Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Autre : journée d'étude sur les auteurs et sujets des concours 2006

 | 
Michel Naumann
, 
Dominique Daniel

I. Civilisation

Finders-Keepers : La science au service de l’appropriation territoriale et de la subordination des Amérindiens

Salwa Nacouzi

Texte intégral

1James Ronda, interrogé par PBS sur la signification et la portée de l’expédition de Lewis et Clark, explique en quoi, selon lui, cette expédition fut différente de toutes les précédentes et pourquoi les contacts établis avec les tribus indiennes le long du Missouri jusqu’au Pacifique furent d’une nature toute nouvelle. Il dit en substance :

  • 1 Extrait de l'entretien de Jim Ronda à PBS, http://www.pbs.org/lewisandclatk/archive/ronda.htm,p. 1 (...)

« ...Les commerçants européens étaient présents tout au long du Missouri depuis bien longtemps, cependant la démarche de l’entreprise de Lewis et Clark était bien différente. Il y avait là un corps expéditionnaire nombreux et armé, se déplaçant sur de grandes embarcations... Ces hommes voulaient discuter et établir des cartes. Certes les Amérindiens du Missouri avaient déjà rencontré un grand nombre d’Européens mais ils n’avaient jamais vu un tel corps expéditionnaire s’adonner à des activités si étranges. Voilà un groupe d’hommes qui ne cherche pas directement à faire du commerce, qui s’applique à prélever des spécimens de plantes et d’animaux, qui dresse des listes de mots, qui observe le ciel et fait des relevés astronomiques ; un groupe qui veut signer des traités et encourager la paix entre les différentes tribus indiennes...1 »

2Cette transcription libre du discours de Ronda résume parfaitement les caractéristiques qui firent de cette expédition une expédition unique dans l’histoire de la jeune république. Lewis, Clark et leurs hommes suivirent un cahier des charges imposé par le Président Thomas Jefferson qui avait placé la science au cœur de l’aventure. Cette science qui relevait de l’observation et de la classification concernait autant l’astronomie, la cartographie et la minéralogie que la zoologie et « l’anthropologie ». Les rencontres du Corps de Découverte avec les Indiens s’inscrivaient donc plus dans cette démarche que dans un souci de commerce immédiat. Ainsi, cette expédition fut l’histoire d’une découverte et d’une rencontre mutuelle. En réalisant le rêve de Thomas Jefferson – celui d’initier une expédition dans la lignée de Cook, La Pérouse ou Mackenzie - Lewis et Clark, aidés dans leur aventure par l’achat très opportun de la Louisiane, contribuèrent à faire des États-Unis une puissance incontournable dans la course à la constitution d’empires.

  • 2 Curtis Hinsley, "Collecting Cultures and Cultures of Collecting : The Lure of the American Southwe (...)
  • 3 Ibid., p. 17. Voir aussi David Hurst Thomas, « Thomas Jefferson's Conflicted Legacy in American Ar (...)

3En mettant la science au cœur de leur expédition, Lewis et Clark reprirent la stratégie de Finders-Keepers, inaugurée quelque trois siècles plus tôt par Christophe Colomb et consistant à renommer les territoires découverts. À l’image du célèbre navigateur génois qui baptisa les terres conquises dans les Caraïbes au nom du Christianisme, Lewis et Clark firent de même au nom de la Science. Curtis Hinsley2 appelle ce processus, « a discourse of domination through ordering. » Ce processus impose un ordre et un agencement euro-américain du territoire exploré. En dénommant, en collectant, en sélectionnant et en classant les ressources (botaniques, minéralogiques ou ethnographique) Lewis et Clark rentrèrent aux États-Unis avec « the proofs of conquest, proprietorship and ultimate incorporation »3.

  • 4 Voir les deux références suivantes : Stephen Ε. Ambrose, Undaunted Courage : Meriwether Lewis, Tho (...)
  • 5 Les interprètes furent indispensables. La rencontre avec les Sioux Tetons se passe mal en partie p (...)

4Certes il faut reconnaître, à l’instar de ce qu’affirment un grand nombre d’historiens4, que cette expédition fut Tune des rares expéditions américaines à s’être déroulée sans violence ni effusion de sang et à s’être distinguée par de nombreux échanges de savoirs avec les Indiens. En effet, au moins jusqu’au village Mandan, Lewis et Clark avec leur Corps de Découverte ne firent que suivre le chemin tracé par d’autres Européens avant eux. Tout au long du voyage, ils firent appel aux Indiens pour se nourrir, parfois pour se soigner, et même pour survivre. Ils furent accompagnés en permanence de Métis et d’interprètes créoles français et canadiens français, installés pour certains dans les tribus indiennes et qui par leur maîtrise des différents codes culturels, contribuèrent au caractère pacifique des rencontres5.

  • 6 Jefferson dans sa lettre au Congrès du 18 janvier 1803 annonce sa politique : expansion, commerce (...)

5Cependant cet aspect de l’expédition ne doit pas occulter sa finalité ultime qui était l’appropriation territoriale et la subordination des Indiens6. Richard Drayton, analysant le rôle de la science dans la constitution de l’Empire britannique, écrit :

  • 7 Richard Deayton, Nature's Governement : Science, Imperial Britain, and the "Improvement" of the Wo (...)

« Systems of classification, as much as sextants and chronometers, allowed Europeans to perceive themselves as the magistrates of Providence, equipped by their knowledge of its laws with responsibilities over the creation. »7

6En effet, les avancées scientifiques donnèrent aux Européens le sentiment de disposer d’une connaissance totale du monde et de détenir un destin providentiel qui les autorisait à le posséder. La collecte systématique d’informations sur la botanique et la zoologie permit d’identifier les biens commercialisables et exploitables et la connaissance des Indigènes facilita leur subordination et leur pacification comme sujets de l’Empire. En nous basant essentiellement sur des extraits des journaux de Lewis et Clark édités par Bernard De Voto, nous démontrerons comment, au nom de la science et au moyen de la science, cette expédition aboutira d’une part à une appropriation, sinon réelle du moins symbolique, du territoire et d’autre part à la subordination des Indiens. C’est essentiellement au travers du remodelage géographique, de la maîtrise des ressources et de la nature des liens établis avec les Amérindiens que le Corps de Découverte prépara le terrain à l’expansionnisme américain.

A-APPROPRIATION TERRITORIALE ET REMODELAGE GÉOGRAPHIQUE : NOMMER, MESURER, CARTOGRAPHIER

7La toponymie est sans conteste un instrument de l’appropriation. Tout au long de l’expédition, des fleuves, des rivières, des ruisseaux, des montagnes furent baptisés ou rebaptisés par Lewis et Clark. Il ne s’agissait pas de dénommer systématiquement l’espace à la gloire de la Pax Americana, loin de là. Les noms furent attribués par les deux capitaines selon quatre objectifs différents : rendre hommage aux guides qu’ils soient Indiens ou Français et aux hommes engagés dans l’aventure, laisser sa trace en apportant son propre nom ainsi que ceux de parents proches ou de bien aimés, marquer les évènements les plus frappants et enfin inscrire l’Amérique dans l’espace géographique de l’Ouest en y marquant les noms de grands hommes politiques célèbres.

  • 8 De Voto, The Journals of Lewis and Clark, op. cit, p. 31.

8Ainsi, le 23 septembre 1804, Clark donna à un petit cours d’eau le nom de Reuben Creek en hommage à Reuben Fields, un des hommes de l’expédition qui l’avait découvert8. Entre Fort Mandan et Yellowstone, le 14 avril 1805, Lewis écrivait :

  • 9 Ibid., p. 96.

« .. passed an Island above which two small creeks fall in on Lard. side; the upper creek largest, which we called sharbono’s creek. After our interpreter who encamped several weeks on it with a hunting party of Indians. This was the highest point on which any whiteman had ever ascended, except two frenshmen (one of whom Lapage was now with us)...9 »

  • 10 Les interprètes étaient tellement indispensables qu'un grade particulier leur fut attribué permett (...)

9Lewis rendait ainsi un hommage appuyé à Toussaint Charbonneau, l’un de ces français indispensables à l’expédition, véritable intermédiaire, interprète de qualité10 et mari de Sacajawea, Indienne Shoshone à qui ils devront leur succès dans la traversée du mythique passage du Nord-Ouest vers l’Océan Pacifique. Sacajawea sera à son tour mise à l’honneur, puisque, le 20 mai 1805, sur la route entre Yellowstone et la Musselshell River, Lewis baptisa de son nom un cours d’eau qu’il qualifia de « handsome ». Il écrivait :

« ...and that about five miles above the mouth of the shell river a handsome river of about fifty yards in width discharged itself into the shell river on the Stard. Or upper side ; this stream we called Sâh-câger we-âh or bird woman’s River, after our interpreter the Snake woman". »

10À d’autres moments, ce sont les évènements qui déterminèrent l’attribution d’un nom. Ce même lundi 20 mai 1805, Clark écrivait :

  • 11 Ibid., p. 113.
  • 12 Ibid., p. 113.

« ... at11 oClock arrived at the mouth of the Shell river on the Lard Side and formed a camp for the present, having passed a large creek about 4 miles below on the Ld Side which we call Blowing fly Creek from the emence quantities of those insects which geather on our meat in such numbers that we are oblige to brush them off what we eate. »12

  • 13 Ibid., p. 177, 239, 183,236.

11Sur le chemin vers Beaver’s Head, le 3 août 1805, Lewis rebaptisa Pipestone Creek, Panther Creek en souvenir de la panthère tuée par Rueben Fields. De même le 14 septembre 1805 lorsque, affamés, ils furent obligés de tuer un poulain pour se nourrir, ils dénommèrent le cours d’eau sur lequel ils se trouvaient : Colt Killed Creek. Toujours sur la route pour Beaver’s Head, alors qu’ils campaient au bord de la rivière au pied de « high perpendicular clifts of rocks » ils furent surpris par le nombre de serpents à sonnettes qui grouillaient autour d’eux et décidèrent d’appeler le lieu Rattlesnake cliffs. Le nom qui demeure encore aujourd’hui le plus célèbre est sans conteste, Travellers Rest dans le Montana, lieu où le Corps de Découverte se reposa le 9 septembre 180513.

  • 14 Ibid., p. 120, 132.

12Par la suite les deux capitaines de l’expédition devinrent plus personnels et attribuèrent à l’espace traversé les noms de parents proches. Le 29 mai 1805, alors qu’ils étaient encore sur le Missouri, sur le chemin qui les menait de Musselshell à Maria’s River, Lewis écrivit : « Cap C. who assended this R. much higher than I did has thought proper to call it Judieths River. » du nom de Julia (Judy) Hanckock que Clark épousera quelques années plus tard. Lewis à son tour, arrivé le 8 juin, 1805 sur un cours d’eau qu’il pensait être un affluent du Missouri, décida de lui donner le prénom de sa cousine Maria Wood ; c’est aujourd’hui la célèbre Maria’s River14.

  • 15 Ibid., p. 176,218,288,294.

13Lewis et Clark ne se privèrent pas non plus de laisser leur nom et la trace de leur passage à la postérité. Lewis raconte comment, le 2 août 1805 sur la route du Missouri vers Beaver’s Head, ils passèrent près d’un cours d’eau qu’ils baptisèrent « Birth Creek » en référence à la date anniversaire de Clark né un 1er août. Plus tard, le 21 août 1805 sur la rivière Columbia, en arrivant sur un des affluents découvert en premier par Lewis, Clark décida de lui en attribuer l’antériorité en y laissant son nom : « I shall in justice to Capt. Lewis who was the first white man ever on this fork of the Columbia Call this Louis’s river. » Clark grava son propre nom sur un arbre à Cape Disapointment, le 19 novembre 1805 : « I proceede on the sandy coast and marked my name on a Small pine, the Day of the month and year, & c. and returned to the foot of the hill. » Et lorsqu’il atteignit l’Océan Pacifique, il inscrivit sur un arbre : « William Clark December 3rd 1805. By land from the U. States in 1804 & 180515. » Cependant c’est en territoire encore inexploré et pour porter la preuve de l’antériorité de la découverte des lieux par les États-Unis, que les deux capitaines leur attribuèrent les noms d’hommes politiques américains prestigieux, donnant ainsi à l’expédition un caractère national d’appropriation territoriale.

14Sur la route menant des Great Falls, du Missouri aux Three Forks Lewis écrivait le 15 juillet 1805 :

  • 16 Ibid., p. 155.

« we passed the river near where we dined and just above the entrance of a beautifull river 80 yards wide which falls in on the Lard. Side in honor of Mr. Robert Smith the Secretary of the Navy, we called Smith’s River16. »

15C’est ensuite aux trois affluents du Missouri décrits comme nobles, que les deux capitaines donneront les noms de Jefferson, Madison et Gallatin. Lewis écrivait le 28 juillet 1805 :

  • 17 Ibid., p. 170.

« Both Capt. C. and myself corrisponded in opinion with rispect to the impropriety of calling either of these streams the Missouri and accordingly agreed to name them after the President of the United States and the Secretaries of the Treasury and state having previously named one river in honour of the Secretaries of War and Navy.... The beds of all these streams are formed of smooth pebble and gravel, and their waters perfectly transparent; in short they are three noble streams’17. »

  • 18 De Voto, The Journals of Lewis and Clark.. op. cit., p. 320.
  • 19 Voir à ce sujet l'utilisation par Clark de la carte de John Evans et les copies des cartes de Pete (...)

16Enfin, lorsque le 14 février 1806, à Fort Clatsop, Clark complèta la carte du pays « through which we have been passing from the Mouth of the Mississippi to the Mouth of the Missouri to this place »18, il s’était symboliquement approprié le territoire. Il utilisa les noms que le Corps de Découverte avait attribués à l’espace parcouru. Alors que tout au long du voyage, il avait utilisé pour s’orienter les cartes d’autres explorateurs19 et le savoir-faire des « Frenchmen », des Métis et des Indiens, il remodela toutes ces connaissances dans la langue et la culture américaine.

17Les cartes ne leur suffisant pas pour revendiquer l’antériorité de la découverte du territoire pour le compte du gouvernement américain, Lewis, perpétuant une tradition qui remonte aux grandes expéditions du XVIIIe siècle, confia aux Indiens la preuve de leur passage. Dans son journal, en date du 18 mars 1806, à la veille de prendre le chemin du retour, il écrivait :

  • 20 Ibid., p. 332.

« This morning we gave Delashelwilt a certificate of his good deportment & c. and also a list of our names, after which we dispatched him to his village... These lists of our names we have given to several natives and also paisted up a copy in our room. The object of these lists we stated in a preamble of the same as follows (viz)" The object of this list is, that through the medium of some civilized person who may see the same, it may be made known to the informed world, that the party consisting of the persons whose names are hereunto annexed, and who were sent out by the government of the United States in May 1804, to explore the interior of the Continent of North America, did penetrate the same by way of the Missouri and Columbia Rivers, to the discharge of the latter into the Pacific Ocean, where they arrived on the 14th of November 1805, and from whence they departed... of March 1806 on their return to the United States by the same rout they had come out20. »

  • 21 Alan Taylor, « Jefferson's Pacific ; The Science of Distant Empire, 1768-1811 », in Across the Con (...)

18Cette instrumentalisation des Indiens, utilisés comme détenteurs de la preuve d’antériorité du passage des Américains et donc de leur droit de propriété, n’était pas une nouveauté. En effet, en 1778, revenu de ses explorations dans le Pacifique pour le compte des Britanniques, le capitaine Cook demanda que ses découvertes soient « published by Authority to fix the prior right of discovery beyond dispute ». Les Espagnols, qui avaient déjà exploré secrètement ces contrées, étaient furieux. Ils dépêchèrent en 1788-89 de nouvelles expéditions avec pour mission de collecter auprès des Indiens les preuves de l’antériorité de leur passage à celui de Cook21. Lewis et Clark prirent ainsi la précaution de laisser aux Indiens la preuve écrite de leur présence.

  • 22 Ibid., p. 237. Lorsque, à Travellers Rest, les Flatheads rencontrent les membres de l'expédition, (...)

19Les mesures spatio-temporelles sont des éléments essentiels de l’appropriation. Les Indiens mesurent le temps et non l’espace : c’est ainsi qu’ils comptent les distances en nombres de nuits passées (sleeps22), tandis que les Euro-américains comptent en jours de marche et lorsqu’il faut porter des indications sur les cartes, ils comptent en miles (kms) ; d’ailleurs la cartographie était en soi tout à fait étrangère aux Indiens. Lorsque Lewis demanda au chef Shoshone de lui montrer le chemin pour atteindre le Pacifique, ce dernier se mit à dessiner au sol et se servit de tas de sable pour représenter les montagnes. Lewis, frustré par le résultat, écrivait, à ce sujet, le 20 août 1805 :

  • 23 Ibid., p. 211.

« I now prevailed on the Chief to instruct me with rispect to the geography of this country. This he undertook very cheerfully, by delineating the rivers on the grounds... he drew the river on which we now are to which he placed two branches just above us, which he shewed me from the openings of the mountains were in view ; he next made it discharge itself into a larger river which flowed from the S. W.... here he placed a number of heaps of sand on each side which he informed me represented the vast mountains of rock eternally covered with snow through which the river passed... »23

  • 24 Ibid., p. 337.
  • 25 Ibid., p. 297.

20La mesure du temps était aussi un élément de classification et de précision scientifique qui relevait exclusivement d’une démarche euro-américaine. Le calendrier qui se décline en années, jours, heures et minutes n’avait aucun sens pour les Amérindiens qui vivaient au rythme des couchers et levers du soleil et comptaient le temps en lunes, (moons). Lorsque le 1er avril 1806, Lewis rencontra les Indiens des Dalles, ils lui confirmèrent que le saumon était rare et qu’ils ne l’attendaient qu’à la prochaine pleine lune c’est-à-dire le 2 mai24. Quant aux Clatsop, ils étaient capables, à la demande de Lewis et Clark, de citer de mémoire, les noms de tous les commerçants européens qu’ils avaient rencontrés ainsi que les dates en lunes de leur visite et de leur retour25.

21Certes, le Corps de Découverte doit en grande partie sa réussite aux informations fournies par les Indiens, mais en traduisant le temps et l’espace dans leurs propres codes et en introduisant une toponymie onomastique inconnue des Indiens, ils ont confisqué le territoire avant de se l’approprier.

B-L’APPROPRIATION PAR LA CATÉGORISATION : OBSERVER, CLASSER, COMPARER ET S’APPROPRIER

  • 26 Ibid., p. 233 Clark note dans son journal daté du 3 septembre 1805 : « we met with a great misfort (...)
  • 27 Ibid., p. 103, voir aussi p. 71, 139.
  • 28 Ibid., p. 28, 165.

22Au fil de la lecture des journaux de Lewis et Clark, les envolées lyriques côtoient les relevés scientifiques. Le thermomètre26, le sextant et autres instruments de mesure n’étaient jamais loin des deux hommes, arpenteurs infatigables. De nombreuses pages décrivent l’itinéraire parcouru dans ses plus petits détails : le climat, la richesse de la végétation, l’abondance ou le manque de gibier ; c’est ainsi que de nombreuses scènes de chasse sont relatées dont la plus significative est celle de la chasse au grizzly27. Si la nature était parfois généreuse : « Immence herds of deer Elk and Antelopes which we saw in every direction feeding on the hills and plains », elle pouvait être également hostile : « our trio of pests still invade and obstruct us on all occasions, these are the Musquetoes eye knats and prickely pears, equal to any three curses that ever poor Egypt laboured under... »28 Au cours de l’expédition, on allait des forêts luxuriantes au désert puis vers les plaines, les plateaux ou les chaînes montagneuses et, selon les étapes, on y faisait bonne chère en profitant de l’abondance du gibier ou au contraire, on se partageait une portion frugale, quand ce n’était la disette totale.

23La nature et l’espace traversés par Lewis et Clark étaient à la fois le paradis perdu, l’Éden, et un laboratoire d’expériences scientifiques. Le regard qu’ils portaient oscillait toujours entre poésie et expertise. Le journal de Lewis à la date du 3 juin 1805 donne un exemple frappant de ce regard à la fois enchanté et scientifique sur le paysage. Au moment où les deux hommes se trouvaient à la jonction de Musselshell et de Maria’s River, Lewis écrivait :

  • 29 Ibid., p. 125.

« Between the time of my A. M and meridian [observations] Capt. C. & myself strolled out to the top of the hights in the fork of these rivers from whence we had an extensive and most inchanting view ; the country in every derection around us was one vast plain in which innumerable herds of Buffalow were seen attended by there shepperds the wolves ; the solatary antelope which now had their young were distributed over it’s face, some herds of Elk were also seen ; the verdure perfectly cloathed the ground, the weather was pleasant and fair ; to the South we saw a range of lofty mountains which we supposed to be a continuation of the S. Mountains, stretching themselves from S. E to N. W terminating abruptly about S. West from us. »29

  • 30 Ibid, 123.

24On remarquera que la description plutôt picturale du panorama est introduite par une référence à la mesure de l’espace et se termine de même. Plus loin, le journal de Lewis est encore plus édifiant. Sur cette même route vers la Maria’s River et après une journée de navigation, Lewis entame sa description du paysage par : « The hills and river Cliffs which we passed today exhibit a most romantic appearance.... »30, suit alors un relevé de mesures relatif au niveau de l’eau, et une étude géologique du terrain environnant. En réalité Lewis et Clark ne perdirent jamais de vue les instructions de Jefferson et, chaque jour ou presque, ils notèrent leurs observations sur les animaux qu’ils croisaient et les espèces végétales qu’ils découvraient sans oublier de préciser si cette flore et cette faune présentaient des variétés différentes de celles déjà connues aux États-Unis. Alors qu’ils se dirigeaient vers Vermilion River, le 1er août 1804, Clark écrivait :

  • 31 Ibid., p. 15, voir aussi p. 28 Lewis parle de fruit « common to the Atlantic States ».

« The prarie which is situated below our camp is above the high water leavel and rich covered with Grass from 5 to 8 feet high interspersed with copse of Hazel, Plumbs, Currents (like those of the U. S) Rasberries & Grapes of Dift. Kinds. also producing a variety of Plants and flowers not common in the United States. »31

  • 32 Ibid., p. 91, note 1 et voir le contenu des objets et spécimens envoyés par les deux hommes à Jeff (...)

25Pour se convaincre du rôle essentiel que joue la science empirique, il suffit de s’intéresser au contenu des articles envoyés à Jefferson et à l’American Philosophical Society par le Corps de Découverte à partir de Fort Mandan, alors que l’expédition arrivait à mi-parcours. Dans cet envoi, les articles furent répartis dans quatre caisses et deux malles et les animaux vivants - écureuils, pies et lièvres - dans trois cages, le tout accompagné de nombreuses lettres et de volumineux rapports rédigés par les deux hommes32. Si la collecte était substantielle, le classement semblait peu précis ; il y avait vraisemblablement une distinction faite entre les animaux d’une part et les plantes et les insectes d’autres-part. Seuls les articles appartenant aux Indiens se retrouvaient dans toutes les caisses. Ainsi, dans la caisse n° l’étaient entassés, pêle-mêle, des antilopes (peaux et squelettes), des écureuils des Montagnes Rocheuses, des cornes de cerf, un arc et un carquois appartenant aux Mandans, les os et le squelette d’un coyote, le squelette d’un lièvre gris et blanc et autres spécimens. La deuxième caisse était aussi intéressante car elle contenait des robes de cérémonie indiennes y compris celle représentant un combat entre Sioux, Arikaras et Mandans, des peaux de renard ainsi qu’une robe de cérémonie Mandan dans laquelle étaient enveloppés des écureuils.

26Deux séries de plantes : l’une de soixante spécimens, l’autre de soixante-sept, furent déposées dans la caisse n° 4 avec des échantillons d’insectes et des poteries à usage culinaire fabriquées par les Mandans.

27Certes cette démarche ne peut être considérée comme une appropriation effective du territoire mais elle permettait de redéfinir la faune et la flore en termes de connaissances scientifiques euro-américaines (voir la classification de Linné). Ainsi nommer ou renommer permet, à l’instar de ce qui a été fait pour la topographie, de prendre possession des ressources.

C-SUBORDINATION DES INDIENS AU NOM DE LA SCIENCE ET AU MOYEN DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

  • 33 Lire à ce sujet l'article exhaustif de Gille Havard, « Long Knife et Red Hair : Lewis et Clark en (...)

28Au cours de leur périple, Lewis et Clark entrèrent en contact avec une quarantaine de tribus amérindiennes, très diverses, appartenant à trois aires culturelles différentes : les plaines, le plateau de la Columbia et la côte du Nord-Ouest33. Les instructions de Jefferson concernant les Indiens relevaient de trois approches : linguistique, ethnologique et anthropologique. Les deux capitaines qui s’y plièrent scrupuleusement accomplirent parfaitement leur mission. Ils furent les premiers à faire des descriptions détaillées et à rendre compte de la diversité et de la disparité culturelle des autochtones.

29La diversité linguistique fit l’objet de nombreux commentaires dans les journaux. Nicholas Biddle notait ainsi, dans son journal du 12 novembre 1804, les variations linguistiques entre des tribus Mandans, Hidatsas, Crow et Sioux :

  • 34 De Voto, The journals of Lewis and Clark, op. cit., p. 65.

« The Mandans Speake a language peculial to themselves very much [blank in M. S.]... the Mandans and Seaux have the same word for water. The Big bellies or Wietaries & ravin [Crow] Indians Speake nearly the Same language and the presumption is they were origionally the Same nation. »34

30À plusieurs reprises il est également fait mention d’une langue des signes utilisée par les interprètes. Lorsqu’ils rencontrèrent les Shoshones dont personne ne connaissait la langue, l’interprète, George Drouillard, put communiquer en utilisant une langue des signes que Lewis affirmait être universelle :

  • 35 Ibid., p. 194-95,14 août 1805.

« The means I had of communicating with these people was by way of Drewyer who understood perfectly the common language of jesticulation or signs which seems to be universally understood by all Nations we have seen. It is true that this language is imperfect and liable to error but is much less so than would be expected. The strong parts of the ideas are seldom mistaken. »35

  • 36 Ibid., p. 233-234, 15 septembre 1805.

31L’étude linguistique s’appuyait aussi comme pour le reste sur l’observation, la collecte et le classement. Ainsi, par exemple, alors qu’ils étaient chez les Indiens Tushepaw, connus sous le nom de Flatheads, ils furent surpris par leur langue, « a gugling kind of language Spoken thro the throught [throat] »36, et en conclurent qu’ils étaient peut-être en présence des mythiques Indiens gallois :

  • 37 Ibid., p. 234, information rapportée par Joseph White house. Le mythe des Indiens gallois était tr (...)

« These savages has the strangest language of any we have ever Seen. They appear to us to have an Empediment in their Speech or a brogue or bur on their tongue but they are likelyest and honests... We take these savages to be the Welsh Indians if their be any such from the language. »37

32Cependant, Lewis, toujours soucieux d’appliquer l’observation et la collecte avant de tirer des conclusions, fit la liste de tous les noms et mots, qu’il arriva à relever dans le souci de faire un travail de classement et de comparaison avant de conclure que ces Indiens descendaient vraiment des Gallois.

  • 38 Ibid., p. 38-39,26 septembre 1804 et p. 223,23 août 1805.

33L’approche linguistique n’était qu’un aspect de l’observation des tribus indiennes. Les rites, les us et coutumes étaient soigneusement relatés. À plusieurs reprises, il était fait référence à des rituels : cérémonies d’accueil, danse de guerre firent l’objet de longues pages dans les journaux. À titre d’exemples, on peut relever le fameux dîner chez les Sioux où les membres de l’expédition assistèrent à la danse du scalp et mangèrent du chien pour la première fois ou encore la « cérémonie du bouclier » chez les Shoshones38.

  • 39 Ibid., p. 216-217, 21 août 1805, Lewis décrit en détail les habits Shoshones en distinguant ceux d (...)
  • 40 En passant des plaines aux plateaux, les hommes passent d'une nourriture à base de viande à une no (...)

34La diversité de l’habitat (les Sioux vivaient dans des Tepees [wigwams], les Chinooks habitaient de grandes maisons faites de planches), des traditions vestimentaires39 (on retiendra la description des différentes robes de cérémonies et les chapeaux coniques des Chinooks) et culinaires40, était aussi très minutieusement répertoriée.

35L’organisation sociale et économique des tribus faisait aussi l’objet de descriptions détaillées. L’économie des tribus, leurs moyens de subsistance, leur degré de connaissance de la « civilisation » européenne étaient rapportés avec toujours pour objectif d’en comprendre le fonctionnement et d’évaluer la probabilité de transformer ces autochtones en consommateurs dociles en utilisant leurs chefs comme intermédiaires du commerce américain.

36Lewis et Clark percevaient très bien la diversité des organisations économiques et sociales et comparaient les moyens de subsistances et les méthodes de chasse ou de pêche des différentes tribus : les Shoshones étaient des pêcheurs, les Sioux des chasseurs nomades et les Chinooks des sédentaires. La division du travail étonnait aussi beaucoup. Dans un grand nombre de tribus, les femmes accomplissaient des tâches réservées habituellement aux hommes dans les sociétés européennes. À différentes occasions, les deux capitaines s’offusquèrent du traitement infligé aux femmes dans ces tribus :

  • 41 Ibid., p. 208, description des Shoshones.

« They treat their women but with little rispect, and compel them to perform every species of drudgery. They collect the wild fruits and roots, attend to the horses or assist in that duty, cook, dress the skins and make all their apparel, collect wood and make their fires, arrange and form their lodges, and when they travel pack the horses and take charge of all the baggage ; in short the man does little else except attend his horses hunt and fish... »41

37Quant à l’organisation sociale de la tribu et particulièrement l’organisation de la famille, les pratiques sexuelles semblaient avoir fascinés les membres de l’expédition. En effet, offrir sa femme aux visiteurs était une pratique si courante dans les tribus indiennes que son absence méritait d’être signalée. Ainsi décrivant les Shoshones, Lewis s’étonnait de leur comportement qu’il qualifiait de proche de celui de les « nations civilisées » :

  • 42 Ibid., p. 208.

« I have requested the men to give them no cause of jealousy by having connection with their women without their knowledge, which with them, strange as it may seem is considered as disgracefull to the husband as clandestine connections of a similar kind are among civilized nations. »42

38Cependant, malgré les nombreuses remarques relevées dans le journal sur la lubricité des Indiens et leur manque de moralité, la multiplication des maladies vénériennes au cours de l’expédition témoigne d’une grande promiscuité. Plus loin dans son journal, Lewis tenta de répondre à la question de la transmission de la syphilis, sans préjugés, par une démarche scientifique qui s’appuyait sur l’hypothèse :

  • 43 Ibid., p. 209.

« I was anxious to learn whether these people had the venerial, and made the enquiry through the interpreter and his wife; the information was that they sometimes had it but I could not learn their remedy; they most usually die with its effects. This seems a strong proof that these disorder bothe Ganaraehah and Louis Venerae are native disorders of America. Tho’these people have suffered much by the small pox which is known to be imported and perhaps those other disorders might have been contracted from other Indian tribes who by a round of communications might have obtained from the European since it was introduced into that quarter of the globe. But so much detached on the other hand from all communication with the whites that I think it most probable that those disorders are original with them. »43

  • 44 Plusieurs descriptions du physique surtout celui des femmes. Voir par exemple p. 38,272,332.

39Cet extrait montre comment, chez les deux hommes, il y avait toujours à la fois une part de préjugé et le souci d’être un observateur impartial. Néanmoins, la science qu’ils défendaient était en partie basée sur des préjugés. Ainsi, les pages consacrés à la description physique des différentes tribus étaient inspirées par la théorie environnementaliste44.

  • 45 Voir Richard Drinnon, Facing West : The Metaphysics of Indian-hating and Empire Building, Oklahoma (...)

40En collectant comme ils l’ont fait divers objets appartenant aux tribus indiennes et en décrivant, dans le détail, leurs us et coutumes, Lewis et Clark ont-ils participé de la subordination des Indiens ? Y-a-t-il eu dans l’approche « anthropologique » de ces tribus les prémices d’une marginalisation et d’une subordination future ? Ont-ils enfin, comme le prétendent certains historiens45, sorti les Indiens de l’Histoire pour en faire un objet de l’histoire naturelle ?

41L’étude « anthropologique » des différentes tribus indiennes fut l’une des demandes pressantes de Jefferson à Lewis et Clark. Le Président américain pensait en effet qu’il fallait considérer les Indiens comme un élément constitutif de la nature, au même titre que les autres spécimens de la faune et de la flore. C’est ainsi que dans les prélèvements qu’ils expédièrent de Fort Mandan, Lewis et Clark ne firent aucune distinction entre les différents échantillons. D’ailleurs, Jefferson, lui-même exposa sur l’un des murs de l’entrée de sa résidence de Monticello des spécimens d’animaux et sur l’autre, des objets usuels provenant de diverses tribus indiennes : robe d’une Cree en peau de daim, jupe d’une Chinook en écorce de cèdre, boîte à tabac Omaha. C’est ce qui fait dire à l’historien Roger Kennedy que Monticello fut le premier musée national des Indiens d’Amérique.

  • 46 Voir à ce sujet l'excellent article de David Hurst Thomas, « Thomas Jefferson's Conflicted Legacy (...)

42Néanmoins, on ne peut tenir ni Jefferson, ni Lewis et Clark pour responsables de la « biologisation » de l’anthropologie américaine que l’on vit se développer dans les années 1860. En 1803, Jefferson ne pensait pas encore que les Indiens allaient disparaître, il pensait que leur organisation sociale et leur mode de vie économique s’effaceraient pour laisser place au mode de vie américain ; d’où son intérêt pour la collecte d’objets témoignant d’un monde en voie de disparition. Même les fouilles et les excavations d’un cimetière indien qu’il entreprit sur ses terres à Monticello ne concernaient pas les ossements mais l’étude des coutumes funéraires. Il n’empêche que l’anthropologie qui se développa aux États-Unis au cours du XlXè siècle défendra l’idée que ces tribus allaient s’éteindre complètement et qu’il était urgent de collecter toutes les informations et répertorier les artéfacts les concernant y compris, cette fois-ci, les ossements et les crânes. Jefferson lui-même après 1803 avait plus ou moins renoncé à l’approche philanthropique de la question indienne et épousé une attitude bien plus agressive qui consistait à soumettre les Indiens et à récupérer leurs terres même par la force. Cependant, il n’est pas le père fondateur, ni le précurseur de l’anthropologie qui, dans la seconde moitié du 19ème siècle, sera dominée par des phrénologues et des eugénistes de tous bords. Louis Agassiz fut l’un de ceux-là qui, afin de dynamiser les musées d’histoire naturelle, lancera en 1865 une campagne de collecte, non pas d’objets appartenant aux Indiens, mais de squelettes et d’ossements indiens qui devenaient ainsi des spécimens de l’histoire naturelle, objets de curiosité, au même titre que ceux des plantes et des animaux46.

43Au nom de la science, Lewis et Clark ont, en effet, enfermé les Indiens dans un statut de sauvage relevant de l’histoire naturelle et des musées sans pour autant en faire une espèce en voie de disparition. Mais c’est principalement au moyen de la science et de la technologie qu’ils ont réussi à susciter chez ces derniers une admiration et une fascination qui préparaient leur subordination.

  • 47 Rhétorique du Good Father, Great Father et children. Ibid., p. 67, 69, 70, 71, 77,203
  • 48 Ibid., p. 84,91. Lewis et Clark apprennent la fusion de la Compagnie du Nord-Ouest basée à Montréa (...)

44Si le but ultime de l’expédition était à terme l’établissement de liens commerciaux avec les différentes tribus et leur transformation en agriculteurs sédentaires, la tâche de Lewis et Clark était d’abord de créer des liens de « confiance », selon un schéma qui se répétera inlassablement. Pour les Américains, il s’agissait surtout de faire oublier les autres Blancs et de s’affirmer comme les protecteurs47, les arbitres d’une paix inter-tribale et les messagers d’une paix avec l’Amérique. Tout le long de leur voyage, Lewis et Clark rencontrèrent des représentants des compagnies britanniques et demeuraient conscients de la compétition dans laquelle ils étaient engagés avec elles48. Il fallait donc qu’ils se présentent comme des protecteurs et non comme des marchands.

45Les cérémonies avec les chefs indiens commençaient toujours par la distribution de médailles et de certificats et se terminaient par des tirs de carabines à air comprimé, et la distribution d’objets divers, preuve s’il le fallait, de la supériorité technologique des Blancs et surtout des Américains.

  • 49 Les armes à feu et le cheval sont connus des Indiens des plaines et du plateau depuis la fin du 17(...)
  • 50 De Voto, The Journals of Lewis and Clark... op. cit., p. 16, 21, 49,205, 315.
  • 51 Ibid., p. 21.
  • 52 Certaines tribus qui commercent déjà avec les Britanniques se montrent distantes et parfois hostil (...)
  • 53 De Voto, The Journals of Lewis and Clark, op. cit., p. 37.
  • 54 Ibid., p. 37.

46Les armes étaient l’un des instruments de subordination des plus efficaces. En effet, non seulement l’arme fascinait mais elle était aussi devenue une nécessité pour certaines tribus engagées dans des guerres avec d’autres nations déjà armées par d’autres puissances49. A chaque rencontre avec les Indiens, les deux capitaines notaient dans leur journal leur étonnement et leur fascination pour les armes50. Clark écrivait par exemple, le 19 août 1804 à propos de la cérémonie chez les Ottos : « We showed them many curiosities and the air gun which they were much astonished at... »51 Conscients de leur supériorité technologique, Lewis et Clark en jouaient pour menacer les tribus inamicales52. Face aux Sioux Tetons qui les empêchaient pour un temps d’avancer sur le Missouri, les deux capitaines décidèrent de montrer leur puissance de feu. À ce propos, John Ordway écrivait le 25 septembre 1804 : « Capt Clark spoke to all the party to stand to their arms. Capt Lewis... ordered every man to his arms. The large Swivel (was) loaded immediately with 16 Musquet Ball in it... »53 Le bateau à quille était aussi une autre manifestation de la supériorité de ces Américains. Les Sioux, pourtant habitués à voir passer des Européens, n’avaient jamais vu une aussi grande embarcation. Ils demandèrent la permission que leurs femmes et leurs enfants puissent monter à bord pour visiter « as they never saw Such a one »54.

47La bimbeloterie et objets usuels que les deux capitaines distribuaient lors de cérémonies de bienvenue ou en échange de nourriture et de chevaux étaient indiscutablement des éléments de subordination. D’une part, ils étaient, aux yeux des Indiens, une preuve de la puissance magique de ces Blancs qui pouvaient produire en grande quantité perles de verre, aiguilles, mouchoirs, miroirs de poche, couteaux, ciseaux et hameçons ; d’autre part, ils créaient chez les Indiens des besoins, devenant alors des consommateurs potentiels. Ainsi se préparait le terrain du commerce tant rêvé par Jefferson.

48Les connaissances médicales de l’époque étaient encore sommaires. Si les membres de l’expédition, souvent malades, demeuraient en vie, ils ne le devaient certainement pas aux nombreuses saignées ni aux fameuses pilules du docteur Rush à base de chlorure et d’extraits de Jalap (plante aujourd’hui interdite à la consommation et hautement toxique), mais bien à leur robuste constitution. Pourtant les Indiens attribueront aux deux hommes des pouvoirs chamaniques puisque ces derniers prétendaient soigner toutes sortes d’affections : abcès, entorses, conjonctivites et autres indispositions. Clark s’occupera tout particulièrement d’une maladie ophtalmique à laquelle les Indiens du Plateau de la Columbia semblaient prédisposés. Le 1er novembre 1805, il écrivait à ce sujet :

  • 55 Ibid., p. 272.

« The natives of the waters of the Columbia appear helthy, some have turners on different parts of their bodies, and Sore and weak Eyes are common, many have lost their Sight entirely, great numbers with one eye out and the other very weak. This misfortune 1 must again ascribe to the water... »55

49L’arrivée de Clark dans certains campement d’Indiens du Plateau suscitait de grands rassemblements de malades. Le 12 mai, 1806, il décrivait l’une de ses consultations :

  • 56 Ibid., p. 383.

« After brackfast I began to administer eye water and in a fiew minits had near 40 applicants with sore eyes, and many others with other complaints most common Rhumatic disorders & weaknesses in the back and loins particularly the womin... I was closely employed until 2 P. M. administering eye water to about 40 grown persons. Some simple cooling medicines to the disabled Chief, to several women with rhumatic effections & a man who had a swelled hip... »56

  • 57 Ibid., p 367.

50À une occasion au moins, Clark utilisera la médecine comme monnaie d’échange. Alors qu’il se trouvait chez les Yelleppet, un Indien qui avait une contraction du genou vint lui demander un remède. Clark y consentit à condition que l’homme lui fournisse un canoë.57.

51Dans plusieurs autres circonstances, les deux capitaines s’intéresseront à la médecine indienne et y auront même recours. Ainsi, avec les spécimens envoyés à Jefferson, ils glissèrent une plante dont les racines étaient utilisées par les Autochtones pour soigner les morsures de crotales et celles des chiens enragés. Malgré cet échange de savoirs, ils restaient persuadés de leur supériorité scientifique et en jouaient pour circonvenir les Indiens.

  • 58 Ibid., p. 61.

52Ces Indiens fascinés par les armes, les objets divers et la capacité des hommes blancs à les soigner, leur conférèrent un statut supra-humain, une force spirituelle et des pouvoirs chamaniques. L’épisode relaté par Clark, d’un feu qui se déclara chez les Mandans en est une bonne illustration. Un garçon mandan qui se trouva pris dans les flammes fut le seul à ne pas souffrir de brûlures. Clark, conscient de l’ascendant qu’il avait sur ces Indiens en déduisit : « Those ignerent people say this boy was saved by the Great Medison Speret because he was white. The couse of his being saved was a Green Buffalow skin was thrown over him by his mother... »58 Au nom de la science et au travers des connaissances scientifiques et technologiques, le Corps de Découverte a introduit au sein des différentes tribus indiennes, des éléments de subordination.

  • 59 Sur les 88 toponymes utilisés par Lewis et Clark dans les États de Washington et Oregon, seul 13 o (...)

53Certes l’expédition n’a pas eu pour résultat immédiat, l’acquisition du territoire exploré, mais elle a fait peut-être plus. Elle a transformé l’Ouest en une réalité tangible aux yeux des Américains. Une réalité vue à travers leur prisme, au moyen de leurs cartes, leurs noms, leurs mesures59. Ils ont observé, classé, organisé les ressources, y compris les Indiens devenus objets d’étude de sciences naturelles, et se sont, au moins symboliquement, appropriés ainsi le territoire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AMBROSE Stephen Ε., Undaunted Courage : Meriwether Lewis, Thomas Jefferson and the Opening of the American West, New York, Simon and Schuster, 2002.

CARON Nathalie, WULF Naomi (Dir.), The Lewis and Clark Expedition, Nantes, Editions du Temps, 2005.

DEVOTO Bernard (Dir.), Journals of Lewis and Clark, Boston, Houghton Mifflin CO., (1953) 1997.

FOUCRIER Annick, Meriwether Lewis et William Clark : la traversée d’un continent : 1803-1806, Paris, Michel Houdiard, 2000 HUGUES Gérard, ROYOT Daniel, Thomas Jefferson et l’Ouest : L’expédition de Lewis et Clark, Paris, Armand Colin, 2005.

ONUF Peter S. (Dir.), Jeffersonian Legacies, Charlottesville, University of Virginia Press, 1993.

RONDA James P., Lewis and Clark among the Indians, Lincoln, University of Nebraska Press, 2002 SEEFELDT Douglas, HANTMAN Jeffrey L., ONUF Peter S. (Dir.), Across the Continent : Jefferson, Lewis and Clark, and the Making of America, Charlottesville, University of Virginia Press, 2005.

page paire on left with name on right salwa Nacouzi petites maj, tmr 9 ital

page impaire : finders-keepers on left with page on right

Notes

1 Extrait de l'entretien de Jim Ronda à PBS, http://www.pbs.org/lewisandclatk/archive/ronda.htm,p. 1. Voir aussi, le film, Ken Burns, Lewis and Clark : The Journey of the Corps of Discovery, PBS Home Video, 1997.

2 Curtis Hinsley, "Collecting Cultures and Cultures of Collecting : The Lure of the American Southwest, 1880-1915", Museum Anthropology, 16, 1992, p. 12-20.

3 Ibid., p. 17. Voir aussi David Hurst Thomas, « Thomas Jefferson's Conflicted Legacy in American Archaelogy » in Douglas Seefeldt, Jeffrey L. Hantaan, Peter S. Onuf (Dir.), Across the Continent : Jefferson, Lev/is and Clark, and the Making of America, Charlottesville, University of Virginia Press, 2005, p. 84-131.

4 Voir les deux références suivantes : Stephen Ε. Ambrose, Undaunted Courage : Meriwether Lewis, Thomas Jefferson and the Opening of the American West, New York, Simon and Schuster (1996), 2003. James P. Ronda, Lewis and Clark among the Indians, Lincoln, University of Nebraska Press, 1984.

5 Les interprètes furent indispensables. La rencontre avec les Sioux Tetons se passe mal en partie pour des questions de traduction. Voir Bernard De Voto, The Journals of Lewis and Clark, New York, Mariner Book, (1953), 1997, p. 36, 50.

6 Jefferson dans sa lettre au Congrès du 18 janvier 1803 annonce sa politique : expansion, commerce et subordination des Indiens par leur transformation en agriculteurs. Les moyens d'y arriver sont explicités dans ses instructions à Lewis le 20 juin 1803 où la science apparaît comme l'instrument essentiel.

7 Richard Deayton, Nature's Governement : Science, Imperial Britain, and the "Improvement" of the World, New Haven, 2000, p. 45.

8 De Voto, The Journals of Lewis and Clark, op. cit, p. 31.

9 Ibid., p. 96.

10 Les interprètes étaient tellement indispensables qu'un grade particulier leur fut attribué permettant de les payer $ 25 par mois, bien plus que les simples soldats payés $ 5. Ibid., p. 489, note 1.

11 Ibid., p. 113.

12 Ibid., p. 113.

13 Ibid., p. 177, 239, 183,236.

14 Ibid., p. 120, 132.

15 Ibid., p. 176,218,288,294.

16 Ibid., p. 155.

17 Ibid., p. 170.

18 De Voto, The Journals of Lewis and Clark.. op. cit., p. 320.

19 Voir à ce sujet l'utilisation par Clark de la carte de John Evans et les copies des cartes de Peter Fielder de 1795 et 1796, Ibid., p. 52, 133.

20 Ibid., p. 332.

21 Alan Taylor, « Jefferson's Pacific ; The Science of Distant Empire, 1768-1811 », in Across the Continent...., p. 20.

22 Ibid., p. 237. Lorsque, à Travellers Rest, les Flatheads rencontrent les membres de l'expédition, ils prétendent qu'il faut « five sleeps » pour arriver à la mer.

23 Ibid., p. 211.

24 Ibid., p. 337.

25 Ibid., p. 297.

26 Ibid., p. 233 Clark note dans son journal daté du 3 septembre 1805 : « we met with a great misfortune, in haveing our last Th [er] mometer broken, by accident. »

27 Ibid., p. 103, voir aussi p. 71, 139.

28 Ibid., p. 28, 165.

29 Ibid., p. 125.

30 Ibid, 123.

31 Ibid., p. 15, voir aussi p. 28 Lewis parle de fruit « common to the Atlantic States ».

32 Ibid., p. 91, note 1 et voir le contenu des objets et spécimens envoyés par les deux hommes à Jefferson, p. 493-494.

33 Lire à ce sujet l'article exhaustif de Gille Havard, « Long Knife et Red Hair : Lewis et Clark en territoire indien », in Nathalie Caron et Naomi Wulf (Dir.), The Lewis and Clark Expedition, Nantes, Éditions du Temps, 2005.

34 De Voto, The journals of Lewis and Clark, op. cit., p. 65.

35 Ibid., p. 194-95,14 août 1805.

36 Ibid., p. 233-234, 15 septembre 1805.

37 Ibid., p. 234, information rapportée par Joseph White house. Le mythe des Indiens gallois était très répandu et remontait au 16ème siècle (voir note 3, p. 234 du journal).

38 Ibid., p. 38-39,26 septembre 1804 et p. 223,23 août 1805.

39 Ibid., p. 216-217, 21 août 1805, Lewis décrit en détail les habits Shoshones en distinguant ceux des femmes, des enfants et des guerriers.

40 En passant des plaines aux plateaux, les hommes passent d'une nourriture à base de viande à une nourriture à base de céréales et surtout de racines, très utilisées par les Indiens, voir De Voto, The Journals of Lewis and Clark, op. cit., p. 241-242, p. 311, voir aussi p. 117.

41 Ibid., p. 208, description des Shoshones.

42 Ibid., p. 208.

43 Ibid., p. 209.

44 Plusieurs descriptions du physique surtout celui des femmes. Voir par exemple p. 38,272,332.

45 Voir Richard Drinnon, Facing West : The Metaphysics of Indian-hating and Empire Building, Oklahoma, Norman, (1980) 1997.

46 Voir à ce sujet l'excellent article de David Hurst Thomas, « Thomas Jefferson's Conflicted Legacy in American.... » op. cit., p. 114,

47 Rhétorique du Good Father, Great Father et children. Ibid., p. 67, 69, 70, 71, 77,203

48 Ibid., p. 84,91. Lewis et Clark apprennent la fusion de la Compagnie du Nord-Ouest basée à Montréal avec la Compagnie de la Baie d'Hudson.

49 Les armes à feu et le cheval sont connus des Indiens des plaines et du plateau depuis la fin du 17ème siècle.

50 De Voto, The Journals of Lewis and Clark... op. cit., p. 16, 21, 49,205, 315.

51 Ibid., p. 21.

52 Certaines tribus qui commercent déjà avec les Britanniques se montrent distantes et parfois hostiles. C'est le cas, notamment, des Hidatsa, Blackfeet, et Sioux.

53 De Voto, The Journals of Lewis and Clark, op. cit., p. 37.

54 Ibid., p. 37.

55 Ibid., p. 272.

56 Ibid., p. 383.

57 Ibid., p 367.

58 Ibid., p. 61.

59 Sur les 88 toponymes utilisés par Lewis et Clark dans les États de Washington et Oregon, seul 13 ont survécu aujourd'hui et sur les 5 rivières baptisées, aucune n'a conservé son nom. Cependant, il faut également souligner que les quelques expressions indigènes qu'on trouve sur la carte de King en 1803 disparurent de la carte de Clark en 1814. Voir à ce sujet la très bonne analyse de la cartographie de Pascale Smorag, « Lewis et Clark, cartographes de l'Empire de la Liberté », in Nathalie Caron et Naomi Wulf (Dir.), The Lewis and Clark Expedition, op. cit., p. 43-61.

Auteur

Université de Poitiers

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540