Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

VI. Management, gestion et systèmes techniques

Réalités du développement durable dans les pratiques urbaines : le cas des infrastructures techniques

Marcel Miramond

Texte intégral

  • 1 Professeur des universités en génie civil urbain et réseaux techniques urbains, enseignant-cherche (...)

1Note portant sur l’auteur1

OBJET

2L’objet de ce travail est d’explorer la réalité du développement durable à l’échelle des infrastructures techniques urbaines et d’élaborer une synthèse sur les pratiques mises en œuvre.

3Au travers de cette analyse et de cette synthèse nous espérons amorcer la construction d’un contenu du développement durable approprié aux infrastructures techniques urbaines à l’image d’un savoir d’action particulier.

PROBLÉMATIQUE

4Pourquoi s’intéresser aux pratiques ? Il apparaît qu’entre, d’une part, le concept de développement durable, les définitions qui en sont données, les interprétations qui en sont faites et, d’autre part, les pratiques, comme entre le « penser globalement » et « l’agir localement », les liens, les cheminements ne semblent pas explicites ni même peut-être construits.

5Pourtant des pratiques existent. En effet, même si le passage à l’échelle locale en termes de logistique d’action n’a pas eu lieu, du moins pour les infrastructures urbaines, les acteurs locaux (techniciens, aménageurs, élus…) ont l’impératif ou la volonté de se situer, ou de situer l’action en référence au développement durable. Le concept est suffisamment fort et porteur pour autoriser, légitimer l’action.

6Les pratiques sont peut-être les expressions les plus concrètes du développement durable, les réalités du moment. Ce sont ces expressions, ces réalités qu’il faut identifier, analyser mais aussi critiquer et mettre en perspective.

7L’analyse de ces expressions, leur critique, leur compréhension peut contribuer à la construction d’un savoir transmissible, pourquoi pas théorisable, autorisant progressivement un passage des savoirs d’action à des savoirs théoriques, réhabilitant quelque part l’observation, le retour d’expérience et la relation, la dépendance au contexte.

8Plus modestement on peut espérer mettre en évidence des démarches, des méthodologies d’action pertinentes et identifier des points de résistance ou des manques en termes d’outils, renvoyant à une future offre (scientifique, organisationnelle, réglementaire…) pour une fois consécutive à une demande explicite et argumentée.

MÉTHODOLOGIE ET TERRAINS

9Il s’est agi de développer, d’enrichir, d’étayer et/ou de discuter les hypothèses et les points de vue précédents en s’appuyant sur un ensemble d’études de cas représentatives des réalités du terrain et recherchées à l’échelle internationale.

10Elles concernent diverses infrastructures urbaines (eau, espaces verts, transports, énergie, déchets, constructions…) avec des approches sectorielles et holistiques à différentes échelles spatio-temporelles.

11Les échelles spatiales vont de l’ouvrage à la ville en passant par le quartier, les échelles temporelles sont, elles, relatives à différents cycles de vie : des projets, des actions en cours de réalisation, des ouvrages achevés et suivis.

12Ne disposant pas de définition a priori du développement durable nous nous sommes appuyés sur des études de cas « déclarées » durables par les acteurs qui les présentent, et « décrites » à l’aide de documents types construits par des groupes de travail.

13Ces documents, ces grilles d’analyse sont d’origines diverses : COST UCE action C8, Association 4D, ou RST 01 du Ministère de l’Équipement. Vingt-neuf études de cas ont ainsi été étudiées, à partir d’une lecture croisée des documents descriptifs disponibles, par les membres de l’équipe.

14Pour certaines, dans un deuxième temps, en fonction de l’intérêt perçu mais aussi des disponibilités matérielles, l’analyse a été approfondie et complétée par des documents plus fournis et par des rencontres avec les acteurs concernés (techniciens, décideurs) porteurs de ces études.

15Ces rencontres ont mobilisé à chaque fois une configuration pluridisciplinaire composée de trois entités : deux représentants de notre équipe (composante Sociologie et Génie civil urbain), et un représentant issu du terrain. Plusieurs acteurs « terrain » ont été sollicités pour chaque étude de cas afin de prendre en compte divers points de vue.

RÉSULTATS ET CONCLUSIONS

16Le premier niveau d’analyse (vingt-neuf cas) permet, à partir des différents termes utilisés par les rédacteurs des fiches d’appréhender leur perception (la perception « terrain ») du développement durable. Les dimensions relatives à l’environnement et à la gouvernance sont les plus visibles, les plus mises en relief dans les fiches.

17Dans notre échantillon, les études de cas originaires du nord de l’Europe privilégient les composantes environnementales et les approches sectorielles. Les cas présentés par les pays du sud de l’Europe mettent en valeur les composantes socio-économiques et concernent des approches holistiques. Ces constats sont à relativiser compte tenu du nombre relativement restreint des cas et de leur disparité.

18Cette première phase apporte certes une vision de la perception qu’ont les concepteurs de grilles, les rédacteurs de fiches, les acteurs. L’approche reste cependant, à ce niveau, trop superficielle par rapport à des résultats transposables, capitalisables. La dépendance au contexte est trop forte. Il aurait fallu dans un esprit d’acquisition de connaissances plus théorisables, avoir un échantillon plus large et surtout plus ciblé (un secteur, une échelle d’espace, une phase de temps).

19Cette première approche donne néanmoins un ensemble d’exemples de pratiques, de réalisations ou d’organisations innovantes. Cependant, elle n’apporte pas la diversité des points de vue des différents acteurs, les éventuelles tensions, l’histoire des cas, leur devenir (évolution, incidence sur d’autres projets).

20Le deuxième niveau (quatre cas) s’inscrit dans ces manques.

21Quelques enseignements peuvent en être tirés :

  • L’importance et le rôle des porteurs des projets dans la réussite des actions sont primordiaux dans tous les cas mais peut-être davantage encore pour les approches holistiques. Comme par exemple pour « Portes des Alpes » et « Confluence ». La pérennité de l’équipe favorise le maintien de la cohérence du projet et le passage progressif de l’information de la cellule « projet » à la cellule « gestion » doit être une préoccupation forte. Cela ne va pas sans poser la question de la délocalisation vers l’échelle du quartier de services techniques centralisés.
  • La disponibilité d’indicateurs à l’échelle locale (évaluation quantitative) ne semble possible que pour les expériences menées sur la durée et de nature plutôt sectorielle. C’est le cas par exemple des « Espaces verts à Rennes ». Une autre situation y est favorable, c’est celle où un travail de réflexion, de recherche, d’acquisition de données a été entrepris depuis plusieurs années et mobilise plusieurs villes. C’est le cas ici de la gestion patrimoniale des réseaux d’eau potable avec les projets CAPTUR et CARE-W. Des enseignements pourraient être tirés de ces exemples pour penser aux conditions nécessaires à la mise en place de tableaux de bord de suivi des systèmes techniques et des projets que l’on réalise aujourd’hui.
  • L’interdépendance des échelles spatiales et des approches semble un point à approfondir. Dans deux études de cas holistiques (Porte des Alpes et Confluence) nous disposons aussi d’études sectorielles (sur l’eau). Elles mettent en évidence l’importance du travail de coordination, de communication, de compréhension de logiques différentes. Les interactions à une même échelle d’espace (ici celle du quartier) entre l’approche holistique et les approches sectorielles se complexifient par les interactions des approches sectorielles avec des échelles différentes (ville, ou/et ouvrage) et dont la pertinence varie selon les secteurs. Si les « règles » techniques ou autres étaient connues pour la plupart, celles concernant la prise en considération de performances plus récentes comme celles en relation avec le développement durable sont à reconstruire progressivement.
  • La prise en compte du moyen et long terme est, paradoxalement, alors que l’on parle de développement durable, la moins appréhendée et même la plus refusée. Elle est remplacée par un recours aux notions d’adaptabilité, de réversibilité, une autre façon de considérer le principe de précaution.
  • Un élément récurrent est celui de la difficulté des porteurs de projets à communiquer, et ce à tous les niveaux, sur le développement durable. C’est une difficulté non négligeable à laquelle il faudra rechercher des réponses.

22Il semble, pour l’heure, encore difficile de constituer un corpus de connaissances faisant l’objet d’une capitalisation et d’une transmission structurée dans les domaines du développement durable et des infrastructures urbaines. Cependant, la mise à disposition d’une base d’exemples, de pratiques, d’études de cas dans un cadre organisé et enrichi d’analyses, de commentaires, de références, y contribuerait certainement et est peut-être la bonne voie pour y parvenir.

VALORISATION

23Alfakih E., Miramond M., Ruffier J., (2002), « Réalités du développement durable dans les pratiques urbaines : le cas des infrastructures techniques », Forum des associations AFGC/AUGC/IREX, Innovation et développement en génie civil et urbain, Toulouse.

24Miramond Marcel, (2004), « Complexité-Transdisciplinarité : le champ du génie urbain », Les rencontres de l’AGORA – séminaire interdisciplinaire de l’INRETS, Bron (69), 8 juin 2004.

25Ruffier Jean, (2003), « Complexity versus Transdisciplinarity, Conférence plénière », Conference of European Schools for Advanced Engineering Education and Research (CESAER), 14th General Assembly.

26Ruffier Jean, (2003), Introduction au symposium international L’éthique de l’efficience productive, Université Jean Moulin Lyon 3, 29 janvier 2003.

27Ruffier Jean, (2004), « Développement durable : à quoi doivent s’attendre les entreprises ? », colloque Infrastructures et Développement Durable : Les enjeux du transport de l’énergie électrique, Université Jean Moulin Lyon 3, 29-30 janvier 2004.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Publications et communication

Association 4D, (2002), Aménagement, infrastructures, urbanisme et construction : dix pistes d’expériences vers le développement durable, 4D, 61 p.

Le Gauffre P., Laffrechine K., Schiatti M., Baur R., (2003), « Identifying priority projects for annual rehabilitation planning », International Conference Water Infrastructure Management : Planning Water Mains Rehabilitation Computer Aided Rehabilitation of Water networks (CARE-W), Bath (UK), 28th November 2003.

Le Gauffre P., Ruffier J., Tanguy C., Laffréchine K., Miramond M., Perraudin L., Richard F., (2001), Projet CAPTUR – Consolidation d’un cadre d’Analyse des Patrimoines Techniques Urbains de type Réseau. Cas des réseaux d’eau et d’assainissement, GLYSI/SAFA, INSA.

Sites Internet

http://www.vtt.fi/rte/projects/yki4/cost/costc80.htm

http://www.cf.ac.uk/archi/research/cost8/

http://www.equipement.gouv.fr/recherche/

http://www.lyon-confluence.fr

http://www.techgrandlyon.prd.fr/pages/site_techno/porte_alpes.htm

Notes

1 Professeur des universités en génie civil urbain et réseaux techniques urbains, enseignant-chercheur au département Génie Civil et Urbanisme de l’INSA de Lyon.

Auteur

Responsable scientifique

Personnes ayant collaboré à la recherche : E. Alfakih, M. Miramond (URGC – INSA de Lyon), F. Richard, J. Ruffier (UMR 5 600 Environnement Ville Société – CNRS – Université Jean Moulin Lyon 3).


mailto:marcel.miramond@insa-lyon.fr
URGC – INSA de Lyon
Domaine de la Doua
Bât. J.C.A. Coulomb
69621 Villeurbanne Cedex
Tél. : 04 72 43 85 56

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540