Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Autre : journée d'étude sur les auteurs et sujets des concours 2006

 | 
Michel Naumann
, 
Dominique Daniel

I. Civilisation

Le voyage scientifique au siècle des lumières

Jean-Marc Drouin

Texte intégral

1Lorsqu’en mai 1804, Merriwether Lewis, William Clark et leurs compagnons commencent à remonter le Missouri, le président Thomas Jefferson, l’instigateur de cette expédition, s’apprête à recevoir le géographe et naturaliste Alexandre de Humboldt, qui, avec le botaniste français Aimé Bonpland, a parcouru pendant près de cinq ans l’Amérique espagnole. Quelques mois plus tôt se terminaient deux périples rivaux, commandés l’un par le commandant Matthew Flinders, l’autre par le capitaine Baudin. Trois ans auparavant, à l’été 1801, les savants de la « Commission des Sciences et des Arts » quittaient l’Égypte où ils avaient débarqué en 1798, avec l’armée de Bonaparte. Toutes ces entreprises mêlaient à des degrés divers travail scientifique et volontés politiques. Ainsi l’expédition de Lewis et Clark demande à être replacée dans le cadre du voyage savant au XVIIIe siècle.

  • 1 Voir par exemple Janet Browne, « Biogeography and empire », in Nicolas Jardine, James Secord and E (...)
  • 2 Pour une part, la présente communication résume en la référant à l'expédition Lewis et Clark une c (...)

2Les expéditions scientifiques de l’époque des Lumières ont depuis longtemps retenu l’attention des historiens des idées. Depuis quelques années, leur étude a été renouvelée par une approche de leur dimension politique1. Ainsi a pu s’esquisser un panorama contrasté qui inscrit ces entreprises dans l’histoire culturelle et sociale du XVIIIe siècle2.

QU’EST-CE QU’UN VOYAGE SCIENTIFIQUE ?

3Tout d’abord se pose la question de la définition. Selon quels critères doit-on considérer qu’un voyage est « scientifique » ? Selon les motivations individuelles ? Selon les objectifs de l’institution grâce à laquelle il se réalise ? Mais peut-on toujours distinguer les objectifs scientifiques des autres objectifs ? L’aventure des voyages du siècle des Lumières s’inscrit sur un fond d’histoire politique, marquée par la lutte des puissances européennes pour la maîtrise du monde. Le rôle de ces facteurs socio-politiques est souvent complexe car la position des différents acteurs vis-à-vis de l’activité scientifique est variée et parfois contradictoire.

  • 3 Yves Laissus, « Les voyageurs-naturalistes du Jardin du roi et du Muséum d'histoire naturelle : es (...)

4Le voyage scientifique peut se présenter d’abord comme étant l’affaire d’un individu. Le voyageur naturaliste tel qu’Yves Laissus ou Marie-Noëlle Bourguet en ont dégagé les traits est une figure essentielle du siècle3.

  • 4 Sverker Sörlin, « National and international aspects of cross-boundary science : scientific travel (...)

5On retrouve dans cette catégorie les élèves de Carl Linné. On sait l’importance que le naturaliste suédois attache à ses voyages dans les provinces de son pays, à Commencer par son expédition de jeunesse en Laponie. Mais il préconise aussi des voyages au long cours et si lui-même n’y participe pas, il encourage plusieurs de ses étudiants à s’y engager. Ceux-ci — qu’il appelle lui-même ses « apôtres » — voyagent dans des pays et sur des bateaux étrangers. Comme le souligne Sverker Sörlin, le fait que la Suède soit à ce moment-là peu redoutée des grandes puissances européennes permet aux élèves de Linné de ne pas apparaître comme des agents d’intérêts économiques ou militaires menaçants4.

6Parmi les naturalistes-voyageurs qui réalisent leur œuvre scientifique individuellement, mais en utilisant le support des réseaux commerciaux, figure aussi un des anti-linnéens les plus résolus : le naturaliste français Michel Adanson. Né à Aix-en-Provence en 1727, passionné très jeune par la botanique, il part au Sénégal, à vingt-deux ans. Il y reste quatre ans, étudiant la faune et la flore locale, et décrit en particulier le Baobab, auquel on a donné en son honneur le nom scientifique d’Adansonia digitata. Rentré en France, il publie en 1754 une Histoire naturelle du Sénégal, et entre à l’Académie des Sciences. À première vue, ces aventures individuelles semblent progressivement céder le pas ensuite aux grandes expéditions scientifiques.

  • 5 Jacques Brosse, Les tours du Monde des explorateurs. Les grands voyages maritimes, 1764-1843, Pari (...)
  • 6 Juan Pimentel, Jorge Juan, Mutis, Malaspina, Viajeros cientificos. Tres grandes expediciones al nu (...)
  • 7 Patrice Bret (ed.), L'Expédition d'Égypte, une entreprise des Lumières, 1798-1801, Actes de Colloq (...)

7Parti de France en novembre 1766, revenu en mars 1769, le voyage commandé par Louis Antoine de Bougainville est un des plus célèbres, ne serait-ce que par l’escale tahitienne (immortalisée par le Supplément de Diderot), et, plus encore, par l’arbuste sud-américain que le naturaliste de l’expédition, Philibert Commerson, baptise Bougainvillier, en hommage à son chef. Aux trois voyages de Cook (celui de 1768-1771, celui de 1772-1775, et enfin celui de 1776-1780 marqué par la mort de Cook lui-même) répond l’expédition partie de France en 1785, commandée par Jean-François de Galaup comte de La Pérouse (1741-1788). La disparition de La Pérouse entraîne l’envoi en 1791 d’une expédition lancée à sa recherche, commandée par Joseph de Bruni d’Entrecasteaux ; si elle ne parvient pas à retrouver La Pérouse et se termine aux Indes hollandaises dans les dissensions politiques liées à la Révolution française, l’expédition n’en accomplit pas moins un vrai travail scientifique, en particulier grâce au botaniste Jacques Houtou de la Billardière5. Dans les mêmes années, en septembre 1794, une expédition maritime espagnole dirigée par un capitaine d’origine italienne, Alejandro Malaspina revient à Cadix après plus de cinq ans d’exploration6. Enfin en 1801, 1803 le naturaliste Robert Brown — connu des physiciens pour le mouvement qui porte son nom — participe à l’expédition de Matthew Flinders qui explore les côtes australiennes, au moment où croise dans les mêmes eaux l’expédition française commandée par Nicolas Baudin. Aux circumnavigations il faut ajouter plusieurs expéditions terrestres commandées par des pouvoirs étatiques : celle d’abord que Catherine II envoie explorer la Sibérie de 1768 à 1774 avec le zoologiste d’origine allemande Pierre-Simon Pallas ; celles aussi que l’Espagne de Charles III envoie au Pérou en 1778, à la Nouvelle-Grenade en 1783, puis à la Nouvelle-Espagne en 1788 ; celle enfin que Bonaparte emmène avec l’armée française en Égypte en 1798 et qui, avec plus de 150 savants, ingénieurs, artistes et techniciens, représente l’apogée des grandes expéditions politico-scientifiques du XVIIIe siècle7.

  • 8 Thorkild Hansen, La Mort en Arabie. Une expédition danoise 1761-1767, Lausanne, Éditions de l'Aire (...)

8En identifiant l’époque des Lumières avec un grand XVIIIe siècle, de 1690 à 1810, on est tenté d’y distinguer deux périodes dont la première, qui irait de 1690 à 1766, serait celle des aventures individuelles et la seconde, qui s’étendrait de 1766 à 1810, serait marquée par des entreprises collectives. En réalité cette périodisation commode est un peu artificielle. En effet des expéditions collectives ont existé avant les voyages de Bougainville et de Cook. C’est le cas de l’« Expedición de Limites al Orinoco » destinée à déterminer les frontières entre les possessions espagnoles et portugaises en Amérique dans la région de l’Orénoque. C’est le cas aussi de l’expédition envoyée en 1761 par la couronne danoise en Égypte et en Arabie et à laquelle participent Pehr Forsskâl et Carsten Nieburh8. On ne peut pas non plus oublier les deux missions qu’organise l’Académie royale des Sciences pour mesurer un morceau de méridien. La première se rend en Laponie de 1736 à 1737 avec Pierre-Louis Moreau de Maupertuis et Alexis Clairaut ; la seconde travaille en Amérique du Sud de 1735 à 1744 avec Charles Marie de La Condamine, Pierre Bouguer et Louis Godin, accompagnés du botaniste Joseph de Jussieu, de plusieurs aides et de deux officiers espagnols, Jorge Juan et Antonio de Ulloa.

  • 9 Charles Minguet, Alexandre de Humboldt historien et géographe de l'Amérique espagnole. 1799-1804, (...)

9Par ailleurs l’organisation des grandes expéditions collectives après 1766 ne marque pas la fin des entreprises individuelles, plus ou moins parrainées ou soutenues par les Académies ou les autorités politiques. Le plus spectaculaire et le plus riche scientifiquement de ces voyages est incontestablement celui qu’accomplissent, de 1799 à 1804, Alexandre de Humboldt et Aimé Bonpland en Amérique et qui les conduit des profondeurs de la forêt équatoriale aux hauteurs de la Cordillère des Andes9.

REPÉRAGE GÉOGRAPHIQUE ET OBSERVATIONS ASTRONOMIQUES

10Le motif le plus évident du voyage géographique est de compléter les cartes. Explorer, c’est d’abord découvrir de nouvelles terres, préciser le tracé des côtes, trouver des passages entre îles et continents, remonter le cours d’un fleuve, gravir une montagne, parcourir une plaine... C’est aussi cartographier, et par conséquent calculer latitudes, longitudes et altitudes, mesurer les distances par la triangulation. Mais le voyage peut aussi permettre d’effectuer des mesures astronomiques qui supposent la comparaison d’observations effectuées en des points différents du globe terrestre.

