Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. I

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

III. Universités et universitaires espagnols au XIXe et au début du XXe siècle

Universités, professeurs et étudiants espagnols face à l’invasion napoléonienne de 1808 : éléments d’une recherche comparative

Jean-René Aymes

Texte intégral

  • 1 En raison de l’impossible identification du "catedrático" espagnol et du professeur titulaire d’un (...)

1Alors que la Guerre de l’Indépendance a fait l’objet d’études innombrables de nature, portée et mérites divers, il est curieux d’observer que le comportement des universités espagnoles ou, plus précisément, celui des professeurs titulaires1 et des étudiants n’a pas encore été soumis à un examen d’ensemble, d’un intérêt manifeste, car il serait susceptible de révéler la nature spécifique de l’engagement -ou du non engagement- de l’entité universitaire, aussi bien institutionnelle que humaine. Il est exclu, en effet, que cette entité, abordée selon l’un ou l’autre point de vue, ait pu échapper à l’obligation, commune à toutes les instances et à toutes les catégories de la population, de prononcer le choix capital, réductible au dilemme suivant : se ranger aux côtés des envahisseurs étrangers ou bien leur résister.

  • 2 Ces cinq études sont les suivantes (c’est à elles que nous nous référerons, sauf indication contra (...)

2Cette lacune dans l’historiographie de la Guerre de l’Indépendance s’explique par plusieurs raisons. La première est que là où elles existent, les études relatives à quelques universités -Alcalá, Salamanque, Saint-Jacques-de-Compostelle, Tolède et Valence2, études anciennes, relativement complètes et sérieuses au demeurant, embrassent d’ordinaire une longue durée, car les auteurs se proposaient de rendre compte de la vie normale de ces institutions ou bien des réformes administratives ou pédagogiques qui y furent opérées. Dans cette perspective, il était naturel que soient à peine évoquées les périodes brèves au cours desquelles un bouleversement national -politique ou militaire- vient perturber ou paralyser la vie de l’institution, comme cela se produit, mais à des échelles en rien comparables, en 1793-1795 et en 1808-1814, c’est-à-dire à l’occasion de deux conflits armés avec la France.

3Pour la même raison, à savoir la prééminence de l’histoire de longue durée sur l’histoire de courte durée, les nombreuses histoires locales relatives à des villes universitaires, lorsqu’elles s’étendent sur un ou plusieurs siècles, ne livrent que des bribes d’information sur l’attitude des "catedráticos" et des étudiants en 1808.

4En revanche, il est plus étonnant que ni les uns ni les autres n’aient trouvé leur place à l’intérieur de la série imposante des études catégorielles de la population, aux côtés des ecclésiastiques, des marins, des militaires, des femmes, etc., dont on peut connaître, aujourd’hui, les réactions pendant les années 1808-1815.

5La méconnaissance de la conduite du corps universitaire pendant ces années-là s’explique enfin par une difficulté majeure à laquelle se heurtent les candidats chercheurs : en raison de la pauvreté des archives centrales madrilènes en ce qui concerne les universités pendant la "Guerra del francés", c’est aux archives internes qu’il faudrait recourir en différents lieux, avec la haute probabilité d’une déception, car souvent, par la faute du bouleversement causé par l’invasion napoléonienne, les archives universitaires et, en particulier, les "libros de claustro" cessent d’être bien tenus.

6Toutes ces raisons se conjuguent pour faire que ces éminents spécialistes de l’histoire des universités espagnoles que sont Mariano et José Luis Peset aient été condamnés en 1974 -et la situation n’a guère évolué depuis lors- à "expédier" en quelques lignes cette brève période de crise si néfaste aux universités espagnoles :

  • 3 Mariano Peset, José Luis Peset, La Universidad Española (Siglos XIII y XIX) - Despotismo Ilustrado (...)

"Tan agitada época repercute en las universidades. Se hallan, en buena parte, cerradas, destrozadas algunas, y todas arruinadas por los sucesos de la guerra. Durante los años de la independencia unas cerraron sus aulas y muchas se aprestaban a luchar contra el invasor"3.

  • 4 Archivo Histórico Nacional, Madrid (AHN), série Consejos, liasse 5468 II.
  • 5 De la même façon, on peut établir que les Facultés de Philologie et de Théologie continuent à fonc (...)

7Sans doute ne sera-t-il pas inutile de rappeler que, en vertu du plan gouvernemental adopté en 1807, plusieurs universités ont été supprimées, au moins sur le papier, quelques mois avant l’irruption des soldats napoléoniens4. Voilà qui nous dispense -ou devrait nous dispenser- de parler d Almagro, Avila, Baeza, Gandía, Oñate, Orihuela, Osuna, Sigüenza et Tolède. En vérité, cette dernière université citée n’est pas défunte quand les Français entrent dans la ville5.

8Prises dans le groupe des universités maintenues, celles de Cervera, Huesca, Oviedo, Saragosse, Séville et Valladolid ne seront pas étudiées ici, au contraire de celles de Alcalá, Tolède, Grenade, Salamanque et Saint-Jacques qui, à elles toutes, représentent une petite moitié de l’ensemble. Cette moitié sera qualifiée de représentative dans la mesure où ces universités, sans appartenir à un même secteur géographique confronté à la même réalité politico-militaire, représentent par extension l’Andalousie, le Levant, les deux Castilles et l’Espagne Cantabrique.

9En outre, le manque conjugué de documents disponibles et, dans notre cas précis, de compétences particulières et de temps, oblige à exclure les thèmes suivants dont l’énumération aura au moins pour mérite d’indiquer quels autres sujets devraient être traités s’il s’agissait de procéder à une étude approfondie du corps universitaire pendant la guerre : les contributions financières des universités, les préjudices matériels qu’elles subissent (destructions par incendie ou bombardement, transformation des locaux en casernes ou écuries...), le rôle individuel que jouent, hors les murs, les professeurs et les étudiants, et surtout l’engagement idéologique des "catedráticos" au sein même du camp de la résistance dite "patriotique", car ces enseignants, à partir du moment où se réunissent les Cortès de Cadix -et même avant- vont se prononcer, selon leur propre credo, en faveur des libéraux ou en faveur des absolutistes.

10En tout état de cause, si l’on se devait se fier à la seule réalité institutionnelle dictée par les lois et règlements, l’histoire du corps universitaire perdrait son sens environ deux ans après le début du conflit franco-espagnol, car le Décret Royal du 30 avril 1810 stipule la fermeture de toutes les universités afin que les étudiants puissent s’exercer au maniement des armes.

11En vérité, l’objectif poursuivi ici est également modeste sous l’angle de la chronologie : le corps universitaire -ou, plus exactement, une portion de ce corps- ne sera entrevu qu’au moment de l’invasion napoléonienne, c’est-à-dire à l’ouverture du conflit, au moment où s’impose le dilemme de la collaboration ou du refus de la collaboration, sans que s’impose encore -ou, du moins, avec le même dramatisme- l’obligation de se rallier au camp des "liberales" ou à celui de leurs adversaires "serviles".

Le refus de l’engagement

12Aux corps universitaires qui, ou bien conscients de ne pas maîtriser toutes les données du problème au printemps 1808, ou bien divisés, ou bien désireux de préserver l’avenir, s’efforcent d’échapper au terrible dilemme évoqué plus haut, il reste le pauvre moyen de se mettre dans une situation telle que le choix crucial ne peut être prononcé. Il suffit, pour ce faire, de suspendre le fonctionnement du système universitaire.

13C’est la décision qui est prise à Alcalá de Henares, dans le voisinage ou en présence même de l’occupant, à la suite des graves événements qui se sont produits non loin de là, à Madrid, au début de mai, et qui sont nécessairement connus des étudiants "complutenses".

14La décision de fermeture signée par Sebastián Piñuela, le 4 mai, s’applique, à la fois, à Alcalá, Valladolid et Salamanque, au vu de l’analyse suivante des événements :

  • 6 AHN, Consejos (Universidades), 5445.

