Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

I. Université, pouvoirs et contrepouvoirs

L'université "socialiste" au Mexique sous Cardenas : la revue Orbe de l'Université de Yucatán

Jacqueline Covo

Texte intégral

  • 1 Historia de la Revolución Mexicana, ed. El Colegio de México, Vol. 17, Victoria Lerner, "Periodo 1 (...)

1Dans la vaste tâche de restructuration qui suit la Révolution mexicaine, lors du deuxième quart de notre siècle, l'éducation, chargée d'amener la nation à participer au changement institutionnel, est un enjeu considérable, soumis aux fluctuations idéologiques et politiques. On sait l'ampleur que prit le débat sur l'éducation dite "socialiste", dans les années 33 à 36 surtout1.

  • 2 La Hemeroteca Nacional de Mexico ne possède pas de collection de cette revue trimestrielle ; nous (...)
  • 3 V. Lemer, op. cit., pp. 25 et 56. Voir aussi El Nacional, 9.1.36, p. 2 et 7.3.36, p. 2.
  • 4 V. Lemer, op. cit., p. 93. Τoutefois l'article 3 constitutionnel ne fut amendé à nouveau qu'en 193 (...)

2La modeste revue d'une modeste el lointaine université de province, Orbe, organe de l'Université de Yucatán2, nous semble digne d'intérêt parce qu'elle permet de toucher du doigt les décalages de toute sorte qui se manifestent entre "centre" et "périphéries" : si la question de l'enseignement "socialiste" concerna essentiellement les cycles primaire et secondaire, au niveau national, c'est ici presque exceptionnellement l'Université qui se proclame socialiste -l'autre cas étant l'Université du Michoacan, état de la fédération d'où était originaire le Président Cardenas3- si, en 1936, la réforme commençait à retomber et les attitudes de conciliation à se multiplier dans le pays4, la revue que nous étudions se réclame vigoureusement du "socialisme" dans les années 37 et 38. S'agit-il d'une attitude de "suivisme" à retardement ? ou plutôt d'une capacité à emprunter au dogme proposé par le centre les outils propres à agir sur les réalités nationales ? Ce sont les questions que nous tenterons de poser à Orbe.

  • 5 V. Lemer, op. cit. p. 131, cite en référence El Nacional du 19.1.36.
  • 6 Ibid., pp. 14-15. Cf Francisco Paoli et Enrique Montalvo, El socialismo olividado de Yucatán, Méxi (...)
  • 7 L'agitation universitaire est à son comble en 1935 et, le 2 septembre, El Nacional publie un manif (...)

3La Constitution de 1917, issue de la Révolution, instaurait par son article 3 un enseignement laïc ; cet enseignement ne concernait guère qu'une partie de la population puisque, selon les statistiques officielles de 1930, seuls 42 % des enfants de 6 à 10 ans fréquentaient l'école5 ; aussi El Excelsior, en 1936 (19. III, p. 5) pouvait-il se gausser de efforts du gouvernement pour créer des bibliothèques, dans un pays où 75 % de la population était analphabète et où, des 25 % restant, peu de personnes pratiquaient la lecture. Cependant, les statistiques étaient bien meilleures pour l'état de Yucatán, ainsi qu'au Quintana Roco, puisqu'elles proposent 60 % d'enfants assidus6. S'il est exact, ce chiffre peut sans doute être attribué à l'intense quoique bref travail de réforme entrepris par le gouverneur "socialiste" du Yucatán, Felipe Carrillo Puerto, qui y implanta, au début des années vingt, les méthodes "rationalistes" introduites, semble-t-il, par des anarchistes espagnols émigrés et qui, de là, irradièrent dans les états voisins7. Peut-on voir dans le radicalisme de cette période une explication aux positions universitaires en flèche, quelques années plus tard ? Toujours est-il qu'en 1936, le quotidien gouvernemental El Nacional (14.1.36, p. 1) dans un article titré "Ardua labor educacional en Yucatán", signale la forte impulsion créée par le plan sexennal : 109 écoles supplémentaires se sont ajoutées, en 1935, aux 195 qui existaient déjà, dont 98 écoles du soir, destinées aux travailleurs, et l'augmentation du budget est considérable.

