Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. I

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

II. Acteurs de la vie universitaire en Espagne et en Amérique coloniale (XVIIe-XVIIIe siècles)

Pour une intégration sociale sociale réussie: El estudioso de la aldea et El Estudioso cortesano de Juan Lorenzo Palmireno

André Gallego

Texte intégral

  • 1 On pourra consulter à ce sujet G. Ajo et C. M. Saínz de Zúniga Historia de las Universidades hispán (...)

1Tout au long du XVIe siècle, en raison de l’essor économique et démographique que connaît la Péninsule ibérique et des possibilités d’ascension sociale d’une société en expansion, de nombreuses villes décident d’ériger dans leurs murs des centres d’enseignement dotés des mêmes prérogatives que les Universités prestigieuses fondées au XIIIe siècle à Bologne, Salamanque, Paris, Oxford, Toulouse ou Montpellier1.

2Des cités comme Valence, Alcalá, Barcelone ou Saragosse vont obtenir la transformation de leur Studium Generale, de conception médiévale, en Université à part entière, grâce au dynamisme des édiles qui obtiennent la protection d’un roi, d’un cardinal ou d’un Pape. On connaît le rôle que jouèrent le cardinal Cisneros à Alcalá et le pape Alexandre VI à Valence.

  • 2 Dans la dédicace à Guillen de Palafoix de son Estudioso cortesano, Palmireno regrette que bien des (...)
  • 3 Voir Noël Salomon, Recherches sur le thème paysan dans la Comedia au temps de Lope de Vega, Bordeau (...)
  • 4 A plusieurs reprises Palmireno fait allusion à l’origine modeste de ses élèves. Ainsi dans le prolo (...)

3La multiplication de ces centres d’enseignements accentua l’attrait pour l’instruction que ressentaient déjà dans leurs villages ou hameaux non seulement les fils de la noblesse - dont les réticences paternelles ne sont pas toujours vaincues2 - mais encore et surtout les fils des ricos labradores3, ou ceux des artisans et commerçants plus ou moins aisés, persuadés que les études assureront à leur progéniture une promotion sociale4.

  • 5 L’Université valencienne procéda à plusieurs réformes tout au long du XVIe siècle ; parmi les princ (...)
  • 6 Voir notre article, "Nuevos datos para la historia de la Universidad de Valencia. La fundación del (...)

4Cette augmentation de la population estudiantine, sensible dans presque toutes les Universités de la Péninsule, ne laisse pas de poser des problèmes de tous ordres: construction de locaux, recrutement des maîtres, organisation des études5, sans parler des mesures de police urbaine et la nécessité de mettre en place des structures d’accueil ou d’assistance, hôpitaux ou collèges universitaires6.

  • 7 Dans les Libros de Grados de la Universidad de Valencia, on peut constater le rayonnement du Studi (...)

5Les dispositions que prirent les Jurats valenciens pour ce que l’on continuera à appeler le Studi General, témoignent de l’ampleur de la tâche qui incombait à la cité qui voyait se presser dans ses murs et dans ceux désormais trop étroits de sa nouvelle Université, surtout après la période de crise des Germanías, une jeunesse originaire non seulement du Reino, mais encore des villages et bourgs les plus reculés de la Péninsule, quand ce n’est pas de l’étranger7.

  • 8 Voir El estudioso de la aldea, Valencia, Ioan Mey, 1568, p. 6: "De la necessidad que hay de semejan (...)

6Etait-ce la renommée de ses maîtres, la luminosité de son ciel, la douceur de son climat ou bien, plus prosaïquement, l’abondance de ses huertas qui suscitait un tel engouement pour l’Université fondée sous la protection Borgia? On ne saurait préciser lequel de ces atouts emportait la décision des étudiants. Toujours est-il que la ville voyait franchir les portes de Serrano o de Quart par de nombreux adolescents qui ne pouvaient pas toujours dissimuler leur pelo de la dehesa, ni leurs airs de pascasios, et dont les manières étaient aussi rudes que le latin appris auprès de maîtres besogneux et barbares8.

  • 9 Ibid. p. 21: "Si tu imaginas, seré Maestro de mi patria, ganaré Victum et vestitum, yo te doy por u (...)

7Une fois inscrits à l’Université et installés sur la paille des cambras, ces jeunes étudiants risquaient fort de voir leurs espoirs transformés en désillusions: les rudiments appris au village s’avéraient insuffisants pour leur permettre de suivre avec profit l’enseignement des maîtres de rhétorique, de philosophie ou de disciplines encore plus ardues pour eux comme le Droit, la Médecine ou la Théologie. Les échecs étaient nombreux, les découragements fréquents, et bon nombre d’adolescents limitaient leurs ambitions à l’obtention d’un minimum: victum et vestitum9.

8Parmi ceux qui se soucièrent d’aller au devant de cette jeunesse sinon désamparée, du moins résignée à l’échec, un humaniste aragonais, Juan Lorenzo Palmireno, fort de sa propre expérience et se souvenant de ses débuts difficiles, décida de prodiguer les conseils susceptibles d’assurer une meilleure intégration universitaire et sociale aux jeunes adolescents qui abordaient l’Université avec des handicaps socio-culturels évidents. Tout au long de sa carrière - entre 1550 et 1579 - aussi bien à Valence qu’à Alcañiz ou qu’à Saragosse, il s’efforça de mettre en œuvre une pédagogie nouvelle - celle qu’avaient définie les grands théoriciens humanistes: Érasme et Vives principalement -, susceptible d’assurer une meilleure transmission du savoir, sans jamais perdre de vue que ce savoir, s’il n’était pas mis en valeur par un savoir-faire, ne pouvait assurer cette promotion sociale à laquelle aspirait la jeunesse estudiantine.

9Telles sont les idées directrices des deux ouvrages qu’il publia sous le titre racoleur de El estudioso de la aldea (1568) et El Estudioso cortesano (1573).

El estudioso de la aldea

  • 10 Ibid.: "Pero si imaginas, seré trilingue, ya que no llegues a esso, quedarás en un estado mediano"
  • 11 Ibid., pp. 19-84.

10Cet opuscule constitue une propédeutique aux Humanités, telles qu’elles étaient enseignées depuis la réforme des Classes de grammaire, à laquelle participa l’auteur. Mais il contient également au départ une incitation à l’étude, dans laquelle Palmireno tente d’insuffler une saine ambition aux débutants, en leur proposant des exemples de réussite sociale malgré des origines modestes. A ces fils de paysans, de menestrales ou d’oficiales, il demande de se fixer un objectif élevé, qui leur permettra tout au moins une situation aisée, sans pour autant faire de l’appât du gain l’unique objectif des études10. Tel est le sens du premier chapitre: Cómo alçará el niño de la aldea sus pensamientos para una grande empresa11.

  • 12 Voir G. Codina Mir, Aux sources de la pédagogie des Jésuites. Le Modus parisiensis, Roma, Institutu (...)

11Une fois donnée cette impulsion à l’adolescent, Palmireno estime de son devoir de lui rappeler l’importance de sa formation religieuse. La hiérarchie qu’il établit ainsi dans son projet éducatif ne saurait nous surprendre. Les Frères de la Vie Commune avaient déjà fait des pratiques religieuses et de la morale l’un des objectifs privilégiés de leur démarche12. A leur suite, Erasme, dans sa Pietas puerilis, insistait sur la nécessité de donner cette formation au tout jeune enfant, et Juan Luis Vives, dans la deuxième lettre de son De ratione studii puerilis, ne dit pas autre chose. Ces recommandations se concrétisent dans l’œuvre de Palmireno par ce qu’on peut considérer comme un manuel de dévotion et même d’ascèse, où il énonce, dès les toutes premières lignes, l’adage connu:

  • 13 El estudioso de la aldea, p. 26.

"El que se salva sabe, que el otro no sabe nada."13

  • 14 Ibid., p. 27.

12Il fixe un programme de dévotion en fonction des différents moments de la journée et selon les jours de la semaine, en insistant sur le recours aux oraisons jaculatoires qui peuvent s’insérer dans l’activité du jeune étudiant et même lui offrir un délassement à ses travaux14. Il fixe également, en bon pédagogue, un programme de lectures édifiantes, qui constitue ce qu’on pourrait appeler la bibliothèque dévote d’un humaniste, où figurent en bonne place les œuvres de fray Luis de Granada, de fray Alonso de Madrid, fray Juan de Pedraza, de fray Antonio de Guevara et de bien d’autres encore.

13Soucieux de varier les lectures, soucieux également de définir une progression, il conseille pour la suite des ouvrages en latin, aussi bien le Rationale divinorum officium, que le Vitae patriarcharum de Joachim Perion, que les Homeliae de saint Jean Chrysostome. On constate la recherche d’un certain équilibre entre les ouvrages qui ont trait à l’intimité de l’âme avec Dieu et, d’autre part, ceux qui constituent plutôt des manuels d’instruction religieuse, comme le Catéchisme ou les documents relatifs à la liturgie. Il semblerait que Palmireno ait voulu éviter le double écueil de la superficialité des pratiques extérieures - qui pouvaient se confondre avec la superstition -, et celui du repli sur soi - qui avait débouché sur les attitudes alumbradas. Par là, notre auteur, se situe dans le droit fil des recommandations tridentines.

14On trouve également, dans ce manuel de dévotion à l’usage des adolescents, une mise en garde contre les péchés capitaux: la luxure, l’orgueil, et des recettes contre la colère, pour oublier les injures. Là encore, les recommandations sont adaptées à la fougue de l’adolescence, qu’il faut apprendre à tempérer en se souvenant d’exemples célèbres contenus dans les vies des saints.

15Telles sont les grandes lignes de ce traité d’instruction religieuse et morale qui permettra à l’adolescent de s’imprégner de la religiosité du groupe dans lequel il est appelé à vivre: visant à l’intégration sociale, il était normal que Palmireno s’en tînt à ce qui constituait l’orthodoxie du moment.

La "buena criança"

  • 15 On consultera à ce sujet l’excellent ouvrage de Norbert Elias, La Civilisation des moeurs, Paris, C (...)
  • 16 Voir Wayland, Johnson Chase, The Distichs of Cato. A Famous Medieval Texbock. Translated from the l (...)
  • 17 Voir notre thèse, Juan Lorenzo Palmireno. Contribution à l’histoire de l’Université de Valencia, To (...)

16Dans la formation des adolescents, une place avait été réservée depuis longtemps aux règles de bonne conduite en société. Depuis le Moyen Age, il était d’usage de faire apprendre par cœur les fameux distiques de Caton, qui avaient remplacé le De institutione novitiarum de Hugo de Saint Victor, ou le De disciplina clericalis du séfardi Pierre Alphonsi, ou encore le Morale scolarium que l’on attribue à Jean de Garland15. A la Renaissance, ces distiques étaient utilisés comme premier livre de lecture en latin ; leur usage était si répandu qu’ils suscitèrent des parodies en allemand, en anglais et en français16. Il ne s’agissait plus cependant de limiter les règles de convenances aux futurs membres du clergé, et l’inadéquation de ces distiques en vers latin se fit sentir au cours du XVIe siècle. L’évolution s’était déjà manifestée dans le poème didactique composé par Jean Sulpice, dit le Vérolan, et consacré aux manières de table, et qui contient, malgré sa brièveté, l’essentiel des recommandations qu’un maître de grammaire pouvait adresser à ses grimauds. Il était exigé d’eux que leurs habits fussent propres, leurs mains bien lavées, leur nez mouché, leurs ongles nets et leurs cheveux bien peignés ; sans parler d’autres conseils sur la façon de manger17.

17C’est dans cet esprit qu’Erasme publia en 1530 sa Civilité puérile dont le succès allait éclipser les traités de civilités antérieurs. Il ne s’agissait pas pour Erasme de se cantonner aux manières de table, mais à la décence en général, et à la tenue à avoir aussi bien dans la rue, qu’au temple, lors des rencontres, dans les jeux, le coucher, etc... C’est dire que le traité érasmien dépassait le Carmen iuuenile du Vérolan, même s’il n’abandonnait pas la rédaction en latine.

18Un pas restait à franchir, celui de la vulgarisation. Il importait de mettre à la disposition des jeunes, qui ne connaissaient pas encore le latin, des règles de bienséance: c’est ce qu’entreprit Palmireno dans la troisième partie de son Estudioso de la aldea où, en fait, il propose une traduction, assez libre parfois, du traité d’Erasme.

19Comme il tient à le souligner dans la déclaration liminaire, il ne saurait y avoir incompatibilité entre la dévotion et les bonnes manières, surtout quand il est question de définir le comportement d’un jeune homme instruit qui doit se frayer un chemin dans la vie. Car l’intérêt de la démarche palmirénienne est évident: l’instruction par elle seule, souligne-t-il, ne suffit pas à attirer les sympathies, et de citer le comportement grossier de certains doctos:

  • 18 El estudioso de la aldea, p. 86.

"Vemos un docto que sus letras agradan a todos, y su mala crianza los hace huir. Si está sentado se os echa encima, si os habla, os da con su saliva en el rostro, o golpes en los brazos que os deja molido..."18

20La responsabilité d’une telle éducation incombe aux maîtres, ce sont eux qui doivent montrer à leurs élèves les règles à suivre, surtout quand il s’agit de jeunes adolescents issus de milieux modestes dont les manières détonneront dès qu’ils voudront se hisser plus haut dans la hiérarchie sociale. Nous ne reprendrons pas ici toutes les rubriques développées par le Tratado de buena crianza. Qu’il nous suffise de dire qu’il énumère les différentes normes en vigueur aussi bien sur la façon de se moucher, d’éternuer, de cracher, de se tenir assis, de faire la révérence, que sur le soin à apporter à son corps, à ses vêtements, sur la tenue à table... En fait, à part la réponse à une objection sur le baise-main, l’on retrouve toutes les recommandations formulées par Erasme, avec la différence notable de la rédaction en langue vulgaire et la suppression de conseils relatifs aux vomissements, mictions, défécations, éructations ou flatulences ; ce qui semble indiquer que la couche sociale prise comme modèle par Palmireno était plus raffinée que celle à laquelle renvoyait Erasme. Le modèle que le professeur du Studi General propose à ses lecteurs devait se démarquer précisément du comportement des aldeanos, des rústicos ; lorsqu’il veut fustiger une façon de faire qui lui paraît condamnable, il n’hésite pas à dire: ce sont là manières de bergers. Condamnables lui paraissent aussi les manières de certaines gens de la ville, des artisans ou des petits commerçants:

  • 19 Ibid., p. 87.

"Las narices procura que estén muy limpias, y no te ensucies el brazo como hazen los que venden atún, que no pudiendo con sus manos mojadas alimpiarse, fregan (sic) las narices con el brazo."19

  • 20 Lorsque, autour des années 1569-1570, il revint dans sa ville natale, Palmireno, prenant la directi (...)
  • 21 El estudioso de aldea, pp. 92-93.
  • 22 Voir Orden de leer a César a cavalleros, in El latino de repente, fol. 112 v°.
  • 23 Voir Laurentij Palmireni de vera et facili imitatione Ciceronis, Zaragoza, Pedro Bernuz, 1560, fol. (...)

21Ces conseils prodigués dans le Tratado de la buena crianza sont ceux qu’il répète dans sa classe, où on le voit procéder à une inspection de propreté, et exiger de ses élèves qu’ils ôtent leur bonnet en rentrant en cours, qu’ils ne restent pas la bouche ouverte comme des sots, qu’ils renoncent au tutoiement, en raison de leur qualité de gens de lettres...20. Grâce à ces recommandations ils perdront rapidement leurs airs de pascasios ou de cetres qu’ils ont hérités de leur formation villageoise ; dans le cas contraire, ils s’exposeront, leur dit-il, à être la risée de tous, comme ce Docteur qui, lors d’une de ces fameuses Conclusions du samedi, fourrageait dans ses souliers tout en écoutant la riposte d’un adversaire21. Toutes les occasions lui seront bonnes pour poursuivre cette formation aux bonnes manières, aussi bien dans le commentaire d’un vers de Virgile22, que dans le rappel des normes à suivre dans une narration pour éviter les mots grossiers23.

"El pulido latín"

22Ceci nous amène à la troisième partie du vademecum, celle qui est consacrée au pulido latín ou limpia doctrina. Les adjectifs employés nous renvoient directement à ce que Palmireno considère comme indissociable: bonnes manières et bonne latinité. La propriété du vocabulaire va de pair avec la propreté de la tenue. Le jeune villageois doit, avant d’arriver à l’Université, se débarrasser de la rusticité de ses manières et de la barbarie de son latin.

  • 24 El estudioso de la aldea, p. 6.

23Auprès des maîtres de village, les adolescents avaient été contaminés par le latin barbare que l’on continuait à enseigner loin des grands centres plus ouverts au latin cicéronien24. Attachés à leurs manuels obsolètes, Doctrinale, Despautère et autres Catholicon, ils s’obstinaient à asséner à leurs élèves des fatras de règles incompréhensibles, que ceux-ci devaient apprendre par cœur.

  • 25 Voir A. Gallego, Juan Lorenzo Palmireno, op. cit., p. 856.
  • 26 Ibid., p. 857.
  • 27 Ibid.

24Il ne faudrait pas en conclure pour autant que cette dénonciation de méthodes de travail médiévales conduise Palmireno à renoncer au rôle de la mémoire dans l’enseignement ; bien au contraire, il ne peut qu’en reconnaître l’utilité. C’est pourquoi il insiste sur tout ce qui peut la développer: bonne alimentation, hygiène corporelle, sommeil, etc.25. Ce qu’il dénonce c’est le psittacisme stérile et ennuyeux de certaines liciones de coro26 ; ce qu’il prône, c’est l’ordre et la méthode qui doivent présider à une mémorisation intelligente27.

  • 28 Palmireno avait exposé les raisons qui l’avaient conduit à préconiser le latin cicéronien dans son (...)
  • 29 Voir A. Gallego, Juan Lorenzo Palmireno, op. cit., p. 865.

25Cette mémoire va trouver matière à s’exercer précisément dans l’acquisition de ce pulido latin, qui pour notre humaniste ne saurait être que celui de Cicéron28. Encore faudra-t-il aborder cet apprentissage avec circonspection: en respectant une progression, en évitant les fouillis des règles inopportunes, en s’appuyant surtout sur la pratique et l’imitation des textes classiques. Résolument hostile aux vieilles grammaires du trivium, il recommande la grammaire de Nebrija, à condition qu’on élague les commentaires superflus ajoutés par les grammairiens postérieurs, et que l’on s’en tienne à la version en prose29.

  • 30 Il s’agit d’une traduction des Elégances de Paul Manuce, précédée d’une courte introduction où Palm (...)
  • 31 Au cours de sa carrière, Palmireno dut, à plusieurs reprises, faire face à des situations de ce gen (...)

26Car l’un des objectifs que s’est fixé Palmireno, c’est d’amener rapidement ses élèves à pratiquer les grands textes latins, mais aussi à les rendre capables de s’exprimer dans cette langue avec correction, élégance et faconde. Il prolongera d’ailleurs ses conseils par une méthode pour apprendre à improviser facilement en latin: El latino de repente30. Seule cette improvisation facile constituera une sécurité pour l’estudioso, qui pourrra affronter sans crainte les joutes oratoires imprévues, les défis publics dont il doit sortir vainqueur à moins de perdre sa réputation et, par le fait même, son moyen de subsistance31.

  • 32 Voir A. Gallego, Juan Lorenzo Palmireno, op. cit., p. 870, note 1.

27La visée méthodologique est toujours présente dans ce guide de l’étudiant: il ne suffît pas de définir des objectifs, il convient de préciser chaque fois la manière de les atteindre. Aussi bien, pour assurer la formation intellectuelle des adolescents, estime-t-il indispensable de leur apprendre la manière de prendre des notes, c’est-à-dire de tirer pleinement profit de leurs lectures ou de leurs conversations. Il propose comme modèle ces fameux Proverbiadores ou Cartapacios dont il emprunte les divisions au De disciplinis de Juan Luis Vives32. Dans ces cahiers ou carnets de notes, l’étudiant est invité à enregistrer le vocabulaire de la vie quotidienne, les mots peu usités, les idiotismes, les constructions peu habituelles, les sentences notables, les traits d’esprit, les adages ou proverbes, les passages difficiles à traduire de quelque grand auteur, etc...

28On se rend compte, une fois encore, du souci constant affiché par Palmireno de donner aux adolescents une méthode de travail qui leur permette de rentabiliser leurs lectures aussi bien dans les exercices scolaires que dans la vie quotidienne, comme en témoigne l’intérêt apporté au vocabulaire quotidien, aux expressions fréquemment employées ou aux passages difficiles qui permettront à l’étudiant d’intégrer le monde des doctos, des érudits.

  • 33 El estudioso cortesano, p. 3.

29Cette insertion des adolescents dans le monde des estudiosos ne saurait constituer un objectif unique. Palminero ne limite pas son regard à l’enceinte de l’école, il l’élargit vers l’extérieur. Fidèle aux conseils de Vives, il répète lui aussi qu’il faut savoir sortir de l’Université pour "ver qué mundo corre"33, et apprendre à s’y adapter.

  • 34 La première édition fut imprimée à Valencia par Pedro Huete en 1573 ; la seconde est d’Alcalá de He (...)

30Telle est la préoccupation qui sous-tend cette rubrique, annoncée dans le prologue de l’Estudioso de la aldea et qui ne trouvera son développement que quelques années plus tard dans la publication de El estudioso cortesano34.

Les "Agibilia"

31En effet, dans les premières lignes de cet opuscule, Palminero tient à expliquer le sens de ce terme qui résume à lui seul le savoir-faire:

  • 35 El estudioso cortesano, fol. A 7.

"Agibilia, llama el vulgo la desemboltura que el hombre tiene en ganarse un real, en saberlo conservar, y multiplicar, en saberse bien assentar sobre su cuerpo la ropa, tratarse limpio, buscar su descanso, ganar las voluntades y favores, conservar su salud, no dexarse engañar cuando algo compra y regirse de modo que no puedan decir: Este hombre, sacado del libro, es un grande asno."35

32Pour notre Aragonais, la préparation à ces agibilia incombe tout autant aux maîtres que la formation religieuse et intellectuelle, et c’est par là que sa démarche est proprement originale. Il importe, à son avis, que les étudiants qui entrent dans la vie active soient mis en garde contre les dangers qui les guettent. C’est pour ces anciens grimauds, actuellement engagés dans la vie active, qu’il éprouve le besoin de formuler une série de recommandations susceptibles de leur permettre de faire bonne figure dans leur profession, qu’ils soient maîtres de grammaire, médecins ou théologiens.

  • 36 Ibid., p. 3: "Otra cierta habilidad es menester, la qual no se enseña en la escuela, y si a ella no (...)
  • 37 Ibid., pp. 1-32.

33Cette habileté, qu’on n’a pas l’habitude d’enseigner dans les écoles36, se traduit tout d’abord par une certaine aisance dans les rapports avec autrui. Aussi Palmireno conseille-t-il d’apprendre à se débarrasser tout d’abord de sa timidité, de la rústica vergüenza, propre aux gens d’origine modeste ou rurale. Il propose à cet effet quelques recettes générales, avant de passer à des conseils plus ciblés, dirions-nous aujourd’hui, relatifs à l’habileté professionnelle. Qu’il s’agisse du comportement du médecin en visite au chevet de ses malades, de celui du théologien chargé de prêcher la bonne parole ou du maître de grammaire affronté à un auditoire turbulent et exigeant, l’objectif est toujours le même: mettre à profit, rentabiliser un savoir acquis à l’école37.

  • 38 El estudioso de la aldea, p. 21: "Mira el retrato de la Encyclopedia. Latín, Griego, Hebreo, Chalde (...)

34La démarche de Palmireno pourrait apparaître comme inspirée d’un pragmatisme quelque peu réducteur et prosaïque si elle ne s’inscrivait dans une démarche humaniste plus ambitieuse et plus désintéressée. Il n’en reste pas moins que l’aspiration vers les cimes du savoir que le pédagogue essaie d’insuffler à ses anciens élèves, ne pouvait se maintenir au détriment de la réussite sociale. Bien au contraire, seule une insertion sociale réussie pouvait assurer la dignité individuelle et laisser l’esprit libre pour une quête intellectuelle à visée encyclopédique38.

  • 39 El estudioso cortesano, p. 63: "En fin, o no aceptes combites, o si vas, ymagina que sales a batall (...)

35Aussi Palmireno s’efforce-t-il de prévoir tout ce qui peut faire obstacle à cet objectif, et en particulier de mettre en garde contre les embûches tendues dans la vie de tous les jours. D’où l’importance accordée à la conversation, où l’estudioso devra mettre en œuvre tout son savoir pour gagner l’estime de ses interlocuteurs. Palmireno prodigue à cet égard une série de conseils que ne renieraient pas nos spécialistes en communication ou en relations publiques. Tout d’abord, dit-il à ses lecteurs, il faut veiller à ce que la conversation ne s’essouffle pas et, pour ce faire, susciter des thèmes de discussion en rapport avec la profession ou les goûts de ceux à qui l’on s’adresse, de telle sorte qu’ils soient incités à s’exprimer à leur tour. Si l’intérêt faiblit, on pourra avoir recours à des sujets de philosophie naturelle: vie des animaux, propriétés des plantes ou des pierres précieuses que l’on aura préalablement répertoriés dans l’un de ces cartapacios ou carnets de notes personnels. Soucieux d’efficacité, il propose ainsi une Sylva de puntos de conversación, qui pourra être du plus grand secours, nous dit-il, quand l’on aura à visiter un malade, pour le distraire de ses souffrances : facéties, devinettes, mots d’esprit, etc... Tout aussi utiles seront ces cartapacios pour animer une conversation autour d’une table, lors d’une sobremesa, et faire figure de convive agréable. Son expérience lui a montré qu’une invitation à la table d’un grand peut se transformer en une épreuve redoutable, une véritable bataille39 où la réputation d’un prédicateur, d’un médecin ou d’un maître de rhétorique peut sombrer définitivement:

  • 40 Ibid., pp. 64-65.

"Muchas veces va el estudioso a un banquete de donde queda infamado para toda su vida, porque le hallan tantas faltas que dicen: ¿Para qué estudió este asno letras sin provecho?"40

  • 41 Ibid., p. 65.

36Savoir au début d’un repas se maintenir sur une prudente réserve, observer les invités pour déceler le type de conversation que l’on pourra aborder avec eux, rechercher les thèmes susceptibles d’intéresser le plus grand nombre, ne rien faire qui puisse ennuyer et, tout particulièrement, éviter de parler de son propre métier : telles sont les recommandations essentielles que Palmireno agrémente d’exemples savoureux, si l’on peut dire, comme celui du chirurgien qui exhibe devant les convives la tumeur qu’il vient d’extirper de l’un de ses patients, ou de cet autre patricien qui, de ses doigts sales, vient se servir dans son assiette pour le mettre en appétit41.

  • 42 On pourra consulter à ce sujet notre édition critique: Les Refraneros de Juan Lorenzo Palmireno, Th (...)

37Pour être un bon convive, il ne suffit pas de ménager la sensibilité de ses commensaux, il faut encore savoir animer les propos de tables en proposant des thèmes de conversation variés: par exemple un proverbe que l’on demande de gloser ou d’illustrer par une anecdote. D’où cette cueillette que Palmireno présente sous le titre de Refranes de mesa, salud y buena criança, et où l’on retrouve deux cent soixante douze proverbes empruntés à la fameuse compilation de Hernán Núñez42. Ces proverbes permettront d’aborder des conseils d’hygiène alimentaire, des traditions culinaires, les propriétés de certaines plantes, etc...

  • 43 Ibid., pp. 78-80.

38Comme il convient de varier les propos, Palmireno suggère de recourir aux apophtegmes ou respuestas de sabios, que l’on pourra puiser, comme il le fait lui-même, dans les recueils célèbres, comme ceux de Plutarque ou d’Athénée de Naucrate. Il conseille également les sujets relatifs à la philosophie naturelle, que l’on peut glaner dans les œuvres d’Aristote, de Pline ou d’auteurs plus proches comme Francisco de Villalobos, Luis de Lobera et bien d’autres encore43.

  • 44 Ibid., pp. 85-102.

39Il fait également une place pour les histoires merveilleuses ou romanesques, à la littérature de fiction, comme les Histoires tragiques de Pierre Boaistuau, les Nouvelles de Masuccio dei Guardati, qui passionneront l’auditoire comme la Diana de Montemayor, la Celestina, le Roland Furieux de l’Arioste, la Selva de aventuras de Hierónimo de Contreras, ou la Historia general de las Indias de López de Gómara44.

  • 45 Ibid., pp. 106-125.

40Ainsi, pour faciliter la tâche de ses lecteurs, Palmireno offre un complément à la Sylva antérieure, qu’il intitule Abecedario "para ayuda de memoria en conversación, o en combite". Il s’agit, une fois de plus, d’un véritable pot-pourri des sujets les plus divers: guerres provoquées par les femmes, apparition de la barbe chez les adolescents, sens à donner à l’éternuement et aux présages, etc, etc...45.

  • 46 Ibid., pp. 126-162.

41S’il importe de donner aux estudiosos des conseils susceptibles de leur permettre de faire bonne figure en société, il est tout aussi nécessaire de les prémunir contre ce qui peut porter atteinte à leur intégrité physique. C’est pourquoi Palminero estime indispensable de prolonger les recommandations précédentes par une espèce de guide médical où il a l’occasion de faire profiter ses lecteurs des connaissances médicales acquises pendant ses études et complétées par ses nombreuses lectures. Le chapitre intitulé El estudioso enfermo contient toute sorte de recettes et d’ordonnances pour l’administration de la purge, de la saignée, pour soigner les brûlures, les inflammations des testicules, l’indigestion, la goutte, les verrues, les ophtalmies, etc...46.

  • 47 Ibid., pp. 162-179.

42Ce petit guide de médecine est complété par une suite de conseils relatifs aux voyages qui pouvaient mettre en péril la santé des imprudents. On y trouve des recommandations pour la confection des bagages, des mesures à prendre en cas de piqûre d’abeille, de puces, de serpents ; on y lit même une recette pour éloigner les baleines en mer47.

43Tous les conseils contenus dans ce traité sur l’art de la conversation et dans ce guide de médecine pratique visent le même objectif : faire en sorte que l’estudioso obtienne honra y provecho et, si malgré toutes les précautions prises, ces avis s’avéraient inefficaces, il ne resterait plus, déclare notre pédagogue, qu’à acquérir la sagesse dans les tribulations. Dernier recours, lorsqu’ont échoué toutes les mises en garde et toutes les recettes qui constituent cet Estudioso cortesano.

  • 48 Ibid., pp. 220-222.

44Cette dernière rubrique, qu’il intitule Del estudioso discreto en sus persecuciones, expose la façon d’acquérir la prudence qui permettra de désarmer les envieux, de mesurer ses propres ambitions, de s’entourer de l’amitié des gens puissants. Palminero y indique comment l’on doit apprendre à lire sur le visage des gens, étudier leur comportement. Comme précédemment, il propose à ses lecteurs un bref aide-mémoire où ils pourront puiser des conseils de prudence, illustrés par des exemples célèbres. Il s’agit de la Breve memoria de discretos, qui contient une trentaine d’anecdotes où s’est manifestée la sagesse païenne. Pour ce qui est de la sagesse chrétienne, Palmireno rappelle l’utilité des tribulations, purificatrices de l’âme, et suggère la lecture des Satellites de Vives48.

***

  • 49 Ibid., p. 1: "No te engañes, amigo, y templa tu cólera, porque has estudiado más que otro y has sid (...)

45Ainsi donc, à travers ces deux traités, Palmireno s’est-il efforcé d’assurer, dans un premier temps, une bonne insertion des adolescents dans le système scolaire de l’époque, et dans un deuxième temps, dans la vie active, où ils les invitait à rentabiliser le savoir acquis sur les bancs ou sur la paille des Universités. Conscient du fossé qui sépare le monde des études de celui de la profession exercée dans la société - "muy diversa es la vida del mundo a la de las escuelas"49, conscient des difficultés que rencontreront les anciens grimauds issus de couches modestes pour se faire une place dans la hiérarchie sociale, il a manifesté, plus qu’aucun autre pédagogue de l’époque, un souci constant de contribuer à cette insertion sociale réussie, seule capable d’assurer honra y provecho, si difficilement conciliables.

46Au regard d’une telle démarche, on est en droit de se demander dans quelle mesure elle pouvait se concrétiser dans la réalité, dans quelle mesure elle ne créait pas un leurre pour une jeunesse studieuse en quête de promotion. Cette possibilité d’ascension sociale par les études que l’on fait miroiter, ces multiples conseils pour rentabiliser un savoir qu’on s’efforce de prodiguer, ne risquaient-ils pas de déboucher sur une impasse ou un échec?

  • 50 Gustave Reynier, La vie universitaire dans l’ancienne Espagne, Paris-Toulouse, 1902.

47Gustave Reynier dans un ouvrage déjà ancien50 estimait, pour sa part, qu’une telle ascension sociale ne pouvait qu’être exceptionnelle ; à son avis, la plupart des étudiants d’origine modeste baissaient rapidement les bras et se contentaient de monnayer pour le mieux les rudiments acquis au cours de quelques années, voire quelques mois d’études, quand ils n’allaient pas grossir la troupe des picaros.

  • 51 Voir sur ce thème l’ouvrage de J. A. Maravall, La cultura del Barroco, Barcelona, Ariel, 1975, et p (...)

48Nous pensons, quant à nous, que cet espoir de promotion par les études continua encore quelque temps à stimuler les adolescents issus des zones rurales ou des milieux artisanaux et commerciaux. Mais on allait bientôt voir se dessiner une politique de frein à cette mobilité à la fois géographique et sociale d’une couche de la population ; sur le plan local valencien, on en viendra à proposer un contingentement du nombre d’exonération des droits d’examen pour les étudiants pauvres ; sur le plan national, le Consejo Real, en 1619, n’hésitera pas à recommander la fermeture des classes de grammaire dans les bourgs, pour ne pas destabiliser la population51.

  • 52 La récession se fera sentir surtout à partir de la première décade du XVIIe siècle et se concrétise (...)

49A l’époque où Palmireno rédige El Estudioso de la Aldea et El Estudioso cortesano, les retombées de la crise économique n’ont pas atteint une Université encore en expansion52, et l’optimisme pouvait être de rigueur.

Notes

1 On pourra consulter à ce sujet G. Ajo et C. M. Saínz de Zúniga Historia de las Universidades hispánicas. Orígenes y desarrollo, desde su aparición a nuestros días, Madrid 1957-1959.

2 Dans la dédicace à Guillen de Palafoix de son Estudioso cortesano, Palmireno regrette que bien des nobles n’accordent pas aux lettres la place qui leur revient et les incite à "ayuntar los libros al yelmo".

3 Voir Noël Salomon, Recherches sur le thème paysan dans la Comedia au temps de Lope de Vega, Bordeaux, Institut d’Études Ibériques et Ibéro-Américaines, 1965, pp. 780-784.

4 A plusieurs reprises Palmireno fait allusion à l’origine modeste de ses élèves. Ainsi dans le prologue de 1’Estudioso de la aldea, p. 14: "Bieen creo, lector, que te enfadará mucho esta baxeza de materia, pero acuérdate que el negocio es muy importante, donde va la salud de tantos niños, y como los más padres son officiates, o menestrales, han menester que esto se les descubra, pues son tan rudos, que en medio del día claro han menester candela para ver."

5 L’Université valencienne procéda à plusieurs réformes tout au long du XVIe siècle ; parmi les principales celle de 1561, dont nous avons publié le texte (Estudis, I, Valencia, 1972, pp. 43-84). Plus spécifiques furent les mesures prises pour la restructuration des classes de grammaire (Voir à ce sujet notre communication "Reforma de las classes de gramática (1561-1589)", Colloque sur le Pays Valencien à l’Époque Moderne, 1980, pp. 55-74).

6 Voir notre article, "Nuevos datos para la historia de la Universidad de Valencia. La fundación del Collegi del Studi General", Homenaje al Dr. Juan Reglá, Valencia, 1975, pp. 43-84.

7 Dans les Libros de Grados de la Universidad de Valencia, on peut constater le rayonnement du Studi General, qui attire des étudiants non seulement del Reino de Valencia, mais encore de Navarre, du Pays Basque, de Catalogne, de France, de Belgique, d’Irlande, de Sardaigne, d’Allemagne et même du Mexique. On pourra consulter à ce sujet le Mémoire de Germaine Croharé, La vie universitaire à Valencia au Siècle d’Or. (Libros de Grados, 1549-1596), Toulouse, 1971. On pourra également consulter l’intéressant travail réalisé par J. Gallego et Amparo Felipo, Grados concedidos por la Universidad de Valencia durante la primera mitad del siglo XVI, Barcelona, Balmesiana, 1983. Dans cette étude sont pris en compte les Grados délivrés entre 1526 et 1561. Amparo Felipo a poursuivi sa recherche et approfondi sa réflexion dans "Nuevas noticias sobre la problemática de concesión de Grados en la Universidad de Valencia (1621-1634)", Escritos del Vedat, vol. XVI, 1986, pp. 313-378.

8 Voir El estudioso de la aldea, Valencia, Ioan Mey, 1568, p. 6: "De la necessidad que hay de semejantes libros no cumple traer otro argumento sino que vemos venir a esta escuela moços de 16 o 18 años a oyr curso de artes, con tanta inhabilidad que es lástima ; no solamente vienen grosseros en criança, pero aun tengo que hazer en emendarles el mal construyr y arromançar los autores, en hazerles escupir las duras metáphoras, y bárbaros vocablos que traen."

9 Ibid. p. 21: "Si tu imaginas, seré Maestro de mi patria, ganaré Victum et vestitum, yo te doy por un sórdido Grammàtico."

10 Ibid.: "Pero si imaginas, seré trilingue, ya que no llegues a esso, quedarás en un estado mediano"

11 Ibid., pp. 19-84.

12 Voir G. Codina Mir, Aux sources de la pédagogie des Jésuites. Le Modus parisiensis, Roma, Institutum historicum, 1968, passim.

13 El estudioso de la aldea, p. 26.

14 Ibid., p. 27.

15 On consultera à ce sujet l’excellent ouvrage de Norbert Elias, La Civilisation des moeurs, Paris, Calman-Levy, 1972.

16 Voir Wayland, Johnson Chase, The Distichs of Cato. A Famous Medieval Texbock. Translated from the latin, with introductory sketch, Madisson, 1922, pp. 1-2.

17 Voir notre thèse, Juan Lorenzo Palmireno. Contribution à l’histoire de l’Université de Valencia, Toulouse, 1979, pp. 823-829.

18 El estudioso de la aldea, p. 86.

19 Ibid., p. 87.

20 Lorsque, autour des années 1569-1570, il revint dans sa ville natale, Palmireno, prenant la direction des écoles d’Alcañiz, fit afficher à la porte d’entrée un règlement qu’il publia sous le titre de Las reglas que Lorenço Palmyreno puso a la puerta de su auditorio, in Phrases Ciceronis..., Valentiae, Petri a Huete, 1572 et in Segunda parte del latino de repente Valencia, Pedro de Huete, 1573. Dans ce règlement Ton trouve, outre le programme quotidien d’études, les règles de politesse qu’il imposait à ses élèves.

21 El estudioso de aldea, pp. 92-93.

22 Voir Orden de leer a César a cavalleros, in El latino de repente, fol. 112 v°.

23 Voir Laurentij Palmireni de vera et facili imitatione Ciceronis, Zaragoza, Pedro Bernuz, 1560, fol. G vi.

24 El estudioso de la aldea, p. 6.

25 Voir A. Gallego, Juan Lorenzo Palmireno, op. cit., p. 856.

26 Ibid., p. 857.

27 Ibid.

28 Palmireno avait exposé les raisons qui l’avaient conduit à préconiser le latin cicéronien dans son traité sur l’imitation de Cicéron De vera et facili imitatione (voir note 23).

29 Voir A. Gallego, Juan Lorenzo Palmireno, op. cit., p. 865.

30 Il s’agit d’une traduction des Elégances de Paul Manuce, précédée d’une courte introduction où Palmireno expose la méthode à suivre pour parvenir à l’improvisation facile en latin. Cette traduction connut un très gros succès. Voir notre communication "Un avatar espagnol des Elégances de Paul Manuce" au colloque Méditerranée et échanges culturels: France, Espagne, Italie. Universités de Ferrare, Madrid et Valence et Université de Toulouse, Toulouse, mai 1989 (sous presse).

31 Au cours de sa carrière, Palmireno dut, à plusieurs reprises, faire face à des situations de ce genre. Ainsi, lors de ses premières armes d’enseignant dans un petit village de la province d’Alicante, il se vit imposer une joute publique par un vagabond qui prétendait connaître le grec et l’hébreu. Il raconte l’anecdote dans la Segunda parte del latino, p. 96. Plus tard, une aventure semblable lui advint à Saragosse ; il en fait état également dans Segunda parte del latino, p. 99.

32 Voir A. Gallego, Juan Lorenzo Palmireno, op. cit., p. 870, note 1.

33 El estudioso cortesano, p. 3.

34 La première édition fut imprimée à Valencia par Pedro Huete en 1573 ; la seconde est d’Alcalá de Henares et sortit des presses de Juan Iñíguez de Lequerica en 1587.

35 El estudioso cortesano, fol. A 7.

36 Ibid., p. 3: "Otra cierta habilidad es menester, la qual no se enseña en la escuela, y si a ella no te acommodas, no te faltará mal año en que llores."

37 Ibid., pp. 1-32.

38 El estudioso de la aldea, p. 21: "Mira el retrato de la Encyclopedia. Latín, Griego, Hebreo, Chaldeo, Historia, Poesía, Rhetórica, Dialéctica, Philosophía natural, Moral, Política, Económica, Mathemáticas, Arithmética, Música, Geometría, Cosmographie, Geographía, Astrologia, Astronomía, Optica, Optrica, Theología, Medicina, Leyes, Mechánicas, Ars militaris, Architecture, Pictura, Sculptura, Agricultura, Venatio, Aucupium, Piscatus, Chemeia, vel Alchimia, de metalis, Statica & Metrica, seu de ponderibus & mensuris, de re nautica, etc."

39 El estudioso cortesano, p. 63: "En fin, o no aceptes combites, o si vas, ymagina que sales a batalla, porque ternás muchos ojos sobre ti."

40 Ibid., pp. 64-65.

41 Ibid., p. 65.

42 On pourra consulter à ce sujet notre édition critique: Les Refraneros de Juan Lorenzo Palmireno, Thèse de Doctorat de 3e cycle, Toulouse, 1969.

43 Ibid., pp. 78-80.

44 Ibid., pp. 85-102.

45 Ibid., pp. 106-125.

46 Ibid., pp. 126-162.

47 Ibid., pp. 162-179.

48 Ibid., pp. 220-222.

49 Ibid., p. 1: "No te engañes, amigo, y templa tu cólera, porque has estudiado más que otro y has sido más curioso y diligente, muy diversa es la vida del mundo a la de las escuelas. Allí alaban y favorescen al mancebo que es hábil, aquí dan la honrra y provecho a quien lo sabe procurar."

50 Gustave Reynier, La vie universitaire dans l’ancienne Espagne, Paris-Toulouse, 1902.

51 Voir sur ce thème l’ouvrage de J. A. Maravall, La cultura del Barroco, Barcelona, Ariel, 1975, et plus spécialement le chapitre "Una cultura conservadora."

52 La récession se fera sentir surtout à partir de la première décade du XVIIe siècle et se concrétisera par la réduction des salaires des fonctionnaires de la ville et des membres de l’Université. Voir notre communication "El impacto de la Carta Real de 1612 en el presupuesto del Studi General" au Congreso internacional, Historia de las Universidades Españolas y Americanas en la Edad Moderna, Valencia, 1987 (sous presse).

Auteur

Université de Toulouse-Le Mirail

© Presses universitaires François-Rabelais, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540