Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

I. Université, pouvoirs et contrepouvoirs

D'un dirigisme à l'autre. L'université de Mexico entre le porfirisme et la post-revolution (1910-1925)

Claude Fell

Texte intégral

1Créée en 1551 -elle s'appellera pendant la période coloniale "Real y pontificia Universidad de México"- l'Université de Mexico est une des plus anciennes du continent américain. Elle fut également, pendant la colonisation espagnole, un des plus brillants centres intellectuels des Indes Occidentales. Après l'Indépendance, elle s'enfoncera lentement dans l'archaïsme, le désordre et l'apathie, jusqu'en 1865, date à laquelle l'Empereur Maximilien décide de fermer l'Université et de ne laisser subsister que des établissements isolés. C'est à Justo Sierra, le Ministre de l'Education de Porfirio Díaz, qu'il reviendra de la reconstituer en 1910, l'année de la célébration des fêtes du Centenaire.

La résurrection de l'Université

  • 1 Justo Sierra, Discursos, Obras completas, cf. México, UNAM, 1948, p. 447. Le projet de loi de 1881 (...)

2Le 26 avril 1910, devant la Chambre des Députés, Justo Sierra, en présentant son projet de "création" (en réalité, il s'agit d'une "recréation") de l'Université Nationale de Mexico, rappelle qu'il avait déjà élaboré un texte allant dans le même sens, en avril 1881, alors qu'il était lui-même député1. Ce plan de 1881, dont Justo Sierra reconnaissait qu'il lui avait été inspiré par certaines réalisations allemandes, prévoyait la création d'une "Universidad Nacional" -subventionnée par des fonds publics et soumise du même coup au contrôle de l'Etat-, regroupant en son sein plusieurs établissements d'enseignement secondaire et supérieur : l'Ecole Nationale Préparatoire et l'Ecole Secondaire de Jeunes Filles, les Ecoles des Beaux-Arts, du Commerce et des Scieǹces Politiques, de Droit, d'Ingénieurs, de Médecine, l'Ecole Normale et celle des Hautes Etudes.

  • 2 Ezequiel Padilla, "La autonomía de la Universidad y el sacrificio del pueblo", in La educación del (...)

3Le Recteur de l'Université, nommé par l'Exécutif, et les directeurs des différentes Ecoles ou Facultés devaient composer le Conseil Universitaire, chargé de promouvoir les réformes nécessaires à la bonne marche de l'ensemble. L'exécutif gardait un droit de regard permanent sur les réformes proposées et il pouvait à tout instant en suspendre l'application. Il y a là en germe le grand débat sur l'autonomie, dont le principe ne sera acquis, en fait, que pratiquement vingt ans plus tard, en 19292.

4La Loi (re)constitutive de l'Université, promulguée le 26 mai 1910, avait suscité trois types d'interrogations, auxquelles Justo Sierra avait dû faire face et répondre :

  1. la première interrogation portait sur son intention de redonner vie à un organisme disparu depuis 1865 et qui risquait de dépérir à nouveau si l'on ne veillait pas à l'adapter au contexte social ;
  2. la deuxième concernait la délégation de pouvoir que, malgré toutes les restrictions et tous les garde-fou instaurés par le texte de loi, l'Etat accordait à une institution dont il restait malgré tout le principal soutien financier ;
  3. enfin, était-il bien nécessaire de reconstituer l'Université dans un pays où -les statistiques de 1910 allaient le confirmer- une énorme majorité (atteignant 95 % dans certains Etats) de la population était analphabète et où il s'en fallait de beaucoup pour que l'enseignement primaire fût implanté partout ? N'y avait-il pas là l'affirmation d'un penchant élitiste ? Le ministre ne courait-il pas le risque de "erigir una pirámide invertida... por crear una Universidad sin el sostén de una educación primaria"3.
  • 4 J. Sierra, Prosas, 3a. ed., México, UNAM, 1963, pp. 172-180.

