Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. I

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

VI. Réformes institutionnelles et démocratisation universitaire dans les pays de l'Amérique latine (XIXe-XXe siècles)

La Réforme de l’Enseignement Supérieur à Cuba après 1959 : le cas de l’Université de la Havane

Françoise Moulin-Civil

Texte intégral

"La Universidad de La Habana, la más antigua de Cuba, dos veces centenaria e intimamente unida al desarrollo de nuestra nacionalidad"
(Universidad de La Habana, La Habana, 1966, p. 5)

  • 1 Depuis cette date, trois autres universités ont été créées : Oriente en 1947, Las Villas en 1948 et (...)
  • 2 Pour un historique de l’Université de La Havane, on peut consulter, entre autres, les ouvrages et a (...)
  • 3 A ce propos on peut consulter Dolores Nieves, "La tradición revolucionaria de la Universidad de La (...)

1Le 11 mai 1959, l’Université de La Havane ouvre à nouveau ses portes, après deux ans de suspension des cours, due - pour une large part - aux événements violents qui ont marqué l’épilogue du régime de Batista. Le devenir de cette université - la plus importante de Cuba, la plus ancienne, l’unique même jusqu’en 19471 - est intimement lié à la genèse et au développement de la nationalité cubaine, voire de son identité et de sa culture et, de ce fait, entretient avec l’histoire nationale des rapports tantôt consensuels tantôt conflictuels. S’il n’est pas dans mon propos de relater ici les vicissitudes de plus de deux siècles d’existence2, il apparaît cependant que parler de son évolution au lendemain de la Révolution castriste ne saurait avoir de sens sans une brève incursion dans sa propre histoire, d’autant que l’héritage qui est le sien en 1959 est tout à fait symptomatique du passé et de la tournure que vont prendre les événements. Cet héritage, double, ressortit à la fois à un brillant passé intellectuel, éclairé par une tradition "révolutionnaire"3 et à un lourd passif institutionnel dont les racines sont à rechercher dans la longue léthargie nationale. A cet égard, en préambule du texte de la Réforme Universitaire, il est reconnu que :

  • 4 La Reforma de la Enseñanza Superior en Cuba, Consejo Superior de Universidades, 10 de enero de 1962 (...)

"Sería erróneo [...] atribuir toda esa crisis al septenio abominable de la tiranía, en que se hizo más grave [...]. Las raíces históricas de la crisis son aún más lejanas y profundas. Surgen con el proceso mismo de nuestro despertar nacional y se derivan de los factores que han estorbado la implantación de Cuba como país soberano, dueño de sus riquezas y de su destino"4.

L’Université avant 19595

  • 5 J’utiliserai désormais l’abréviation UH pour Université de La Havane.
  • 6 Elle l’est en 1721 par le Bref "Aeternae Sapientae" du Pape Innocent ΧIIΙ, ratifié en 1728 par une (...)
  • 7 "Fue precisamente en ese período de nuestra historia colonial que por primera vez comenzaron a reca (...)
  • 8 En 1871, un portrait de la Reine Isabelle II fut tailladé et la tombe d’un journaliste anti-cubain (...)
  • 9 Il s’agit bien des étudiants et non du corps professoral qui, dans son ensemble, à cette époque, n’ (...)
  • 10 Julio Antonio Mella est réellement une figure-symbole de l’opposition étudiante à la dictature mach (...)
  • 11 Citons, entre autres, Rubén Batista Rubio, José Antonio Echeverría, Fructuoso Rodríguez...

2L’UH est la vingt-et-unième université américaine à être fondée. Elle l’est sous le nom de Real y Pontificia Universidad de San Gerónimo par les Dominicains du couvent de Saint Jean-de-Latran et sur le modèle de l’Aima Mater salmantine6. Sa première période (1728-1842) se caractérise principalement par des tâtonnements d’ordre administratif ou juridique plus que par une véritable préoccupation pédagogique. En 1842, elle perd son caractère pontifical. Sécularisée, elle prend le nom de Real y Literaria Universidad de La Habana. A partir de cette date, et jusqu’à la fin de la domination espagnole, elle va progressivement se déterminer face à la situation nationale. Animée, inspirée par des esprits clairvoyants - Arango y Parreño, Varela, Saco, Luz y Caballero, Martí lui-même, etc. -, elle se transforme en un ferment anti-colonialiste7 et, parallèlement, ouvre la voie d’un long martyrologe. En 1871, l’exécution de huit étudiants en médecine8 devient le symbole premier de la rébellion universitaire et forge un lien indissoluble entre étudiants et devenir national9. Mais c’est bien sûr dans son étape républicaine, à partir de 1902, et surtout dans les années 20, qu’il faut chercher l’origine et le moteur de l’élan plus proprement révolutionnaire. L’opposition étudiante au gouvernement de Machado, incarnée successivement par Julio Antonio Mella et Rafael Trejo10, est très violente. Les affrontements se multiplient au rythme des prises de conscience. L’UH est fermée pour la première fois de son histoire en 1930. Elle le restera presque trois ans, jusqu’à la chute de Machado en août 1933. Dans les années qui suivent, de 1933 à 1952, les problèmes universitaires s’intensifient malgré un retour apparent à la normale (réouverture de l’UH) et un désir de réformes (élaboration de nouveaux statuts, instauration de commissions paritaires (autonomie...). Lorsque le coup d’Etat du 10 mars 1952 élève le général Batista à la première magistrature, l’UH devient le foyer de plus grande résistance et opposition au régime et sacrifie de nouveaux martyrs11. La riposte est terrible, tant au niveau politique et militaire (écrasement sanglant des révoltes, répression acharnée, etc.) qu’au niveau proprement institutionnel : le pouvoir de Batista favorise l’ouverture d’universités privées et crée ainsi une situation schismatique en tous points défavorable aux universités d’Etat qui ne fonctionnent plus.

3Cette brève synthèse, forcément schématique, n’a voulu insister que sur un fait : l’UH, surtout depuis la fin du XIXe siècle, a été partie prenante dans le mouvement d’émancipation nationale à Cuba. Sa situation à la veille de la Révolution mérite, en revanche, que l’on s’y attarde quelque peu, pour mieux mesurer l’ampleur des réformes auxquelles vont s’attacher les nouveaux dirigeants.

4Je l’ai déjà dit, l’université cubaine hérite de la République "médiatisée" un lourd passif. Déjà en 1933, José Varela Zequeira, en un langage très imagé, établissait un bilan bien sombre de la situation à l’UH :

  • 12 José Varela Zequeira, Nuestra Universidad, conferencia dada en el Lyceum de La Habana, El 20 de nov (...)

