Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

I. Université, pouvoirs et contrepouvoirs

Pour une Amérique nouvelle : l’Université dans les projets bolivariens

Jeanine Potelet

Texte intégral

La seconde Indépendance

1Héritier de l’esprit des Lumières et bâtisseur de nations, Bolívar met au premier rang de ses préoccupations l’éducation de l’homme et du citoyen. La "seconde Indépendance", c’est-à-dire la libération des esprits et des mentalités par l’éducation, le progrès des sciences et la diffusion de la culture, est aussi importante à ses yeux que l’indépendance politique. L’éducation non seulement libère l’homme mais elle est la garante des libertés acquises, et l’instrument le plus efficace de l’unité recherchée. Elle est le fondement de la "seconde Indépendance" indispensable au maintien de la première, et sert les trois objectifs fondamentaux qu’il s’est donnés : indépendance, liberté et unité.

  • 1 Lettre du 1 er septembre 1817 adressée à Fernando Peñalver.

2"Moral y luces son los polos de una República, moral y luces son nuestras primeras necesidades", proclame-t-il dans le discours d’Angostura en février 1819. Déjà en 1817, depuis la vallée de l’Orénoque où il organisait la deuxième phase de la "guerre à mort" il réclamait une "machine à imprimer, aussi utile, disait-il, que les munitions"1. La diffusion des connaissances nouvelles, utiles au progrès de la nation et au développement de l’homme moderne, sa formation morale et civique, pour le plus grand bonheur individuel et collectif, tels sont les devoirs prioritaires du gouvernement responsable des populations qu’il est en train de libérer du joug colonial.

  • 2 Cf. les statistiques de la population fournies par Humboldt dont Bolívar fut un des grands admirat (...)

3A la veille de l’Indépendance, Espagnols et Créoles ne forment que 20 % de la population totale, et sur ces 20 % seul un petit nombre est ouvert aux Lumières2. Le nombre d’individus instruits et capables d’assumer des charges politiques et administratives, d’être les cadres futurs de la nation, se chiffre sans doute à quelques dizaines de milliers par grandes entités territoriales. Il est remarquable en outre que la petite minorité instruite ne l’est généralement pas dans les connaissances scientifiques et techniques nouvelles. La situation éducative se caractérise par ses excès et ses carences. Elle est marquée d’un côté par un enseignement scolastique de moins en moins formateur, réservé à une élite, par l’absence de l’enseignement des sciences exactes et des techniques qui sont méprisées par ceux-là même qui reçoivent une instruction, et de l’autre par l’inexistence d’une éducation populaire, et l’impossibilité pour le plus grand nombre d’acquérir les savoirs les plus élémentaires.

  • 3 Dès les premiers écrits de 1815 et 1819, il le définit comme "le plus extraordinaire et compliqué" (...)

4Au sein de la problématique de l’Instruction et de l’Education à apporter au plus grand nombre, et nécessaire à la création et au maintien des Républiques nouvelles, l’Université joue un rôle primordial. Dans la vision à la fois universaliste et nationaliste-pragmatique qui est celle de Bolívar, attaché à la philosophie des Lumières, mais aussi concerné par le "cas américain" dont il a maintes fois analysé la spécificité et souligné toutes les carences et les urgences3, l’Université traditionnelle coloniale doit laisser la place à une Université rénovée, dispensatrice d’enseignement modernes, aux perspectives beaucoup plus vastes et diversifiées, orientée en priorité vers la transformation et le progrès de la société qui l’intégreront à la marche du siècle.

5L’Université est le centre vital et le centre moteur dont dépendent la modernisation et la place de l’Amérique dans le monde civilisé. Son activité pour ce faire se situe à plusieurs niveaux. Elle concerne en premier lieu la transmission des savoirs, et en particulier des savoirs scientifiques nouveaux, jusque là négligés, ainsi que la production d’oeuvres originales qui diffuseront les lumières. Parallèlement à sa mission culturelle d’enseignement et de recherche, l’Université Bolívarienne a une mission sociale urgente à remplir dans le nouveau contexte de l’indépendance, celle de former les têtes pensantes, les individus instruits, conscients, actifs et responsables qui seront les cadres de la nation, aptes à la faire progresser.