5Dans son discours du 26 avril 1910, Sierra répond d'abord qu'en l'occurrence, il s'agit d'une "résurrection" où l'Université nouvelle, tout en reconnaissant sa filiation avec l'ancienne, doit se démarquer de celle-ci, "emparedada intelectualmente", condamnée par la scolastique à une vie végétative, victime de "impotencia, atonía y descomposición", éclipsée par l'éducation jésuitique, "radicalmente imperfecta porque basa toda la educación del carácter en la obediencia ciega y muda, y porque hace del conocimiento de los clásicos latinos la parte principal de la enseñanza". Et avec un sérieux dont on se demande dans quelle mesure il frise l'inconscience, Sierra affirme que si les hommes de la Colonie ont été guidés par le slogan "Por Dios y por el Rey", ceux de 1910 respectent deux impératifs : "democracia y libertad"4.

6Quant aux rapports entre l'Université et l'Etat, aucune équivoque n'est possible : certes, l'Université avait le droit de proposer des réformes dans le domaine des programmes et des plans d'études, ainsi que de nommer les professeurs. Ces compétences restaient néanmoins soumises à l'approbation finale de l'Exécutif et les nominations ne pouvaient s'effectuer qu'à partir des listes de trois noms ("ternas") fournies par le pouvoir central.

7Enfin, Sierra refuse l'image de la pyramide inversée et il affirme -avec un optimisme quelque peu exagéré- que dans le pays l'enseignement primaire est désormais suffisamment développé, que l'éducation secondaire a commencé à donner ses premiers fruits et que l'enseignement technique prend son essor.

8Sous l'impulsion de Justo Sierra se reconstitue donc une structure d'accueil et de coordination, l'Université Nationale de Mexico, dont l'Ecole Nationale préparatoire et l'Ecole des hautes Etudes constitueront respectivement le "préambule" et le "couronnement".

L'Université dans la tourmente révolutionnaire

9Dans les années qui suivent immédiatement sa résurrection, le débat sur l'Université -qui va connaître elle-même bien des aléas- tourne autour de deux questions essentielles :

  • son statut juridique : des luttes d'influence très vives se développent entre, d'un côté, les autorités et les enseignants universitaires et, de l'autre, l'administration centrale ;
  • son rôle dans la nation : une Université au service de la recherche ou au service du peuple ? Une Université totalement consacrée aux activités intellectuelles ou bien également ouverte aux problèmes sociaux et politiques qui préoccupent le pays ?

10Sur ces deux questions viendra s'en greffer une troisième, vers la fin de la décennie : quelle place doivent occuper les associations étudiantes dans les débats nationaux ? Certains, comme Vicente Lombardo Toledano -futur directeur de la "Escuela Nacional Preparatoria" et fondateur du P. C. mexicain- demanderont en outre que les établissements universitaires deviennent le lieu de gestation et de diffusion d'un "idéal" (c'est-à-dire d'une idéologie) national. Précisons, à propos du rôle des étudiants à l'intérieur des rouages universitaires, que le texte de Sierra ne leur donnait qu'une voix informative dans les conseils de chaque établissement universitaire lors des débats portant sur les programmes, les méthodes d'enseignement et les examens. A ceux qui trouvaient que c'était encore là des prérogatives excessives, le Ministre avait répondu qu'il ne fallait pas se laisser envahir par la crainte (qu'il estime cependant "fondée") que :

  • 5 J. Sierra, Discursos, op. cit., p. 424.

"la deficiencia natural de juicio deficiente en los estudiantes los convirtiese dentro del Consejo Universitario en elemento subversivo, que pudiera alterar los fines de la Universidad"5.

11Pour tenter d'aller à l'essentiel, nous pouvons affirmer que pendant la phase guerrière et agitée du processus révolutionnaire, le débat autour de l'Université s'engagera sur un triple plan : épistémologique, juridique et social, et qu'on peut cristalliser les discussions sur chacun de ces points autour de l'intervention d'un intellectuel : Antonio Caso, Pedro Henríquez Ureña et Vicente Lombardo Toledano.

Antonio Caso et l'enseignement de la philosophie à l'Université

  • 6 Tout en rejetant les "elucubraciones metafísicas", Justo Sierra avait précisé : "Nosotros abriremo (...)

12Dans deux articles répondant à un discours prononcé par Justo Sierra le 22 septembre 1910, Agustín Aragon, un des éditorialistes de la Revista Positiva, avait reproché au Ministre de l'Instruction Publique de vouloir reconstituer, purement et simplement, l'ancienne Université coloniale et, sous le couvert de l'introduction de la philosophie dans les programmes, de favoriser la résurgence de la scolastique médiévale6.

