Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. I

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

VII. L'Université dans la société latino-américaine contemporaine (Pérou et Chili)

Sebastián Salazar Bondy et l’Université au Pérou (1955-1960)

Gérald Hirschhorn

Texte intégral

1De Sebastián Salazar Bondy on ne retient généralement que son essai Lima la horrible et on oublie le rôle important qu’il a eu dans la presse péruvienne et internationale. Et pourtant, entre 1942-1965, il rédige plus de 2.200 articles qui ont trait, pour la plupart, à la vie culturelle liménienne. Si son intérêt se porte essentiellement sur le problème de la culture des masses, il s’intéresse aussi à l’enseignement et à l’université.

  • 1 Grande partie de ses articles sont signés Pepe Chacarilla, Diego Mirán, Diego Mexía, Juan Eye ou s (...)

2C’est ainsi que paraissent dans les quotidiens liméniens quelques 65 articles qui ont trait à l’enseignement supérieur. Mais ce qui surprend c’est que 53 d’entre eux sont publiés entre le 11 mars 1955 et le 17 décembre 1959. Comment l’entendre ? Comment comprendre ce soudain intérêt ? Pourquoi Sebastián Salazar Bondy consacre-t-il en moyenne un article par mois à l’université ? Pourquoi les signe-t-il de son nom et non d’un de ces pseudonymes1 qu’il affectionne tant ?

Le Movimiento Social Progresista

3Il faut pour ce faire se référer à son oeuvre bien sûr, au contexte social et politique de cette période certes, mais surtout à sa vie :

  • 2 Rama, Angel, "Sebastián, compañero nuestro", Marcha, Montevideo, 9 juillet 1965 p. 31.

"porque él era muy superior a su obra, y en ella, tan variada, tan repentinista, tan ardiente, no estaba más que una parte de él"2.

4En 1955 le Pérou est dirigé de main de maître par le général Manuel A. Odría depuis le 27 octobre 1947. Si sa politique économique a favorisé l’oligarchie et le capitalisme, les secteurs industriels au détriment de l’agriculture, et a permis le développement des classes moyennes, elle donne néanmoins des signes d’essoufflement, et Odria doit faire face à de nombreuses revendications.

5Le gouvernement se voit dans l’obligation de faire des concessions, et va convoquer des élections. Naissent alors, coup sur coup, trois partis politiques. Tous trois représentants des classes moyennes avec lesquelles il faut désormais compter :

  • Democracia Cristiana (1955), qui est le parti de José Luis Bustamante (renversé par le coup d’État de Odría), exilé revenu au pays.
  • Acción Popular (1956), un parti surgi à l’occasion de la candidature de Fernando Belaúnde Terry aux élections présidentielles.
  • Movimiento Social Progresista, fondé le 29 décembre 1955 par des universitaires et intellectuels de gauche dont Sebastián Salazar Bondy.

6Ces classes désirent avoir accès à une certaine promotion économique, politique et sociale, et vont donc oeuvrer au renforcement de l’État, ce qui passe par le contrôle de l’université. La réussite s’obtient grâce aux diplômees, d’où l’âpreté des luttes universitaires et l’étroite relation entre enseignement supérieur et vie politique.

  • 3 C’est ce que lui "reprochent" César Levano et Emilio Romero, "Sebastián Salazar Bondy : la media m (...)

7Sebastián Salazar Bondy, qui est à cette époque rédacteur de La Prensa, va donc mener de front lutte politique et lutte pour la réforme de l’université. Ne nous attendons pas de sa part à des idées révolutionnaires, tout au moins pour le moment ; il est le représentant de la classe moyenne, et défend avec Libertad (l’organe du Movimiento Social Progresista) le régime gouvernemental de "convivencia" de Manuel Prado, dans le but de ne pas favoriser le développement du communisme3.

8Son action se limite d’abord à une sensibilisation des masses, une mise en condition, une approche du problème. Quelques articles sont à ce titre révélateurs, citons par exemple " Educar en la democracia "du 7 janvier 1956 ou bien" Un ensayo de ciudadanía " qui paraît une semaine plus tard dans La Prensa.

9Il met en avant deux grands problèmes : l’alphabétisation et la lecture, c’est-à-dire l’éducation scolaire et l’éducation populaire. Malgré les nombreuses réformes universitaires dont les gouvernements précédents se sont targués, il déplore :

  • 4 "Un ensayo de cindadaniá", La Prensa, 14 janvier 1956.