Une Université rénovée

L’oeuvre législative

6L’urgence était l’éducation du peuple que nul n’avait songé à instruire et qui végétait dans l’état de "passivité et d’ignorance", décrit par Bolívar, privé des savoirs élémentaires auxquels tout homme a droit, privé également de la conscience d’appartenir à une communauté cohérente, et dépourvu a fortiori de l’esprit national, nécessaire à la formation d’une nation. Bolívar consacrera ses premières années de législateur, 1819, 1820, 1822, à la mise sur pied d’une éducation nationale, en commençant par l’instruction primaire. Le projet de constitution de 1819 et le décret du 11 décembre 1825 de Chuquisaca, par lequel il organise le système éducatif de la nouvelle nation bolivienne, affirment les mêmes principes : que le premier devoir du gouvernement est de donner une éducation au peuple, et que l’éducation doit être uniforme et générale pour tous les enfants de la République. Dans chaque chef-lieu de département sera créée une école primaire pour recevoir les enfants des deux sexes. Le Pouvoir Moral que Bolívar introduit dans le projet de constitution de 1819 se compose d’une Chambre de Morale et d’une Chambre d’Education. Celle-ci est conçue comme une sorte de Ministère de l’Education Nationale. Elle est chargée de l’éducation des enfants jusqu’à l’âge de douze ans (art. 1). L’idée du Pouvoir Moral réapparaît dans la constitution pour la Bolivie en 1826 ; la Chambre des Censeurs qui est une reprise de l’Aréopage de 1819, maintient la morale, veille à l’instruction publique, protège les sciences et les arts. Dans la perspective du premier devoir d’éducation pour tous, Bolívar multiplie les décrets de portée générale et catégorielle afin que soit diffusée une instruction élémentaire à tous les enfants, dans toutes les couches de la société et pour les deux sexes, abolissant ainsi les discriminations antérieures. L’éducation des enfants orphelins ou abandonnés qui sont légion dans les villes et les campagnes ravagées par la guerre, sera prise en charge par l’Etat. Elle fait, avec celle des enfants indigènes et des filles, l’objet d’un nombre important de décrets entre 1819 et 1829.

7Une fois l’indépendance politique définitivement acquise avec les victoires de 1824, Bolívar ajoute au champ de ses réformes et innovations, la régénération de l’Université.

8L’intérêt qu’il porte à la régénération de l’Université se manifeste dès 1824, avec le décret de fondation de l’Université de Trujillo, signé le 10 mai. Le recteur don Carlos Pedemonte, entouré des docteurs don Hipólito Unanue, don Manuel Lorenzo Vidaurre et don Manuel de Villarán sont chargés d’en élaborer les statuts, et d’adapter l’enseignement "conformément aux découvertes modernes" (article 3).

91827 pourrait s’intituler l’année des Universités. Les décrets se multiplient :

  • 18 janvier : exemption du service militaire pour les étudiants de l’Université de Caracas. Cette exemption se retrouve dans les Nouveaux statuts de l’Université, signés le 24 juin (article 60). Les étudiants qui étaient jusque là assujettis au service militaire par un Reglamento de Milicias, en vigueur depuis 1768, devront désormais se consacrer exclusivement à leurs études.
  • 22 janvier : abolition des anciens statuts de l’Université de Caracas qui interdisaient l’élection à la charge de Recteur des docteurs en médecine. En conséquence, l’Université sera dirigée à la rentrée 1827, par un nouveau recteur, le docteur José María Vargas. Avec lui s’ouvrait pour l’Université une ère nouvelle, l’esprit scientifique y pénétrait, et des disciplines inexistantes dans les études médicales, et méprisées, telles que l’anatomie et la chirurgie, allaient s’imposer4.
  • Le 24 juin, c’est la parution des Nouveaux Statuts de l’Université de Caracas, très détaillés, comprenant 289 articles, sur lesquels nous reviendrons. Ils sont suivis le 25 juin du Décret de création de la Faculté de Médecine (90 articles). Les préliminaires insistent sur les objectifs de la nouvelle Faculté : "Un meilleur service public et le développement des sciences physiques et médicales en train de naître dans le pays".
  • Le 6 novembre de la même année, Bolívar signe le Décret de la réforme de l’Université de Quito (10 articles), qui commencera ses nouvelles activités en janvier 1828.
  • Le 12 décembre paraît le décret qui autorise l’enseignement de la jurisprudence au Collège de Medellín (13 articles), qui doit également fonctionner en 1828. Bolívar crée ce faisant l’embryon de la future Faculté de Droit de l’Université d’Antioquia.
  • 5 On connaît la tentative d’assassinat dont fut victime Bolívar le 25 septembre 1828.