  • 7 Cf. "La polémica sobre la fundación de la UNAM", in Antonio caso, Obras completas, I, Polémicas, M (...)

13Pour Antonio Caso, qui prend la défense de Justo Sierra et de l'Université dans une série de quatre articles extrêmement mordants et incisifs publiés dans Revista de Revistas en mars et avril 1911, les attaques d'Agustín Aragon ne sont que les derniers soubresauts d'un positivisme agonisant et crispé dans "un inmenso odio sectario contra las preocupaciones más altas y más fundamentales de la humanidad". La nouvelle Université Nationale de Mexico est, selon Caso, cousine de celle de Paris et l'héritière, non pas du Moyen-Age, mais des Philosophes du XVIIème siècle et des Encyclopédistes. Elle sera "laïque" (on n'y trouve pas de chaire de théologie) et son rôle sera d'établir "la mayor reciprocidad posible entre todas las ramas de la actividad intelectual verdaderamente independiente". Caso définit l'université comme "una comunidad cultural de investigación y enseñanza", dont la vocation finale est de promouvoir "la independencia de la instrucción pública superior con respecto al Estado". Pour Caso, le fonctionnement de l'enseignement supérieur ne doit donc plus être tributaire des "philosophies" officielles, quelles qu'elles soient et il ne doit plus être soumis aux aléas de la vie politique7. Cette querelle épistémologique et pédagogique débouche sur une aspiration à l'autonomie, aspiration formulée de l'intérieur même de cette Université où Antonio Caso est un des professeurs les plus respectés de ses étudiants.

Pedro Henríquez Ureña et le problème juridique de l'autonomie

  • 8 Pedro Henríquez Ureña, "La Universidad" (1913-1914), in Universidad y educación, UNAM, Dirección G (...)
  • 9 C'est la "escuela de Altos Estudios" qui devait, par définition, servir de cadre à ces activités " (...)

14Trois ans plus tard, en 1913, Pedro Henríquez Ureña prend à son tour la défense de Justo Sierra dans la thèse qu'il rédige, au Mexique, afin d'obtenir le titre d'avocat. Sa position est double : d'une part, il reprend les arguments "culturels" déjà évoqués par Caso et il soutient que le développement de la vie intellectuelle mexicaine exige la création d'un "centro de coordinación, de difusión y de perfeccionamiento", et la disparition des "capillas y labores aisladas y secretas". En fonction de ses origines helléniques et de l'influence des institutions germaniques modernes, l'Université doit remplir le doble rôle de centre de recherche libre et de lieu où sont élaborées les applications pratiques des connaissances acquises et des découvertes effectuées par la recherche fondamentale (en Médecine ou en droit, par exemple). C'est pourquoi l'Université doit juxtaposer en son sein, comme l'a souhaité Justo Sierra, des collèges dispensant une culture générale et lui servant de "pórticos", des écoles "profesionales" de haut niveau et des établissements consacrés à la recherche, ce qui rend caduques et inexactes les affirmations de certains "comtistas mexicanos", selon lesquelles les Universités seraient les dernières forteresses du traditionalisme, parfois même de la "routine", et les ennemies déclarées des "idées nouvelles"8. D'ailleurs, par la pratique des "cátedras libres", instaurée dès 1910, l'Université prévoyait la pénétration en son sein de ces courants novateurs9. A l'autre extrémité, les statuts établis en 1910 annonçaient l'instauration d'un "Departamento de Extension Universitaria", chargé de divulguer hors de l'Université, en particulier en milieu ouvrier et populaire, certaines connaissances fondamentales.

15Dans un second temps, Pedro Henríquez Urefia aborde une série de questions juridiques qui touchent aux rapports de l'Université et de l'Etat. La première porte sur un éventuel soutien financier et administratif de l'Etat à l'Université :

Entre nosotros... -s'interroge Henríquez Urefia-, donde rara vez la iniciativa particular crea o sostiene instituciones de estudio, superior o inferior, ¿debe la acción oficial ir más allá de la instrucción primaria, destinada a todo, y de la cultura media destinada a grandes masas? ¿Debe el Estado pagar la cultura técnica y, lo que es más, la alta cultura, patrimonio de minorías exiguas ? la primera, cuyo fin es utilitario para el que la recibe, y la segunda, que es un lujo, ¿no deben ser costeadas por el que ha de disfrutarlas ?

  • 10 P. Henríquez Ureña, Universidad y educación, op. cit., p. 74.

16Pedro Henríquez Ureña se déclare ouvertement partisan de l'aide de l'Etat à l'université, dans la mesure où la société toute entière bénéficie des connaissances techniques et de la "haute culture" qui y sont dispensées10, d'autant plus qu'au Mexique, au contraire de ce qui se passe par exemple aux Etats-Unis, les grandes fortunes d'éventuels mécènes privés ne sont guère mobiles ni disponibles, parce qu'elles sont essentiellement d'origine terrienne.

  • 11 Ibid., p. 78. Sur le même thème, cf. Informe que el doctor don Joaquín Eguía Lis, rector de la Uni (...)

17En ce qui concerne l'intervention de l'Etat dans la gestion administrative et pédagogique de l'Université, Pedro Henríquez Ureña, comme Antonio Caso, penche en faveur d'une "necesaria autonomía, que la voz pública pide, para poner coto a los abusos cometidos en tres años por los poderes políticos"11. Il trouve excessif que l'on puisse, sur la seule intervention des députés, supprimer des postes et même certains établissements ; quant à l'Exécutif, son rôle devrait se réduire à celui d'un simple intermédiaire entre le Congrès et l'Université : le personnel de direction et les enseignants devraient pouvoir être élus par le Conseil de l'Université et l'Exécutif devrait se contenter d'entériner les décisions prises par les universitaires eux-mêmes.

18Pedro Henríquez Ureña, qui sera nommé en 1921 par Vasconcelos directeur des Cours d'Eté de l'Université, aura été profondément et durablement marqué par la situation de dépendance dans laquelle l'Université de Mexico avait été placée par la loi de 1910 et par la configuration du système politique mexicain. Aussi, aux côtés d'Antonio Caso nommé Recteur en décembre 1921, veillera-t-il jalousement à limiter les interventions du gouvernement et du Ministre, son ancien compagnon de l "Ateneo de la Juventud". Au-delà des tempéraments de chacun et de désaccords circonstanciels, c'est dans ces positions de principe nourries par l'expérience et par les leçons de l'histoire contemporaine du Mexique qu'il faudra chercher la source des conflits qui éclateront en 1923 et qui entraîneront la dispersion définitive du groupe de l'"Ateneo".

  • 12 P. Henríquez Ureña, "La cultura de las humanidades", art. cit., p. 595.

19Enfin, dans le discours qu'il prononce en janvier 1914 à l'occasion de la reprise des cours de l'Ecole des hautes Etudes, Pedro Henríquez Ureña souligne que la société mexicaine, à l'instar des autres Etats de l'Amérique espagnole, "agitada por inmensas necesidades, mira con nativo recelo toda orientación esquiva a las apliaciones fructuosas"12. Cette préoccupation de "rentabilité" hantera l'esprit des principaux responsables entre 1915 et 1920 ; on la retrouvera dans le discours de prise de possession de la charge de Recteur que prononce Vasconcelos en juin 1920.

Vicente Lombardo Toledano et la vocation sociale de l'Université

  • 13 Vicente Lombardo Toledano, "La Universidad Nacional", Boletín de la Universidad I 1, pp. 249-263.
  • 14 Par un décret publié à Veracruz le 29 janvier 1915, l'E. N. P. passait sous la dépendance de la Gé (...)

20Dans un long discours qu il prononce à l'occasion du septième anniversaire de la reconstitution de l'université, Vicente Lombardo Toledano -qui exprime ici en quelque sorte le point de vue des étudiants- souligne que pour lui cette commémoration est à la fois un motif de "joie" et de "peine"13. De joie parce que l'Université a survécu aux épreuves que le Mexique vient de traverser : "La idea se ha convertido en fuerza". mais, en contrepartie, l'institution primitive a été mutilée et son droit à la liberté remis en cause14.

