Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Matériaux pour une histoire de la scolarisation en Espagne et en Amérique Latine (XVIIIe - XXe siècles)

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

II. Aspects sociologiques. Maîtres et élèves

Vers de nouveaux rapports maîtres-élèves dans l'Espagne de la seconde moitié du XVIIIe siècle

Jean-René Aymes

Texte intégral

  • 1 Ils sont, au contraire, clairement distingués par José Marchena dans un discours qu'il rédige vers (...)

1L'instruction et l'éducation — concepts de signification si voisine qu'il sont souvent confondus au XVIIIe siècle1 — sont au centre des préoccupations des "ilustrados" dans la mesure où ceux-ci ont établi comme axiome que la force économique d'une nation et le bonheur des citoyens dépendent des connaissances de ces derniers. Les premiers éléments de ce savoir sont recueillis à l'école et au sein de la famille. D'où l'importance que revêtent l'instruction et l'éducation des enfants. Des énoncés comme le suivant sont relativement courants à l'extrême fin du XVIIIe siècle :

  • 2 N ° 4, mardi 11 septembre 1792.

La mayor fuerza de un Reyno — lit-on dans le Correo Literario de Murcia — estriva sobre la solidísima base de la educación de los hijo s2.

2Encore faut-il observer que l'intérêt porté par les "ilustrados" à l'enseignement est nettement hiérarchisé au début de l'époque "éclairée" : comme il s'agit, par priorité, de former des élites pour donner une impulsion au mouvement de régénération du pays, les Universités et les Collèges Majeurs comptent plus et exigent plus de réformes urgentes que l'enseignement technico-professionnel et que l'enseignement primaire, qui doivent être plutôt développés ou créés que réformés. Mais, sous le règne de Charles IV et à partir de l'époque de la Révolution Française dont l'oeuvre en faveur de l'alphabétisation est connue de certains en Espagne, "la enseñanza de primeras letras" n'est pas loin de rejoindre les ordres supérieurs d'enseignement dans la hiérarchie des intérêts et des urgences.

3En réalité, dès le milieu du siècle et malgré l'effet d'éclipse dû à la priorité accordée à la réforme des Universités et des Collèges Majeurs, l'enseignement élémentaire était à l'ordre du jour en Espagne et appréhendé de diverses façons : la finalité de l'enseignement élémentaire, le rôle des parents, la scolarisation (concrètement, l'ouverture de nouvelles écoles), le statut des maîtres (la défense de leurs privilèges, le rappel de leurs obligations, les modalités de leur recrutement...), le perfectionnement des instruments de travail (les livres, les "cartillas", les catéchismes à utiliser ou à concevoir), la pédagogie (nouvelles méthodes pour apprendre à lire...) et le contenu de l'enseignement constituaient les principaux sujets de réflexion.

4Mais de tout cela il ne sera question ici, sauf de façon épisodique et tangentielle, puisque mon propos est d'amorcer un examen des relations qui se sont instaurées ou devraient s'intaurer entre maîtres et élèves. Outre que ce thème — comme on l'aura observé plus haut — n'est pas un thème de réflexion majeur pour les "ilustrados", les frontières mêmes du sujet sont malaisées à tracer en raison de plusieurs chevauchements thématiques. En premier lieu, il est fréquent que les "ilustrados" fassent passer la rénovation pédagogique par l'amélioration des conditions et des instruments de travail (maîtres mieux payés, locaux mieux aménagés, livres mieux conçus). En second lieu, et en dépit de l'évidente différence de nature de la "clientèle" (un seul élève dans un cas, un groupe dans l'autre), précepteurs et maîtres ("ayos" et "maestros") sont parfois assimilés quand il s'agit de caractériser leur personnalité idéale ou de dénoncer leurs défauts. En troisième lieu, et par suite d'un même processus d'assimilation, élèves et collégiens ("alumnos de escuelas de primeras letras" et "colegiales" ou "alumnos de escuelas de latinidad") sont parfois mis dans le même sac, puisque, dans les deux cas, ce sont des "enfants" ("niños ), qu'ils aient 6 ou 14 ans.

  • 3 Manuscrit 20395 de la Bibliothèque National de Madrid (BNM), cité par Francisco Aguilar Piñal, "La (...)

5En revanche, ce qui paraît clair aux yeux des "ilustrados" qui réfléchissent aux problèmes de l'enseignement et de l'éducation, c'est la distinction à opérer, par souci d'efficacité didactique, entre les parents (dont, naturellement, il ne sera pas question ici), les précepteurs (idem), les maîtres, les élèves (ou enfants) et la pédagogie employée. En somme, je m'arrêterai, comme le faisait le padre Sarmiento dans un manuscrit en date de 1762 sur les trois responsables de ce qu'il appelait "las tres rudezas que acompañan la torcida educación de la juventud" : "la del niño, del maestro y del método"3, en prenant soin de rappeler que par "método" j'entendrai, non pas telle ou telle technique d'enseignement, mais plutôt une manière de concevoir les rapports entre maîtres et élèves, indépendamment, à la limite, des matières enseignées.

Les élèves

6Qu'ils se situent par rapport aux élèves, à leurs parents, aux maîtres d'école ou aux précepteurs, les "ilustrados" adoptent la même attitude, en dépit de la variété des tons employés et des thérapeutiques préconisées : essayistes, politiciens et simples citoyens se déclarent insatisfaits de la situation présente, avant d'envisager les remèdes adéquats. Pour les élèves donc, on aura affaire aux portraits, parfois pitoyables, parfois sarcastiques, de gamins ignorants ou détestables, qui font honte à l'Espagne :

  • 4 Cité par Joël Saugnieux, La Ilustración cristiana española — Escritos de Antonio Tavira (1737-1807 (...)

Las escuelas de primeras letras — écrit au Prince de la Paix l'évêque D. Antonio Tavira y Almazán — por lo común están muy decaídas (...). Los niños salen de ellas después de no pocos anos leyendo mal y escribiendo peor (...)4.

  • 5 Jaime Carrera Pujal, la Universidad, el Institute, los Colegios y las Escuelas de Barcelona en los (...)

7En 1801, dans une représentation qu'ils adressent au roi, les porte-parole de plusieurs corporations barcelonaises se plaignent des conditions matérielles dans lesquelles l'enseignement est dispensé : faute de pouvoir contenir dans des locaux étroits et obscurs, les élèves s'égaillent dans les rues, "molestando al publico con gritos y juegos" ; cette éducation ratée produit des jeunes "que se crian sin sujeción, ignorantes, holgazanes y viciosos"5.

  • 6 Mss. 20393 (BNM), Digresión sobre la Educación de la Juventud Española, desterrando el Estudio de (...)
  • 7 El Censor (1781-1787) — Antología, Barcelona, Ed. Labor, n ° 19, 1972, p. 79.

8A la vérité, on ne pourrait pas multiplier à l'infini des citations de ce type qui donneraient à penser que les "ilustrados" accablent à l'envi les jeunes bénéficiaires de l'enseignement en en faisant les principaux responsables de l'échec du système éducatif dans son ensemble. En réalité — comme on le verra plus loin, ils cherchent ailleurs les coupables. Et, surtout, c'est sur les enfants, ou, pour mieux dire, sur leur nature propre qu'ils fondent leurs espoirs en une régénération du système. C'est même là, appréhendée sur un temps long, une petite révolution dans la façon philosophique d'interpréter, avec un tenace optimisme et une extrême bienveillance, la nature humaine encore à 1'abri des effets du vieillissement et de la corruption sociale. En clair, les réformateurs de la pédagogie n'hésitent pas à faire fond sur les enfants à qui ils attribuent des ressources intellectuelles insoupçonnées, à qui on peut faire confiance et qui, en somme, ne portent pas les stigmates du péché originel. Le padre Sarmiento va même jusqu'à parler du "siglo de oro del niño" pour désigner la période des 6 et 7 ans6. L'illustre bénédictin, dans le but de légitimer une pédagogie de la douceur, trouve à l'enfant toutes sortes de vertus et de talents, par exemple "una innata curiosidad" et "un bullicioso y vivaz apetito de saberlo todo". La propension à une agitation naturelle, inoffensive et sympathique, servira aussi à justifier l'intégration des jeux — de pur divertissement ou athlétiques — dans le nouveau système éducatif. De la même façon, le journaliste du Censor trouve naturel que les enfants "corran, jueguen"7. Grâce aux jeux et aux activités physiques conduites à l'air libre et destinées à "fortalecer el cuerpo de los niños", pourra éclore une nouvelle "race" d'élèves sains, solides et heureux, qui feront oublier le lamentable tableau peint par Cabarrus :

  • 8 Cartas, Madrid, Castellote editor, 1973, p. 130.

¿ Quién al ver la talla desmedrada, los miembros raquíticos, las facciones desfiguradas por una larga contracción de melancolía y de ceño, del mayor número de individuos que nos rodean, no acusa nuestro insensate rigorisme y no echa de menos la educación de los antiguos?8.

  • 9 Op. cit., p. 80.

9Le nouvel élève que le nouveau maître devrait avoir devant lui, au lieu d'être émacié, malingre et inhibé, devrait, comme un petit animal ("un cachorro"), se recommander — comme le précise El Censor — par la force de ses nerfs, l'agilité et la robustesse de son corps9.

10Dans ce "corpus sanus" logera une "mens sana", puisque la curiosité naturelle, que le padre Sarmiento admire chez l'enfant, contribuera à l'éveil précoce de son entendement. A l'époque "ilustrada", c'est à qui célébrera le plus les capacités intellectuelles de l'enfant, l'un (comme Jovellanos) soulignant l'immense pouvoir d'assimilation de sa mémoire, l'autre (comme le journaliste de El Pensador) s'émerveillant devant le rapide éveil de son intelligence :

  • 10 Pensamiento LXIV.

Nuestro raciocinio empieza desde la niñez10.

  • 11 Carta XXVI, éd. de Joseph Doblado, 1799, t. IV, p. 127 — ou Carta I, ed. de Gérard Dufour, Univers (...)

11Mais s'il est vrai que les "ilustrados" tombent d'accord pour valoriser l'enfant appelé à devenir élève, il est vrai aussi que cette opinion rousseauiste, si favorable à la nature humaine, n'est pas monnaie courante dans l'Espagne de la Seconde moitié du XVIIIe siècle. La pression et l'influence de la "vieille théologie" continuent à se faire sentir, y compris dans le domaine de la pédagogie. Cette marque religieuse, fortement atténuée chez le padre Sarmiento, se traduit alors par l'abandon de toute célébration des qualités morales naturelles et des talents intellectuels congénitaux des jeunes enfants et la (navrante) défense d'un point de vue sévère et pessimiste. C'est ainsi que Pablo de Olavide, sur d'autres points "ilustrado" novateur, en est encore, lorsqu'il écrit El Evangelio en triunfo, à préconiser une surveillance constante de l'enfant par le précepteur et par les parents, parce qu'il est établi que l'enfant, en raison de sa nature fragile, sinon pécheresse, est enclin à succomber à la tentation, ne serait-ce que par ignorance de ce que sont les dangers multiformes qui l'environnent11. Sans doute Olavide rêve-t-il, comme le padre Sarmiento et comme Cabarrus, de "chicos llenos de fuerza y robustos", capables de monter à cheval, mais il se comporte comme un anti-"ilustrado" en ne faisant pas confiance à l'enfant, en exigeant qu'il ne soit jamais seul et en estimant qu'un visiteur est a priori dangereux. Dans cette logique, l'élève de Olavide doit apprendre à se défier de lui-même, de ses inclinations comme de son jugement alors que, justement, Cabarrús et ses amis, de façon raisonnée, lui ouvrent un large crédit de confiance.

Les maîtres

12Comme les "ilustrados", en application de leur credo ou au vu de la situation sur le terrain, s'abstiennent, sauf exception, de rendre les enfants responsables de la déplorable situation scolaire du pays, c'est du côté des maîtres, entre autres, qu'ils sont obligés de chercher des coupables.

  • 12 Diario de los viajes hechos en Cataluña, Barcelona, Documentos de cultura, Curial, 1973, p. 473.

13Rares sont donc les observateurs et les "penseurs" qui se déclarent satisfaits de la qualité et du comportement des maîtres. A peine peut-on citer Francisco de Zamora qui, au terme d'un périple à travers la Catalogne en 1793, estime que "los maestros, todos son hábiles, pero no hay ninguno sobresaliente"12.

  • 13 Historia de Fray Gerundio de Campazas, Madrid, Clásicos Castellanos n ° 148, t. I, Espasa-Calpe, p (...)

14En revanche, on n'aurait pas de mal à accumuler les témoignages accablants qui s'échelonnent dans le temps du début du règne de Charles III à la fin du règne de Charles IV. On pourrait citer, pour commencer, le padre Isla qui, dans son Historia de Fray Gerundio de Campazas, évoque un certain Taranilla, "modesto, circunspecto y gran azotador (que) suelta disparates como palabras", auprès de qui ne dépare pas "el maestro de Socalinas", grand spécialiste en cocottes en papier, tous deux appartenant à la catégorie commune des maîtres "estrafalarios y estrambóticos", largement supérieurs en nombre à leurs collègues "hâbiles, cuerdos y maduros"13.

  • 14 Juan Picornell y Gomila, Discurso práctico sobre la educación de la infancia dirigido a los padres (...)

15Aux côtés des sots et des pères fouettards figurent, aux dires de Juan Picornell, la foule des maîtres qui, pour impressionner les élèves, choisissent d'affecter "un carácter austero y quisquilloso" et qui se rendent par là antipathiques et effrayants14. Le portrait des maîtres brossé par Picornell est un des plus implacables que l'on connaisse, car leurs défauts professionnels sont aggravés par d'impardonnables faiblesses morales.

16Les détracteurs des maîtres vont, en général, moins loin que Picornell et s'en tiennent d'ordinaire à déplorer, comme le fait le Semanario Erudito y Curioso de Salamanca, leur manque de maîtrise professionnelle et l'abus des châtiments corporels :

  • 15 Tome III, n ° 63, mardi 6 mai 1794.

Yo me alegrarla, por lo que toca a mi chiquillo (...), que le cupieran unos Maestro algo benignos y que tuvieran gracia para ir sobrellevando los ninos sin tanto azote permutanto éste en otros castigos (...)15.

17Aussi classique que la dénonciation du recours excessif aux châtiments corporels est celle de l'inaptitude des maîtres par manque de formation préalable. Ainsi, en 1788, la Société Economique des Amis du Pays de Séville se plaint de la préparation insuffisante des maîtres, ce qui ne les empêche pas d'obtenir facilement les titres requis. En réponse, le "censor" de la Société Economique Madrilène doit reconnaître les faibles talents et le manque de conscience professionnelle des maîtres, surtout des andalous :

  • 16 F. Aguilar Piñal, op. cit., p. 75.

Es innegable que la enseñanza de las primeras letras ha estado entregada a personas poco aptas, pues sin detenerse en otra cosa que en la mala ortografía que generalmente se observa en los escritos, en el mal método de leer tan general y en la mala formación de los caracteres y letras (le) parece que estos defectos no pueden provenir sino de la impericia y descuido de los maestros16.

  • 17 Gaspar Melchor de Jovellanos, Memoria sobre Educación pública, Madrid, Clásicos Castellanos n ° 11 (...)

18Dans le prolongement naturel de ce constat, les politiciens "ilustrados" ou d'éminent penseurs, tels que Jovellanos, proposeront de créer par province des établissements où les futurs maîtres s'initieront à leur métier et auront accès aux "métodos, libros y máximas de enseñanza"17.

19A travers la peinture, en négatif, des maîtres surgit, tantôt par contraste, tantôt explicitement analysée, la figure du maître idéal qui devrait, par ses qualités multiples, être à la hauteur de ses élèves.

  • 18 Mss. 20393, p. 14.

20On observe tout d'abord une évolution significative quant à la nature sociale — si on peut dire — de ce maître idéal. Des clivages idéologiques sensibles se font jour à ce sujet. En procédant à une réduction schématique (peut-être excessive), je dirai qu'à la position ultra-conservatrice, voire anti-"ilustrada", se rattache la défense, conduite d'ordinaire au détriment du maître d'école, du précepteur qui incarne l'Ancien Régime dans le domaine de l'éducation, puisqu'il est le personnage qui convient le mieux à une élite noble et fortunée. On observera au passage que Jovellanos, "ilustrado" modéré en quelque sorte, ne condamne pas le recours à un "ayo" compétent et moralement irréprochable qui, en milieu aristocratique, peut donner une éducation exemplaire aux fils (chanceux) de bonne famille. Naturellement, dans son Evangelio en triunfo, Pablo de Olavide se tourne exclusivement vers ce moyen élitiste d'enseignement dans un cadre privé et familial. J'avancerai cette idée que le radicalisme "ilustrado" dans le domaine éducatif est fonction de la place, plus ou moins étroite, que l'on réserve encore aux précepteurs qui selon les cas, sont exclus ou présentés comme complémentaires des maîtres d'écoles ou confirmés dans leur monopole séculaire. D'où la gradation suivante, selon ce critère, du plus "réactionnaire" au plus "révolutionnaire" : Olavide, Jovellanos (qui fait encore une place aux "ayos"), le padre Sarmiento (qui part en guerre contre "los ayos extranjeros que no conocen las Costumbres y Ethiquetas del País y cuya moral y religión caminan por derrumbaderos y libertades que conviene que los niños ni aún oygan hablar")18, José Marchena (qui trouve les précepteurs pernicieux lorsqu'ils se substituent aux parents dans le domaine de l'éducation), et enfin Cabarrus (qui précipite dans la trappe les précepteurs pour confier les enfants conjointement aux prêtres pour l'éducation religieuse et aux maîtres d'école pour l'enseignement civil et civique).

21Avec Cabarrús on touche à ce qui est, à l'époque, le degré ultime dans l'audace de pensée : l'élimination des ecclésiastiques et la laïcisation totale, avec recours à de simples pères-citoyens :

  • 19 Op. cit., p. 131.

¿ Y dónde encontraremos los maestros? En todas partes donde haya un hombre sensato, honrado y que tenga humanidad y patriotismo. Si los métodos de enseñanza son buenos, se necesita saber muy poco para éste, que de suyo es tan fácil19.

  • 20 Lorenzo Luzuriaga, Documentes para la historia escolar de España, Junta para ampliación de estudio (...)

22Comme sans y toucher, Cabarrús vient de franchir un pas énorme en définissant ici le nouveau maître d'école qu'il appelle de ses voeux. N'oublions pas, pour commencer, que la "sainteté" — entendons l'irréprochable pureté de moeurs — et la parfaite connaissance de la doctrine chrétienne faisaient partie des exigences premières pour le recrutement des maîtres ; encore au milieu du XVIIIe siècle, le maître d'école n'était rien d'autre — si l'on peut dire — qu'un succédané ou auxiliaire de prêtre. En 1798 encore, les maîtres qui relèvent de la Congregación de San Casiano déclarent "obligarse a ensefiar la doctrina cristiana, principal objeto de los Maestros (...)"20. Il va sans dire que si, à l'avenir, le maître n'a plus à dispenser, dans son école, un enseignement religieux, une partie de son aura spirituelle se dissoudra.

  • 21 Op. cit., Pensamiento LXIII.

23Les nouveaux maîtres devront chercher ailleurs que dans l'enseignement de la religion les moyens de conserver, aux yeux des élèves, un pouvoir d'attraction ou une supériorité susceptibles de les rendre dignes d'admiration et de respect. Il est remarquable, en tout cas, que l'érudition n'est pas appelée en renfort. Les "ilustrados" ont tellement à se plaindre des charlatans et des pédants qu'ils ne placent pas au premier rang des exigences la maîtrise d'un savoir vaste ou profond. On a même vu, plus haut, Cabarrús aller à contre-courant des idées anciennement admises en déclarant qu'il n'est pas la peine d'être savant pour être un bon maître. Et, de fait, on peut être surpris par le faible niveau des exigences en matière intellectuelle : foin de l'érudition — a-t-on déjà dit —, et bienvenu le maître (ou le percepteur) qui, comme on le lit dans El Pensador, est simplement recommandable par son jugement droit, son rejet des préjugés et sa sûreté dans l'art de persuader21. De leur côté, le padre Sarmiento et Juan Picornell veulent que le maître ait une bonne connaissance de la psychologie des enfants.

24Mais, en corrélation inverse avec la dimension des exigences strictement intellectuelles, les "ilustrados" ont tendance à mettre l'accent sur des traits et des vertus psychologiques, et notamment sur cette capacité à comprendre le caractère des enfants. A cela doivent s'ajouter la bienveillance, la douceur, le désir d'être estimé et aimé.

25Les autres exigences ne sont pas spécialement nouvelles, car elles se rapportent à un fond moral intangible, d'origine mixte (chrétienne et civique) : la droiture, la dignité, la pureté de moeurs, le dévouement.

26En définitive, les deux véritables innovations en matière de caractérisation du maître idéal me paraissent devoir être recherchées, à plus de vingt ans de distance, du côté du padre Sarmiento et de Cabarrús. Celui-ci, en le faisant s'incarner dans un simple père de famille recommandable, non par ses capacités intellectuelles hors du commun, mais par des vertus tout à la fois morales, domestiques et civiques, fait descendre le maître d'école du piédestal où se tenait le "magister" depuis des siècles. Celui-là (Sarmiento) aboutit au même résultat par une autre voie : grâce à sa sensibilité et à son sens psychologique, le maître — un surdoué dans la spécialité de la pédagogie et de la psychologie des enfants —, se situera pareillement de plain-pied avec les élèves pour être mieux compris par eux et, par suite, estimé et respecté.

  • 22 "Idea del nuevo método que se puede practicar en la ensenanza de las Universidades de España", in (...)

27Accessoirement, l'estime dont bénéficieront les maîtres procèdera d'une "revalorisation statutaire" — pour employer une expression moderne — et, de façon plus générale, d'une amélioration de l'image qu'ils projettent au dehors. Tandis que Gregorio Mayans songe à exclure de la profession les manchots, boiteux et borgnes "por no causar irrisión"22, plusieurs autres "ilustrados" réclament pour les maîtres des salaires décents qui, leur permettant d'échapper à la misère, les dissuaderaient d'adopter à l'égard des parents et des élèves une attitude servile qui leur interdit d'être respectés et admirés.

  • 23 Fondo Vargas Ponce, Leg. 9/4186, Academia de la Historia, Madrid.

28L'auteur anonyme d'un manuscrit intitulé Educación Popular, adressé à Vargas Ponce, se soucie même de réclamer pour les maîtres, lors des cérémonies religieuses, une position honorifique, juste après le maire, "porque es su oficio de mucho aprecio y consideración en la republica" ; le maître d'école devrait même recevoir "el distintivo de capitán"23.

29Il va sans dire que si toutes ces conditions étaient réunies, le maître d'école, ayant accédé à la dignité, n'aurait plus à chercher à s'imposer par ces pauvres expédients que sont la terreur et la charlatanerie prétentieuse, destinées à pallier leur ignorance et leur impéritie pédagogique.

La nouvelle pédagogie

30L'augmentation des salaires fait partie des mesures qui, apparemment, n'ont pas un rapport direct avec la réforme pédagogique désirée, mais qui contribueraient cependant au mieux-être des maîtres jusque-là condamnés à une existence médiocre, voire pitoyable, à l'intérieur de l'école :

  • 24 J. Saugnieux, op. cit., p. 138.

Búsquense los medios — écrit l'évêque Tavira y Almazán — de hacer más honrada la oscura profesión de estos maestros24.

31On passera vite également sur d'autres améliorations d'ordre matériel, suceptibles, elles, d'avoir un retentissement heureux sur l'exercice du métier. L'auteur, déjà cité, d'un manuscrit adressé à Vargas Ponce réclame des écoles spacieuses, aérées, hautes de plafond et pourvues d'un jardin avec des arbres. Par ailleurs, au-delà de 25 élèves, le maître devrait pouvoir être épaulé par un assistant.

32De son côté, le padre Sarmiento, en cela très moderne, se préoccupe de la surcharge des effectifs, conscient que les résultats pédagogiques sont anéantis par la présence d'un trop grand nombre d'élèves :

  • 25 "Discurso sobre el Método que debe guardarse en la primera educación de la juventud (...)", cité p (...)

¿ Qué podrá enseñar de gramática el maestro que ha de enseûar de un golpe a 50 muchachos?25.

33Chaque fois que les réformateurs mettent plutôt l'accent sur l'école (bâtiment) que sur la maison comme lieu d'enseignement, on peut penser qu'ils sont des "ilustrados" d'avant-garde, car, le lieu scolaire traditionnel, anti-"ilustrado" d'une certaine manière, est la maison où peut officier le précepteur et sur laquelle règnent, dans tous les cas, les parents qui, aux yeux de beaucoup d'"ilustrados", donnent de mauvais exemples en se désintéressant de l'éducation de leurs enfants ou en perpétuant des préjugés ou des habitudes sclérosées.

  • 26 Ibid.

34L'une des grandes innovations pédagogiques "ilustradas" tient justement à l'éclatement de l'espace scolaire. En effet, plusieurs "ilustrados" songent à ouvrir l'école (institution) sur l'extérieur, à l'ouvrir (bâtiment) sur le jardin contigu, à utiliser la rue, à faire plonger les élèves dans la nature pour en faire un champ d'observation ainsi qu'un lieu de détente propice au développement des sens et de la force vitale. L'un des principaux défenseurs de cette symbolique des murailles de l'école est le padre Sarmiento qui se trouve être un passionné de botanique et, plus généralement, un amoureux de la nature ; dans la perpective d'un enrichissement lexical et d'une appréhension sensorielle de la réalité environnante, le padre Sarmiento recommande que les maîtres fassent visiter les ports de mer, les couvents, les églises, les ateliers des artisans, tous lieux où ils pourront montrer du doigt les objets et les désigner par leur nom26.

35L'histoire naturelle et, tout spécialement, la richesse du monde végétal doivent être, l'une apprise et l'autre découverte par le moyen de ces sorties à la campagne, sous la conduite du maître. Distraction et instruction s'allieront alors harmonieusement :

  • 27 J. Saugnieux, op. cit., p. 137.

Saliendo con ellos (los alumnos) algunas veces al campo — écrit l'évêque Tavira y Almazán — puede allí más oportunamente imbruirles de estos conocimientos (..,)27.

36Pablo de Olavide, qui n'est pas spécialement un progressiste, conseille lui-même les visites d'ateliers, mais ici dans la perspective du choix d'un métier et d'un apprentissage manuel :

  • 28 Op. cit., éd. de Joseph Doblado, p. 102.

Les haré frecuentar las casas de los más hábiles artesanos para que adquieran una idea de todos y cáda uno de los oficios màs necesarios. Esto les pondrá en estado de saber lo que mandan, ocupará su tiempo, ejercitará sus miembros y robustecerá su temperamento28.

Le guide de chaque instant

  • 29 "Fragmentos sobre educación", in María Angeles Galino Carrillo, Tres hombres y un problema, Madrid (...)
  • 30 Olegario Negrín, Ilustración y Educación — La Sociedad Económica Matritense, Madrid, Editora Nacio (...)

37Cette image qui accompagne les élèves à travers champs, lors de la visite des ateliers, des églises, etc, suggère l'idée que ce nouveau mentor, pour sympathique et doux qu'il soit, sera plus longtemps présent aux côtés des jeunes qui si sa fonction éducative s'inscrivait exclusivement à l'intérieur des murs de l'école. Cette présence, même si elle n'est pas à des fins d'inspection quasiment policière comme dans le cas des précepteurs de Pablo de Olavide, ne serait-t-elle pas, à la longue, pesante et indésirable ? Il ne semble pas que, pour sa part, le padre Sarmiento ait perçu une possible contradiction dans sa théorie ; d'un côté, il écrit, de façon très moderne, que jamais les enfants n'apprennent plus que lorsqu'ils sont entre eux et donc qu'il ne faut pas "criarlos con tanta reclusión y retire de los demás"29, mais, de l'autre, — comme on vient de le voir — on a l'impression que le nouveau maître "ilustrado", même s'il ne se pose pas en "magister" intimidant et répressif, s'attache plus que jamais aux pas de ses élèves. Cette impression, propre à inquiéter un lecteur moderne, se renforce à la lecture, par exemple, de la Instrucción para el buen gobierno de las Escuelas Patrióticas (Madrid, 1776) dont l'auteur, D. Policarpio Saénz de Tejeda, prévoit que les "curadores" et les prêtres ont l'obligation de veiller sur la "decencia en el porte, palabras y acciones" des petites filles qui fréquenteront ces écoles Patriotiques30 ; enseignement (ici dispensé par des maîtres) et éducation se mêlent intimement, et ce mélange fait que les élèves vont être constamment sous le regard, certes non "inquisitorial, de ceux et celles à qui il incombe de leur faire des "advertencies oportunas con suavidad".

  • 31 Gaspar Melchor de Jovellanos, Obras, Β. A. E., Madrid, 1952, t. L, p. 409.

38Même inquiétude à la lecture de plusieurs points de la Instrucción u ordenanza para la nueva escuela de matemáticas de Gijón ; sans doute Jovellanos prend-il la précaution de rappeler que le contrôle des jeux hebdomadaires par le directeur ou son remplaçant ne peut être entendu comme une importune preuve d'autorité susceptible d'entraver 1'"honnête liberté" qui doit régner, mais comment oublier que, afin d'éviter tout dommage et désordre, ces jeux se dérouleront sous le regard attentif du directeur, d'un professeur ou du bibliothécaire ?31. Active-t-on ainsi l'émancipation de ces jeunes, ou ne continue-t-on pas plutôt à les enfermer dans une prison, seulement plus douce, accueillante et spacieuse que par le passé ?

Les livres

  • 32 Cité par J. Carrera Pujal, op. cit., p. 149.

39Ces espèces de "leçons de choses" qui s'effectueront principalement hors de l'école n'impliquent pas l'utilisation de manuels particuliers, la nature se transformant — pour reprendre une vieille métaphore — en un grand livre ouvert qui s'offre au regard et à la main. Par voie de conséquence, ces pédagogues novateurs ne sont pas les premiers à réclamer une refonte des livres scolaires existants ou la diffusion de nouveaux. Au contraire de ce qu'on aurait pu penser, les "ilustrados" qui réclament le plus une réfection des manuels scolaires me paraissent être des "réformateurs modérés" dans le domaine pédagogique, comme s'ils ne pouvaient se détacher du recours révérenciel à la fascinante feuille imprimée. Et ne parlons pas ici des nombreux projets, parfois très élaborés, de nouvelles "cartillas", de nouveaux catéchismes, de nouvelles méthodes, comme cette méthode révolutionnaire pour apprendre le castillan sans livre, conçue en 1777 par le nommé Buenaventura Avila, "obra verdaderamente grande, obra en realidad de las de mayor utilidad a la república, y obra tal vez no vista en parte alguna del mundo"32.

  • 33 Cf Diego Torres Villarroel Vida, trozo II ; Francisco Nifo, Diario estranjero (12 de abril de 1763 (...)

40Il demeure que la dénonciation des mauvais livres et l'exigence des meilleurs sont quasiment des lieux communs pendant l'époque "ilustrada". On les trouve exprimées sous la plume, notamment, de Torres Villarroel, de Francisco Nifo, de Jovellanos, des évêques Tavira y Almazân et Climent i Avinent33. Il s'agit, comme l'écrit Nifo dans le Diario estranjero du 12 avril 1763, d'en finir avec les "cuentos y librillos mal formados de los que nada se aprende, de que poder hacer uso ni ostentación en mayor edad, antes al contrario se avergüenza dehaser aprendido mentiras ο cosas insustanciales, ο mal fundadas las que son verdaderas".

Les langues vernaculaires

  • 34 Memoria sobre educacion pública, op. cit., p. 79.
  • 35 In A. Galino Carrillo, op. cit., p. 297.

41L'écrasante supériorité du maître ou du professeur sur l'élève se fondait autrefois sur la maîtrise (réelle ou imparfaite) du latin dont pouvait se targuer le premier et qui faisait apparaître le second encore plus ignorant qu'il n'était. L'emploi postérieur du castillan avait réduit le fossé entre les deux. L'utilisation des langues régionales, recommandée par certains "ilustrados", représente un nouveau pas en avant, susceptible de rendre plus aisés les échanges entre l'élève ainsi autorisé à s'exprimer dans la langue qui lui est familière, et le maître dont il se sentira plus proche si lui-même parle, selon le cas, le galicien, le "bable" asturien ou le majorquin. L'officiliation de ces langues régionales n'est pas encore en vue, car il ne peut être question, en haut lieu, de refuser au castillan le rang de langue première, nationale, à vocation universelle. Mais, du moins, l'emploi instrumental de ces langues régionales représente, ou aurait dû représenter, une importante innovation pédagogique. Jovellanos a quelque mérite à estimer, par exemple, que la langue majorquine "merece mayor atención de la que le hemos dado hasta aquí" et qu'elle est digne d'être élevée à la catégorie de "lengua literata"34. Le padre Sarmiento est encore plus audacieux et hétérodoxe lorsqu'il va jusqu'à estimer que l'étude approfondie peut s'accompagner de l'abandon total de l'étude du castillan, au contraire des autres "ilustrados" pour qui l'étude d'une langue régionale était mise, en réalité, au service d'une meilleure connaissance de la langue nationale (le castillan) : pour le padre Sarmiento, l'élève devrait étudier "su lengua vulgar nativa con toda la extensión posible (...), si es gallego, sin acordarse para maldita la cosa ni de la castellana, ni de la latina, ni de la francesa, ni de la italiana, ni de otra cualquiera lengua que no ha mamado (...)"35.

Contre l'appel excessif à la mémoire

  • 36 Cité par J. Saugnieux, op. cit., p. 125.
  • 37 Op. cit., p. 85.

42L'utilisation de la mémoire met dans l'embarras et divise quelque peu les pédagogues "ilustrados" qui résistent plus ou moins bien à la tentation de la solliciter intensément, après être tombés d'accord pour estimer, avec l'auteur du préambule à une Real Provisión de Charles ΠΙ, que la jeunesse est une "dócil edad en que todo se imprime". Même le padre Sarmiento, qui est le plus vigoureux adversaire de "enseñar a la letra y de memoria", frise la contradiction en invitant, plus loin, le maître à apprendre à l'élève le nom de quantité de plantes et d'insectes ; et pourtant c'est bien lui qui qualifie de barbare le recours systématique et intempérant à la mémoire. L'évêque Tavira y Almazán parle lui-même de barbarie et de torture pour évoquer le comportement blâmable des maîtres qui obligent les débutants à "tomar de memoria un crecido número de reglas minuciosas que les confunden y embarazan"36. Quoique beaucoup plus tempéré dans ses condamnations, Juan Picornell désapprouve également les maîtres qui encombrent la mémoire des élèves de "una multitud immoderada de especies"37.

Contre les châtiments corporels

  • 38 Cf. le chapitre "La educación de los niños" dans Edith Helman, Trasmundo de Goya, Madrid, Revista (...)
  • 39 Diego Torres Villarroel, Vida, trozo II ; Floridablanca, Escritos políticos, Murcia, Academia Alfo (...)

43Les termes employés plus haut de "torture" et "barbarie" sont associés plus couramment aux châtiments corporels. Le thème des "castigos corporales", bien connu des spécialistes du XVIIIe siècle, constamment présent à l'esprit des "ilustrados", mériterait à lui seul de se voir consacrer une vaste étude, tant il occupe une place centrale dans le système des réformes pédagogiques "ilustradas" et tant les considérations s'y rapportant sont multiples dans la presse, les essais publiés, les manuscrits inédits, les textes réglementaires, les mémoires autobiographiques, voire dans les gravures (On songe à Francisco de Goya et à la gravure 25 des Caprices, "Si quebró el cántaro")38. Je me bornerai donc à indiquer ici, à titre d'échantillonnage, divers auteurs et publications dénonçant catégoriquement les châtiments corporels : Torres Villarroel, Floridablanca, Jovellanos, Sarmiento, Marchena, Tavira y Almazân, El Pensador, El Censor, El Semanario Erudito y Curioso de Salamanca39.

44D'accord pour bannir des écoles les châtiments corporel ("golpes", "sopapos", "palmetas", "férula", "cepos"...), les "ilustrados" n'avancent pas toujours les mêmes raisons à l'appui de leur condamnation. Ce sont, précisément, ces nuances sensibles dans l'argumentation qui me paraissent intéressantes, ne serait-ce que parce qu'elles ont été peu commentées jusqu'ici.

  • 40 "Plan para la educación de la nobleza", op. cit., p. 308.

45L'un des arguments les moins utilisés, probablement en raison de la rareté des cas, est que le châtiment corporel, violent physiquement, crée une douleur effective et laisse dans la chair une meurtrissure longtemps visible. Cette raison est avancée par Jovellanos qui, juste avant, avait énoncé une idée également peu courante, à savoir que la victime peut être tentée, en représailles, de recourir plus tard, à son tour, à ce moyen de mettre à sa merci des individus plus faibles ou en situation d'infériorité : "Familiarizándose con los castigos duros, se preparan a usarlos con otros en adelante", cercle vicieux d'une violence sans fin40.

  • 41 Op. cit., p. 75.

46Faire le procès des châtiments corporels, c'est, en premier lieu naturellement, faire le procès des bourreaux, en l'occurrence, des maîtres cruels qui agissent sans discernement pour asseoir une autorité qu'ils ne peuvent tirer de leur savoir ou de leurs qualités pédagogiques. Pour 1'auteur du "Pensamiento" LXIII"dans El Pensador, ces "fauves" sont aveugles et mal inspirés lorsqu'ils infligent la même peine pour un mensonge que pour une simple faute de distraction. Cette idée est largement dévelopée dans El Censor où l'auteur du "Discurso" XXVIII ne conçoit pas que l'on mette sur le même pied un écart de conduite commis à l'égard des parents et le bris d'une tasse de chine41.

47Ces considérations, largement rendues publiques, ont dû paraître si pertinentes et si irrécusables que Picornell n'hésite pas à les reprendre à son compte :

  • 42 Op. cit., p. 120.

Porfalta de discernimiento se los (a los niños) castiga igualmente cuando por descuido ο por la poca consistencia de su mano quiebran un vaso ο una pieza de porcelana que cuando dicen alguna mentira ο alguna expresión injuriosa ο deshonesta42.

  • 43 "Educación de los niños", in A. Galino Carrillo, op. cit., p. 296.

48Seules peuvent se justifier, aux yeux du padre Sarmiento, les punitions sanctionnant des "defectos morales" et des "malas y viciosas inclin aciones"43.

49Sur ce point, les "ilustrados", y compris les plus modérés, réagissent à l'unisson. En revanche, l'argument suivant est rare, tant il renvoie à l'Ancien Régime, tant il exprime le point de vue de l'aristocrate soucieux de préserver ses prérogatives et sa dignité. En 1803, Vargas Ponce prend connaissance des considérations, manuscrites, de Francisco Gil y Lesmus qui s'oppose aux châtiments corporels infligés aux jeunes élèves nobles ; pour lui, il y a antinomie entre leur appartenance à une élite vouée à être toujours respectée et l'emploi d'un châtiment dégradant, tels les symboliques fers aux pieds :

  • 44 Fondo Vargas Ponce, op. cit.

Me pasmo y no acierto a creer que haia quien aliase en su cabeza las ideas de noble y cepo44.

50Pour Gil y Lesmus, le jeune noble marqué à jamais par cette intolérable humiliation ("la ignominiosa sujeción del cepo") a toute chance, quand il deviendra un militaire gradé, d'abandonner honteusement, et même de brûler, son drapeau.

51Sans aller jusqu'à formuler de si extraordinaires et inquiétants pronostics, les "ilustrados" s'accordent pour estimer que si les châtiments corporels dégradent l'image de ceux qui y recourent en les faisant passer pour des individus féroces, aveugles et injustes, les dommages d'ordre psychologique et moral sont plus considérables pour les victimes. Les graves inconvénients des châtiments corporels ont été remarquablement exposés, tour à tour, par le padre Sarmiento, José Marchena, le journaliste du Semanario Erudito Curioso de Salamanca et Francisco Gil y Lesmus.

  • 45 "Onomástico Etimológico", in M. A. Filgueira Iglesias de Urrea, op. cit.

52Pour le padre Sarmiento, l'accoutumance, physique et psychologique, aux châtiments corporels joue, hélas, en faveur des jeunes qui, ayant la tête et la peau dures, sont plus voués aux travaux des champs qu'aux études ; comparables à des bourricots, ils acceptent sans sourciller le bât et les coups de bâton, et s'acharnent à poursuivre des études pour lesquelles ils sont inaptes ; au contraire, ceux qui étaient plus mûrs intellectuellement et mieux élevés (c'est-à-dire appartenant aux catégories privilégiées de la population), se sentant humiliés par ce traitement brutal qui heurte leur sensibilité et leurs habitudes sociales, se découragent et abandonnent les études auxquelles ils étaient plus naturellement destinés que leurs rudes petits compagnons prolétaires45. Si on a bien compris, pour le padre Sarmiento, les châtiments corporels contribueraient à opérer une sélection par le bas, ultra-démocratique, avec élimination de la future élite nationale. Cette idée était sous-jacente dans les considérations de Gil y Lesmus relatives à l'incompatibilité entre noblesse et châtiments tenus pour infamants.

53José Marchena, qui conduit plus loin que quiconque une réflexion de haute volée sur le sens, la légitimité et les conséquences des "castigos" (surtout ceux infligés par les pères), est extraordinairement sévère dans son appréciation des effets des punitions physiques sur les jeunes enfants :

  • 46 Op. cit., p. 464.

Los primeros castigos excitan la indignación y la cólera de los ninos, y no se consigue extinguir estos sentimientos naturales, sino quitando la energla a su alma a fuerza de golpes. Yo he conocido a algunos chicos continuamente castigados por sus maestros : todos eran estúpidos, serviles y rateros46.

54Cette idée que le châtiment corporel avilit le jeune garçon et le transforme en esclave servile est devenue commune vers la fin du XVIIIe siècle. Dans l'article sur l'Education paru dans le Semanario Erudito y Curioso de Salamanca, on la trouve associée à cette autre idée que, par crainte du châtiment, l'élève a tendance à se replier sur lui-même, à se taire, à forcer l'apparence de l'humilité, à s'installer dans une peur permanente :

  • 47 N ° 63 du mardi 6 mai 1794.

Ο suelen envilecerce ο acobardarse, de suerte que aunque comprendan algo, no se atreven a producirlo47.

  • 48 Op. cit.

55Et comme il faut trouver une manière de substitut aux châtiments corporels appelés à disparaître, les "ilustrados" soucieux d'inciter les élèves à progresser chantent les vertus de l'émulation, laissant à leurs adversaires le soin de chanter celles de la rigueur qui inclut la punition. Il sera donc beaucoup question chez Jovellanos, chez le padre Sarmiento, de récompenses et d'un heureux équilibre entre "la alabanza" et la "reprehensión". Et tant pis pour les maîtres qui, comme l'écrit Gil y Lesmus, se verront "desayrados de ser privados de la facultad de imponer penas48.

La douceur

56Par la faute des mauvais traitements physiques, des blessures psychologiques et de la mine rébarbative du maître mué en garde-chiourme, l'école était devenue un lieu où l'on souffrait. Justement, la plupart des "ilustrados", et à leur tête le padre Sarmiento, voudraient en faire un lieu où les jeunes cesseraient de s'ennuyer, de peiner et de trembler. Toute une pédagogie de la douceur se met en place pour bannir la brutalité et la tyrannie :

  • 49 "Fragmentas varios sobre educación", in A. Galino Carrillo, op. cit., p. 391.

La dulzura y la suavidad — écrit Picornell —, Junto con una gran integridad de costumbres son las que constituyen el carâcter de un buen Maestro49.

  • 50 Fondo Vargas Ponce, op. cit.

57On voit même un réformateur anonyme, correspondant de Vargas Ponce, estimer que les enfants devraient être en mesure d'apprendre sans qu'il leur en coûte des efforts ("sin trabajo y aún sin pensar en ello")50, quantité de choses utiles et exactes.

  • 51 Correo Literario de Murcia, t. VI, n ° 183, 31 mai 1794.
  • 52 Op. cit.

58On atteint là, probablement, un point extrême dans l'audace, car des réformateurs qui se veulent censés et modérés partent en guerre contre les maîtres qui, à la demande de parents trop faibles à l'égard de leur progéniture, voudraient n'avoir jamais à fatiguer, mortifier et arracher aux jeux leur jeune clientèle51. C'est dire que la nouvelle pédagogie, qui met l'accent sur le plaisir comme stimulus pour apprendre, éveille des résistances émanant des secteurs les plus traditionalistes. Ces partisans d'un encadrement strict et de méthodes incluant la rigueur sont, bien sûr, ceux qui ne font pas totalement confiance à la bonté naturelle des enfants. Toutefois l'idée chemine — comme l'écrit Picornell — que "el principal conato de un Maestro ο director debe ser hacer la instrucción agradable y divertida"52, alors que les maîtres rébarbatifs et tyranniques rendent "el estudio enfadoso e insoportable".

  • 53 "Discurso", in M. A. Filgueira Iglesias de Urrea, op. cit.

59De son côté, grâce à des maîtres compétents employant des méthodes appropriées, "los niños entrarán gustosos en cualquier estado, por muy difícil que sea", estime le padre Sarmiento53 ·.

60Le choix de la douceur comme style pédagogique plus efficace que la sévérité pour l'acquisition du savoir, associé à l'installation des élèves dans un lieu d'enseignement ouvert hors des quatre murs de l'école, permet l'avènement du jeu comme un utile et agréable moyen pédagogique, alors qu'il était considéré jusque-là comme une activité gratuite et de pure relaxation. Dans ces conditions — comme l'explique l'évêque Tavira y Almazán —, même des exercices aussi ingrats que les exercices algébriques et géométriques peuvent devenir un jeu.

61Désormais, il n'est pas rare de voir apparaître et légitimer dans les discours pédagogiques des termes aussi frivoles que "diversión", "entretenimiento", "alegría", "delicias", "halagar"...

62La promotion parallèle des termes "suavidad", "dulzura", "benignidad" et tous ceux qui expriment un intérêt attendri à l'égard des enfants contribue au recul corrélatif des termes "severidad", "rigor", "austeridad"... On parvient ainsi à ce point-limite, à l'entrée du XIXe siècle, où des idéologues poussent l'audace jusqu'à estimer qu'une éducation sévère prépare l'éclosion d'adultes en quelque sorte trop vertueux, puisque la vie en société, telle qu'on la conçoit maintenant, a plus besoin de citoyens dévoués aux autres, "intégrés" et fréquentables, que d'individus hors du commun, inaccessibles et inimitables dans leur exemplarité.

63Une certaine éducation chrétienne, productrice d'anachorètes, est mise à mal au passage, de même que toute doctrine qui conduirait à retrancher de la société ou à placer au-dessus d'elle des individus qui, s'ils étaient moins héroïques, lui seraient plus utiles. Tel est, en substance, le discours tenu par Gil y Lesmus :

  • 54 Fondo Vargas Ponce, op. cit.

Si a fuerza de privaciones y desvelos se imbuye a un joven en máximas de una moral excesivamente austera, degenerará en un Stoicismo insufrible y ο será un Misántropo inútil ο un Diógenes ridículo ο un Timón per judicial54.

***

64Ce texte, proprement subversif, du correspondant de Vargas Ponce nous projette déjà un peu au-delà de l'époque "ilustrada". Déjà aussi avait été considéré comme subversif et en avance sur son temps le texte où Cabarrus se faisait le champion d'un système d'enseignement entièrement laïcisé. Il faudra maintenant attendre peu d'années pour qu'un important pas en avant soit effectué, l'un d'ordre idéologico-institutionnel à travers les mesures adotées par les libéraux de Cadix pendant la Guerre d'Indépendance, et l'autre d'ordre pédagogique à travers le bon accueil réservé en haut lieu aux méthodes d'enseignement mutuel, inspirées par Pestalozzi, qui tendaient à transformer tout bon élève en un maître capable d'enseigner à ses camarades plus jeunes.

  • 55 Ibid. — Ce texte reprend, à quelques différences près, le paragraphe, extrait du chapitre X ("Corr (...)

65Mais outre que ces réformes, ou bien ne gagnèrent que peu de terrain, ou bien furent annulées par le rétablissement de l'absolutisme en 1815, il importe de ne pas perdre de vue que tous ces projets et recommandations émanant des "ilustrados" de la seconde moitié du XVIIIe siècle se heurtent, au moment de la mise en oeuvre, à la forte inertie qu'opposent les préjugés, l'attachement au passé et la peur des changements considérables. Sans doute, les réformateurs que l'on a évoqués, parfois très audacieux sur certains points, ont-ils cassé des habitudes de pensée et rendu désirables des mutations, mais, de tous côtés et sous toutes les formes, des phénomènes d'ankylose sont observables, parfois même des retours à des pratiques que l'on croyait révolues. Quelques exemples suffiront à illustrer ces mouvements "réactionnaires" strictement contemporains des réformes préconisées ou effectivement amorcées par les "ilustrados" : c'est un authentique "ilustrado", Pablo de Olavide, qui, sur le tard, se fait le champion d'une pédagogie, rétrograde, de la rigueur et de le défiance à l'égard des enfants. Par ailleurs, s'il est vrai que le Plan de educación para los caballeros pages stipule que "por ningun pretexto se impondrá la mano a los pages", il est tout aussi vrai que, pour les paresseux et autres mauvais élèves, on prévoit comme punition un archaïque "banco de los desidiosos" et surtout "los postes" jugés également opportuns55. Enfin, comme le constate tristement José Marchena en 1792, une chose est la promulgation d'une loi bénéfique — de portée d'ailleurs limitée — et autre chose la manière dont les Espagnols en tiennent ou n'en tiennent pas compte, puisque, à ce niveau, l'opinion publique et la mentalité collective sont, en définitive, plus puissantes que tout édit royal :

  • 56 Op. cit., p. 465.

Nuestro gobierno ha conocido las fatales consecuencias de los castigos que se dan a los niños por capricho de los institutos, y ha abolido el bárbaro uso del azote y la férula en los estudios reales y otros nuevos establecimientos. Pero como la opinión común estaba por los castigos la masa de la nación ha continuado con el antiguo método, y continuará con él mientras esta opinión no se rectifique56.

Notes

1 Ils sont, au contraire, clairement distingués par José Marchena dans un discours qu'il rédige vers 1792 et qui a été publié par François Lopez dans "Una carta y un discurso desconocido de José Marchena", Homenaje a JA. Maravall, Madrid, Centro de Investigaciones Sociológicas, 1986, t. II, p. 465.

2 N ° 4, mardi 11 septembre 1792.

3 Manuscrit 20395 de la Bibliothèque National de Madrid (BNM), cité par Francisco Aguilar Piñal, "La ensenanza primaria en Sevilla durante el siglo XVIII", Boletín de la Real Academia de Buenos Letras de Sevilla, I, 2a época, 1973, p. 45.

4 Cité par Joël Saugnieux, La Ilustración cristiana española — Escritos de Antonio Tavira (1737-1807), Ed. Universidad de Salamanca y Universidad de Oviedo, 1986, p. 136.

5 Jaime Carrera Pujal, la Universidad, el Institute, los Colegios y las Escuelas de Barcelona en los siglos XVIII y XIX, Barcelona, Bosch, 1957, p. 157.

6 Mss. 20393 (BNM), Digresión sobre la Educación de la Juventud Española, desterrando el Estudio de la Memoria y a la Letra, y el Castigo que son los dos Protectores de la Ignorancia y del Odio a las Letras, p. 19.

7 El Censor (1781-1787) — Antología, Barcelona, Ed. Labor, n ° 19, 1972, p. 79.

8 Cartas, Madrid, Castellote editor, 1973, p. 130.

9 Op. cit., p. 80.

10 Pensamiento LXIV.

11 Carta XXVI, éd. de Joseph Doblado, 1799, t. IV, p. 127 — ou Carta I, ed. de Gérard Dufour, Université de Provence, 1988, p. 64.

12 Diario de los viajes hechos en Cataluña, Barcelona, Documentos de cultura, Curial, 1973, p. 473.

13 Historia de Fray Gerundio de Campazas, Madrid, Clásicos Castellanos n ° 148, t. I, Espasa-Calpe, pp. 70 et 107.

14 Juan Picornell y Gomila, Discurso práctico sobre la educación de la infancia dirigido a los padres de familia, Salamanca, 1786, p. 87.

15 Tome III, n ° 63, mardi 6 mai 1794.

16 F. Aguilar Piñal, op. cit., p. 75.

17 Gaspar Melchor de Jovellanos, Memoria sobre Educación pública, Madrid, Clásicos Castellanos n ° 111, Espasa-Calpe, 1975, p. 62.

18 Mss. 20393, p. 14.

19 Op. cit., p. 131.

20 Lorenzo Luzuriaga, Documentes para la historia escolar de España, Junta para ampliación de estudios (...), Madrid, 1916, t. I, p. 133.

21 Op. cit., Pensamiento LXIII.

22 "Idea del nuevo método que se puede practicar en la ensenanza de las Universidades de España", in Mariano Peset, y José Luis Peset, Gregorio Mayans y la reforma universitaria, Valencia, 1975, p. 188.

23 Fondo Vargas Ponce, Leg. 9/4186, Academia de la Historia, Madrid.

24 J. Saugnieux, op. cit., p. 138.

25 "Discurso sobre el Método que debe guardarse en la primera educación de la juventud (...)", cité par María Angeles Filgueira Iglesias de Urrea, "Lengua Materna y Educación en Fray Martin Sarmiento", Cuadernos de Estudios Gallegos, 1972, t. XXVII.

26 Ibid.

27 J. Saugnieux, op. cit., p. 137.

28 Op. cit., éd. de Joseph Doblado, p. 102.

29 "Fragmentos sobre educación", in María Angeles Galino Carrillo, Tres hombres y un problema, Madrid. C. S. I. C., 1953, p. 327.

30 Olegario Negrín, Ilustración y Educación — La Sociedad Económica Matritense, Madrid, Editora Nacional, 1984, p. 103.

31 Gaspar Melchor de Jovellanos, Obras, Β. A. E., Madrid, 1952, t. L, p. 409.

32 Cité par J. Carrera Pujal, op. cit., p. 149.

33 Cf Diego Torres Villarroel Vida, trozo II ; Francisco Nifo, Diario estranjero (12 de abril de 1763), cité par F. Aguilar Piñal, op. cit., p. 41 ; Gaspar Melchor de Jovellanos, Memoria sobre educación pública, op. cit., p. 63 ; Joël Saugnieux, Un prélat éclairé : Don Antonio Tavira y Almazán (1737-1807), Toulouse, France-Ibérie Recherche, 1970 ; Francesc Tort Mitjans, El obispo de Barcelona Joseph Climent i. Avinent (1737-1761), Barcelona, Ed. Balmes, 1978.

34 Memoria sobre educacion pública, op. cit., p. 79.

35 In A. Galino Carrillo, op. cit., p. 297.

36 Cité par J. Saugnieux, op. cit., p. 125.

37 Op. cit., p. 85.

38 Cf. le chapitre "La educación de los niños" dans Edith Helman, Trasmundo de Goya, Madrid, Revista de Occidente, 1963, pp. 68-70.

39 Diego Torres Villarroel, Vida, trozo II ; Floridablanca, Escritos políticos, Murcia, Academia Alfonso X el Sabio, Biblioteca Murciana de bolsillo, 1982, "Instrucción reservada" (cap. LXVI), p. 128 ; Gaspar Melchor de Jovellanos, "Plan para la educación de la nobleza y clases pudientes españolas (Cap. X, Correcciones y castigos"), Madrid, Obras, Β. A. E. 1956, t. 87, p. 308 ; Padre Sarmiento, "La educación de los niños" et "Fragmentos sobre educación", in A. Galino Carrillo, op. cit. ; José Marchena, op. cit. ; Antonio Tavira y Almazán, in J. Saugnieux, op. cit. ; Juan Picornell, op. cit. ; El Pensador, Pensamientos LXIII et LXIV ; El Censor, Discurso XXVIII ; Semanario Erudito y Curioso de Salamanca, t. III, 6 mai 1794.

40 "Plan para la educación de la nobleza", op. cit., p. 308.

41 Op. cit., p. 75.

42 Op. cit., p. 120.

43 "Educación de los niños", in A. Galino Carrillo, op. cit., p. 296.

44 Fondo Vargas Ponce, op. cit.

45 "Onomástico Etimológico", in M. A. Filgueira Iglesias de Urrea, op. cit.

46 Op. cit., p. 464.

47 N ° 63 du mardi 6 mai 1794.

48 Op. cit.

49 "Fragmentas varios sobre educación", in A. Galino Carrillo, op. cit., p. 391.

50 Fondo Vargas Ponce, op. cit.

51 Correo Literario de Murcia, t. VI, n ° 183, 31 mai 1794.

52 Op. cit.

53 "Discurso", in M. A. Filgueira Iglesias de Urrea, op. cit.

54 Fondo Vargas Ponce, op. cit.

55 Ibid. — Ce texte reprend, à quelques différences près, le paragraphe, extrait du chapitre X ("Correcciones y castigos"), du Plan para la educación de la nobleza y closes pudientes españolas de Jovellanos, op. cit.

56 Op. cit., p. 465.

Auteur

CIREMIA (Tours)

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540