  • 8 G. Guevara Niebla, op. cit., p. 45 et sq.
  • 9 V. Lemer, op. cit, pp. 82-83.

4A l'échelle nationale, la promotion de l'éducation dite "socialiste" apparaît dès 1933, dans la période antérieure à la présidence de Lázaro Cárdenas, notamment dans son Plan Sexennal programmatique, et est adoptée par les Chambres à la fin de 1934. Mais l'opposition parfois violente d'un Enseignement Supérieur que les structures sociales réservaient à une élite amena le gouvernement à dispenser l'Université de la réforme, par le biais de son statut d'autonomie, reconnu en 1929 et 19338. Notons cependant que le besoin des subventions de l'Etat amena les autorités académiques, et notamment, à Mexico, le recteur Luis Chico Goerne (1935-1938) à tenir un discours prudent, visible dans les pages de la revue Universidad de l'Université Nationale de Mexico9.

5Qu'était donc cet enseignement "socialiste" qui déchaîna les tempêtes ? L'article 3 constitutionnel, amendé en 1934, dit :

"la educación que imparta el estado será socialista, y además de excluir toda doctrina religiosa, combatirá el fanatismo y los prejuicios, para lo cual la escuela organizará sus enseñanzas y actividades en forma que permita crear en la juventud un concepto racional y exacto del universo y de la vida social".

  • 10 Orbe, n° 4 (janvier-mars. 38), "Labor de la Universidad en 1937, p. 7-2. Voir aussi Diccionario Po (...)

6Dès son adoption les commentateurs soulignèrent l'imprécision de la rédaction, les difficultés d'application par des maîtres peu et mal formés, et même les contradictions avec l'avance industrielle et capitaliste de la conjoncture ; on serait tenté de retenir avant tout, dans l'interprétation du mot "socialiste", les références à la vie sociale, en adéquation avec les idéaux révolutionnaires, l'accent mis sur le matérialisme, les préoccupations pour les sciences et le souci de l'intérêt collectif'10.

7C'est dans ce contexte national qu'il faut situer la réflexion universitaire yucatèque. Le Yucatán, périphérique -il manifesta même des vélleités séparatistes au XIXè siècle- est un état agricole, peu peuplé, sous-développé, aux structures sociales archaïques, malgré la brève parenthèse socialiste du début des années vingt (le gouverneur Carrillo Puerto, élu en 1922, fut exécuté en 1924).

  • 11 G. Guevara Niebla, op. cit. appendice p. 95 : la même année la UNAM de la capitale avait 11.421 ét (...)

8La "Universidad Nacional del Sureste de México", "nacida al calor del movimiento socialista en Yucatán, y creada con definida función revolucionaria" (Orbe, n° 4, "La Facultad de Jurisprudencia") avait été créée en 1922 par accord entre José Vasconcelos, Ministre de l'Education et le gouverneur Carrillo Puerto. Est-ce par erreur ou parce qu'elle n'avait pas réellement commencé ses activités que El Nacional, en 1938 (24.8, p. 5) lui attribue deux années d'existence et la dit "flamante" ? En tout cas, le 14 janvier 1937, son Conseil approuve ses plans d'études "inspirados en la ideología afine a la Revolución Social Mexicana", plans destinés à former une jeunesse "que en el futuro actuará en un estado social mejor que el actual y más justo"11. L'article 3 de ses statuts, publié dans le n° 7 (oct-déc. 1938, p. 252-254) indique ses ressources : droits d'inscription et d'examen -susceptibles d'orienter la sociologie étudiante-, impôts et droits cédés par le gouvernement de l'état, dons -pourvu qu'ils ne compromettent pas l'autonomie de l'Université. A la fin de 1938, l'Université "del Sureste" devient "Universidad de Yucatán" (n° 7).

9L'héritage socialiste et le manque de tradition peuvent avoir évité à, cet établissement les pesanteurs idéologiques et l'élitisme : les enseignements dispensés se limitent aux disciplines "utiles", en prise avec les besoins sociaux : Médecine, Odontologie, Chimie, Pharmacie, Ingéniérie ; une école "Préparatoire", une école d'infirmières et de sages-femmes, un Institut "Populaire" destiné aux adultes et fonctionnant aux niveaux primaire supérieur, secondaire et préparatoire relèvent également de la gestion (n° 4, "Labor de la Universidad en 1937"). En 1938, l'Université réorganisa ses enseignements pour les rapprocher de la réalité régionale, enrichir la culture et la mettre au service de la collectivité, notamment par la création d'un département de Recherche,

"encargado de enriquecer el acervo científico de nuestro medio y de orientar a la comunidad yucateca en el estudio y resolución de sus problemas sociales" (n° 7, oct. dic. 38, "La Universidad de Yucatán").

10La Faculté de Jurisprudence, créée à l'origine, fut suspendue pour cinq ans par décision du Conseil de l'Université, au début de 1938, en accord avec les idéaux révolutionnaires et les besoins des "classes prolétaires" :

"(...) a la vez que hacía fomentarse una clase profesional ya casi sin papel que desarrollar dentro de la nueva estructura de nuestra economía, contribuía, por otra parte, a distanciar a la Universidad de su misión estrictamente de orden social" (n° 4, janvier-mars 38, "La facultad de jurisprudencia", pp. 5-6).

11L'Université, en effet, a pour mission la formation d'éléments "utiles", et non de

"(...) nuevas remesas de profesionales que casi no encontrarían aplicación de sus actividades en un régimen que se pretende sea de igualdad".

12Aussi projette-t-on de transformer cette faculté en école d'économie et de sciences sociales, invitant les étudiants à poursuivre leurs études en accord avec "la justification révolutionnaire de l'Université" (ibid).

13Cet appel n'était pas inutile, si l'on considère qu'en 1937, d'après Orbe, les étudiants juristes formaient plus du tiers des inscrits, comme le montre le tableau cidessous, montrant par là que l'ouverture au changement avait ses limites :

  • 12 Orbe. n° 7, art. cit. Les baccalauréats, préparés en deux ans au moins, devaient comporter un mini (...)

POBLACION ESCOLAR12

HOMBRES

MUJERES

TOTAL

Facultad de Jurisprudencia

87

3

90

Facultad de Medicina y Cirurgía

94

2

96

Facultad de Química y Farmacia

13

13

26

Facultad de Ingeniería

6

0

6

Facultad de Odontología

5

5

10

Escuela de enfermeras y comadronas

0

32

32

Preparatoria

235

51

286

Instituto Popular : Secundaria

39

3

42

Instituto Popular : Primaria

14

0

14

TOTAL

493

109

602

14Si l'on considère les résultats, le bilan est maigre : neuf diplômes de Médecin-chirurgien-accoucheur, deux titres d'avocat, un de chimiste, ainsi que vingt diplômes de fin de "préparatoire", d'après Orbe (n° 4).