"En estas Universidades está reunida una multitud de jóvenes que aunque conducidos a ellas en su principio con el fin más honesto, en el día podría tal vez degenerar en otros menos arreglados que les sugiriese una inconsiderada fogosidad (...). Se da por fenecido y ganado el curso que está muy adelantado"6.

15Les étudiants sont invités à regagner leur domicile, avec interdiction de se rendre à Madrid et de se réunir à plus de trois ou quatre. Vers la mimai, il semble bien que l’application de la mesure soit parvenue à son terme. Mais, quoi qu’en disent les historiographes espagnols un peu égarés par un réflexe patriotique embellissant, la signification idéologique de la décision prise par le "claustro" d’Alcalá n’est pas parfaitement univoque : en principe, l’arrêt des cours et la fermeture de l’université, alors que les Français sont à la porte, expriment le refus de collaborer avec eux et le désir de permettre aux étudiants de s’enrôler dans le camp de la résistance. Mais, après tout, et en l’absence d’un appel dans ce sens, ces mêmes étudiants pourraient, s’il leur en prenait l’envie, se placer aux ordres des nouvelles autorités civiles ou des commandants militaires napoléoniens. Toutefois, on admettra volontiers que le "claustro", sous la menace directe des autorités "intruses", aurait pris un risque énorme s’il avait recommandé publiquement la résistance.

  • 7 Cf. Francisco de Paula Valladar, "Granada en 1808 - Los estudiantes", La Alhambra - Revista Quince (...)

16Il n’en est pas de même à Grenade où l’arrêt des cours intervient en dehors de la présence des troupes françaises7. En effet, c’est dès l’annonce du "motín de Aranjuez", en mars, que le capitaine général et le maire éprouvent la crainte d’une agitation estudiantine, laquelle ne manque pas de se produire, au point qu’il faut procéder à l’arrestation de quelques étudiants en mars et en avril. Les autorités locales sont persuadées que des individus suspects se servent des étudiants pour fomenter un soulèvement général de la population. Dans ces circonstances, l’annonce, encore plus inquiétante, des affrontements madrilènes du 2 mai ne peut qu’inciter à prendre la seule mesure susceptible de paralyser les préparatifs d’un éventuel soulèvement : c’est l’arrêt des cours décidé à la mi-mai, c’est-à-dire au moment où sont connus les graves événements survenus dans la capitale. Il est établi que tous les étudiants ne se retirent pas chez eux et que certains manifestent la volonté de former un corps militaire particulier ou, à défaut, d’être incorporés dans l’armée régulière pour se battre contre les Français. Impossible, à ce jour, d’affirmer qu’un corps d’étudiants a été constitué. L’incorporation d’un certain nombre d’entre eux dans le corps d’armée commandé par Reding est probable. Parce que les "catedráticos" grenadins ne sont pas, comme à Alcalá, sous la menace directe des envahisseurs, on se refusera à les trouver exemplairement patriotes. On serait même fondé à parler, en leur défaveur, de démission collective ou, pour le moins, de refus d’engagement explicable par la crainte de désordres provoqués par les étudiants. L’épisode grenadin -ou, pour mieux dire, le "non épisode", puisqu’il ne se passe rien officiellement à partir de la mimai- révèle, en tout cas, la politisation "anti-godoyiste" du corps estudiantin, car c’est la chute de l’impopulaire favori qui l’a mis en ébullition. Seule, l’étude des "itinéraires" politiques des "catedráticos" et des étudiants désormais livrés à eux-mêmes à partir de la mi-mai 1808 permettrait de savoir si l’université de Grenade a eu, au total, un comportement véritablement patriotique.

Les contributions patriotiques des "claustros" et des "catedráticos"

17En marge de la constitution des bataillons d’étudiants qui va revêtir, aux yeux de la population, la forme la plus voyante et la plus admirable de l’engagement patriotique des universitaires, ceux-ci fournissent aussi, individuellement ou en tant que corps, une aide matérielle plus ou moins considérable.

18A Saint-Jacques-de-Compostelle, les instances universitaires, en réponse (décevante) aux autorités locales, font savoir qu’elles ne disposent pas de ressources, mais elles s’enorgueillissent d’avoir fourni le drapeau au bataillon d’étudiants récemment levé.

19A Tolède, des professeurs, qui ne paraissent pas très nombreux, contribuent à l’effort commun en versant, par exemple, le salaire d’un mois pour équiper un volontaire. De bonne heure -il est vrai- quelques-uns s’étaient proposés pour "hacer algún servicio para la defensa de la Patria".

20A Valence, mais il semble bien qu’il en soit de même partout où l’arrêt des cours est prononcé, le "claustro", en signe de bonne volonté et pour encourager les étudiants à consentir des sacrifices patriotiques, leur accorde automatiquement, sans organiser une session avancée d’examens, les diplômes qu’ils auraient gagnés, ou non, au terme normal de l’année universitaire, vers juin d’ordinaire. A Tolède, les professeurs ont fait plus, dans le souci de rendre plus attrayant l’enrôlement dans le bataillon estudiantin : tous les diplômes et grades, hormis celui de docteur pour lequel l’examen sera maintenu, seront attribués pendant toutes les années de guerre.

21A Salamanque, où les professeurs sont beaucoup plus nombreux qu’à Tolède, les contributions matérielles paraissent, proportionnellement même, plus considérables : le "claustro", non seulement accepte que les bâtiments universitaires soient occupés par des militaires, mais vient au secours de l’armée en lui offrant des céréales dont la vente lui assurait habituellement des revenus ; il verse aussi des pensions à quelques enrôlés ou leur fournit l’équipement. La longue énumération des sacrifices auxquels a consenti le "claustro" salmantin est dressée dans un rapport qu’il rédige, le 7 décembre 1816, afín d’être dispensé de fournir un logement aux troupes de passage. On relève dans ce rapport les deux phrases suivantes :

  • 8 AHN, Consejos, 5468 (1re parte), Expediente n° 59.

"Franqueó sus paneras y dio mil fanegas de trigo a la Junta Provincial de Armamento y Defensa, y todo el oro y plata de su capilla, con reserva únicamente de lo preciso para decir una misa, y hasta las Mazas de sus Bedeles, a la misma Junta y al Exército del duque del Parque (...). Ha dado quantos auxilios han estado en sus manos y abrigado en las casas de sus individuos y dependientes a las tropas de las tres Naciones Portuguesa, Ynglesa y Española todas las veces que han venido a esta ciudad, con ocasión de esta guerra"8.

22En dehors de ces sacrifices financiers, un petit nombre de catedráticos s’engagent hardiment dans le combat patriotique dont ils ne mettent pas en doute la justesse. Quelques-uns vont occuper des postes de commandement dans les bataillons d’étudiants. D’autres - mais déjà nous déborderions les limites chronologiques de l’étude si nous leur emboîtions le pas - feront partie d’une junte locale (c’est le cas de deux Tolédans et de plusieurs Salmantins) ou, plus tard, seront députés aux Cortès.

23Dans la logique de leur fonction habituelle au sein de laquelle le discours, oral ou écrit, prime sur l’action, les "catedráticos", plutôt que de remplacer la toge par l’uniforme militaire, préfèrent prendre position, et rendre publique celle-ci à travers des décisions solennelles arrêtées dans des réunions de "claustro" ou à travers des proclamations appelées à recevoir une certaine diffusion.

  • 9 S’il en est ainsi, on comprend mal pourquoi Florencio Amador y Carrandi - du reste, en contradicti (...)

