Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

IV. Médias. Presse, publicité, cinéma

La symbolique “révolutionnaire” dans les activités de propagande du Parti Révolutionnaire Institutionnel [PRI] au Mexique (Décennies 1950-1960)

Raphaële Plu

Texte intégral

  • 1 Alemán Obrero de la Patria, México, Editorial Ruta, Colección Popular n° 32, 1952, pp. 11-14.
  • 2 Anne Cauquelin, Aristote. Le langage, Paris, PUF, 1990, p. 83.

1Miguel Alemán, obrero de la patria : tels sont les termes par lesquels Fidel Velázquez, président de la puissante Confédération des Travailleurs Mexicains -l'un des trois secteurs officiels du Parti Révolutionnaire Institutionnel, le PRI-, accueille le chef de l'Etat mexicain, en 1952, à l'occasion d'une cérémonie où tous deux échangent un discours1. La fonction présidentielle se rapporte ainsi à celle d'une corporation, et fait du président un "ouvrier". Inversement, ces mots traduisent une identification de l'ouvrier à la fonction présidentielle, et perpétuent le lien entre deux institutions majeures du système politique. Or, on le voit, ce lien ne saurait s'exprimer sans l'échange d'une image qui recèle une fonction polysémique, due à son pouvoir de connotation, ici abondamment exploité. Telle pourrait être une première illustration de ce déploiement, de ce "redoublement" de signifiant dont le Parti affuble tout mot, toute image susceptibles d'assurer sa transcendance, de s'insérer dans un mouvement rhétorique et poétique, assimilable aux "deux versants" de la rhétorique tels qu'Aristote les avait circonscrits : "l'un tourné vers la dialectique, une pratique théorisée avec sa boîte à outils : principes et lieux, et l'autre, tourné vers la vie quotidienne et le tout venant des actions et des passions, qui passent par le combat de paroles"2.

  • 3 "Mucho se habla de la crisis de la oratoria ante el influjo de las tendencias utilitaristas y prác (...)
  • 4 "Sólo así puede decirse que la elocuencia es la presentación del alma que habla para el alma que e (...)
  • 5 Anne Cauquelin, op. cit., p. 86.

2Il ne semble guère étonnant, par conséquent, que dès la fin des années 1940, le PRI, né en 1946 du prolongement de deux partis issus de la Révolution mexicaine et revendiquant, à ce titre, un héritage idéologique qu'il lui reste à légitimer, fasse des concours dits de "déclamation" l'une des priorités de sa propagande. Ainsi, en 1949, Pablo Solís Carrillo, membre du jury de l'épreuve organisée par le Comité Exécutif Régional du PRI au théâtre principal de Puebla, prononce un discours d'inauguration où la "pureté" de l'idéal proclamé est en effet présentée comme indissociable de la spontanéité émotionnelle de l'orateur3, nous conviant à la représentation visuelle et auditive d'une rhétorique qui, avant d'être une technique, se définit comme un art. Du moins est-ce ce dont se prévaudront les jeunes participants à ces concours, pour qui cette dernière incarne "la presentación del alma que habla para el alma que escucha"4, s'engageant alors dans une rhétorique qui deviendra, toujours selon les préceptes aristotéliciens, un "langage-action, émotionnel, spécifique de la rhétorique et de la poétique", où "la parole, cette voix significative, creuse un passage entre l'esprit (la connaissance) et l'âme (la passion), entre intellect et souffle"5.

  • 6 Francis Balle, "Medias et politique", in Madeleine Grawitz, Jean Leca, Traité de science politique (...)

3Epousant cette extraordinaire faculté du langage, le parti de la révolution "institutionnalisée" va se forger une sorte de vivier de symboles, réexploitables et déclinables à l'envi, admettant comme fondement de sa propagande l'incessant va et vient entre le registre conceptuel et émotionnel du langage, et fera alors un usage abondant de représentations iconographiques de ce qui est le mieux à même de représenter le politique et la nation, qu'il prétend incarner, à travers des registres symboliques fortement liés au patrimoine historique national. Rappelons que cette "idéologie" révolutionnaire est la propriété exclusive du PRI, et ne sert pas le discours polémique d'une opposition réduite au silence institutionnel. Le système en vigueur, fortement centralisé, s'approprie les images à des fins de légitimation politique, c'est-à-dire pour sa propre conservation, si le politique doit être entendu -et c'est cette définition de Francis Balle que nous adopterons- comme "légitimation de l'autorité et agrégation des intérêts particuliers"6.

  • 7 Gilbert Durand, Les structures anthropologiques de l'imaginaire, Paris, Dunod, 1984 [1969], p. 491

4Si nous nous sommes laissé séduire par cette rhétorique et par l'iconographie qui l'accompagne -pour l'étude desquelles nous emprunterons à l'anthropologue Gilbert Durand les conclusions de ses magistrales recherches sur l'imaginaire- c'est aussi parce qu'elles entretiennent avec le politique des liens chargés d'une ambivalence propre à celle que cet auteur assigne à la rhétorique lorsqu'il écrit qu'elle est -avec ses figures- "le lieu de toutes les ambiguïtés [par lesquelles] nous voyons peu à peu se défaire le sémantisme du figuré"7. Une ambiguïté qui acquiert une dimension particulière dès lors qu'elle doit s'insérer dans la préoccupation du chercheur, qui observe le système politique et la fonction de ce qui demeure de la propagande.