15Malgré ou du fait de ce petit nombre de diplômés, l'Université de Yucatán eut à résoudre des problèmes d'équivalence ; on peut supposer que certains de ses étudiants avaient souhaité poursuivre leurs études ailleurs, dans la capitale, notamment, et les autorités académiques prirent l'initiative de réclamer une réunion pour fixer les bases d'équivalence des études préparatoires dans tout le pays. Cette réunion, convoquée par le recteur de la UNAM, Dr Gustavo Baz, à laquelle participèrent des représentants de vingt établissements du pays assurant des études préparatoires, se déroula à Mexico en novembre 1938. Le compte rendu qu'en fit le recteur de l'Université de Yucatán, l'Ingénieur Ancona Albertos, dans le n° 7 de Orbe ("La Junta de representantes de Escuelas Preparatorias", pp. 199-209), permet de préciser la ligne idéologique de son établissement : il semble, en effet, que les tentatives d'harmonisation des cursus placèrent d'emblée les débats sur un terrain politique, malgré les dénégations des participants : le représentant de la UNAM alléga que la liberté d'enseignement ("libertad de cátedra") reconnue par son établissement l'empêchait de définir des critères politiques ou idéologiques ; le recteur de l'Université du Yucatán protesta qu'il n'avait pas non plus de visées politiques, même si son Université ne reconnaissait pas la liberté d'enseignement :

"El artículo 3° de su estatuto establece la obligación de la universidad de organizar sus enseñanzas y actividades en forma que permita crear en sus educandos un concepto racional y exacto del Universo y de la vida social, combatiendo todas las doctrinas religiosas o sociales que se le opongan".

  • 13 El Nacional, 24-8-1938, p. 5.
  • 14 Parmi les produits annoncés par Universidad on trouve : la loterie nationale, appareils photo et i (...)

16On reconnaît là certains des termes et l'esprit de l'article 3 constitutionnel, amendé par le Congrès en 1934 pour l'enseignement primaire et secondaire ; toutefois, poursuivait le recteur de l'Université, il ne prétendait pas imposer ce critère que n'avaient pas adopté toutes les universités. Le débat technique souligna donc la nécessaire liberté, pour chaque établissement, d'adopter l'orientation idéologique de son choix, ainsi que celle de s'adapter aux spécificités régionales. On se mit donc d'accord pour définir deux catégories de matières, l'une obligatoire pour tous les établissements et base des équivalences, l'autre comportant des options. El Nacional, gouvernemental, qui informa également sur la préparation de cette réunion, souligna l'importance pour les universités provinciales de prendre en compte les besoins propres aux réalités économiques de leur région, bien différentes du nord au sud du pays, ainsi que l'idéologie constitutionnelle13. Les enseignements pratiques, les expériences de laboratoire, l'éducation physique furent particulièrement recommandés. La liste des baccalauréats créés par l'Université du Yucatán pour entrer en vigueur en 1939 montre aussi une ouverture délibérée sur la vie active (sciences économiques, sciences biologiques, droit et sciences sociales, architecture, sciences physiques et mathématiques, physique et chimie)14.

  • 15 Orbe, janvier-mars 1938, pp. 7-22.

17Si la jeune université du sud-est sut faire entendre sa voix dans la capitale, comme le manifeste cet épisode, elle tint aussi à posséder un organe qui la fit connaître. Selon l'article bilan de son numéro 4, "Labor de la Universidad en 1937,15 Orbe, revue trimestrielle fut créée au deuxième trimestre de 1937, pour s'articuler avec ses enseignements et traiter des questions médicales -maladies professionnelles et hygiène du travail, notamment -des problèmes sociaux et juridiques -légistation du travail en particulier- mais aussi de philosophie, critique littéraire et tout ce qui contribue à la diffusion de la culture et des "idées avancées de gauche". La même année, les éditions de l'Université publient un traité d'hygiène de la puberté, le code civil de l'état, un lexique technique et de néologismes greco-latins, tandis que la bibliothèque universitaire fait l'acquisition d'ouvrages "d'orientation marxiste et matérialisme" et de livres de droit, pour un total de 361 pesos.

  • 16 V. Lemer, op. cit.. pp. 175-192.

18La revue semble financée par le budget universitaire, et l'on n'y trouve pas, par exemple, les annonces publicitaires nombreuses, au contraire, dans la revue de l'UNAM de la même époque, Universidad16.