24La position des autorités universitaires salmantines est d’une parfaite clarté idéologique au cours des mois de mai et juin 1808. Comme à Grenade, c’est l’annonce du soulèvement victorieux d’Aranjuez qui déclenche l’agitation estudiantine de signification "anti-godoyiste". L’annonce, le 6 mai, des terribles échauffourées de Madrid à peine vieilles de quatre jours accroît l’agitation et pousse le "claustro" à décider de "cerrar el curso", le 7 mai. Le 25, il se réunit pour se prononcer sur un événement politique majeur : il est invité à désigner un représentant aux Cortès de Bayonne convoquées par le roi Joseph. Pour l’heure, il donne l’impression d’entériner le nouvel ordre de choses en nommant son représentant. Pendant quelques jours, le "claustro" salmantin se comporte comme une entité "afrancesada" (ou "collaborationniste"). Mais, le 6 juin, il revient sur sa décision en renonçant à envoyer un représentant à Bayonne. Ce revirement qui en fait ipso facto une entité rebelle (à l’autorité de Joseph) a pu être déterminée en partie par l’attitude des étudiants qui, restés en ville depuis la cessation des cours, sont résolus à lever un corps militaire, projet auquel les "catedráticos" se rallient immédiatement9.

  • 10 J’exprime mes remerciements à M. l’Ambassadeur d’Espagne en France, Monsieur Juan Durán-Loriga, qu (...)
  • 11 Cf. la Colección documental del Fraile, Servicio Histórico Militar, vol. 787 de l’ancien catalogue

25Bien qu’il n’en reste pas de traces écrites, on peut penser que la lutte patriotique des "catedráticos" salmantins a pu se concrétiser aussi dans la rédaction de proclamations, puisque ces individus ont un talent connu pour tourner des discours avec éloquence. On sait par ailleurs combien, dans cette guerre nationale contre les Français, a compté la propagande orale et écrite, et combien les autorités civiles, militaires et ecclésiastiques, ont déployé d’efforts -et utilisé de papier, d’ingéniosité et d’arguments- pour rédiger et répandre sermons, appels et consignes. En l’état actuel des recherches et, plus précisément, en l’absence de toute opération de dénombrement catégoriel, il n’est pas possible de se faire une idée de la quantité de proclamations adressées spécifiquement aux étudiants, aux côtés des innombrables proclamations destinées aux habitants de certaines villes, aux prêtres, aux marins, aux soldats de l’armée impériale pour qu’ils désertent... Tout juste disposons-nous, en guise d’échantillons, de deux proclamations destinées, l’une au Bataillon Militaire de Saint-Jacques10, l’autre aux étudiants de Séville11. Les deux textes présentent une évidente homologie quant au fond, alors que les destinataires sont de nature dissemblable : dans un cas, il s’agit des "Caballeros Cadetes" de Salamanque à qui l’université prodigue des conseils au moment où ils se mettent en route, tandis que, dans l’autre cas, l’auteur, qui se donne pour un étudiant tolédan, s’efforce de rameuter ses camarades sévillans. Le fond du discours, à allure de harangue exaltée, est commun à toutes les proclamations qui s’adressent aux autres catégories de la population ou au peuple espagnol en son entier. On se bornera à énumérer, sans commentaires ici superflus, la thématique ressassée : la légitimité et la nécessité impérative de faire la guerre aux envahisseurs se fondent sur les raisons suivantes que n’importe quel Espagnol peut saisir aussi bien qu’un étudiant cultivé et politiquement mûr : les Français sont des barbares, des Alains et des Vandales, Napoléon, un tyran, fourbe et ennemi des savants ; il faut défendre la Patrie, la Nation, le Roi, l’honneur national et individuel, et enfin la Religion en une sorte de croisade des temps modernes...

26D’autres arguments qui, comme les précédents, tendent à activer l’enrôlement des étudiants et à galvaniser les esprits, retiennent notre attention parce qu’ils sont conçus à l’adresse de ce jeune auditoire. Rappelons que, dans ce pays, les étudiants, aux côtés des séminaristes, sont réputés appartenir à une catégorie privilégiée de la population, maintenue à l’abri de certaines contraintes collectives en vertu d’un axiome selon lequel une tête pensante vaut plus qu’une main exécutante. Or on observe une rupture de cette habitude de pensée : en raison de la gravité de la situation nationale, il est maintenant demandé aux étudiants d’associer le bras à la parole, c’est-à-dire d’aller combattre physiquement et, à cette fin, de suspendre leurs activités intellectuelles, tout comme le laboureur suspend ses travaux agricoles. Est-ce à dire que l’étudiant est ravalé au niveau du paysan, du commerçant, de l’artisan, appelés pareillement à prendre les armes ? Non pas, car la vieille hiérarchie est légitimée. Aux étudiants est confié un rôle de leaders dans la lutte patriotique, car c’est à cette élite qu’il revient d’entraîner les "humbles paysans" qui paraissent voués par nature à obéir. Le texte élaboré à Saint-Jacques développe les raisons qui font des étudiants l’avant-garde active du combat populaire, puisqu’aux vertus morales communes à toute la population ils ajoutent "la distinguida educación" et "la discreción", c’est-à-dire l’intelligence. Voilà pourquoi on attend d’eux qu’ils allient le courage au savoir en s’illustrant dans des "hazañas de primer orden". Certes, l’hyper-valoration des qualités des étudiants relève de ce qu’on pourrait appeler "une flatterie tactique" puisqu’il s’agit, avant tout, de les mobiliser et de leur insuffler le feu patriotique, mais on ne peut s’empêcher d’estimer que cette conception de la gent estudiantine, au rebours de quelque démocratisme nivélateur, reflète une vision aristocratique, propre à l’Ancien Régime ou, du moins, à la "Ilustración" du dix-huitième siècle, selon laquelle la noblesse -le terme est employé- de la profession estudiantine se fonde, non sur l’arbitraire ou l’hérédité, mais sur la possession de talents reconnus. La réaction élitiste des professeurs et des étudiants -sur ce point parfaitement accordés- qui sont attachés à défendre leurs "fueros", statut social et prestige, ne heurte pas, obligatoirement, le sentiment populaire; en effet, il est curieux de constater que dans une proclamation, sans mention d’auteur, adressée à l’Université Littéraire de Valence et publiée dans le Diario de Valencia du 24 décembre 1808, on admet que les étudiants, à condition de vouloir acquérir de nouveaux mérites en combattant, sont appelés, en toute justice, à se distinguer du commun; la Mère-Université est fondée à défendre les prérogatives de ses fils :

  • 12 Cf. C. Riba y García, op. cit., "Documento n° 4", p. 6.

"No permitas que los talentos ilustrados de tus hijos se confundan, y vayan escampados entre la multitud"12.

27Le dernier argument développé, destiné à inciter les étudiants à se porter à la tête du combat, est, en quelque sorte, négatif : il consiste à peindre sous les couleurs les plus sombres la situation des universités espagnoles si elles tombaient sous le contrôle des envahisseurs. L’argument est emprunté à l’arsenal des véhémentes dénonciations qui parsèment le discours réactionnaire ou, en d’autres termes, ultra-traditionaliste, contre-révolutionnaire, pro-religieux et gallophobe. Si l’Université espagnole, pour son malheur, était régie par les nouvelles autorités, les études religieuses en seraient bannies, la dangereuse et maudite philosophie en tiendrait lieu et le libertinage -ce sous-produit de l’impiété- triompherait. Cette perspective doit, logiquement, paraître horrible à des étudiants élevés dans une irréprochable orthodoxie spirituelle et morale.

Les bataillons d’étudiants

28Ne pouvant être sourds à tous ces arguments et appels, les étudiants sont ainsi amenés à unir leurs efforts au sein d’unités de combat spécifiques, à moins qu’il ne faille imaginer que l’initiative en la matière appartient à eux-mêmes, et non pas à leurs maîtres.

29Le partage sur ce point est difficile à opérer dans les quatre cas sur lesquels nous allons nous arrêter. A Tolède, il semble que la première impulsion soit venue de quelques professeurs qui, décidés à défendre la patrie, ont provoqué une réunion du "claustro" qui, à son tour, désigne quatre professeurs pour une sorte de mission exploratoire avant ouverture d’un bureau d’enrôlement.

