Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

IV. Médias. Presse, publicité, cinéma

Le Prado aux champs. Le Museo del pueblo et l'éducation populaire pendant la Seconde République (1931-1936)

Elvire Díaz

Texte intégral

1Dès son installation au pouvoir, la Seconde République prend des mesures importantes en faveur de l'éducation. En particulier, le décret du 29 mai 1931 du Ministre Marcelino Domingo crée le "Patronato de Misiones Pedagógicas" qui organise de nombreuses activités à caractère socio-éducatif qui prennent le nom de Missions Pédagogiques.

2Ce nom dit le rôle social qui leur est attribué : à l'image des campagnes d'évangélisation, elles seront des campagnes d'instruction. Le décret fondateur (dans son article premier) indique clairement le but des Missions Pédagogiques :

  • 1 Les textes de lois, publiés dans la Gaceta de Madrid, ont été réunis par A. Molero Pintado, La edu (...)

"Difundir la cultura general, la moderna orientación docente y la educación ciudadana en aldeas, villas y lugares, con especial atención a los intereses espirituales de la población rural"1.

3Concrètement, les Missions Pédagogiques veulent soutenir les instituteurs isolés et transmettre la culture espagnole sous des formes pédagogiques nouvelles en s'installant pendant une semaine dans un village.

Importance de l'image dans les Misiones pedagógicas

4Dans la grande diversité d'activités mises en place par les Missions Pédagogiques (animation de bibliothèques ambulantes, conférences et cours pour les instituteurs, concerts de musique et chant choral), l'image est privilégiée : expositions de reproductions de tableaux, de gravures et de sculptures, des projections de films, des représentations théâtrales et des leçons d'histoire à partir de matériel visuel.

  • 2 Bilan indiqué par un document en microfiche issu des Archives de la Junta para la Ampliación de Es (...)

5La création d'un musée de peinture itinérant qui vient pallier l'absence de culture esthétique dans les villages s'inscrit dans cette logique d'une éducation par l'image et à l'image. Dernière facette de l'éventail des activités proposées par les Missions pédagogiques, le musée réalisa 178 expositions entre octobre 1932 et juillet 19362.

Le Museo ambulante de pintura : le Prado aux champs

  • 3 Cette encyclopédie faite en collaboration avec José Pijoán compte aujourd'hui 25 volumes.
  • 4 Giner avait traduit en 1874 L'esthétique de Krause, sous le titre Compendio de Estética qui influe (...)

6La création du Musée itinérant de peinture, baptisé Museo ambulante ou circulante puis Museo del Pueblo, est due à Manuel Bartolomé Cossío [1857-1935], Président honoraire du "Patronato". Pédagogue et historien de l'art, il est le premier grand biographe du Greco, auteur d'une Histoire de la peinture espagnole et d'une encyclopédie sur l'art mondial Summa Artis3. Cossío succéda à Giner de los Ríos [1839-1915] à la direction de la Institución Libre de Enseñanza qui introduisit entre autres matières, l'enseignement artistique4 et l'histoire des religions, et fut également le directeur du Musée Pédagogique National de 1883 à 1929. Il fut le maître à penser des élites républicaines en matière de pédagogie.

  • 5 Les textes de Cossío sont dans la Memoria de 1934, pp. 13-14 et pp. 109-115 où Cossío reprend son (...)

7Cossío sélectionna les œuvres picturales destinées au Musée itinérant et écrivit deux textes introductifs qui devaient être lus au public par les missionnaires5. Dans le premier, après sa nomination comme Président du "Patronato" de Missions Pédagogiques le 6 août 1931, il montre l'intérêt de l'image comme média didactique par son contenu illustratif et comme objet esthétique :

  • 6 Memoria 1931-1933, pp. 13-14.

"Con imágenes y estampas atractivas hemos de ir enseñando por los pueblos cómo es la tierra, cómo son aquellas partes de la tierra donde no hemos estado; cómo es, sobre todo, España, nuestra nación, nuestra Patria: sus montañas, sus llanuras, sus ríos, sus mares, sus grandes ciudades. Cómo han sido los españoles de otros tiempos, cómo vivieron, qué grandes hechos realizaron. [...] También os traeremos las cosas que los hombres han hecho sólo para divertirse y divertir a los demás, o sea las cosas que llamamos bonitas, las cosas bellas [...]. Y así veréis en grandes estampas luminosas [...], los templos y las catedrales antiguas, las estatuas, los cuadros que pintaron los grandes artistas y que se guardan como tesoro de inmenso valor en los Museos"6.