19Orbe se signale, dès l'abord, par l'affirmation d'universalité qu'exprime son titre, en réaction contre son caractère local et son lectorat forcément réduit. Une étude de contenu des quatre numéros d'une soixantaine de pages que nous avons pu consulter, sur les huit qu'eut la revue (n° 3, 4, 5,7) devrait nous permettre de cerner les centres d'intérêt s'articulant sur ces deux pôles, en relation avec l'idéologie proclamée : parmi les dix à douze articles que comporte chaque numéro, trois axes, qui parfois se recoupent, fournissent l'essentiel de la matière : le thème éducatif est bien à sa place dans une revue universitaire, mais l'enseignement supérieur est loin d'y être exclusif ; les thèmes juridiques, à première vue surprenants si l'on songe à la fermeture de la faculté de droit, et alors qu'on ne trouve qu'un article de biologie (n° 7) le sont moins quand on constate leurs liens étroits avec le troisième centre d'intérêt de la revue, l'aspect régional, et avec l'idéologie revendiquée. L'ouverture au monde extérieur, ou même à l'Amérique Latine et à la communauté nationale, très limitée dans les faits, s'articule également, le plus souvent, avec les préoccupations locales et idéologiques, puisqu'on y trouve, pêle-mêle, un discours sur Tolstoï (n° 3), un message aux femmes indo-américaines (n° 3), un article sur la nationalisation du pétrole (n° 5), un appel au devoir de l'Amérique Latine vis-à-vis de l'Espagne (n° 7). Les thèmes médicaux annoncés sont absents des numéros consultés, la culture n'apparaît guère que dans un feuilleton sur le théâtre (n° 3, 4, 5).

  • 17 Orbe, n° 3, octobre-décembre 1937, pp. 127-129.

20Le thème de l'éducation, donc, est omniprésent dans les pages de Orbe : une étude de l'histoire de l'éducation, signée Esteban Durán Rosado, se poursuit dans tous les numéros de la série, et le numéro 4 de janvier-mars 1938, publie également un article emprunté à "La Voz del Estudiante" de Paris, signé André Victor, sur l'éducation dans l'Espagne Républicaine. A court, peut-être, de rédacteurs, la revue publie aussi divers discours nationaux, en accord avec ses positions ; celui, par exemple du Lic. Gonzalo Vázquez Vela, Ministre (Secretario) de l'Education Publique de Cárdenas, "Un dilema de la juventud" qui définit les responsabilités de la jeunesse révolutionnaire17, face aux intérêts de la collectivité, sa solidarité avec les travailleurs, les maîtres, l'armée, son rôle

"de orientadores o guías de los jóvenes trabajadores del campo y de la ciudad".

21La mission de l'université dans l'oeuvre de réorganisation nationale est abordée par un discours de Narcisso Bassols, qui fut Ministre et réformateur de l'université, "La educación superior en México" (n° 4, pp. 39-56). Il est significatif que les conceptions qu'y expose l'ancien ministre soient dans le droit fil des réalisations yucatèques telles qu'elles sont exposées dans l'article bilan du même numéro : Bassols y souligne l'ampleur du problème de l'enseignement supérieur, du fait de son inadéquation avec les exigences, les aspirations, les orientations et les possibilités du pays ; il montre comment l'université coloniale, longtemps formatrice de docteurs en théologie, philosophes et juristes entr'ouvrit ses portes à la classe moyenne apparue avec l'industrialisation naissante, en 1869 -date du plan positiviste de Gabino Barreda- pour produire des ingénieurs des médecins et des avocats. Depuis, le système s'est figé : l'université de la capitale, congestionnée par l'afflux d'étudiants de tout le pays, plus soucieux d'acquérir un titre qu'une compétence, a perdu toute efficacité. Les établissements de province, dépourvus de moyens, incapables de recruter un corps professoral de qualité, sont condamnés à la routine. Il s'est creusé un fossé entre l'université et l'évolution des sciences et des besoins de la société : si l'université, poursuit Bassols dans les colonnes d'Orbe, continue à former des professionnels "serviteurs des privilégiés" elle perd tout lien avec les besoins et les intérêts des majorités. Aussi les structures universitaires doivent-elles être révisées de fond en comble, pour former les cadres dont la république a besoin, médecins, ingénieurs, agronomes, astreints à un service social, au service des masses du pays tout entier ; Bassols va jusqu'à refuser le libre choix d'exercer certaines professions, le soumettant à une planification en accord avec les besoins, principe que l'université du Yucatán a mis en pratique en fermant les portes de la Faculté de Droit.