"[...] nuestra Universidad [...] ha ido sufriendo en el transcurso de los años el influjo pernicioso de nuestra lamentable historia republicana. A medida que pasan los años, fué extremando su centralización administrativa ; se dictan decretos y leyes parciales y fragmentarias tendientes a favorecer intereses personales o de grupo [...] ; se perturban en todas las Facultades los planes de estudio, se prodigan los exámenes, se sobrecargan los cursos con la balumba de disciplinas, cuyo fárrago agobia, fatiga y tortura la mente del estudiante. Esta inflación dogmática y antipedagógica, lejos de enaltecer el prestigio de un centro docente, lo rebaja a la categoría de un criadero burocrático"12.

5Ce bilan pourrait être repris point par point en 1959. L’université se trouve véritablement en état de rupture et le concept même d’enseignement supérieur est en crise. Les pierres d’achoppement ne manquent pas. Tout d’abord, l’immobilisme. En effet, les structures universitaires n’ont pratiquement pas bougé depuis le XIXe siècle et les statuts ont à peine été rénovés en 1942. Ensuite, l’inadéquation des cursus. Leur nature est aberrante en regard des réalités et des exigences socio-économiques du pays. Quelques exemples parmi d’autres : l’UH produit un nombre incalculable d’avocats mais fournit très peu d’ingénieurs agronomes, dans un pays où l’agriculture est tout de même l’activité principale ; les études de géologie n’existent pas, celles de technologie en sont à leurs premiers balbutiements ; il y a peu de recherche scientifique et peu de spécialités, etc. Il est évident que les propositions universitaires reproduisent exactement les intérêts de l’aristocratie cubaine et des monopoles nord-américains. Le troisième point découle de cette dernière remarque : l’université, essentiellement citadine, est au service d’une minorité privilégiée, favorisant ainsi élitisme et discrimination. En 1953, seul un jeune Cubain sur vingt a la possibilité d’aller à l’université. Outre les enfants des milieux de l’oligarchie, on trouve un faible pourcentage de jeunes des classes moyennes et des classes intellectuelles (ces dernières constitueront d’ailleurs la source génératrice d’idées révolutionnaires). Dernier point, enfin, l’inadaptation des méthodes d’enseignement due à leur ancienneté et à leur académisme. Elles sont fondées essentiellement sur la mémorisation, la quasi-inexistence de travaux pratiques, la prégnance des cours magistraux, la pauvreté de la recherche pédagogique et de la formation continue, etc. A l’avenant de ce marasme, un absentéisme étudiant très développé et des insuffisances budgétaires énormes. A tous ces points critiques, il faudrait ajouter la corruption régnante, sinon l’immoralité. A cet égard, le bilan dressé par le Conseil Supérieur des Universités, chargé de la Réforme universitaire dans les premières années de la Révolution, est on ne peut plus sévère :

  • 13 La Reforma de la Enseñanza Superior..., p. 1.

"Al iniciar la Revolución su etapa transformadora el 1° de enero de 1959, encontraba ante sí un sistema de educación superior desvertebrado, tocado por la corrupción y, sobre todo, inservible a los altos fines de la renovación y el desarrollo económico, político y moral de nuestra patria.
El sistema universitario se había mantenido al margen y de espaldas a las necesidades más profundas de la nación [...] El saldo real de la docencia superior era lamentablemente negativo"13.

6Retard, inculture, travail et esprit anti-patriotiques : autant de cibles que ne manquera pas de viser le nouveau pouvoir. La question universitaire, en même temps que le lieu d’une légitime et indéniable aspiration populaire, va devenir un enjeu éminemment politique autant qu’un terrain de choix pour affirmer la nouvelle souveraineté nationale et établir les bases d’un changement à la hauteur des circonstances. C’est dans ce sens que José Antonio Portuondo parle de

  • 14 José Antonio Portuondo, Tres temas de la Reforma universitaria, Santiago de Cuba, Universidad de Or (...)

"[...] faena transformadora, creadora, revolucionaria [...] que ha[n] de poner el ritmo de la existencia universitaria al compás de los grandes acontecimientos históricos que se están produciendo en nuestro suelo y en el mundo contemporáneo"14

La refonte de l’enseignement supérieur

"La reforma universitaria es algo más sutil, no tan visible, pero sí tan necesaria como la propia reforma agraria ; porque también hay enormes latifundios de inteligencia que hay que cultivar"
Fidel Castro (13-3-1960)

7Pour laborieuse qu’elle puisse paraître, seule une étude diachronique des diverses modifications qui bouleversent l’enseignement supérieur cubain peut rendre compte de leur portée réelle. Au demeurant, la mise au jour des étapes de ce changement devrait aider à la compréhension d’un phénomène, sinon sans précédent, du moins original en Amérique Latine. J’examinerai ces étapes en les rattachant à deux domaines essentiels : le juridique et l’institutionnel comme parties signifiantes d’un ensemble réellement cohérent.

Le cadre juridique

  • 15 Ces deux textes sont intégralement reproduits dans Constituciones cubanas desde 1812 hasta nuestros (...)

8Le cadre juridique n’est pas le moins important. Toutefois, je ne considérerai ici que quelques aspects de la législation cubaine. Lors de la prise du pouvoir par le Gouvernement Révolutionnaire en janvier 1959, la Constitution de 1940 est toujours en vigueur. Elle le restera jusqu’à la proclamation de la Loi Fondamentale de la République, le 7 février suivant, au terme de cinq modifications15.

  • 16 Cette loi concerne essentiellement les enseignements primaire et secondaire. Voir Ley de Reforma de (...)

9En ce qui concerne le domaine exclusif de l’enseignement, le contenu des deux constitutions est absolument identique : liberté de la recherche et de l’enseignement (art. 47) ; non-gratuité des études supérieures mais possibilité de bourses (art. 48) ; maintien d’un système d’éducation pour adultes (art. 49) ; organisation de l’enseignement public de façon à ce qu’il y ait continuité et cohérence entre les divers niveaux, y compris le supérieur (art. 51) ; valorisation d’un esprit de cubanité et de solidarité afin d’entretenir l’amour de la patrie et de ses institutions démocratiques (art. 51) ; maintien d’un budget d’Etat pour le public (art. 52) ; autonomie de l’UH (art. 53) : possibilité de création d’universités tant publiques que privées (art. 54), étant entendu que l’enseignement public restera laïque (art. 55) ; enfin, projet de création d’un Conseil National d’Education et de Culture (art. 59). Dans le cadre des dispositions transitoires, la Loi Fondamentale de la République reprend le projet d’une Loi de Réforme générale de l’Enseignement. A la différence du même projet contenu dans la Constitution de 1940, il se concrétisera le 23 décembre 1959, sous le nom de Ley de Reforma Integral de la Enseñanza16.

  • 17 Voir, en particulier, Justo Nicola Romero, El régimen de Universidades y la ley n° 11, Santiago de (...)
  • 18 Un bref rappel historique : en 1952, il y a trois universités d’État (La Havane, Las Villas et Orie (...)