10Les années 1828 et 1829 sont marquées par un certain nombre de modifications apportées aux innovations des années précédentes. Des lectures mises au programme sont jugées responsables de l’agitation étudiante et donc inopportunes5. Le décret du 12 mars interdit l’utilisation des traités de législation civile et pénale de Bentham dans les universités de Grande Colombie. Ce décret est repris dans la circulaire du 20 octobre, concernant la réforme du plan d’études de l’Université de Bogotá : suppression des livres fauteurs de troubles, et suspension des enseignements de législation universelle, de droit public et constitutionnel, de sciences politiques et administratives (art. 3).

11Le décret additionnel au Plan général d’études du 3 octobre 1826, promulgué à Popayán le 5 décembre 1829, réserve la plus grande place à l’Université (chapitres III à X inclus).

12De cette oeuvre législative abondante et précise se dégagent des lignes de force qui caractérisent la pensée et la politique de Bolívar en matière universitaire, et permettent d’en apprécier la portée dans un panorama d’évolution historique.

Ouverture et unification

13Les efforts d’ouverture et d’unification qui se manifestent sur le plan administratif et scientifique sont un des traits majeurs de la rénovation voulue. Certes ce n’est qu’un début, mais il est remarquable.

  • 6 23 % des étudiants venaient de la classe moyenne (fonctionnaires municipaux, petits propriétaires, (...)
  • 7 Ibid., p. 333.

14Nous avons déjà mentionné la possibilité désormais existante d’élire des recteurs parmi les scientifiques, le fait est significatif et symbolique d’une volonté de changement et d’ouverture celle-ci se voit également au niveau de l’admission des étudiants. L’article 54 des Nouveaux Statuts stipule que les cours sont ouverts à tous, "no se impedirá a ninguno oir las lecciones de un catedrático" ; des auditeurs libres sont acceptés. En ce qui concerne l’obtention onéreuse des grades, les étudiants pauvres sont exemptés des frais de 50 pesos et de 100 pesos exigés pour ceux de Bachiller et de licenciado (art. 168). Notons que cette exemption n’est pas étendue aux grades de Doctor ni Maestro, pour lesquels les frais sont de 171 pesos (art. 165), mais c’est là néanmoins un début de démocratisation. Les grades universitaires ne sont plus réservés aux fils de grands propriétaires, de commerçants fortunés et de militaires, qui représentaient en 1817 66 % des effectifs6. Les "Blancos de orilla" peuvent trouver une place à l’Université. Rien n’est précisé dans les décrets de 1827, au sujet des mulâtres. On sait qu’en 1826, l’étudiant José Alvarez fut contraint d’abandonner l’Université "por las molestias y vejaciones que sufría así de parte de los demás jóvenes condiscípulos como de los padres de éstos por ser pardo", et on connaît le rappel du Secrétariat d’Etat au Recteur lui demandant d’exercer la plus grande vigilance afin que les étudiants prennent conscience que tous les citoyens étaient "capables d’assumer des fonctions publiques et de pratiquer des vertus sociales"7. L’article 23 du Décret additionnel de 1829 reprendra l’importante réforme de l’article 168 de statuts de 1827. Rappelons que l’éducation fait partie des Droits de l’Homme et du Citoyen rédigés en 1819, et que ce droit est étendu sans discrimination à tous les enfants dans l’enseignement primaire et secondaire. Ouverture d’un côté donc, mais aussi unification entre les universités quant aux diplômes délivrés et aux salaires du personnel. L’article 135 des Nouveaux Statuts stipule l’équivalence des titres délivrés dans les différentes universités de Grande Colombie. Par ailleurs des équivalences pourront être accordées aux licenciés et docteurs étrangers pour enseigner dans ces mêmes universités (art. 170).

  • 8 La rémunération des maîtres d’école publique est faible, mais elle a le mérite d’exister. Ils touc (...)

15La recherche des moyens pour assurer le fonctionnement des Universités et la rémunération des enseignants est un souci constant de Bolívar. Dans le décret du 16 mai 1827, repris dans les statuts du 24 juin, il dote l’université de Caracas des biens des Jésuites expulsés et des revenus de propriétés de particuliers expropriés, telle la hacienda de canne à sucre la "Concepción", située au lieu-dit Tacata, qui appartenait au Canarien Antonio Sánchez. Les traitements de professeurs sont unifiés et portés à 400 pesos annuels, quelle qu’en soit la discipline (art. 251). Cette mesure corrige les inégalités antérieures, et en finit avec les disproportions qui existaient entre les traitements perçus par les professeurs de théologie qui recevaient 650 pesos annuels, et les autres qui ne recevaient que 200 pesos. Nous sommes loin du salaire de 1000 pesos minimum demandé en 1825 ; on note toutefois une volonté de revalorisation et d’une plus grande justice8.

Des connaissances modernes, théorie et pratique

16La modernisation des programmes avec la création d’enseignements nouveaux constitue l’apport rénovateur fondamental, et la grande impulsion donnée par Bolívar à l’Université. Les statuts de 1827 prévoient la création d’une chaire de mathématique. Cet enseignement était réclamé par Francisco de Andújar dans deux mémoires datés de 1798 et 1799. Ces projets furent repris en 1804, puis en 1808 par l’ingénieur Thomas Mires. Une académie de mathématiques vit le jour en avril 1811 mais ferma ses portes au mois de décembre de la même année, faute de subsides... Près de vingt ans d’efforts sont enfin couronnés de succès en 1827 avec l’action de Bolívar ; la bataille des mathématiques est gagnée. José Rafael de Acevedo, premier professeur de mathématiques de l’Université, prit ses fonctions le 1 er septembre de cette année mémorable.

17Caracas se voit également créditée d’une chaire de chimie, de physique générale et expérimentale, et de botanique. Une somme prise sur les rentes de l’Université doit servir à l’acquisition des instruments nécessaires aux démonstrations de mathématique, à la création d’un cabinet de physique et à celle d’un laboratoire de chimie et d’histoire naturelle (art. 255). Une autre somme de 200 pesos annuels sera réservée à l’achat de livres pour la formation d’une bibliothèque universitaire. L’université de Quito est également dotée d’une chaire de mathématique, de physique, de chimie et d’histoire naturelle (art. 3).

18L’enseignement de la médecine fait l’objet de tous les soins du Législateur. On comprend, encore accrue par les épidémies et les séquelles des guerres d’indépendance. Des chaires d’anatomie et de physiologie pratique sont créées à l’université. Des cours de médecine clinique et de chirurgie seront donnés par les professeurs à l’hôpital (art. 83). Les articles 84, 85, 91 soulignent l’importance des travaux pratiques obligatoires et des stages hospitaliers :

"Las lecciones de anatomía deberán ser siempre ilustradas por la vista de los órganos o de las partes del cuerpo humano de que se haga la descripción" (art. 85);
"El estudio de estos cursos no podrá hacerse con utilidad si no se reúnen los conocimientos teóricos y una práctica asidua" (art. 91).

19L’absence de cours d’anatomie et de chirurgie avait elle aussi provoqué de nombreuses réclamations depuis la fin du XVIIIe siècle, de la part d’esprits éclairés qui insistaient sur l’absurdité de l’enseignement d’une médecine toute théorique, amputée des connaissances pratiques dans ces deux branches pourtant essentielles. Le docteur Felipe Tamariz demandait en vain en 1789 la création d’une chaire d’anatomie, qui par manque de moyens ne put voir le jour. Une chirurgie élémentaire était aux mains de guérisseurs et de rebouteux mulâtres. Cette situation créait un état d’esprit difficile à contrecarrer. Le fait même que les chirurgiens fussent des mulâtres sans instruction, gens de couleur traditionnellement affectés aux métiers manuels, entraînait un profond mépris pour la profession de la part des Blancs, mépris qui, à son tour engendrait une opposition tenace à l’introduction de l’enseignement de la chirurgie dans les universités qui, pensaient-ils, leur étaient réservées. En 1815, José Manuel Oropeza demandait à nouveau la création d’une chaire d’anatomie et de chirurgie, déplorant l’état de la médecine qui restait en marge du progrès, et l’abandon de la santé publique. Bolívar réagit contre de telles carences, qui sont aussi des faits de société. Avec lui, et avec la présence à la tête de l’Université du docteur Vargas, commence une nouvelle étape dans la vie scientifique et médicale du pays, génératrice, peut-être, d’un changement dans les mentalités.

