Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Autre : journée d'étude sur les auteurs et sujets des concours 2006

 | 
Michel Naumann
, 
Dominique Daniel

I. Civilisation

Les incursions européennes et anglo-américaines sur les côtes Pacifiques de l’Amérique du Nord au XVIIIe siècle et l’expédition de Lewis et Clark : enjeux scientifiques et politiques

Annick Foucrier

Texte intégral

1Le 7 avril 1805, Meriwether Lewis écrit dans son journal :

  • 1 Bernard Devoto, ed., Journals of Lewis and Clark, Boston, Houghton Mifflin Co., 1997, p. 91-92.

« Our vessels consisted of six small canoes, and two large perogues. This little fleet altho’not quite so rispectable as those of Columbus or Capt. Cook were still viewed by us with as much pleasure as those deservedly famed adventurers ever beheld theirs; and I dare say with quite as much anxiety for their safety and preservation, we were now about to penetrate a country at least two thousand miles in width, on which the foot of civilized man had never trodden. »1

2Pour Lewis, ce sont les embarcations qui suscitent ces réminiscences, mais ces quelques phrases, rédigées alors qu’il quitte les villages des Mandans en direction de l’ouest, invitent à pousser la comparaison avec les deux explorateurs. Christophe Colomb est celui qui a fait connaître l’Amérique aux Européens au XVe siècle. Il a ajouté un continent sur la carte de la terre. Quant au capitaine anglais James Cook, ses trois voyages dans l’océan Pacifique ont permis de détruire la croyance en l’existence d’un continent austral, et de cartographier côtes et archipels. Dans les deux cas, l’exploration a favorisé la conquête de vastes territoires et la constitution d’empires.

3Lorsque les États–Unis arrivent sur la scène internationale de l’exploration, les océans ont déjà été largement ouverts à la navigation internationale. Les récits de voyages ont été publiés et sont lus avec avidité dans les classes sociales dirigeantes. Aussi les voyageurs peuvent-ils s’inspirer des méthodes et des résultats des précédentes expéditions. Les découvertes de Cook suscitent un intérêt particulier pour la côte du Nord–Ouest de l’Amérique et ses ressources naturelles, les fourrures de loutres de mer.

LES VOYAGES DE COOK ET LEURS CONSÉQUENCES

4L’Angleterre est la grande puissance maritime du XVIIIe siècle. Après avoir vaincu la France pendant la guerre de sept Ans et l’avoir expulsée du continent américain, elle affronte l’Espagne dans l’océan Pacifique. Le prétexte officiel est fourni par des expériences scientifiques, l’observation du transit de Vénus devant le soleil depuis l’île de Tahiti en 1769. De 1768 à 1771, James Cook parcourt le sud de l’océan Pacifique sur l’Endeavour, à la recherche du mythique continent austral. En effet une théorie géographique faussement scientifique voulait qu’il existât un continent dans l’hémisphère sud capable d’équilibrer les masses terrestres de l’hémisphère nord. Mais ce n’est pas recherche désintéressée. Ses Instructions lui enjoignaient, s’il trouvait le continent, d’effectuer le relevé des côtes, de rapporter des spécimens des ressources locales, de nouer des alliances avec les habitants, et avec leur consentement de prendre possession de la région au nom de la Grande-Bretagne. Cook ne trouve pas ces terres mais navigue autour de la Nouvelle-Zélande et cartographie la côte est de l’Australie, en particulier Botany Bay, ainsi nommée en référence au nombre relativement élevé de botanistes embarqués sur le navire, dont Joseph Banks.

5De 1772 à 1775, avec les navires Resolution et Adventure, Cook sillonne les hautes latitudes de l’hémisphère sud sans plus rencontrer le continent austral, ce qui détruit définitivement le mythe. La conservation du temps a aussi fait de grands progrès. Grâce au chronomètre inventé par John Harrison et qu’il a emporté, le capitaine anglais peut déterminer les longitudes avec une grande exactitude.

6Lors de la troisième expédition, de 1776 à 1779, les deux navires, le Discovery et le Resolution, naviguent d’abord dans le sud puis remontent vers le nord de l’océan à la recherche du « passage du nord-ouest » que l’on croyait exister entre l’océan Atlantique et l’océan Pacifique. Cook fait relâche à Nootka Sound, une petite baie située sur l’île actuellement appelée île de Vancouver, remonte le long des côtes de l’Alaska jusqu’au détroit de Béring, puis redescend vers les îles Hawaï, qu’il avait découvertes précédemment, et où il trouve la mort en 1779, lors d’une confrontation avec les indigènes.

7Les trois voyages de Cook fournissent le modèle pour ceux qui vont suivre. Ils sont organisés avec l’appui des autorités anglaises et avec le concours des sociétés savantes, et des nombreux spécialistes embarqués. L’exploration est méthodique, systématique. Les informations ainsi collectées sont classées et rationnellement exploitées au retour. L’Angleterre y gagne un prestige considérable, et une avance sur ses rivales.

8Car l’expédition de Cook est beaucoup plus qu’une simple entreprise scientifique désintéressée. Les découvertes servent à affirmer les revendications territoriales de l’Angleterre et inaugurent le partage colonial de l’océan Pacifique. L’insurrection des treize colonies britanniques d’Amérique oblige à chercher d’autres lieux pour éloigner les condamnés. Dès 1779, Joseph Banks, devenu président de la Royal Society, recommande à la Chambre des Communes d’établir une colonie pénale à Botany Bay, Australie, où il a relâché lors du premier voyage de Cook. L’Australie est alors jugée trop lointaine. C’est pourtant à Botany Bay que la colonie pénitentiaire est installée en 1788, en se réclamant de l’antériorité du passage de Cook.

  • 2 Lynne Withey, Voyages of Discovery : Captain Cook and the Exploration of the Pacific, Berkeley, Un (...)
  • 3 Warren L. Cook, Flood Tide of Empire ; Spain and the Pacific Northwest, 1543-1819, New Haven, Yale (...)
  • 4 Lynne Withey, op. cit., p. 440.

9Ces expéditions scientifiques ont aussi des prolongements économiques. Le capitaine du Bounty, William Bligh, avait été envoyé à Tahiti (où Cook avait relâché) pour chercher des plants d’arbre à pain qui devaient servir à nourrir les esclaves des colonies anglaises des Indes orientales. La révolte des matelots empêche la réalisation de cet objectif2. Mais surtout, lors de l’escale à Nootka Sound, les marins ont échangé des fourrures de loutres de mer, alors très communes, contre de menus objets. Arrivés à Canton, ils découvrent la valeur élevée que ces fourrures si denses et si soyeuses pouvaient atteindre. Ce nouveau marché provoque une ruée de la part de ceux qui veulent participer à un commerce lucratif. En Angleterre, des navires sont équipés dès 1785. Les marchands anglais veulent se réserver le monopole de l’exploitation de ces richesses par une politique d’implantation de comptoirs et d’appropriation territoriale, ce qui est à l’origine du conflit de Nootka Sound (1789-1790) avec les Espagnols, désireux de défendre ce qu’ils considèrent comme leur droit de premier occupant3. En 1788, Richard Cadman Etches propose l’installation d’une colonie pénitentiaire sur la côte du nord-Ouest, « ostensibly to protect English interest in that area by creating a permanent settlement between Russian and Spanish territory. »4 Cette proposition et d’autres allant dans le même sens ne sont pas prises en considération par les autorités. La situation change lorsque le conflit entre l’Angleterre et l’Espagne attire l’attention sur la côte de Nootka Sound. Vancouver est chargé de la cartographier pour renforcer les revendications anglaises à la suite de la convention signée par les deux puissances en 1790.

  • 5 Jean Heffer, Les États-Unis et le Pacifique : Histoire d'une frontière, Paris, Albin Michel, 1995, (...)

10De leur côté, les Russes, qui connaissaient cette ressource commerciale depuis l’expédition d’exploration de Vitus Béring en 1741, progressent sur les îles aléoutiennes et en Alaska. En 1784, la première colonie permanente est installée sur l’île de Kodiak par un négociant d’Irkoutsk. Les Russes vendent leurs fourrures à Kiakhta, un poste d’échange au nord de Pékin. Les commerçants de Boston ne sont pas en reste et envoient dès 1787 des navires sur les côtes du Nord-Ouest et à Canton, prenant avantage du monopole de la East India Company qui limite les activités des marchands anglais en leur interdisant la traversée du Pacifique5.

LAPÉROUSE : LA RIVALITÉ ANGLO-FRANÇAISE

11Les voyages de Cook sont suivis avec intérêt et admiration en France. Le 13 avril 1778, alors que la France vient de signer un traité d’amitié et de commerce avec les colonies insurgées, le ministre de la Marine envoie des instructions aux navires français :

  • 6 Archives nationales, Marine B4 313.

« Comme les découvertes qu’une pareille expédition donne lieu de faire espérer intéressent généralement toutes les nations, j’ai l’honneur de vous prévenir que le Roi veut qu’en cas d’une rupture absolue entre la France et l’Angleterre, le capitaine Cook soit traité de même que s’il commandait des Batiments de puissances neutres et amies. »6

12Les découvertes de Cook sont saluées mais le désir de les égaler est vif. Après la fin de la guerre d’indépendance des États-Unis, la marine est « sans emploi ». La compétition franco-anglaise est transférée dans le domaine scientifique. Le 1er août 1785, deux navires, l’Astrolabe et la Boussole, quittent Brest sous le commandement de Jean François Galaup de Lapérouse. Ils devancent d’un mois les navires de la King George’s Sound Company britannique, chargés d’aller exploiter les fourrures de Nootka.

  • 7 Catherine Gaziello, L'expédition de Lapérouse, 1785-1788, Réplique française aux voyages de Cook, (...)

13L’expédition française a été préparée par le chevalier de Fleurieu, directeur des Ports et arsenaux, avec le concours actif de Louis XVI, un géographe passionné qui a lu avec attention les récits des voyages de Cook, voyages dont l’étude doit permettre de tirer des leçons pratiques. L’Académie des Sciences et son secrétaire perpétuel Condorcet sont mis à contribution pour fournir des Instructions. La quinzaine de savants embarqués sont tous de haut niveau. Les objectifs en sont officiellement scientifiques : compléter les relevés effectués par Cook et nettoyer les cartes des îles dont la mauvaise localisation était la conséquence des erreurs de calcul des longitudes. Mais ce n’est pas exempt de préoccupations politiques - Lapérouse devait aussi s’informer sur les installations espagnoles, portugaises et anglaises-, et commerciales - rassembler des renseignements sur la pêche à la baleine autour du cap Horn et sur le commerce des fourrures de loutres de mer mis en évidence par Cook, et repérer un emplacement favorable à l’installation d’un comptoir. Comme l’écrit Catherine Gaziello, ce voyage scientifique répond aux circonstances politiques, au goût du roi et à l’esprit du temps. Si le projet dans sa première mouture est commercial, et directement inspiré par l’intérêt que suscitent les fourrures de loutres de mer, le fait que l’expédition soit organisée par les plus hautes autorités conduit à minimiser cet aspect. Le prestige de l’État est en jeu7.

14Désireux de devancer ses éventuels concurrents, Lapérouse pénètre dans le Pacifique, fait escale à l’île de Pâques, et se dirige vers Hawaï puis vers les côtes de l’Alaska où il repère un emplacement qui lui semble correspondre à la possibilité d’y installer un comptoir. Il longe ensuite les côtes du Nord-Ouest, relâche à Monterey, Californie, en septembre 1786. Les scientifiques (astronomes, peintres, médecins, botanistes) s’activent, tandis que le capitaine se procure des informations sur les intentions des Espagnols en ce qui concerne le commerce des fourrures. L’expédition repart vers la Chine, les Philippines, le Kamtchatka, les Samoa, Tonga, et assiste en janvier 1788 à Botany Bay à l’installation du premier convoi de condamnés par les Anglais.

15Le tragique naufrage des deux navires à Vanikoro dans les îles Santa Cruz en 1788 n’a pas permis que les découvertes faites par les membres de l’expédition soient publiées avant que d’autres navigateurs pourtant passés plus tardivement ne le fassent à leur place. Aussi les cartes de Lapérouse sont-elles éclipsées par celles de Vancouver, ancien officier de Cook chargé à la suite de la convention de Nootka Sound de cartographier les côtes de San Diego, Californie à Cook Inlet (près d’Anchorage).

UN PROJET AMÉRICAIN : L’INFLUENCE DE THOMAS JEFFERSON

  • 8 Silvio A. Bedini, Thomas Jefferson : Statesman of Science, New York, Macmillan, 1990,616 p.

16Thomas Jefferson est, selon l’expression de Silvio Bedini, un « Stateman of Science »8. Formé très jeune avec son père à l’observation et aux mesures répétées des phénomènes naturels, il est pleinement un homme des Lumières, cherchant à mieux comprendre les lois de la nature. On cite souvent sa déclaration : « Science is my passion, politics my duty. » Science et politique l’accompagnent dans sa vie, et il n’abandonne jamais bien longtemps l’une pour l’autre. Sa fougue nationaliste s’exprime dans la controverse scientifique qui l’oppose à Buffon au sujet de l’image dévalorisante des espèces vivantes aux Amériques - qui auraient été dégénérées, affaiblies - que celui-ci avait présentée dans son Histoire Naturelle. Piqué au vif, Jefferson s’est donné beaucoup de mal pour prouver au célèbre savant que l’on trouvait en Amérique des animaux plus grands et plus gros que ceux qui vivaient en Europe. De nombreux auteurs se délectent encore de l’image du scientifique amateur Jefferson pourfendant le savant européen renommé, bien que D. D. Jackson ait restitué la question à une plus juste mesure :

  • 9 Donald Dean Jackson, Thomas Jefferson and the Rocky Mountains : Exploring the West from Monticello (...)

« It is curious that Jefferson bothered to refute De Pauw, Raynal and Buffon ; a strong group in France had done much to shout them down. By 1777 Buffon was divorcing himself from De Pauw’s arguments and altering his earlier statements. »9

17Bien qu’il n’ait jamais lui-même voyagé au-delà des Appalaches, l’intérêt de Jefferson pour les lointains territoires à l’ouest du Mississippi et pour l’océan Pacifique est fort ancien. Le 26 novembre 1782, il écrit à James Steptoe :

« Descriptions of animals, vegetables, minerals, or other curious things, notes as to the Indians, information of the country between the Mississippi & waters of the South Sea & c. & c. will strike your mind as worthy being communicated. »

18Surtout, le besoin d’une meilleure connaissance des territoires situés à l’ouest du Mississippi est inséparable de la rivalité avec l’Angleterre dont les ambitions territoriales sont redoutées. En 1783, Jefferson contacte George Rogers Clark, pour lui demander s’il serait prêt à prendre la tête d’une expédition vers la Californie, pour devancer les Anglais. Jefferson est convaincu que les territoires situés entre le Mississippi et l’océan Pacifique, qui sont depuis 1762 sous domination espagnole, seront un jour peuplés par les Américains. Dans une lettre du 25 janvier 1786 à Archibald Stuart, il écrit : « Our confederacy must be viewed as the nest from which all America, North and South is to be peopled. » La même année, il encourage John Ledyard, un ancien membre de l’équipage de Cook, à traverser le continent américain d’ouest en est. L’année précédente, il a pu assister à Paris aux derniers préparatifs avant le départ de l’expédition d’exploration du Pacifique commandée par Lapérouse. Jefferson exprime son scepticisme quant aux ambitions purement scientifiques de l’expédition (comme l’ambassadeur d’Espagne le fera à son égard en 1802).

  • 10 Donald D. Jackson, ed., Letters of the Lewis and Clark Expedition, with Related Documents, 1783-18 (...)

19Le 30 avril 1793, Thomas Jefferson élabore des Instructions pour un botaniste français, André Michaux, qui avait proposé d’aller étudier les plantes de l’ouest, avec une aide financière de l’American Philosophical Society. Michaux est un exemple de naturaliste voyageant seul, en l’occurrence avec son fils et un domestique. Le projet n’est pas mené à son terme, mais les Instructions étaient suffisamment détaillées pour servir de base à celles que Jefferson rédige en 1803 pour Lewis10.

  • 11 Donald Dean Jackson, Thomas Jefferson and the Rocky Mountains..., op. cit 2002 p. 121.

20C’est, ainsi que le rappelle D. D. Jackson, la publication en 1801 du récit du voyage d’Alexander Mackenzie à travers le Canada en 1793, et surtout son plaidoyer pour une installation anglaise à l’embouchure de la Columbia, qui poussent Thomas Jefferson à accélérer les préparatifs d’une nouvelle expédition, dès qu’il a connaissance du livre, à l’été 180211.

  • 12 Donald Dean Jackson, Letters..., op. cit., 1978, p. 10-14.

21Comme Louis XVI, Thomas Jefferson s’investit personnellement dans la préparation d’une opération de prestige national. Comme Louis XVI, il recourt au secret pendant la préparation de l’opération. L’aspect scientifique est important, même si dans le message au Congrès (18 janvier 1803) il est minimisé pour des raisons politiques : « and that it should incidentally advance the geographical knowledge of our continent, cannot be but an additional gratification. »12 Le Congrès n’a pas vocation à financer des expéditions scientifiques, et il ne faut pas attirer l’attention de ses adversaires fédéralistes.

22Cook fournit cependant ici encore le principal modèle : la formule « Corps of Discovery » évoque le nom d’un des navires de Cook lors de son troisième voyage dans le Pacifique et du navire de Vancouver. En donnant comme but à Lewis la recherche du passage du nord-ouest, Thomas Jefferson témoigne de ce que l’embouchure de la Columbia est bien l’objectif principal, un objectif situé au-delà des limites connues des États-Unis en juin 1803 et même de la Louisiane après que la nouvelle acquisition est officiellement confirmée. Il s’agit d’abord de surveiller les Anglais, les Espagnols et les Russes, puis d’affirmer les nouveaux droits des États-Unis sur la Louisiane, et d’en étendre les limites au maximum.

23La réussite du projet de Thomas Jefferson se lit en fonction de la mission confiée à Lewis. Le programme est encyclopédique (cartographie, ethnologie, botanique, zoologie). La science utilitaire est privilégiée. Les cartes, instrument par excellence pour ceux qui les suivront, sont mentionnées en premier dans les Instructions. Les relevés doivent être, comme l’indique Jefferson, « taken with great pains & accuracy », conservés en plusieurs exemplaires. Les cartes réalisées pendant l’hiver passé à Fort Mandan sont destinées au Secrétaire à la Guerre, Henry Dearborn, démontrant une fois de plus les liens étroits qui existent entre la géographie et la guerre. Les endroits les plus favorables pour l’installation de forts sont repérés. La carte réalisée par Clark et publiée en 1814 détruit les mythes géographiques qui persistaient à propos de la source du Missouri ou de la chaîne des montagnes Rocheuses. Mais elle ne fournit pas le meilleur itinéraire vers l’ouest, car le passage du nord-ouest, par les rivières et un court portage, n’existe pas. Les caravanes qui partiront vers l’Oregon emprunteront une autre route, à travers les plaines.

24Dans les Instructions comme dans le Message au Congrès, Thomas Jefferson insiste sur le besoin de mieux connaître les tribus indiennes dans l’intérêt du commerce. Au printemps 1805, après un hiver passé près des villages mandans, Lewis a envoyé des caisses de spécimens rassemblés, squelettes et peaux d’animaux, plantes, et objets obtenus des Indiens. Ces derniers ne sont pas volontairement « collectionnés », mais consistent en cadeaux offerts aux capitaines par les chefs des tribus rencontrées. En ce sens, ils témoignent plus des pratiques des Indiens que de ce que Lewis aurait pu trouver important.

25Mais le plus souvent la connaissance passe par le filtre culturel de l’observateur. L’expédition rencontre de nombreuses populations jusqu’alors inconnues des Anglo-américains. Thomas Jefferson a fourni à Lewis une liste de mots anglais destinés à constituer des vocabulaires indiens. Les questionnements sur les langages indiens sont pour lui un moyen de retrouver l’origine commune de ces populations et de mettre en évidence leur bifurcation par rapport aux autres branches de la population humaine. Cependant ce projet unificateur ne part pas des langues elles-mêmes mais de la langue anglaise. La culture américaine est une référence obligatoire et les autres cultures ne sont pas considérées en elles-mêmes. La faiblesse de la méthode est manifeste lors de la première rencontre avec les Shoshones. Lewis a demandé à Sacagawea comment dire « homme blanc », mais les Shoshones n’ont jamais rencontré d’homme blanc et n’ont donc pas de mot pour les désigner. Le mot « tababone » (étranger) n’a pas l’effet favorable que Lewis en escomptait.

26La botanique et la zoologie peuvent sembler plus spécifiquement scientifiques, mais les deux ont aussi leur intérêt politique. On espère trouver et rapporter des plantes utiles pour l’agriculture mais aussi pour soigner les maladies, plantes qui pourront être acclimatées à l’Est en attendant une future mise en valeur du territoire de l’Ouest. L’observation des plantes et des animaux fournit des informations importantes sur la fertilité des régions traversées, comme l’avait conseillé Albert Gallatin, ceci dans la perspective d’une installation future d’agriculteurs américains. La collecte ethnologique, zoologique et botanique est particulièrement riche à l’ouest des montagnes Rocheuses, car cette région est moins connue et les écosystèmes y sont différents de l’est, ce qui produit des plantes et animaux particuliers. De plus, le Corps traverse au printemps 1806, bénéficiant ainsi d’une période très favorable pour la floraison.

  • 13 Paul R. Cutright, Lewis and Clark : Pioneering Naturalists, Lincoln, University of Nebraska Press, (...)

27La mission assignée est remplie. Les explorateurs ont rapporté les informations utiles qui ouvrent aux habitants des États-Unis un futur à l’ouest du Mississippi. Comme Jefferson le leur a demandé, sept des membres de l’expédition ont tenu un journal. En attendant la publication espérée du récit de l’expédition, les objets rapportés sont exposés, mis en scène, par Thomas Jefferson dans son « Indian Hall » à Monticello, et par Charles W. Peale qui les organise selon les critères de la classification linnéenne dans son « musée » installé dans un lieu hautement symbolique de l’identité nationale, Independence Hall à Philadelphie. L’intérêt du public pour tout ce qui vient de la mystérieuse Louisiane assure le succès populaire de son exposition13.

  • 14 Albert Furtwangler, « Captain Lewis in a Crossfire of Wit : John Quincy Adams v. Joel Barlow », in (...)

28Pourtant, au contraire de Cook, qui a fait l’unanimité, Lewis et Jefferson sont la cible de critiques acerbes venant de Nouvelle-Angleterre et des Fédéralistes. Les oppositions des adversaires politiques de Jefferson expliquent en partie la tendance à minimiser l’importance de cette expédition scientifique. Mais des intérêts économiques sont aussi en jeu. Les marchands de Boston dominent le commerce des fourrures sur la côte du Nord-Ouest. La réussite du rêve de Thomas Jefferson, la découverte du passage tant recherché, dirigerait les fourrures de la côte du Nord-Ouest à travers le continent vers la baie de la Chesapeake, et non plus par le cap Horn vers New York et surtout Boston. Les Instructions sont très claires à cet égard : « that trade be consequently conducted through the Missouri & U. S. more beneficially than by the circumnavigation now practised. » Le poème de Joel Barlow, récité le 14 janvier 1807 lors de la réception en l’honneur de Lewis à Washington D. C., le souligne en énumérant les fleuves suivis par l’explorateur dans sa traversée du continent : « Potowmak, Ohio, Missouri had felt/Half her globe in their cincture comprest ;/His long curving course has completed the belt,/And tamed the last tide of the west. »14 On peut comprendre la réserve, voire l’hostilité, de marchands qui amassent des fortunes dans le commerce trans-pacifique, vis-à-vis d’un projet susceptible de détourner les flux commerciaux et de leur faire une concurrence dangereuse pour leurs intérêts. C’est un marchand de fourrures de New York, John Jacob Astor, qui tire le plus grand profit de ces explorations en installant Astoria à l’embouchure de la Columbia.

CONCLUSION :

  • 15 James P. Ronda, « Ά Knowledge of Distant Parts' : The Shaping of the Lewis and Clark Expedition »,(...)

29Le projet de Thomas Jefferson s’inscrit dans la compétition entre grandes puissances pour la découverte, la cartographie, l’étude et l’exploitation des espaces encore inconnus. Comme l’écrit J. P. Ronda : « Jefferson frilly embraced the relationship between exploration and territorial expansion. »15 Organisées par des États, avec des moyens importants, les expéditions doivent apporter du prestige, mais aussi l’accès à des ressources nouvelles et des droits sur des territoires qui constituent autant de points d’appui dans le grand mouvement de colonisation du XIXe siècle. La connaissance sert la conquête. Lewis et Clark distribuent des médailles à l’effigie de Thomas Jefferson aussi aux tribus qui vivent à l’ouest des montagnes Rocheuses, donc hors du territoire de Louisiane. Ils affirment ainsi le droit du premier « découvreur » sur l’ensemble du cours de la Columbia, dont l’embouchure avait déjà été franchie par le capitaine américain Robert Gray en 1792. En 1818, John Quincy Adams négocie une occupation conjointe de l’Angleterre et des États-Unis sur l’Oregon, qui dure jusqu’en 1846 lorsque l’Angleterre se retire au nord du 49e parallèle, reculant devant l’installation de populations américaines auxquelles Lewis et Clark avaient ouvert quarante ans plus tôt les portes de l’Ouest.

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS :

ALLEN John Logan, Lewis and Clark and the Image of the American Northwest, New York, Dover Pub., 1991 (1st ed. Urbana, University of Illinois Press, 1975), 412 p.

BEDINI Silvio Α., Thomas Jefferson : Statesman of Science, New York, Macmillan, 1990, 616 p.

CARTER Edward Carlos, ed., Surveying the Record : North American Scientific Exploration to 1930, Philadelphia, American Philosophical Society, 1999, 344 p.

COOK Warren L., Flood Tide of Empire ; Spain and the Pacific Northwest, 1543-1819, New Haven, Yale University Press, 1973, 620 p.

CUTRIGHT Paul Russell, Lewis and Clark : Pioneering Naturalists, Lincoln, University of Nebraska Press, 2003, 506 p.

DEVOTO Bernard, ed., Journals of Lewis and Clark, Boston, Houghton Mifflin Co., 1997 (1st ed. 1953), 504 p.

FOUCRIER Annick, « Rivalités européennes dans le Pacifique : l’affaire de Nootka Sound (1789-1790) », Annales Historiques de la Révolution Française, n° 307, janvier-mars 1997, p. 17-30.

FOUCRIER Annick, Meriwether Lewis et William Clark : la traversée d’un continent, 1803-1806, préface de Philippe Jacquin, éd. Michel Houdiard, coll. Biographies américaines, 2005 (1e éd. 2000), 128 p.

FURTWANGLER Albert, « Captain Lewis in a Crossfire of Wit : John Quincy Adams v. Joel Barlow », in J. P. Ronda, ed., Voyages of Discovery : Essays on the Lewis and Clark Expedition, Helena, Montana Historical Society Press, 1998, p. 229-251.

GAZIELLO Catherine, L’expédition de Lapérouse, 1785-1788, Réplique française aux voyages de Cook, Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1984, 321 p.

GILMAN Carolyn, Lewis and Clark : Across the Divide, Washington d. c., Smithonian Books, 2003,424 p.

GREENE John C., American Science in the Age of Jefferson, Ames, Iowa, Iowa State University Press, 1984,484 p.

HEFFER Jean, Les États-Unis et le Pacifique : Histoire d’une frontière, Paris, Albin Michel, 1995, 498 p.

JACKSON Donald Dean, ed., Letters of the Lewis and Clark Expedition, with Related Documents, 1783-1854, Urbana, University of Illinois Press, 1978, 2 vol. (Urbana, University of Illinois Press, 1962).

JACKSON Donald Dean, Thomas Jefferson and the Rocky Mountains : Exploring the West from Monticello, Norman, University of Oklahoma Press, 2002 (1st ed. Urbana, University of Illinois Press, 1981), 339 p.

LA PEROUSE Jean-François de Galaup de, Le Voyage de Lapérouse, 1785-1788 : récit et documents originaux présentés par John Dunmore et Maurice de Brassard, Paris, Imprimerie nationale, 1985, 2 vol.

RONDA James p., ed., Voyages of Discovery : Essays on the Lewis and Clark Expedition, Helena, Montana Historical Society Press, 1998, 342 p.

RONDA James p., « Ά Knowledge of Distant Parts’ : The Shaping of the Lewis and Clark Expedition », Montana, vol. 41 n° 4, Autumn 1991, p. 4-19.

WITHEY Lynne, Voyages of Discovery : Captain Cook and the Exploration of the Pacific, Berkeley, University of California Press, 1989, 512 p.

Notes

1 Bernard Devoto, ed., Journals of Lewis and Clark, Boston, Houghton Mifflin Co., 1997, p. 91-92.

2 Lynne Withey, Voyages of Discovery : Captain Cook and the Exploration of the Pacific, Berkeley, University of California Press, 1989, p. 415.

3 Warren L. Cook, Flood Tide of Empire ; Spain and the Pacific Northwest, 1543-1819, New Haven, Yale University Press, 1973 ; Annick Foucrier, « Rivalités européennes dans le Pacifique : l'affaire de Nootka Sound (1789-1790) », Annales Historiques de la Révolution Française, n ° 307, janvier-mars 1997, p. 17-30.

4 Lynne Withey, op. cit., p. 440.

5 Jean Heffer, Les États-Unis et le Pacifique : Histoire d'une frontière, Paris, Albin Michel, 1995, p. 37-41, 53,367.

6 Archives nationales, Marine B4 313.

7 Catherine Gaziello, L'expédition de Lapérouse, 1785-1788, Réplique française aux voyages de Cook, Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1984.

8 Silvio A. Bedini, Thomas Jefferson : Statesman of Science, New York, Macmillan, 1990,616 p.

9 Donald Dean Jackson, Thomas Jefferson and the Rocky Mountains : Exploring the West from Monticello, Norman, University of Oklahoma Press, 2002, p. 27.

10 Donald D. Jackson, ed., Letters of the Lewis and Clark Expedition, with Related Documents, 1783-1854, Urbana, University of Illinois Press, 1978, vol. 2, p. 669-672.

11 Donald Dean Jackson, Thomas Jefferson and the Rocky Mountains..., op. cit 2002 p. 121.

12 Donald Dean Jackson, Letters..., op. cit., 1978, p. 10-14.

13 Paul R. Cutright, Lewis and Clark : Pioneering Naturalists, Lincoln, University of Nebraska Press, 2003, p. 351-354.

14 Albert Furtwangler, « Captain Lewis in a Crossfire of Wit : John Quincy Adams v. Joel Barlow », in J. P. Ronda (dir.), Voyages of Discovery : Essays on the Lewis and Clark Expedition, Helena, Montana Historical Society Press, 1998, p. 234.

15 James P. Ronda, « Ά Knowledge of Distant Parts' : The Shaping of the Lewis and Clark Expedition », Montana, vol. 41 n ° 4, Autumn 1991, p. 18.

Auteur

CENA/CNRS UMR 8130
Université Paris Nord

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540