10Il faudra attendre 1976 et la proclamation d’une constitution définitive pour voir entérinées les véritables mutations qui affectent l’enseignement. Avant son analyse, un mot sur deux lois qui en sont déjà la préfiguration. La Loi n° 1117, spécifique de l’Enseignement Supérieur et promulguée en janvier 1959, met un terme au schisme qui déchire l’université, en éliminant certains centres prétendument universitaires, officialisés par de faux décrets et non respectueux des dispositions légales ; en annulant, dans le même temps, tous les diplômes et notes accordés depuis le 30 novembre 1956 par certains établissements suspects ; en condamnant enfin l’attitude immorale et scandaleuse de certaines universités qui se sont maintenues à tout prix dans les dernières années de la dictature au mépris des universités d’Etat fermées18. La loi est, bien sûr, vivement critiquée ; on lui reproche son esprit revanchard et anti-confessionnel. Elle tente en fait, je crois, de démêler une situation chaotique sans sonner tout à fait encore le glas des universités privées. Pour ce faire, il faut attendre la Loi du 7 juin 1961, portant sur la nationalisation de l’Enseignement, promulguée en pleine Année de l’Education et au terme d’une victorieuse campagne d’alphabétisation. L’Etat assume totalement, à partir de cette date, la charge de l’Education qui va prendre une part croissante dans les débats et les décisions. Le texte constitutionnel qui va consigner ces derniers va demander quinze années d’élaboration.

  • 19 Pour son étude et son analyse, voir Constitución de la República de Cuba, La Habana, editorial Orbe (...)

11Le préambule de cette Constitution19 proclamée le 24 février 1976 et qui affirme sans ambages son caractère socialiste et sa double allégeance au marxisme-léninisme et à la doctrine martinienne, rend hommage - entre autres - aux étudiants forgerons de la Révolution.

12La place assignée à l’Enseignement dépasse le simple chapitre IV, portant sur l’Education et la Culture. Au total, sept articles lui sont consacrés, dont voici les lignes de force, en tant qu’elles concernent l’université. Deux articles (8 et 42) reconnaissent le droit à l’éducation pour tous, y compris à l’enseignement supérieur, et affirment son caractère nondiscriminatoire :

"El estado socialista [...] garantiza [...] que no haya joven que no tenga oportunidad de estudiar" (art. 8) ;
"El estado consagra el derecho conquistado por la Revolución de que los ciudadanos, sin distinción de raza, color u origen nacional :
[...] disfrutan de la enseñanza [...], desde la escuela primaria hasta las universidades, que son las mismas para todos [...]" (art. 42).

13D’autre part, il est rappelé que le devoir de toute la société est l’éducation des jeunes dans l’esprit communiste (art. 39) et que l’Etat garantit, à tous les niveaux d’éducation, la création de structures de loisirs (art. 51). L’article 38 est sans doute le plus important par la longueur et la densité de son programme. L’Etat, défini comme le grand ordonnateur, établit comme suit les options et les axes prioritaires : conception scientifique du monde, combinaison des études et du travail, caractère gratuit, obligatoire et national de l’enseignement renforcé par un important système de bourses, liberté de la recherche scientifique et intégration des travailleurs à cette tâche, participation des citoyens à la politique d’éducation. Un dernier article (art. 50), tout en garantissant à nouveau la gratuité pour tous, jeunes et adultes, pose la condition préalable de l’aptitude individuelle et des besoins du pays :

"Todos tienen derecho a la educación. Este derecho está garantizado por el amplio y gratuito sistema de escuelas [...] y becas, en todos los tipos y niveles de enseñanza [...], lo que proporciona a cada [...] joven, cualquiera que sea la situación económica de su familia, la oportunidad de cursar estudios de acuerdo con sus aptitudes, las exigencias sociales y las necesidades del desarrollo económico-social" (art. 50).

  • 20 Voir Textos Constitucionales Socialistas, introd. y coment, de Manuel B. García Alvarez, León, Cole (...)

14Cette constitution, bien sûr, introduit des changements notables par rapport aux textes juridiques précédents. Inspirée de façon nette de l’article 121 de la Constitution soviétique20, nous en retiendrons les principes recteurs de laïcité, d’obligation, de gratuité, de participation de tous et d’instauration d’un lien fondamental entre étude et travail.

15Si l’ensemble des textes juridiques que je viens d’aborder renvoie grosso modo au système éducatif en général, l’étude du cadre institutionnel devrait permettre de rentrer de plain-pied dans la Réforme universitaire et son application à l’UH.

Le cadre institutionnel

16La tâche de refondre le système universitaire apparaît incontournable dès 1959. Elle est donc liée, dès le début, au mouvement révolutionnaire. Une Junta Superior de Gobierno, élue par professeurs et étudiants, entreprend la grande tâche réformatrice à l’UH. Mais la nécessité se fait vite sentir d’un travail conjoint avec les autres universités, même si l’UH est, de loin, la plus problématique. Les Conseils Supérieurs de chacune des trois universités (UH, Oriente, Las Villas) ainsi que la Commission Inter-Universitaire poussent le Gouvernement à promulguer la Loi n° 916, en date du 31 décembre 1960, qui institue le Conseil Supérieur des Universités. Ce supra-conseil, formé de membres du Gouvernement et des trois universités, va s’attaquer aux structures, au fonctionnement, aux méthodes ainsi qu’à l’esprit et à la mission de l’université. Partant de l’étude des problèmes et des expériences vécues, tenant compte des systèmes universitaires des pays socialistes et de réformes précédentes (comme celle de l’Argentine), analysant enfin les besoins de Cuba, le Conseil propose, un an après, un plan général de réforme de l’Enseignement Supérieur et se charge de son application.

17Cette Réforme entre en vigueur le 10 janvier 1962, date symbolique expressément choisie par le Conseil,

  • 21 Voir exergue de La Reforma de la Enseñanza Superior...

"en homenaje a la memoria de Julio Antonio Mella, pionero de la Reforma Universitaria en Cuba y símbolo del gran ideal de vincular la Universidad a los trabajadores y al pueblo, por conmemorarse dicho día el trigésimo tercer aniversario de su asesinato"21.

  • 22 Voir la Disposition Finale (ibid., p. 46) ; "A partir de la publicación de las presentes bases en l (...)

18Les Bases énoncées dans le texte de réforme annulent et remplacent les Statuts universitaires antérieurs, en particulier ceux de l’UH de 194222. Je me propose de seulement mettre en relief ce qui est radicalement remis en question ou constitue une réelle innovation dans le texte de 1962, ne renvoyant qu’incidemment aux Statuts de 1942.

19Le champ de plus grande réforme est sans nul doute structurel et fonctionnel. A chaque niveau de l’édifice universitaire, qu’il s’agisse des Organes de Gouvernement (Junte Supérieure et Juntes de Gouvernement des Facultés), des Services d’Enseignement et de Recherche (Ecoles, Départements, Corps enseignant...), des Organes auxiliaires tels que les Commissions Supérieures d’Enseignement, de Recherche et de Publication, etc., sont instaurées des directions collégiales et des commissions paritaires. C’est évidemment la grande nouveauté face à la structure pyramidale existante où chaque niveau était supervisé par une seule personne (Recteur, Doyen ou Professeur, par exemple). Dans ce même sens, la base de la structure est, non plus la Chaire, mais le Département, véritable organe vital plus qu’administratif. Parallèlement, des organes sont créés ou rénovés, ouvrant l’université sur l’extérieur et la dotant ainsi d’une mission sociale. Retenons-en deux : tout d’abord la Comisión de Integración universitaria, ainsi définie :

  • 23 La Reforma de la Enseñanza Superior..., p. 34.

"Este servicio estará encargado de cultivar en los alumnos, colectivamente, los valores favorables a su eficaz ajuste universitario y social. A ese efecto, cuidará de que los estudiantes hagan vida universitaria en toda la intensidad y extensión factibles, mediante [...] toda clase de actividades que, aparte de las normales de docencia e investigación, propicien la convivencia humana, la amistad, la comprehensión y el compañerismo"23

20Ensuite, la Comisión de Extensión universitaria, organe de rapprochement de l’université et du peuple, créée

  • 24 Ibid., p. 36.

"[...] para que la cultura universitaria llegue a las masas populares en forma eficaz, así como para que las necesidades de éstas [...] sean bien conocidas por la Universidad, mediante la participación de representantes de las organizaciones de obreros: campesinos y empleados en las deliberaciones acerca de los programas, ciclos y cursos a desarrollar"24.

21Ces organes travaillent en étroite collaboration avec les autres services généraux de l’université : Bibliothèque, Orientation, Assistance médicale, Education Physique, etc., et aussi avec la F.E.U. (Fédération étudiante créée en 1923 par Mella).

  • 25 L’article 139 des Statuts de 1942 prévoyait trois types d’inscription : "ordinaria", "de premio" (e (...)

22Au niveau de la vie scolaire, les changements opérés sont aussi de taille. L’inscription est totalement gratuite pour tous25 ; pour couvrir les frais de scolarité des plus démunis, l’Etat (en accord avec sa Constitution) crée un vaste système de bourses, partielles ou totales, couvrant depuis l’achat des livres et du matériel scolaire jusqu’aux frais d’alimentation, logement, habillement, blanchissage, transports et même argent de poche. Il est entendu qu’en retour l’étudiant, ainsi doté, reste engagé - au moins moralement et par ses succès académiques - envers l’Etat. Des facilités sont accordées également aux travailleurs pour qui sont développés les cours du soir. L’université est donc ouverte à tous ; il faut cependant remarquer qu’une sorte de "numeras clausus" est institué par la Réforme. En effet, l’inscription reste soumise à trois critères sélectifs : l’aptitude intellectuelle du candidat-étudiant, son niveau académique et - fait vraiment nouveau - les besoins du pays en matière technique, scientifique et professionnelle. Le texte même de la Réforme propose la justification d’un tel système rationaliser, planifier, économiser du temps, de l’énergie et des moyens, et conclut ainsi :

  • 26 La Reforma de la Enseñanza Superior..., p. 19.

"Un país que ha barrido con todos los privilegios económicos y sociales [...] y que ha establecido un amplio sistema de becas para el estudio universitario, puede disponer, con toda razón tánica y moral, el ingreso a las carreras por un procedimiento eficaz de selección"26.

  • 27 Ibid., p. 37.

23Les enseignants connaissent aussi des changements. Les contrats ne sont que de courte durée. "Selon le niveau scientifique, technique, pédagogique, culturel, moral et civique"27. Le premier contrat est d’une année, le(s) suivant(s) de deux, trois, cinq ou dix ans maximum, renouvelable(s) bien sûr, mais aucune nomination n’est définitive. Le choix et le maintien des enseignants relève de la double compétence des autorités universitaires et des étudiants et sont eux aussi justifiés par le besoin d’assainissement du système :

  • 28 Ibid., p. 18.

"Aquí el profesor que no sirve sale de la Universidad por su propia incompetencia, y nadie sería capaz de mantenerlo - como nadie sería capaz de contratarlo - por amiguismo o favoritismo. Estas circunstancias no se dan sino en la universidad de una República depurada, en un país que está dependiendo de la honradez y capacidad de todos sus profesionales y tánicos para construir su futuro"28.

  • 29 Les étudiants, pour voir leur année validée, doivent assister à, au moins, 80 % des cours dans chaq (...)
  • 30 Ces chiffres ne sont évidemment pas considérés comme des optima mais constituent une étape dans l’a (...)
  • 31 La Reforma de la Enseñanza Superior..., pp. 16-17.

24Quant à l’organisation même des cours, je soulignerai les quelques points suivants. La nouvelle division de l’année en deux semestres abolit et assouplit le vieux système des cours annuels et le nombre total des jours de classe passe de 120 à 160 ; l’assistance aux cours est désormais obligatoire29 ; le maximum d’étudiants par cours est de 50 (25 pour les T.D. ou T.P.)30 ; le livre de référence unique est interdit et la bibliographie doit être accessible ; l’enseignement devant être actif, à cet effet sont proscrits "el verbalismo, el memorismo [...], el pasivismo [...] y el conferencismo"31 ; les examens traditionnels de fin d’année sont supprimés au profit du contrôle continu ; les diplômes sont accordés selon une moyenne académique minimum et non sur la simple obtention de moyennes partielles ; enfin, l’étudiant comme le professeur, doit acquérir d’autres formes d’apprentissage et d’enseignement. A cet égard, les derniers postulats de la Réforme parlent d’eux-mêmes :

  • 32 Ibid., p. 20.

"La enseñanza no es trasegar conocimientos [...]. Todo estudiante ha de conquistar por sí mismo su propia ciencia [...]. El alumno ha de convencerse de que es ilusoria y falaz toda pretensión de absorber cultura en dosis masivas, mediante esfuerzos memorísticos super-concentrados, que puede acumular en unos pocos días previos a las pruebas. Es necesario que modifique radicalmente su estilo de estudiar, en acuerdo con los nuevos rumbos educacionales [...]
En cuanto a los profesores, ¿qué espera de ellos la Universidad? Sin duda, en primer lugar, un verdadero nivel universitario, lo que presupone superior competencia y edificante calidad humana. El simple repetidor de textos, el simulador, el superficialista, no deben tener cabida en el recinto universitario"32.

25Enfin, la conclusion de la Réforme plaide en faveur d’un renouveau des relations entre enseignants et enseignés, fondé sur l’échange :

  • 33 Ibid., p. 21.

"Cooperación, respeto y fraternidad entre profesores y estudiantes, unidos en la búsqueda del saber y en el cultivo de los ideales humanos y patrióticos de la nueva Cuba, es la consigna indeclinable de nuestra reforma universitaria"33.