21Comme son maître Antonio Caso, Lombaro Toledano applaudit au 'renacimiento de las humanidades clásicas en México". mais cette résurgence ne concerne qu'un nombre beaucoup trop réduit de personnes et, en particulier, trop d'enseignants, qui ont souvent tendance à "suplantar las cosas con palabras" et à "vivir en un penoso dogmatismo intelectual". Par ailleurs, l'Université de Mexico souffre d un autre vice : le non respect de la loi qui l'a recréée, en particulier pour ce qui est de la nomination des professeurs, défaut qui n'est pas propre au Mexique, mais que l'on retrouve dans toute l'Amérique hispanique. Le favoritisme et le népotisme président encore trop souvent à la nomination des enseignants et les critères scientifiques de recrutement ne sont pas assez stricts. D'où les répercussions de ce système sur le comportement des étudiants : "La falta de cultura seria que justifique en los maestros su dirección de una cátedra o de una escuela, es lo que nos ha impedido muchas veces acercarnos a las aulas".

22En outre, beaucoup trop d'enseignants du Supérieur, accaparés par des activités extra-universitaires multiples (journalisme, cabinet d'avocat ou d'affaires, responsabilités politiques, etc.) ne disposent plus du temps nécessaire à la remise à jour de leurs connaissances. Enfin, Vicente Lombardo Toledano remarque que la "Extension Universitaria" a été menée par une institution privée, la "Universidad Popular Mexicana", et non pas par l'Université nationale. Par ailleurs, il n'existe, en 1917 aucune publication universitaire susceptible de véhiculer et de diffuser des connaissances de haut niveau ; dans cette perspective, les étudiants projettent de publier une Revista Técnica Universitaria, qui, finalement, par manque de moyens, ne paraîtra pas.

23Pour Vicente Lombardo Toledano, l'Université doit redéfinir ses objectifs, qui ne sauraient être uniquement d'ordre intellectuel et moral. En 1917, personne ne croit plus que l'Université est appelée à être une simple "fábrica de titulados", ni que sa mission se réduit à superviser et à coordonner la réunion des Grandes Ecoles, et moins encore qu'elle est, comme le soutenaient certains Mexicains à peine un lustre plus tôt (l'allusion à Agustín Aragon et à sa polémique avec Caso est ici évidente) "sostenedora de la tradición y aun de la rutina, y enemiga de las ideas nuevas". L'éducation dispensée par l'Université ne peut se réduire aux seules connaissances scientifiques ; sa mission est également de former des enseignants de valeur. A ces objectifs pédagogiques s'ajoute un impératif moral et social, "el de educar a los jóvenes para su propia vida y para la del Estado". Il s'agit d'éveiller en eux des "vertus civiques" qui seront, en dernier ressort, "el fundamento de las instituciones democráticas".

24"Moralidad para los ciudadanos, virtud para los dirigentes" : en 1917 Vicente Lombardo Toledano croit encore à la République des Philosophes. Il souhaite également "la libertad exterior y la libre conducta interna" pour l'Université, ce qui créera un esprit de groupe et fera naître le sens de la responsabilité entre professeurs et étudiants, et, à plus longue échéance, permettra de proposer un remède à la "pénurie intellectuelle" dont souffre le Mexique.

Le délabrement de l'Université

  • 15 "El fracaso de la Universidad Nacional", El Universal, 16 et 26 juin 1919.
  • 16 "La destitución del Consejo Universitario", El Universal, 3 juillet 1919, p. 3.
  • 17 Boletín de la Universidad, 4a época, I, 1, août 1920, pp. 113 et 114.

25Mais à mesure que la Présidence de Venustiano Carranza avance vers son terme, il apparaît de plus en plus clairement que l'Université a encore beaucoup à faire pour devenir le foyer intellectuel, culturel et civique dont rêvaient Caso, Henríquez Ureña, Lombardo Toledano, Guzmán et les autres. En 1919, la vie universitaire est presque entièrement paralysée ou livrée à l'anarchie la plus totale. L'assistance des professeurs et des étudiants est extrêmement irrégulière et, étant donnée la maigreur des salaires, les candidats de valeur se font de plus en plus rares. Une campagne se développe dans la presse pour demander la privatisation pure et simple de l'Université, où l'assistance serait payante. Un système calqué sur celui des Etats-Unis, mais sans le contrepoids social des bourses destinées aux étudiants les plus défavorisés15. D'autres demandent la destitution du Conseil Universitaire16. En juillet 1920, un ancien fonctionnaire porfiriste et futur Recteur de l'Université, Ezequiel Chávez, affirme que "la Universidad ha perdido su substancia" ; les Instituts scientifiques de recherche ne relèvent plus de sa compétence : certains ont été rattachés au Ministère de la santé, d'autres au Ministère de l'Agriculture17.