"No existe un planteamiento claro de lo que busca la educación escolar en el Perú"4.

10Sebastián Salazar Bondy va mettre en relief les déficiences des universités péruviennes, mais toujours en se limitant à des généralités qu’il énonce : un enseignement supérieur dont l’unique préoccupation est de délivrer des diplômes et duquel est absent la notion de formation.

  • 5 Il insiste sur ce point à partir de 1960 dans Caretas et Oiga.

11Il est vrai, remarque-t-il, qu’il n’existe aucun projet rationnel de l’enseignement supérieur ; de même que personne n’a jamais songé, n’a pu, ou n’a voulu5 établir une relation entre la vie universitaire et le monde du travail.

  • 6 Il rédige de nombreux articles relatifs à la vie quotidienne des Français, mais il n’omet jamais, (...)
  • 7 Libertad, 1957, pp. 8-9.

12A son retour de France, où il demeure un an, mais d’où ne sont absentes ni la vie politique de son pays ni sa préoccupation pour l’université6, il met au point avec l’aide du comité de rédaction de Libertad, le projet de réforme universitaire du Movimiento Social Progresista qui s’intitule : "Por una democracia política, social y económica. La Reforma Universitaria"7.

13L’article s’ouvre sur la double page centrale et se compose de quatre parties. Une première iconographique qui insiste sur l’état de délabrement des universités en général, et de San Marcos en particulier, ainsi que sur leur organisation administrative "kafkaïenne".

14Viennent ensuite trois tableaux de statistiques à prétention scientifique décrivant la répartition des différentes formations universitaires, et un cadre central présentant les dix problèmes fondamentaux de l’Université Péruvienne que l’on peut formuler de cette façon :

151. Económico

16"Las universidades no cuentan con rentas suficientes... y no son aprovechadas de la manera más ventajosas para las instituciones" ;

172. Organización y administración

18"Ningún sentido técnico, además las funciones administrativas y las académicas se confunden en prejuicio de la eficacia en el gobierno de la universidad" ;

193. Pedagógico

20"Régimen de estudios y programas inadecuados". A remarquer qu’ils ne sont pas compatibles avec un pays essentiellement agricole de 9 millions d’habitants. L’université ne forme que 115 vétérinaires, 636 agronomes, alors qu’on dénombre chaque année 1.761 avocats ;

214. Investigación

22"Mínimas o nulas" ;

235. Profesorado

24"Sueldos insuficientes, sin garanttía, no pueden dedicarse totalmente a la universidad Il n’est pas rare de voir des professeurs d’université avoir simultanément plusieurs emplois, ce qui explique aussi un absentéisme inquiétant ;

256. Estudiantes

26"Nivel académico bajísimo, ausencia de ciudades universitarias de seguro social y de becas". Le mot sélection n’apparaît pratiquement jamais dans les revues pédagogiques. Il faudra attendre 1960 pour le voir utilisé par Guillermo Llosa (cf. infra) ;

277. Equipo material

28"Inexistente. No hay laboratorios, museos especializados, etc." ;

298. Relación con el estado

30"L’Etat n’a jamais respecté l’autonomie des universités, il n’existe aucune relation avec le secteur industriel" ;

319. Extensión universitaria

32"No son agentes fundamentales de difusión cultural". Sebastián Salazar Bondy travaille depuis peu avec le Mexique et, tout comme il l’a fait avec la France, il établit des comparaisons avec la Universidad de México. En effet il n’y a, en ce qui concerne les universités publiques, ni radios, ni publications, ni tables rondes, ni conférences ouvertes au public. Le comité de rédaction de Libertad insiste longuement sur le rôle social que l’université doit jouer et qu’elle ne remplit pas ;

3310. El gobierno de la universidad

34"Buena parte del profesorado y los estudiantes no están representados en los organismos directivos". Si depuis la reforme de 1919 il y a des étudiants et des professeurs dans les conseils, ils ne sont guère représentatifs.

