Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. I

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

I. Les universités en Espagne de l'époque médiévale à la fin de l'Ancien Régime. Origines et structures administratives

Pour une histoire des Universités espagnoles du siècle d’or

Jean-Marc Pelorson

Texte intégral

1J’ai eu dans ma vie deux occasions assez différentes de réfléchir à ce que pourrait être aujourd’hui une histoire des universités espagnoles du Siècle d’Or.

  • 1 Polorson Jean-Marc, Les "Letrados" juristes castillans sous Philippe III. Recherches sur leur plac (...)

2La première fois, c’est lorsque je menais des recherches sur les juristes castillans de l’époque de Philippe III1. Ce n’est pas l’aspect universitaire d’un tel sujet qui m’avait initialement attiré, mais dès lors que j’ai voulu savoir qui étaient ces Letrados, j’ai dû m’intéresser à leur formation et recourir aux histoires traditionnelles de Vicente de la Fuente ou de Sainz y Ajo, ou encore à des monographies consacrées à telle ou telle université (Esperabé Arteaga pour Salamanque, Alcocer et Rivera pour Valladolid, etc...). J’ai trouvé beaucoup d’informations utiles encore que toujours à vérifier, car elles sont souvent de seconde main ; j’ai trouvé peu de vues d’ensemble et la problématique m’a paru bien désuète par rapport aux questions que je me posais.

3La seconde occasion s’est présentée pour moi lorsque, ma thèse achevée, j’ai voulu expliquer un jour à des étudiants de Licence ce qu’étaient les universités espagnoles du Siècle d’Or. On dira peut-être que cette situation, où l’enseignant doit forcément beaucoup simplifier, et choisir parmi les aspects du sujet ceux qui peuvent le plus intéresser des jeunes gens d’aujourd’hui, est une situation très différente de celle de la recherche authentique, plus exigeante et plus exhaustive. Pourtant, d’une certaine manière, la rencontre avec des étudiants a été pour moi une "heure de vérité". J’ai dû regarder en face les contours, les limites, les proportions d’ensemble d’un sujet. J’ai dû beaucoup "généraliser". Mais, après tout, ce qui fonde une pratique scientifique n’est-ce pas un effort pour s’élever du particulier vers le général ?

  • 2 Richard, L. Kagan, Students and Society in Early Modem Spain, Baltimore, 1974. Il existe une tradu (...)

4Il n’est pas sûr que le moment soit encore venu, dans le mouvement collectif de l’historiographie moderne, d’une synthèse nouvelle sur les universités du Siècle d’Or. Ce serait d’ailleurs une "première", car, à mes yeux, les ouvrages que je viens de citer ne sont que des compilations. Mais, en attendant mieux, on peut proposer des contributions partielles. Certains l’ont fait excellemment comme Richard Kagan ou encore Ana-María Carabias Torres2. Je sais qu’un projet d’histoire de l’Université de Salamanque est en route ; le programme même du présent colloque annonce beaucoup de renouveau. L’essentiel, me semble-t-il, est que les efforts individuels convergent vers des vues d’ensemble, sans quoi l’accumulation d’articles érudits retarde, plutôt qu’elle ne favorise, une synthèse. C’est en faveur d’une telle perspective que je voudrais proposer quelques réflexions.

Les contours du sujet

a) L’Espagne... et le reste

5Face à ce sujet, comme face à beaucoup d’autres, on est confronté à un dilemme bien connu, ou bien on s’enferme dans le sujet sans référence à l’extérieur, ou bien on inclut la "partie étudiée" dans un ensemble plus vaste. Présenté ainsi à des étudiants très peu informés sur l’histoire des universités du passé, quel que soit le pays, le dilemme semble insoluble : comment comparer les universités espagnoles à d’autres, alors que l’on ne connaît ni les unes ni les autres ? Pourtant le sujet exige ce type de comparaison, non pas seulement en guise d’introduction ou de conclusion, mais à tous moments : historiquement, on ne peut isoler la genèse et le développement des universités espagnoles de l’ensemble européen, de même que l’histoire des Collèges Majeurs d’Espagne ne peut être comprise sans référence à l’Italie, surtout à Bologne. Par ailleurs, avec la conquête du Nouveau Monde, de nouvelles universités ne tardent pas à surgir dans l’Empire espagnol et la comparaison avec celles de la "métropole" s’impose, de même qu’avec les universités des possessions espagnoles d’Europe (Naples, Louvain, etc...). A l’époque d’européisation, de mondialisation, que nous vivons, ces orientations d’histoire comparative des universités sont plus que jamais nécessaires et stimulantes pour l’esprit.

b) Les deux "sous-ensembles"

6Lors de mon cours, des étudiants ont eu vite fait de remarquer que j’étais beaucoup plus disert sur les universités "castillanes" que sur les universités "aragonaises". Je leur ai expliqué, bien entendu, que ces deux sous-ensembles fonctionnaient bien souvent de façon compartimentée, sinon étanche. Mais leurs remarques m’ont conduit aussi à reconnaître une disproportion, peut-être injuste : dans la bibliographie existante, c’est incontestablement "la Castille" avec les "trois grandes" (Salamanque, Valladolid et Alcalá) qui est la plus étudiée ; il y a donc place aujourd’hui pour une révision critique du genre de celle que Pierre Vilar a recommandée de façon générale dès lors qu’on prétend écrire l’histoire de l’Espagne.

c) Le découpage temporel

7Adopter la notion, au demeurant élastique, de Siècle d’Or pour une synthèse partielle sur les universités d’Espagne ne va pas sans poser problème : n’y a-t-il pas une forte continuité entre les traditions médiévales et celles qui régissent "Estudios Generales" et Collèges Majeurs aux XVIe et XVIIe siècles ? A l’autre extrémité, les universités du XVIIIe siècle sont-elles des survivances ?

Le problème des sources

8Les sources tout naturellement privilégiées par les historiens d’un tel sujet ont été les documents conservés dans les diverses archives universitaires d’Espagne. J’ai expliqué aux étudiants que ces sources étaient tantôt lacunaires et tantôt surabondantes et qu’il y avait une disparité fréquente dans les informations. On sait que Salamanque conserve les séries les plus anciennes et les plus continues ; mais pour l’histoire de l’Université de Valladolid au XVIe siècle, par exemple, la documentation universitaire qui a subsisté est bien décevante, comme j’ai pu m’en apercevoir. Bien souvent, un problème peut être posé et résolu pour une université donnée mais non pour une autre, en raison de la disparition ou du silence de la documentation. Par ailleurs, lorsque les séries sont bien conservées, elles peuvent représenter alors un effort de dépouillement qui défie le courage individuel : par exemple s’il s’agit de compter page par page et d’année en année les effectifs des inscrits et des gradués.

9Cependant, nous vivons une époque où les historiens ont pris en général la saine habitude de citer leurs sources, et de préférer à toute autre une information de première main. On s’achemine vers une connaissance complète et solide des fonds d’archives universitaires. A cet égard, j’ai apprécié la contribution de Carabias Torres sur les archives des Collèges Majeurs de Salamanque.

Le problème de la thématique

10L’histoire des universités couvre beaucoup de champs d’études possibles. Celui qui a été le plus exploré est l’aspect institutionnel. Or, sans sous-estimer l’importance de l’histoire institutionnelle, je voudrais mettre l’accent sur d’autres aspects.

a) L’histoire institutionnelle

11Elle est certes capitale : pouvoir préciser la date ou l’époque d’une fondation, les personnalités ou les instances fondatrices (prélat, monarque, juridiction pontificale, etc...), présenter l’organisation des études, la hiérarchie des disciplines, les statuts et les règlements, la collation des grades, les cérémonies, tout cela est certes important, et, pour l’essentiel, le travail a été fait depuis longtemps, à partir des archives universitaires. Je ne dis pas que tous les problèmes aient été résolus. Il y a parfois des questions simples qui restent soigneusement contournées, par exemple une question "naïve" que j’ai posée dans ma thèse sur ce que pouvait signifier un doctorat par rapport à une licence. Ce n’est que récemment que l’on sait se dégager du fatras des compilations traditionnelles pour élaborer, au niveau institutionnel, certaines typologies : par exemple la distinction entre Université, Collège-Université, Couvent-Université. Tel terme institutionnel, manié longtemps sans précaution, révèle enfin à l’analyse sa complexité et une variété d’emplois comme le terme de "porcionista" (dans les Collèges Majeurs de Salamanque au moins) excellemment analysé par Carabias Torres. Mais enfin l’essentiel est sans doute déjà connu.

b) L’histoire quantifiée

12C’est à Richard Kagan qu’il faut rendre ici hommage. Défricheur vorace d’archives il s’est, le premier, attaqué à des ensembles au lieu de se contenter des sondages occasionnels ou des palmarès sélectifs établis par ses devanciers. Carabias Torres, tout en reconnaissant les mérites du chercheur américain, émet quelques doutes sur l’exactitude de ses chiffres et s’étonne en particulier, à propos du sujet qu’elle domine (les Collèges Majeurs de Salamanque) de discordances comme systématiques. Tout le travail de Kagan serait-il à refaire ? Qui en aurait le courage ? Quelle équipe de statisticiens ou d’informaticiens s’attaquera-t-elle à l’ensemble des archives universitaires de Salamanque ? Pour ma part je n’aurais pas la cruauté d’imposer à un chercheur ce genre d’effort. D’autant que la disparité des sources documentaires le rend parfois un peu vain : j’ai fait remarquer dans ma thèse que Kagan était extrêmement précis sur les effectifs d’étudiants préparant le baccalauréat, mais que pour l’évaluation, autrement importante, des promotions de gradués, il s’était livré à des conjectures brusquement dépourvues de toute référence. Il n’en reste pas moins que nous lui devons un premier défrichage tout à fait utile.

c) L’histoire économique des Universités

13Les archives universitaires livrent peu de renseignements à cet égard, à moins que l’on ne restreigne la question économique aux seuls problèmes des dotations, comme le font la plupart des histoires traditionnelles. En réalité la vie d’une université dans une ville donnée engage bien évidemment beaucoup d’autres aspects économiques, par exemple les biens fonciers et les rentes afférentes dont pouvaient disposer les Collèges Majeurs. On trouve des documents occasionnels à cet égard dans les diverses histoires-compilations de la bibliographie traditionnelle. On en trouve aussi aujourd’hui dans les monographies nouvelles sur les villes, par exemple López Benito pour Salamanque, Bartolomé Bennassar pour Valladolid. Les archives judiciaires à propos de procès peuvent aussi être utilisées mais c’est le regroupement d’une documentation aussi disparate qui fait problème. On peut augurer toutefois que si l’historiographie parvient aujourd’hui, à partir d’une documentation encore plus difficile à regrouper, à reconstituer l’histoire matérielle du théâtre en Espagne on devrait à plus forte raison y parvenir pour ce qui est des universités.

d) Contenus d’enseignement, recherche et didactique

14C’est, à mon avis, l’aspect le plus intéressant, le plus motivant encore aujourd’hui pour des étudiants, et c’est celui qui a été le plus négligé par les histoires traditionnelles, dominées par le point de vue institutionnel. Cela ne veut pas dire que tout reste à faire. Au contraire, d’importants problèmes ont été posés et souvent résolus avec bonheur. Par exemple, à propos de la fondation de l’université d’Alcalá, sur la rencontre entre le mouvement religieux de la "pré-réforme" et l’humanisme, sous l’égide de Cisneros. De même la question de la conquête et de la colonisation du Nouveau Monde a suscité, comme on sait, les grandes controverses des théologiens-juristes de Salamanque au cours du XVIe siècle. Ce sont en général des historiens des idées, comme Marcel Bataillon, de la théologie, de la philosophie du droit, ou de la philosophie en général (Alain Guy), beaucoup plus que les historiens institutionnels, qui ont montré des liens vivants entre les contenus d’enseignement et d’autres stimulants. On aurait tort en effet de confondre les pratiques d’enseignement dans les universités espagnoles du Siècle d’Or avec ce qu’en disent les programmes officiels souvent figés et apparemment très lents à évoluer. Ce n’est pas dans ces textes officiels qu’on peut discerner, à travers la théologie, le droit, la médecine ou les "Arts", la montée de la sève humaniste ni, plus tard, la montée d’un certain rationalisme. Or, à cet égard, beaucoup reste encore à faire. Certains professeurs de l’époque ont édité leur cours ou l’ont inséré (ainsi du juriste Diego de Covarrubias) dans des ouvrages imprimés plus amples. Beaucoup de cours restent consultables à l’état de manuscrits, par exemple à la Bibliothèque du Collège de Santa Cruz à Valladolid. La réitération des règlements et les sanctions pour infraction lors de visites d’inspection montrent que la non-application était fréquente. On est parfois renseigné plus directement sur des pratiques déviantes, ou parfois tolérées. Le cas illustre de Sánchez de las Brozas est instructif à cet égard, et j’ai pu en signaler d’autres à propos d’enseignants du droit vers 1600.

15La didactique, elle aussi, avait ses règlements et ses déviances. Enseigner ou non en latin, dicter ou non un cours (cf. la méthode de Francisco Vitoria) ; ces questions d’époque gardent quelque intérêt aujourd’hui. De façon plus ample, l’Espagne du Siècle d’Or a produit avec Vives et avec Huarte de San Juan, notamment, des théoriciens de la pédagogie, de l’orientation des enfants, etc... Leurs textes demeurent captivants et, dans une histoire des universités, me semblent mériter, en raison de leur rayonnement, une large place beaucoup plus que les palmarès de personnalités illustres dressés naguère par Esperabé ou Alcocer.

16A force de déplorer l’instauration du cordon sanitaire sous Philippe II et le rendez-vous manqué avec les sciences au XVIIe siècle, on en est venu souvent à présenter les universités espagnoles du Siècle d’Or comme monopolisées par la théologie et le droit, et coupées de tout progrès scientifique et technique. La question de la "science espagnole", posée jadis de l’extérieur et non sans chauvinisme par le très littéraire Menéndez y Pelayo, a été reformulée récemment par López Piñero d’une façon beaucoup plus solide. Certes une grande partie des recherches scientifiques et techniques s’est faite en dehors des universités, sous mécénat privé. Mais le livre de López Piñero pourrait permettre une réévaluation des apports proprement universitaires, qui ont été parfois sous-estimés ou méconnus.

17Je voudrais insister sur une méthode particulière que d’autres que moi ont pratiquée, notamment André Gallego, et qui consiste à étudier les manuels scolaires et des traités d’époque qu’on peut considérer comme des guides de l’enseignant ou de l’étudiant. J’en ai étudié moi-même quelquesuns dans ma thèse, par exemple l’Arte Legal de Bermúdez de Pedraza pour ce qui est des juristes. Savoir comment travaillaient concrètement les étudiants et les pédagogues me paraît du plus haut intérêt. Dans le domaine des "humanités", comme ailleurs, cela permet de cibler les noyaux culturels de l’époque les plus importants et de mieux comprendre à partir de là la littérature elle-même : expliquer à des étudiants d’aujourd’hui la place qu’occupaient les Métamorphoses d’Ovide, les satires d’Horace ou encore le Théâtre de Plaute et de Ménandre dans les exercices universitaires de l’Espagne du Siècle d’Or, c’est leur permettre de comprendre beaucoup mieux comment telle poésie de Garcilaso ou de Góngora ou telle Comedia prolongent des thématiques et des techniques acquises souvent pendant des études universitaires (ou pendant ces études "secondaires" qui leur servaient de propédeutique et qu’André Gallego a si bien analysées à propos de Palmireno).

18Je crois que cette exploration des manuels d’époque peut devenir une des méthodes les plus utiles aujourd’hui dans le cadre d’une authentique synthèse, car enfin la finalité des universités, à quelque époque que ce soit, est bien là, dans l’élaboration d’un savoir et dans sa transmission. Évidemment ces manuels d’époque renvoient à des courants théologiques, juridiques, philosophiques, etc... souvent très oubliés aujourd’hui et on ne peut faire l’économie d’un effort d’initiation. Pour tout dire, il nous manque cruellement, pour le Siècle d’Or espagnol, l’équivalent de ce qu’Etienne Gilson a réalisé pour l’histoire européenne des idées médiévales. J’avais envisagé au début de mes recherches d’hispaniste d’étudier les manuels scolaires du Siècle d’Or mais j’y ai renoncé surtout par crainte de n’avoir pas une formation philosophique suffisante. Au stade actuel j’envisage toutefois, bien que je ne sois pas historien du droit, de présenter à l’intention du grand public un certain nombre d’ouvrages de Letrados juristes parmi ceux que Nicolas Antonio a recensés dans sa Hispana Nova.

e) Les Universités dans la Société et dans l’État

19De même que l’étude des contenus d’enseignements et de la recherche universitaire doit déboucher sur des problèmes culturels plus vastes (sauf sclérose), de même, il me semble indispensable aujourd’hui de relier l’histoire interne des universités du Siècle d’Or à l’ensemble social et aussi à l’Etat. Je n’insisterai pas sur cette direction parce que je crois qu’un consensus a d’ores et déjà été obtenu. Les travaux de Kagan, ceux de Janine Fayard et ceux de Carabias Torres vont bien dans ce sens. On est plus attentif qu’avant au problème des origines géographiques des étudiants et enseignants, aux problèmes de sélection sociale, au problème de la contribution des universités et Collèges Majeurs, à la formation des cadres de l’Etat.

  • 3 Cf. les travaux de Jean Sentaurens sur Séville.

20Voilà les grandes lignes de ce que je n’oserais présenter comme un projet personnel de synthèse : c’est plutôt affaire de travail d’équipe, mais pour que les avancées de la recherche collective puissent converger, il faut par moments réfléchir aux priorités, aux choix méthodologiques. C’est ce que j’ai tenté de faire avec "mes étudiants" à l’occasion d’un cours récent. C’est ce que je viens de tenter aujourd’hui avec la même simplicité bien que devant un public plus redoutable.3

Notes

1 Polorson Jean-Marc, Les "Letrados" juristes castillans sous Philippe III. Recherches sur leur place dans la société, la culture et l’Etat, Le Puy, 1980.

2 Richard, L. Kagan, Students and Society in Early Modem Spain, Baltimore, 1974. Il existe une traduction espagnole, Madrid, 1981. Ana-María Carabias Torres, Colegios Mayores. Centros de Poder, Salamanque, 1986.

3 Cf. les travaux de Jean Sentaurens sur Séville.

Auteur

Université de Poitiers

© Presses universitaires François-Rabelais, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540