  • 13 Cf. Vilela Conde, op. cit., p. 79.
  • 14 Cf. Salustiano Portela Pazos, La Guerra de la Independencia en Galicia, Santiago de Compostela, Ti (...)

30A Salamanque et à Saint-Jacques, les choses paraissent plus nettes : ce sont les étudiants qui prennent les devants et proposent au "claustro" la constitution d’un bataillon. A Saint-Jacques, on connaît même le nom des deux étudiants qui s’adressent par écrit au recteur, le 1er juin 1808, pour lui déclarer qu’ils sont "prontos para tomar las armas contra el Emperador de los Franceses"13. Cette démarche des deux étudiants suit, à un jour près, la constitution de la Junte d’Armement et de Défense au sein de laquelle, probablement, a été envisagée, de façon concrète, la levée de diverses troupes14.

31A Valence, l’initiative est venue également des étudiants. Toutefois, leur premier désir a été, non pas de constituer un bataillon, mais de participer, à tour de rôle, aux travaux de fortifications.

32La prise en compte, serrée, de la chronologie aide à faire la part des choses : à Salamanque et à Saint-Jacques, c’est peut-être parce que les étudiants ont été spécialement déterminés et entreprenants que les bataillons sont constitués sans trop de retard ; à Salamanque, les enrôlés sont en état de porter les armes peu après la mi-juin. Et à Saint-Jacques, le bataillon se met en route le 18 juillet, c’est-à-dire -tout de même- plus de deux mois après le soulèvement madrilène. Mais à Tolède où la constitution du bataillon semble avoir été surtout l’affaire du "claustro", le corps n’est mis sur pied qu’en décembre, soit huit mois -ce qui est beaucoup- après le retentissant "dos de mayo".

33La constitution du bataillon est encore plus lente à Valence où l’opération n’est envisagée, vaguement, qu’en septembre 1808 et, avec plus de précision, à la fin de 1809. Il est vrai que cette lenteur anormale n’est pas, obligatoirement, imputable aux "catedráticos" car, dans un premier temps, les responsables militaires régionaux avaient fait savoir que l’armée du Levant était au complet. Une enquête conduite auprès des étudiants pour savoir s’ils préféraient utiliser le canon ou le fusil a contribué aussi, peut-être, à freiner la mise en activité du bataillon, qui se produit seulement en janvier 1810, c’est-à-dire près de 20 mois après la levée du mini-bataillon salmantin.

34La lenteur avec laquelle on procède à la constitution peut avoir l’avantage de permettre l’accroissement considérable de l’effectif, à condition que la propagande en faveur de l’enrôlement ne soit pas abandonnée et que la disposition des esprits après des mois ou des années de guerre soit aussi bonne qu’à l’ouverture du conflit. C’est ce qui semble se produire. Comme impatients de combattre, et surpassant leurs maîtres en fougue et peut-être en exaltation patriotique, les étudiants de Salamanque n’attendent pas que l’effectif du bataillon soit complet pour gagner la zone des combats. Aussi n’atteignent-ils pas la centaine (92 ou 70).

35Alors que le bataillon de Saint-Jacques se met en route peu de temps après celui de Salamanque, l’effectif se situe à une toute autre échelle : avec une moyenne de 168 jeunes par compagnie, le bataillon, qui compte 6 compagnies, dépasse le millier, ce qui est dix fois plus qu’à Salamanque. Il est indiscutable que, à Salamanque et à Saint-Jacques, l’opération de recrutement a eu du succès, sans qu’il soit possible d’ébaucher une mise en parallèle, car on rappelle que, à Salamanque, les premiers enrôlés se sont mis en route immédiatement. A Saint-Jacques comme à Salamanque, ce sont les étudiants qui ont donné l’impression d’être plus motivés patriotiquement que leurs maîtres.

36Bien qu’il faille se garder d’en tirer une conclusion hâtive - et surtout en l’absence de statistiques d’étudiants inscrits, qui permettraient d’établir une proportion entre le nombre de ces étudiants et le nombre des enrôlés, on observera que c’est à Tolède où la détermination patriotique des étudiants n’est pas attestée que l’opération de recrutement s’effectue avec le plus de difficultés : lorsque le bataillon est constitué, en décembre 1808 seulement, il ne compte que 400 jeunes gens formés en 4 compagnies, alors qu’on avait prévu un effectif total de 600.

37A Valence où l’on a encore plus tardé à former le Batallón 5° de Voluntarios, 1° de la Universidad, 5 compagnies de 200 étudiants chacune regroupent un millier d’individus.

  • 15 AHN, Consejos, 5445.

38La seule prise en compte des effectifs conduit ainsi à estimer qu’on a affaire à deux types de mobilisation : à Saint-Jacques et à Valence, celle-ci a un caractère massif, surtout symbolique à Salamanque, et mixte à Tolède. Le terme "symbolique" est notamment applicable aux emblèmes et détails vestimentaires qui montrent que les étudiants sont soucieux de défendre la spécificité de leur organisation qui elle-même reflète l’avantageuse spécificité de leur statut. Curieusement, c’est sur un bataillon qui n’a pas vu le jour qu’on a le plus de détails : les étudiants d’Alcalà auraient porté "una casaca corta, un pantalon azul turquí, con vuelta, collarín y solapa verde"15.

39A Salamanque, le principe d’unité d’apparence est instauré par le "claustro" qui fournit aux enrôlés des vêtements communs à tous : un pantalon de drap fort et une veste sur laquelle figureront les armes de l’Université.

40A Tolède où l’équipement est insuffisant, il n’est pas certain que les 400 jeunes gens et les officiers portent tous l’uniforme. En revanche, sur le drapeau blanc on n’a pas oublié de faire figurer l’emblème de l’Université.

41A Valence, les étudiants marchent également derrière un drapeau qui leur est propre et qui a été béni par l’archevêque.

42A Saint-Jacques, où les deux étudiants auteurs d’une lettre adressée au Recteur manifestaient le désir que le "claustro" indique "una Divisa, ya sean sus armas u otra cualquiera que sea de su agrado", ce sont les étudiants qui paient l’uniforme. Sur le drapeau du bataillon apparaît un emblème complexe qui fait voisiner la couronne royale, la croix de Santiago, les armes de la patrie et une inscription latine : "Suspice Deo pro libertas patriae et regi Pallad. Legio". Au préalable, deux "catedráticos" mandatés par le "claustro" s’étaient rendus à La Corogne pour obtenir de la Junte Suprême régionale qu’elle daigne accorder quelque marque distinctive "correspondant à la classe scolaire". Le texte que la Junte fait remettre au marquis de Santa Cruz de Rivadulla comporte la phrase suivante :

  • 16 S. Portela Pazos, op. cit., p. 41.

"(La Junta) ha resuelto que para que estos bizarros jóvenes lleven una señal del aprecio que merecen al Reyno, usen los cordones de cadetes y se llamen Cadetes Eclesiásticos, y que los Licenciados y Doctores usen durante la actual guerra los primeros la charretera de subtenientes y los segundos la de tenientes"16.

43La nature particulière -et pas seulement les aspects externes ou symboliques- de ces corps d’étudiants ne pouvait manquer de susciter, ici ou là, des tensions ou des désaccords entre les commandants de ces unités et les responsables civils ou militaires à tel ou tel niveau (on n’a pas eu vent de conflits internes entre "catedráticos" et étudiants, entre lesquels la hiérarchie traditionnelle est maintenue).

44On mentionnera, pour commencer, le cas extrême d’un refus de création de bataillon. En effet, le 20 septembre 1808, le Conseil de Castille, en opposition avec les autorités universitaires de Alcalá qui étaient favorables à la constitution du corps, voit divers obstacles rédhibitoires, notamment de nature économique :

  • 17 AHN, Consejo, 5445.

