Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. I

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

Introduction

Jean-Louis Guereña, Ève-Marie Fell et Jean-René Aymes

Texte intégral

  • 1 Voir J.-L. Guereña, "L’Education en Espagne et en Amérique latine. Activités du Centre de Recherch (...)

1Dans le cadre des activités de recherche de l’Institut d’Etudes Hispaniques de l’Université François Rabelais, le C.I.R.E.M.I.A. (Centre Interuniversitaire de Recherche sur l’Education dans le Monde Ibérique et Ibéro-américain) se propose depuis sa création de mener à bien une étude comparative des politiques et des systèmes éducatifs en Espagne et en Amérique latine à travers l’Histoire1.

Le C.I.R.E.M.I.A. et l’Histoire de l’Université

  • 2 Voir les ouvrages de la série "Etudes Hispaniques". Publications de l’Université de Tours : Ecole (...)

2Après un premier programme de travail consacré de 1985 à 1988 à l’enseignement primaire, et qui a donné lieu à deux colloques internationaux et à deux journées de travail, dont les actes ont été publiés2, le C.I.R.E.M.I.A. a entamé, en 1989, une nouvelle ligne de recherche portant sur l’Histoire de l’Université en Espagne et en Amérique latine. Dans ce cadre s’est tenu à Tours, les 12 et 13 janvier 1990, le IIIe Colloque international du C.I.R.E.M.I.A. dont le programme traitait plus particulièrement des réalités institutionnelles et sociologiques du monde universitaire hispanophone à travers l’Histoire, du Moyen Age à nos jours.

3Une quarantaine de chercheurs, en provenance de diverses Universités espagnoles (Alcalá de Henares, Grenade, Madrid - Universidad Complutense et C.S.I.C., Malaga, Saint-Jacques de Compostelle, Salamanque, Santander, Séville, Valladolid, Saragosse), latino-américaines (Bogotá, Lima, Mexico), et françaises (Aix-en-Provence, Montpellier, Paris - Paris III et C.N.R.S., Poitiers, Toulouse, Tours), et aux spécialistés diverses, qui ne trouvent pas toujours d’espace pour se rencontrer (Histoire, Littérature, Ethnologie, Sciences de l’Education, Sociologie, Sciences politiques), purent ainsi présenter et discuter les travaux que nous présentons aujourd’hui.

  • 3 Deux communications au colloque Ecole et Eglise en Espagne et en Amérique latine portaient toutefo (...)

4Par rapport aux deux colloques antérieurs du C.I.R.E.M.I.A. sur l’enseignement primaire dont le champ historique couvert ne remontait pratiquement pas au-delà du XVIIIe siècle3, ce IIIe Colloque a pu envisager divers problèmes dans le temps long, du Moyen Age - ou tout au moins l’époque moderne, bien représentée (huit communications portant sur l’Espagne du XIIIe au XVIIIe siècles et deux sur l’Amérique coloniale) - au temps présent, tant en Espagne qu’en Amérique latine. Sans prétendre bien entendu réaliser une histoire de l’Université, le présent volume pourra permettre, nous l’espérons, de tenter quelques approches comparatistes, tant dans le temps que dans l’espace, entre l’Espagne et les divers pays de l’Amérique latine.

5C’est en tout cas notre ambition, que nous avons essayé de concrétiser également lors des séances de travail du séminaire du C.I.R.E.M.I.A. sur l’Université en 1990-1991. Le C.I.R.E.M.I.A. a ainsi organisé à Tours le 28 avril 1990 une table ronde consacrée à la recherche sur l’Histoire de l’Université (méthodes de travail, historiographie, problématiques) dans une perspective comparatiste (France, Suisse, Espagne), avec la participation de Christophe Charle (C.N.R.S. - Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine, Paris), Jean-Christophe Bourquin (F.N.R.S., Lausanne), Antonio Vifiao Frago (Université de Murcie), et Francisco Villacorta Baños (C.S.I.C. - Centre d’Etudes Historiques, Madrid). D’autres séances de travail du C.I.R.E.M.I.A. sur l’Université ont eu lieu par la suite : le 8 mars 1991, autour de Claude Bataillon (Toulouse) sur l’Université en Amérique latine, et de Jorge Infante (Saragosse) sur les Ecoles de Commerce ; le 20 avril 1991, autour de Federico Gómez Rodríguez de Castro (Madrid, U.N.E.D.) sur le modèle espagnol d’Université à distance ; et le 18 mai 1991, autour de Willem Frijhoff (Rotterdam) sur l’enseignement supérieur dans une société urbaine de Hollande sous l’Ancien Régime.

L’Histoire de l’Université en Espagne

  • 4 Un décret de la Direction Générale d’lnstruction publique invitait ainsi en 1894 les Recteurs des (...)
  • 5 Citons notamment : Fermín Canella Secades, Historia de la Universidad de Oviedo y noticias de los (...)
  • 6 Par exemple : Manuel Fernández Alvarez, Laureano Robles Carcedo, Luis Enrique Rodríguez-San Pedro (...)
  • 7 Voir Rafael Gibert, "Bibliografía sobre Universidades hispánicas", dans la Bibliographie internati (...)

6L’Histoire de l’Université en Espagne a longtemps trouvé dans la monographie locale un champ traditionnel d’investigation - souvent d’ailleurs une commande officielle4, à l’occasion d’une éphéméride notamment5. Le genre a pourtant connu récemment de brillantes illustrations6, intégrant les nouvelles orientations de recherche qui dépassent les vieilles perspectives cantonnées dans l’histoire institutionnelle traditionnelle, et où les historiens du Droit s’étaient illustrés7.

  • 8 Les nos 3 (1983) et 5 (1986) de la revue Historia de la Educación comportent chacun un important d (...)
  • 9 Voir Alejandro Tiana Ferrer, La Investigación histórico-educativa actual. Enfoques y métodos, Madr (...)

7En effet, même si le renouveau de l’histoire de l’Education en Espagne depuis 1982 (création de la Société Espagnole d’Histoire de l’Education - d’abord Section d’Histoire de l’Education au sein de la Société Espagnole de Pédagogie - et publication de la revue interuniversitaire Historia de la Educación) a surtout affecté les processus élémentaires de scolarisation8, l’histoire de l’Université s’est profondément renouvelée ces dernières années, sous l’influence, notamment, de l’histoire sociale9.

  • 10 Historia de las Universidades, Colegios y demás establecimientos de enseñanza en España, Madrid, 4 (...)
  • 11 Historia de las Universidades Hispánicas. Orígenes y desarrollo desde su aparición a nuestros días(...)
  • 12 Universidad y Sociedad en la España moderna, Madrid, Editorial Tecnos, 1981, 326 p. (L’édition amé (...)
  • 13 La Universidad española (Siglos XVIII y XIX). Despotismo ilustrado y Revolución liberal, Madrid, T (...)
  • 14 Les "letrados" juristes castillans sous Philippe III. Recherches sur leur place dans la société, l (...)
  • 15 Juan Lorenzo Palmireno. Contribution à l’histoire de l’Université de Valencia, Toulouse, 1979.
  • 16 Higher Education and Society. Historical Perspectives. 7th International Standing Conference for t (...)
  • 17 Les Actes ont été publiées sous le titre de Claustros y estudiantes, Valencia, Universidad de Vale (...)

8Jusqu’à peu, pour disposer d’une vue d’ensemble du système universitaire espagnol, il fallait encore faire appel au vieil ouvrage de Vicente de La Fuente, paru il y a plus d’un siècle, et qui ne va d’ailleurs pas au-delà des réformes de 184510, ou à la compilation plus récente mais de conception fort ancienne de Cándido Ma Ajo y Sainz de Zúñiga11. Certes les ouvrages de Richard Kagan pour l’époque moderne12, et de José Luis et Mariano Peset pour les XVIIIe et XIXe siècles13 ont permis depuis de disposer de synthèses partielles reliant l’histoire universitaire à l’histoire politique, économique et sociale. Et parmi les hispanistes français, certains ont d’ailleurs contribué par de solides travaux universitaires à cette historiographie, comme Jean-Marc Pelorson14 et André Gallego15. Les Archives ont aussi commencé à être utilisées systématiquement (Archives universitaires bien sûr mais aussi Archives centrales - séries Consejos et Universidades de l’Archive Histórico Nacional, Archives du Ministère de l’Education...), permettant de fonder cette nouvelle histoire universitaire dont rendent compte les divers colloques et réunions scientifiques tenues lors des dix dernières années. Signalons ainsi les colloques de Salamanque en 1985 - il s’agit du 7e Colloque International d’Histoire de l’Education16, et de Valence en 1987 (Coloquio internacional de las universidades españolas e iberoamericanas)17, à l’initiative de Mariano Peset.

  • 18 Ils ont publié, souvent en collaboration, de nombreux articles sur l’histoire de l’Université qu’i (...)
  • 19 Il anime notamment un travail collectif sur l’enseignement de la Géographie. Citons ainsi : Cienci (...)
  • 20 Voir notamment sa contribution à La época de la Ilustración, Vol. I de El Estado y la Cultura (175 (...)
  • 21 "La redención de los Paraninfos : asambleas y regeneracionismo universitarios", La crisis del Esta (...)

9L’histoire de l’Université ne peut être qu’une histoire comparative et interdisciplinaire. L’histoire du Droit doit ainsi s’allier notamment à l’Histoire de l’Eglise, des Sciences, de la Culture. Et significativement, parmi ceux qui ont le plus contribué à l’histoire récente de l’Université, l’on retrouve des représentants de quelques-unes de ces disciplines : Mariano et José Luis Peset Reig, l’un provenant du Droit, l’autre de la Médecine18, Horacio Capel19, Francisco Aguilar Piñal20, José Carlos Mainer21...

L’histoire de l’Université en Amérique latine

  • 22 Voir par exemple Claustros y estudiantes, op. cit. Comme synthèse d’ensemble, Agueda Rodríguez Cru (...)

10Pour la période coloniale, les universités créées dans l’Amérique hispanique ne peuvent être dissociées de leurs homologues espagnols, notamment Salamanque, et ont souvent été étudiées conjointement22.

  • 23 Voir Julio Jiménez Rueda, Historia jurídica de la Universidad de México, México, U. N.A. M., 1955.
  • 24 Georgina Aguirre et Miguel Pereyra (Eds.), La reconstrucción del texto histórico en educación, sou (...)

11Actuellement, le Mexique est de loin le pays d’Amérique latine qui mène le plus de recherches sur l’Université. Deux pôles de recherche peuvent être signalés : le Colegio de México tout d’abord, où se développe un programme de recherches sur l’Université coloniale menées ou coordonnées par Pilar Gonzalbo Aispuru, et l’Universidad Nacional Autónoma de México (U.N.A.M.), où se trouve un " Centro de Estudios sobre la Universidad "23. On peut signaler les travaux de Renata Marsiske Schulte et aussi un ouvrage collectif à participation internationale, qui concerne au passage l’université24.

  • 25 Pour la France, le C.I.R.E.M.I.A. (Ève-Marie Fell) et l’l.N.R.P. (Fabiola Rodriguez).

12De son côté, la Colombie fait un effort intéressant et louable pour coordonner les informations et les recherches en histoire de l’Education pour tout le domaine latino-américain, et ce à partir de la Universidad Pedagógica Nacional de Bogotá. Cette dernière édite depuis 1989 la série RAES sobre historia de la educación, utiles recueils de résumés analytiques de publications. Avec la coordination de Diana Soto Arango, la Universidad Pedagógica Nacional organise également pour septembre 1992 le " Primer Congreso de Docentes e Investigadores en Historia de la Educación Latinoamericana Ce congrès qui se met en place lentement devrait permettre une meilleure circulation de l’information et des échanges institutionnels entre les différents comités organisateurs nationaux25.

  • 26 Universités et développement urbain dans le Tiers Monde, Toulouse, Ed. du C.N.R.S., 1989. Comptant (...)

13On ne peut que constater d’autre part le peu d’intérêt qu’a éveillé en France la recherche sur l’Université latino-américaine. Signalons simplement l’ouvrage collectif dirigé par Marie-Paule Brugnes26.

Histoire sociale des universités, Histoire des universitaires

  • 27 Voir Willem Frijhoff, "Universités et Société : à propos d’un projet de la Conférence européenne d (...)
  • 28 La Commission est à l’origine d’une Bibliographie internationale de l’histoire des Universités, dé (...)
  • 29 Une communication, celle de Mariano Peset, portait sur l’Espagne (voir Jean-Louis Guereña, "17° Co (...)
  • 30 Publiée à Londres à partir de 1987. Antonio García y García y tient une chronique bibliographique (...)

14L’histoire universitaire, vieille spécialité, est bien devenue un espace spécifique de recherche, et s’est dotée progressivement d’instances de coordination, d’instruments de travail, de revues. Et les propres institutions universitaires continuent à s’occuper de l’histoire des universités. La C. R.E. (Conférence permanente des Recteurs, des présidents et vice-chanceliers des Universités européennes) a mis ainsi en chantier une recherche comparative sur l’Université à travers le temps et l’espace européens27. Il existe à l’échelon international une Commission internationale pour l’Histoire des Universités, créée au lendemain du Congrès de Stockholm des Sciences Historiques de 196028, et qui, lors du 17e Congrès International des Sciences Historiques (Madrid, 1990), organisait, et ce conjointement avec l’Association Internationale d’Histoire du Droit et des Institutions, un Colloque sur "Les pouvoirs politiques et le monde universitaire"29. L’histoire de l’Université dispose également d’une revue autonome, History of the Universities30.

  • 31 "Université et société dans l’Europe moderne : position des problèmes", Revue d’Histoire Moderne e (...)
  • 32 Outre l’article précédent, signalons de Roger Chartier, "Les universités du Moyen Age au XIXe sièc (...)
  • 33 Julio Ruiz Berrio, ’Algunas reflexiones sobre la historia de las universidades", Historia de la Ed (...)
  • 34 "Universités et écoles médiévales", dans Gaston Mialaret et Jean Vial (Eds.), Histoire mondiale de (...)

15La rénovation de l’histoire de l’Université est relativement récente, nous l’avons dit, sous l’impulsion principalement des interrogations et méthodes de l’histoire sociale. "Dans la tradition, ont ainsi rappelé Roger Chartier et Jacques Revel, l’histoire des universités européennes a été de façon massive une histoire médiévale, institutionnelle et intellectuelle"31. On doit d’ailleurs à ces deux auteurs plusieurs travaux fort stimulants qui ont permis à l’histoire de l’Université d’aborder autrement sa recherche32. Et après une longue étape de l’historiographie universitaire à dominante institutionnelle ou intellectuelle, l’histoire sociale de l’Université, ou mieux de l’enseignement supérieur (ou des niveaux supérieurs d’éducation)33, s’est progressivement imposée. Et les questions que posait Jacques Verger pour les universités médiévales peuvent servir de cadre d’ensemble : "Les universités ont-elles été des instruments de mobilité sociale, ou ont-elles au contraire renforcé la stabilité des hiérarchies existantes ? Les universitaires ont-ils eu un rôle social propre, ou ont-ils été simplement dominés et intégrés par un ordre établi auxquels ils donnaient leur adhésion ?"34.

  • 35 Didier Julia, Jacques Revel et Roger Chartier (Eds.), Les universités européennes du XVIeau XVIIIe(...)
  • 36 Prosopographie des élites françaises (XVIe-XXe siècles). Guide de recherche, Paris, C.N.R.S. - Ins (...)
  • 37 Christophe Charle et Régine Ferré (Eds.), Le personnel de l’enseignement supérieur en France aux X (...)
  • 38 Cf. les comptes-rendus de Christophe Charle dans Histoire de l’Education : "Groupe de travail inte (...)
  • 39 Jean-Louis Guereña, "Cuarta reunión del Grupo de trabajo internacional sobre los universitarios eu (...)
  • 40 "La Universidad como espacio de mediación cultural", Historia de la Educación, Salamanque, n° 5,19 (...)

16Le recours à l’histoire quantitative a permis d’autre part de mieux mesurer le poids des populations étudiants35. L’analyse prosopographique36 a également renouvelé l’approche des corps enseignants37. A l’initiative de Christophe Charle s’est constitué un Groupe de travail international sur les universitaires européens38, qui a tenu sa 4e séance de travail à Lausanne en Novembre 1990 sur le thème Universités européennes, modèles institutionnels et disciplinaires39. Willem Frijhoff a souligné enfin la nécessité d’aller vers une anthropologie culturelle de l’Université40, pour intégrer pleinement l’histoire de l’université dans l’histoire sociale et culturelle.

***

17Les 36 études que nous présentons sont structurées en sept groupes qui tentent de refléter les interrogations principales du volume, en mettant en avant à la fois l’unité de l’espace universitaire et la diversité des modèles existants : "Les universités en Espagne de l’époque médiévale à la fin de l’ancien régime. Origines et structures administratives" ; "Acteurs de la vie universitaire en Espagne et en Amérique coloniale (XVIIe-XVIIIe siècles)" ; "Universités et universitaires espagnols au XIXe et au début du XXe siècle" ; "L’espace universitaire dans la société espagnole au XXe siècle" ; "Professeurs et étudiants dans l’Université espagnole après 1939" ; "Réformes institutionnelles et démocratisation universitaire en Amérique latine aux XIXe et XXe siècles" ; "L’Université dans la société latinoaméricaine contemporaine (Pérou et Chili)".

18Ce premier volume du C.I.R.E.M.I.A. sur l’Université en Espagne et en Amérique latine, Structures et Acteurs, portant sur les réalités institutionnelles et sociologiques du monde universitaire, s’articule étroitement avec un deuxième volet à paraître - Enjeux, Contenus, Images - qui renfermera les actes du IVe Colloque du C.I.R.E.M.I.A., qui se tiendra à Tours du 10 au 12 avril 1992, pour aborder divers aspects laissés de côté lors du premier colloque, tels que le statut et l’évolution des disciplines universitaires, les relations de l’Université avec les Pouvoirs, les différents projets et modèles universitaires, et les images littéraires et artistiques qu’a pu inspirer l’Université.

19La publication des différents matériaux réunis lors de ces séances de travail permettra, nous l’espérons, d’envisager l’espace universitaire dans son ensemble et dans l’Histoire, en essayant d’aller au-delà de la simple collection d’études sur des institutions universitaires concrètes.

Notes

1 Voir J.-L. Guereña, "L’Education en Espagne et en Amérique latine. Activités du Centre de Recherche de l’Université de Tours Histoire de l’Education, Paris n° 29 ianvier 1986, pp. 77-78.

2 Voir les ouvrages de la série "Etudes Hispaniques". Publications de l’Université de Tours : Ecole et Société en Espagne et en Amérique latine (XVIIIe-XXe siècles), 1985 ; L’enseignement primaire en Espagne et en Amérique latine du XVIIIe siècle à nos jours - Politiques éducatives et Réalités scolaires, 1986 ; Ecole et Eglise en Espagne et en Amérique latine - Aspects idéologiques et institutionnels, 1988 ; Matériaux pour une histoire de la scolarisation en Espagne et en Amérique latine(XVIIIe-XXe siècles), 1990.

3 Deux communications au colloque Ecole et Eglise en Espagne et en Amérique latine portaient toutefois sur le XVIe siècle.

4 Un décret de la Direction Générale d’lnstruction publique invitait ainsi en 1894 les Recteurs des Universités à publier un Mémoire sur "la fondation, l’histoire et les vicissitudes" de leur Université (Anuario Legislativo de Inhstrucción Pública correspondiente a 1894 publicado por la Inspección General de Enseñanza, Madrid, Est. Tip. Viuda e Hijos de Manuel Tello, 1895, p. 247). Un certain nombre de publications, en général de faible qualité, vit ainsi le jour à cette occasion.

5 Citons notamment : Fermín Canella Secades, Historia de la Universidad de Oviedo y noticias de los establecimientos de enseñanza de su distrito (Asturias y León), Oviedo, Imp. de Flórez, Gusano y Ca, 1903-1904, 2e éd., X-792 p. ; Enrique Esperabé de Arteaga, Historia pragmática e interna de la Universidad de Salamanca, Salamanca, Francisco Núñez Izquierdo, 2 vol., 1914-1917 ; Salvador Cabeza de León y Enrique Fernández-Villamil, Historia de la Universidad de Santiago de Compostela, Santiago de Compostela, C. S.I. C., 3 t., 1946-1947 ; Francisco de Paula Vilanova y Pizcueta, Historia de la Universidad Literaria de Valencia, Valencia, Tip. Doménech, 1903, 157 p. ; Mariano Alcocer Martínez, Historia de la Universidad de Valladolid, Valladolid, Anales Universitarios, 1918, 2 t.

6 Par exemple : Manuel Fernández Alvarez, Laureano Robles Carcedo, Luis Enrique Rodríguez-San Pedro Bezares (Eds.), La Universidad de Salamanca, Salamanca, Universidad de Salamanca, I. Trayectoria histórica y Proyecciones, 1989, 543 p., II. Atmósfera intelectual y Perspectivas de investigación, 1990, 643 p. ; Historia de la Universidad de Valladolid, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1990, 2 vol., 878 p.

7 Voir Rafael Gibert, "Bibliografía sobre Universidades hispánicas", dans la Bibliographie internationale de l’histoire des Universités I Espagne - Louvain - Copenhague - Prague, Genève, Librairie Droz, 1973, pp. 1-100 ; Antonio García y García, "Bibliografía de historia de las universidades españolas", Repertorio de Historia de las Ciencias Eclesiásticas en España, Salamanca, n° 7, 1979, pp. 599-627 ; et Mercedes Vico Monteoliva, "Bibliografía sobre historia de las Universidades españolas", Historia de la Educación, Salamanca, n° 3, 1984, pp. 281-290. Nous n’avons pu consulter la "Bibliografía histórica sobre universidades españolas" d’Antonio García y García parue dans les Actas de las las Jornadas Académicas de Historia da Espanha e de Portugal, Lisboa, 1990. Voir aussi l’intéressant prologue de Mariano Peset à l’étude de Marc Baldó i Lacomba, Profesores y estudiantes en la época romántica, Valencia, Ajuntament de Valencia, 1984, pp. ΧΠΙ-XXVI.

8 Les nos 3 (1983) et 5 (1986) de la revue Historia de la Educación comportent chacun un important dossier consacré à l’histoire de l’enseignement supérieur. D’autres articles isolés parmi les neuf numéros parus à ce jour (1982-1991) portent également sur l’histoire universitaire. Il faut se reporter au Boletín de Historia de la Educación (voir Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, Bordeaux, nos 11-12, décembre 1990, pp. 127-128). Il existe par ailleurs une Societat d’Historia de l’educació dels Paísos de llengua catalana.

9 Voir Alejandro Tiana Ferrer, La Investigación histórico-educativa actual. Enfoques y métodos, Madrid, U.N.E.D., 1988,161 p.

10 Historia de las Universidades, Colegios y demás establecimientos de enseñanza en España, Madrid, 4 t., 1884-1889. Il en existe un reprint (Frankfurt am Main, Verlag Sauer & Auvermann KG, 1970-1975). Plus ancien, l’ouvrage du premier Directeur Général de l’Instruction Publique (De la instrucción pública en España, Madrid, Imprenta del Colegio de Sordo-Mudos, 1855, 3 t.), offre une vision libérale du développement universitaire.

11 Historia de las Universidades Hispánicas. Orígenes y desarrollo desde su aparición a nuestros días, 11 vol. parus, 1957-1979.

12 Universidad y Sociedad en la España moderna, Madrid, Editorial Tecnos, 1981, 326 p. (L’édition américaine est parue en 1974 sous le titre de Students and Society in early modem Spain). Ce travail ne se réfère en fait qu’aux universités de la Couronne de Castille.

13 La Universidad española (Siglos XVIII y XIX). Despotismo ilustrado y Revolución liberal, Madrid, Taurus, 1974, 807 p. Malheureusement le travail collectif dirigé par José Luis Peset et subventionné par la Fondation March n’a pas été publié (Historia y actualidad de la Universidad española, Madrid, Fundación Juan March, 1984). Y collaboraient José Luis et Mariano Peset, Elena Hernández Sandoica, Juan Gutiérrez Cuadrado, Diego Núñez Ruiz, Antonio Lafuente, Javier Puerto Sarmiento, Francisco Villacorta Baños, Ma Fernanda Mancebo, et José Sala Catala.

14 Les "letrados" juristes castillans sous Philippe III. Recherches sur leur place dans la société, la culture et l’Etat, 1980.

15 Juan Lorenzo Palmireno. Contribution à l’histoire de l’Université de Valencia, Toulouse, 1979.

16 Higher Education and Society. Historical Perspectives. 7th International Standing Conference for the History of Education, Salamanca, Universidad de Salamanca. Departamento de Historia de la Educación, 1985, 2 vol., 690 et 731 p.

17 Les Actes ont été publiées sous le titre de Claustros y estudiantes, Valencia, Universidad de Valencia, 1989, 2 vol., 432 y 426 p. L’ensemble comporte, outre une présentation de Mariano Peset, 45 études portant principalement sur les XVe-XVIIIe siècles (Espagne et Amérique coloniale). Un autre colloque s’était tenu quelques années auparavant (Universidades españolas y americanas. Epoca colonial).

18 Ils ont publié, souvent en collaboration, de nombreux articles sur l’histoire de l’Université qu’il serait trop long de rappeler ici. Outre leur ouvrage signalé plus haut, citons également Carlos TV y la universidad de Salamanca, Madrid, 1983.

19 Il anime notamment un travail collectif sur l’enseignement de la Géographie. Citons ainsi : Ciencia para la burguesía. Renovación pedagógica y enseñanza de la geografía en la revolución liberal española 1814-1857, Barcelona, Universitat de Barcelona, 1983, 355 p. ; Geografía para todos. La geografía en la Enseñanza española durante la segunda mitad del siglo XIX, Barcelona, Los Libros de la Frontera, 1985, 235 p.

20 Voir notamment sa contribution à La época de la Ilustración, Vol. I de El Estado y la Cultura (1759-1808), Madrid, Espasa-Calpe (Historia de España, t. XXXI), 1987, pp. 464-484.

21 "La redención de los Paraninfos : asambleas y regeneracionismo universitarios", La crisis del Estado español 1898-1936, Madrid, Edicusa, 1978, pp. 213-244.

22 Voir par exemple Claustros y estudiantes, op. cit. Comme synthèse d’ensemble, Agueda Rodríguez Cruz, Historia de las universidades hispanoamericanas. Período hispánico, Bogotá, Instituto Caro y Cuervo, 1973, 2 vol., et Salmantica docet. La proyección de la Universidad de Salamanca en Hispanoamerica, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1977.

23 Voir Julio Jiménez Rueda, Historia jurídica de la Universidad de México, México, U. N.A. M., 1955.

24 Georgina Aguirre et Miguel Pereyra (Eds.), La reconstrucción del texto histórico en educación, sous presse.

25 Pour la France, le C.I.R.E.M.I.A. (Ève-Marie Fell) et l’l.N.R.P. (Fabiola Rodriguez).

26 Universités et développement urbain dans le Tiers Monde, Toulouse, Ed. du C.N.R.S., 1989. Comptant sur la participation de Claude Bataillon, quelques études abordent entre autres deux cas mexicains : les villes et universités de Mérida et de Morelia.

27 Voir Willem Frijhoff, "Universités et Société : à propos d’un projet de la Conférence européenne des recteurs", Histoire de l’Education, Paris, n° 22, mai 1984, pp. 19-25. La C.R.E. a publié un Répertoire historique des universités européennes.

28 La Commission est à l’origine d’une Bibliographie internationale de l’histoire des Universités, déjà signalée pour le premier volume, qui se réfère, entre autres, aux universités hispaniques.

29 Une communication, celle de Mariano Peset, portait sur l’Espagne (voir Jean-Louis Guereña, "17° Congreso Internacional de Ciencias Históricas (Madrid, 25 de agosto-2 de septiembre de 1990)", Historia de la Educación, Salamanque, n° 9,1991, pp. 402-403).

30 Publiée à Londres à partir de 1987. Antonio García y García y tient une chronique bibliographique pour ce qui est du monde hispanique. Il existait auapravant un Bulletin bibliographique consacré à l’histoire des universités européennes (The history of European Universities : Work in Progress and Publications) dont le premier numéro est de 1977.

31 "Université et société dans l’Europe moderne : position des problèmes", Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, Paris, t. 25, juillet-septembre 1978, p. 353.

32 Outre l’article précédent, signalons de Roger Chartier, "Les universités du Moyen Age au XIXe siècle", Qu’est ce qu’une université ?, Paris, Institut de recherches sur les civilisations de l’Occident moderne, 1979, pp. 3-23.

33 Julio Ruiz Berrio, ’Algunas reflexiones sobre la historia de las universidades", Historia de la Educación, Salamanque, n° 5,1986, p. 17.

34 "Universités et écoles médiévales", dans Gaston Mialaret et Jean Vial (Eds.), Histoire mondiale de l’Education, Paris, P.U.F., t. I, 1981, p. 300. On doit à Jacques Verger la coordination d’une Histoire des universités en France, Paris, Payot, 1986, 432 p.

35 Didier Julia, Jacques Revel et Roger Chartier (Eds.), Les universités européennes du XVIe au XVIIIe siècle. Histoire sociale des populations étudiantes, Paris, 2 vol., 1986-1989. On trouve dans le premier volume l’étude de Mariano Peset et M9 F. Mancebo sur la population universitaire espagnole au XVIIIe siècle (pp. 187-204).

36 Prosopographie des élites françaises (XVIe-XXe siècles). Guide de recherche, Paris, C.N.R.S. - Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1980,178 p.

37 Christophe Charle et Régine Ferré (Eds.), Le personnel de l’enseignement supérieur en France aux XIXe et XXe siècles, Paris, Editions du C.N.R.S., 1985, 283 p.

38 Cf. les comptes-rendus de Christophe Charle dans Histoire de l’Education : "Groupe de travail international sur les universitaires européens", n° 41, 1989, pp. 81-83 ; "Histoire sociale des Universités, Histoire sociale des disciplines", n° 45, 1990, pp. 71-77 ; "Histoire des universités européennes", n° 50, mai 1991, pp. 119-123.

39 Jean-Louis Guereña, "Cuarta reunión del Grupo de trabajo internacional sobre los universitarios europeos (Lausanne, 21-23 de noviembre de 1990)", Historia de la Educación, Salamanque, n° 9, 1990, pp. 404-405. Les Actes de la réunion de Francfort (1989) ont été publiés sous le titre A la recherche de l’espace universitaire européen. Etudes sur l’enseignement supérieur aux XIXe et XXe siècles, Frankfurt-am-Main, Peter Lang, 1991 (Une étude porte sur l’Espagne).

40 "La Universidad como espacio de mediación cultural", Historia de la Educación, Salamanque, n° 5,1986, pp. 47-60.

Auteurs

Université de Tours (C.I.R.E.M.I.A.)

Université de Tours (C.I.R.E.M.I.A.)

Université de Tours (C.I.R.E.M.I.A.)

© Presses universitaires François-Rabelais, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540