  • 18 Boletín de la Universidad, I, 1, décembre 1917, p. 195.

26En avril 1917, le Ministère Fédéral de l'Instruction Publique et des Beaux-Arts avait été supprimé et l'Université Nationale de Mexico amputée d'un certain nombre de ses établissements, dont l'Ecole Nationale Préparatoire18. Le gouvernement de Carranza prend prétexte de l'intervention de l'armée dans l'université au temps de Victoriano Herta pour réduire son budget de façon drastique.

La réanimation de l'Université

27En juin 1920, José Vasconcelos est nommé Recteur de l'université de Mexico par le président par intérim Adolfo de la Huerta. Dès son discours d'accession au poste de Recteur, le nouveau promu fixe clairement ses objectifs : instaurer une véritable "démocratie" (il ne parlera jamais d'"autonomie") universitaire ; pratiquer une ouverture réelle de l'université en direction de groupes sociaux qui en sont traditionnellement exclus ; orienter les enseignements vers des applications concrètes immédiatement rentables socialement.

28Comme beaucoup d'intellectuels de cette époque, il déplore la désorganisation et l'inefficacité du Département Universitaire et il demande que l'Université cesse de vivre repliée sur elle-même, comme elle le fait depuis sa reconstitution. Après les épreuves que le Mexique vient de traverser, l'action des intellectuels doit s'infléchir dans un sens plus "social" :

  • 19 José Vasconcelos, Discursos 1920-1950, México, Botas, 1950, p. 11.

"Las revoluciones contemporáneas quieren a los sabios y quieren a los artistas, pero a condición de que el saber y de que el arte sirvan para mejorar la condición de los hombres"19.

29Dans ces conditions, l'Université doit prendre une part active, dans le cadre national, à la "regeneración de los oprimidos". Trop souvent -et parfois à juste titre- les Universités ont été accusées de servir uniquement les intérêts d'une classe et de constituer des minorités privilégiées par l'éducation et par le talent. C'est pur cette raison que l'Etat -"que es el sostén de la Universidad nacional de México y el responsable de su funcionamiento"- doit veiller à ce que les connaissances imparties "no posean ese carácter neutro que se disfraza con el nombre de ciencia, para eludir la responsabilidad de los problemas humanos".

  • 20 "La toma de posesión del nuevo rector de la Universidad Nacional", Boletín de la S.E.P., I, 1, 192 (...)

30Dans le discours qu'il prononce en décembre 1921, à l'occasion de la nomination d'Antonio Caso au poste de Recteur, Vasconcelos se livre à un de ses penchants favoris, la reconstitution historique selon ses critères personnels. Il brosse un vaste panorama de l'évolution de l'Université jusqu'à la dictature de Porfirio Díaz où les postes de professeurs deviennent "simples prebendas que el poderoso repartía entre sus servidores"20. C'est dorénavant le rôle de la Révolution que d'élever "el nivel moral del profesorado y restituir en todos los órdenes las libertades que alguna vez hemos disfrutado".

31Il n'en demeure pas moins vrai qu'en règle générale le gouvernement peut et doit intervenir s'il juge que le fonctionnement interne de l'Université ou de certains établissements est défectueux, que certains professeurs ne remplissent pas convenablement leur tâche ou que l'orientation générale de l'enseignement dispensé est "réactionnaire" ou "sectaire" :

  • 21 Ibid., p. 251.

"No sólo no podemos permitir esto, sino que estamos obligados a vigilar que los maestros de esta Universidad Nacional tengan como única norma fija la enseñanza de la verdad y la práctica de una moral social que no se contente con alzarse de hombros ante las injusticias y las inquidades, sino que se alce contra ellas para vencerlas"21.