22Ce projet de formation conduit l'Université du Yucatán, dans les pages d'Orbe, à mener une réflexion sur les orientations méthodologiques : rejetant le dogmatisme, prônant les méthodes expérimentales ("Métodos de estudio", n° 5, pp. 106-110), elle souligne l'une des premières de ses réformes, celle de l'enseignement de l'Histoire dans le sens de l'interprétation matérialiste de Karl Marx ; ainsi prétend-elle faire de l'histoire un auxiliaire de son appui aux masses, en substituant à l'histoire des hommes-guides celle de la lutte des classes ("la enseñanza de la historia en la universidad", n° 4, pp. 57-58).

23Le thème juridique, paradoxalement présent dans la revue, trouve sa justification dans une orientation similaire : droit issu de la révolution, thème du vol en cas d'extrême nécessité (n° 3), publication du code social du Yucatán (n° 5), législation de l'exploitation du sisal ou plaidoyer pour l'exploitation collective de la terre (n° 7) sont tous des articles qui s'ouvrent résolument aux intérêts des collectivités en s'articulant étroitement avec les particularités et l'économie régionale, abondamment traitées dans la revue : quatre articles, dans les quatre numéros que nous étudions, abordent la culture du sisal, sur laquelle repose l'économie de l'état (n° 3 -deux articles-, 4 et 7) ; mais on y trouve aussi des pages sur la céramique maya (n° 3), une histoire de l'imprimerie au Yucatán (n° 7), un article sur les particularismes des mayas du Yucatán qui fait d'eux, malgré l'exploitation dont ils ont été l'objet, notamment dans les plantations de sisal, "les grecs de l'Amérique" :

  • 18 Ibid., "Párrafos breves acerca de los mayas de Yucatán", n° 7, pp. 241-242.

"(...) ahora el indio tiene ante sí el camino abierto para ser nuevamente culto y además libre".18.

24Une signature féminine s'intéresse au rôle de la femme indigène, dans cette entreprise, rôle de formation des générations nouvelles (Julieta Carrera, "Mensaje a las mujeres indoamericanas", n° 3, pp. 153-156), tandis qu'une note de lecture rend compte d'un livre, publié par l'Université du Sudest, La Incorporación del indio a la civilización es la obra complementaria del reparto ejidal ; son auteur, le Professeur de philosophie et sciences sociales de l'Ecole Préparatoire du Yucatán, Humberto Peniche Vallado, y met en cause l'efficacité de l'alphabétisation comme méthode d'intégration. Si l'indien se trouve à un niveau d'évolution déficient, du fait de l'oppression qu'il a subie et de son statut économique et social, l'école rurale est condamnée à l'échec. Mieux vaut, selon le professeur Peniche, intégrer l'indien en lui donnant (comment ?) la jouissance de tout ce que la technique et la science ont mis au service de l'homme et de ses conditions d'existence : il faut l'accoutumer à la nourriture nutritive, au confort, au vêtement hygiénique et si possible esthétique, aux divertissements honnêtes qui le préparent mentalement, physiquement et moralement à la lutte sociale ; les sports, le théâtre, la radio ont un grand rôle à jouer, comme le cinéma qui peut être un puissant moteur révolutionnaire en montrant la lutte des classes dans la République et dans le monde ("Notas de libros", n° 3, pp. 176-180).