5Comment s'organise ce vivier symbolique ? Quelles en seront les représentations privilégiées ? Enfin, à quels archétypes renvoie-t-il et quelles peuvent être les limites de ce langage imaginaire, idéologique et national, si on le replace dans son contexte strict, à savoir celui d'un système politique, institutionnel, auquel il incombe en premier lieu de satisfaire aux exigences de politiques publiques collectives, faits de l'Etat, et non plus d'un parti ? Autant de questions que l'analyse des politiques de propagande mises en place par le régime du PRI au cours des années 1950-1960 revêt de profondes implications pour les différents champs d'application qu'elles recouvrent.

L'exemplarité

  • 8 Ainsi, P. Solís Carrillo n'hésite pas à mentionner la notion du "verbo idea convertido y expuesto (...)

6Mais revenons au discours de Pablo Solís Carrillo, pour qui la fonction de la diffusion orale revêt les caractéristiques de l'exemplarité : la parole est une parole exemplaire, c'est celle du héros ou du prophète8. L'exemple des "grands hommes" est constamment rappelé, de même que le caractère indispensable de leur "présence", matérialisée dans des symboles visibles. Les figures de l'histoire nationale n'apparaissent parfois que de façon implicite, ce pour mieux en accentuer la prégnance dans les circonstances du quotidien :

  • 9 Ibid., p. 25.

"La naturaleza parece existir para los hombres excelentes -s'exclame-t-il- porque el mundo está sostenido por la veracidad de los que son buenos. Sus nombres son transformados en palabras esenciales de nuestro lenguaje, sus obras y sus efigies están en nuestras casas, y cada circunstancia de nuestra vida nos recuerda una anécdota de ellos. El ir en busca de los grandes hombres es el sueño de la juventud y la más seria ocupación de la edad viril"9.

7Ces références, comprises dans le cadre cadre cérémoniel et théâtralisé du discours d'un individu, traduisent constamment la valorisation de la figure du "héros" et mettent en place la théâtralisation politique du mythe historique, selon des modalités qui toutes convergent en une configuration primordiale, celle du mythe du héros et de sa "force dramatique initiale" : nous citons ici Georges Balandier qui écrit, à propos des transformations subies par ce mythe dans ses formes contemporaines de propagande :

  • 10 Georges Balandier, Pouvoirs sur scènes, Paris, PUF, 1985, pp. 17-18.
  • 11 Ibid.

"C'est [...] par le mythe du héros que la théâtralité politique se trouve le plus souvent accentuée [...]"10 ; davantage "maître de la science historique" qu'"époux de la fortune", il contribue à ce que "pendant une courte période, une société imaginaire et conforme à l'idéologie dominante [soit] donnée à voir et à vivre. L'imaginaire officiel 'masque' la réalité, il en produit la métamorphose"11.

  • 12 Cf. Gilbert Durant, L'imaginaire, Paris, Hatier (coll. "Optiques", n° 208), pp. 3-6.

8Dans ce théâtre politique, l'émotion se conjugue à la tradition occidentale de la survalorisation de la raison par rapport à l'imaginaire12 ; aussi, le discours officiel, loin d'être "iconoclaste", associera à cette tradition la nécessité de s'appuyer sur la matérialité et la visibilité des symboles.

  • 13 Il s'agit, par exemple, du Concurso de Historia de la Revolución Mexicana, élaboré chaque année pa (...)
  • 14 En 1949, le "plan" thématique des travaux demandés pour le Concours d'Histoire de la Révolution Me (...)

9Le maniement d'un vivier d'images, précieuses "effigies" de l'histoire, obéit cependant à des exigences rhétoriques précises et récurrentes, pour lesquelles les directives présidant à l'organisation des concours littéraires et de composition historique, promus par l'organe officiel du PRI -La República- jusqu'à la fin des années 1960 notamment, s'avèrent particulièrement éclairantes13. Les consignes de rédaction impliquent alors la nécessité de construire les récits selon des schémas structurels rigides, dont les principales caractéristiques sont la dichotomie, le contraste comparatif, et la valorisation systématique des années postrévolutionnaires14. La rigidité des structures discursives requises renvoie à l'expression d'un manichéisme érigé en système de légitimation politique que le PRI cherche à diffuser dans des activités engageant ses propres méthodes de propagande. Or, l'exploitation des "montages" graphiques contenus dans les illustrations en rendra possible la synthèse et la sophistication, à travers l'accentuation et la "dilution" de la logique contrastée des réalités du passé et du présent "révolutionnaires" en une dimension résolument positive.

  • 15 Cf. Illustration n° 1 (La República, 15 juillet 1949. Première page de couverture).
  • 16 Ces représentations constituent une référence historique à l'Empire créé en 1822 par Agustín de It (...)

10Ainsi, la page de couverture de La República du 15 juillet 194915, dominée par la figure imposante de Benito Juárez, développée sur plus des trois-quarts de la surface, édifie son "message" sur l'effet produit par ce déploiement, d'où surgit la dimension d'un espace "ouvert" avec, en toile de fond, la représentation du Mexique industriel des années 1940 : le barrage et l'industrie pétrolière. La réunion, sur le même plan, en haut de l'image, de ces représentations et de celles des édifices de la sécurité sociale, de la banque agricole et de l'école rurale, renvoie à la représentation des trois secteurs "institutionnalisés" du parti, les secteurs ouvriers, "populaire" et paysan, ces catégories socio-professionnelles encadrées par des syndicats contrôlés par le PRI, qui en fait le socle de sa légitimation auprès des masses. Ils forment ici un "tout" cohérent, aspiré vers le haut de l'image. La hauteur symbolise ici le progrès, opposé à l'ensemble de la partie inférieure : l'espace "fermé" par Benito Juárez dont la main droite est posée sur la Constitution de 1857, circonscrivant ainsi l'espace désordonné, clos et obscur des symboles de l'absolutisme : la couronne, le sceptre, et les représentations des deux éléments fondamentaux du drapeau mexicain, l'aigle et le nopal, représentations dont la légitimité avait fait l'objet de polémiques au XIXe siècle16.

11Cette propagande, qui repose constamment sur l'exploitation de références historiques, s'inscrit dans la densité d'un langage symbolique et iconographique dont il est possible de dégager certaines constantes. On s'attachera donc ici à l'observation des principales structures organisatrices de cet imaginaire destiné aux masses.

12Un premier aspect concerne la diffusion des valeurs liées au progrès historique, une notion capitale autour de laquelle graviteront la plupart des variantes rhétoriques observables. En 1950, Joaquín Norris, un jeune membre du PRI, prononce un discours lors d'un concours de déclamation. Il y déclare :

  • 17 "Concurso de Oratoria de la Revolución" (La República, 1er février 1950, p. 33).

"Cierto es [...] que la Revolución Mexicana, como serie sucesiva de hechos y armas, tiene mucho que reprocharse. Pero sería inconsciente declinar el valor, hondo, genuino, positivo y redentor de las ideas que la engendraron"17.

  • 18 Ibid., p. 33.
  • 19 "Cuenta la Mitología que una sola gota de leche desprendida del seno de Juno, hizo correr en el ci (...)

13La notion de rédemption est ensuite développée à travers l'allégorie très précise d'une lutte exercée entre le bien représenté par la efigie d'Áquiles Serdán, "[levantado] sobre un pedestal de gloria inmarcesible" et le mal, symbolisé par la "figura sanguinaria y vengativa de Victoriano Huerta"18. L'orateur poursuit son récit par l'évocation d'une dimension éternelle -c'est-à-dire mythique- du temps issu de la lutte révolutionnaire, ici symbolisée par une image de la fécondité, elle-même enrichie d'une analogie mythologique : l'alliance du sein de Junon et du sang "sacrifié" du révolutionnaire Áquiles Serdán19, pour conclure :

  • 20 Ibid, p. 33.

"Confiemos en la generación del mañana [...]. La meta está en el futuro, cuando lleguemos a la plenitud y se escriba nuestra edad de oro y nuestra historia deje de ser drama para convertirse en armoniosa sinfonía"20.

  • 21 Cf. Gilbert Durand, Les structures anthropologiques de l'imaginaire, op. cit., pp. 322-323.
  • 22 Ibid, p. 323.

14Les notions de rédemption, de fécondité et de régénération perpétuelle du progrès historique, ici liées à une succession de références aux "héros" de la Révolution, renvoient aux catégories symboliques classiques des mythes révolutionnaires, dont Gilbert Durand a décrit les deux éléments majeurs : le "schème rythmique du cycle", et le "schème progressiste"21. Or, deux représentations imaginaires du temps vont alimenter ces deux catégories : les dimensions "synthétique" et "dramatique". La première renvoie à la tentative de réconciliation des aspects "antinomiques" du temps, la seconde fait naître de l'"angoisse" créée par cette "antinomie qu'implique le temps" la succession de phases "tragiques" et triomphantes" des mythes, et par là même, leur caractère dramatique sous-jacent, qui met "alternativement enjeu les valorisations positives et négatives des images"22.

  • 23 Ibid., pp. 339-342.
  • 24 Ibid., p. 349.
  • 25 Ibid, p. 350.
  • 26 Ibid, p. 390.

15Ces précisions font écho aux observations conduites précédemment à propos de la récurrence des références symboliques dichotomiques et contrastantes que nous constations dans les procédés rhétoriques les plus privilégiés, de même qu'à travers leur "prolongement" synthétique dans les images graphiques. Ces procédés entrent donc en parfaite correspondance avec la perspective d'analyse des caractéristiques générales du mythe. Or, ces dernières se nourrissent à leur tour d'ensembles symboliques dont on peut relever trois constantes. La première renvoie aux aspects cycliques du mythe, présents dans les symboles de la fécondité et de la métamorphose23. Ces symboles intègrent pleinement le champ des mythes progressistes et révolutionnaires, pour lesquels prédomine le symbolisme de l'arbre24. La seconde concerne les ensembles liés au symbolisme du fils, et rejoint les mêmes aspects -progressistes- du mythe25. Un troisième aspect, enfin, renvoie aux "archétypes synthétiques" d'où découlent "les mythes si efficaces du progrès et du messianisme révolutionnaire" : ces catégories émergent du symbolisme du fils qui, de par sa présence dans les deux catégories majeures des mythes révolutionnaires, à savoir le rythme cyclique et le rythme progressiste, laisse place au troisième aspect du mythe : son rythme circulaire, dont les symboles du feu et de l'arbre constituent les "prototypes". On peut voir en effet dans ces symboles la rupture de la logique du mythe circulaire de l'éternel retour, propre à "la mythologie cyclique dans laquelle s'enfermait l'imagination saisonnière du végétal" ; leur fonction est de réconcilier les contraires ; en cela, ils sont les premiers à instaurer "les mythes si efficaces du progrès et les messianismes historiques révolutionnaires"26.

Archétypes synthétiques

  • 27 Ibid, pp. 408-409.
  • 28 Ibid, p. 409.

16C'est en effet à travers une valorisation constante des symboles de ce "messianisme" révolutionnaire et du progrès que les images et les mises en scène de masse organisées au cours de deux premières décennies de la révolution "institutionnalisée" s'articuleront majoritairement. Un aspect que nous permettra aussi de constater le déroulement des rituels de commémoration historique, proches de ce que Gilbert Durand nomme l'"hypotypose du futur" et du "style messianique de l'histoire27". A ce propos, l'anthropologue relève la fonction d'une "médiation" exercée par une "alchimie" qui "est à la structure progressiste [de l'histoire] ce que l'astrobiologie est à la structure de l'harmonisation des contraires", et censée opérer à la fois un "processus d'accélération du temps" et "la maîtrise complète de cette accélération"28. Cet aspect est rendu de façon explicite dans un discours qu'Alfonso Corona del Rosal -alors président du Comité Exécutif National du PRI- prononce à l'intention des présidents des Comités d'états du parti, en mars 1962 :

  • 29 La República, mars 1962, p 14.

"Efectivamente tenemos la satisfacción de asistir a la renovación de la marcha de la Revolución Mexicana -déclare-t-il- avant de préciser que l'œuvre d'Adolfo López Mateos "[ha] logrado algo que en la biología sería un verdadero milagro : la acción del Presidente López Mateos hace que la Revolución Mexicana hoy sea más joven que hace cuarenta años"29.

  • 30 Cf infra note 31. Notons aussi qu'au plan local, les statues constituaient des symboles "matériels (...)
  • 31 "La Revolución elevó la categoría humana y profesional de los maestros. Dejó de considerarlos após (...)
  • 32 C'est ici qu'intervient la distinction entre le "sémantisme de l'imaginaire", et son prolongement (...)

17Plus généralement, c'est en désignant les partis d'opposition par la notion de "fuerzas regresivas"30, par exemple, que le parti usera de ces modalités rhétoriques, et ce dans le cadre indissociable d'un contraste exercé avec la vision d'une "révolution" en marche et en progrès perpétuels. De même, le discours d'un instituteur -représentant d'un syndicat officiel- pourra opposer, la même année, l'image archaïque d'instituteurs vus comme les apóstoles sacrificados du régime à celle "[de] un verdadero ejército de constructores del México nuevo31. La dichotomie s'exerce ici entre deux forces contraires, l'une passive, l'autre dynamique, démontrant ainsi l'étendue du champ rhétorique dont dispose le discours symbolique révolutionnaire : ici en effet, l'image des instituteurs "apôtres", ailleurs valorisée positivement, se range dans un registre de valorisation négative. En réalité, on retrouve dans le caractère "polysémique" de ces images les caractéristiques fondamentales des symboles, c'est-à-dire leur double capacité à renvoyer, d'une part, aux "structures de l'imaginaire" elles-mêmes, c'est-à-dire au champ du signifiant, et d'autre part, à s'insérer dans le champ rationnel, signifié, des représentations32. C'est pourquoi les récurrences symboliques présentes dans le discours et les images de masse serviront la valorisation de messages et d'intérêts divers et parfois contradictoires. Là, l'image s'adapte à l'auditoire.

  • 33 Ibid, p. 391.
  • 34 Cf. Illustration n° 2, la page de couverture de La República du 15 décembre 1949.

18L'exemple précédent s'achevait sur une référence au nationalisme, véritable clef de voûte d'une idéologie "révolutionnaire" invariablement diffusée par le pouvoir politique. En cela, il apparaît parfaitement représentatif de procédés reposant sur la récurrence des symboles de fécondité et de "pureté", et pour lesquels les images de l'arbre ou de la femme sont majoritairement valorisées. Le symbole de l'arbre présente un intérêt particulier en ce qu'il traduit les ensembles symboliques végétatifs dont la principale caractéristique est d'inciter à L'"optimisme cyclique", un aspect renforcé par sa verticalité même, qui, comme l'explique Gilbert Durand, "oriente d'une manière irréversible le devenir"33. Aussi ce symbole trouve-t-il des formes de représentations privilégiées dans de multiples images graphiques, comme l'illustre la page couverture de La República du 15 décembre 194934, qui combine les dimensions synthétiques et progressistes du temps à travers la figuration de symboles végétaux -l'épi de maïs surgissant de la main même de Miguel Alemán, le champ labouré par les paysans- et celle des principales infrastructures industrielles contribuant au programme d'irrigation mis en place par le régime.

19Loin de renvoyer à une dichotomie exercée entre des valeurs archaïques et de progrès technique, l'association de ces deux types de figurations traduit une vision synthétique du présent et de l'avenir, ancrée dans le champ "signifié" de la représentation symbolique : le champ, le barrage, le conduit hydraulique, ainsi que la plante elle-même, renvoient en effet à des réalités immédiatement perceptibles de l'environnement national. Seul le caractère insolite de l'association de l'arbre et de la main présidentielle exprime véritablement le champ "signifiant" d'une combinaison symbolique censée représenter le pouvoir suprême du président.

20Ici encore, les textes de la presse officielle entrent en parfaite correspondance avec les illustrations de la propagande. Là où, en 1949, un jeune lauréat du concours de poésie des "Jeux Floraux de la Révolution" exalte l'association constante, concentrée et répétitive du symbolisme de l'arbre et du feu, traduisant ainsi pleinement la synthèse des symboles cycliques et progressistes, autrement dit, le type même du style épique révolutionnaire :

  • 35 "Canto a la Revolución "por Rubén Bonifaz Nuño", La República, 1er mars 1949, p. 12.

"No, Madre, -écrit-il à l'adresse du Mexique- cada uno de tus héroes
edificó su gloria entre las llamas
de otros innumerables, ignorados,
que eran en ti como raíces. Hombres
y mujeres que al cielo descubrías
severos y sencillos : lentos árboles
de fuego silencioso y de dulzura [...]"35.

  • 36 La República, n° 304, décembre 1967, p. 17.

21L'iconographie associera, de la même façon, les ensembles symboliques liés au feu et à la végétation, une iconographie elle-même "prolongée" par l'organisation de certaines processions, qui privilégieront des activités impliquant le maniement et la représentation "matérielle" de ces symboles, comme en témoigne l'exemple, en 1967, d'une "procession" civique organisée par la Direction d'Action Féminine du PRI, de Mexico à la ville d'Angelópolis, où le parti a prévu un hommage à Carmen Serdán. Cette cérémonie est rythmée par deux moments particulièrement importants : le dépôt d'une offrande florale au pied du monument dédié à l'"héroïne" révolutionnaire, puis la collecte, par chacune des délégations présentes, d'un morceau de terre recueilli dans les différents "lieux" historiques de la ville, et destiné à remplir une urne "hecha especialmente para este significativo acto"36.

  • 37 Aussi trouve-t-on dans les publications officielles des articles relatant, sur le mode de la narra (...)
  • 38 Cf. illustration n° 3. Source : La República, n° 269, mars 1964, p. 51.
  • 39 Les références à la femme peuvent aussi renvoyer à des registres négatifs, tels ceux associés aux (...)
  • 40 La República attribue très clairement une dimension esthétique à un contenu "révolutionnaire" inca (...)
  • 41 Ibid., p. 21.

22La description de cette manifestation, qui regroupe exclusivement des femmes, rejoint l'association, permanente dans ce type d'activité, de l'image de la femme et de la notion de "régénération", une association que l'on peut situer à la source même d'un message révolutionnaire qui revendique sa propre régénération dans le présent37. Comme la photographie d'une assemblée féminine de la Confédération des Travailleurs Mexicains permettra de le constater, en 196438, cette valeur n'exclut pas les représentations figées, voire cristallisées, du symbolisme du feu, ici représenté sous la forme de rayons de soleil dont la puissance contribue au mouvement de la chaîne brisée. La valeur de "régénération", qui s'approprie souvent les références aux "héroïnes" de l'histoire, et se prête donc particulièrement bien au mode de narration épique, quand bien même se traduirait-il -comme ici- par un emprunt au réalisme socialiste, reçoit pleinement les aspects liés à la symbolique du feu, dont nous avons souligné la complémentarité à l'égard des symboles de la fécondité dans l'ensemble des configurations liées au progrès39. De fait, le feu, y compris dans ses aspects les plus matériels, -c'est-à-dire à travers l'utilisation de torches ou de flammes lors des manifestations de masse- intègre pleinement l'espace de diffusion de ce symbolisme. C'est l'organisation, en 1949, des "Jeux Sportifs de la Révolution", au stade Olympique de la Cité des Sports de Mexico, véritable escenificación de la Revolución Mexicana40, comme l'écrit l'organe officiel du PRI, et où el fuego simbólico de la Revolución rapporté, sous la forme d'une torche, de la maison d'Áquiles Serdán, à Puebla, jusqu'à la ville de Mexico par un étudiant, nourrit la llama simbólica de la commémoration41.

  • 42 Vainqueur du corps expéditionnaire français à Puebla le 5 mai 1862.
  • 43 Le commentaire de La República, étayé de références symboliques liées à la "fécondité" du temps ré (...)
  • 44 "[...] bien loin d'être un produit de l'histoire, c'est le mythe qui vivifie de son courant l'imag (...)

23En 1967, les mêmes procédés présideront à la cérémonie organisée de Puebla à Mexico à l'occasion de l'hommage rituel rendu à ce précurseur de la révolution, lors de la célébration des "Journées de la Jeunesse Révolutionnaire". Cette fois, la torche est allumée par le Gouverneur de l'état de Puebla, et les jeunes priistes, qui se relaient le long du parcours, terminent leur course auprès de la statue d'un autre "héros" de la souveraineté nationale, Ignacio Zaragoza42, où le président du Comité Exécutif National du PRI, Lauro Ortega, la reçoit43. C'est bien aux caractéristiques de la représentation d'un discours officiel "mythifié" que l'on a affaire ici, à travers l'exploitation permanente de registres archétypaux qui renvoient à ce que Gilbert Durand a désigné par la notion de "modelage" des archétypes en symboles, un "modelage" qui contribue précisément à faire dériver le symbole dans le champ -rationnel et sociologique- de la pédagogie44.

  • 45 Cf. Tiempo, vol. 21, n° 523, 9 mai 1952, p. 4.

24Pédagogie qui réactualise constamment un langage symbolique intemporel -mythique- dans un présent ainsi revêtu de signifiance, de rhétorique au sens où l'entendait Gilbert Durand, que nous citions au début de ce travail. Et si les manifestations de masse prennent le plus souvent la forme de processions, comme l'illustrera une photographie montrant un carro alegórico que simbolizaba la patria redimida por el trabajo45 -sous le portrait du président Alemán- lors du défilé du 1er mai 1952, ou comme en mars 1949, lorsqu'à San Pablo Guelatao, à l'occasion d'une retraite aux flambeaux consacrée à la commémoration rituelle de la naissance de Benito Juárez, le PRI se targue d'avoir "réactualisé" une tradition folklorique locale, la calenda qui :

  • 46 La República, 1er avril 1949, p. 6.

"Desde tiempos remotos se había venido celebrando con un sentido exclusivamente tradicionalista y que ahora se dedica a don Benito Juárez y bajo la organización del PRI"46 ;

  • 47 Anne-Marie Lecoq, "La symbolique de l'Etat, les images de la monarchie des premiers Valois à Louis (...)

25À ces occasions, donc, il s'agit de faire converger image et mouvement vers un centre symbolisant à la fois l'Etat, son idéologie et une filiation révolutionnaire. Une problématique propre à l'image se dégage alors, et surtout de l'usage qui en est fait par un parti se voulant Etat. C'est ici qu'intervient, selon nous, la pertinence d'une distinction établie par Anne-Marie Lecoq entre l"'image symbolique" et l'"image historique", cette dernière n'étant que le reflet direct de la chose même, [...] représentation au premier degré de l'événement", tandis que la première exige "un degré plus ou moins complexe de déchiffrement", fruit d'un "jeu intellectuel" menacé de "déssèchement dès lors qu'il n'est plus "nourri de justifications profondes"47. Sur cette remarque se greffe une dualité propre à l'image et, surtout, aux exigences rhétoriques qui la gouvernent dans des techniques de propagande. Dans quelle mesure, en effet, la dynamique "signifiante" de l'image, qui concourt à sa prégnance, participe de son dynamisme propre et donc à son renouvellement, n'est-elle pas tributaire d'un signifié imposé par ces exigences de propagande, exigences qui contribueraient alors à la cristallisation du "revêtement" signifiant d'une idéologie, ou de ce qui se prétend tel et, finalement, à la cristallisation de cette idéologie elle-même ?

  • 48 Nous entendons ici le "cadre" que décrit Pierre Nora lorsqu'il évoque la "Nation [comme] "représen (...)

26A cet aspect s'ajoute enfin le problème posé par l'image en tant que modalité matérielle de diffusion de valeurs politiques. Elle se destine à se mêler à une profusion d'autres images et, notamment, celles que façonneront les acteurs de conflits tel le mouvement social et étudiant de l'automne 1968, durement réprimé. Assistera-t-on à leur confrontation ou à une cristallisation stérile de cet imaginaire officiel ? Dans quelle mesure le politique sera-t-il capable de créer une image "active", se nourrissant de participation, sans chercher à s'approprier l'imagerie nationale à des fins strictement politiciennes ? Il aurait alors présenté un système institutionnel fait de politiques publiques rigoureusement définies, laissant place, par exemple, à des politiques culturelles bâties sur un patrimoine symbolique cherchant à "signifier" la nation en puisant dans la diversité de ses formes de représentation48, loin des influences d'une "politisation" de la culture qui imprégnait alors les institutions culturelles et, surtout, indépendamment des politiques de propagande d'un parti incarnant l'Etat. De même, le politique pourra-t-il éviter à ses images de se "noyer" dans l'abondance de celles, commerciales et publicitaires par exemple, que l'on contemple passivement ? Cette concurrence d'images aurait alors annoncé et révélé un appauvrissement des fonctions associées à l'imaginaire et à sa rhétorique dans les stratégies de propagande politique, à son tour symptomatique des carences des politiques publiques associées à la culture et à l'enseignement. Autrement dit, si, dans un système encore peu institutionnalisé, au cours des années 1950 notamment, l'image et sa logique propre ont pu "fonctionner" pleinement, elles incluaient aussi, à terme, les germes de leur propre cristallisation, en se heurtant à une autre logique : celle du système politique lui-même, d'un parti "Etat" s'appropriant les images de la nation à des fins de légitimation exclusive.

  • 49 L'information [...] est par nature "néguentropique" -c'est-à-dire augmente indéfiniment, sans port (...)

27Est-il alors possible de faire correspondre à la démission de l'Etat dans nombre d'institutions publiques la persistance d'une propagande cristallisée, confinée et condamnée à l'assèchement de signifiés invariants, alors que, de leur côté, les politiques culturelles demeureront singulièrement pauvres ? Selon Gilbert Durand en effet, l'image se reproduit indéfiniment, et les institutions, quant à elles, sont vouées à l'usure, et à la mort49. L'image de propagande est entrée en concurrence avec d'autres images, créées par des acteurs très divers ; les institutions, elles, ont tardé et tardent à se renouveler... Telle pourrait être une interprétation du contexte institutionnel tel qu'on l'observe depuis le début des années 1970.

Notes

1 Alemán Obrero de la Patria, México, Editorial Ruta, Colección Popular n° 32, 1952, pp. 11-14.

2 Anne Cauquelin, Aristote. Le langage, Paris, PUF, 1990, p. 83.

3 "Mucho se habla de la crisis de la oratoria ante el influjo de las tendencias utilitaristas y prácticas y a la presencia de factores económicos. A la juventud de hoy corresponde demostrar lo contrario, sed idealistas, no olvidéis que la verborrea oratoria intrascendente está desprestigiada [...] la emoción oratoria no puede fingirse, porque ella surge espontánea del propio corazón del orador" ("Discurso sobre la oratoria", La República, 15 janvier 1950, p. 25).

4 "Sólo así puede decirse que la elocuencia es la presentación del alma que habla para el alma que escucha ; resulta hermosa comunión de espíritus levantados hacia las inmarcesibles regiones de lo bello, esta es la labor del hombre que ha nacido para hablar y para trasmitir ideas haciendo vibrar los corazones" (Ibid., p. 25).

5 Anne Cauquelin, op. cit., p. 86.

6 Francis Balle, "Medias et politique", in Madeleine Grawitz, Jean Leca, Traité de science politique - Volume 3, L'action politique, Paris, PUF, 1985, p. 574.

7 Gilbert Durand, Les structures anthropologiques de l'imaginaire, Paris, Dunod, 1984 [1969], p. 491.

8 Ainsi, P. Solís Carrillo n'hésite pas à mentionner la notion du "verbo idea convertido y expuesto por la voz y el ademán", avant d'évoquer la parole de Jésus Christ ("Discurso sobre la oratoria", art cit p. 25)

9 Ibid., p. 25.

10 Georges Balandier, Pouvoirs sur scènes, Paris, PUF, 1985, pp. 17-18.

11 Ibid.

12 Cf. Gilbert Durant, L'imaginaire, Paris, Hatier (coll. "Optiques", n° 208), pp. 3-6.

13 Il s'agit, par exemple, du Concurso de Historia de la Revolución Mexicana, élaboré chaque année par le PRI jusqu'au milieu des années 1960 ou du concurso de cuento mexicano, organisé par La República d'avril 1965 jusqu'au terme du mandat de G. Díaz Ordaz. Citons également les Juegos florales de la Revolución, organisés par le PRI à la fin des années 1940.

14 En 1949, le "plan" thématique des travaux demandés pour le Concours d'Histoire de la Révolution Mexicaine stipule une répartition des œuvres en trois chapitres, disproportionnés si l'on tient compte de la longueur du troisième, destiné à l'étude du Panorama de la obra de la Revolución de Obregón a nuestros días, censé comporter 11 sous-chapitres. Les deux premiers, consacrés à [La] iniciación de la Revolución, con el movimiento maderista, et au Movimiento constitucionalista, devront indure respectivement 5 et 6 sections. "Concurso de Historia de la Revolución Mexicana" (La República, 15 décembre 1949, p. 2).

15 Cf. Illustration n° 1 (La República, 15 juillet 1949. Première page de couverture).

16 Ces représentations constituent une référence historique à l'Empire créé en 1822 par Agustín de Iturbide, qui avait dissout peu après l'Assemblée Constituante issue de la proclamation définitive de l'Indépendance, en 1821.

17 "Concurso de Oratoria de la Revolución" (La República, 1er février 1950, p. 33).

18 Ibid., p. 33.

19 "Cuenta la Mitología que una sola gota de leche desprendida del seno de Juno, hizo correr en el cielo los esplendores de la Vía Láctea. De igual suerte, una gota de sangre, desprendida del corazón de Áquiles Serdán, hizo surgir en las cumbres de nuestra historia la teoría de los mártires y la legión de los héroes" (Ibid., p. 33).

20 Ibid, p. 33.

21 Cf. Gilbert Durand, Les structures anthropologiques de l'imaginaire, op. cit., pp. 322-323.

22 Ibid, p. 323.

23 Ibid., pp. 339-342.

24 Ibid., p. 349.

25 Ibid, p. 350.

26 Ibid, p. 390.

27 Ibid, pp. 408-409.

28 Ibid, p. 409.

29 La República, mars 1962, p 14.

30 Cf infra note 31. Notons aussi qu'au plan local, les statues constituaient des symboles "matériels" privilégiés pour l'expression et de la stigmatisation des conflits politiques locaux. A la fin des années 1940 et au début de la décennie suivante, la statuaire officielle fit l'objet d'actes de vandalisme de la part de l'opposition sinarquiste. La República mentionne ainsi, dans son édition du 15 mars 1949 : "En todos los estados de la República causó indignación el insulto a nuestros héroes realizado por las fuerzas regresivas de la Nación" et publie une photographie de "la manifestación de desagravio organizada por el Comité del PRI en Coyuca de Benítez, Gro" (La República, 15 mars 1949, p. 6. Nous soulignons).

31 "La Revolución elevó la categoría humana y profesional de los maestros. Dejó de considerarlos apóstoles sacrificados, y los convirtió en un verdadero ejército de constructores del México nuevo. [...] Debemos estar dispuestos a luchar, cuando estamos percatados que a cien años de distancia las fuerzas regresivas han olvidado la histórica lección de patriotismo que México dio al mundo el 5 de mayo de 1862" (La República, mars 1962, p. 7). Ce discours fut prononcé lors d'une cérémonie d'hommage à la profession, organisée en mars 1962 en présence d'Adolfo López Mateos.

32 C'est ici qu'intervient la distinction entre le "sémantisme de l'imaginaire", et son prolongement dans les catégories logiques de la sémiologie : le premier, propre à l'"antériorité tant chronologique qu'ontologique sur toute signifiance audio-visuelle", constitue "la matrice originelle à partir de laquelle toute pensée rationalisée et son cortège sémiologique se déploient". Cf. Gilbert Durand, Les structures anthropologiques de l'imaginaire, op. cit., pp. 26-27.

33 Ibid, p. 391.

34 Cf. Illustration n° 2, la page de couverture de La República du 15 décembre 1949.

35 "Canto a la Revolución "por Rubén Bonifaz Nuño", La República, 1er mars 1949, p. 12.

36 La República, n° 304, décembre 1967, p. 17.

37 Aussi trouve-t-on dans les publications officielles des articles relatant, sur le mode de la narration épique, l'apport des femmes dans l'histoire de la révolution, comme en témoigne un article de La República de janvier 1950, dont le développement repose entièrement sur la réitération lancinante du mot "regeneración", écrit en majuscules. Cf. La República, 15 janvier 1950, p. 24.

38 Cf. illustration n° 3. Source : La República, n° 269, mars 1964, p. 51.

39 Les références à la femme peuvent aussi renvoyer à des registres négatifs, tels ceux associés aux notions d"'impureté" ou de "péché", à l'opposé exact de celle de "pureté". Ainsi, cette déclaration de José López Bermúdez, rapportée en 1950 par La República : "[José López Bermúdez] tiene una frase hiriente para los conservadores, que en la historia encuentran como padre a Agustín de Iturbide, y cuya aristocracia está íntima y "amorosamente ligada a la falda llena de pecado de la güera Rodríguez". Le mot "güera" désigne au Mexique la femme blonde (La República, 15 février 1950, p. 12).

40 La República attribue très clairement une dimension esthétique à un contenu "révolutionnaire" incamé dans le mouvement-même des jeunes membres participants, comme en témoigne un champ lexical ici lié à la chorégraphie et à la danse : "El más emotivo número del programa de la inauguración fue sin duda la escenificación de la Historia de la Revolución Mexicana, en la que tomaron parte gran número de alumnos de las escuelas oficiales constituidos en grupos coreográficos. De principio al fin, el público aplaudió entusiastamente cada escena, "porque se hizo resaltar la técnica moderna de la danza al aire libre, la belleza de sus movimientos, la estética de las formas y el contenido ideológico de la Revolución" (La República, 15 janvier 1950, p. 21. Nous soulignons)

41 Ibid., p. 21.

42 Vainqueur du corps expéditionnaire français à Puebla le 5 mai 1862.

43 Le commentaire de La República, étayé de références symboliques liées à la "fécondité" du temps révolutionnaire, accentue la perception d'une concentration de symboles à laquelle contribue l'organisation de telles processions : [...] "El sacrificio de Áquiles Serdán es semilla que arde en los jóvenes de hoy. Precisamente ante la estatua de Áquiles Serdán, el doctor Ortega recibió la antorcha simbólica. Singular y emotivo fue este acto dedicado a Áquiles Serdán, mártir de Puebla. La lámpara votiva recibe el fuego de la antorcha traída desde la ciudad de Puebla. Áquiles Serdán murió antes de ver siquiera iniciada la Revolución. Pero su sacrificio no fue en vano" (La República, n° 294, décembre 1966, pp. 21-23).

44 "[...] bien loin d'être un produit de l'histoire, c'est le mythe qui vivifie de son courant l'imagination historienne et structure les conceptions mêmes de l'histoire. A toutes les époques et sous toutes les incidences historiques se retrouvent affrontés les grands régimes antinomiques de l'image. C'est le contexte sociologique seul, qui collabore [...] au modelage des archétypes en symboles et constitue la dérivation pédagogique" (Gilbert Durand, Les structures anthropologiques de l'imaginaire, op. cit., p. 453. Nous soulignons).

45 Cf. Tiempo, vol. 21, n° 523, 9 mai 1952, p. 4.

46 La República, 1er avril 1949, p. 6.

47 Anne-Marie Lecoq, "La symbolique de l'Etat, les images de la monarchie des premiers Valois à Louis XIV", in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire - II. La nation, Paris, Gallimard, 1986, pp. 147-187. Si l'on reprend cette classification dans la perspective qui a guidé notre travail, on constate qu'au Mexique, où le régime a pu habilement combiner, selon des modalités spécifiques, l'image "historique" et l'image "symbolique", les représentations iconographiques ont suivi une trajectoire comparable.

48 Nous entendons ici le "cadre" que décrit Pierre Nora lorsqu'il évoque la "Nation [comme] "représentation. Ni un régime, ni une politique, ni une doctrine, ni une culture mais le cadre de toutes leurs expressions, une forme pure, immuable et changeante [...] de toutes les communautés sociales modernes". Cf Pierre Nora (Dir.), Les lieux de Mémoire - II. La Nation - I. Héritages, historiographie, paysages, Paris, Gallimard, 1986, p. X.

49 L'information [...] est par nature "néguentropique" -c'est-à-dire augmente indéfiniment, sans porter en elle le germe de son usure- tandis que les institutions, comme toute construction humaine nécessitant des dépenses d'énergie, sont entropiques, c'est-à-dire soumises à la disparition, la mort. Il se pourrait alors que la pléthore infinie d'informations soit un facteur d'entropie pour les institutions sociales qu'elle déstabilise... On peut constater que plus une société est informée, plus les institutions qui la fondent se fragilisent" (Gilbert Durand, L'imaginaire, op. cit., pp. 77-78).

Table des illustrations

Légende 1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende 2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Légende 3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5713/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

Auteur

Université de Paris III - Sorbonne Nouvelle, CRICCAL

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540