11L’exemple du premier voyage de Cook est à cet égard caractéristique. Ce voyage est une occasion exceptionnelle de collectes naturalistes pour Joseph Banks qui emmenait avec lui un des élèves de Linné, Daniel Solander, et le peintre d’histoire naturelle Sydney Parkinson. Mais ce n’était pas là le but unique ni même initial de l’expédition, qui était chargée d’une part d’observer le passage de Vénus devant le Soleil, et d’autre part de trouver le continent austral.

  • 10 Numa Broc, « Voyages et géographie au XVIIIe siècle », Revue d'histoire des sciences, XXIII, 1969, (...)

12Comme l’a rappelé Numa Broc, une des grandes questions de la géographie du XVIIIe siècle est la quête d’un hypothétique continent austral. Elle oriente les efforts des navigateurs, tout comme la recherche d’un passage au nord de l’Amérique entre l’Atlantique et le Pacifique. En parcourant le Pacifique et en n’y découvrant que des îles, Cook, se donne la possibilité de conclure qu’il n’y a pas de continent austral à moins qu’il ne soit situé près du Pôle10. L’importance géographique mais aussi politique de s’assurer la maîtrise d’un tel continent, s’il existe, a évidemment pesé beaucoup dans la décision de lancement de l’expédition. Cependant, aux yeux des scientifiques de la Royal Society, l’observation astronomique a été également un élément décisif.

  • 11 Cette histoire capitale a été racontée de manière passionnante par Dava Sobel, Longitude, London, (...)

13Ce lien entre voyage et astronomie se manifeste aussi dans l’autre sens, celui d’une contribution de l’astronomie aux voyages, par les calculs de latitude et de longitude. Si le calcul de la latitude — par la hauteur du soleil ou d’un autre astre — ne présente pas de difficultés majeures, la détermination de la longitude, en revanche, par comparaison de l’heure locale avec l’heure d’un méridien de référence, suppose qu’on connaisse l’heure de ce méridien, condition difficile à remplir11. L’observation d’un phénomène astronomique tel qu’une éclipse de lune peut donner la longitude dès lors qu’une table indique l’heure à laquelle elle est visible sur le méridien de référence. Mais les éclipses de lune sont relativement rares. Celles des satellites de Jupiter sont plus fréquentes. Elles sont utilisées par les astronomes pour calculer la longitude de points situés sur terre, mais elles sont d’emploi difficile pour le voyageur. Une méthode apparemment prometteuse, celle des distances lunaires, repose sur le déplacement de la Lune par rapport aux étoiles fixes. Ce déplacement d’environ un demi-degré par heure fait de la lune une sorte de chronomètre astronomique. La méthode est cependant d’application difficile et l’on comprend l’importance considérable des travaux des horlogers anglais et français qui réalisent les premiers chronomètres de marine. Le second voyage de Cook permet de tester un chronomètre de marine fait sur le modèle de celui de John Harrison.

  • 12 Je remercie Annick Fourrier qui m'a fait connaître ce texte.
  • 13 Article présenté en 1999 à Phoenix, Arizona et disponible en ligne dans les Desert Skies Proceedin (...)

14Aussi n’est-il pas étonnant que Jefferson, dans les instructions qu’il adresse à Lewis, parle des « Instruments for ascertaining by celestial observations the geography of the country thr’ο which you will pass »12. Un très intéressant article d’Eileen Star, « The astronomy of Lewis and Clark »13, permet de se représenter les difficultés rencontrées par le « Corps of Discovery » dans l’utilisation des méthodes astronomiques. Par exemple, dans la nuit du 14 au 15 janvier 1805, alors qu’ils sont à Fort Mandan, dans ce qui est aujourd’hui le Dakota du Nord, Lewis et Clark ont la chance d’assister à une éclipse de Lune. Malheureusement des nuages cachent le début de l’éclipse. En définitive, le calcul de la longitude de Fort Mandan, fait d’après cette observation, aboutit à une erreur de plus de deux degrés, ce qui revient à situer le fort une centaine de kilomètres plus à l’est. Au total les défauts des instruments et des tables s’ajoutant aux difficultés d’observation, le bilan des observations astronomiques se révèle décevant : dans un rapport à Jefferson Lewis ne donnera que la latitude de sept lieux et la longitude d’un seul, l’embouchure de la Columbia. Le succès géographique de l’expédition s’explique en fait par des méthodes d’arpentage et de navigation à l’estime...

15Cependant, pour important qu’il soit, le repérage topographique — appuyé ou non sur l’observation astronomique — n’épuise pas la tâche du voyage savant. Une autre grande constante est la collecte de minéraux, de végétaux et d’animaux.

COLLECTES ET TAXINOMIES NATURALISTES

16L’exploration des contrées non-européennes n’a pas seulement fait découvrir aux naturalistes européens des milliers d’espèces dont ils ignoraient jusqu’alors l’existence. L’accumulation de leurs récoltes entraîne la constitution, dès la fin du XVIIe siècle dans toutes les grandes villes d’Europe, d’herbiers, de ménageries, de cabinets d’histoire naturelle. Cette accumulation représente un véritable défi pour les naturalistes et leur impose la recherche d’une nomenclature et d’une classification sur lesquelles ils puissent se mettre d’accord pour nommer et classer, suivant les mêmes règles, toutes ces espèces.

17La nomenclature linnéenne — fixée pour les plantes dans la première édition du Species plantarum en 1753 et pour les animaux dans la dixième édition du Systema Naturae en 1758 — répond à ce besoin. Elle permet de désigner chaque espèce par un binôme formé d’un nom générique complété par un adjectif, ou un substantif, spécifique, par exemple : Quercus ile, le chêne vert, Quercus suber, le chêne liège, Parus major, la mésange charbonnière, ou encore Homo sapiens... Pour Linné, ces noms constituaient une simplification, permettant d’éviter de répéter à chaque fois la définition complète de l’espèce. Mais leur adoption par les naturalistes de tous les pays a eu un impact considérable sur le développement de l’histoire naturelle. C’est ce qu’exprime avec éloquence Jean-Jacques Rousseau, dans l’introduction de son dictionnaire de botanique. Bien qu’il insiste sur le fait que la connaissance des plantes ne se réduit pas à la connaissance de leur nom, il fait l’éloge de Linné en soulignant comment l’existence d’une nomenclature universellement admise est la condition pour que chaque botaniste puisse bénéficier des connaissances acquises par ses prédécesseurs.

  • 14 Jean-Jacques Rousseau, [1781], Œuvres complètes, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1969, p. 1209. Ce (...)

« Il s’agit de savoir [...] si les connaissances acquises par tous les savants qui ont consacré leur bourse, leur vie et leur veille à des voyages immenses, coûteux et périlleux, doivent être inutiles à leurs successeurs, et si chacun partant toujours de zéro pour son premier point, pourra parvenir lui-même aux mêmes connaissances qu’une longue suite de recherches et d’études a répandues dans la masse du genre humain »14.

18La référence aux « voyages immenses » n’est pas un artifice rhétorique : travaillant avec cette nomenclature, les voyageurs naturalistes peuvent élaborer un savoir commun, chacun pouvant reprendre le travail au point où l’a laissé son prédécesseur. L’entreprise ne va pas sans difficultés, rivalités et doubles emplois, mais elle n’en constitue pas moins un moment décisif dans l’histoire des sciences. Le prix à payer est lourd : l’emploi de cette nomenclature éloigne la botanique des noms locaux, souvent fondés sur l’usage ou l’aspect.

19Mais pour faire d’une collection un outil de connaissance, il ne suffit pas de nommer les espèces, il faut aussi pouvoir les classer.

20On retrouve l’argument du voyage, cette fois sous la plume de Linné lui-même, dans la Philosophia botanica. Posant en aphorisme que le « fil d’Ariane des botanistes est le système sans lequel le monde végétal est un chaos », il imagine ensuite une plante inconnue venue des Indes ; tandis que le « botanophile » (celui qui s’occupe des plantes sans être botaniste),

  • 15 « Filium aradneum Botanices est Systema, sine quo Chaos est res herbaria Exemplo sit planta incogn (...)

« consulterait toutes les descriptions, toutes les figures, (DUS les index sans trouver le nom, sinon par hasard, le botaniste systématicien déterminera aussitôt le genre soit ancien soit nouveau »15.

  • 16 Thierry Hoquet (ed.), Les fondements de labotanique : Linné et la classification des plantes, Pari (...)

21En zoologie, certains groupes tels que les oiseaux ou les poissons ont été admis depuis l’antiquité, mais d’autres ont vu leurs limites longtemps discutées ou n’ont été établis que récemment. C’est cependant la classification des végétaux qui a suscité le plus de controverses. Celle que propose Linné en 1735 dans la première édition du Systema naturae, et qu’il développe ensuite tout au long de son œuvre, repose essentiellement sur le nombre et la disposition des organes sexuels (étamines et pistils) visibles dans la fleur16.

22La première classe comprend les plantes dont les fleurs ne comportent qu’une étamine. La seconde classe rassemble les fleurs à deux étamines et ainsi de suite jusqu’à la dixième classe qui comprend les fleurs à dix étamines. L’étamine qui contient le pollen, est considérée comme l’organe mâle et donc ces différentes classes s’appellent monandrie, diandrie, etc. jusqu’à la décandrie ; c’est à dire un mari, deux maris, etc., jusqu’à dix. Les trois classes suivantes comprennent les fleurs qui ont 12 étamines, celles qui en ont 20, enfin celles qui en ont plus de 20. Dans les classes quatorze à vingt se retrouvent des genres de plantes dont les étamines sont de longueur inégales ou qui sont soudées entre elles ou au pistil. Les vingt-et-unième et vingt-deuxième classes regroupent les fleurs dont les étamines et les pistils se trouvent dans des fleurs différentes mais sur le même pied, comme des époux qui couchent dans des lits différents mais dans la même maison (Monoécie) ou dans des maisons différentes (Dioécie). La vingt-troisième classe regroupe les plantes dans lesquelles des fleurs mâles et femelles se trouvent mélangées à des fleurs hermaphrodites. Enfin dans la vingt-quatrième classe, la Cryptogamie, sont regroupées les plantes dans lesquelles on ne voit ni étamines ni pistil, celles où les noces se font en secret.

  • 17 C'est à cet ouvrage que fait référence la formule « Miller's edition of Linnaeus in 2 vol. » dans (...)

23Ce « système sexuel » traduit l’importance de la sexualité des plantes dont la découverte ne date que du début du XVIIIe siècle. Il faut souligner l’intérêt de cette classification pour le naturaliste, qui sait d’avance que toutes les plantes qu’il rencontre peuvent se répartir dans l’une des 24 classes. On peut être assuré que Lewis et Clark connaissent cette classification. Parmi les livres qu’ils emportent figure en effet An illustration of the sexual system of Linnaeus, de John Miller, paru à Londres en 177917. L’expédition est aussi munie des Elements of Botany de Benjamin Smith Barton, ouvrage paru en 1803 à Philadelphie et qui contient également un exposé du système de Linné.

  • 18 Sur la méthode naturelle, cf. Henri Daudin, De Linné à Lamarck : méthodes de la classification et (...)
  • 19 Sur le travail de Lewis en botanique, voir Gary Moulton (ed.) Herbarium of the Lewis and Clark exp (...)

24On sait que, contrairement à sa nomenclature, qui est toujours employée par les biologistes, le système de Linné a été progressivement abandonné, au profit d’une classification que l’on appelle traditionnellement « la méthode naturelle ». Le principe de celle-ci repose sur l’idée qu’il faut regrouper ensemble les organismes sur la base de leurs similitudes morphologiques. Or cette classification n’est pas simplement un idéal. C’est à Paris autour du Jardin du Roi qu’elle va s’élaborer pour aboutir à la publication en 1789 du Genera plantarum par Antoine-Laurent de Jussieu. En analysant quelques familles empiriquement reconnues par tous les botanistes (Graminées, Composées, Ombellifères...) Jussieu remarque que certaines caractéristiques des plantes — certains « caractères » dans le langage des botanistes — sont toujours constants à l’intérieur d’une famille et que d’autres sont plus ou moins variables. Il dispose ainsi d’une hiérarchie des caractères et peut former une centaine d’autres familles aussi naturelles que les sept premières18. Admirée par Georges Cuvier et les autres zoologistes, la méthode est bientôt adaptée au règne animal où elle peut s’appuyer sur le développement de l’anatomie comparée. La mise en ordre de leurs collections botaniques ou zoologiques suivant une classification conforme à la méthode naturelle est le but que se proposent Alexandre de Humboldt et Aimé Bonpland. La question en revanche ne semble pas avoir préoccupé Lewis et Clark. Par ailleurs, leur herbier ne comprend que 239 planches, quand celui de Humboldt et Bonpland — constitué sur un temps plus long et en partie dans des milieux plus riches en espèces — comporte des dizaines de milliers de spécimens appartenant à 6000 espèces différentes. Malgré cette relative modestie, la récolte botanique de Lewis et Clark, mérite de retenir l’attention non seulement parce qu’elle contient des « types », c’est à dire des spécimens sur lesquels ont été faits la première description d’une espèce, mais aussi par l’intérêt porté par Lewis aux usages des plantes19.

LE VOYAGE SCIENTIFIQUE : ÉDUCATION DU REGARD ET ROUTES COMMERCIALES

25Ainsi se constitue un inventaire du monde vivant qui complète le travail cartographique et qui est lui-même complété par la découverte d’autres sociétés. Pourtant, malgré ce bilan scientifique des voyages, certains se sont posé la question de l’utilité réelle du voyage pour le naturaliste du XVIIIe siècle. N’est-il pas préférable qu’il reste dans son cabinet, avec ses livres et ses collections de références et qu’il rassemble, classe, confronte, utilise, les observations et les spécimens recueillis par les voyageurs ? Buffon, lui-même n’a pas travaillé autrement et cela ne l’a pas empêché de réaliser une des œuvres majeures du siècle en histoire naturelle. En fait il semble qu’il faille distinguer plusieurs temps. Tout d’abord pour enrichir les collections et augmenter le catalogue des formes vivantes, il est nécessaire que des voyages aient lieu. Ensuite, on ne peut pas pour cela s’en remettre à n’importe qui, ni le laisser agir n’importe comment et raconter ce qu’il veut. Deux solutions s’offrent alors au naturaliste, discipliner les voyageurs ou voyager soi-même. Les deux solutions peuvent s’opposer ou être considérées comme complémentaires, elles procèdent d’une même éducation du regard.

  • 20 Michel Foucault, Les mots et les choses, Paris, Galllimard, 1966, pp. 140-142.

26Michel Foucault dans les mots et les choses a montré que le passage des multiples histoires de la Renaissance à l’histoire naturelle de l’âge classique était lié à l’instauration du partage, devenu pour nous familier, entre ce que nous voyons, ce que les autres ont vu et ce qu’ils ont pu imaginer20.

27Ce changement est d’abord un changement de regard ; ce n’est pas immédiatement ni nécessairement un changement dans la représentation des phénomènes.

  • 21 Marie-Noëlle Bourguet, « L'explorateur », op. cit, pp. 285-346 ; Lorelaï Kury, « Les instructions (...)
  • 22 Jean-Baptiste Delambre, Reports à l'Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts, (...)

28L’idée qu’il ne suffit pas de voyager au loin mais qu’il faut le faire en se posant les bonnes questions sous-tend la rédaction des instructions aux voyageurs, sur lesquelles Marie-Noëlle Bourguet et Lorelaï Kury ont à juste titre attiré l’attention21. Les instructions de Jefferson à Lewis s’inscrivent comme le voyage lui-même dans l’esprit de l’époque. Même le souci d’ouvrir la voie à des échanges commerciaux se retrouve dans d’autres expéditions. Le mélange d’intérêts économiques et de curiosité géographique ne surprend pas un académicien français de l’époque. Quand Jean-Baptiste Delambre dans son Rapport à l’Empereur sur les sciences mathématiques depuis 1789 rend compte de l’expédition de Lewis et Clark, il souligne qu’elle témoigne des « progrès rapides que la géographie a faits dans cette nouvelle république » mais il conclut que « le capitaine Lewis assure que toute l’étendue du pays qu’il a traversée offre le plus riche commerce de fourrures »,22 La présentation du mathématicien français est significative : s’il relève, sans s’étonner de leur coexistence dans une même entreprise, la fonction scientifique et les intérêts commerciaux, c’est que ce type de mélange se retrouve dans la plupart des expéditions. On peut même dire que chaque expédition se caractérise par le poids respectif des intérêts scientifiques et non-scientifiques qu’elle met en jeu. A cet égard l’expédition de Lewis et Clark s’inscrit bien dans le cadre des voyages savants du siècle des Lumières, tant par les caractères qu’elle a en commun avec les autres expéditions, que par sa singularité.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ARBOLEDA Luis carlos, « Jose Celestino Mutis (1732-1808), l’expédition scientifique (1783-1816) et la naissance d’une tradition scientifique à la Nouvelle-Grenade », in Xavier Polanco (ed.), Naissance et développement de la science-monde, Production et reproduction des communautés scientifiques en Europe et en Amérique latinE, Paris, La Découverte, Conseil de l’Europe, UNESCO, 1990, pp. 90-121.

BEDINI sylvio Α., Jefferson and Science, Chapel Hill, NC, University of North Carolina Press, 2002.

BOURGUET Marie-Noëlle, « L’explorateur », in Michel vovelle (ed.), L’Homme des Lumières, Paris, Seuil, 1996, pp. 285-346.

BOURGUET Marie-Noëlle, « La collecte du monde : voyage et histoire naturelle (fin XVIIème début XIXème siècle », in Claude blanckaert et al., (eds.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris, Muséum national d’histoire naturelle, 1997, pp. 163-196.

BRET Patrice, (ed.), L’Expédition d’Égypte, une entreprise des Lumières, 1798-1801, Actes de Colloque, Paris, 8-10 juin 1998, Paris, Technique et Documentation, 1999.

BROC Numa, « Voyages et géographie au XVIIIe siècle », Revue d’histoire des sciences, XXIII, 1969, pp. 137-154.

BROC Numa, La Géographie des philosophes. Géographes et voyageurs français au XVIIIe siècle, Paris, 1975.

BROSSE Jacques, Les tours du Monde des explorateurs. Les grands voyages maritimes, 1764-1843, Paris, Bordas, 1983.

BROWNE Janet, « Biogeography and empire », in Nicolas JARDINE, James SECORD and Emma SPARY, (eds.), Cultures of Natural History, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, pp. 305-321.

DAGOGNET François, Le Catalogue de la vie, Paris, P. U. F., 1970.

DAUDIN Henri, De Linné à Lamarck : méthodes de la classification et idée de série en botanique et en zoologie (1740-1790), Paris, Félix Alcan, 1926-1927 [Réimpression : Paris, Editions des archives contemporaine, 1983].

DELAMBRE Jean-Baptiste, Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts, I Sciences mathématiques, Paris, Belin, 1989.

DROUIN Jean-Marc, « De Linné à Darwin : les voyageurs naturalistes » inm ichel serres (ed.), Eléments d’histoire des sciences, Paris, 1989, pp. 320-335.

DROUIN Jean-Marc, « La moisson des voyages scientifiques : les singularités, l’inventaire, la loi et l’histoire », in Isidora ALVES et Elena MORAES (eds). Seminário Nacional de História da Ciência e da Tecnologia (4-7 junho, 1997), Rio de Janeiro, S. B. H. C., pp. 23-32. 1997.

DROUIN Jean-Marc, « Les grands voyages scientifiques au siècle des Lumières », en ligne sur le site du Proyecto Humboldt < humboldt.mpiwg-berlin.mpg.de >

DROUIN Jean-Marc, « Les herborisations d’un philosophe : Rousseau et la botanique savante », in Bernadette BENSAUDE-VINCENT et Bruno BERNARDI (eds.), Rousseau et les sciences, Paris, L’Harmattan, 2003, pp. 77-92.

FOUCAULT Michel, Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.

FOUCRIER Annick, Meriwether Lewis & William Clark ; La traversée d’un continent (1803-1806), Paris, Michel Houdiard, 2005.

GAZIELLO Catherine, L’expédition de La Pérouse, réplique au voyage de Cook, Paris, C. T. H. S., 1984.

HANSEN Thorkild, La Mort en Arabie. Une expédition danoise 1761-1767, Lausanne, Éditions de l’Aire, 1981 (ed. or. 1962).

HOQUET Thierry (ed.), Les fondements de la botanique : Linné et la classification des plantes, Paris, Vuibert, 2005.

HOWSE Derek, « Navigation and astronomy in the voyages », in derek howse (ed.), Background to discovery : Pacific Exploration from Dampier to Cook, Berkeley, Los Angeles, Oxford, University of California Press, 1990, pp. 160-184.

JULLIEN Vincent (ed.), Le calcul des longitudes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002.

KURY Lorelaï, « Les instructions de voyage dans les expéditions scientifiques françaises (1750-1830) », Revue d’Histoire des Sciences, LI, 1995, 1, pp. 65-91.

KURY Lorelaï, Histoire naturelle et voyages scientifiques (1780-1830), Paris, L’Harmattan, 2001.

KURY Lorelaï et ROMERO SA Magali (eds.) « Ciência & Viagens », História Ciëncias Saude, Manguinhos, vol. VIII, Suppl. 2001.

LAISSUS Yves, « Les voyageurs-naturalistes du Jardin du roi et du Muséum d’histoire naturelle : essai de portrait-robot », Revue d’histoire des sciences, XXXIV, 1981, 3-4, pp. 260-317.

MACLEOD Roy (ed.) Nature and Empire, Science and the colonial enterprise, Oisiris, vol. 15, 2000.

MILLER David Philipp & REILL Peter HANNS (eds.), Visions of Empire : Voyages, botany and representation of nature, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

MINGUET Charles, Alexandre de Humboldt historien et géographe de l’Amérique espagnole. 1799-1804, Paris, François Maspéro, 1969.

MOULTON Gary (ed.) Herbarium of the Lewis and Clark expedition, Introduction, Lincoln, University of Nebraska Press, 1999, pp. 1-10.

NICHOLSON Malcolm, « Alexander von Humboldt and the geography of vegetation », in andrew Cunningham & nicholas jardine (eds.), Romanticism and the sciences, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, pp. 169-185.

OUTRAM Dorinda, « New spaces in natural history », in nicolas jardine, james secord and emma spary, (eds.), Cultures of Natural History, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, pp. 249-265.

PIMENTEL Juan, Jorge Juan, Mutis, Malaspina, Viajeros cientiíicos. Tres grandes expediciones al nuevo mundo, Madrid, Nivola, 2001.

PRATT Mary Louise, Imperial Eyes : travel writing and transculturation, London, New-York, Routledge, 1992.

RAJ Kapil, « Les grands voyages de découvertes », La Recherche, n° 324, 1999, pp. 80-84.

RAJ Kapil, « Histoire d’un inventaire oublié », La Recherche, n° 333, 2000, pp. 78-83.

RICHARD Hélène, Une grande expédition scientifique au temps de la Révolution française : le voyage de d’Entrecasteaux à la recherche de La Pérouse, Paris, C. T. H. S., 1986.

SOBEL Dava, Longitude, London, Fourth Estate, 1996.

SÖRLIN sverker, « National and international aspects of crossboundary science : scientific travel in the 18th century », in e’izabeth crawford et al. (eds.), Denationalizing Science, Dordrecht, Boston, London, Kluwer Academic Publishers, pp. 43-72.

STAR Eileen, « The astronomy of Lewis and Clark », in Desert Skies Proceeding, Phoenix, 1999. En ligne :

www.ccsn.nevada.edu/planetarium/PPA/DesertSkies/26ds.

TATON René (ed.), Histoire générale des sciences, t. II, La science moderne, Paris, P. U. F., 1969.

Notes

1 Voir par exemple Janet Browne, « Biogeography and empire », in Nicolas Jardine, James Secord and Emma Spary, (eds), Cultures of Natural History, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, pp. 305-321 ; Kapil Raj, « Les grands voyages de découvertes », La Recherche, n ° 324, 1999, pp. 80-84.

2 Pour une part, la présente communication résume en la référant à l'expédition Lewis et Clark une conférence donnée à Ténériffe en juillet 2003, dans le cadre de l'école d'été d'Adeje, et disponible sur le site du Proyecto Humboldt.

3 Yves Laissus, « Les voyageurs-naturalistes du Jardin du roi et du Muséum d'histoire naturelle : essai de portrait-robot », Revue d'histoire des sciences, XXXIV, 1981, 3-4, pp. 260-317 ; Marie-Noëlle Bourguet, « L'explorateur », in Michel Vovelle (ed.), L'Homme des Lumières, Paris, Seuil, 1996, pp. 285-346 ; Marie-Noëlle Bourguet, « La collecte du monde : voyage et histoire naturelle, fin XVIIème -début XIXème siècle », in Claude Blanckaert et al., (eds.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris, Muséum national d'histoire naturelle, 1997, pp. 163-196.

4 Sverker Sörlin, « National and international aspects of cross-boundary science : scientific travel in the 18th century », in Elizabeth Crawford et al. (eds.), Denationalizing Science, Dordrecht, Boston, London, Kluwer Academic Publishers, pp. 43-72.

5 Jacques Brosse, Les tours du Monde des explorateurs. Les grands voyages maritimes, 1764-1843, Paris, Bordas, 1983.

6 Juan Pimentel, Jorge Juan, Mutis, Malaspina, Viajeros cientificos. Tres grandes expediciones al nuevo mundo, Madrid, Nivola, 2001.

7 Patrice Bret (ed.), L'Expédition d'Égypte, une entreprise des Lumières, 1798-1801, Actes de Colloque, Paris, 8-10 juin 1998, Paris, Technique et Documentation, 1999.

8 Thorkild Hansen, La Mort en Arabie. Une expédition danoise 1761-1767, Lausanne, Éditions de l'Aire, 1981 (ed. or. 1962).

9 Charles Minguet, Alexandre de Humboldt historien et géographe de l'Amérique espagnole. 1799-1804, Paris, François Maspéro, 1969.

10 Numa Broc, « Voyages et géographie au XVIIIe siècle », Revue d'histoire des sciences, XXIII, 1969, pp. 137-154.

11 Cette histoire capitale a été racontée de manière passionnante par Dava Sobel, Longitude, London, Fourth Estate, 1996. Pour une étude plus approfondie, mais plus difficile, voir Vincent Jullien (ed.), Le calcul des longitudes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002.

12 Je remercie Annick Fourrier qui m'a fait connaître ce texte.

13 Article présenté en 1999 à Phoenix, Arizona et disponible en ligne dans les Desert Skies Proceeding.

14 Jean-Jacques Rousseau, [1781], Œuvres complètes, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1969, p. 1209. Ce texte rédigé vers 1774 n'a été publié qu'en 1781.

15 « Filium aradneum Botanices est Systema, sine quo Chaos est res herbaria Exemplo sit planta incognita indica ; evolvat Botanophilus descriptiones, figura, indices omnes, nec reperiet nomen, nisi casu, sed Systematicus sive antiquum, sive novum genus mox determinabit », Carl von Linné, Philosophia botanica, Stockholm, 1751, p. 98.

16 Thierry Hoquet (ed.), Les fondements de labotanique : Linné et la classification des plantes, Paris, Vuibert, 2005.

17 C'est à cet ouvrage que fait référence la formule « Miller's edition of Linnaeus in 2 vol. » dans la liste du matériel scientifique jugé indispensable par Lewis (liste qui m'a été communiquée par Annick Foucrier).

18 Sur la méthode naturelle, cf. Henri Daudin, De Linné à Lamarck : méthodes de la classification et idée de série en botanique et en zoologie (1740-1790), Paris, Félix Alcan, 1926-1927 [Réimpression : Paris, Éditions des archives contemporaine, 1983].

19 Sur le travail de Lewis en botanique, voir Gary Moulton (ed.) Herbarium of the Lewis and Clark expedition, Introduction, Lincoln, University of Nebraska Press, 1999, pp. 1-10.

20 Michel Foucault, Les mots et les choses, Paris, Galllimard, 1966, pp. 140-142.

21 Marie-Noëlle Bourguet, « L'explorateur », op. cit, pp. 285-346 ; Lorelaï Kury, « Les instructions de voyage dans les expéditions scientifiques françaises (1750-1830) », Revue d'Histoire des Sciences, LI, 1995, 1, pp. 65-91.

22 Jean-Baptiste Delambre, Reports à l'Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts, ISciences mathématiques, Paris, Belin, 1989., p. 209 (p. 265-266 de l'édition originale).

Auteur

Muséum National d’Histoire Naturelle, Centre Alexandre Koyré

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540