25C'est donc par son orientation idéologique que la revue yucatèque s'ouvre vers l'extérieur : à partir d'une analyse de la Révolution Mexicaine comme d'un authentique bouleversement des relations de classe (n° 3, oct-déc. 37, "En el aniversario de la Revolución Mexicana", pp. 135-139) Orbe montre, dans son éditorial de même numéro, titré "México, Quijote del mundo", le rôle que peut jouer le Mexique à un moment gros des menaces, grâce à sa position internationale et à l'action du Président Cárdenas : Don Quichotte, si l'on prend en considération ses capacités militaires rachitiques et sa situation géographique peu favorable, sa dynamique révolutionnaire en fait cependant un guide spirituel qui, à Genève, à travers ses représentants, soutient les institutions démocratiques et les peuples menacés, l'Abyssinie, la Chine, l'"Espagne martyre".

26Mais ce rôle de défenseur des opprimés s'étend à toute l'Amérique, selon le Lic. Francisco Canto Rosas qui, dans le numéro 7 ("El deber de América", pp. 230-235) retrace un historique des relations entre l'Espagne et ses ex-colonies, comparant l'acte de "piraterie internationale" que fut la conquête et l'exploitation coloniale par une Espagne "frailuna y capitalista" au sacrifice récent de l'Ethiopie ;

"(...) la encomienda, (de) la obvención y (de) la division en castas, (que) ponía al aventurero español, amigo y pariente del virrey, en lo más alto de la escala social y al indio -propietario legítimo de la tierra- en el último peldaño, colocado poco menos que al nivel de las bestias".

27Pourtant, le "matérialisme historique" édifia aussi les bases d'une véritable compréhension entre l'Espagne et l'Amérique grâce aux liens de la langue, des comportements, de la morale, du droit et même des liens économiques, surtout chez les masses prolétaires américaines, solidaires du prolétariat espagnol dans sa tragédie : le devoir de l'Amérique est l'aide au peuple espagnol,

"formar con Iberia un solo frente que marchará hacia la conquista del ideal socialista (...)"

  • 19 V. Lemer, op. cit., pp. 175-192.

28Revue atypique d'une université atypique, peut-être Orbe doit-elle justement son originalité idéologique au caractère périphérique de son milieu, écartelé entre l'archaïsme des structures et le radicalisme des tentatives de réponse ; revue et université virent dans le projet national d'éducation "socialiste" un levier pour agir sur les pesanteurs régionales. Ce projet mal défini, en butte aux oppositions de toute sorte, déjà lettre morte au centre lorsque l'université provinciale saisissait le relais, était remis en cause peu après19. Orbe, dans cette première période, disparut avec son numéro 8 du 1° trimestre 1939, sans que nous sachions si ce fut pour des raisons idéologiques, financières ou de diffusion. Sans doute des études régionales permettraient-elles de dégager les orientations postérieures de l'Université du Yucatán.

Notes

1 Historia de la Revolución Mexicana, ed. El Colegio de México, Vol. 17, Victoria Lerner, "Periodo 1934-1940 : la educación socialista". On peut voir aussi : Josefina Zoraida Vázquez, Nacionalismo y educación en Mexico, México. El Colegio de México, 1975, pp. 170-182 ; John A. Britton, Educación y radicalismo en Mexico : los años de Cárdenas (1934-1940), México, Sepsetentas, 1976. Ce dernier ouvrage s'intéresse peu à l'Université ; sur ce point cf. Gilberto Guevara Niebla, La rosa de los cambios-breve historia de la UNAM, México, Cal y Canto, 1990, mais sa perspective est centraliste. Enfin la presse du temps, et notamment El Nacional, organe du PNR, parti officiel, donne de précieuses informations.