35Enfin sur quatre colonnes, les propositions sous ce titre prometteur : "Hacia la solución". Le projet peut se résumer ainsi : le Pérou est un pays sous-développé qui a une université à son image. Compte tenu de la situation économique du pays, on doit se limiter à des solutions très pragmatiques à court et long terme. L’effort portera sur la technicisation de l’organisation institutionnelle, la rénovation du cursus universitaire en le diversifiant en fonction des besoins d’un pays moderne, le développement de la recherche et la mise en place d’une structure qui permettrait aux enseignants de suivre leurs étudiants ; enfin, professeurs et étudiants doivent être démocratiquement représentés au sein du collège administratif de l’université. L’article se termine sur ces mots :

"La solidaridad académica, la unidad de criterios e ideales, y el fortalecimiento del sentido ético del deber frente a la Universidad y al país encontrarán en este renacimiento de verdadero espíritu democrático su más fecunda fuente".

36Sa lecture nous confond. Si l’étude de la situation universitaire antérieure à l’année 1957 est fidèle et se réfère à des statistiques précises, il ressort que les propositions formulées pour changer cet état de choses sont particulièrement tièdes pour un parti dont la doctrine se veut :

"social humanista porque opone el fracaso de la sociedad capitalista, fundada en el lucro y el despojo, los valores democráticos de la dignitad y la libertad del hombre, realizables sólo en una comunidad fraterna y solidaria de trabajadores que suprima toda explotación del hombre por el hombre" ;

37et comme révolutionnaire :

  • 8 Ideario del Movimiento Social Progresista. Manual del elector, Lima, Librería Editorial Juan Mejía (...)

"porque cree que los grandes problemas nacionales se pueden resolver únicamente por un cambio profundo de la estructura social económica"8.

  • 9 "Un instituto y una misión", La Prensa, 21 mai 1958, p. 8.
  • 10 "Una universidad y el pueblo", El Comercio, 13 octobre 1959, p. 2.

38C’est sur le même ton qu’il nous présente Jorge Cornejo Polar, alors jeune professeur, menant à Arequipa la lutte culturelle et éducative des masses9, ou Julio Ramón Ribeyro dirigeant el Instituto de Cultura Popular de la Universidad San Cristóbal de Huamanga10.

Un nouvel engagement

  • 11 Il n’existe en effet à Lima que la Universidad Nacional Mayor de San Marcos (1551), la Universidad (...)

39Il faut attendre deux ans pour que naissent, en plus des trois universités liméniennes et des trois de province existantes deux autres universités à Ayacucho et Huancayo11.

40Mais cette politique éducative au coup par coup ne satisfait personne, et les défauts que Victor Andrés Belaúnde ou Mariátegui avaient dénoncé plusieurs décennies auparavant subsistent toujours. La Universidad Mayor, la plus ancienne d’Amérique, s’est transformée en un lieu peu sûr où étudiants et professeurs sont souvent attaqués (12).

41Trop nombreux sont les étudiants péruviens qui partent poursuivre leurs études à l’étranger et souvent y demeurent. Il faut réorganiser à la base l’enseignement universitaire, stimuler la création d’universités privées, etc. :

  • 12 C’est ce que signale Jorge Guillermo Llosa P. in "La crisis de la cultura en el Perú", Boletín de (...)

"seleccionar al estudiantado sobre la base de la contracción al estudio y al mérito intelectual eliminaría a esa población de cultivo que pulula en los organismos débiles e impide su recuperación"12.

42Mais le gouvernement de Prado ne tient compte ni des réflexions du Movimiento Social Progresista, ni d’ailleurs des suggestions des universitaires. C’est vraisemblablement vers cette époque que Sebastián Salazar Bondy s engage plus avant dans la vie politique en participant à des meetings, qu’il se tourne vers Cuba, et fait sienne la formule de Mariátegui :

  • 13 Mariátegui, José Carlos, Siete Ensayos de interpretación de la realidad peruana, Lima, Biblioteca (...)

"No es posible democratizar la enseñanza de un país, sin democratizar su economía y sin democratizar, por ende, su superestructura política"13.

43Le ton devient vite plus mordant :

  • 14 "El sentido social y popular de los museos", El Comercio, 18 octobre 1959, Suplemento Dominical, p (...)

"En el Perú no ha habido conciencia cultural porque se ha gobernado "al día"... Así como la universidad ha sido la cenicienta nacional -para impedirse, conciente o inconcientemente, que de ella salieran los principios científicos y filosóficos que demostraron que el sistema del país era absurdo-, la cultura profunda le fue escamoteada al pueblo peruano por la vieja oligarquía dominante"14.