  • 9 Indications adressées en 1825 au directeur du collège nord-américain où son neveu fait ses études, (...)
  • 10 C’est Achenwall (1719-1772), professeur de droit public à l’université de Goettingen où Humboldt f (...)

20Les études de droit sont également modernisées et diversifiées avec l’introduction d’enseignements nouveaux de science administrative, de droit pratique, de droit international et d’économie politique, pour favoriser la formation des cadres futurs de la nation (Caracas, art. 100 - Quito, art. 6). L’enseignement de l’économie politique doit être accompagné de l’étude de la statistique (Medellín, 12 décembre 1827). Celle-ci est une "étude nécessaire par les temps qui courent" écrivait Bolívar en 1825, souhaitant que son neveu Fernando l’étudiât9. Il partageait en cela la pensée de Humboldt qu’il avait rencontré à Paris en 1804, et dont les oeuvres commencent à paraître en 1805. Le premier statisticien de l’Amérique espagnole soulignait en effet l’utilité de cette science nouvelle pour l’historien, l’économiste, le sociologue, les administrateurs, les négociants et tous ceux, disait-il, qui fondent leur réflexion sur l’étude positive des faits10.

Vers un nouvel humanisme moderne

21L’étude des sciences n’élimine pas dans l’esprit de Bolívar l’étude des Lettres, déjà existante, qu’il se borne à moderniser. Si les sciences modernes sont nécessaires au progrès économique et social, la littérature, les langues et les arts sont indispensables l’épanouissement de l’individu en soi, pour lui-même, et de l’homme en société. Le nouvel humanisme moderne qu’incarne Bolívar se trouve dans l’équilibre entre les savoirs scientifiques nouveaux et les Lettres, entre une culture générale et des connaissances pratiques, pour l’accomplissement de l’être dans la globalité de ses facultés. Ainsi pour les futurs médecins prévoit-il, outre les enseignements spécifiques et les stages dans les hôpitaux, des cours de littérature, de français et d’anglais (art. 95). L’étude du latin subsiste et trouve un ardent défenseur en la personne du docteur Vargas (art. 148-1).

22L’étude de la langue maternelle, des langues étrangères et du latin, parallèlement à celle des sciences, fait l’objet d’un subtil dosage de la part de Bolivar qui dans la recherche d’un humanisme adapté au monde moderne et à ses besoins, demeure exemplaire.

  • 11 En particulier dans son mémoire, La Instrucción pública de 1825.
  • 12 Raquel María Baralt, Resumen de historia de Venezuela, 1841, p. 443, cit. par Ildefonso Leal, op. (...)

23Il a souvent insisté dans ses écrits pédagogiques11 et sa correspondance sur la nécessité de bien écrire et bien parler l’espagnol, sans barbarismes ni fautes de prononciation. L’enseignement de l’espagnol, délaissé au profit de celui du latin, est au centre des discussions de 1815 qui mèneront aux réformes des programmes des universités dix ans plus tard. José Antonio Borges, ex-recteur de l’université de Caracas, déplorait à cette époque, l’absence de l’enseignement du castillan, "Habiéndose incurrido hasta ahora en la monstruosidad de destinar a los jóvenes a aprender una lengua extraña como es la latina, antes de ilustrarse en la materna...". De son côté l’historien Rafael María Baralt rappelle dans le Resumen de Historia de Venezuela (1841), la situation au début du siècle, en insistant sur la méconnaissance de la part d’une élite instruite du savoir le plus élémentaire : "Pues en América llegó a ser tal el desvío por tan esencial conocimiento, que los graves doctores, los magistrados, los sacerdotes, todas las personas de cuenta y valía hablaban y escribían un idioma en que la rudeza competía con el desaliño y los barbarismos..."12. On conçoit l’insistance que met Bolívar pour exiger que professeurs et étudiants s’expriment correctement en castillan. Les professeurs d’université devront être les modèles et faire preuve de leur culture dans leur langue (art. 192). Dans les Nouveaux Statuts l’espagnol remplace le latin comme langue officielle de l’Université. Les cours et les conférences publics se feront en espagnol. Les oraux des examens seront, suivant les cas, en espagnol ou en latin (art. 126). L’article 3 du décret de fondation de la chaire de jurisprudence le 15 janvier 1824, est significatif de la place donnée à l’espagnol dans l’enseignement supérieur, y compris dans des domaines jusque là réservés au latin, et des raisons du changement : "el idioma que se usará en la enseñanza, en las conferencias privadas y públicas, será el castellano como más común y general a todos". Une fois de plus transparaît le souci d’avoir une université plus ouverte et dont l’enseignement soit accessible à un plus grand nombre.