32Le mécanisme est simple mais implacable : le gouvernement s'est engagé à mener une action "sociale" en faveur des déshérités et d'une plus grande cohésion nationale. Il faut donc que l'Université utilise les libertés dont elle dispose "para trabajar en provecho de los ignorantes y por el bien no de una clase, sino de la humanidad entera". Si, pour une raison quelconque, elle se détournait de cette voie "nationale", le ministre serait fondé à la ramener dans le droit chemin et à intervenir dans son fonctionnement interne. On passe donc, en dix ans, d'une Université "vigilada" à une Université "intervenida".

  • 22 J. Vasconcelos, "Discurso en el 'Memorial Hall' de Washington", Obras Completas, II, México, Libre (...)

33Cette option "sociale" suppose une réorientation des activités universitaires. Selon Vasconcelos, il faut trouver une voie moyenne entre "la Universidad literaria" héritée de l'Espagne et "la Universidad científica", fondée sur "las doctrinas darwinianas, la sociología positivista y el individualismo liberal"22. Pour mieux définir ces fonctions, Vasconcelos en revient à la vieille dichotomie de Sarmiento :

"la aptitud de todo género al servicio de la colectividad, eso entendemos por civilización y cualquyiera otro tipo de ella lo clasificamos simplemente como barbarie".

34Est "barbarie" toute culture et tout enseignement aliénés, mis au service du seul profit personnel, de l'érudition, de l'élitisme, de la compétitivité. Et "civilisation" toute culture qui renforce la cohésion nationale -et continentale-, qui débouche sur des améliorations tangibles et rapides dans le domaine social et économique, qui dissipe les inégalités génératrices de désordres et d'affrontements fratricides.

  • 23 Cf. Raúl Carrancá, op. cit., p. 73 et suiv. Voir aussi Gilberto Guevara Niebla, La rosa de los cam (...)

35Cette conception dirigiste et autoritaire des rapports entre l'Etat et l'Université, dont Vasconcelos ne départira pas jusqu'à sa démission en 1924 et qui prévaudra jusqu'en 1929, date à laquelle l'Université obtiendra -sans trop le demander- son autonomie23, liait clairement l'intégration de l'enseignement secondaire et supérieur à la problématique nationale. Elle présentait le double inconvénient de négliger la recherche fondamentale et, surtout, d'amoindrir considérablement cette liberté de décision que le Ministre lui-même semblait avoir souhaitée pour l'Université. Par ailleurs, cet "interventionnisme" était porteur de conflits entre Ministère et Université : ceux-ci ne tarderont pas à éclater et ils auront comme conséquence la dissolution du groupe de l'"Ateneo de la Juventud", dont on sait aujourd'hui qu'il a joué un rôle fondamental dans la réorientation et la réanimation de la vie éducative et culturelle du Mexique contemporain.

Notes

1 Justo Sierra, Discursos, Obras completas, cf. México, UNAM, 1948, p. 447. Le projet de loi de 1881 est reproduit dans J. Sierra, La educación nacional, O. C., VIII, México, UNAM, 1948, pp. 333-337. Cf. également la reproduction du volume publié en 1910 : La Universidad Nacional de Mexico 1910, UNAM, Coordinación de Humanidades, Centro de Estudios sobre la Universidad, 1985.

2 Ezequiel Padilla, "La autonomía de la Universidad y el sacrificio del pueblo", in La educación del pueblo, México, Editorial Herrero Hnos. Sucs., 1929, pp. 115-137.

3 Raúl Carrancá, La Universidad Mexicana, México, F. C. E., Col. Presencia de México, n° 10, 1969, pp. 41-63.

4 J. Sierra, Prosas, 3a. ed., México, UNAM, 1963, pp. 172-180.

5 J. Sierra, Discursos, op. cit., p. 424.

6 Tout en rejetant les "elucubraciones metafísicas", Justo Sierra avait précisé : "Nosotros abriremos allí cursos de la historia de la filosofía, empezando por la de las doctrinas modernas y de los sistemas nuevos, o renovados, desde la aparición del positivismo hasta nuestros días, hasta los días de Bergson y de William James". (Prosas, op. cit., p. 185).

7 Cf. "La polémica sobre la fundación de la UNAM", in Antonio caso, Obras completas, I, Polémicas, México, UNAM, 1971, pp. 5-45.

8 Pedro Henríquez Ureña, "La Universidad" (1913-1914), in Universidad y educación, UNAM, Dirección General de Difusión Cultural, 1969, pp. 61-68.

9 C'est la "escuela de Altos Estudios" qui devait, par définition, servir de cadre à ces activités "novatrices". Il semble que l'invitation de sommités étrangères, comme l'anthropologue nord-américain Franz Boas ou ses collègues Baldwin et Reiche (un botaniste de renom) n'ait pas produit les résultats escomptés. Dans son message à la nation du 1er septembre 1917, le Président Carranza indique que désormais la "Escuela de Altos Estudios" s'occupera de "preparar el personal docente para la enseñanza preparatoria o secundaria y profesional de ciertas cátedras de las facultades universitarias" (Boletín de la Universidad, I, 1, déc. 1917, p. 21). En reprenant les cours en janvier 1914, Pedro Henríquez Ureña remarque que, depuis sa création, l'action de l'établissement a été intermittente et mal comprise du public. Après la chute de Porfirio Díaz, "la Escuela desdeñada por los gobiernos, huérfana de programa definido, comenzó a vivir vida azarosa y a ser la víctima escogida para los ataques del que no comprende. En torno de ella se formaron leyendas : las enseñanzas eran abetrusas ; la concurrencia, mínima ; las retribuciones, fabulosas ; no se hablaba en castellano, sino en inglés, en latín, en hebreo... Todo ello, ¿para qué ? ("La cultura de las humanidades", Revista Bimestre Cubana, La Habana, Vol. 9, n° 4, juillet-août 1914, p. 243).

10 P. Henríquez Ureña, Universidad y educación, op. cit., p. 74.

11 Ibid., p. 78. Sur le même thème, cf. Informe que el doctor don Joaquín Eguía Lis, rector de la Universidad Nacional de México, eleva, acerca de las labores de la misma Universidad, durante el periodo de sept. de 1910 a sept. de 1912, a la Secretarla de Instrucción Pública y Bellas Artes, México, Imprenta de Ignacio Escalante, 1913. P. Henríquez Ureña ajoute, dans un article intitulé "Las Universidades como instituciones de derecho público" -Las Novedades (New York), 24 août 1915, p. 7- : "La Universidad de México, por ejemplo, ha sido víctima de los vaivenes militares de los últimos cuatro años. Y sin embargo el desastre que ahora sufre habría podido evitarse, en parte no pequeña, con una ley que pusiera los nombramientos de directores y catedráticos fuera del alcance del gobierno". Par ailleurs, dans une lettre à Alfonso Reyes, datée du 28 janvier 1914, il se plaint que la E. N. P. ait été arbitrairement séparée de l'Université (Archives A. Reyes, Capilla Alfonsina, dossier Henríquez Ureña).

12 P. Henríquez Ureña, "La cultura de las humanidades", art. cit., p. 595.

13 Vicente Lombardo Toledano, "La Universidad Nacional", Boletín de la Universidad I 1, pp. 249-263.

14 Par un décret publié à Veracruz le 29 janvier 1915, l'E. N. P. passait sous la dépendance de la Générale de l'Instruction Publique (Ibid., p. 12).

15 "El fracaso de la Universidad Nacional", El Universal, 16 et 26 juin 1919.

16 "La destitución del Consejo Universitario", El Universal, 3 juillet 1919, p. 3.

17 Boletín de la Universidad, 4a época, I, 1, août 1920, pp. 113 et 114.

18 Boletín de la Universidad, I, 1, décembre 1917, p. 195.

19 José Vasconcelos, Discursos 1920-1950, México, Botas, 1950, p. 11.

20 "La toma de posesión del nuevo rector de la Universidad Nacional", Boletín de la S.E.P., I, 1, 1921, p. 249.

21 Ibid., p. 251.

22 J. Vasconcelos, "Discurso en el 'Memorial Hall' de Washington", Obras Completas, II, México, Libreros Mexicanos Unidos, 1958, pp. 866-867.

23 Cf. Raúl Carrancá, op. cit., p. 73 et suiv. Voir aussi Gilberto Guevara Niebla, La rosa de los cambios. Breve historia de la UNAM, México, Cal y Arena, 1990, pp. 35-39, et le numéro de Universidad de Mexico -n° 500, septembre 1992- intitulé Universidad y nación.

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540