Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Matériaux pour une histoire de la scolarisation en Espagne et en Amérique Latine (XVIIIe - XXe siècles)

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

II. Aspects sociologiques. Maîtres et élèves

Maîtres et élèves dans les œuvres de Concepción Arenal

Dominique Laborie

Texte intégral

1Concepción Arenal, femme de lettres et sociologue espagnole du XIXe siècle (1820-1893), a été particulièrement sensible à la situation de la femme en Espagne.

2Elle voyait en l'éducation féminine le moyen d'améliorer le statut de ses contemporaines. Elle a surtout demandé le droit à l'instruction pour les femmes, mais s'est peu attachée à analyser les relations entre maîtres ou maîtresses et élèves. Seule, son étude sur l'école primaire, La instrucción del pueblo, aborde ce thème. Je ferai essentiellement référence ici à cet ouvrage primé en 1878 par la Real Academia de Ciencias Morales y Pollticas. Concepción Arenal y constate que plusieurs problèmes se posent au niveau de l'école primaire espagnole.

Les salaires

3Aux Congrès Pédagogiques de 1882 et de 1892, Concepción Arenal rappelle que la rémunération des instituteurs, et plus particulièrement des institutrices, entraîne souvent un désintérêt à l'égard du métier d'enseignant en Espagne. Certaines vocations sont déstabilisées par cet inconvénient matériel. Les instituteurs et institutrices espagnoles se trouvent souvent dans l'obligation d'exercer un second métier d'appoint, au détriment de leur mission pédagogique.

  • 1 La Instrucción del Pueblo, Madrid, Guttenberg, 1881, p. 103.

La necesidad de dar lecciones además de la close, ο de buscar otro medio de allegar algunos recursos con que suplir la insuficencia del mezquino salario, que suele pagarse mal, ο no se paga, todo hace de la enseñanza de primeras letras un trabajo perjudicial para la salud.1.

4Dans la même optique, Juan Benejam affirmait au Congrès Pédagogique de Barcelone en 1888 :

  • 2 Actas del Congreso Nacional Pedagógico Iniciado por la Asociación de Maestros Públicos de la provi (...)

Para que e1 maestro pueda dedicarse por entero a la enseñanza, es necesario que pueda vivir exclusivamente de la escuela. Es necesario que no se presente ante los ninos con el espíritu conturbado por no saber a dónde se dirigirá a buscar el ordinario sustento2.

5Juan Benejam et Concepción Arenal critiquent de la même façon les conditions de vie misérables des instituteurs, mais Concepción Arenal approfondit l'analyse de cette situation ; elle amène une nouveauté dans la réflexion pédagogique espagnole : selon elle, un enseignant mal payé ne pourra s'acheter de revues pédagogiques spécialisées, capables de le faire progresser dans sa fonction :

  • 3 La Instrucción del Pueblo, Madrid, p. 8.

Antes pasaban anos y anos sin que las ciencias dieran un paso ; ahora caminan rápidamente : el profesor necesita periódicos, comprar libres, estudiar siempre y mucho si quiere estar al nivel de los conocimientos de la época y no quedarse en un retraso lamentable3.

Compétences de l'enseignant

6Contrairement à d'autres participants aux Congrès Pédagogiques de 1882 et de 1892, Concepción Arenal ne critique pas les compétences des instituteurs espagnols. Par contre, elle dénonce le faible niveau intellectuel des institutrices comme étant à l'origine de l'inefficacité des relations avec les élèves :

  • 4 "Estado actual de la mujer en España", Boletln de la Institución Libre de Enseñanza, 31 août 1895, (...)

Sólo por excepción la maestra sabe leer con sentido, escribir con ortografla y lo más elemental de la aritmética4.

7Partant de la situation présente, Concepción Arenal propose deux solutions.

  • Que les institutrices, peu instruites, animent, éveillent les petites classes exclusivement. Cette proposition fut également suggérée par Francisco Giner5 et par Micaela Ferrer au Congrès Pédagogique de 18826 ;
  • Une meilleure formation des institutrices ; mieux préparées, elles pourront enseigner dans des classes supérieures et le niveau de leurs élèves s'améliorera (les petites filles apprendraient autre chose que la couture). Les propos de Concepción Arenal résument la polémique du Congrès de 1882, à savoir : qui possède le plus de connaissances des hommes ou des femmes, pour diriger les petites classes ? Mais le problème était insoluble : restreindre la formation des institutrices ne permettait pas de savoir si elles pouvaient obtenir un meilleur niveau d'instruction.

Mauvaises conditions de travail

8Selon Concepción Arenal, la précarité des conditions de travail empêche les enseignants d'établir des relations satisfaisantes avec les élèves par :

  • 7 La Instrucción del pueblo, p. 103.

La mala condición de los locales en que está la escuela ; el excesivo número de niños que a ella asisten ; lo poco aseados que suelen estar ; el aire viciado que se respira ; el estar tantas horas hablando, y con frecuencia esforzando la voz7.

9Concepción Arenal constate une situation dramatique mais elle ne développe pas vraiment sa pensée. Elle suggère plus qu'elle n'affirme. La description ci-dessus nous démontre que les lourds effectifs empêcheront l'instituteur ou l'institutrice de transmettre son message pédagogique. Il ne pourra suivre l'évolution de chaque élève.

10Concepción Arenal remarque que les parents pauvres envoient leurs enfants à l'école dans un but précis : non pas pour l'instruction de leurs enfants, mais pour se libérer de ces bambins turbulents. Conclusion : l'instituteur se trouve confronté à une classe d'élèves dissipés et fatigants. Concepción Arenal prend la défense des instituteurs et des institutrices dont le rôle, pense-t-elle, se réduit désormais à la garde des enfants. Cette activité était trop souvent confondue en Espagne avec l'instruction primaire, alors qu'il s'agissait de deux formations distinctes :

  • 8 La Instrucción del pueblo, p. 109.

Si se pregunta a los padres, se verá que la idea que predomina en ellos al enviar a sus hijos a la escuela es "el que estén recogidos", "el quitárselos de encima" ; la madr, cuando son muchos, dice que la "vuelven loca" ; el padre "que no le dejan trabajar" ; y los dos, dlganlo ο câllenlo, quieren sacudir, por algunas horas al menos, la especie de yugo que impone el cuidado incesante de los niûos. i Qué descanso cuando se van a la escuela ! Si entramos en ella, veremos la misma cosa por otra fase. Allí, el trabajo, la dificultad mayor, es mantener el orden material. (...) ¿ Qué niño puede tener seis horas de trabajo intelectual, ni lo resistiría ?8.

11Plus que les instituteurs, les institutrices se trouvaient confrontées à cette situation. Leur formation leur donnait surtout la possibilité d'être des gardiennes d'enfants :

  • 9 p. 113-114.

La diferencia natural que existe entre el maestro y la maestra, proviene de que la mujer es más propia para cuidar y tratar nirios pequeûos, y que, por consiguiente, a ella deben encomendarse el cuidado y enseñanza de los párvulos, aún cuando éstos permanezcan en las escuelas hasta los ocho ο nueve aûos.
En estas escuelas la enseûanza es poca cosa, el cuidado casi todo ; de modo que las personas que estén al frente de ellas son principalmente "nineras", y escasa instrucción literaria necesitan, porque muy poco tienen que enseûar en el sentido de transmitir conocimientos literarios9.

12Concepción Arenal distingue "cuidado" de "enseñanza de párvulos" ; "Enseñanza" suggère une formation pédagogique et culturelle plus complète, alors que "cuidado" suppose des rapports affectifs plus profonds et nécessite une formation culturelle moins élevée.

13Peu stimulé dans son travail en raison d'effectifs lourds et du désintérêt des élèves, l'enseignant des classes supérieures manque d'enthousiasme pour atteindre ses objectifs pédagogiques. Cette attitude se manifeste de la façon suivante : pour s'affirmer dans sa classe surchargée et indisciplinée, l'instituteur adopte, selon la définition de Concepción Arenal, une attitude "despotique" :

  • 10 Ibid. p. 105.

Se observa que el predicador puede decir lo que no esté en razón sin que nadie le contradiga, porque en el templo sólo él puede hablar ; pero el error del maestro goza todavía de mayores privilegios, porque en la escuela, no sôlo no se "habla", sino que no se "juzga".Calcúlese lo que será para el entendimiento el continuo ejercicio de este despotisme y la segura impunidad de sus extravíos10

14Concepción Arenal craint que l'enseignant ne se lasse de toujours répéter les mêmes explications aux élèves les plus faibles. On comprend la nécessité de l'achat de revues pédagogiques qui enrichiraient intellectuellement l'instituteur et lui proposeraient de nouvelles façons d'enseigner :

  • 11 Ibid.

Para meterlas en la cabeza de los muchachos, que la tienen tan dura, como dice el maestro, repite las mismas operaciones sin variedad ni descanso, y bajo el punto de vista intelectual es un operario en quien producen deformidades el exceso de trabajo, su clase, monotonia y absurda organización11.

15Selon Concepción Arenal, le langage des enfants du peuple pourrait également ternir les capacités intellectuelles du maître :

  • 12 La Instrucción del pueblo, pp. 103-104.

En el trato continuo de seres de gran inferioridad intelectual, que atienden y endenden poco, y sobre los cuales se ejerce autoridad, las facultades mentales se rebajan, el amor propio toma vuelo. (...) El maestro de escuela pasa la vida en trato continuo con niños, entre los cuales es muy difícil establecer orden material, y formas siquiera exteriores de decoro y decencia. Muchos son "chicos de la calle", donde hablan obscenidades y blasfemias, ο las oyen en casa a sus padres, que, lejos de auxiliar la obra del maestro, la hacen imposible12.

16Cette citation nous rappelle que l'ouvrage La Instrucción del pueblo se réfère essentiellement au peuple. L'auteur ne fait jamais allusion à la bourgeoisie et à l'aristocratie puisque son objectif était d'améliorer le sort des milieux défavorisés.

17Pour résumer l'opinion de Concepción Arenal, nous rappellerons que :

  • les conditions de travail des enseignants entraînent de mauvaises relations avec leurs élèves ;
  • les enfants des classes sociales inférieures sont indisciplinés.

18Ces deux remarques aboutissent à la situation suivante : peu enclins à étudier, les élèves n'écoutent pas leur maître et ce dernier, fatigué de travailler dans de telles conditions, se désintéresse peu à peu de son travail et de ses élèves :

  • 13 Ibid.

Necesariamente ha de estar agriado, y lejos de amar a los ninos, como es indispensable, para contribuir a educarlos, ha de ver en ellos un instrumento de tortura y en la escuela un potro ; a veces se hace duro y hasta cruel13.

Solutions

19Concepción Arenal propose des solutions pratiques à la situation préoccupante qu'elle présente. Tout d'abord, augmenter le salaire des instituteurs et des institutrices, revaloriser leur statut. Quatre ans plus tard, au Congrès Pédagogique de 1882, des propositions identiques seront faites. Ensuite, il s'agit de :

  • 14 La Instrucción del pueblo, p. 106.

Aumentar el número de escuelas para disminuir el de los alumnos, que, siendo con gran frecuencia excesivo, hace imposible la enseñanza y hasta el orden14.

20Concepción Arenal conseille que les classes soient plus aérées et plus spacieuses ; maîtres et élèves travailleraient mieux dans un cadre plus agréable, dans un espace vital plus important. Pour schématiser cette idée, nous dirons que l'auteur souhaite le passage des écoles de l'Ancien Régime aux écoles du XXe siècle. De même, elle propose des horaires allégés. En compensation, les élèves devront fréquenter l'école plus longtemps :

  • 15 Ibid. p. 110.

Los niños necesitan nineros todo el día, profesores literarios una hora u hora y media ; en este tiempo harían más progresos que en las seis, en que ahora se les exige une quietud y atenciones imposibles15.

21Concepción Arenal distingue à nouveau la garde et l'instruction des enfants, tout en essayant de revaloriser chacune de ces fonctions. Elle adhère en ce sens à la théorie du grand pédagogue Froebel qu'elle avait lu avec intérêt et profit. Froebel proposait que l'on distinguât les "jardins d'enfants" (Kinder Garten), qui occupent les enfants (les amusent et les éveillent), d'un enseignement modéré (par ses horaires) qui instruit les enfants.

  • 16 Dar, según sus facultades, premios a los niños que se apliquen, a los maestros que se distinguen".(...)
  • 17 C. Arenal critique la théorie de Spencer dans un article intitulé "Observationes sobre Educación F (...)

22Le dessein de Concepción Arenal est de rendre l'enseignement plus performant par de meilleures relations entre maîtres et élèves. Elle est favorable au système des récompenses16 lorsque le travail des élèves le permet, mais elle est nettement opposée aux châtiments corporels préconisés par Spencer17.

23Pour conclure sur ce thème, nous pouvons dire que dès 1872, Concepción Arenal souleva les mêmes questions et apporta les mêmes solutions que les Congrès Pédagogiques de 1882 et de 1892. Selon le rapport du Congrès de 1882 présenté par Emilia Pardo Bazán, il est nécessaire de favoriser une bonne entente dans l'enseignement, de revoir l'organisation des classes, d'améliorer la formation et le salaire des enseignants.

24D'après Concepción Arenal, l'importance de l'école au sein de la société dépend avant tout des bonnes relations entre maîtres ou maîtresses et élèves : un élève intéressé et motivé par de bons rapports avec son instituteur stimulera ses parents qui revaloriseront l'école et le milieu enseignant. Concepción Arenal part d'une réflexion pédagogique et aboutit à des conclusions sociales (reconsidération de l'enseignement par les parents et influence de l'école sur la société), peut-être même politiques et doctrinales, les instituteurs et institutrices pouvant façonner dans une certaine mesure l'opinion des élèves et de leurs parents.

Notes

1 La Instrucción del Pueblo, Madrid, Guttenberg, 1881, p. 103.

2 Actas del Congreso Nacional Pedagógico Iniciado por la Asociación de Maestros Públicos de la provincia de Barcelona, celebrado en dicha ciudad desde el 5 al 12 inclusive del mes de agosto de 1888, Barcelona, Tipi de la Casa Provincial de Caridad, 1889, p. 88.

3 La Instrucción del Pueblo, Madrid, p. 8.

4 "Estado actual de la mujer en España", Boletln de la Institución Libre de Enseñanza, 31 août 1895, p. 35.

5 Rappelé par la Comtesse de Campo Alange dans La Mujer en España - cien años de su historia, p. 159.

6 Communication sur la "Enseñanza de pérvulos".

7 La Instrucción del pueblo, p. 103.

8 La Instrucción del pueblo, p. 109.

9 p. 113-114.

10 Ibid. p. 105.

11 Ibid.

12 La Instrucción del pueblo, pp. 103-104.

13 Ibid.

14 La Instrucción del pueblo, p. 106.

15 Ibid. p. 110.

16 Dar, según sus facultades, premios a los niños que se apliquen, a los maestros que se distinguen". (Ibid., p. 140.)

17 C. Arenal critique la théorie de Spencer dans un article intitulé "Observationes sobre Educación Fisica, Intellectual y Moral de Herbert Spencer" publié dans le B. I. L. E. de 1882 (VI, 257-261, 281-284) et de 1883 (VII-, 1-3, 33-37, 65-69).

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable