Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

I. Université, pouvoirs et contrepouvoirs

Remarques sur La rebelión de los estudiantes de David Jato Miranda. (Première édition, 1953)

Marie-Aline Barrachina

Texte intégral

1Lors du Congrès International sur l'opposition au régime de Franco organisé à Madrid par l'U.N.E.D. en octobre 1988, Miguel Angel Ruiz Carnicer remarquait le point suivant :

  • 1 Miguel Angel Ruiz Carnicer, "El Sindicato Español Universitario (SEU) y el surgimiento de la oposic (...)

"Acercarse a la historia del Sindicato Español Universitario (SEU) de Falange Española Tradicionalista y de las JONS es tomar conciencia del profundo desconocimiento en el que se mueve la historia de la dictadura franquista. Un desconocimiento que se ha llenado, especialmente en el caso que nos ocupa, con la hagiografía declarada o con la topificación característica de la épica de la lucha anti-franquista"1.

  • 2 El Sindicato Español Universitario (SEU) 1939-1965, la socialización política de la juventud univer (...)
  • 3 Noter cependant l'ouvrage de Miguel Angel Ruiz Carnicer Los estudiantes zaragozanos en la posguerra (...)
  • 4 Citons avec Ruiz Carnicer les travaux de S. Ellwood, R. Chueca, J. M. Maravall, J. F. Marsal, etc. (...)

2La thèse de l'auteur de ces propos comble une lacune importante en faisant le point sur l'histoire du S.E.U. sous le Franquisme de 1939 à 19652. Mais on doit regretter avec Ruiz Carnicer la rareté des études monographiques sur le S.E.U.3, et se contenter des informations partielles, mais précieuses, fournies par des auteurs qui n'abordent le S.E.U. que dans le cadre d'études plus générales4.

  • 5 Une étude comparative des trois éditions successives serait d'un grand intérêt, ne serait-ce que po (...)

3Dans cette courte communication, je n'ai nullement la prétention d'apporter quoi que ce soit de nouveau à la connaissance du S.E.U., mais seulement de livrer modestement quelques réflexions sur un texte très connu de tous ceux qui travaillent ou ont travaillé sur la Phalange et sur les débuts du Franquisme. On remarquera en effet qu'aucune étude du S.E.U., si partielle soit-elle, ne peut faire l'économie d'une lecture de La rebelión de los estudiantes de David Jato Miranda. Source incontournable jusqu'à présent pour l'étude du S.E.U., cet ouvrage est pourtant aussi (surtout ?) un ouvrage résolument hagiographique du premier S.E.U., comme Ruiz Carnicer avec d'autres le fait remarquer. En outre, il a fait l'objet de trois éditions différentes, dont celles de 1968 et de 1975 qui ont été profondément remaniées et augmentées par rapport à la première de 19535.

4C'est pourquoi je me propose ici de laisser pour une fois de côté, autant que faire se peut, le caractère "informatif" de cet ouvrage pour me pencher plutôt sur le projet qui le sous-tend. En d'autres termes, je dirai que j'aborderai La rebelión de los estudiantes de 1953 en m'efforçant de ne pas perdre de vue le moment supposé de sa rédaction (début des années 50). De mon point de vue, en effet, ce texte mérite qu'on l'observe comme un texte de propagande qui s'inscrit dans cette période de mutation qu'est le début des années 50.

  • 6 Ce sous-titre disparaîtra dans les deux éditions postérieures.

5La rebelión de los estudiantes (apuntes para una historia del alegre SEU)6, est publiée très probablement quelques mois avant la signature du Concordat avec le Saint Siège (27 août 1953) et celle du Traité de Coopération avec les Etats Unis (26 septembre 1953). Il est en tout cas conçu et rédigé au moins un an avant puisque l'épilogue signé par Jordana Fuentes est daté de février 1953). Mais à un an près, l'environnement socio-politique dans lequel est conçue La rebelión de los estudiantes est celui de cette année charnière. C'est l'heure de l'abandon de l'autarcie, de l'entrée progressive de l'Espagne de Franco dans les organismes internationaux, ce qui implique de très prudentes mais indubitables mesures de libéralisation. Depuis la fin des années 40, la "dérive" droitière du régime est une évidence pour les camisas viejas. En outre, comme le souligne Jato lui-même, la plupart des étudiants de la fin des années 40, et davantage encore ceux du début des années 50 n'ont pas directement vécu la guerre civile de façon active :

  • 7 Toutes les citations sont extraites de la première édition (1953) ; la pagination renvoie à cette é (...)

"En 1946 gentes en cierto modo nuevas, que por su edad no habían sido actores en nuestra guerra, comenzaban a poblar la Universidad" (p. 340)7.

6Et Jordana Fuentes ajoute dans son épilogue :

"El año que viene, ingresarán en la Universidad los muchachos que nacieron en 1936" (p. 341).

  • 8 M. A. Ruiz Carnicer, "El Sindicato Español Universitario (SEU)", op. cit., 1988, p. 227.
  • 9 1) 1933 : anniversaire de la fondation de la Phalange et du S.E.U. ; 2) 1943 : anniversaire de ce q (...)

7Pour cette nouvelle génération d'étudiants, David Jato conçoit qu'il faut un discours plus adapté afin de préserver ce qui est pour lui l'essentiel. En ce sens, il est sans doute du nombre de ces auteurs du début des années 50 qui, selon M. A. Ruiz Carnicer, craignent un divorce entre le régime et les jeunes générations8. Et sans doute Jato veut-il croire que, précisément en raison de cette menace, le moment est favorable à un renouveau du S.E.U. Aussi ne me semble-t-il pas excessivement aventureux d'envisager que La rebelión de los estudiantes (titre évocateur sur lequel nous reviendrons très bientôt) vient à point dans l'esprit de Jato pour célébrer un double anniversaire9 ; pour marquer l'année 1953 comme une date symbolique qui s'inscrirait dans un cycle : commencé en 1933 par la création du S.E.U. (21 novembre, premiers statuts du S.E.U. refusés par la Dirección General de Seguridad), ce cycle se poursuivrait en 1943 par. le décret du 11 novembre qui rend obligatoire l'adhésion au S.E.U. pour tous les étudiants, et il se refermerait peut-être en 1953, pour renaître aussitôt avec cette génération qui n'a pas connu la guerre civile. Bien que Jato n'explicite pas cette proposition, bien des indices conduisent à la formuler pour lui. Nous en voulons pour preuve, par exemple, cette note qui apparaît dès les premières pages de son récit :

"Pudiera no ser aventurado suponer que el 18 de julio de 1936 fue una consecuencia del desastre de 1898. Para Lain -Sobre la cultura española- las generaciones pasan por tres tiempos: "vivencia inicial, polémica y cumplimiento", y tal vez en un plano histórico debamos admitir esos tres momentos, inciados en el 98 y cubriendo su último estadio en nuestros días" (p. 13).

8Jato, comme Lain Entralgo (sans doute lui-même inspiré d'Ortega y Gasset) croit à des cycles historiques et à des cycles "générationnels". Il termine son récit sur la fin de l'étape qu'il appelle lui-même étape de fondation du S.E.U. Ne prétend-il pas suggérer qu'au terme de dix années de "normalisation", une nouvelle étape est sur le point de commencer en 1953 ? Le premier objectif de Jato est évident et explicite : il prétend d'abord instruire les nouveaux venus sur la geste héroïque de leurs aînés afin d'éviter qu'elle ne sombre dans l'oubli, danger que souligne Jordana Fuentes aussi dans son épilogue à La rebelión de los estudiantes, où il écrit :

"Si Dios no lo remedia, dentro de unos años para muchos jóvenes la batalla del Ebro tendrá fuerza similar a la de Lepanto, por ejemplo" (p. 342).

9Mais à ce premier objectif s'ajoute à mon avis un second : celui de présenter les acteurs du passé comme des modèles dynamiques, en prise directe avec les aspirations estudiantines de 1953, en raison d'un "esprit de révolte" qui, selon Jato, est naturellement lié à la jeunesse. C'est ainsi que La rebelión de los estudiantes attribue au S.E.U. historique des caractéristiques susceptibles d'interpeller les étudiants de 1953, afin de présenter le S.E.U. de 1953 comme unique recours, et comme la structure "naturelle" au sein de laquelle les étudiants pourront résoudre leurs inquiétudes bien réelles, et que Jato perçoit comme beaucoup de ses contemporains. Ces caractéristiques seraient les suivantes :

  • Inspiré dans les années 30 par des maîtres à penser qui sont toujours les maîtres à penser de la nouvelle génération, le S.E.U. serait la structure la plus apte à canaliser l'expression naturelle des inquiétudes inhérentes à la jeunesse, en 1953 comme en 1933 ;

  • Le S.E.U. se caractériserait en outre depuis ses origines par l'absence de sectarisme, l'intransigence "révolutionnaire", le sérieux universitaire, et le sens des responsabilités politiques que recherchent les étudiants du début des années 50.

Le S.E.U. et les intellectuels libéraux du premier tiers du XXe siècle : Ortega, Unamuno, Marañón et les autres

10Depuis son retour en Espagne en 1945, et malgré sa mise à l'écart -ou plutôt même à cause de cette mise à l'écart -Ortega jouissait, on le sait, d'un grand prestige auprès des étudiants les plus curieux et les plus remuants. On se souvient des mesures prises par le régime afin d'éviter que ses funérailles en 1955 ne soient le prétexte à des manifestations. Aussi la référence appuyée à l'une de ses oeuvres les plus connues dans le titre de l'ouvrage de Jato est-elle lourde de sens. D'emblée, avec un tel titre, le récit de Jato se présente comme un hommage, mais aussi comme une réponse au philosophe. En adoptant ce titre, Jato suggère que c'est grâce à la révolte des "élites" qu'a pu être contenue la révolte des masses ; qu'en se mobilisant en 1933, les étudiants du S.E.U. ont su relever le défi des masses dont Ortega annonçait la rebellion. Jato revendique ainsi au bénéfice du S.E.U. l'un des maîtres à penser les plus importants de la jeunesse intellectuelle de 1953. Ecartant délibérément la dimension temporelle, Jato va plus loin et revendique la figure d'Ortega comme inspiratrice de plusieurs générations (celles de 1914, de 1933, de 1953), sans rupture de continuité.

"Aquel grupo de jóvenes intelectuales prometía por boca de Ortega vertebrar a España, inundar de curiosidad y entusiasmo hasta los últimos rincones y sembrar la Patria de amor e indignación". (p. 23).

11Qu'importent les réticences d'Ortega à l'égard de la Phalange de 1935-1936 ! Selon Jato, en gardant le silence, l'homme José Ortega ne faisait que se trahir et trahir la "vérité trascendante" de sa pensée (que l'on me pardonne ici l'utilisation d'un vocabulaire digne de la rhétorique phalangiste en usage à l'époque), comme le montre cette citation extraite du sous chapitre de La rebelión de los estudiantes consacré à Ortega :

"Ni el Ortega de la máxima claridad y la mejor literatura, el Ortega de España invertebrada y La rebelión de las masas podría justificar su silencio ante el sacrificio de toda una generación que se confesó educada en sus conceptos y hasta en su estilo literario" (p. 183).

12Outre Ortega, Jato s'emploie aussi à récupérer au bénéfice du S.E.U. d'autres intellectuels libéraux de l'avant guerre, tels que Marañón et Unamuno. Certes, la récupération de ces intellectuels n'a rien d'original (pas plus que celle d'Ortega d'ailleurs). Mais il importe de souligner que Jato revendique sans réserve toute l'influence des intellectuels libéraux sur toute la jeunesse espagnole, même quand cette influence va clairement dans le sens de la République :

"Ortega, Marañón y Pérez de Ayala crearon la Agrupación al Servicio de la República, y en su manifiesto pensaron en los estudiantes. (...) La influencia de Ortega y Gasset y Marañón sobre los estudiantes era realmente decisiva" (p. 43).

13Et au sujet de la victoire de la République, Jato va jusqu'à rendre hommage à l'intention qui animait les intellectuels libéraux et les étudiants qui les suivaient, car cette intention, même si les moyens mis en oeuvre pour la réaliser lui semblent erronés, est selon lui de la même nature que celle qui animerait quelques mois plus tard la Phalange et le S.E.U. C'est ainsi que Jato n'hésite pas à user de la phraséologie phalangiste (voir les termes soulignés par moi dans cette citation) pour commenter l'attitude des étudiants :

"Los estudiantes habían sido ganados por la limpia prosa de los intelectuales y por un deseo vehemente de sacar a España de la mediocridad" (p. 47).

14Jato rappelle d'ailleurs à plusieurs reprises qu'Unamuno a été à l'écoute de la Phalange depuis le début (p. 60 ; pp. 135-136) et il rend un hommage appuyé à Marañón dans une note :

  • 10 De fait, ces possibilités ont été utilisées dès le début dans le champ de la propagande nataliste.

"La filiación falangista de Gregorio Marañón Moya tenía como reflejo una franca simpatía del doctor Marañón por la actitud política de José Antonio. Tal vez, a la inversa del caso de Ortega, deba reprocharse a la Falange de después de la guerra no haber utilizado adecuadamente las posibilidades en el campo del pensamiento del ilustre médico español" (p. 212)10.

15Il prend soin aussi d'évoquer de façon très positive la fuite de Marafión au moment de la guerre :

"Salvo los resentidos y escalatorres, el profesoràdo universitario dejaba como podía aquel inframundo. El doctor Marañón salió de Valencia con el pretexto de dar unas conferencias en la Sorbona y desde allí envió una carta a Agustín Edwards, que mereció los peores insultos de la prensa roja; la carta ponía de relieve el éxodo espiritual y material de los hombres de buena fe" (p. 263).

16S'agissant d'Unamuno, de Marañón, d'Ortega, Jato peut sans trop manipuler les faits, évoquer leurs sympathies à l'égard de certains aspects de la Phalange de la première heure. Cela ne lui est pas possible pour d'autres, et en particulier pour les libéraux des toutes premières années du siècle. Cependant, il a à leur sujet un discours d'une grande indulgence : selon lui, les désordres provoqués par les libéraux, bien que profondément néfastes, étaient dûs à un sincère désir de renouveau, qu'il approuve au demeurant sans réserves, car il était au moins porteur d'un projet patriotique :

"Los creadores de este ambiente eran precisamente los que intentaban renovar la Patria. Frente a ellos, las actitudes reaccionarias o simplemente nacionalistas conducían al estancamiento" (p. 17).

17Jato va même jusqu'à rendre hommage indirectement à la Institución Libre de Enseñanza en reconnaissant à Giner de los Ríos, malgré ses "erreurs gravissimes", ses "indiscutables réussites" :

"(...) Frente al conformismo cobarde, al ir tirando de una Enseñanza mediocre, su ventana al mundo suponía una corriente necesaria de renovación" (p. 17).

18En d'autres termes, Jato s'emploie à récupérer au bénéfice de la Phalange une pensée jusque-là condamnée par le régime, car c'est une pensée dont il sait qu'elle jouit d'un prestige certain parmi les étudiants. Il essaie donc de montrer que le S.E.U. de 1933 n'a fait que rassembler et canaliser dans le "bon" sens des aspirations partagées par tout l'évantail politique et idéologique des hommes de bonne volonté désireux de voir l'Espagne sortir du "marasme".

Le S.E.U. ou l'éloge de la Jeunesse : les étudiants11

  • 11 On notera chez Jato -comme chez la plupart des phalangistes, qu'ils soient camisa vieja ou camisa n (...)
  • 12 Ricardo Chueca, "La paradójica victoria de un fascismo fracasado", in Josep Fontana (Ed.), España b (...)

19C'est à la jeunesse, selon Jato, qu'échoit cette mission rédemptrice, non seulement en raison de son intransigence naturelle, mais aussi parce que les conditions historiques lui auraient confié un rôle dès le début du XXème siècle. Comme le fait remarquer Ricardo Chueca12 :

"El SEU tuvo cierto éxito entre los universitarios por la insistencia en lo joven como neutralizador ideológico de otras divisiones sociales alternativas".

20Mais Chueca ajoute qu'après guerre, cette idée de joven comme aglutinante ne fonctionne plus, car elle ne permet pas de distinguer vainqueurs et vaincus. Cependant, 15 ans après la fin de la guerre, cette notion peut paraître à nouveau opérationnelle aux yeux de Jato : elle pourrait permettre de rassembler une population estudiantine de plus en plus critique d'un côté, de plus en plus indifférente, de l'autre. Et de fait, Jato mise très fortement sur cette notion dans La rebelión de los estudiantes. C'est ainsi que, décidé à faire valoir un parallélisme entre l'irruption des masses et celle des élites estudiantines au début du siècle, Jato ne laisse pas passer une occasion de souligner le statut d'étudiant de tel ou tel intervenant dans le monde politique, du jeune roi Alfonse XIII, "apenas un estudiante" quand il monte sur le trône, à l'assassin du prince héritier d'Autriche à Sarayevo. Dès le début de l'ouvrage, il semble vouloir prendre le parti des étudiants en tant que tels, quelle que soit leur position politique. C'est ainsi qu'il insiste sur l'importance, en raison de sa nouveauté, du rôle des étudiants libéraux au début du siècle. Qu'ils soient monarchistes, libéraux, ou mauristes, les étudiants ont tous pour lui une seule et même vertu : celle d'être jeunes et par conséquent révoltés. Les exemples d'exaltation de la jeunesse foisonnent dans l'ouvrage de Jato, et il serait fastidieux de les énumérer. Mais ils convergent tous dans le sens d'une thèse fondamentale du livre : la jeunesse a toujours l'intuition de ce qui est juste ; elle a toujours fondamentalement raison dans ses révoltes ; encore faut-il qu'elle soit guidée afin de trouver la solution juste aux besoins justes et aux malaises légitimes qu'elle éprouve.

21Pour Jato, c'est la Phalange qui a su le mieux canaliser ces revendications, c'est le régime de Franco qui y répond le mieux, aussi est-ce au sein du S.E.U. que la jeunesse estudiantine de 1953 trouvera la solution au malaise et à la révolte légitime et naturelle qu'elle éprouve.

Un syndicat dynamique et non sectaire. Les relations du S.E.U. avec les étudiants catholiques

22Encore faut-il montrer que l'esprit du S.E.U. est un esprit non sectaire, capable d'entendre les divergences et de les résorber. L'exemple et la preuve de cette capacité, Jato les donne dans sa reconstitution des relations entre le S.E.U. d'avant guerre et les autres associations d'étudiants hostiles à la République, en particulier la Asociación Escolar Tradicionalista et la Federación de Estudiantes Católicos. Certes, compte tenu de l'existence même de F. E. T. y de las J. O. N. S., Jato ne peut pas se permettre de mettre en avant de façon explicite, les conflits antérieurs et encore moins postérieurs à l'Unification. Mais son insistance -parfois innécessaire- à souligner la bonne entente entre ces différentes associations mérite qu'on s'y attarde.

23Dans La rebelión de los estudiantes, Jato suit l'évolution des étudiants de la droite catholique monarchiste ou traditionnaliste depuis la fin de la dictature de Primo de Rivera. Il formule à leur propos des points de vue qui sont tantôt le point de vue de la Phalange et du S.E.U. à un moment donné qui coïncide avec celui du récit, tantôt son propre point de vue en 1953. Contradictoires au premier abord, ces points de vue deviennent cohérents dès lors qu'on les observe depuis la perspective de l'année 1953, où Jato tient à présenter le S.E.U. comme le fer de lance du mouvement étudiant, fer de lance capable de stimuler dans le sens "juste" les aspirations diffuses d'une jeunesse par nature rebelle, et de galvaniser par son exemple des groupes jugés parfois un peu "mous". C'est ainsi que Jato a des paroles très dures pour l'Association des Etudiants Catholiques qui selon lui devient "inutilisable" à la fin de la dictature car :

"Se planteaba la lucha, crudamente, en terrenos políticos, y se precisaba un reforzamiento de los sectores de acción" (p. 41).

24Ce n'est pas en raison de son idéologie que l'association devient inutile, selon Jato, mais en raison des nécessités politiques du moment. Trop peu politique à un moment donné, l'A. E. C. devait être supplantée par un mouvement plus adapté aux circonstances, donc, plus énergique. La Asociación Escolar Tradicionalista tient bientôt ce rôle selon l'analyse de Jato. Ce dernier tend à montrer que les clivages résident davantage dans une différence d'intensité et d'énergie que dans une différence idéologique. C'est ainsi qu'il insiste bientôt sur la pujanza des Etudiants Catholiques en 1932 contre la F. U. E., et qu'il précise qu'en 1934/1935, de nombreux membres du S.E.U. étaient en même temps des dirigeants des Etudiants Catholiques (p. 123). Ainsi, dans la mesure où les Etudiants Catholiques manifestent un peu de combativité et travaillent en accord avec le S.E.U., Jato les prend en sympathie. On trouve plusieurs fois des références appuyées à la collusion entre Etudiants Catholiques et S.E.U., mais chaque fois, Jato prend soin de souligner la prééminence du S.E.U. Ainsi, après avoir signalé le dilemme auquel s'était trouvé confronté le S.E.U. devant une grève dont l'initiative appartenait à l'A. E. T. et à la F. E. C. (p. 199), il affirme que le S.E.U. avait repris le dessus (grâce à la surenchère, ce qu'il ne dit pas) :

"Los estudiantes católicos habían estimado que en modo alguno podía mantenerse una actitud de rebeldía indefinida; por ello, la prolongación de la huelga fue mestra de pujanza por parte del sindicato" (p. 204).

25Toujours au sujet de cette même grève de janvier 36, Jato présente le S.E.U. comme l'interlocuteur privilégié du Gouvernement d'alors, et présente les autres tendances comme de simples comparses :

"Ante la dureza del sindicato, el Presidente del Consejo de Ministros, acompañado del Ministro de Instrucción Pública, recibió al jefe nacional del SEU, a quién acompañaban el presidente de la Confederación de Estudiantes Católicos y un representante del secretario central de la Asociación de Escolares Tradicionalistas" (p. 204).

26L'affirmation de cette collusion conduit à la conclusion que l'unité existait déjà avant la guerre et avant l'unification d'avril 1937. Seuls sont exclus de cette hiérarchie harmonieusement dominée, selon Jato, par le S.E.U., les étudiants de la J.A.P. que Jato n'épargne à aucun moment :

"Aquellos jóvenes sin nervios eran el enemigo ideal para la avalancha roja que se presentía. Por eso, verlos fracasar fortalecía y esperanzaba" (p. 99);

"Los golpes a los blandos defensores del derechismo político no envanecía a los falangistas" (p. 194).

27Dans l'ensemble, donc, Jato s'évertue à faire passer l'idée que le S.E.U., tout en gardant l'initiative, a su absorber les forces vives de la jeunesse espagnole. Tout en laissant transparaître parfois une certaine lucidité (échec du S.E.U. comme syndicat autonome fidèle à la Phalange initiale) il prétend montrer que le S.E.U. a été fidèle à lui même en accueillant les autres tendances, et que cette ouverture est l'essence même de l'esprit du S.E.U. dès ses origines. N'est-ce pas ainsi qu'il faut comprendre ces mots en note de bas de page :

"Algunos herederos del carlismo no aprobaron esta unidad y se quedaron al margen; lo mismo ocurrió con ciertos falangistas, pero estos no se apartaron del" nuevo "organismo" (p. 296).

28Reste maintenant à examiner l'optique dans laquelle D. Jato envisage l'objet principal explicite de son récit, à savoir celui des rapports du S.E.U. avec le pouvoir.

Le vieux S.E.U. : de l'hostilité "révolutionnaire" à la coopération critique

29Dans son récit de l'histoire du S.E.U., David Jato est tout à fait à l'aise pour toute la période qui précède la Guerre Civile. On ne relève pas dans les chapitres qui traitent des années 32 à 36 de contradiction majeure, et ses jugements concernant les rapports du S.E.U. avec le pouvoir républicain sont tout à fait cohérents. En revanche, ses jugements sont autrement plus ambigus dès le moment qu'il aborde la période qui suit le décret d'unification de la Phalange (19 avril 1937), et qui va entraîner la perte de l'autonomie du S.E.U. Son vieux phalangisme fait apparemment mauvais ménage avec la nécessité de ne pas condamner un système progressivement instauré que couronne le décret du 11 novembre 1943. Cependant, il essaie de résoudre cette contradiction au bénéfice d'une thèse qui semble avoir sa raison d'être en 1953. Cette thèse est selon moi la suivante : le S.E.U. est une structure dont la fonction est de susciter la critique et de canaliser celle-ci dans le but d'obtenir les réformes nécessaires au bien de l'Etat et de la Patrie. Il sait avoir recours à la violence quand celle-ci est nécessaire ; il sait reconnaître que ses revendications sont prises en compte et s'en satisfaire, même s'il y perd une part de son initiative, mais, toujours sur la brêche, il est attentif aux besoins, et il est toujours prêt à reprendre des forces pour défendre la pureté inchangée de ses idéaux.

30En général, Jato se montre en effet plutôt camisa vieja. C'est ainsi qu'il reprend avec une certaine amertume les propos du chef du S.E.U., Valcárcel, lors du 5ème Conseil National du S.E.U. de janvier 1944 :

"Hoy puede considerarse terminada la étapa fundacional del Sindicato", pour ajouter aussitôt: "En general, los viejos seuistas asistieron con indiferencia al Consejo. (...) No cabía ya el espíritu de antaño" (p. 335).

31Cet "esprit" qui n'a plus lieu d'être n'est-il pas celui qui va de pair avec ce goût de la violence affiché par les premiers seuistes et auquel Jato consacre quelques paragraphes d'une indulgence attendrie ? Mais Jato souligne lui-même que ce goût était incompatible avec un sérieux académique dont il fait l'un des éléments fondamentaux du S.E.U. de l'après guerre :

"Las preocupaciones de los estudiantes falangistas fueron en un principio poco académicas. Desde el primer día toda la actividad tenía un neto matiz de violencia, y no se abandonaría ni un solo instante la idea de un esfuerzo final rebelde y violento. Por eso los mayores cariños fueron para las escuadras de choque. Las milicias eran ya, como se pedía en el semanario [FE], una juventud sana, limpia, alegre y heroica" (p. 63).

32En d'autres termes, quand cela était nécessaire, le S.E.U. a su laisser au second plan le corporatisme estudiantin au bénéfice de l'intérêt supérieur de la Patrie. Mais dès 1934, il prenait ses responsabilités universitaires en fixant des objectifs :

"En la primavera de 1934, el movimiento sintió su crecimiento. Ni la Falange contaba como única sustentación humana importante a los jóvenes universitarios, ni el SEU se limitaba a grupos de escuadristas violentos. Esta situación empujó al sindicato a una mayor concreción profesional" (pp. 102-103).

33Jato cite en particulier très longuement le texte rédigé par Ruiz de Alda, dont il faut souligner ce paragraphe :

"Fijaos bien, arquitectos e ingenieros, médicos y maestros, en la inmensa labor que tenéis por delante : hacer la nueva España; la España nuestra y verdadera. De la Ciudad Universitaria tienen que salir los hombres nuevos, empapados de España, rebeldes y audaces, tienen que salir los nuevos conquistadores de España".

34Après guerre, le S.E.U. se préoccupe, toujours d'après Jato, de veiller aux intérêts des étudiants combattants, mais n'admet pas que l'on puisse négliger le sérieux académique des examens :

"Con la paz, a la tarea de reorganizar la vida escolar, reconstruir edificios y depurar al profesorado, se añadió la necesidad de buscar fórmulas que permitieran recobrar, en parte, el tiempo de las trincheras, sin que, "patrióticamente", se dieran por hechos les exámenes sin más mérito que los guerreros. (...) Es decir, ni aprobados generales, ni estancamientos en la formación profesional de los combatientes" (p. 293).

35D'après Jato, c'est donc à la vigilance du S.E.U. que l'on doit le rétablissement du sérieux universitaire. En d'autres termes, il prétend affirmer qu'à cette occasion au moins, c'est l'Etat qui a accédé aux souhaits du Syndicat, et non l'inverse. Cependant, Jato doit à la vérité de nombreux aveux d'échec du S.E.U., mais il transforme presque toujours ces échecs en demi-victoires :

"En España, el SEU, prácticamente, continuaba su vida autónoma. Existía, sí, una evidente pugna con el Frente de Juventudes, al que los mandos del sindicato no se resistían a admitir, sino como campo de acción propio. En el forcejeo, había de llevar la mejor parte el joven organismo falangista" (p. 323).

36La création du Frente de Juventudes était à l'origine, on le sait, la reprise d'une proposition du jeune Sotomayor qui a été écarté au profit de Manuel Guitarte. En outre, le projet de Sotomayor consistait à intégrer le Frente de Juventudes au S.E.U., et non l'inverse. De cet échec, on ne trouve la trace dans La rebelión de los estudiantes que dans cette petite phrase citée ci-dessus. Nulle part ailleurs il n'est fait allusion au projet de Sotomayor, que Jato ne cite d'ailleurs que pour rendre hommage à sa mort héroïque sur le Front Russe (p. 325). Quand il ne peut tourner les échecs en victoire, Jato s'emploie à montrer que les seuistas ne sont pas dupes. C'est ainsi qu'il souligne le dynamisme et l'esprit critique et d'initiative de la délégation espagnole au Congrès de Vienne (septembre 42) :

"Por vez primera, las juventudes falangistas acudían a un Congreso Internacional de importancia política. (...) Al llegar la delegación española a Viena, se encontró con que todo estaba previsto, hasta los acuerdos. Los asistentes estaban llamados a figurar como comparsas y no tenían necesidad ni siquiera de molestarse en pensar" (pp. 323-324).

37On remarquera d'ailleurs qu'ici, la critique ne s'adresse pas au régime franquiste mais à des organisateurs étrangers. Il n'en reste pas moins que Jato avoue le malaise d'un S.E.U. privé d'héroïsme militaire et d'influence politique :

"El SEU no encontraba su sitio, ni sus multiples actividades profesionales (...) podían satisfacer a sus dirigentes. Con el extraordinario crecimiento del Movimiento Nacional, y con la paz política, el papel de los estudiantes, al limitarse a lo universitario, se empequeñecía. El sindicato, en definitiva, no influía en la vida política, ni suiquiera en la falange, y esto era decepcionante et inesperado" (p. 307).

38De l'aveu même de Jato, l'esprit du S.E.U. de la première heure ne pouvait se développer que dans la guerre. Rendu à sa vocation universitaire, et faute de cohésion, le syndicat avait du mal à se reconvertir :

"El sindicato no había conseguido en el Escorial crear un "equipo" como entonces ya se decía, ni por la solidez de sus hombres, ni por la coincidencia en la acción a seguir" (p. 308).

39Il y a bien sûr une évidente contradiction à prétendre affirmer que le S.E.U. a su pendant toutes ces années gagner des victoires et infléchir la politique franquiste : syndicalisation unique et obligatoire, création des Milices Universitaires, etc, et à souligner pourtant sa marginalisation politique. Sauf à admettre, avec une pointe de nostalgie, certes, qu'avec l'ordonnance ministérielle du 11 novembre 1943 se terminait une époque :

"Con ello desaparecía oficialmente el viejo SEU. Pasaba a ser patrimonio de todos los estudiantes. El sindicato de un grupo de exaltados se convertía, en gracia al triunfo político, en alma de la unidad universitaria" (p. 332).

40L'ambiguïté de cette remarque me semble révélatrice de l'attitude de Jato et du message qu'il prétend faire passer : parce qu'il a vaincu, le groupe des exaltés doit céder la place, admettre que son rôle est terminé. Le processus avait commencé dès la création du Frente de Juventudes :

"Se realizaba una de las peticiones de las jerarquías del SEU, pero no se les encomendaba, como habían calculado, la Jefatura. De hecho, el sindicato siguió viviendo autónomo y perdiendo lentamente sus escasas posibilidades de mando político" (p. 305).

41Les hommes qui constituaient le S.E.U. à ses débuts devaient se résigner à abandonner la place à d'autres, ou se résigner à s'adapter à des comportements différents. Mais il ne s'agissait point là d'une trahison ou d'un quelconque abandon de l'idéal originel :

"Sería erróneo juzgar por esta desviación que los mandos del SEU perdían espíritu y se burocratizaban" (p. 311).

42Si Jato montre de la sympathie pour ceux qui, en 1941, quand le S.E.U. s'est engagé "dans le chemin de la complexité administrative", ont "senti le risque de se transformer en chefs-fonctionnaires", il tient à affirmer que ce risque n'existait pas réellement. Tout se passe comme si Jato tentait de montrer contre vents et marées qu'en dépit du lest progressivement lâché, le S.E.U. est resté le même dans son "esprit". Peut-il d'ailleurs se permettre de dire explicitement que le S.E.U. n'a pas été fidèle à lui-même alors que lui, Jato, reste dans le système ? Peutil aussi dire explicitement que le S.E.U. a été vidé de sa substance par le régime ? En laissant transparaître une certaine déception et en affirmant en même temps la permanence de l'ideal seuiste, Jato prétend établir un trait d'union entre le malaise des étudiants de la génération précédente et celui de la génération de 53. Pour Jato, les étudiants de 1953 souffrent d'inquiétudes dont l'origine est la même que celle des étudiants de l'immédiat après guerre : les uns comme les autres souffrent de ne pas avoir de prise directe sur la réalité politique. Selon la thèse de Jato, le pouvoir a effectivement réalisé les aspirations politiques du S.E.U., mais en écartant ses membres des aires de décision. De la sorte, Jato évite de mettre en cause la politique de l'Etat franquiste (le souhaite-t-il ?) tout en affirmant la légitimité du malaise en 1943 comme en 1953.

43A qui s'adresse ce texte ? Selon les différents niveaux de lecture que j'ai essayé de dégager, il s'adresse tout d'abord aux étudiants rétifs : il tente de les persuader que leur désir de changement peut être assumé par un S.E.U. qui s'est créé sur le terreau d'une pensée que ces mêmes étudiants revendiquent. Il s'adresse aussi aux étudiants catholiques et aux étudiants monarchistes, à qui l'on veut montrer que le S.E.U. a toujours été en sympathie avec eux. Il s'adresse enfin aux jeunes nostalgiques de la Phalange originelle, à qui il prétend montrer que le S.E.U. est toujours aussi combatif, même s'il a perdu sa force politique.

Notes

1 Miguel Angel Ruiz Carnicer, "El Sindicato Español Universitario (SEU) y el surgimiento de la oposición estudiantil al régimen", in Javier Tussel, Alicia Alted, Abdón Mateos (Eds.), La oposición al régimen de Franco, estado de la cuestión y metodología de la investigación (actas del congreso internacional 19/22 octubre 1988), Madrid, U.N.E.D., 1988, t. II, p. 223.

2 El Sindicato Español Universitario (SEU) 1939-1965, la socialización política de la juventud universitaria en el franquismo, Thèse soutenue à l'Université de Saragosse en 1990.

3 Noter cependant l'ouvrage de Miguel Angel Ruiz Carnicer Los estudiantes zaragozanos en la posguerra (aproximación a la historia de la Universidad de Zaragoza, 1939/1947, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 1989, ainsi que plusieurs articles et communications du même auteur, dont l'article cité plus haut.

4 Citons avec Ruiz Carnicer les travaux de S. Ellwood, R. Chueca, J. M. Maravall, J. F. Marsal, etc. Et aussi, paru en 1988, El Frente de Juventudes en la España de la postguerra, 1937/1960, Madrid, Siglo XXI, par Juan Sáez Marin.

5 Une étude comparative des trois éditions successives serait d'un grand intérêt, ne serait-ce que pour noter comment Jato, fidèle à la thèse qu'il expose dans sa première version, voit dans les événements de 1968 une confirmation de cette thèse. Selon lui, la révolte serait une constante inhérente à l'étudiant qu'il conçoit comme une catégorie humaine a-temporelle ou a-historique. La révolte étudiante de 68 serait donc pour lui de même nature que celle qui a mobilisé les jeunes phalangistes de 1933, car elle serait impulsée par ce même réflexe en quelque sorte "naturel". Mais c'est là un travail qui déborderait le cadre limité de cette communication.

6 Ce sous-titre disparaîtra dans les deux éditions postérieures.

7 Toutes les citations sont extraites de la première édition (1953) ; la pagination renvoie à cette édition.

8 M. A. Ruiz Carnicer, "El Sindicato Español Universitario (SEU)", op. cit., 1988, p. 227.

9 1) 1933 : anniversaire de la fondation de la Phalange et du S.E.U. ; 2) 1943 : anniversaire de ce que Jato considère comme la fin de l'étape de fondation du S.E.U. : l'obligation, pour tous les étudiants d'adhérer au S.E.U.

10 De fait, ces possibilités ont été utilisées dès le début dans le champ de la propagande nataliste.

11 On notera chez Jato -comme chez la plupart des phalangistes, qu'ils soient camisa vieja ou camisa nueva- la pratique constante d'un amalgame jeunesse = étudiants. Il est rare, voire même exceptionnel, de trouver chez ces auteurs une allusion à la jeunesse ouvrière ou paysanne.

12 Ricardo Chueca, "La paradójica victoria de un fascismo fracasado", in Josep Fontana (Ed.), España bajo el Franquismo, Barcelona, Crítica, 1986, p. 76.

Auteur

Université de Poitiers

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540