26Elle plaide aussi en faveur de l’acquisition d’un nouvel esprit, conforme au changement politique, d’une conscience collective, d’un esprit auxquel n’échappe pas la Réforme elle-même, conçue comme un texte en devenir :

  • 34 Ibid., p. 22.

"La reforma universitaria no es una cristalización permanente, no es una ley ni un decreto, no es un orden estático. Es una función dinámica [...]. La reforma ha de concebirse [...] como un movimiento que no se detiene jamás, como una actitud perpetua de renovación y superación"34.

  • 35 Ibid., p. 25.
  • 36 Estatutos..., pp. 3-4 (art. 1 à 8).
  • 37 Sur ce point précis, voir, en particulier, Nikolái Kolesnikov, Cuba : educación popular y preparaci (...)

27Pour en terminer avec la présentation de cette Réforme de 1962, je dirai un mot de la mission assignée à l’université35. Cette dernière a pour tâche fondamentale de transmettre les connaissances et la culture. Elle doit former des professionnels selon les besoins de la nation, développer l’esprit de recherche, mener à bien la formation culturelle, morale, politique et physique des étudiants pour en faire des citoyens efficaces et désintéressés, serviteurs de la Patrie et de l’Humanité, contribuer à élever le niveau culturel du peuple cubain, promouvoir enfin les échanges scientifiques et culturels entre Cuba et les autres pays du monde. Une partie de ce programme se trouvait déjà dans les Statuts de 194236. L’accent était déjà mis sur les fonctions d’enseignement, de transmission du savoir, de promotion de la recherche scientifique. Différence notable cependant : les activités d’enseignement et de recherche devaient rester séparées. Mais le point de plus grande divergence, c’est évidemment l’apolitisme déclaré de l’université en 1942, revendiqué jusque dans les années précédant la Révolution, face à l’engagement notoire de la même vingt ans plus tard. Un engagement tel que l’enseignement du marxisme-léninisme fera partie de tous les cursus à partir de 197637.

L’application de la réforme à l’Université de La Havane

"Universidad de La Habana: museo vivo de la patria; de sus afanes revolucionarios; de sus inquietudes culturales; de sus logros científicos"
Universidad de La Habana, La Habana, 1966.

  • 38 Voir, à ce sujet, Patrice Gelard, "Cuba : le processus d’institutionnalisation", La Documentation F (...)
  • 39 Voir, entre autres textes documentaires, Memorias - Congreso Nacional de Educación y Cultura, Insti (...)

28Les textes de loi que j’ai évoqués et la Réforme sont appliqués petit à petit au cours des deux décennies suivantes. Les réalisations connaissent un cheminement par étapes auquel ne sont pas étrangers l’institutionnalisation progressive du régime38 non plus que le renforcement des structures idéologiques, entendant par là l’importance des thèses et résolutions prises par le Premier Congrès National d’Education et de Culture (avril 1971) et les deux premiers Congrès du P.C.C, en décembre 1975 et décembre 198039.

  • 40 L’expression est d’Arthur Gillette, "Qu’est-ce-qu’une révolution éducationnelle ? La réponse cubain (...)

29Sans négliger l’analyse de ces textes, tout à fait indispensables à la compréhension de la "révolution éducationnelle" cubaine40, mais pour ne pas reprendre des points déjà mentionnés, je ne ferai que dégager les grandes innovations qu’a vécues l’UH.

  • 41 Par souci de comparaison, j’ai compulsé des Memorias-Anuarios antérieurs et postérieurs à la Révolu (...)

30La nouvelle structure se met rapidement en place et connaît bien sûr quelques avatars entre 1962 et 1980. L’organisation administrative, préconisée par la Réforme, se retrouve tout entière dans les diverses Memorias-Anuarios que j’ai pu consulter41 : les organismes dirigeants (Rectorat, Vice-Rectorat, Conseil Universitaire...), les organisations politiques et de masse (F.E.U., Comité Universitaire, représentants du P.C.C, et de l’U.J.C....), les commissions spécialisées (ou groupes de travail administratifs, pédagogiques, scientifiques, juridiques, de recherche...), les Services (Comité des Sports, Direction des Bourses...). A quelques nuances près, ce sont tous des organes d’analyse, de décision et d’exécution de la politique universitaire ; l’évaluation des résultats annuels et la proposition de nouvelles perspectives relèvent de plénums constitués à tous les niveaux. L’esprit collectif de tous ces organes en est évidemment la caractéristique première.

31A la base de cette structure, les facultés, écoles, centres spécialisés connaissent entre 1962 et 1980 un développement et une diversification étonnants (Documents n° 1, n° 2, n° 3 : organisation structurelle de l’UH). Outre le maintien des facultés "classiques", je retiendrai la création de la Faculté de Technologie en 1961, de la Facultad Obrera y Campesina en février 1962, de l’Institut Pédagogique "E. J. Varona" en 1964, de la Faculté Préparatoire "Hermanos País" en 1965 (centre d’enseignement de langues des pays frères et de préparation de boursiers pour l’étranger), de l’Institut d’Economie en 1966, etc. Parallèlement, une impulsion très forte est donnée à certaines facultés, notamment à celle de Sciences Agronomiques en lui adjoignant un grand nombre de centres spécialisés tels que l’ICA (Institut de Science animale, créé en 1965 et consacré à l’étude et à la production), le Centre Expérimental de Pâturage et Fourrage "Indio Hatuey" (fondé en 1962 par l’INRA et qui fait partie de l’UH depuis 1967), l’INCA (Institut des Sciences Agricoles, créé en 1970), le CENSA (Centre National de Santé Animale)... L’accent est mis de tout évidence sur le développement des enseignements technique et agricole et de la recherche appliquée, palliant ainsi un manque et un besoin du pays.

32Du point de vue de l’organisation plus strictement pédagogique, les nouveautés sont là aussi remarquables. Trois types de cours sont graduellement mis en place : les "diurnos" pour les étudiants pouvant suivre le système normal d’enseignement ; les "vespertino-nocturnos" pour les travailleurs, avec horaires et fréquence adaptés ; les "dirigidos", enfin, pour ceux qui ne peuvent suivre les cours du soir. Ils consistent en rencontres périodiques -hebdomadaires ou bi-mensuelles- avec des professeurs chargés d’aider, d’orienter et de corriger les étudiants concernés (sorte d’autodidactisme dirigé).

  • 42 En juin 1972, 15. 729 étudiants de l’UH (sur un total de 21. 121), sont incorporés au travail produ (...)

33Est promu au premier rang des réalisations pédagogiques, le plan combiné d’étude-travail. Il devient même la priorité à partir des années 70, s’inscrivant dans un vaste projet d’universalisation de l’enseignement42. En général, il y a adéquation entre les études suivies et l’unité de production à laquelle est intégré l’étudiant (cela est plus facile pour les études scientifiques et médicales que pour les études littéraires). Ce plan semble avoir apporté un bénéfice à la fois aux étudiants, confrontés au monde du travail, aux ouvriers et paysans, dont le niveau politique et culturel peut sensiblement varier au contact d’intellectuels, à l’économie, enfin, par la résolution de certains problèmes de production.