"Dichos estudiantes podrían emplear su celo patriótico con igual o mayor utilidad, alistándose bien en los respectivos pueblos de su naturaleza o en los de su residencia, por cuyo medio se evitarán los muchos gastos que se seguirán de su manutención"17.

45A Salamanque, la collaboration entre les étudiants et leurs "employeurs" s’opère sans difficultés parce que les quelques dizaines de jeunes gens, associés à un millier de volontaires non étudiants, sont incorporés dans l’armée régulière et placés aux ordres du général Gregorio de la Cuesta.

46A Saint-Jacques, le personnage qui est porté immédiatement à la tête du bataillon, avant même qu’il soit constitué, est le marquis de Santa Cruz de Rivadulla qui avait déjà le grade de colonel, et dont le "claustro" reconnaît l’autorité en lui conférant le titre de docteur de toutes les Facultés. Sa nomination comme brigadier du bataillon émanera postérieurement de la "Junte Suprême" de Galice.

47A l’inverse de ce qui se passe à Saint-Jacques et à Salamanque, où les rapports entre les étudiants et les autorités dont ils dépendent ne paraissent pas problématiques, à Tolède et à Valence l’harmonie ne règne pas.

48A Tolède, peut-être en raison de la présence de deux "catedráticos" au sein de la Junte locale, les relations entre celle-ci et les responsables du bataillon sont excellentes, alors qu’elles sont mauvaises avec la Junte Provinciale qui, dans un premier temps, était hostile à la constitution d’un Bataillon de Volontaires. A Valence, un désaccord éclate entre le commandant du bataillon et le "claustro" qui refuse de remettre au précédent l’argent qui lui est réclamé.

49Ces tensions provoquées par la constitution d’unités dotées d’un statut particulier n’ont rien de surprenant. Elles appartiennent à l’espèce commune des affrontements, larvés ou ouverts, qui se produisent à propos des unités particulières - militaires ou para-militaires - dont la cohabitation avec les unités de l’armée régulière ne peut être facile. On songe aux "partidas" de guérilleros, aux milices de "Ciudadanos Honrados", etc., au sein desquelles l’attachement aux "fueros" particuliers ou aux habitudes ancestrales demeure vif.

50Etudier la mentalité de ces étudiants-soldats est toucher au domaine - difficile à explorer en raison du silence quasi général des documents d’archives - de la signification et des motivations des comportements particuliers et collectifs. Naturellement, on se gardera de faire un procès d’intention à ces jeunes gens en suggérant qu’ils ont à gagner dans l’affaire (à condition de ne pas se faire tuer sur le champ de bataille), car les années qu’ils passeront sous l’uniforme leur seront validées universitairement grâce à l’obtention automatique des grades, qui ne dépendra plus d’examens aléatoires. Mais faut-il, à l’inverse, célébrer sans réserve l’admirable ferveur patriotique des nouveaux enrôlés, alors que des fausses notes se font entendre çà et là?

  • 18 S. Portela Pazos, op. cit., p. 42 - ainsi que pour la citation suivante.

51A Saint-Jacques, le discours persuasif du futur chef de bataillon a dû contribuer à l’enrôlement prompt et massif des étudiants, mais on aurait tort d’oublier que, lorsque le général Blake harangue les recrues, le 2 août, en leur offrant la possibilité de se retirer si leur courage défaillait, un nombre indéterminé sort des rangs "con pretexto de gozar de fuero canónico sin haberlo acreditado y otros muchos por un poco amor a la defensa de la Patria"18. Le document d’archives ne laisse planer aucun doute : en arguant de leurs privilèges estudiantins, ou se sentant insuffisamment motivés dans leur patriotisme, non pas quelques-uns, mais beaucoup, sont à cet instant-là, résolus à abandonner la lutte anti-française avant même de l’avoir réellement engagée. Il est vrai que beaucoup d’entre eux -aux dires des historiens- se ressaisissent, une fois rentrés dans leurs foyers, et font comme le "cadete" Manuel Frijo y Domínguez qui, honteux et inquiet, écrit au Recteur pour expliquer les raisons de son redressement patriotique :

"Noticioso a su llegada a su pueblo de lo mal mirado que fueron los que se han retirado, está resuelto a volver al Cuerpo Literario, a cuyo efecto, rendidamente, como arrepentido de su venida, suplica (...)"

52On veut bien admettre, avec l’historien Portela Pazos, encore qu’il ne fournisse aucune preuve à l’appui, que "muchos de los cadetes que se retiraron fueron los que figuraron más tarde como alentadores y caudillos de diversos grupos de campesinos insurgentes en Galicia". Mais le texte cité plus haut donne l’impression que les étudiants compostélans, de retour dans leur famille, se retrouvent dans un environnement où la pression patriotique est plus forte qu’en milieu universitaire.

53A Salamanque, le tableau comporte aussi quelques ombres : une dizaine de "catedráticos, doctores y licenciados", répondant aux conditions requises pour l’enrôlement (célibataires, âgés de moins de 40 ans), demandent à être exemptés et obtiennent l’autorisation du général.

54Enfin, à Valence, comme les défections se multiplient, le général Caro est obligé de proclamer que seront considérés comme déserteurs et donc passibles de lourdes sanctions, les étudiants qui regagneront leur domicile pour échapper à l’enrôlement.

55Même réaction de la part des autorités militaires en Galice où le marquis de la Romana, après la défection relativement massive du 2 août, avait cru utile d’annoncer, le 12 décembre, qu’il imposerait la peine de mort à tous les étudiants qui de nouveau sortiraient des rangs pour ne pas se lancer dans le combat, ou qui déserteraient. C’est dire que les "cadetes" n’inspiraient pas au général un parfait sentiment de confiance.

56Différents entre eux par la taille des effectifs, la date de leur mise sur pied de guerre et le lieu de leur rassemblement, les quatre bataillons connaissent, presque obligatoirement, un sort dissemblable.

57Du bataillon de Salamanque, si insignifiant quantitativement, on ne sait rien, ou, du moins, n’en disent rien les grands historiens militaires de la Guerre de l’Indépendance.

58L’histoire du bataillon de Saint-Jacques est mieux connue. Placé à l’avant-garde de l’armée de Blake, il se bat successivement en Castille, aux Asturies, en Biscaye et en Galice. Éprouvé par ces terribles affrontements, il est bientôt réduit à une compagnie (il en comportait 6 au départ). En novembre, on décide sa dispersion partielle. Une partie des étudiants s’intègre à des "partidas" de guérilleros. Plus tard, alors que ce qui reste du bataillon passe sous le commandement du marquis de la Romana, le Real Batallón Militar Literario change de nom, pour s’appeler désormais le Real Batallón de Voluntarios de Santiago. L’effectif semble avoir été recomplété à cette occasion. En 1809, du millier d’étudiants qui composaient le bataillon initial, il n’en reste qu’une centaine, lesquels seront finalement incorporés au Colegio Militar de Alcántara.

59Lorsque les 400 étudiants tolédans se mettent en route en décembre 1808, ils sont aux ordres immédiats d’officiers et de sous-officiers qui sont des "catedráticos". Le corps est commandé par le marquis de Ceballos qui est lui-même un docteur et un membre du "claustro". Une fois parvenus à Séville, les hommes du bataillon sont soumis à un entraînement intensif pendant deux mois. Ils vivent dans un dénuement préjudiciable à leurs activités. Obéissant aux ordres de la Junte Centrale, ils contribuent à faire régner la tranquillité dans la capitale andalouse. Dans cette ville est bientôt créée une académie pour la formation des officiers de toutes les armes. La plupart des étudiants tolédans -environ 300 - y sont naturellement admis. La pénurie financière est telle qu’ils doivent acheter eux-mêmes les livres et les ardoises. En janvier 1810, ce qui reste du bataillon - car on doute que les 300 étudiants qui suivent les cours à l’académie en aient été extraits, assimilé à un bataillon de ligne, est incorporé dans l’armée du général Alburquerque. Conduits à Cadix, les étudiants tolédans travaillent à la défense de La Línea, puis, obéissant aux ordres du brigadier Lardizábal, se battent contre les français. Au printemps, l’extinction du bataillon est devenue inéluctable car, outre les étudiants restés à l’académie de Séville, 80 ont été envoyés combattre en Navarre.