44Il va même plus loin, il accuse cette classe dominante d’avoir confisqué les moyens qui auraient permis au peuple d’avoir accès au savoir :

  • 15 "El sentido...", op. cit. Sebastián Salazar Bondy n’accuse pas sans raisons. En 1944 il fut le sec (...)

"Esa oligarquía quiso al técnico y al profesional como subordinados a su causa y no les dio los libros... La biblioteca, tal como está hoy, ha resucitado, por empeño de Jorge Basadre, de ciertas terribles y misteriosas llamas que la redujeron a cenizas"15.

  • 16 "Respaldo para el que hace", El Comercio, del 18 février 1960, p. 2.
  • 17 "El Beltrán que conozco", La Prensa 9, mars 1956, p. 10. Beltrán avait été condamné et il se rendi (...)

45Toujours en 1960, si certains articles continuent à paraître dans la igne modérée que nous avons signalée -c’est le cas notamment de celui sur le sculpteur Victor Delfín qui dirige la Escuela de Bellas Artes de Puno16- il devient virulent, et n’hésite pas à engager la polémique avec Pedro Beltran qu il avait défendu quelques années auparavant lorsque ce dernier avait lancé dans La Prensa une campagne pour le rétablissement de l’Etat de Droit17. Le ton est tout autre quatre ans plus tard presque iour pour jour :

  • 18 "La universidad los hace temblar", Caretas, n° 193, 28 février - 24 mars 1960 pp. 11-14. ‘pp.

"El diario del Primer Ministro está contra la universidad. Quisieran él y sus representados -los dueños del algodón, el azúcar, el cobre, el zinc, el plomo, el petróleo y la riqueza nacional toda- una universidad de la que salieran cada año sumisos y "arribistas" abogados de empresas ultrapoderosas... Pero para la felicidad del Perú, de la universidad de ayer, y la de hoy, y de la de mañana, egresan en mayoría los hombres dispuestos a cambiar el país para hacer de él la obra de todos los peruanos para el bien de todos los peruanos"18.

46Cette attitude lui vaudra de nombreuses inimitiés, lui attirera bon nombre d’ennuis, lui créera des difficultés économiques qu’il aura bien du mal à surmonter, mais jamais il ne cessera d’œuvrer pour la vérité :

  • 19 Rapporté par Angel Rama in "Sebastián, compañero...", op. cit.

"Porque no he dejado nunca de decir la verdad, me costara lo que fuere, y han tenido que respetarme por fin"19.

47Il se consacre désormais davantage aux reportages, aux critiques littéraires et théâtrales, sans renoncer pour autant à l’idée d’une université libre et démocratique ; il luttera sans repos pour l’alphabétisation et la diffusion du savoir, la recherche et la création :

  • 20 C’est par cette phrase qu’il clôt son intervention au cours d’un meeting sur la Plaza Buenos Aires (...)

"Ser cultos para ser libre"20.

  • 21 Leiris, Michel, "Communication au Congrès culturel (de La Havane)", Les Lettres Nouvelles, mars-av (...)

48Du 4 au 11 janvier 1968 se déroula à La Havane un Congrès des intellectuels du monde entier en vue de discuter les problèmes de la culture dans les "pays sous-développés". Nombreux furent les intervenants qui reprirent les idées énoncées par Sebastián Salazar Bondy sur le plan de l’éducation21, tant il est vrai qu’elles ont la spontanéité, la pureté, l’humanité pour raison d’être.

Notes

1 Grande partie de ses articles sont signés Pepe Chacarilla, Diego Mirán, Diego Mexía, Juan Eye ou simplement S.S.B.

2 Rama, Angel, "Sebastián, compañero nuestro", Marcha, Montevideo, 9 juillet 1965 p. 31.

3 C’est ce que lui "reprochent" César Levano et Emilio Romero, "Sebastián Salazar Bondy : la media manpara", in Regionalismo y Centralismo, Presencia y Proyección de los siete ensayos, Lima, Editorial Amauta S. A., 1969, pp. 99-106. Il serait injuste d’oublier que son attitude politique évoluera notamment à partir de la lutte révolutionnaire menée par Fidel Castro (cf. Cuba, nuestra revolución, Lima, Ediciones de la Patria Libre, 1962).

4 "Un ensayo de cindadaniá", La Prensa, 14 janvier 1956.

5 Il insiste sur ce point à partir de 1960 dans Caretas et Oiga.

6 Il rédige de nombreux articles relatifs à la vie quotidienne des Français, mais il n’omet jamais, notamment pour ce qui touche à l’éducation, de mettre clairement en avant la comparaison avec le Pérou. Notons par exemple "Universidades y huelga", La Prensa, 2 avril 1957, p. 6, "La carta de un decano", La Prensa, 20 avril, p. 6 ou encore "Política y estudiante", La Prensa, 27 avril, p. 8.

7 Libertad, 1957, pp. 8-9.

8 Ideario del Movimiento Social Progresista. Manual del elector, Lima, Librería Editorial Juan Mejía Baca, 1962.

9 "Un instituto y una misión", La Prensa, 21 mai 1958, p. 8.

10 "Una universidad y el pueblo", El Comercio, 13 octobre 1959, p. 2.

11 Il n’existe en effet à Lima que la Universidad Nacional Mayor de San Marcos (1551), la Universidad Católica del Perú (1917), la Universidad Nacional de Ingeniería (1955), Universidad Nacional de la Libertad de Trujillo (1824), Universidad Nacional de San Agustín de Arequipa (1827), et la Universidad Nacional de San Antonio Abad de Cuzco (1867). Sont créées ensuite la Universidad Nacional de San Cristóbal de Ayacucho (1957) et la Universidad Nacional del Centro de Huancayo (1959).

12 C’est ce que signale Jorge Guillermo Llosa P. in "La crisis de la cultura en el Perú", Boletín de la Asociación Cultural Peruano-Alemana, Lima, octobre de 1960. On y retrouve aussi de nombreuses idées développées par Sebastián Salazar Bondy.

13 Mariátegui, José Carlos, Siete Ensayos de interpretación de la realidad peruana, Lima, Biblioteca Amauta, 1928, pp. 95-96. Il lui consacre d’ailleurs au début de cette même année deux articles : "Permanencia de Mariategui", El Comercio, 10 janvier 1960, Supplément, p. 4 et "Diez volumenes de Mariátegui", El Sol de Cuzco, 16 janvier 1960, p. 2.

14 "El sentido social y popular de los museos", El Comercio, 18 octobre 1959, Suplemento Dominical, p. 3. Cette idée est reprise et développée notamment par José Ignacio Lopez Soria, El modo de producción en el Perú, Mosca Azul Editores, Lima, 1977, p. 123 et suiv.

15 "El sentido...", op. cit. Sebastián Salazar Bondy n’accuse pas sans raisons. En 1944 il fut le secrétaire de Basadre et participa activement à la reconstruction de la Bibliothèque Nationale ; trois ans plus tard il sera nommé professeur de la Escuela nacional de Bibliotecarios.

16 "Respaldo para el que hace", El Comercio, del 18 février 1960, p. 2.

17 "El Beltrán que conozco", La Prensa 9, mars 1956, p. 10. Beltrán avait été condamné et il se rendit à la tristement célèbre prison de Lima, "El Eronton", entouré de nombreux journalistes parmi lesquels Sebastián Salazar Bondy.

18 "La universidad los hace temblar", Caretas, n° 193, 28 février - 24 mars 1960 pp. 11-14. ‘pp.

19 Rapporté par Angel Rama in "Sebastián, compañero...", op. cit.

20 C’est par cette phrase qu’il clôt son intervention au cours d’un meeting sur la Plaza Buenos Aires des Barrios Altos (Lima), le vendredi 6 avril 1961, après avoir dénoncé la catastrophe qui frappe le Pérou : 800.000 enfants sans école. Apparaît dans le discours de Sebastián Salazar Bondy une dimension nouvelle : la culture doit être entendue non seulement comeme tout ce qui est socialement hérité ou transmis, mais comme élément de critique permanent envers la société. Elle devra être l’aptitude de la conscience qui permettra à l’homme de reconnaître les injustices. La promotion culturelle sera dans ce sens facteur de transformation et de dépassement. En 1962, de retour de Cuba, il insistera sur l’effort sans précédent que le gouvernement de Fidel Castro et son Ministre de l’Education Hart mèneront contre l’analphabétisme (Cuba, nuestra revolución... op. cit., pp. 14-15).

21 Leiris, Michel, "Communication au Congrès culturel (de La Havane)", Les Lettres Nouvelles, mars-avril 1968, pp. 104-112.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540