8Dans le second texte, lu en octobre 1932, lors de l'inauguration du Musée itinérant de peinture, Cossío explique les objectifs d'un musée itinérant de peinture :

  • 7 Ibid.

"Las Misiones añaden hoy algo nuevo [...]. Un Museo de Pintura, que irá circulando de pueblo en pueblo. Un Museo muy pequeñito, muy reducido, muy pobre, al fin, un Museo, no para los que han viajado, para los que han ido a Madrid o siquiera a las capitales de provincias y han visto otros Museos mejores, y sobre todo el nacional del Prado, que es en pintura la mayor riqueza de arte que existe en España"7;

  • 8 Ibid., pp. 109-115.

"[...] En la pintura se ha querido enseñar no sólo proyecciones luminosas, sino algo que fuese lo más parecido a los mismos cuadros que pintaron los grandes artistas"8.

9Ce Musée itinérant est confié à des étudiants ou membres de l'enseignement bénévoles qui prennent en charge les aspects matériels et l'animation des expositions. En général, deux animateurs se chargent du Musée pendant une Mission ; les animateurs habituels en furent le peintre Ramón Gaya et l'étudiant devenu "auxiliar de Misiones" Antonio Sánchez Barbudo, mais on comptait parmi eux aussi Rafael Dieste, Enrique Azcoaga, Luis Cernuda et José Val del Omar.

10Le Musée s'installait, pendant une semaine, dans les "cabezas de partido y villas" qui ont de 8.000 à 12.000 habitants et qui disposaient d'une salle suffisamment vaste pour organiser dans de bonnes conditions l'exposition. Le résultat en est parfois un véritable musée miniature.

11L'exposition se déroulait en plusieurs temps. Après avoir lu au public un fragment du texte de Cossí o, un animateur commentait les tableaux d'un point de vue historique, l'autre pictural, et parfois ils complétaient par des projections. Elle se termine par une distribution de reproductions photographiques, destinées à la décoration de la mairie, de l'école, de centres ouvriers comme la Casa del Pueblo, ou distribuées par centaines en petit format au public.

12Le Musée était prévu pour visiter simultanément deux villages et possédait deux collections parallèles de peintures, constituées par de "bonnes copies" d'œuvres, comme l'explique Cossío :

  • 9 Ibid.

Traer los cuadros mismos sería imposible, no sólo por lo muchísimo que valen, sino porque, como todas las obras de arte, son únicos, y su deterioro o su pérdida serían irreparables. Por esto lo que se trae son copias de ellos, hechas por buenos pintores"9.

  • 10 Une étude des registres des copistes du Prado pour 1932 et 1933 menée par la Bibliothèque de la Re (...)

13Ces copies sont dues à Juan Bonafé, Ramón Gaya et Eduardo Vicente10. Chacune des deux collections comporte 14 tableaux et 14 gravures des 8 mêmes peintres : Berruguete, Sánchez Coello, Ribera, Zurbarán, Velázquez, Murillo, El Greco, Goya.

14Pour la pertinence de l'exposé nous avons réuni les 28 tableaux des deux collections. On trouve ainsi : de Berruguete : "Auto de fe" et "Pasaje de la vida de Santo Domingo", de Sánchez Coello : "Retrato del principe don Carlos" et "Retrato de la Infanta doña Isabel Clara Eugeni ", de El Greco : "Resurrección", "Retrato de desconocido", "Crucifixión" et "San Francisco", de Ribera : "El sueño de Jacob" et "Martirio de San Bartolomé", de Zurbarán : "La vision de San Pedro de Nolasco" et "Un fraile mercedario", de Velázquez : "Las hilanderas", "La infanta Margarita", "Don Antonio el inglés", "Las meninas", "Retrato ecuestre del príncipe don Baltasar" et "El bobo de Coria", de Murillo : "El niño Dios Pastor", "Santa Isabel de Hungría", "Familia del pajarito" et "Sueño del patricio romano" et de Goya : "Los fusilamientos", "La maja vestida", "El pelele", "El entierro de la sardina", "Aquelarre de brujas" et "La nevada".

15Ces collections de tableaux sont accompagnées de 14 reproductions de gravures de Goya, tirées de quatre séries : Caprichos : "Retrato de Goya, Que viene el coco, Se quebró el cántaro, Bravísimo" ; Los desastres de la guerra. "¡Qué valor!, No saben el camino" ; La Tauromaquia : "El animoso moro Gazul", "El diestrísimo estudiante de Falces", "Desgracias acaecidas en la Plaza de Madrid" ; Los disparates : "Disparate femenino", "Disparate de miedo", "Los ensacados", "Los majos bailarines", "Une reina del circo".

Analyse des collections du Musée itinérant

16M. B. Cossío explique ainsi son choix :

  • 11 Memoria, 1934, pp. 109-115. Dans son article "Los cuadros más importantes del Museo del Prado" (BI (...)

"Habiendo de escoger entre tantos [del Prado] únicamente algunos cuadros para este pequeño Museo ambulante, ha parecido lo mejor que fueran sólo por ahora españoles y entre éstos unos pocos ejemplos de aquellos pintores que pasan, en opinión general, por ser los mejores o los más famosos"11.

17Cossío a opéré un choix restreint de huit peintres espagnols et de 28 tableaux et a privilégié les œuvres de la fin du XVe au début du XIXe siècle : de Berruguete à Goya. Le Siècle d'Or est bien représenté avec 20 tableaux (Sánchez Coello, Ribera, Zurbarán, Velázquez, Murillo, Le Greco), le XVIIIe et le XIXe siècles sont représentés par les œuvres de Goya et aucune œuvre n'est postérieure à celles de Goya, disparu en 1828.

18Les sujets sont tous humains - portraits de femmes, d'enfants et d'hommes, ou des scènes de groupes. Il n'y a pas de paysage pur, pas de nature morte. Le figuratif anthropomorphique, qu'il s'agisse de scènes historiques, mystiques, bibliques ou allégoriques, a été privilégié. Essentiellement issus de la culture espagnole, les tableaux ont cependant une portée universelle et représentent des vertus humaines-charité, bonté, fraternité- mais aussi le travail. Les tableaux religieux et royaux sont majoritaires : une vingtaine sur les 28 du Musée ambulant.

19Une quinzaine de tableaux appartiennent à l'imagerie chrétienne, qu'il s'agisse de scènes bibliques, de représentations de figures saintes ou de scènes de l'histoire de l'église : Berruguete ("Auto de fe" et "Pasaje de la vida de Santo Domingo"), Ribera ("El sueño de Jacob" et "Martirio de San Bartolomé"), Zurbarán ("La vision de San Pedro de Nolasco" et "Un fraile mercedario"), Murillo ("El niño Dios Pastor", "Familia del pajarito", "Santa Isabel de Hungría" et "Sueño del patricio romano"), El Greco ("Resurrección", "Crucifixión", "San Francisco"). Sans oublier le "Aquelarre de brujas" de Goya sur les pratiques de sorcellerie et "El entierro de la sardina" sur le Carnaval.

20La place importante accordée au religieux confirme que Cossío n'était pas anticlérical, ni un défenseur forcené de la laïcité, mais qu'il était soucieux de spiritualité chez l'homme, du respect des consciences tant du maître que de l'élève. En cela, les tableaux reflètent l'influence de l'Institution Libre d'Enseignement où l'histoire des religions est enseignée. Il faut voir là un constat sur la culture chrétienne espagnole mais aussi un travail de critique de l'Eglise, car c'est l'image d'un christianisme pur, généreux et spirituel qui est donnée, en particulier au travers des ordres mendiants, les Mercédaires et les Franciscains, représentés par des fondateurs d'ordres ou d'hôpitaux comme Saint Pierre de Nolasque ou Elisabeth de Hongrie [1207-1231].

21Ce retour à la religion originelle s'accompagne d'une critique de l'église, en particulier de l'obscurantisme de l'institution de l'Inquisition. Elle apparaît d'autant plus archaïque que les tableaux qui l'illustrent sont les plus anciens de la collection du Musée ambulant : l"'Autodafé" (1495) et le "Pasaje de la vida de Santo Domingo" de Berruguete qui travailla pour Torquemada [1420-1492], La dizaine de portraits de cour -les infants Margarita, Isabel Clara Eugenia, Carlos, Baltasar, les Ménines, les bouffons "Don Antonio el inglés" et "El bobo de Coria"- et de Santa Isabel de Hungría, "La maja vestida" (si l'on admet qu'elle représente la duchesse d'Albe), n'est nullement une apologie de la monarchie. Pratiquement aucun noble en âge de régner n'y est représenté car la seule figure royale est celle de Elisabeth de Hongrie, fondatrice d'un hôpital et canonisée. Ces portraits sont associés à la pureté, la charité, la beauté et l'enfance.

22Etant destinataire privilégié du Musée, l'enfant apparaît comme sujet principal dans les 5 tableaux d'infants (Margarita, Carlos, Baltasar, Isabel Clara Eugenia, les Ménines), les 2 représentations de l'enfant Jésus ("Niño Dios Pastor" et "La familia del pajarito") et par la jeune "Santa Isabel de Hungría" elle-même s'occupant d'enfants et récepteur d'un tableau drôle comme "El pelele".

23Dans ce Museo del Pueblo on s'étonne de ce que le peuple n'apparaisse que peu. Comme personnage actif, il est représenté dans les fêtes de "El entierro de la sardina", ou au travail, avec les femmes en atelier des "Las hilanderas", ou pratiquant des actes de magie dans "Aquelarre", mais aussi victime de la guerre avec "Los fusilamientos". Les femmes représentées quant à elles par une demi-douzaine de tableaux (la "Maja vestida", "Santa Isabel de Hungría", "Las hilanderas", les infantes Margarita et Isabel Clara Eugenia et les Ménines) incarnent la beauté, le travail et la charité.

24L'œuvre de Goya privilégiée par le Musée itinérant occupe une place importante avec 20 œuvres -6 tableaux et 14 gravures- et lui apporte sa modernité et répond à une double volonté.

25Du point de vue de la technique, Goya est l'un des artistes les plus variés -peintre, graveur, lithographe, et des plus modernes- annonçant l'expressionnisme. Sa production énorme, avec 500 tableaux, 1.000 dessins, 275 eaux-fortes et lithographies, et sa longue période de création, à cheval sur le XVIIIe et XIXe siècles, illustre un chapitre complet de l'histoire de l'Espagne.

  • 12 Germaine Picard-Moch et J. Moch, L'œuvre d'une révolution. L'Espagne républicaine, Paris, Les Édit (...)

26Le choix idéologique est aussi clair. En 1928, le centenaire de sa mort avait été amplement célébré par des conférences, des expositions, des articles. Pour les libéraux, progressistes et républicains, Goya est le peintre du peuple et un symbole de l'émancipation et de la nation. Un véritable mythe entoure Goya : il est "révolutionnaire"12.

27Les 14 gravures de Goya tirées des "Caprices", des "Désastres de la guerre", de "La Tauromachie" et des "Disparates" illustrent des aspects historiques et sociaux espagnols et des thèmes universels.

28L'histoire espagnole est évoquée par la gravure représentant Agustina de Aragon luttant pendant la guerre contre les Français, qui souligne le rôle des femmes dans l'indépendance du pays ; l'autoportrait de Goya contribue quant à lui à la connaissance du peintre. La vie sociale de l'Espagne de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle est représentée au travers des fêtes et des traditions, comme par exemple la corrida, dont l'histoire est retracée par 3 gravures, et d'aspects éducatifs (avec les "Caprichos" : "Que viene el coco", "Se quebró el cántaro"). Enfin, des motifs universels, portant sur les défauts des hommes et sur les inquiétudes de l'esprit humain, apparaissent dans les énigmatiques "Disparates".

Portée éducative du Musée itinérant de peinture

29L'intérêt de ce musée est évident. Mais nous insisterons d'abord sur le fait qu'il s'agit bien d'une transmission. Le Musée qui fait le lien entre Madrid et les villages joue un rôle de courroie de transmission en suppléant l'instruction scolaire par une éducation générale, par le moyen simple de l'iconographie. Mais, à première vue, il s'agit d'une transmission unilatérale, du haut vers le bas, de la culture vers l'analphabétisme, de la ville vers la campagne, du Prado vers les champs : un certain centralisme madrilène se fait jour. En effet, les expositions font du public un sujet passif et non des acteurs du changement alors que le décret fondateur des Missions Pédagogiques en faisait des "partícipes del progreso".

30Cependant les nombreux témoignages photographiques contenus dans les Memorias del Patronato et celles des Archives des Missions, déposées à la Résidence des Etudiants de Madrid, à caractère presque ethnographique, montrent l'impact de ces expositions sur les esprits. De même, on observe en retour la découverte des campagnes par les missionnaires, qui dans leurs rapports écrits, font état des observations matérielles faites dans les campagnes, de la misère, des besoins.

  • 13 Titre du livre qui lui est consacré, coordonné par J. Ruiz Berrio.

31L'image, moyen d'accès facile au savoir, car immédiat et par imprégnation, sans barrage de la langue ou de culture différente, convient parfaitement pour des publics jeunes ou peu éduqués. Elle complète et facilite l'accès au savoir et, en jouant sur l'affectif et le récréatif, illustre le vieux précepte éducatif institutionniste "enseñar deleitando". L'image reflète les objectifs du pédagogue M. B. Cossío, cet "educador para un pueblo"13, pour qui l'iconographie est le moyen de communication par excellence, émotionnel, esthétique, intrinsèque à l'homme. Cossío souhaite donner aux classes rurales le sens de la beauté et de la gratuité de l'acte esthétique. De plus, l'image est un media qui permet d'introduire d'autres connaissances ainsi que le dit Cossío :

  • 14 L.A. Santullano, El pensamiento vivo de Cossío, Ed. Losada, Buenos Aires, 1946, p. 19 (cite Cossío (...)

"Las artes... parecen ser la base real, positiva, más accesible al niño por lo inmediato y corpóreo de su representación, para atar sistemáticamente las demás relaciones históricas y para percibir la continuidad de la evolución de la cultura"14.

32Le Musée des Missions Pédagogiques privilégie l'image qui facilite la transmission des savoirs. Ces savoirs qui ne sont pas strictement scolaires mais surtout historiques, esthétiques, spirituels, comportementaux et finalement politiques car les activités des Missions Pédagogiques sont le reflet des orientations politiques et éducatives du gouvernement. Elles contribuent à la formation de la personnalité, du citoyen, des consciences.

33Le fait que les deux collections de peinture soient équivalentes et constituent une variante sur les mêmes thèmes et messages confirme la volonté didactique et idéologique du "Museo ambulante".

  • 15 Ε. Azcoaga, "Las Misiones Pedagógicas", Revista de Occidente, VII-VIII (1981), pp. 222-232.

34Les tableaux du Musée illustrent l'histoire et la culture espagnoles tout en faisant l'histoire de la peinture et de ses techniques. Le Musée concourt ainsi à une éducation esthétique, même s'il s'agit davantage d'une "sensibilisation cordiale" que d'une instruction artistique15.

35D'un point de vue historique, l'objectif recherché est de faire prendre conscience du passage du temps au travers des peintres, de l'évolution des techniques et de l'héritage culturel de l'Espagne. La connaissance de ce patrimoine espagnol doit inscrire le public dans le temps et dans une nation, donner une conscience et une identité nationales grâce aux grands noms de la peinture espagnole comme Vélasquez, Le Greco ou Goya, tandis que le Prado est présenté comme un bien commun. En transmettant le patrimoine culturel classique de l'Espagne et l'émotion esthétique, le Musée diffuse l'idéal des institutionnistes.

36L'image de la société espagnole que donne Cossío est unificatrice, autour de l'idée de culture nationale, en présentant l'image d'une "convivencia" possible et pacifique des hommes, femmes et enfants, de la ville et de la campagne, tout autant que de la monarchie, du peuple et de la religion. Effectivement, du point de vue de la sociabilité, des comportements nouveaux apparaissent au sein du village où finalement une "convivencia" se développe, à l'occasion des expositions qui pouvaient réunir jusqu'à 500 personnes.

37Le Musée itinérant de peinture, activité tardive des Missions Pédagogiques, a connu un véritable succès auprès des populations même si son impact fut sans doute limité -78 villages visités- alors que les Missions en visitèrent plus de 400.

38Cette éducation par l'image et à l'image contribue à une éducation esthétique et transmet des savoirs plus globaux, de formation de la personne, d'ordre spirituel, civique, comportemental et historique. Le Musée Ambulant de Peinture est un paradigme de la vision éducative de la Seconde République espagnole qui, au travers d'une sorte d'évangélisation laïque des campagnes, a tenté de transmettre l'imaginaire, la culture et la vertu républicaines, par l'image. L'idéologisation du Musée itinérant se greffe sur l'objectif premier de Cossío qui était de faire partager aux ruraux le plaisir de la beauté. Les partis conservateurs ne manquèrent pas de souligner cette utilisation idéologique des Missions Pédagogiques ce qui se traduisit par la baisse des crédits alloués avant leur disparition totale.

39Mais le Musée de peinture ne correspond pas à l'image "révolutionnaire" que l'on se fait parfois des activités des Missions Pédagogiques, car il est consensuel et modéré dans ses choix. Si d'un point de vue pictural, il montre des étapes importantes de la création, en fait il transmet les savoir-être que souhaite la jeune république : cohabitation pacifique des gens et des idées, entraide et fraternité, suprématie des idées sur le matériel et élévation spirituelle de l'individu par l'éducation.

Notes

1 Les textes de lois, publiés dans la Gaceta de Madrid, ont été réunis par A. Molero Pintado, La educación durante la segunda república y la Guerra civil (1931-1939), Madrid, Ministerio de Educación y Ciencia, 1991. Le décret du 6 août 1931 nomme M. B. Cossío, Président honoraire du Patronato de Misiones Pedagógicas, et les 15 membres du "Patronato" : J. Ballester Gozalvo, Francisco Bamés, Luis Bello, Oscar Esplá, Rodolfo Llopis, Angel Llorca, Antonio Machado, L. Martínez Gil, Marcelino Pascua, Enrique Rioja, Pedro Salinas, Luis Alvarez Santullano (le secrétaire), Juan Uña, Amparo Cebrián de Zulueta et María Luisa Navarro de Luzuriaga. Parmi les missionnaires ont figuré María Zambrano, Alejandro Casona, Luis Cemuda, Rafael Dieste, Ramón Gaya, Arturo Serrano Plaja, Gonzalo Menéndez Pidal, Antonio Sánchez Barbudo, José Antonio Maravall, Matilde Moliner et José Val del Omar qui réalisa une quinzaine de documentaires sur les Missions Pédagogiques dont un sur le Musée de peinture ambulant.

2 Bilan indiqué par un document en microfiche issu des Archives de la Junta para la Ampliación de Estudios conservées à la Residencia de Estudiantes de Madrid.

3 Cette encyclopédie faite en collaboration avec José Pijoán compte aujourd'hui 25 volumes.

4 Giner avait traduit en 1874 L'esthétique de Krause, sous le titre Compendio de Estética qui influença les idées de Cossío sur l'art.

5 Les textes de Cossío sont dans la Memoria de 1934, pp. 13-14 et pp. 109-115 où Cossío reprend son article para dans le Boletín de la Institución Libre de Enseñanza (BILE) du 30-XI-1932.

6 Memoria 1931-1933, pp. 13-14.

7 Ibid.

8 Ibid., pp. 109-115.

9 Ibid.

10 Une étude des registres des copistes du Prado pour 1932 et 1933 menée par la Bibliothèque de la Residencia de Estudiantes de Madrid le confirme. Celle-ci conserve d'ailleurs huit copies en instance d'être restaurées.

11 Memoria, 1934, pp. 109-115. Dans son article "Los cuadros más importantes del Museo del Prado" (BILE, 1885), Cossío signale déjà certains de ces tableaux avec d'autres.

12 Germaine Picard-Moch et J. Moch, L'œuvre d'une révolution. L'Espagne républicaine, Paris, Les Éditions Rieder, 1933, p. 205. Cf. les articles parus dans la revue Postguerra (dont le directeur était J. A. Balbontín), n° 2 et 10 de l927 et 1928.

13 Titre du livre qui lui est consacré, coordonné par J. Ruiz Berrio.

14 L.A. Santullano, El pensamiento vivo de Cossío, Ed. Losada, Buenos Aires, 1946, p. 19 (cite Cossío, Enseñanza de la Historia, 1904).

15 Ε. Azcoaga, "Las Misiones Pedagógicas", Revista de Occidente, VII-VIII (1981), pp. 222-232.

Auteur

CIREMIA, Université François-Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540