34Pour toutes ces réalisations mais aussi "por los méritos revolucionarios y la labor cultural y educativa", l’UH est décorée en 1981 de l’ordre "Félix Varela" par le Gouvernement cubain. Mais s’il fallait une preuve plus tangible aux progrès énormes qu’a vécus la seule UH, les chiffres qui suivent devraient suffire : en 1955, il y a 18.294 étudiants, ils sont 46.072 en 1975 ; en 1959, il n’y a aucun étudiant boursier, ils sont 14.473 en 1975.

Pour un bilan : obstacles, difficultés et réussites

"La cultura, como la educación, no es ni puede ser apolítica ni imparcial, en tanto que es un fenómeno social e histórico condicionado por las necesidades de las clases sociales y sus luchas e intereses a lo largo de la historia"
(Congreso Nacional de Educación y Cultura, abril 1971)

35La lecture et l’analyse de ces changements, tant institutionnels que pédagogiques, ne manquent pas de faire surgir une série de réflexions, voire même d’appréciations sur ce vaste plan de réformes. Il va de soi que cette restructuration globale du système universitaire cubain, comme épiphénomène d’une stratégie politique et idéologique, offre des points de réussite indéniables mais n’en présente pas moins des failles.

  • 43 Un exemple : en août 1960,16 professeurs restent à l’École de Médecine, sur un total de 141 (Memori (...)

36Les premières difficultés rencontrées sont propres à l’histoire intérieure de Cuba. Il est évident que tout ce processus de changement éducatif se développe dans un contexte politique relativement complexe, imposé -tout au moins au début- par la situation de blocus qui freine, dans le domaine qui nous intéresse, les importations de matériel, livres, etc. Dans le même temps, la dispersion intellectuelle pèse contre la remise en route de l’université. On a même parlé à l’époque de "fuite des cerveaux"43. A cela, il faut ajouter une confusion administrative et une absence de planification qui ne trouveront de véritable solution qu’à partir des années 70 (pour tomber peut-être dans un autre excès, à savoir celui d’un trop grand dogmatisme).

37Les problèmes matériels sont aussi l’un des obstacles qui freinent, au début, la pleine application de la Réforme : manque de locaux, inadaptation des équipements mais, surtout, pénurie de personnel enseignant, de cadres scientifiques et technologiques suffisamment qualifiés. Le remède aurait pu être pire que le mal : en effet, on forme des enseignants "sur le tas" (soit par des reconversions un peu brutales soit par des cours accélérés) et on crée un corps d’"alumnos-ayudantes" qui pose un sérieux problème de compétence. Même ainsi, cette formation n’arrive pas à couvrir les besoins. Face aux rythmes effrénés de croissance de la population étudiante, les quotas d’admission sont renforcés dès 1971-1972.

38Ces tâtonnements de la première décennie mènent à l’élaboration de nouveaux objectifs, principalement depuis 1975-1976 et à la création, le 28 juillet 1976, du Ministère de l’Enseignement Supérieur (Document n° 4 : nouvelle structure de l’enseignement supérieur). Selon une planification rigoureuse, on révise les programmes d’études et on unifie les spécialisations, on redistribue dans le pays les centres d’enseignement supérieur, on met l’accent sur la formation continue et la formation tout court, on cherche à créer de nouveaux manuels et à rénover le matériel didactique, on continue d’augmenter régulièrement le budget (Document n° 5 : tableau budget éducation).

  • 44 La bibliographie, en ce vaste domaine, est considérable. Je retiendrai essentiellement : La Reforma (...)

39Cette recherche en parallèle d’un développement tant quantitatif que qualitatif est, à coup sûr, l’un des atouts majeurs et l’une des réussites incontestables du redressement universitaire cubain44. Ce n’est pas un hasard si, en 1982, l’UNESCO couronne les efforts cubains en matière éducative, spécialement dans le domaine de l’enseignement supérieur (Document n° 6 : tableau statistique récapitulatif).

40Le point fort de cette réussite -je crois l’avoir souligné- est évidemment la tentative aboutie de démocratisation. L’université est devenue un droit pour tous, sans discrimination raciale ni sexuelle et sans privilèges. L’autre point fort, en tout cas celui qui signe l’abandon du concept traditionnel d’enseignement supérieur, c’est la volonté de lier études et travail, recherche intellectuelle et pratique de terrain, université et vie active. Par ce processus, l’université, véhicule du savoir, acquiert une fonction résolument sociale et économique puisqu’elle apparaît liée au développement des forces productives, double fonction qui ne fait que s’ajouter à son évidente fonction idéologique. Ici comme ailleurs, il y a parfaite adéquation entre le processus éducatif et le devenir politique. Dans ce sens, l’université se présente bien comme une superstructure dynamique, féconde, contradictoire de par ses failles et ses succès mais toujours chargée de sens.

41Mais peut-être la plus grande réussite de l’université cubaine depuis 1959 est-elle d’avoir comblé l’utopie de ces intellectuels dont l’inquiétude, le patriotisme et la clairvoyance marquèrent la fin du XIXe siècle. Je rappellerai, à cet égard, le discours mémorable de Enrique José Varona, auteur lui-même d’un Plan de réforme universitaire en 1900 :

  • 45 Del Consejo Universitario a la opinión pública, Imprenta de la Universidad de La Habana, [1953], pp (...)

"La Universidad de La Habana debe ser el laboratorio científico de la nación. Debe enseñar, desde luego ; pero debe, ante todo, despertar la curiosidad del saber, el deseo de ver cada cual por sí mismo, de experimentar, de investigar, de criticar [...]. La más alta incumbencia de la Universidad es formar hombres, cada vez más aptos para realizar la plena vida humana, más capaces de asegurar a su país condiciones favorables al desarrollo armónico y continuado de sus elementos de bienestar, cultura y moralidad superior [...] en el anhelo del bien de la humanidad"45.

42Aujourd’hui, comme à cette époque, le besoin de concevoir et de réaliser une Réforme de cette envergure scelle, je crois, la profonde solidarité de l’université, non seulement avec la circonstance mais aussi avec l’histoire nationale, tout en la projetant, une fois encore, dans le vieux rêve humaniste de faire d’un savoir un vivre.

Annexes

DOCUMENTS

N° 1 - ESQUEMA GENERAL UNIVERSITARIO 1973-1974

N° 1 - ESQUEMA GENERAL UNIVERSITARIO 1973-1974

N° 2 - UNIVERSIDAD DE LA HABANA Nueva Estructura 1976-1977

N° 2 - UNIVERSIDAD DE LA HABANA Nueva Estructura 1976-1977

N° 3 - ESTRUCTURA ORGANIZATIVA DE LA UNIVERSIDAD DE LA HABANA (Curso Escolar 1980/811)

N° 3 - ESTRUCTURA ORGANIZATIVA DE LA UNIVERSIDAD DE LA HABANA (Curso Escolar 1980/811)

N° 4 – DIRECCION DE LA EDUCACION SUPERIOR EN CUBA (Curso Escolar 1980/81)

N° 4 – DIRECCION DE LA EDUCACION SUPERIOR EN CUBA (Curso Escolar 1980/81)

N° 5 – BUDGET ÉDUCATION (millions de pesos)

N° 5 – BUDGET ÉDUCATION (millions de pesos)

N° 6 - TABLEAU STATISTIQUE

N° 6 - TABLEAU STATISTIQUE

< Variation selon sources
() Nombre de centres considérés
(*) uniquement universités privées
(**) aides et auxiliaires inclus
(***) cubains + étrangers (surtout Rép. Viet-Nam)

Notes

1 Depuis cette date, trois autres universités ont été créées : Oriente en 1947, Las Villas en 1948 et Camagüey en 1975.

2 Pour un historique de l’Université de La Havane, on peut consulter, entre autres, les ouvrages et articles suivants : Agueda María Rodriguez Cruz O.P., Historia de las Universidades Hispanoamericanas - Período hispánico, 2 t., Bogotá, Imprenta patriótica del Instituto Caro y Cuervo, Yerbabuena, 1973 (II, pp. 9-35) ; Luis F. Leroy y Galvez, "La Real y Literaria Universidad de La Habana: síntesis histórica", Separata de la Revista de la Biblioteca Nacional "José Martí" (4), 1956 ; (1), 1957, 1965-1966 ; Id., "La Universidad de La Habana en su Etapa Republicana : síntesis histórica", Separata de la Revista de la Biblioteca Nacional "José Martí" (4), 1957; (1), 1958, 1967; Dr Juan M. Dihigo y Mestre, Real y Pontificia Universidad de La Habana - Documentos relativos a su historia, La Habana, Imprenta "La Propagandista", 1931 ; Id., Influencia de la Universidad de La Habana en la cultura nacional, Oración inaugural del Curso Académico de 1924 a 1925, Universidad de La Habana, Imprenta "La Propagandista", 1924 ; Alfredo Valladares Abreu, La Universidad de La Habana en la Revolución Nacional, Publicación de la revista Universidad de La Habana, 1944 ; Del Consejo universitario a la opinión pública, Imprenta de la Universidad de La Habana, [1953] ; Juan Marinello, Revolución y Universidad, Gobierno provincial revolucionario de La Habana, 1960 ; Universidad de La Habana, La Habana, 1966 [dedica este folleto a la Conferencia Tri-continental - Enero 3 al 12 de 1966] ; Delio J. Carreras Cuevas, "Brevísima cronología de la Universidad de La Habana (1670-1987)", Universidad de La Habana (231), 1987, pp. 5-10.

3 A ce propos on peut consulter Dolores Nieves, "La tradición revolucionaria de la Universidad de La Habana", Universidad de La Habana (231), 1987, pp. 11-17; plus ponctuellement, Julio A. García Oliveras, José Antonio Echeverría : La lucha estudiantil contra Batista, La Habana, Editora Política, 1979.

4 La Reforma de la Enseñanza Superior en Cuba, Consejo Superior de Universidades, 10 de enero de 1962, año de la Planificación, p. 2.

5 J’utiliserai désormais l’abréviation UH pour Université de La Havane.

6 Elle l’est en 1721 par le Bref "Aeternae Sapientae" du Pape Innocent ΧIIΙ, ratifié en 1728 par une Ordonnance de Philippe V.

7 "Fue precisamente en ese período de nuestra historia colonial que por primera vez comenzaron a recaer sospechas en la mente de las autoridades locales respecto a la fidelidad de la Real Universidad hacia el régimen de gobierno existente en la Isla y por consiguiente a la propia nación española": L. F. Leroy y Gálvez, "La Real y Literaria Universidad", p. 19.

8 En 1871, un portrait de la Reine Isabelle II fut tailladé et la tombe d’un journaliste anti-cubain profanée. En représailles, huit étudiants de première année de Médecine furent passés par les armes ; plus de vingt autres, envoyés au bagne ou emprisonnés. Pour une étude précise de ce point historique, voir Ibid., A cien años del 71 : El fusilamiento de los estudiantes, La Habana, Ed. de Ciencias Sociales, Instituto Cubano del Libro, 1971.

9 Il s’agit bien des étudiants et non du corps professoral qui, dans son ensemble, à cette époque, n’eut pas une attitude résolument "mambisa".

10 Julio Antonio Mella est réellement une figure-symbole de l’opposition étudiante à la dictature machadienne. Co-fondateur de la F.E.U. (Federación Estudiantil Universitaria) en 1923, il préconise une véritable réforme universitaire et n’est pas étranger à la fondation, le 3 novembre de cette même année, de l’Université Populaire "José Martí" Obligé de s’exiler ; il part au Mexique. Son assassinat, le 10 janvier 1929, est commandité par Machado lui-même. Quant à Rafael Trejo, il est le leader des journées révolutionnaires de 1930 contre le même Machado et meurt, tué par balles, le 30 septembre 1930.

11 Citons, entre autres, Rubén Batista Rubio, José Antonio Echeverría, Fructuoso Rodríguez...

12 José Varela Zequeira, Nuestra Universidad, conferencia dada en el Lyceum de La Habana, El 20 de noviembre de 1933, La Habana, Imprenta Cuba Intelectual, [1933], pp. 4-5.

13 La Reforma de la Enseñanza Superior..., p. 1.

14 José Antonio Portuondo, Tres temas de la Reforma universitaria, Santiago de Cuba, Universidad de Oriente (Departamento de extensión y relaciones culturales), 1959, p. 7.

15 Ces deux textes sont intégralement reproduits dans Constituciones cubanas desde 1812 hasta nuestros días, ed. e introd. del Dr Leonel-Antonio de La Cuesta, New York, Ediciones Exilio, 1974.

16 Cette loi concerne essentiellement les enseignements primaire et secondaire. Voir Ley de Reforma de la Enseñanza (Ley 680) y Resoluciones Ministeriales Complementarias, Madrid, Embajada de Cuba, Departamento de Prensa, 1960.

17 Voir, en particulier, Justo Nicola Romero, El régimen de Universidades y la ley n° 11, Santiago de Cuba, Universidad de Oriente, Departamento de extensión y relaciones culturales, 1959.

18 Un bref rappel historique : en 1952, il y a trois universités d’État (La Havane, Las Villas et Oriente) et une université privée (Villanueva) ; en 1959, outre celles d’État, cinq autres universités privées (Belén, La Salle, Candler, la "Masónica", José Martí) et trois "officialisées" (Occidente ou Pinar del Río, Holguín ou del norte de Oriente, Camagüey). La propagande officielle du régime de Batista utilisa ces huit universités pour assurer que tout fonctionnait normalement à Cuba, alors que les universités d’État étaient fermées (du fait de grèves ou/et de fermetures arbitraires).

19 Pour son étude et son analyse, voir Constitución de la República de Cuba, La Habana, editorial Orbe, Instituto Cubano del Libro, febrero 1976 (ed. de Ciencias Sociales, 1985), Fernando Alvarez Tabio, Comentarios a la constitución socialista, La Habana, ed. de Ciencias Sociales, 1981.

20 Voir Textos Constitucionales Socialistas, introd. y coment, de Manuel B. García Alvarez, León, Colegio universitario de León, 1977, pp. 39-74.

21 Voir exergue de La Reforma de la Enseñanza Superior...

22 Voir la Disposition Finale (ibid., p. 46) ; "A partir de la publicación de las presentes bases en la Gaceta Oficial de la República, quedan derogados los estatutos, reglamentos y demás disposiciones de las Universidades en cuanto se opongan a lo preceptuado en dichas bases Pour une analyse des Statuts de l’UH, voir Estatutos de la Universidad de La Habana, Impreso en los talleres de la Secretaría General, 1942.

23 La Reforma de la Enseñanza Superior..., p. 34.

24 Ibid., p. 36.

25 L’article 139 des Statuts de 1942 prévoyait trois types d’inscription : "ordinaria", "de premio" (exonération des droits pour une année universitaire, sorte de récompense au mérite) et "gratuita" (exceptionnellement pour les étudiants cubains, démunis et travailleurs). Voir Estatutos..., p. 41.

26 La Reforma de la Enseñanza Superior..., p. 19.

27 Ibid., p. 37.

28 Ibid., p. 18.

29 Les étudiants, pour voir leur année validée, doivent assister à, au moins, 80 % des cours dans chaque matière.

30 Ces chiffres ne sont évidemment pas considérés comme des optima mais constituent une étape dans l’amélioration du système.

31 La Reforma de la Enseñanza Superior..., pp. 16-17.

32 Ibid., p. 20.

33 Ibid., p. 21.

34 Ibid., p. 22.

35 Ibid., p. 25.

36 Estatutos..., pp. 3-4 (art. 1 à 8).

37 Sur ce point précis, voir, en particulier, Nikolái Kolesnikov, Cuba : educación popular y preparación de los cuadros nacionales - 1959-1962, Moscú, Editorial Progreso, 1983 (trad. al español por el Lic. Edgar Timor Sánchez), chap. 5.

38 Voir, à ce sujet, Patrice Gelard, "Cuba : le processus d’institutionnalisation", La Documentation Française (4366-4367), 15 février 1977, pp. 6-40.

39 Voir, entre autres textes documentaires, Memorias - Congreso Nacional de Educación y Cultura, Instituto Cubano del Libro, 1971 ; Política educacional [Tesis y Resolución del Primer Congreso del P.C.C.], La Habana, Departamento de Orientación Revolucionaria del Comité Central del P.C.C., 1976 ; Política cultural de la Revolución Cubana - Documentos, La Habana, ed. de Ciencias Sociales, 1977.

40 L’expression est d’Arthur Gillette, "Qu’est-ce-qu’une révolution éducationnelle ? La réponse cubaine", La Documentation Française (231-232), 21 juin 1974, pp. 29-31.

41 Par souci de comparaison, j’ai compulsé des Memorias-Anuarios antérieurs et postérieurs à la Révolution. Je recense ici ceux qui m’ont fourni le plus d’éléments statistiques : Anuario de la Facultad de Ciencias Sociales y Derecho Público, Universidad de La Habana, 1950 ; Op. cit., 1951 ; Op. cit., 1952 ; Op. cit., 1954-1955 ; Op. cit., 1955-1956 ; Universidad de La Habana - Secretaría General - Datos estadísticos recopilados por el negociado de revisión de expedientes de estudios - Curso académico de 1954-1955 ; Memoria-Anuario 1973-1974, Universidad de La Habana ; Op. cit., 1975-1976 ; Op. cit., 1976-1977.

42 En juin 1972, 15. 729 étudiants de l’UH (sur un total de 21. 121), sont incorporés au travail productif selon N. Kolesnikov, Cuba : educación popular..., chap. 4.

43 Un exemple : en août 1960,16 professeurs restent à l’École de Médecine, sur un total de 141 (Memoria-Anuario 1975-1976, p. 97).

44 La bibliographie, en ce vaste domaine, est considérable. Je retiendrai essentiellement : La Reforma Universitaria en la Facultad de Ciencias Sociales y Derecho Público, La Habana, Universidad de La Habana, 1959; Educación y Revolución, Universidad Popular (sexto ciclo), La Habana, abril 1961 ; La educación en revolución, La Habana, Instituto Cubano del Libro, 1974; Raúl Ferrer Perez, Educación de adultos en Cuba, [La Habana], Ministerio de Educación, [1967]; Antecedentes, situación actual y perspectivas de desarrollo de la educación en Cuba, [La Habana], Mined. mayo de 1976; El movimiento educativo - Cuba 1963-1964 - Informe a la XXVII Conferencia Internacional de Instrucción pública convocada por la OIE y la UNESCO (Ginebra, Suiza, 6-17 de julio de 1964), La Habana: Ministerio de Educación, 1964; El movimiento educacional en Cuba (1969-1970) - Informe de la ΧΧΧΠ Conferencia Internacional de Instrucción pública convocada por la OIE y la UNESCO (Ginebra, Suiza, julio de 1970), La Habana, 1970; Cuba - Organización de la Educación - 19781980 - XXXVIII Conferencia Internacional de Educación - OIE - Ginebra - Suiza - 1981. [La Habana], Ministerio de Educación, 1981; N. Kolesnikov, Cuba: educación popular... (voir supra note 37).

45 Del Consejo Universitario a la opinión pública, Imprenta de la Universidad de La Habana, [1953], pp. 1-2.

Notes de fin

1 Resoluciones del Ministerio de Educación Superior : 310/80, 445/80,134/81, 253/81.

Table des illustrations

Titre N° 1 - ESQUEMA GENERAL UNIVERSITARIO 1973-1974
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5905/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre N° 2 - UNIVERSIDAD DE LA HABANA Nueva Estructura 1976-1977
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5905/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre N° 3 - ESTRUCTURA ORGANIZATIVA DE LA UNIVERSIDAD DE LA HABANA (Curso Escolar 1980/811)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5905/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre N° 4 – DIRECCION DE LA EDUCACION SUPERIOR EN CUBA (Curso Escolar 1980/81)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5905/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre N° 5 – BUDGET ÉDUCATION (millions de pesos)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5905/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre N° 6 - TABLEAU STATISTIQUE
Légende < Variation selon sources() Nombre de centres considérés(*) uniquement universités privées(**) aides et auxiliaires inclus(***) cubains + étrangers (surtout Rép. Viet-Nam)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5905/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540