  • 13 Simón Rodríguez, Obras completas, Caracas, 1975, t. I, p. 66.

24L’enseignement de la langue maternelle est associé à celui des langues vernaculaires dans certaines universités. Bolívar prévoit pour celle de Quito, une chaire de quechua (6 novembre 1827, art. 3), devançant de plus d’un siècle l’initiative des instances universitaires équatoriennes. L’idée fut peut-être inspirée à Bolívar par son maître et ami Simon Rodríguez qui, dans les formulations lapidaires qu’il affectionnait, déclarait : "¡más cuenta nos tiene entender a un Indio que a Ovidio!" et qui, lors de son mandat de directeur de l’enseignement en Bolivie, en 1825, oeuvrait pour que fussent étudiés à la fois l’espagnol et le quechua : "el primero es de obligación y el segundo de conveniencia", disait-il, trouvant déraisonnable dans un siècle de raison, de vivre parmi les Indiens sans les comprendre13.

  • 14 Malheureusement les ressources toujours insuffisantes des universités retardèrent la création des (...)

25Compréhension et communication dans un monde nouveau et de progrès passent, en effet, par l’étude des langues. Bolívar qui parlait lui-même un bon français n’ignorait pas l’importance capitale de l’apprentissage des langues étrangères. Les universités de Caracas et de Quito doivent dispenser des cours de français et d’anglais auxquels sont astreints d’assister, non seulement les étudiants des disciplines littéraires, mais aussi, nous l’avons dit, les futurs médecins (art. 95) et avocats (articles 101 et 115)14.

  • 15 Cf. la liste des oeuvres léguées au Colonel Thomas Cipriano Mosquera, datée du 15 fév. 1828. Parmi (...)
  • 16 De l’Allemagne (1813), 1ère partie, Chap. XVIII : Des Universités allemandes, pp. 75-78.

26Des traductions des ouvrages étrangers, les plus utiles à leur discipline sont demandées au professeurs des Universités. L’étude des langues modernes offre pour le moins un double avantage : utilité de leur connaissance pour la compréhension et la traduction d’oeuvres qui diffuseront les lumières, et grâce à elles feront progresser les sciences et les techniques, et caractère formateur de leur apprentissage. Des oeuvres de Jovellanos et de Mme De Staël se trouvent dans la bibliothèque de voyage de Bolívar15. La conception de Mme De Staël n’est pas moins intéressante que celle de Jovellanos. Dans ses réflexions sur les universités d’Allemagne qu’elle cite en exemple, elle insiste sur l’importance donnée aux langues vivantes qui sont, dit-elle, le nouvel élément formateur "des hommes les plus capables en Europe", concluant que sans elles, l’homme futur "serait borné toute sa vie au cercle de sa propre nation, cercle étroit comme tout ce qui est exclusif"16, réflexions que Bolívar pouvait faire siennes.

Les missions de l’Université, culture et société

27Pour soutenir ses plans d’études, Bolívar développe une politique culturelle dont l’Université est la pièce maîtresse. Son premier souci sera de faire imprimer et diffuser des livres fondamentaux.

28Un avancement de 2 ans pour les professeurs traducteurs d’ouvrages d’enseignement, et de huit ans pour les créateurs d’oeuvres originales sont prévus dans les Nouveaux Statuts (art. 199). Il est demandé en priorité aux universitaires d’élaborer des ouvrages de base qui serviront à la formation des maîtres et à l’instruction primaire et secondaire. Ils seront imprimés aux frais de l’Université (Décret de Bogotá, 12 mars 1828).

29Les facultés de médecine de Caracas, Bogotá et Quito ont à leur charge la recherche médicale et le contrôle sanitaire. Elles devront proposer "las medidas y reglamentos sanitarios más convenientes según el clima y circunstancia del país para conservar la salud pública o para restablecerla siempre que se hubiere alterado" (art. 286-2). Elles doivent publier des méthodes de soins pour les maladies les plus communes : maladies de peau, goitre et éléphantiasis (art. 286-4), et des listes de mesures à prendre en cas d’épidémie et de maladies contagieuses (art. 286-3). Elles devront veiller à la vaccination antivariolique et exercer un contrôle sur le corps médical (25 juin 1827, art. 2-8). Les Facultés et Académies de médecine devront également se livrer à une investigation méthodique des espèces végétales de chaque région, et à la recherche de leurs applications thérapeutiques, ainsi qu’à l’exploitation commerciale qui peut en être faite (décret de Guayaquil, 31 juillet 1829). Elles doivent en un mot promouvoir les progrès la science dont dépendent la santé publique et le développement de l’économie nationale, par tous les moyens qui sont en leur pouvoir (25 juin 1827, art. 8).

  • 17 Bronislaw Baczo, Lumières de l’utopie, Paris, Payot, 1978, p. 192.

30L’Université a, on le voit, une mission d’enseignement, de recherche et de diffusion des lumières, et doit orienter ses travaux dans un premier temps pour répondre aux besoins les plus urgents du pays. Or, en matière d’éducation nationale et de santé publique tout est à faire : formation des maîtres et du personnel médical, élaboration des outils de travail et des mesures préventives de base. La société "autre", rationalisée, celle des progrès futurs, est scientifiquement préparable. L’"utopie antiutopique" des penseurs du XVIIIe siècle est aussi celle de Bolívar17. L’Université qu’il veut en est la cheville ouvrière.

  • 18 Tableau philosophique des progrès successifs de l’esprit humain (1750) de Turgot, et Esquisse d’un (...)

31Pour pallier la carence de professeurs, spécialement dans les disciplines scientifiques, les étrangers sont admis à participer aux travaux d’enseignement et de recherche (art. 175). La correspondance de Bolívar montre combien il accepte volontiers et sollicite leur participation. De la collaboration avec les intellectuels européens, il attendait de grands résultats pour l’Amérique. Sa pensée sur ce point est pragmatique -le manque de maîtres se faisait cruellement sentir, et il fallait faire appel aux étrangers pour former les nationaux- et relève en même temps d’une conception de la philosophie des lumières qui croyait à la solidarité des progrès accomplis par l’humanité et affirmait la nécessité de connaître les savoirs des différentes nations, et de les intégrer en les adaptant aux circonstances propres. Turgot et Condorcet avaient chacun dans leur Tableau et Esquisse... de l’esprit humain, en 1750 et 1793, développé la pensée de cette nouvelle solidarité scientifique entre les peuples18.

32Avec l’enthousiasme des fondateurs, Bolívar a recours à toutes les bonnes volontés, et recueille les lumières partout où elles se trouvent. Il a toujours voulu vaincre les distances et l’isolement, qu’ils soient géographiques ou culturels, générateurs selon lui de barbarie. Son espace est celui du XVIIIe siècle, cosmopolite, éclectique et universaliste, bien qu’il soit très conscient des spécificités, des urgences de la société qu’il entreprend de former, et de l’adaptation nécessaire des modèles étrangers au cas américain. L’espace Bolivarien, espace ouvert, de communication et de solidarité des hommes et des connaissances, mais également de recherches pratiques pour répondre à des besoins particuliers, est aussi celui de l’Université projetée.

33Le caractère sans doute le plus remarquable de l’esprit Bolivarien qui transparaît dans ses projets et sa politique universitaire consiste à savoir penser ensemble et à appréhender les différents registres et niveaux de l’enseignement et de la culture, à conserver à l’Université sa mission fondamentale de culture générale tout en lui donnant des objectifs nouveaux qui font d’elle une pièce maîtresse dans la société à laquelle il l’intègre, afin qu’elle puisse mieux la servir en la transformant. Dans un court laps de temps de six années (1824-1829), Bolívar jette les bases d’une rénovation féconde qui rattrape les retards et prélude, avec un siècle d’avance, aux grandes réformes contemporaines. Ses décrets sont le point de départ de la modernisation de l’Université, elle-même chargée de la régénération du pays.

34L’ouverture des universités avec les nouveaux statuts qu’il élabore, préfigure la démocratisation des systèmes éducatifs qui prendra corps à la fin du XIXe siècle et dans le courant du XXe. Les principes démocratiques qui apparaissent en Argentine dans les "Bases de l’organisation des Universités" adoptées au congrès de Córdoba en 1918, au Venezuela dans les lois sur l’éducation nationale de 1940, dans la loi organique de 1948 et 1955, au Pérou dans les lois sur l’Education de 1970 et 1972, sont en germe dans la législation et les réformes entreprises par le Libérateur. L’idéal de solidarité qui est le sien, et qui sur le plan éducatif et culturel se manifeste dans l’appel à la coopération internationale, se retrouve dans le pacte Andrés Bello, signé à Bogotá le 31 janvier 1970, qui réunit les pays Bolivariens pour une collaboration culturelle. Quant à la double dimension de formation générale et professionnelle souhaitée par Bolívar, avec l’adaptation de l’Université aux besoins de la société, en créant des enseignements scientifiques et linguistiques, et en insistant sur leurs applications pratiques, elle demeure au centre de la problématique universitaire actuelle. Les projets Bolivariens sont le point de départ et le point d’ancrage dans la réalité de l’Amérique indépendante de la recherche contemporaine.

Notes

1 Lettre du 1 er septembre 1817 adressée à Fernando Peñalver.

2 Cf. les statistiques de la population fournies par Humboldt dont Bolívar fut un des grands admirateurs : sur un total de 14.625.238 individus pour l’Amérique espagnole, il dénombre 3.026.284 Blancs, 6.925.000 Indiens, 4.087.290 Métis, 1.189.000 Noirs.

3 Dès les premiers écrits de 1815 et 1819, il le définit comme "le plus extraordinaire et compliqué" qui soit, mesurant toutes les difficultés inhérentes à un monde métis, hétérogène, "pris entre des réalités différentes et contraires", (Lettre de la Jamaïque, 6 septembre 1815, et Discours d’Angostura, février 1819).

4 José María Vargas avait perfectionné ses connaissances en anatomie, chirurgie, chimie et botanique en Allemagne et en Angleterre. Un an après son retour au Venezuela, en 1826, il proposait la création d’une chaire d’anatomie, réalisée en 1827, et dont il sera le premier titulaire. Cf. Ildefonso Leal, Historia de la Universidad de Caracas (1727-1827), Caracas, 1963, pp. 242-243.

5 On connaît la tentative d’assassinat dont fut victime Bolívar le 25 septembre 1828.

6 23 % des étudiants venaient de la classe moyenne (fonctionnaires municipaux, petits propriétaires, avocats) et 1 % de la classe populaire formée par les artisans et petits employés publics. (Cf. Ildefonso Leal, op. cit., pp. 337-338).

7 Ibid., p. 333.

8 La rémunération des maîtres d’école publique est faible, mais elle a le mérite d’exister. Ils touchent un salaire de 120 pesos annuels (décret de Cucuta, 20 mai 1820, art. 6).

9 Indications adressées en 1825 au directeur du collège nord-américain où son neveu fait ses études, au sujet de la méthode à suivre pour son éducation.

10 C’est Achenwall (1719-1772), professeur de droit public à l’université de Goettingen où Humboldt fit ses études, qui est l’un des créateurs de la statistique au milieu du XVIIIe siècle. Ses Eléments de la statistique des Principaux Etats de l’Europe paraissent en 1749.

11 En particulier dans son mémoire, La Instrucción pública de 1825.

12 Raquel María Baralt, Resumen de historia de Venezuela, 1841, p. 443, cit. par Ildefonso Leal, op. cit., p. 132

13 Simón Rodríguez, Obras completas, Caracas, 1975, t. I, p. 66.

14 Malheureusement les ressources toujours insuffisantes des universités retardèrent la création des chaires de langues vivantes qui à Caracas, un an après la mort de Bolívar, en 1831, n’existaient toujours pas (cf. Ildefonso Leal, op. cit., p. 117).

15 Cf. la liste des oeuvres léguées au Colonel Thomas Cipriano Mosquera, datée du 15 fév. 1828. Parmi elles figure le mémoire sur La Ley agraria de Jovellanos.

16 De l’Allemagne (1813), 1ère partie, Chap. XVIII : Des Universités allemandes, pp. 75-78.

17 Bronislaw Baczo, Lumières de l’utopie, Paris, Payot, 1978, p. 192.

18 Tableau philosophique des progrès successifs de l’esprit humain (1750) de Turgot, et Esquisse d’un tableau historique de l’esprit humain (1793) rédigé par Condorcet un an avant sa mort.

Auteur

Université de Paris X - Nanterre

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540