Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

Introduction

Jean-Louis Guereña et Ève-Marie Fell

Texte intégral

  • 1 Jean-Louis Guereña, Ève-Marie Fell, Jean-René Aymes (eds), L'Université en Espagne et en Amérique (...)

1Malgré le retard considérable avec lequel voient le jour les Actes du second colloque organisé à Tours par le CIREMIA sur l'Université en Espagne et en Amérique Latine, ce qui révèle d'ailleurs amplement les difficultés humaines et matérielles que connaissent bien tous les groupes de recherche, nous pensons tout de même que cette publication continue d'avoir son utilité. Ce deuxième volet que nous présentons aujourd'hui s'articule en effet étroitement avec le premier colloque que le CIREMIA avait déjà organisé en 1990 sur l'Université, et qui portait alors sur les réalités institutionnelles et sociologiques du monde universitaire en Espagne et en Amérique Latine1.

2Comme en 1990, ce sont plus de quarante chercheurs, en provenance de diverses universités espagnoles, latinoaméricaines et françaises, et aux spécialités diverses, qui ne trouvent pas toujours d'espace pour se rencontrer (Histoire, Littérature, Ethnologie, Sciences de l'Education, Sociologie, Sciences politiques), qui s'étaient de nouveau donné rendez-vous à Tours pour y présenter et discuter leurs travaux.

Enjeux, Contenus, Images

3Sous le titre d'Enjeux, Contenus, Images, le IVe colloque international du CIREMIA, tenu à Tours du 10 au 12 avril 1992, abordait en effet divers aspects laissés de côté lors du colloque précédent, tels que le statut et l'évolution des disciplines universitaires, les relations des universités avec les différents pouvoirs dont elles ont pu dépendre à un moment ou à un autre, les différents projets et modèles universitaires élaborés au fil du temps, ainsi que les images littéraires et artistiques qu'a pu inspirer l'Université, le tout dans le temps long et dans l'ensemble du monde hispanique et hispano-américain, ce qui permet ainsi de repérer constances et différences, ruptures et modèles.

4Afin de mieux suivre historiquement ces évolutions et ces permanences, d'un côté et de l'autre de l'Atlantique, ce volume a été structuré en trois axes principaux autour desquels s'organisent chronologiquement les différentes interventions concernant soit l'Espagne, soit l'Amérique Latine. Le premier point, portant sur "Université, pouvoirs et contrepouvoirs", quantitativement le plus important (19 articles), regroupe tout d'abord un ensemble cohérent de quatre communications analysant avec précision la question cruciale des finances universitaires et de leur contrôle du XVIe au XVIIIe siècle, dans les deux universités-phares de la Couronne de Castille sous l'Ancien Régime qu'étaient les universités d'Alcalá et de Salamanque. Le cas de l'Université de Santa Fé de Bogota -en Nouvelle Grenade (Colombie)- à l'époque coloniale, peut leur être naturellement associé. La question de l'autonomie universitaire face aux tentatives de contrôle royal continue de se poser au début du XIXe siècle, que ce soit en Espagne sous le long règne de Ferdinand VII, après l'occupation française, à partir de la situation universitaire de Valladolid, ou en Amérique Latine dans les premiers temps de l'Indépendance. Et c'est sous la Restauration, dans le dernier quart du XIXe siècle et au tout début du XXe, que la revendication de l'autonomie universitaire va se poser avec force dans une université strictement corsetée par l'Etat espagnol. Les années trente verront toutefois la naissance de nouvelles expériences, tant en Espagne sous la Seconde République qu'au Mexique sous la présidence de Lázaro Cárdenas. La longue dictature franquiste est abordée par deux communications complémentaires portant sur la tentative d'encadrement des étudiants au travers du Syndicat Espagnol Universitaire (S. E. U.), ainsi que par une analyse d'ensemble des résidences universitaires remises sur pied sous le franquisme, les vieux Colegios Mayores. Les rapports toujours difficiles qu'entretiennent les pouvoirs politiques et les pouvoirs universitaires sont enfin analysés à travers la "réforme universitaire" latino-américaine et le cas de l'université de Guadalajara au Mexique.

5Un deuxième bloc de 11 communications s'attache à présenter une "approche disciplinaire" de l'enseignement supérieur. Trois articles évoquent tout d'abord la situation des disciplines universitaires et de leur définition à la fin du XVIIIe siècle, en Espagne et en Amérique Latine (Nouvelle Grenade) sous Charles III et Charles IV. Un ensemble de cinq communications, générales ou relatives à un cas concret (Salamanque, Valence) tente ensuite de situer la nature et les évolutions de l'espace universitaire en Espagne aux XIXe et XXe siècles. Construit à la suite des mesures de 1845 et de 1857, celui-ci montre à la fois ses limites et ses capacités d'adaptation, en étant capable d'intégrer progressivement de nouvelles disciplines, comme la sociologie ou l'économie. De même, l'introduction de l'ethnologie au Pérou montre dans un espace géographique différent des problèmes et des solutions comparables.

6Enfin, une troisième partie, composée de 14 articles, qui porte exclusivement sur l'époque contemporaine et pour l'essentiel sur l'Amérique Latine, revient sur certaines de ces questions : "L'Université entre conservatisme et ouverture. Débats, projets, enjeux (XIXe-XXe siècles)". La situation étudiante espagnole à travers son image "costumbrista" à l'époque romantique, offre une première perspective sur les différents enjeux universitaires, qu'intellectuels (tels Francisco Giner de los Ríos, Miguel de Unamuno, ou José Ortega y Gasset) et hommes politiques (ainsi José Pedro Varela et Carlos María Ramírez en Uruguay) tenteront d'analyser et de préciser, à travers de multiples polémiques et débats mais aussi de propositions plus ou moins concrètes. Marques de la tradition et volonté d'ouverture rythment de même les différents projets universitaires latinoaméricains, et notamment les différents mouvements de réforme universitaire où la question de l'autonomie universitaire face aux pouvoirs en place revient sans cesse, que ce soit en Argentine, au Mexique, ou au Venezuela. La fondation toute récente de l'université Carlos III à Madrid s'inscrit dans ce même débat, comme les modalités de la transition au Chili près de 20 ans après le coup d'Etat et le démantèlement de l'université chilienne. Les inégalités face à l'accès à l'université sont également abordées dans ce dernier volet.

7Certes, l'ensemble des deux volumes que le CIREMIA a consacrés au monde universitaire ne prétend pas constituer une histoire générale de l'enseignement universitaire dans le monde hispanique. Le genre du colloque ne le permet pas. Il nous semble toutefois que les dizaines d'articles et les milliers de pages que nous livrons aux lecteurs représentent un ensemble relativement cohérent et novateur sur la question. Les deux volumes pourront permettre, nous l'espérons, de tenter quelques approches comparatistes, tant dans le temps que dans l'espace, entre l'Espagne et les divers pays de langue espagnole sur le continent américain.

L'Histoire de l'Université en Espagne et en Amérique Latine2

  • 2 Nous ne reprenons pas bien entendu ce que nous avons déjà dit dans l'Introduction du premier volum (...)
  • 3 Voir par exemple A. Romano (éd.), Università in Europa. Le istituzioni universitarie dal medio evo (...)
  • 4 Le lecteur français pourra se reporter aux deux bilans réalisés par Luis Enrique Rodríguez-San Ped (...)
  • 5 A propos des sources et des archives universitaires, signalons la publication d'un numéro spécial (...)
  • 6 Signalons toutefois le travail monumental et très bien documenté d'Angela del Valle López sur l'un (...)

8L'Histoire de l'Université s'est en effet profondément renouvelée ces dernières années3. Et actuellement, l'on ne peut concevoir l'institution universitaire que prise dans la trame d'une histoire totale : sociale, économique, politique, culturelle4. De nouvelles sources ont été exploitées5, comme les manuels ou les tableaux d'avancement des enseignants. Et si la monographie universitaire continue de faire recette en Espagne, notamment à l'occasion d'éphémérides diverses, elle présente désormais de façon satisfaisante l'ensemble des fonctions, des pratiques, des espaces et des acteurs universitaires, au-delà donc de la simple présentation institutionnelle qui avait lieu traditionnellement par le passé. Au cours de ces dix dernières années, les travaux de recherche portant sur les universités espagnoles ont essentiellement privilégié la période moderne (XVIe-XVIIIe siècles), au détriment de l'époque médiévale, plus limitée en sources et moins importante sur le plan institutionnel, ainsi que dans une moindre mesure de l'époque contemporaine6.

  • 7 Citons parmi les études récentes : José Antonio Ollero Pina, La Universidad de Sevilla en los sigl (...)
  • 8 Manuel Fernandez Alvarez, Laureano Robles Carcedo, Luis Enrique Rodríguez-San Pedro Bezares (eds),(...)
  • 9 Parmi les synthèses récentes pour l'époque contemporaine, signalons celles rédigées par Buenaventu (...)

9Même si l'on peut encore observer quelques carences notoires, la plupart des universités espagnoles disposent aujourd'hui d'un ouvrage de synthèse, en général collectif, bien documenté et offrant de nombreuses perspectives7. Il faut certes procéder à ces vues d'ensemble pour chaque université, mais de manière largement pluridisciplinaire, du type de celles réalisées, ces dernières années, pour les universités de Valladolid ou Salamanque8. Il manque toutefois des études comparatives plus nombreuses sur l'ensemble des universités hispaniques, à seule fin de ne pas perdre de vue l'objet d'étude et d'éviter de surestimer ainsi les particularités propres à chaque université. Il est en particulier dommage que les travaux généraux et systématiques portant sur l'ensemble des universités espagnoles -à l'exemple des études devenues classiques de Cándido María Ajo, Mariano et José Luis Peset ou Richard L. Kagan- soient toujours aussi peu nombreux9.

  • 10 La recherche peut être suivie à travers les bulletins et revues d'Histoire de l'Education, et nota (...)
  • 11 Doctores y Escolares. II Congreso internacional de Historia de las Universidades hispánicas (Valen (...)
  • 12 Ibid., vol. I, pp. 17-36. Voir également les actes du premier colloque (Claustros y estudiantes. V (...)

10Il faut toutefois signaler, pour ce qui est du monde hispanique comme de l'ensemble hispanoaméricain sur lequel nous allons revenir plus loin, la poursuite ou la mise sur pied d'entreprises collectives visant à déboucher sur une véritable histoire sociale et comparée des universités10. Il convient notamment de rendre un hommage tout particulier à la continuité de la démarche entreprise en ce sens par Mariano Peset et le groupe de l'université de Valence. Les actes du deuxième colloque international tenu à Valence en 1995 viennent en effet d'être publiés sous le titre de Docteurs et Etudiants à l'occasion du cinquième centenaire de la fondation de l'université de Valence en 149911. Comme pour le colloque antérieur, une substantielle mise au point bibliographique et méthodologique de Mariano Peset, à laquelle nous renvoyons le lecteur intéressé, en ouvre le premier volume12. Dans cet ensemble important, les études les plus novatrices portent sur le droit et la juridiction universitaire, les tribunaux scolastiques et la délinquance étudiante. L'étude des disciplines universitaires et des courants idéologiques est toujours à l'ordre du jour, ainsi que celle des groupes de pouvoir et des aspects sociopolitiques (statuts et institutions universitaires). De même, l'intérêt pour les aspects sociaux et l'approche quantitative des inscriptions et des diplômes universitaires se maintient, ainsi que celui pour l'étude du "cursus honorum" et la promotion des diplômés. Sont en baisse en revanche les apports concernant l'histoire économique des universités et les approches pédagogiques.

  • 13 Congreso Internacional de Universidades. La Universidad ante el Quinto Centenario, Madrid. Univers (...)
  • 14 V Congreso Internacional sobre Universidades Hispánicas, Université de Salamanque, 18-22 mai 1998.
  • 15 X Coloquio de Historia de la Educación. La Universidad en el siglo XX (España e Iberoamérica). Mur (...)

11En fait, il y a eu davantage de rencontres internationales ces dernières années sur les universités hispano-américaines que sur les universités péninsulaires. En 1992, au beau milieu des fastes du Cinquième Centenaire, a eu lieu à Madrid le Congrès International des Universités qui devait ouvrir un vaste débat sur l'Université actuelle et sur sa propre histoire13. Notons également le colloque de Salamanque sur les universités hispaniques14, et celui de Murcie sur l'Université au XXe siècle15.

  • 16 On citera : Boletín de Historia de la Educación Latinoamericana (SHELA), n° l, 1993 ; Revista de H (...)

12En Amérique latine, l'activité de recherche en Histoire de l'Education en général, et plus précisément dans le domaine de l'Université, a été si intense au cours de la décennie 90 qu'on peut parler d'une petite révolution. Sous l'impulsion de la Société d'Histoire de l'Education Latinoaméricaine, relayée localement par de prestigieuses universités, des colloques internationaux ont été organisés à Bogotá (1992), Campinas (1994), Caracas (1996), Santiago du Chili (1998), et le thème de l'Université y a été très présent. Parallèlement, la bibliographie sur la question universitaire a pu circuler dans une floraison de nouveaux bulletins et de jeunes revues spécialisées, émanant la plupart du temps de Sociétés nationales d'Histoire de l'Education ou de groupes de recherche tout récemment créés16.

  • 17 Lourdes Alvarado (ed.), Tradición y reforma en la Universidad de Mexico, México, CESU-UNAM, 1994, (...)

13Le Mexique travaille systématiquement et ce depuis de longues années, sur son système universitaire à travers de grands organismes tels le Colegio de México et le Centro de Estudios sobre la Universidad (CESU). Certaines des publications récentes du CESU, toujours à caractère collectif, sont particulièrement remarquables17.

  • 18 Rappelons le volume publié par le Centre de Recherches Historiques, Historia de la Educación Super (...)
  • 19 Voir Javier Ocampo, Educación, humanismo y ciencia, Tunja, UPTC, 1996, 259 p. (ouvrage consacré à (...)

14Le rayonnement de nombreux chercheurs mexicains, parmi lesquels on rappellera les noms de Lourdes Alvarado, Renate Marsiske ou Enrique González, pour n'en citer que quelques uns, est un des facteurs qui ont débouché sur la création de programmes nouveaux de recherche consacrés à l'Université dans des pays qui jusque là avaient montré peu d'intérêt pour le sujet. Si le Costa Rica avait une longueur d'avance dans ce domaine18, la Colombie s'est lancée tout récemment dans un vaste programme ("Histoire de l'Université colombienne") qui associe de façon stable, sous l'égide de l'Université Pédagogique et Technologique de Colombie, plusieurs universités de province, avec une quarantaine d'enseignants-chercheurs. Ce programme a déjà donné lieu à trois colloques internationaux et à la publication de divers ouvrages individuels et collectifs parmi lesquels on relèvera les publications récentes des deux principaux animateurs, Javier Ocampo et Diana Soto Arango19. L'Equateur tout proche s'est pour sa part engagé dans l'élaboration d'une vaste somme consacrée aux différents aspects du système pédagogique équatorien, dont les deux premiers volumes sont déjà parus sous la direction de Carlos Paladines, et qui promet de faire une large place à l'enseignement universitaire. On pourrait multiplier ainsi les exemples montrant à la fois le déploiement récent de l'Histoire de l'Education latino-américaine et l'impulsion donnée à la recherche de longue haleine sur l'Université.

  • 20 Le thème de ce colloque, "Education et culture dans les pays andins. Libéralisme et néo-libéralism (...)

15Dans ce contexte, la grande caractéristique de la décennie est la disparition de l'esprit de clocher, consacré par la classique monographie locale. Les chercheurs des différents pays latino-américains ont pris l'habitude de se rencontrer à intervalles réguliers et d'échanger un nombre considérable d'informations et de documents. On observe dans les travaux en cours deux tendances très positives. La première renvoie à l'abandon d'un préjugé d'homogénéité hérité de la perspective coloniale. On a longtemps pensé, sans opérer la moindre vérification, que les diverses nations du continent devaient marcher à peu près du même pas dans la construction de leur système éducatif puisqu'elles avaient été jadis soumises au même carcan historique. Depuis les années 90, cette vision ingénue s'est perdue dans les oubliettes. Les travaux comparés, qui en sont encore à leurs balbutiements, montrent à l'évidence des déphasages temporels et de profondes disparités qui conduisent à restreindre le champ et à se retourner vers l'histoire régionale, au sens de "grande région", bien entendu. A cet égard, on peut signaler l'initiative intéressante de l'Institut Français d'Etudes Andines qui, avec le concours du CIREMIA, organise à Quito, en juillet 1999, le premier colloque inter-régional d'Histoire de l'Education des Pays Andins20.

  • 21 Adriana Puiggrós, "Presencias y ausencias en la historiografía pedagógica latinoamericana", dans H (...)

16D'autre part, les publications collectives internationales des années 90 font apparaître un enracinement nouveau dans les réalités économiques et culturelles de l'Amérique Latine. Adriana Puiggrós se plaignait à juste titre de la "carence d'un point de vue latinoaméricain de l'histoire de l'éducation"21, mais il semble bien que les chercheurs prennent progressivement leurs distances vis-à-vis de l'approche institutionnelle, économiciste et macro-dimensionnée qui alimente la tradition importée d'Europe. Un rééquilibrage s. opère en faveur de centres d'intérêt et d'outils d'investigation directement reliés au contexte américain. On citera, à titre d'exemple, et dans un pêle-mêle quelque peu borgésien, le développement de la recherche sur sources orales, l'intérêt pour tout ce qui relève de la vie quotidienne (un thème assez nouveau par rapport à l'Université), l'impact du système spécifique dit "des dépouilles", le retour des études de trajectoire individuelle et de biographies cumulées (jusque-là sous considérées), etc.

  • 22 Adriana Puiggrós et Claudio Lozano (eds), Historia de la educación iberoamericana, t. I, Buenos Ai (...)
  • 23 Enrique González et Margarita Menegus (eds.), Historia de las universidades modernas en Hispanoamé (...)
  • 24 Alberto Martínez Boom et Mariano Narodowski (eds.), Escuela, historia y poder. Miradas desde Améri (...)

17Parmi les ouvrages collectifs qui ébauchent cette histoire transversale des universités et plus généralement de l'école en Amérique Latine, on citera le premier tome de l'Histoire de l'éducation ibéroaméricaine dirigée par Adriana Puiggrós et Claudio Lozano22, ainsi que la publication à caractère documentaire et méthodologique coordonnée par Enrique González et Margarita Menegus23. On mentionnera également l'ouvrage plus général et plus hétéroclite dirigé par Alberto Martínez Boom et Mariano Narodowski qui a le mérite d'engager le débat sur la spécificité et l'hétérogénéité du terrain américain24.

  • 25 Les Actes en ont été publiés comme annexes de la Revista de Estudios de Historia Social y Económic (...)

18L'intérêt pour l'université latino-américaine et/ou espagnole s'est également fait sentir en Espagne, où le département d'Histoire de l'Amérique de l'Université d'Alcalá a organisé entre 1987 et 1996 sept Journées d'étude sur la présence universitaire espagnole en Amérique25.

  • 26 Depuis, deux nouvelles lignes de recherche ont été ouvertes par le CIREMIA : "Famille et Education (...)
  • 27 Anne Sans, Le corps enseignant universitaire à Valence vers 1900, Mémoire de Maîtrise, Université (...)
  • 28 Voir : Centro de Estudios sobre la Universidad 1976-1996, México, U.N.A.M., 1997, 176 p.

19Avec la publication des actes de son IVe colloque, le CIREMIA clôt provisoirement le programme qu'il avait ouvert sur l'Université en Espagne et en Amérique latine26. Certaines recherches individuelles ont toutefois été poursuivies à l'université de Tours dans ce cadre27, et le CIREMIA continue d'être directement associé à certaines initiatives en ce domaine, comme le prochain colloque de Quito déjà mentionné. L'existence d'équipes et de centres de recherche spécialisés -dont le Centre d'histoire universitaire Alphonse IX fondé récemment à Salamanque grâce à l'enthousiasme et à la ténacité de Luis Enrique Rodríguez-San Pedro Bezares et le Centre d'Etudes sur l'Université à Mexico déjà largement mentionné et qui a déjà derrière lui une riche histoire28- représente un atout certain pour fédérer les multiples recherches entreprises et réaliser les travaux de synthèse qui n'existent pas encore sur l'histoire universitaire dans le monde hispanique et hispano-américain.

Notes

1 Jean-Louis Guereña, Ève-Marie Fell, Jean-René Aymes (eds), L'Université en Espagne et en Amérique latine du Moyen-Age à nos jours. I.-Structures et Acteurs, Tours, Publications de l'Université de Tours (Série "Etudes Hispaniques", XI-XII), 1991, X-673 p. Voir les comptes-rendu de Marie-Aline Barrachina (Les Langues Néo-Latines, Paris, 86e année, fascicule 2, n° 282, 3e trimestre 1992, pp. 87-89), Francisco de Luis Martín (Studia Historica. Historia Contemporánea, Salamanque, vol. X-XI, 1992-1993, pp. 274-275), Mariano Peset (Ius Commune. Zeitschrift für Europäische Rechtsgeschichte, t. XX, 1993, pp. 314-318), Jacques Soubeyroux (Bulletin Hispanique, Bordeaux, t. 95, n° 2, juillet-décembre 1993, pp. 728-730), et Jacques Verger (Histoire de l'Education, Paris, n° 61, janvier 1994, pp. 126-127).

2 Nous ne reprenons pas bien entendu ce que nous avons déjà dit dans l'Introduction du premier volume (L'Université en Espagne et en Amérique latine du Moyen-Age à nos jours. I. -Structures et Acteurs, op. cit., pp. II-IV).

3 Voir par exemple A. Romano (éd.), Università in Europa. Le istituzioni universitarie dal medio evo ai nostri giorni. Strutture, organizzazione e funzionamiento. Atti del convegno internazionale di studi, 1995, 748 p., et Chistophe Charle et Jacques Verger, Histoire des universités, Paris, Presses Universitaires de France (Que sais-je ?, n° 391), 1994, 128 p.

4 Le lecteur français pourra se reporter aux deux bilans réalisés par Luis Enrique Rodríguez-San Pedro Bezares ("Les universités espagnoles à l'époque moderne") et José Maria Hernández Díaz ("L'université dans l'Espagne contemporaine (1812-1983)") dans le numéro monographique d'Histoire de l'Education (L'Enseignement en Espagne, XVIe-XXe siècles), n° 77, mai 1998.

5 A propos des sources et des archives universitaires, signalons la publication d'un numéro spécial du bulletin de l'association des archivistes et des bibliothécaires sur la question (Los archivos y la documentación en las universidades españolas, Boletín de la ANABAD, Madrid, t. XLVIII, 1997, n° 3-4, 252 p.).

6 Signalons toutefois le travail monumental et très bien documenté d'Angela del Valle López sur l'université de Madrid sous la Restauration (La Universidad Central y su distrito en el primer decenio de la Restauración borbónica (1875-1885), Madrid, Consejo de Universidades, 1990, 2 t., XVI-711 et 984 p.), et l'excellente étude de Ma Fernanda Mancebo qui déborde largement du cadre valencien (La Universidad de Valencia de la Monarquía a la República (1919-1939), Valencia, Universitat de València, 1994, 429 p.).

7 Citons parmi les études récentes : José Antonio Ollero Pina, La Universidad de Sevilla en los siglos XVI y XVII, Sevilla, Universidad de Sevilla, 1993 ; Mariano Peset, María Fernanda Mancebo, Mario Martínez Gomis, Pilar García Trobat, Historia de las universidades valencianas, Alicante, Diputación Provincial de Alicante, 1993, 2 vols. ; Joaquim Prats i Cuevas, La Universitat de Cervera i el réformisme borbònic, Lérida, Pages editors, 1993 ; Universidad y Ciudad. La Universidad en la Historia y la Cultura de Granada, Granada, Universidad de Granada, 1994, 408 p. Cinco siglos de historia universitaria Gallaecia Fulget (1495-1995), Santiago de Compostela, Universidad de Santiago de Compostela, 1995,613 p.

8 Manuel Fernandez Alvarez, Laureano Robles Carcedo, Luis Enrique Rodríguez-San Pedro Bezares (eds), La Universidad de Salamanca, Salamanca, Universidad de Salamanca, I. Trayectoria histórica y Proyecciones, 1989, 543 p., II. Atmósfera intelectual y Perspectivas de investigación, 1990, 643 p. ; Historia de la Universidad de Valladolid, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1990, 2 vol., 878 p.

9 Parmi les synthèses récentes pour l'époque contemporaine, signalons celles rédigées par Buenaventura Delgado Criado, Angela del Valle López, Félix F. Santolaria Sierra et José Luis García Garrido (dans Buenaventura Delgado Criado (ed), Historia de la Educación en España y América. Volumen 3 La Educación en la España contemporánea (1789-1975), Madrid, ediciones SM-Morata, 1994, pp. 177-182, 495-504, 796-803 et 945-949), et celles de Jean-Louis Guereña : "L'université espagnole en 1900" (dans Jürgen Schriewer, Edwin Keiner et Christophe Charle (eds), Sozialer Raum und akademische Kulturen. Studien zur europäischen Hochschul- und Wissenschaftgeschichte im 19. und 20. Jahrundert, Frankfurt am Main, Peter Lang (Comparatistische Bibliothek band 3), 1993, pp. 113-131), et "La Universidad y su función educativa" (dans Guillermo Carnero (éd.), Historia de la Literatura española. Siglo XIX (I), Madrid, Espasa Calpe, 1997, pp. 3-8).

10 La recherche peut être suivie à travers les bulletins et revues d'Histoire de l'Education, et notamment le Boletín de Historia de la Educación, publié par la Sociedad Española de Historia de la Educación.

11 Doctores y Escolares. II Congreso internacional de Historia de las Universidades hispánicas (Valencia, 1995), Valencia, Universitat de València (Collecció Cinc Segles), 1998, 2 vol., 392 et 451 p.

12 Ibid., vol. I, pp. 17-36. Voir également les actes du premier colloque (Claustros y estudiantes. Valencia, Universidad de Valencia, 1989, vol. I, pp. XI-XXXII).

13 Congreso Internacional de Universidades. La Universidad ante el Quinto Centenario, Madrid. Universidad Complutense de Madrid, 1993, et La Universidad en Madrid. Presencias y Aportes en los siglos XIX y XX, Madrid, Consejo de Universidades, 1992, 394 p.

14 V Congreso Internacional sobre Universidades Hispánicas, Université de Salamanque, 18-22 mai 1998.

15 X Coloquio de Historia de la Educación. La Universidad en el siglo XX (España e Iberoamérica). Murcia. 21-24 de septiembre de 1998, Murcia, Sociedad Española de Historia de la Educación-Departamento de Teoría e Historia de la Educación. Universidad de Murcia, 1998, 719 p.

16 On citera : Boletín de Historia de la Educación Latinoamericana (SHELA), n° l, 1993 ; Revista de Historia de la Educación, publié par la Sociedad chilena de Historia de la Educación, n° l, 1995 ; Boletín de Historia de la Educación Colombiana (UPTC), n° l, 1996 ; Boletín de Historia de la Educación, publié par la Sociedad Argentina de Historia de la Educación, n° l, 1996 ; Revista de Historia de la Educación Latinoamericana (SHELA), n° l, 1998. La liste n'est évidemment pas exhaustive.

17 Lourdes Alvarado (ed.), Tradición y reforma en la Universidad de Mexico, México, CESU-UNAM, 1994, 345 p., et Margarita Menegus (ed.), Saber y poder en Mexico. Siglos XVI al XX, México, CESU-UNAM, 1997, 319 p.

18 Rappelons le volume publié par le Centre de Recherches Historiques, Historia de la Educación Superior en Costa Rica, San José, EUED, 1991, ainsi que les deux livres, désormais classiques, publiés par Astrid Fischel en 1990 et 1992.

19 Voir Javier Ocampo, Educación, humanismo y ciencia, Tunja, UPTC, 1996, 259 p. (ouvrage consacré à l'Université Pédagogique et Technologique de Colombie), et Diana Soto Arango (éd.), Historia de la Universidad colombiana, Tunja, UPTC, 1997, 254 p.

20 Le thème de ce colloque, "Education et culture dans les pays andins. Libéralisme et néo-libéralisme", inclut évidemment la dimension universitaire.

21 Adriana Puiggrós, "Presencias y ausencias en la historiografía pedagógica latinoamericana", dans Héctor Rubén Cucuzza (ed.), Historia de la Educación en debate, Buenos Aires, Miño y Dávila ed., 1996, p. 109 (souligné dans le texte).

22 Adriana Puiggrós et Claudio Lozano (eds), Historia de la educación iberoamericana, t. I, Buenos Aires, Miño y Dávila ed., 1995, 283 p.

23 Enrique González et Margarita Menegus (eds.), Historia de las universidades modernas en Hispanoamérica. Métodos y fuentes, México, Universidad Nacional Autónoma de México, 1995, 296 p.

24 Alberto Martínez Boom et Mariano Narodowski (eds.), Escuela, historia y poder. Miradas desde América Latina, Buenos Aires, ediciones Novedades Educativas, 1995, 156 p.

25 Les Actes en ont été publiés comme annexes de la Revista de Estudios de Historia Social y Económica de América éditée par l'Université d'Alcalá.

26 Depuis, deux nouvelles lignes de recherche ont été ouvertes par le CIREMIA : "Famille et Education" (avec un colloque organisé en 1994) et "Image et transmission des savoirs" (un colloque en 1999).

27 Anne Sans, Le corps enseignant universitaire à Valence vers 1900, Mémoire de Maîtrise, Université de Tours, 1993, 198 p. ; Sébastien Foussereau, Le corps enseignant universitaire de Barcelone entre 1888 et 1908, Mémoire de Maîtrise, Université de Tours, 1995, 159 p. ; Françoise Goujon Bocquillon, L'université au Costa Rica, Mémoire de Maîtrise, Université de Tours, 1993, 181 p.

28 Voir : Centro de Estudios sobre la Universidad 1976-1996, México, U.N.A.M., 1997, 176 p.

Auteurs

Université de Tours (C.I.R.E.M.I.A.)

Université de Tours (C.I.R.E.M.I.A.)

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540