Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. I

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

VI. Réformes institutionnelles et démocratisation universitaire dans les pays de l'Amérique latine (XIXe-XXe siècles)

Le mouvement de la Réforme Universitaire en Argentine

Origines et recherche d’une modernisation

Raymond Mockel

Texte intégral

1Les universités argentines ont été agitées à la fin de la première guerre mondiale par un mouvement de réformes remarquable par son ampleur et par sa durée.

2Parti de Córdoba en 1918, le mouvement s’est étendu rapidement aux cinq Universités argentines de l’époque régies par la loi fondamentale de 1885, la loi Avellaneda. Les Universités de Buenos Aires et de La Plata ont été, après celle de Córdoba, le théâtre d’incidents sérieux en 1919 et les Universités du "Litoral" et de Tucumán en 1922. Le mouvement réformiste argentin a eu, enfin, des répercussions dans d’autres pays d’Amérique latine : au Pérou, au Chili, en Uruguay, en Colombie, au Mexique, à Cuba. En Argentine, l’agitation s’est poursuivie sporadiquement pendant une douzaine d’années pour ne prendre fin qu’avec la dictature du Général Uriburu en 1930.

Les origines du mécontentement étudiant

3Les motifs de la révolte des étudiants, les efforts faits progressivement pour répondre aux désirs de modernisation de l’enseignement supérieur et de l’institution administrative elle-même, méritent que l’on s’y intéresse de plus près.

4Le détonateur de ce vaste mouvement est une ordonnance adoptée à la fin de 1917, à la veille des vacances d’été, par le Conseil Supérieur de l’Université de Córdoba. Rien d’extraordinaire dans cette ordonnance. Elle se bornait à établir des règles d’assiduité plus strictes, avec pour conséquence, en cas d’absence aux cours supérieure à 25%, la perte de la qualité d’étudiant "régulier" et l’obligation de subir un contrôle particulier aux examens.

5En fait, le mécontentement qui apparaît avec la publication de cette ordonnance a des causes plus profondes.

6L’Université catholique de Córdoba, la vieille "Casa de Trejo", fondée en 1613, a cessé d’être dirigée par des ecclésiastiques depuis l’éviction des franciscains, mais l’enseignement y est toujours influencé par les dogmes de l’église et les étudiants lui reprochent d’être sclérosé. Deux exemples des difficultés rencontrées : une thèse de Droit sur l’égalité des enfants n’est admise qu’avec beaucoup de réticence parce que réputée contraire au Droit Canon ; un avocat ne peut retirer son diplôme pendant plusieurs années parce qu’il refuse de prêter serment sur la bible.

7Arturo Orgaz, professeur de Droit à l’Université de Córdoba, écrit dans le 3e tome du livre de Gabriel del Mazo, La reforma universitaria, que les programmes d’enseignement étaient immuables et devaient être conformes à la théologie. La bibliothèque, ajoute-t-il, était d’une pauvreté affligeante. Les étudiants étaient interrogés comme à l’école primaire. Aucun travail de recherche ne leur était donné et ceux qui étaient ajournés étaient l’exception.

8Autre motif de critiques : les interventions croissantes de l’État au plan des nominations de dirigeants universitaires et de professeurs. Les Universités bénéficient alors du traditionnel régime d’autonomie mais il ne s’agit que d’une autonomie de principe. Elles sont soumises, en fait, au contrôle du Gouvernement fédéral ou des Gouvernements provinciaux selon leur statut. Le pouvoir politique se réserve la possibilité d’intervenir directement dans la direction des Universités en cas de conflit. C’est lui qui décide en dernier ressort les modifications statutaires et les nominations de professeurs. Résultat pour le corps enseignant : les influences partisanes et le favoritisme constituent fréquemment un facteur déterminant pour l’avancement.

9La responsabilité de cette situation, Tulio Halperin Donghi dans son Historia de la Universidad de Buenos Aires et A. Caturelli dans son livre La Universidad, l’imputent à une oligarchie nommée "ad vitam" à la tête des Universités et dont le souci dominant paraissait être d’éviter tout changement de nature à menacer leurs prérogatives.

10Il convient, enfin, de tenir compte du climat d’agitation sociale et politique de l’époque, de l’intérêt qu’une fraction de la jeunesse argentine portait aux philosophies venues d’Europe telles que l’anarchie et le marxisme.

Le mouvement étudiant

11Naturellement préoccupés par leur avenir, les étudiants argentins, qui appartiennent en majorité à la classe moyenne, sont conscients de l’insuffisance de la préparation que leur donne l’enseignement supérieur. Ils veulent des réformes et ils vont donc le faire savoir. Dès la rentrée universitaire, en mars 1918, les étudiants de Córdoba s’organisent. Ils constituent un "Comité pro-reforma universitaria", et exposent dans plusieurs manifestes leurs griefs et leurs exigences.

12Une délégation est envoyée à Buenos Aires où elle est reçue par le Président Yrigoyen le 11 avril 1918. Que veulent les étudiants ? Ils déclarent au Chef de l’Etat que les plans d’études sont insuffisants, les méthodes pédagogiques mauvaises et les professeurs apathiques. Ils estiment que la responsabilité de ces déficiences incombe "aux cercles fermés qui dirigent l’Université et excluent toute participation des étudiants, des professionnels diplômés et des nouveaux professeurs".

13Tous ceux qui ont des liens avec l’Université (enseignants, étudiants, diplômés) doivent, affirme le Comité, prendre part à la direction des affaires universitaires par l’intermédiaire de leurs représentants élus. D’autres revendications portent sur l’attribution des chaires sur concours, la suppression de l’assiduité obligatoire et l’institution de la "docencia libre", c’est-à-dire la possibilité pour un professeur de donner des cours sur des matières ou dans des formes non prévues par les programmes officiels.

14Les étudiants du "Comité pro-reforma universitaria" affirment ainsi leur souveraineté. L’essentiel, pour eux, c’est la reconnaissance de leur droit à participer à la direction des Facultés.

15La participation des étudiants à la gestion du "studium" existait déjà à Salamanque. Dans l’ancienne Sorbonne, les étudiants organisés en Corporations avaient la possibilité de faire connaître leurs désirs par l’intermédiaire de leurs représentants et à Lima, l’Université San Marcos avait confié le pouvoir à des conseils formés par des étudiants et d’anciens élèves ayant terminé leur doctorat.

16Les revendications adressées au Président Yrigoyen ne sont donc pas vraiment originales. Elles ont cependant à l’époque une résonance révolutionnaire qui n’est pas démentie par le style du nouveau manifeste rédigé par les dirigeants de la Fédération universitaire de Córdoba et intitulé : "La jeunesse argentine aux hommes libres d’Amérique du sud". Ce document est publié le 21 juin 1918 par la Gaceta universitaria, organe des étudiants de Córdoba et largement diffusé dans bon nombre de villes universitaires du continent. On n’en trouve, cependant, aucune mention dans les grands journaux de Buenos Aires La Prensa et La Nación.

17Les étudiants rappellent sur un ton mordant non exempt de lyrisme les fondements de leur rébellion. On trouvera un exemple de l’exaltation des signataires dans ces brefs extraits : "La rebeldía estalla ahora en Córdoba y es violenta porque los tiranos se habían ensoberbecido... Las Universidades han sido hasta aquí el refugio secular de los mediocres, la renta de los ignorantes, la hospitalización segura de los inválidos y lo que es peor aun el lugar en donde todas las formas de tiranizar y de insensibilizar hallaron la cátedra que las dictara". "El chasquido del látigo sólo puede rubricar el silencio de los inconscientes o de los cobardes".

18Les signataires du manifeste déclarent en conclusion qu’ils ne veulent abandonner leur sort ni à la tyrannie d’une secte religieuse ni aux jeux d’intérêts égoïstes. La jeunesse, proclament-ils, ne demande plus, elle exige qu’on lui reconnaisse la capacité d’intervenir dans la direction de sa propre maison.

19L’agitation anarchique qui va continuer pendant plus de 10 ans donne lieu à des excès verbaux, à des manifestes virulents. Elle engendre aussi une animosité à l’encontre des responsables universitaires et des professeurs qui va jusqu’au boycott, à la constitution de listes noires et à l’obtention de démissions forcées ou de mises à la retraite d’office.

20Du stade épistolaire et de la grève, on en vient aux violences lorsque, après une première réforme des statuts de l’Université de Cordoba décidée par décret ministériel, les étudiants constatent que le poste de Recteur n’est pas attribué au candidat qui avait leur faveur. Des dégâts sont commis dans les bureaux, le mobilier est saccagé ce qui a pour conséquence la fermeture des Facultés pendant quinze jours et le déclenchement d’une grève générale dans les autres Universités.

21Au début de septembre, la Fédération Universitaire qui attend une nouvelle intervention du pouvorir politique prend une initiative pour forcer le gouvernement à agir plus vite : l’Université est occupée. Les étudiants désignent eux-mêmes des professeurs intérimaires pour donner des cours et préparer les examens.

22La Fédération Universitaire va plus loin encore : elle nomme trois de ses dirigeants à la tête des Facultés et du Secrétariat général et décide la reprise des cours. L’initiative est de courte durée. L’armée intervient. 83 étudiants sont arrêtés mais l’objectif est quand même atteint puisque le ministre de l’Instruction publique se rend à Cordoba quelques jours plus tard pour nommer de nouveaux dirigeants, décider des changements dans le corps professoral et diriger la rédaction d’autres statuts tenant compte davantage des aspirations des étudiants.

La réforme universitaire

23L’Université de Buenos Aires est dotée de nouveaux statuts le 2 octobre 1918 mais cette réforme, contrairement à celle de Cordoba n’est pas la conséquence d’une crise aiguë, mais plutôt le résultat d’une prise de conscience. Sans être affligée de tous les défauts reprochés à celle de Cordoba, l’Université de Buenos Aires ne fonctionne pas dans de bonnes conditions. Le doyen de la Faculté de Droit avait lui-même annoncé plusieurs projets pour dépouiller l’Université de ses archaïsmes. Ces statuts, sous réserve de quelques modifications en 1923, vont servir de modèle et seront appliqués à ce titre à d’autres Universités.

24Les élections universitaires vont pourtant être le point de départ de l’agitation. Les réformistes n’acceptent pas une ordonnance prévoyant des votes séparés dans les Instituts de la Faculté de Droit. Ils envahissent le bureau du doyen et lui présentent une lettre de démission qu’ils ont rédigée et un porte-plumes. Refus, naturellement, du doyen et déchaînement de la violence. Une barricade est érigée avec du matériel brisé à l’entrée de la Faculté dont les portes sont cadenassées. Dans la cour, on bande les yeux des statues. Le doyen est gardé dans son bureau jusqu’à l’arrivée de la police.

25Le vent de réformes ayant soufflé sur les principales Universités argentines, celle de La Plata en subit à son tour les effets. Dès le début de 1918, ses dirigeants s’interrogent et souhaitent que les nominations de professeurs ne soient plus soumises aux influences extérieures, que l’on ne tiennent compte que de leurs titres et de leurs capacités. Une réforme des programmes est également à l’étude.

26Pas de conflit aigu donc jusqu’au 2 juillet 1919, date à laquelle les étudiants de La Plata se lancent à leur tour dans l’agitation. Des accusations sont lancées contre le doyen de la Faculté d’Agronomie. Elles mettent en cause son honorabilité et aboutissent à sa démission. Le Conseil Supérieur tente d’apaiser les esprits. Il nomme une direction provisoire à la Faculté d’agronomie, annonce la révision des programmes et la mise au concours de plusieurs chaires. Rien n’y fait. Les jusqu’au-boutistes exigent la démission du Président de l’Université et celle du Conseil Supérieur. Ils réclament aussi l’intervention du Gouvernement et pour le forcer à agir vite, ils s’emparent du Musée universitaire où ils se barricadent. Et on en vient aux violences corporelles. Les étudiants qui veulent continuer à travailler sont pris à partie par les grévistes. Au cours d’une session d’examens à la Faculté de Médecine, en avril 1920, des coups de feu sont tirés et un étudiant est mortellement blessé.

27Ces excès, ces violences, les méthodes d’intimidation montrent que le mouvement réformiste de 1918 n’a pas pour seul fondement les archaïsmes incontestables de l’organisation universitaire de l’époque. La politique joue un rôle important. Les tendances marxistes et anticléricales du mouvement de la réforme sont à souligner à un moment où le climat social est tendu à un tel point que le gouvernement juge nécessaire de faire intervenir l’armée dans une usine métallurgique en grève, intervention qui se solde par une centaine de morts et plusieurs centaines de blessés.

28Le Président Yrigoyen a largement contribué au succès de la révolution des étudiants en prêtant une oreille attentive à leurs revendications et en prenant des initiatives qui ne respectaient pas toujours la loi fondamentale de 1885 ni le principe de l’autonomie universitaire. En 10 ans, on a compté pas moins de 9 interventions, autrement dit de tutelles politiques dans les Universités. Sous l’impulsion des étudiants encouragés par le Chef de l’Etat et grâce à la réflexion, au travail du corps professoral, un vaste effort de modernisation a finalement été accompli. Pour aboutir à quoi ?

29Dans toutes les universités, une importance primordiale a été donnée aux questions électorales, on s’est préoccupé surtout du renouvellement des organes de direction, du mode d’élection des dirigeants et de la participation des étudiants aux scrutins. Les nouveaux statuts adoptés à Córdoba en mai 1918, remodelés en octobre de la même année et en 1925, ainsi que les réformes statutaires appliquées dans les autres Universités, ont dans l’ensemble répondu à une des principales revendications des étudiants argentins, en leur reconnaissant un droit de regard dans la gestion des affaires universitaires.

30Dans cette nouvelle organisation, on permet aux étudiants de voter au sein d’une assemblée chargée d’élire les délégués des Facultés au Conseil Supérieur. Cette assemblée se compose de tous les professeurs titulaires, d’un nombre égal de professeurs suppléants et du même nombre d’étudiants. Il convient d’ajouter qu’à l’Université de La Plata, en 1920, un droit de vote est donné pour la première fois aux anciens élèves diplômés.

31La Fédération Universitaire tentera d’aller plus loin encore en revendiquant d’être représentée dans les Conseils directement par un étudiant et non par un professeur, fut-il choisi par ses propres membres. Elle demandera aussi que les séances du Conseil Supérieur soient ouvertes au public, mais ces revendications seront abandonnées par force après le coup d’Etat de 1930.

32Par ces moyens électoraux, par une limitation de la durée du mandat des dirigeants et par des incompatibilités de fonctions, on s’est donc efforcé d’écarter définitivement des organes de direction des hommes qui avaient fini par constituer une caste omnipotente.

33Les professeurs ont, fatalement, subi les conséquences du vent de folie qui poussait à tout changer, pas toujours avec discernement. Les conditions de recrutement ont été modifiées, les chaires mises au concours. Après les réformes, les professeurs titulaires sont nommés par le pouvoir exécutif d’après une liste de candidats établie par les Conseils académiques des Facultés composés pour la circonstance des quatre professeurs les plus anciens et de quatre représentants des anciens élèves. Une restriction toutefois : un professeur ne peut occuper que deux chaires au maximum.

34Pendant toute cette décennie, jusqu’en 1930, la presse continue pourtant de dénoncer des irrégularités dans les nominations de professeurs et dans le même temps les étudiants continuent d’exiger des mises à la retraite d’office et des licenciements.

35Les professeurs se trouvent alors dans une position pour le moins inconfortable en ayant l’impression d’être sous la dépendance des étudiants. En novembre 1920, La Prensa rapporte que la Fédération universitaire a demandé le licenciement d’un professeur coupable à ses yeux d’avoir critiqué la Réforme et d’avoir exprimé des idées qui ne lui convenaient pas.

36Pourtant, des améliorations sont progressivement apportées dans l’organisation des études. A Buenos Aires, le doyen Zeballos affirme que la Faculté doit être plus proche de la société. A La Plata, le Président Rivarola se demande s’il ne faudrait pas prêter davantage attention aux faits économiques et sociaux. Les cours essentiellement théoriques jusqu’alors s’étant révélés insuffisants, on organise des travaux pratiques afin que les connaissances acquises permettent aux étudiants d’entrer dans la vie active avec l’efficacité nécessaire.

37Malgré ces efforts, les enseignants ne sont pas épargnés par les critiques. En 1921, un commentaire de La Prensa souligne que les programmes sont devenus plus longs et de plus en plus compliqués, et qu’en même temps les étudiants apprennent de plus en plus mal en raison de l’allongement des vacances et des grèves à répétition.

38De grands espoirs ont été mis par les réformistes dans l’institution de la "docencia libre", c’est-à-dire dans la possibilité pour les professeurs de donner librement des cours, des conférences ou des leçons sur n’importe quelle matière inscrite au programme.

39L’objectif était de créer une émulation entre les professeurs et d’écarter les médiocres mais les résultats n’ont pas été à la hauteur des espérances souvent par le fait même des étudiants.

40Les examens et le système de notation ont constitué dès 1918 un sujet de réflexion. Un conseiller de la Faculté de Droit de Córdoba estime que la notation de 0 à 10 est ridicule dans un établissement d’enseignement supérieur. Ultérieurement, un texte de l’Université du "Litoral" établit que cinq mentions seront données aux examens : insuffisant, reçu, bien, honorable, très bien.

41Dernière innovation importante : dans les statuts de l’Université de La Plata, en 1920, il est stipulé pour la première fois que tous les professeurs devront donner des cours dits "d’extension universitaire", pouvant être assimilés à des cours de promotion professionnelle ou de recyclage.

42A l’université de Tucumán, il est précisé que cet enseignement, essentiellement pratique, portera sur le dessin, la mécanique, l’électricité, la chimie industrielle, les langues étrangères, l’économie domestique.

43Au début des événements, en mars 1918, le Président de l’Université de La Plata, le Dr. Rivarola, déclarait : "Je crois que tout l’enseignement argentin va se transformer - pour le triomphe ou le malheur de la pédagogie classique, moderne ou d’avant-garde, je l’ignore - mais certainement tout va changer".

44Beaucoup de choses ont effectivement changé. Les étudiants ont obtenu des satisfactions non négligeables sur plusieurs points importants de leurs revendications :

  • renouvellement des directions universitaires ;
  • participation à la gestion des Facultés ;
  • modernisation de la pédagogie ;
  • enseignement hors programme.

45Pourtant, au terme d’une période d’observation d’une décennie, on ne constate, dans les rapports de fin d’année des recteurs, dans les commentaires des partisans de la Réforme ou ceux de la presse, aucun témoignage d’entière satisfaction.

46En revanche, les critiques ne manquent pas, sans doute en raison de la politisation excessive du mouvement. Angel Acuña, auteur de plusieurs livres sur l’enseignement, regrette l’agitation électorale au sein des assemblées universitaires. Elles ont, à son avis, renoncé à leurs fonctions pour se transformer en terrain d’agitation démagogique.

47Ce mouvement anarchique, en durant trop longtemps, a miné le régime et a abouti au coup d’Etat militaire de 1930. Le bilan n’est pas, finalement, très positif mais à notre avis, les réformistes ont eu au moins le mérite de faire prendre conscience des insuffisances de la vieille Université et de donner le coup de fouet nécessaire pour sa modernisation.

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable