives de la Chambre des Députés, Madrid, dossier n° 302-l).

43 Diario de las Sesiones de Corles, Madrid, n° 35, 2-VI-1898, p. 1038. Le chapitre 10 se montait à 3.167.007 pesetas, en augmentation de 57.500 pesetas (1.85 %) par rapport à 1897-98 (Proyectos de Ley de Presupuestos generales del Estado para el año económico de 1898-99, op. cit., p. 121).

44 Voir par exemple les propositions lancées par R. Altamira dès 1891 et rappelées en 1895 dans la 2e édition de La enseñanza de la Historia, op. cit., pp. 421-457.

45 Projet de loi du 20 juin (op. cit., p. 4), et Loi du 28 Juin 1898 ("Ley sancionada por S. M. relativa a los presupuestos generales del Estado para el año económico de 1898-99", Art. 19, Diario de las Sesiones de Cortes, Madrid, Appendice 77 au n° 54, 28-VI-1898, p. 4, et Anuario Legislativo de Instrucción Pública, Madrid, 1898, p. 70).

46 "Real decreto reformando la facultad de Filosofía y Letras", 30-IX-1898, Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1898, pp. 195-201.

47 Ibid., 1898, p. 51.

48 Ibid., 1898, p. 255.

49 José Luis Peset, "El Real Consejo de Instrucción Pública", Historia y actualidad de la Universidad española, Madrid, Fundación Juan March, 1984, pp. 205-333 (dactyl.), et Bernardo Ceprian Nieto, Del Consejo de Instrucción pública al Consejo escolar del Estado. Origen y evolución (1836-1986), Madrid, U.N.E.D., 1991, pp. 92-196.

50 Actas del Consejo de Instrucción Pública (Comisión Permanente), Séances du 26 et du 27-IX-1898 (A. M. E. C, Carton n° 7331).

51 Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1898, pp. 196-197. Voir art. 1, p. 198.

52 Gaceta de Madrid, CCXXXVII, n° 295, 22-X-1898, p. 344. Le 22, Gamazo était précisément remplacé provisoirement par Sagasta lui-même (Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1898, p. 256).

53 Ley de Instrucción Pública, 9-IX-1857, Madrid, Imprenta Nacional, art. 226-227, p. 59, "Reglamento para la provisión de las cátedras de las Universidades, Escuelas superiores y Profesionales e Institutos de segunda enseñanza, y para las traslaciones, ascensos y jubilaciones de los Catedráticos", l-V-1864, art. 39-43, Colección Legislativa de España, t. XCI, 1er semestre 1864, pp. 591-592, et "Real Decreto sobre provisión de cátedras por medio de traslación y del concurso en las Universidades e Institutos", 23-VII-1894, Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1894, pp. 500-506.

54 Art. 11-1, Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1894, p. 504.

55 "Real decreto reformando la facultad de Filosofía y Letras", 30-IX-1898, Ibid., 1898, p. 200.

56 "He de advertir que la Cátedra de Economía del señor Buylla es una cátedra de verdadera economía social" (A. Posada, "Los estudios sociológicos en España", Boletín de la institución Libre de Enseñanza, Madrid, t. XXIII, 1899, n° 472, p. 223). Buylla publia ainsi dans la Revue Internationale de Sociologie en fevrier 1895 "L'idée et le caractère scientifique de l'Economie", pp. 89-124.

57 Madrid, Librería de Fernando Fe, 1884, 155 p. Voir Juan Montañés Rodríguez, Urbano González Serrano y la introducción del positivismo en España, Cáceres, Diputación Provincial, 1989, 285 p.

58 Voir H. Hauser, op. cit., 1903, pp. 430-431.

59 Boletín del Instituto de Reformas Sociales, Madrid, I, n° l, Juillet 1904, pp. 7-8.

60 Mi viaje a América (Libro de documentos), Madrid, Librería General de Victoriano Suárez, 1911, XV-674 p.

61 Rafael Altamira 1866-1951, Alicante, Instituto de Estudios "Juan Gil-Albert", 1987, pp. 131-150.

62 Par exemple : Fernando de Castro, Resumen de Historia de España. Obra de texto para uso de los institutos, 12a ed. aumentada con la edad antigua por Manuel Sales y Ferré, Madrid, Librería de Victoriano Suárez, 1878, 271 p.

63 Voir lettre de Giner à G. de Azcárate, 16-IV-1875, in P. de Azcárate (Ed.), La cuestión univcersitaria 1875. Epistolario de Francisco Giner de los Ríos Gumersindo de Azcárate Nicolás Salmerón, Madrid, Tecnos, 1967, p. 33.

64 Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1899, p. 35.

65 Rapport de la Commission Permanente du Conseil d'Instruction Publique, 16-II-1899 (A.M.E.C., dossier n° 5381-39).

66 Conception critiquée peu après par José España Lledo, Filosofía. Nociones de Sociología, Madrid, Librería de Hernando y Compañía, 1901, p. V.

67 A.M.E.C., dossier n° 5381-39. Sales envoya sa lettre de candidature le 31 octobre 1898, soit moins de 10 jours après la publication du concours dans la Gaceta.

68 Escalafón general de los catedráticos de las Universidades del Reino en 1° de Enero de 1895, Madrid, Imprenta del Colegio Nacional de Sordo-Mudos y de Ciegos, 1895, pp. 48-49, n° 379.

69 Ibid., 1895, pp. 40-41, n° 303.

70 Il a été auparavant professeur de l'Université de La Havane (Escalafón general de los catedráticos de las Universidades del Reino en 1° de enero de 1900, Madrid, Imprenta del Colegio Nacional de Sordo-Mudos y de Ciegos, 1900, pp. 40-41, n° 302 d°).

71 Escalafón de los catedráticos de las Universidades en 1895, op. cit., pp. 24-25, n° 131. Voir José Luis Abellán, Historia crítica del pensamiento español, t. IV, Liberalismo y Romanticismo (1808-1874), Madrid, Espasa Calpe, 1984, pp. 458-460.

72 Escalafón de los catedráticos de las Universidades en 1895, op. cit., pp. 46-47, n° 364.

73 Professeur auxiliaire depuis le 30 septembre 1872, et titulaire depuis le 15 juin 1875 (Ibid., pp. 22-23, n° 99).

74 Escalafón general de los Catedráticos de las Universidades del Reino en 1° de enero de 1899, Madrid, Imprenta del Colegio Nacional de Sordomudos y de Ciegos, 1899, p. 11.

75 Il venait de publier El concepto de organismo social (Madrid, Imprenta y Litografía del Asilo de Huérfanos del Sagrado Corazón de Jesús, 1896, 215 p.), où un chapitre traitait du "concept d'organisme dans la Sociologie contemporaine" (pp. 99-153), et était donc tout qualifié pour juger des travaux de Sales (Voir L'Année Sociologique, Paris, 1ère année 1896-1897, 1898, pp. 142-144).

76 Consejo de Instrucción Pública, Datos de 1874-1906, Madrid, Imprenta del Colegio Nacional de Sordomudos y de Ciegos, 1907, 113 p.

77 A.M.E.C., dossier n° 5381-39. Il s'agit de La crisis de la agricultura, sus causas y sus remedios, Salamanca, 1893, XVI-457 p.

78 Voir son Curso abreviado de Metafísica y Filosofía natural, Volumen I. Metafísica general u ontología, Madrid, Sociedad Editorial de San Francisco de Sales, 1891, VIII-104 p.

79 Lecciones sobre el sistema de filosofía panteística del alemán Krause, pronunciadas en La Armonía (Sociedad Literario-Católica), Madrid, Imprenta de Tejado, a cargo de R. Ludeña, 1865, 347 p.

80 Le premier volume paraît sous le titre de Estudios de Sociología. Evolución social y política. Primera parte, Madrid, Librería de Victoriano Suárez, 1889, VIII-254 p. Les volumes suivants le sont sous le titre de Tratado de Sociología. Evolución social y política. Segunda parte. Tomo primero. Del hetairismo al patriarcado, Madrid, Librería de Victoriano Suárez, 1894, 370 p. ; Tratado de Sociología. Evolución social y política. Segunda parte. Tomo segundo, Madrid, Librería de Victoriano Suárez, 1895, 496 p. ; Tratado de Sociología. Evolución social y política. Segunda parte. Tomo tercero. La Nación, Madrid, Librería de Victoriano Suárez, 1897, 512 p.

81 A.M.E.C., dossier n° 5381-39.

82 Ancien étudiant à l'Université d'Oviedo, Professeur de Droit international, il essaya de créer à l'Université de Séville une Extension universitaire (Aniceto Sela, "Extensión Universitaria. Curso de 1898 a 1899. Memoria leída en la apertura del curso de 1899 a 1900 el día 18 de octubre de 1899", Anales de la Universidad de Oviedo, t. I, 1901, pp. 271-272).

83 Rapports du Conseil de l'Instruction Publique du 21-1-1893 et de l'Académie des Sciences Morales et Politiques du 4-IV-1894 (A.M.E.C., dossier n° 1347-4).

84 Actas del Consejo de Instrucción Pública. Comisión Permanente, séance du 16-II-1899 (A.M.E.C., carton n° 7331).

85 Sales lui consacrera un article peu après sa mort en 1909 : "Don Juan Uña y Gómez", Revista de Extremadura. Ciencia y Arte, Cáceres, t. XII, n° 127-128, janvier-fevrier 1910.

86 Manuel Núñez Encabo, Manuel Sales y Ferré : Los orígenes de la Sociología en España, Madrid, Edicusa, 1976, 397 p., et Rafael Jérez Mir, La introducción de la Sociología en España. Manuel Sales y Ferré : Una experiencia frustrada, Madrid, Editorial Ayuso, 1980, 495 p.

87 Le 9 mars (A.M.E.C., dossier n° 1347-4). La plupart des documents contenus dans son dossier personnel sont reproduits dans l'ouvrage 75 aniversari de la mort de D. Manuel Sales i Ferré, Ulldecona, Ajuntament dUlldecona, 1985, 159 p.

88 A.M.E.C., dossier n° 5392-3. Au concours, qui dure du 28 fevrier au 31 mars 1916, se présente entre autres Manuel Núñez de Arenas, auteur de la première thèse d'histoire sociale, fondateur de la Escuela Nueva, et l'un des pionniers du communisme en Espagne (voir J.-L. Guereña, "Cultura y política en los años diez : Ortega y La Escuela Nueva", Cuadernos Hispanoamericanos, Madrid, n° 403-405, Janvier-Mars 1984, pp. 544-567). Sur les idées de S. Aznar, voir son essai "Catolicismo y socialismo" dans ses Estudios sociales sobre temas candentes, Madrid, Biblioteca Pax (n° 9), 1936, pp. 33-63, et (¿Antonio Perpiña ?), "La vida y la obra de Severino Aznar", Revista Internacional de Sociología, Madrid, t. XVII, n° 68, Octobre-décembre 1959, pp. 525-543.

89 Anuario de 1910 a 1911 in Universidad Central de España, Memoria del curso de 1909 a 1910 y Anuario del de 1910 a 1911 de su distrito universitario que publica la Secretaría General, Madrid, Imprenta Colonial, 1911, p. 5. García Moreno est professeur auxiliaire depuis 1900 (Escalafones de antigüedad de auxiliares numerarios de Universidad en 1° de Julio de 1902. Edición oficial, Madrid, Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes, 1902, pp. 34-35).

90 Anuario 1911-1912 in Universidad Central de España, Memoria del curso de 1910 a 1911 y Anuario del de 1911 a 1912 de su distrito universitario que publica la Secretaría General, Madrid, Imprenta Colonial, 1912, p. 5, et Anuario 1913-1914 in Universidad Central de España, Memoria del curso de 1912 a 1913 y Anuario del de 1913 a 1914 de su distrito universitario que publica la Secretaría General, Madrid, Imprenta Colonial, 1914, p. 5. Nous n'avons vu consulter les Annuaires portant sur les années universitaires 1912-1913 à 1915-1916. Dans l'Annuaire de 1917 apparaît le nom de S. Aznar (Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Arte, Universidad de Madrid. Anuario 1917, Madrid, La Universitaria, 1917, p. 11). M. M. del Valle y Cárdenas, qui continuait à occuper la chaire d'Histoire Universelle ancienne et médiévale, mourut en 1914 (Escalafón de los catedráticos de las Universidades en 1915, p. 150 -"Bajas").

91 A.M.E.C., et Escalafones de catedráticos de Universidad, 1948, 1950, 1951, 1958, 1961, 1964.

92 Prehistoria y origen de la civilización, Sevilla-Madrid, Administración de la Biblioteca Científico-Literaria-Librería de Victoriano suárez, 1880, t. I (Edad paleolítica), 456 p.

93 El hombre primitivo y las tradiciones orientales. La ciencia y la religión. Conferencias dadas en el Ateneo Hispalense, Sevilla-Madrid, Administración de la Biblioteca Científico-Literaria-Librería de Victoriano Suárez, 1881, 329-V p.

94 Estudios de Sociología. Evolución social y política. Primera parte, op. cit., 1889, p. VIII. Voir pp. 2-4 ("Diferencias entre la Sociología y la Filosofía de la Historia").

95 Par exemple dans "La decadencia de España" (Problemas sociales, Madrid, Librería General de Victoriano Suárez, 1911, pp. 11-144).

96 "Real orden de 18 de Septiembre de 1900 disponiendo la distribución de Cátedras de la Facultad de Filosofía y Letras (Universidad central)", Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1900, p. 644.

97 Historia General, Madrid, Jaime Ratés, 544 p.

98 Voir le compte-rendu de son Traité de Sociologie par R. Altamira, La España Moderna, Madrid, janvier 1889, pp. 198-203.

99 Il fait par exemple l'objet d'une notice assez longue de Fausto Squillace (Dizionario di Sociología, 2e éd., Milano, Remo Sandron, Editore (Biblioteca Internazionale di Sociología Teorica Ν. 5), 1911, pp. 391-392), qui le classe parmi les représentants de la "sociologie mécanique" dans Las doctrinas sociológicas, Traducción por Eduardo Ovejero, Madrid, La España Moderna (Biblioteca de Jurisprudencia, Filosofía e Historia), s. d., t. I, pp. 95-96.

100 Annales de l'Institut International de Sociologie, Paris, t. VIII. Travaux des années 1900 & 1901, 1902, p. 10. Sales publia dans les Annales de l'Institut "La Genèse de la Nation" (1897, pp. 221-364). Notons que G. de Azcárate fut président de l'Institut en 1898.

101 Sesión necrológica en honor de M. Sales y Ferré, fundador y presidente honorario del Ateneo y Sociedad de Excursiones de Sevilla. Discursos pronunciados en el Ateneo y Sociedad de Excursiones el 9 de enero de 1911, Sevilla, Imprenta de Francisco de P. Díaz, 1911, p. 17.

102 Fernando Ortiz, Para la agonografía española. Estudio monográfico de las fiestas menoquinas. Conferencias pronunciadas en el "Instituto Sociológico" de Madrid, en las sesiones del 23 de Noviembre y 7 de Diciembre de 1901. bajo la presidencia del Dr. Manuel Sales y Ferré con un prólogo por Juan Benejam y trece fotografías y dibujos del natural, Habana, Imp. "La Universal" de Joaquín Ruiz y Ca, 1908, 41 p., M. Sales y Ferré, Función del socialismo en la transformación actual de las naciones. Discurso pronunciado en el Instituto de Sociología, Madrid, Librería General de Victoriano Suárez, 1902, 31 p., A. Barthe y Barthe, "El problema monetario en España", Boletín del Instituto de Sociología, n° 1, Mars 1905, pp. 1-9, D. Barnés, "El ideal americano", Ibid., pp. 10-16, M. Hilario Ayuso, "Sociedades de oriente", Ibid., n° 2, Avril 1905, pp. 23-32, R. Huguet, "Clases sociales", Ibid., n° 4, Juin 1905, pp. 49-56.

103 F. Ortiz, op. cit., 1908, p. 7.

104 Son rapport sera publié : M. Miguel Traviesas, "Notas sobre sociología", Anales de la Universidad de Oviedo, Oviedo, Año II, 1902-1903, pp. 204-213.

105 Pierre Paris, "Junta para ampliación de Estudios e Investigaciones científicas", Bulletin Hispanique, Bordeaux, vol. XVIII, 1916, n° 2, pp. 114-131.

106 Notons sa participation aux conferences d'Extension universitaire de l'Athénée en 1904-1905 avec "La conciencia social espontánea" (Ateneo de Madrid, Extension universitaria, Madrid, Est. Tipolitográfico "Sucesores de Rivadeneyra", 1904, p. 7).

107 Asamblea Nacional de los amigos de la enseñanza. Sesión de apertura, IX, Madrid, Imprenta y Litografía de J. Corrales, Noviembre de 1901, pp. 22-28.

108 Juan Ignacio Palacio Morena, La institucionalización de la reforma social en España (1883-1924), Madrid, Ministerio de Trabajo y Seguridad Social, 1988, p. 506. Sur les liens entre Sales et Posada, voir les souvenirs de ce dernier, Fragmentos de mis memorias, Oviedo, Universidad de Oviedo, 1983, p. 279.

109 Nuevos fundamentos de la moral, 1907, pp. 3-88. En 1891, G. de Azcárate y avait été admis avec un discours portant sur El concepto de la Sociología.

110 L'Individu et la Réforme sociale, traduit de l'espagnol par Auguste Dietrich, Paris, Félix Alcan, Editeur (Bibliothèque de Philosophie Contemporaine), 1898, VIII-390 p.

111 Gaston Richard, Revue Philosophique, Paris, I, 1898.

112 Commentant les deux premiers volumes de son Traité de Sociologie parus en 1889 et en 1894, Valentín Letelier, Professeur à l'Université de Santiago du Chili, y voyait en 1895 "une des premières contributions avec lesquelles l'Espagne participe au développement des sciences sociales" (Revista de Derecho y de Sociología, Madrid, I, 1895, p. 244).

113 Diego Núñez Ruiz, La mentalidad positiva en España : desarrollo y crisis, Madrid, Túcar Edicines, 1975, pp. 233-278, J. L. Abellán, op. cit., 1984, pp. 527-529, et Luis Saavedra, El pensamiento sociológico español, Madrid, Taurus, 1991, pp. 116-123.

114 M. Núñez Encabo, op. cit., 1976, p. 369.

115 Sociología general, op. cit., 1912, p. 456.

116 Nuevos fundamentos de la moral. Discursos leídos ante la Real Academia de Ciencias Morales y Políticas en la recepción pública del Ilmo. Señor D. Manuel Sales Ferré el día 28 de Abril de 1907, Madrid, Est. Tip. de la Viuda e Hijos de Tello, 1907, p. 12.

117 Voir les essais rassemblés dans Problemas Sociales, Madrid, Librería General de Victoriano Suárez, 1911, 327 p. ("La decadencia de España", "El pauperismo y la caridad", "El nacionalismo y la paz armada", et "Función del socialismo en la transformación actual de las naciones").

118 "La reforma de los estudios históricos en España", Bulletin Hispanique, Bordeaux, vol. II, 1900 n° 4 pp 305-310.

119 "Real Decreto de 20 de Julio de 1900 reformando la Facultad de Filosofía y Letras e incorporando a ella los estudios de la carrera de Diplomática", Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1900, p. 372 (Voir aussi les art. 20, p. 376, et 27, p. 378, et "Real orden de 18 de Septiembre de 1900 disponiendo la distribución de Cátedras de la Facultad de Filosofía y Letras (Universidad central)", Ibid., p. 645).

120 "Real decreto de 20 de Julio de 1900 reformando la segunda enseñanza", Ibid., 1900, pp. 358 et 360.

121 "Real orden de 18 de Agosto de 1900 dictando reglas para la formación de los cuestionarios de segunda enseñanza", Ibid., 1900, pp. 618-619.

122 "Real Decreto de 2 de Agosto de 1900 reorganizando la Facultad de Derecho y creando la sección de Ciencias Sociales", Ibid., 1900, art. 3, p. 500. Voir "Real Orden de 28 de Mayo de 1902 aprobando el Cuestionario para el grado de Licenciado en la Sección de Derecho de la Facultad de Derecho y Ciencias Sociales", Ibid., 1902, pp. 315-331.

123 Ibid., 1900, art. 9, p. 502. Voir la critique d'España Lledo, op. cit., 1901, pp. VI-VII.

124 José Gascon y Marín, Cincuenta años en la Facultad de Derecho, Madrid, Publicaciones de la Universidad de Madrid, 1953, pp. 50-51.

125 Asamblea Nacional de los Amigos de la Enseñanza. Sesión de clausura. Conclusiones, X, Madrid, Imprenta y Litografía de J. Corrales, 1902, p. 36.

126 "Real Decreto de 7 de junio de 1901 autorizando hasta 1904 el Doctorado en Filosofía y Letras por el plan de 1880", Anuario Legislativo de Instrucción Pública, 1901, pp, 338-33, et "Real Decreto de 4 de Septiembre de 1901 sobre estudios del Doctorado de Filosofía y Letras", Ibid., pp. 518-519.

127 "Real decreto, introduciendo varias reformas en el actual Plan de estudios", 13-VIII-1880, Colección Legislativa de España, Madrid, Imprenta del Ministerio de Gracia y Justicia, t. CXXV, 2e semestre 1880 art. 14, p. 213.

128 Archives de la Chambre des Députés, Madrid, dossier n° 320-87.

129 "Il Sales y Ferré è pure un sociologo meccanico-evoluzionista" (F. Squillace, Dizionario di Sociología, op. cit., 1911, p. 391).

130 Parmi ses disciples citons D. Barnés y Salinas, qui obtient le Doctorat en 1904, la même année qu'Ortega y Gasset (Memoria 1904-1905, p. 47), et R. Huguet y Segarra, titulaire du Doctorat en 1902 (Memoria 1901-1902, p. 48), qui éditèrent en 1912 son cours de Sociologie générale.

Auteur

(CIREMIA, Tours)

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540