2 La Hemeroteca Nacional de Mexico ne possède pas de collection de cette revue trimestrielle ; nous avons consulter les numéros 3, 4, 5 et 7 (oct. 37 à juin 38 et oct. dec. 38) à la Hemeroteca Municipal de Madrid. Rodolfo Ruiz Menéndez ("El periodismo universitario en Yucatán", in Revista de la Universidad de Yucatán, Mérida, vol. 21, n° 121, janvier-février, 1979, pp. 40-43) nous apprend seulement que le premier numéro de Orbe est daté d'avril-juin 1937 et le dernier, n° 8, de janvier-mars 39. Orbe connut une seconde période de 1942 à 1958.

3 V. Lemer, op. cit., pp. 25 et 56. Voir aussi El Nacional, 9.1.36, p. 2 et 7.3.36, p. 2.

4 V. Lemer, op. cit., p. 93. Τoutefois l'article 3 constitutionnel ne fut amendé à nouveau qu'en 1939, (Ibid., p. 182).

5 V. Lemer, op. cit. p. 131, cite en référence El Nacional du 19.1.36.

6 Ibid., pp. 14-15. Cf Francisco Paoli et Enrique Montalvo, El socialismo olividado de Yucatán, México, Siglo XXI, 1977, en particulier pp. 169, 193, 209.

7 L'agitation universitaire est à son comble en 1935 et, le 2 septembre, El Nacional publie un manifeste des autorités académiques ; en voici les articles 6 et 7 : "art. 6 : La universidad no podrá admitir que se le imponga ningún credo político o religioso ni que formen parte de su gobierno las personas que pretendan utilizarla para fines políticos o confesionales- art. 7 : No se aparta de los problemas de México (...) está atenta a las nuevas corrientes del pensamiento filosófico y político que buscan una más noble y más justa orientación para la vida de los pueblos ; ve con simpatía toda labor que tienda a mejorar las condiciones de las clases proletarias y especialmente del indio mexicano (...)".

8 G. Guevara Niebla, op. cit., p. 45 et sq.

9 V. Lemer, op. cit, pp. 82-83.

10 Orbe, n° 4 (janvier-mars. 38), "Labor de la Universidad en 1937, p. 7-2. Voir aussi Diccionario Porrúa de historia, biografía y geografía de México, 4a ed, 1976, art. Universidad de Yucatán, p. 2196.

11 G. Guevara Niebla, op. cit. appendice p. 95 : la même année la UNAM de la capitale avait 11.421 étudiants (9.173 hommes et 2.248 femmes).

12 Orbe. n° 7, art. cit. Les baccalauréats, préparés en deux ans au moins, devaient comporter un minimum de vingt matières ; la revue donne pour chacun d'entre eux la liste des matières obligatoires et l'horaire annuel ; voici, par exemple, le programme du baccalauréat de sicences économiques : espagnol (90h), deux cours de français ou anglais ou allemand (150h), étymologie (90h), logique (90h), éthique (90h), histoire générale (90h), histoire du Mexique (150h), mathématiques (90h), géographie humaine (90h), géographie physique (90h), introduction à la sociologie et à l'économie (90h), biologie et laboratoire (120h), littérature mexicaine et américaine (90h), introduction à la philosophie (60h), hygiène (30h), plus trois matières à option au moins.

13 El Nacional, 24-8-1938, p. 5.

14 Parmi les produits annoncés par Universidad on trouve : la loterie nationale, appareils photo et instruments d'optique -Zeiss-, appareillage électrique, articles de sports, alcools et tabac, éditions -Porrúa, Ercilla, Robredo.... Notons l'intérêt sociologique de ces encarts publicitaires.

15 Orbe, janvier-mars 1938, pp. 7-22.

16 V. Lemer, op. cit.. pp. 175-192.

17 Orbe, n° 3, octobre-décembre 1937, pp. 127-129.

18 Ibid., "Párrafos breves acerca de los mayas de Yucatán", n° 7, pp. 241-242.

19 V. Lemer, op. cit., pp. 175-192.

Auteur

Université de Lille III

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540