60C’est précisément à la même époque - début de l’année 1810-qu’est réuni à Valence le millier d’étudiants qui va constituer l Batallón 5° de Voluntarios, 1° de la Universidad, plus tard appelé 2° Batallón del Cuerpo de Artillería Urbana. Comme à Tolède, plusieurs des capitaines sont des "catedráticos". Mais, au contraire de ce qui s’est passé pour les bataillons de Saint-Jacques et de Tolède envoyés loin de la ville d’origine, les étudiants valenciens effectuent leur service -dont on ne peut préciser la nature : Garde ? Maintien de l’ordre ? Travaux de fortification ?- en ville même. Comme l’ordre royal de fermeture des universités n’intervient que le 30 avril 1810, on peut penser que les étudiants du bataillon suivent les cours qui n’ont pas été suspendus depuis que la guerre franco-espagnole a éclaté. En revanche, ces cours n’ont pas lieu jusqu’en décembre de la même année, date à laquelle l’ordre de réouverture des universités est lancé. Il est de nouveau question des étudiants au tout début de l’année 1812, à l’époque où le général Blake signe la capitulation de la ville qui vient d’être assiégée par le maréchal Suchet. Celui-ci fait enfermer les étudiants dans un couvent, puis ordonne leur transfert en France comme prisonniers de guerre. Peut-être se retrouvent-ils, à cette occasion, aux côtés de leurs camarades qui avaient été incorporés, soit dans le Regimiento del Turia, soit dans le Primer Batallón de Cazadores Voluntarios de Valencia.

61Comme on le voit, il est impossible de dégager le moindre trait commun entre la "trajectoire" de ces quelques milliers d’étudiants qui ont participé à la guerre contre les soldats impériaux, à des époques de surcroît différentes (tardive dans le cas des Valenciens, de bonne heure dans tous les autres cas). Les uns (les Valenciens) sont restés sur place, les autres se sont fondus dans des unités déjà constituées de l’armée régulière ou de guérilla (les Salmantins), les autres (les Tolédans et les Compostélans) se sont battus ou ont prêté des services divers en des lieux éloignés de leur résidence universitaire.

Le "collaborationnisme"

  • 19 F. Amador y Carrandi, op. cit., p. 24.
  • 20 Juan Mercader Riba, José Bonaparte, rey de España - 1808-1813. Estructura del estado español bonap (...)

62Depuis bon nombre d’années déjà, les études historiographiques relatives à la Guerre de l’Indépendance nous ont habitués à nous méfier des tableaux idéalisants qui donnent à penser que les Espagnols, dans une belle unanimité, ont été admirablement patriotes et déterminés, sans faiblesses, dans le combat anti-français. Les études, en général, très anciennes qui portent sur les universitaires n’échappent pas à ce travers. On passera donc sous silence, en raison de leur caractère suspect, des opinions comme celle de Florencio Amador y Carrandi qu’enthousiasme "la manera que tenía la Universidad (de Salamanca) de sacrificarse por la Patria sirviéndose de sus escolares que sabían corresponder con el agradecimiento y entusiasmo del que está dispuesto a luchar con las victoriosas águilas de las tropas francesas"19. En contradiction avec cette image flatteuse pour l’honneur national, une autre image, plus médiocre, se dégage de l’étude, pondérée et sérieuse, que Juan Mercader Riba a consacrée à Joseph Bonaparte20. On trouve là la confirmation que le "collaborationnisme" en milieu universitaire a consisté principalement en démarches effectuées auprès des nouvelles autorités "joséphines" pour obtenir quelque avantage matériel ou honorifique. Là où l’université était sous le contrôle des forces d’occupation, le "claustro" ou, à défaut, les "catedráticos" résolus ou résignés à pactiser avec les militaires napoléoniens ou avec les représentants du gouvernement de Joseph, sollicitent, selon le cas, un allègement des contributions demandées à l’université, la désignation d’un fonctionnaire chargé de recevoir les impôts auxquels elle pouvait prétendre ou la création de chaires, notamment en médecine. Mais les "catedráticos" peuvent agir aussi à titre personnel pour obtenir des nouvelles autorités la confirmation de leurs droits à occuper une chaire ou l’autorisation, soit de cumuler la possession de deux chaires, soit de se transférer dans une autre université. On voit par là qu’il ne s’agit pas d’une collaboration obéissant à des raisons idéologiques, mais d’une collaboration de convenance qui implique, soit un étonnant et suspect apolitisme, soit l’étouffement de toute conscience patriotique.

63Ces cas de "collaborationnisme" intéressé et peu honorable se produisent notamment à Valence où un "catedrático" réclame une chaire de mathématiques à son profit en faisant la demande auprès du maréchal Suchet, tandis qu’un autre "catedrático" d’Écritures sacrées ose lire un sermon en action de grâce pour la glorieuse entrée de Suchet en ville, au tout début de 1812. L’"afrancesado" le plus voyant est le recteur Pascual Fita, "canónigo Lectoral de la Santa Iglesia Metropolitana", qui, le dimanche des Rameaux de 1812, prononce un sermon qui sera bientôt publié. On trouve là développés les arguments en faveur de la collaboration, qu’on pourrait dire "classiques" et généraux, et dont aucun ne se réfère précisément à l’Université : Suchet est réputé "juste", Joseph est considéré comme "le plus affable des rois", et "ignorants et pervers" ceux qui se refusent à faire acte d’allégeance. Mais, en dehors de ces quelques traîtres déclarés (selon l’interprétation des "patriotes"), il demeure vrai que le "claustro" valencien, qui ne s’est pas dispersé après la capitulation des défenseurs de la ville, paraît surtout attaché à maintenir une impression de vie universitaire normale, en quoi il répond, même s’il ne le fait pas savoir explicitement, au désir exprimé par le maréchal Suchet. L’attitude de résistance passive qu’auraient pu adopter les "catedráticos" aurait consisté à ne pas assurer les cours. Les "catedráticos", indépendamment de leurs convictions politiques qu’on continue à ignorer, ont une "conscience professionnelle" extraordinairement exigeante qui les conduit à tenir plusieurs réunions du "claustro", à faire cours dans une ville occupée par l’ennemi et à en faire bénéficier un public estudiantin anormalement réduit : 167 en 1811, 24 en 1812 et 62 en 1813. Il est même probable qu’à la demande de Suchet, certains cours ont eu lieu au domicile des professeurs. Dans ces conditions, on ne s’étonnera pas si, après la réoccupation de la ville par les "patriotes", plusieurs "catedráticos", justement taxés de collaborateurs, sont destitués.

  • 21 Nom orthographié Boado Fragío par Portela Pazos, op. cit.

64La compromission du "claustro" de Saint-Jacques à l’époque de l’occupation de la ville par les troupes napoléoniennes est encore plus flagrante. Rappelons un point de chronologie : le bataillon d’étudiants se met en route vers la fin de juillet 1808, et la ville est occupée, quelques mois plus tard, par les soldats du général Franceschi en janvier 1809. Le leader de 1’"afrancesamiento" local en milieu universitaire est Manuel Sánchez Boado y Fraguío21, "catedrático" et corrégidor, désigné Maire adjoint par les Français, et, plus tard, corrégidor commandant de la Milice d’Honneur, Juge d’Imprimerie et Intendant Honoraire de la Province, c’est lui qui s’emploie à obtenir que le "claustro" fasse sa soumission aux puissances occupantes. Sous sa conduite, une vingtaine de membres du "claustro" acceptent de jurer obéissance et fidélité à l’Empereur, le 26 janvier 1809. A partir de maintenant - et bien que les militaires napoléoniens n’aient guère d’égards pour l’université dont plusieurs bâtiments sont transformés en caserne ou en hôpital, les professeurs devenus collaborateurs continuent à tenir des réunions de "claustro" et, entrant dans le jeu des occupants, s’efforcent, comme à Valence, de donner une impression de normalité en poursuivant leurs enseignements. A cette fin, ils lancent un appel aux étudiants absents pour les inviter à réintégrer les salles de classe. Le concours qu’ils apportent aux Français leur vaut, en retour, des avantages auxquels on les devine très attachés : Boado y Fraguío se voit attribuer, avec la rémunération correspondante, la chaire de "Prénotions canoniques", qu’il sera dispensé d’occuper effectivement ; le père Iglesias est autorisé à occuper la chaire vacante de Théologie. Par ailleurs, le "claustro" approuve, de son plein gré ou sous la pression, une série de réformes techniques ou institutionnelles, voulues par les militaires impériaux, telles que la création de la fonction d’" inspecteur de l’Université" (au bénéfice de Boado y Fraguío) et la suppression de la charge de "cancelario". Au moment où les quelques collaborateurs devront rendre des comptes à leurs compatriotes, on leur fera le reproche d’avoir oublié, "o torpe o desgraciadamente" :

"Los Santos principios de la sana y verdadera doctrina y de los deberes sagrados de la religión y lealtad inherentes a un instituto científico (...). Lejos de querer ser héroes o sólo dignos hixos de la Universidad y de la Patria, se adquirieron el general concepto de criminosos y delincuentes (...)".

65Il est significatif que, dans cet impitoyable texte de dénonciation, il ne soit pas fait mention de l’"afrancesamiento" idéologique ou spirituel de ces professeurs dont, seul, le comportement de collaboration est blâmé. Effectivement, leurs convictions nous demeurent inconnues. Ils nous apparaissent sous le jour, non pas de gallophiles ou de "napoléonophiles" exaltés, mais sous celui d’individus faibles, opportunistes, carriéristes, mais non malfaisants par nature, à l’image de Boado y Fragnío lui-même qui se fait remettre 12.000 réaux par le trésorier de l’université pour obtenir -et il semble qu’il l’obtint- que les Français installent ailleurs que dans les murs de l’université un hôpital et une caserne.

66Ce même type de collaboration, obéissant probablement aux mêmes motifs, se produit à Salamanque d’où sont partis -on le rappelle- dès juin 1808 près d’une centaine d’étudiants décidés à se battre contre les Français. Et pourtant, le "claustro" qui a soutenu cette initiative -si ce n’est pas lui qui l’a inspirée- est loin d’adopter une courageuse position de résistance, puisqu’en janvier 1809, il envoie une commission auprès des responsables militaires impériaux qui, naturellement, s’empressent de fêter et de tranquilliser les représentants de la prestigieuse université qu’ils voudraient voir continuer à fonctionner :

  • 22 F. Amador y Carrandi, op. cit., p. 41.

"Sus excelencias habían recibido a la Universidad con la urbanidad correspondiente; habían manifestado que el Señor Rey Josef Primero protegería a la Universidad, que estaban encargados de dar tratamiento distinguido a los destinados a la carrera de las letras (...)22.

67Les militaires impériaux invitent ensuite les instances universitaires à désigner quatre représentants chargés de se rendre à Madrid pour baiser les mains de Sa Majesté au nom de l’Université, c’est-à-dire pour faire acte d’allégeance au nouveau monarque. Quatre docteurs se rendent à la capitale, au sein de la délégation constituée par d’autres représentants de corporations. Les historiens locaux ne manqueront pas de faire remarquer, par la suite, que les quatre universitaires demeurèrent silencieux et s’abstinrent de solliciter toute faveur. Pour défendre leur mémoire et les disculper, on leur attribua la volonté de ne pas "prendre une part active à l’oppression de la Patrie". Il reste que les ministres "joséphins" furent en droit de penser que l’université salmantine était acquise au nouveau régime, d’autant que, sur place, les signes de ralliement se multipliaient : plusieurs "catedráticos" -Mintegui, Hinojosa, Ayuso, Bárcena, Baradat, et surtout José Salgado- collaborent ouvertement avec le général baron Thiébault tout heureux de se voir conférer, à sa demande, le grade de docteur honoris causa. Par une lettre en date du 20 novembre 1811 au vicerecteur, Ayuso, Hinojosa, Baradat et Mintegui rendent hommage au gouverneur de la province dont ils vantent l’amour pour les sciences et son attachement particulier à l’académie salmantine ; les signataires témoignent de la réalité de "sus deseos y esfuerzos para conservarla y restablecerla en todo su esplendor" ; ils sont persuadés que l’octroi au général Thiébault du titre de "juez conservador con los honores y prerogativas que a este título corresponden" recevra l’approbation de Sa Majesté (Joseph Ier) connue pour sa bonté et son amour des Lettres. S’amorce ensuite un processus d’élaboration, sur le papier, de réformes conçues par le général Thiébault et auxquelles le "claustro" paraît consentir. Celui-ci qui, à cette heure, peut être taxé de "collaborateur", est ainsi amené à donner son accord -ou, du moins, à ne pas manifester son hostilité- à un nouveau plan d’études. Le "claustro" profite aussi de cette collaboration, à laquelle il ne se soustrait pas, pour récupérer, au bénéfice de l’université, des avantages financiers dont elle avait été privée avant l’avènement du roi Joseph. Comme à Saint-Jacques, l’autre preuve que le "claustro" n’entend pas contrarier l’action du général impérial est qu’il s’efforce, dans des conditions matérielles difficiles, de maintenir ouverte l’université et d’assurer la continuité des enseignements. Dans ces conditions, le "claustro" aura fort à faire, après le départ des militaires napoléoniens, pour dissiper les "proposiciones injuriosas" que son attitude inspira et justifier sa "conducta, pureza, lealtad y patriotismo". Il lui faudra démontrer que les universitaires avaient offert de l’argent et des biens, armé et équipé une compagnie d’étudiants et acquitté des contributions exceptionnellement élevées. Mais il lui sera difficile de nier que le général Thiébault avait trouvé, au sein du corps universitaire, quelques individus dociles, respectueux et bienveillants. Naturellement, les accusateurs n’osèrent pas envisager l’horreur absolue, à savoir que ces "catedráticos" étaient des "afrancesados" idéologiques, et l’on préféra estimer qu’ils avaient cru défendre leur université en pactisant avec l’ennemi afin que celui-ci ne détruise pas l’institution et ne maltraite pas ses doctes professeurs.

***

  • 23 C’est ainsi qu’à Valence, associé à l’archevêque, le "claustro" universitaire entreprend une démar (...)

68A la réflexion, faut-il s’étonner que plusieurs "claustros" aient eu une attitude parfois claudicante en présence des soldats napoléoniens, alors que les "catedráticos" sont traditionnellement plus habiles à manier le discours que le fusil, plus exercés à répliquer et à négocier23 qu’à se livrer à des actes éclatants, outre le fait qu’ils étaient en mesure de comprendre, voire de partager, les arguments d’ordre intellectuel que présentaient en 1808 leurs compatriotes partisans de la collaboration, comme Azanza et O’Farril ? Hormis ceux qui font montre d’une belle détermination patriotique en s’engageant comme officiers ou sous-officiers dans les bataillons d’étudiants, il semble bien que beaucoup de "catedráticos" aient manifesté, de façon réfléchie ou inconsciente, un esprit de corps en s’obstinant à assurer leur enseignement, comme pour montrer que l’Université devait être tenue à l’écart des luttes politiques. Ce souci, justement, est aussi celui des "afrancesados" non universitaires hantés par la douloureuse perspective de voir se briser ces grands corps que sont l’Eglise, l’armée, l’administration centrale et l’Université. Enfin, il n’est pas étonnant que les "claustros" ne se transforment pas, lorsque l’occupant français est en ville, en bastions de résistance, comme c’est souvent le cas pour une garnison, une communauté ecclésiastique ou un "gremio", car, à l’évidence, c’est en milieu universitaire qu’ont le plus pénétré les idées hétérodoxes, notamment importées de France, qui certes ne conduisent pas directement à la collaboration avec les autorités militaires impériales, mais peuvent inspirer des attitudes plus souples, voire conciliantes, à l’égard des nouveaux arrivants.

69En ce qui concerne les étudiants, il est encore plus difficile, au vu des documents d’archives, de sonder les cœurs et les esprits. A voir comment, très vite, en plusieurs lieux, s’organisent les bataillons qu’eux-mêmes ou les "claustros" appelaient de leurs voeux, on est conduit à reconnaître chez une partie d’entre eux un vigoureux réflexe patriotique et anti-napoléonien, repérable dès le printemps 1808. Mais il s’en est fallu de beaucoup que tous revêtent l’uniforme et aillent affronter les envahisseurs, les armes à la main. On ne peut oublier, en effet, que là où les universités restent ouvertes, soit sous le regard des occupants, soit dans les zones contrôlées par les patriotes, des étudiants, sans doute moins nombreux qu’avant le printemps 1808, assistent aux cours, préservant ainsi leur avenir. Quant à tous les autres qui ne sont ni dans leurs salles de cours familières, ni enrôlés dans les bataillons, on peut penser que, voués au sort de tous leurs compatriotes dont les activités sont déréglées ou paralysées par la guerre, ils ont vite cessé de faire corps, puisque s’était ouverte devant eux une pluralité d’options : regagner le domicile familial, mener une vie de désoeuvrement aux abords de leur université fermée, s’enrôler dans l’armée régulière ou se joindre à une bande de guérilleros. Cet éclatement du corps estudiantin n’est pas, du reste, un phénomène propre à cette catégorie de la population car, avant que, vers 1812, se constituent ou se fortifient des familles de pensée, la quasi-totalité des corps nationaux plus ou moins structurés, comme l’Eglise ou l’armée, avaient été ébranlés ou s’étaient scindés idéologiquement, et ce dès 1808. Eu égard à l’éminent rôle civique qu’ils étaient appelés à jouer au sein de la nation espagnole en péril, ni les "claustros" professoraux ni la population estudiantine ne pouvaient être épargnés par la crise.

Notes

1 En raison de l’impossible identification du "catedrático" espagnol et du professeur titulaire d’une universitaire française, on utilisera le terme espagnol au long de ce travail. Il en sera de même pour le terme "claustro" que l’expression "conseil d’université" rendrait imparfaitement. On rappelle que le Diccionario de la Real Academia Española le définit ainsi : "Junta formada por el rector, consiliarios, doctores y maestros graduados en las universidades".

2 Ces cinq études sont les suivantes (c’est à elles que nous nous référerons, sauf indication contraire) :
Rodrigo Amador de los Ríos, "Alcalá de Menares durante la Guerra de la Independencia", La España Moderna, n° 129, 11 septembre 1899; Florencio Amador y Carrandi, La Universidad de Salamanca en la Guerra de la Independencia, Salamanca, Imprenta de Calatrava, Ed. en fac-similé, Acta Salmanticensia, Imprenta Kadmos, Salamanca, 1986; Salvador Cabeza de León y Enrique Fernández Villamil, Historia de la Universidad de Santiago de Compostela, C.S.I.C., Santiago de Compostela, 1945, 3 t.; Fernando Jiménez de Gregorio, "La Universidad de Toledo en la Guerra por la Independencia de 1808", Boletín de la Real Academia de Bellas Artes y Ciencias Históricas de Toledo, ΧΧII-ΧΧΙII, n° LIX, 1944; Carlos Riba y García, "La Universidad valentina en los años de la Guerra de la Independencia (1807-1815) - Datos y documentos para su historia, Discurso de apertura de los estudios del año académico de 1910 a 1911, Valencia, Tipografía moderna, 1910; en marge de ces études importantes, mérite d’être signalé, en dépit de son extrême concision, l’article de Xosé L. Vilela Conde, "El Batallón Literario de Santiago", paru dans l’œuvre collective Militaría 84 - Las guerras napoleónicas en Galicia: 175e aniversario, Sociedad Filatélica de La Coruña, Banco Pastor, Ayuntamiento de La Coruña, 1984, pp. 79-82.

3 Mariano Peset, José Luis Peset, La Universidad Española (Siglos XIII y XIX) - Despotismo Ilustrado y Revolución Liberal, Madrid,Taurus, 1974, p. 128.

4 Archivo Histórico Nacional, Madrid (AHN), série Consejos, liasse 5468 II.

5 De la même façon, on peut établir que les Facultés de Philologie et de Théologie continuent à fonctionner à Gandía et à Orihuela. Cf. Luis Barbastro Gil, Revolución liberal y reacción (1808-1853) - Protagonismo del clero en la sociedad valenciana, Alicante, Publicaciones de la Caja de Ahorros Provincial, n° 140,1987, p. 33.

6 AHN, Consejos (Universidades), 5445.

7 Cf. Francisco de Paula Valladar, "Granada en 1808 - Los estudiantes", La Alhambra - Revista Quincenal de Artes y Letras, XI, n° 242, 30 avril de 1908, p. 181 - et Archivo de la Universidad de Granada, Actas de Claustro de 1808, folio 562 v°, cité par Antonio Gallego y Burín, Granada en la Guerra de la Independencia, Granado, Centro de Estudios Históricos de Granada, 1923, p. 13.

8 AHN, Consejos, 5468 (1re parte), Expediente n° 59.

9 S’il en est ainsi, on comprend mal pourquoi Florencio Amador y Carrandi - du reste, en contradiction avec ce qu’il avait écrit plus haut - tient à déclarer que le patriotisme des "catedráticos" l’emporte, au tout début, sur celui des étudiants, outre qu’il est aventureux d’assimiler le corps des étudiants à un corps démocratique: En la historia que escribimos se presenta el caso raro de que el Claustro universitario - clase alta en la sociedad estudiosa - se adelantara al patriotismo de los estudiantes, que forman la democracia de esa sociedad " (op. cit., p. 28).

10 J’exprime mes remerciements à M. l’Ambassadeur d’Espagne en France, Monsieur Juan Durán-Loriga, qui a eu l’amabilité de me permettre la consultation d’un exemplaire original de cette proclamatuion, qu’il a en sa possession.

11 Cf. la Colección documental del Fraile, Servicio Histórico Militar, vol. 787 de l’ancien catalogue.

12 Cf. C. Riba y García, op. cit., "Documento n° 4", p. 6.

13 Cf. Vilela Conde, op. cit., p. 79.

14 Cf. Salustiano Portela Pazos, La Guerra de la Independencia en Galicia, Santiago de Compostela, Tipografía del Seminario Conciliar, 1964, p. 40.

15 AHN, Consejos, 5445.

16 S. Portela Pazos, op. cit., p. 41.

17 AHN, Consejo, 5445.

18 S. Portela Pazos, op. cit., p. 42 - ainsi que pour la citation suivante.

19 F. Amador y Carrandi, op. cit., p. 24.

20 Juan Mercader Riba, José Bonaparte, rey de España - 1808-1813. Estructura del estado español bonapartista, Madrid, C.S.I.C., 1983, pp. 534-537.

21 Nom orthographié Boado Fragío par Portela Pazos, op. cit.

22 F. Amador y Carrandi, op. cit., p. 41.

23 C’est ainsi qu’à Valence, associé à l’archevêque, le "claustro" universitaire entreprend une démarche, finalement vaine, auprès du maréchal Suchet, afin d’obtenir que les étudiants du Bataillon d’Artilleurs Urbians de l’Université de Valence soient libérés et échappent à la déportation en France, Cf. Vicent Genovés Amorós, València contra Napoleó Valencia, L’Estel, 1967, p. 253.

Auteur

C.I.R.E.M.I.A., Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable