Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

IV. Médias. Presse, publicité, cinéma

Campagne d'image du Patronato Nacional de Turismo (juin-décembre 1931) : enjeux, thèmes et stratégies

Alet Valero

Texte intégral

1En premier lieu, une précision. S'il ne fait aucun doute que je vais aborder ici une question d'image(s), celle(s)-ci ne porte(nt) pas, au sens strict, sur la transmission des savoirs mais plutôt sur la transmission d'une relation ou d'un rapport à un objet, en l'occurrence, le tourisme. Plus qu'une connaissance, la campagne dont il sera ici question, vise à présenter sous un nouveau jour, à dévoiler et, au bout du compte, à convaincre. S'il ne s'agit pas de transmettre une connaissance spéculative, il s'agit en revanche de proposer une nouvelle analyse et de produire une nouvelle relation. En effet, les circonstances historiques exceptionnelles que constituent les premiers mois de la IIe République confèrent à la campagne une signification particulière que l'on pourrait interpréter, tout au moins sur la question du P.N.T., comme un changement total d'orientation. C'est en fonction de ce double sens que nous parlerons des enjeux de la campagne. Enjeux sociaux, politiques, herméneutiques.

2Enfin, cette initiative d'un organisme d'État nous paraît originale par la méthode employée, c'est-à-dire le recours à la publicité de presse. Dans ce cas, l'objectif n'est pas la promotion commerciale d'un site touristique ; il ne s'agit pas davantage d'une action de propagande politique au sens strict mais bien, d'une certaine manière, de la volonté d'éclairer le citoyen de cette République nouvellement proclamée. A travers les thèmes et les nouvelles relations qui sous-tendent cette campagne, il s'agit donc, pour nous, d'interroger la stratégie mise en place et, éventuellement, de questionner son caractère novateur.

Suspension puis rétablissement du Patronato Nacional de Turismo

  • 1 Alet Valéro, "Controversias en torno a José Herrero Anguita o la crisis del turismo español en los (...)
  • 2 Luis Fernández Fúster, Historia general del turismo de masas, Alianza Editorial, Madrid, 1991, p. 2 (...)

3Il convient tout d'abord d'évoquer brièvement le Patronato Nacional de Turismo [P.N.T.], organisme assez méconnu, dont l'importance nous paraît absolument capitale dans l'évolution du tourisme espagnol au XXe siècle, notamment dans la deuxième moitié. Le montage entre 1926 et 1928, et dans des circonstances un peu troubles1, de cet organisme est essentiellement l'œuvre de Juan Antonio Güell, troisième marquis de Comillas et président de la Compagnie Transatlantique. Bien qu'aucun document ne permette d'établir la part exacte de Primo de Rivera dans la naissance du Patronato, ses diverses interventions tendent à montrer que cet organisme avait, entre autres, pour fonction de constituer une sorte de vitrine de la modernisation de la société espagnole. Associée aux deux expositions de 1929, sa création en avril 1928 devait permettre à la fois de les faciliter, de leur donner tout le prestige escompté et de lancer une dynamique en faveur du développement touristique de l'Espagne. Le Patronato représente une initiative considérable, avec un financement conséquent et autonome issu de l'assurance obligatoire des voyageurs de chemin de fer. Il est destiné à placer ce secteur de l'économie espagnole au niveau de ses voisins européens. La composition du P.N.T. lors de sa création a été décrite par ailleurs2, je n'insisterai donc pas.

4Dépendant, d'après ses statuts, du Président du Conseil, cet organisme a été maintes fois remanié jusqu'à la guerre civile qui a consommé sa disparition. Nous préciserons simplement les événements de 1931, année au cours de laquelle le P.N.T. a été suspendu puis rétabli.

  • 3 "Real Decreto del 2 de julio autorizando a la Presidencia del Consejo de Ministros para reorganizar (...)

5Depuis la date de sa création, le P.N.T. a été réorganisé une première fois le 2 juillet 19303. Après la proclamation de la République, une Direction générale du Tourisme est créée à titre transitoire. Un décret du 9 mai 1931 du Gouvernement provisoire stipule qu'il sera procédé à un réexamen des nominations aux différents postes du P.N.T. L'exposé du décret montre à l'évidence que la plus grande suspicion planait sur cet organisme en raison de sa paternité, des circonstances de sa création, de son fonctionnement et du personnel recruté :

"El Patronato Nacional de Turismo, constituido por la Dictadura, creó para su servicio, pero con exceso, cargos, muchos de ellos sin otros estímulos que los del favor, y otorgó asimismo con análogo criterio de prodigalidad otras varias mercedes que no pueden ni deben subsistir en un régimen atento a las normas de la mayor justicia y previsión. Bajo el influjo del mismo criterio [...] se fijaron indemnizaciones importantes por cesantías en las mudanzas o renovaciones inspiradas por la variación de criterio o favor ministerial".

6La Direction générale du Tourisme reçoit donc pour mission de réexaminer toutes les nominations et de réduire le personnel en fonction des seuls besoins. Les emplois non justifiés seront soumis à licenciement sans indemnité.

  • 4 Les quatre autres conseillers sont nommés par les Ministères de Marina, Hacienda, Fomento y Economí (...)

7Or, un décret du 4 décembre de la même année supprime définitivement la Direction générale du tourisme. Ses attributions sont confiées à un chef administratif du sous-secrétariat du Président du Conseil. Le fonctionnaire nommé assume les fonctions de Secrétaire du P.N.T. (article 3). Le P.N.T. est ainsi rétabli. Outre la Présidence, qui revient statutairement au sous-secrétariat du Président du Conseil, la vice-présidence est confiée à Bellas artes tandis que siègent parmi les six conseillers nommés, un représentant de la Faculté de Filosofía y Letras de Madrid et un représentant du Centro de Estudios Históricos4. Le Patronato pourra créer un Conseil Général au Tourisme à des fins consultatives.

  • 5 "Acta de la sesion celebrada por la Junta del P.N.T. el día 21 de marzo de 1931 en su domicilio cen (...)

8Par ailleurs, les arguments développés dans l'exposé justifiant le décret ont changé. En ce qui concerne les personnels, le texte signé de Manuel Azaña déplore le manque de stabilité des emplois, l'absence de statut public et de réglementation en matière de recrutement et de promotion des employés. En conséquence, le personnel de l'administration centrale acquiert le statut de fonctionnaire tandis que dans les régions, compte tenu des limites budgétaires, les délégués, secrétaires, responsables d'office de tourisme et auxiliaires sont supprimés à l'exception des interprètes recrutés sur concours depuis 1928. Si l'on examine la composition de la Junta lors de la réunion du 21 mars 1931 et celle du Consejo general du 20 décembre 1931, on remarque la présence des mêmes personnalités mais le nombre est passé de six à vingt conseillers5.

  • 6 "El déficit en el ejercicio de 1931 sería considerable, si no se hubiese iniciado desde la proclama (...)

9En ce qui concerne le budget du P.N.T., le texte du décret estime que le recours au financement par l'assurance obligatoire des voyageurs constitue une anomalie administrative mais il ne fait état d'aucune malversation. Au contraire, il constate que le budget ainsi constitué depuis 1928 a été amputé par la Présidence du Conseil ou différents ministères. Ainsi au lieu des 10 millions de pesetas prévus, le Tourisme n'a perçu que six millions pour l'année 1930. Pour l'année 1931, la situation s'aggrave puisque 60 % des recettes perçues au titre de l'assurance obligatoire des voyageurs ont servi à diminuer le déficit des compagnies ferroviaires et à augmenter les personnels de ces entreprises. Si bien que sur 11 millions de recettes brutes le P.N.T. ne percevra que 3,8 millions de pesetas. Pour l'exercice de 1931, la suspension du P.N.T. aura surtout servi à supprimer des dépenses prévues6.

10Notre propos n'est pas ici d'analyser les conséquences de ce changement mais de le constater et de le mettre en relation avec la campagne menée par le P.N.T. durant cette période.

Programmation de la campagne syntagmatique

11L'homogénéité des documents trouvés dans les archives suggère qu'il s'agit d'une campagne assez exceptionnelle, aux objectifs clairement définis. Cependant, nous n'avons trouvé aucune explicitation des buts poursuivis ce qui nous oblige à interpréter les pièces trouvées (cf. tableau n° 1).

12En premier lieu, deux tableaux calendaires montrent que la campagne était prévue pour la période juin-décembre 1931 et les annotations manuscrites laissent penser que les prévisions ont été tenues. Nous n'avons pas systématiquement vérifié les différents journaux mais les quelques sondages que nous avons pu effectuer ont confirmé les tableaux (cf. tableau n° 2).

13Sur l'ensemble des journaux, la campagne se divise en deux grandes périodes : juin-septembre, puis octobre-décembre. Nous examinerons essentiellement la première série qui cherche à changer l'image du tourisme auprès de l'opinion publique. Elle se compose de cinq gravures (140, 141, 144, 146, 147) dont la parution se clôt en octobre par les gravures 153 ou 154 qui ouvrent sur une série plus promotionnelle. Il est d'ailleurs révélateur que, dans chaque cas, après une campagne d'image très intense, la promotion publicitaire des premiers paradors prenne le relais comme s'il s'agissait d'un aboutissement de la première série.

14Les journaux concernés couvrent un très large secteur de l'opinion, depuis les journaux socialistes ou socialisants (El Socialista, La Libertad) jusqu'à ABC. Cependant, les journaux du centre ou de la gauche modérée dominent. Le rythme de publication varie selon les tendances pour des raisons à la fois idéologiques et financières évidentes. ABC est celui qui reçoit le moins de publicité (une tous les 15 jours) et selon un schéma dans lequel alternent les gravures 144 et 147. Par contre, El Sol fait paraître un échantillonnage qui couvre quasiment l'ensemble des gravures produites à cette occasion selon un rythme hebdomadaire. Dans le deuxième tableau, la méthode est encore différente puisque, sur l'ensemble des journaux retenus, nous avons d'abord la publication d'une même gravure (n° 149) au cours des trois premières quinzaines, puis une variation pendant la deuxième quinzaine du mois d'août. Septembre offre une synthèse du procédé en reprenant d'abord la gravure 149 puis une deuxième qui varie selon la tendance du journal. A partir d'octobre, la promotion des paradors domine sur l'ensemble des parutions (cf. tableau n° 3).

15Enfin, de manière plus ou moins intentionnelle, la succession des gravures construit une stratégie particulière en fonction de chaque journal. Si nous considérons les parutions de El Sol qui représentent l'échantillonnage le plus complet, nous aurions d'abord des thèmes visant à impliquer directement chaque citoyen sur la base d'un refus dépassé (gravure 141 : NO ; no todos nos damos cuenta : pero...), l'exposé en quatre points du comportement recherché (gravure 140) en alternance avec un contrepoint tactique (146) et enfin le rappel insistant de la gravure 149. Soit en schématisant : NO / 4 motivos / NO / Torre Eiffel / SI / SI / SI / SI.

  • 7 Bien évidemment, l'usage de ce terme est ici abusif. Nous l'utilisons pour sa commodité. Il s'agit (...)

16Par contre, dans le schéma binaire qui domine les parutions dans ABC, nous retrouvons deux thèmes synthétiques. D'une part, la variété des situations qui aboutissent toutes à l'implication de chacun (gravure 144, SI usted no tiene un hotel, ni..., ni... el bienestar de usted), d'autre part, avec la gravure 147, un échantillon des thèmes développés dans différentes gravures (Cuatro advertencias). Il serait hasardeux, hors contexte, de produire une interprétation plus serrée. Retenons ici que la programmation construit une véritable syntagmatique et que chaque gravure est appelée à assurer une fonction comparable à celle d'un signifié de discours. Dans chaque cas, pour chaque journal et en contexte, le discours construit du sens dont l'analyse relèverait de la critique de la réception du discours7.

Thèmes et stratégies

  • 8 Parmi les dessinateurs habituels, nous trouvons Juan José Hermúa, Gonzalo González Nadal mais aussi (...)

17Les graphistes ont recherché la sobriété, la lisibilité et l'impact8. Les gravures acquièrent un statut iconique par un jeu sur la symétrie et le rythme, par des procédés simples de variation de la taille des caractères, de l'épaisseur du trait, de la disposition dans le rectangle choisi. Il y a très peu de dessins et dans tous les cas ils tiennent quasiment lieu de signifiants linguistiques puisqu'ils remplacent un substantif ou un équivalent : hotel, coche, tienda, espectáculo, trenes, buques, bancos (144), París-Francia (146). (Cf. doc. 4 et 5).

18De toute évidence, nous avons ici une perméabilité fonctionnelle du linguistique et de l'iconique. Elle est fonctionnelle car elle sert à instaurer une polysémie (cf. doc. 6 et 7).

  • 9 Voir documents 4 et 7.

19D'une part nous avons un sens linguistique qui selon la syntagmatique choisie construit un énoncé par collages successifs, exemple, por El Sol : "No, no todos nos damos cuenta [...] + l... por hospitalidad, 2... por hidalguía [...] + Saben los extranjeros [...] + Si usted no tiene un Hotel (cf. doc. 8) [...] + [..,]"9.

20D'autre part, indépendamment d'autres signifiés surajoutés, nous avons un sens iconique mis en évidence par le graphisme et la composition. Il est particulièrement significatif lorsqu'on considère les extrêmes sur le segment pris dans El Sol entre le 7 juin et le 26 juillet. Nous avons alors une opposition entre /7 juin : NO/ vs /5-26 juillet : Six4/. Dans ce cas, le NO du 7 juin n'est pas seulement une anticipation du restrictif de quantité (No, no todos), il est une négation pure et simple, une fin de non-recevoir. A l'opposé, SI n'est plus la marque d'une conditionnelle mais une acceptation massive avec les aspects euphoriques et béats introduits par la quadruple répétition. Dans cette perspective, le graphisme qui iconise le signifiant dégrammaticalise l'énoncé. Au résultat, nous avons : NO [...] SI/SI/SI/SI.

21L'ensemble de la série de la campagne d'image se décline selon trois isotopies : l'intérêt (141, 144 et dérivés), l'éthique (140), le nationalisme (146). La gravure 147 est une synthèse des deux premières. Dans celles-ci, l'intérêt n'y apparaît pas de manière immédiate mais par une sorte de détour auquel le "lecteur" est convié. La 141 vise la prise de conscience à partir d'une négation, NO, no todos nos damos cuenta. L'adversative introduit une assertion qui tient lieu de vérité : los intereses que favorece el turismo son nuestros intereses. La gravure 144 reprend le même procédé de manière encore plus insistante en combinant supposition, négation, répétition, énumération tronquée suivie d'une concessive-adversative. A la suite, le commentaire à caractère démonstratif construit un paradigme ternaire fortement souligné : el trabajo de España, la riqueza de España, el bienestar de usted. Dans les deux gravures l'invitation finale fixe le modèle à atteindre (Contribuyamos...).

22La gravure 140 insiste d'emblée et prioritairement sur les qualités modéliques : hospitalité, noblesse, éducation. Cependant, l'intérêt est présent au point quatre de ce document (por conveniencia) ainsi que dans les assertions qui suivent.

23Enfin, la gravure 146 met en opposition l'opinion des étrangers représentés par une Tour Eiffel emblématique, et une représentation idéale du concitoyen qui se trouve ici convoquée (Demos una lección) dans un mélange un peu facile entre gallophobie latente et nationalisme idéal.

  • 10 J. Herrero Anguita, Estudio del turismo y Proyecto para su desarrollo en España mediante la creació (...)

24Au résultat, la thématique est plutôt rudimentaire. Par ailleurs, même lorsqu'ils essaient de susciter les qualités de chaque individu les arguments ne sont pas d'une grande générosité. A travers la courtoisie, le savoir-vivre, l'éducation, l'hospitalité est encore la vertu la plus sollicitée. Il serait facile d'être très critique à l'égard d'un procédé qui consisterait à utiliser l'éthique pour flatter l'intérêt. Pourtant, en ce qui concerne l'intérêt, la récurrence de ce thème doit être remise en perspective. Il ne s'agit pas, semble-t-il, de flatter la cupidité des lecteurs même lorsque le texte de la gravure désigne clairement les professionnels du tourisme (hoteleros, comerciantes, chóferes), mais plutôt d'insister, depuis cette instance autorisée qu'est le P.N.T., sur l'idée que les responsables du secteur se font du tourisme. Dès les premiers textes législatifs de 1905 et jusque dans les projets du Conde de Güell, le tourisme apparaît souvent comme une source inépuisable et miraculeuse de richesse. Au début du siècle, le Conde de Romanones recherchait l'équilibre de la balance des paiements et un remède à la dépréciation de la peseta ; en 1926, le Conde de Güell, en diffusant le projet de Herrero Anguita, affirmait que le moment était venu d'attirer vers l'Espagne le Fleuve d'or que représentait le tourisme10.

25En 1931, les fondements mis en place par le Conde de Güell demeurent, notamment la volonté de renforcer l'orientation commerciale des organismes chargés du développement touristique de l'Espagne. De ce point de vue, il est particulièrement révélateur que, malgré les réorganisations successives, les mêmes personnalités se maintiennent dans les organes de direction du P.N.T.

26Cependant, l'orientation est ici sensiblement différente en raison même de la relation qu'instaure la campagne entre un organisme d'Etat et l'ensemble des citoyens. Ceux-ci sont sollicités à la fois individuellement et dans une collectivité qui est tantôt une simple pluralité (contribuyamos, no todos, etc.), tantôt un groupe social (ceux qui ne sont propriétaires de rien ou ceux qui sont de petits entrepreneurs), tantôt une collectivité nationale ou historique face à laquelle la Tour Eiffel sert de repoussoir ou de point de mire. La campagne vise à mettre en évidence une communauté d'intérêts entre un secteur d'activité et chaque individu. En ce sens, un lien nouveau s'ébauche entre une activité de loisir et l'ensemble des individus y compris ceux à qui le loisir est refusé. Dans sa phase initiale qui s'étend durant l'été 1931, le tourisme est perçu dans son versant réceptif et les Espagnols sont invités à améliorer les conditions d'accueil du tourisme. La campagne acquiert une dimension pédagogique.

27Dans un deuxième temps, la sollicitation de chacun se transforme en promotion touristique. Chaque citoyen n'est plus un élément déterminant d'une politique réceptive mais un touriste à part entière qui est maintenant interpellé. Bien entendu, cet intérêt soudain n'est pas angélique. Il est significatif que la campagne promotionnelle des paradors commence en octobre, c'est-à-dire durant la basse saison. Il ne faut pas oublier que, pour l'exercice de 1931, le budget du P.N.T. est amputé de plus de la moitié. Or, certains investissements ont déjà été réalisés et d'autres sont en cours. Le réseau des paradors est précisément une initiative de l'Etat engagée lors de la création du P.N.T. afin de développer les zones géographiques peu exploitées par les entreprises privées. Devenus gestionnaires à la suite du résultat des élections, les nouveaux responsables se trouvaient acculés à une rentabilisation des investissements réalisés par l'Etat ou à une vente sans doute désastreuse en raison même des choix non commerciaux qui avaient présidé à la construction des paradors. Restait la solution d'impulser un tourisme intérieur avec l'espoir que les nationaux seraient doublement bénéficiaires : en tant qu'utilisateurs et comme membres d'une communauté d'intérêts.

28Cette situation permettait d'accélérer un mouvement de diffusion des loisirs. Il était déjà perceptible dans les années 20 à travers des sports de masse comme le football, la construction de grandes arènes, la multiplication des salles de spectacle en particulier celles de cinéma. Cette évolution était également visible sur les sites balnéaires traditionnels, notamment sur le littoral basque et cantabrique et sur les nouveaux espaces de loisirs qui commençaient à poindre le long de la Méditerranée ou dans les massifs montagneux.

  • 11 A.G.A., Cultura, 12312.

29En cela, la campagne d'image de 1931 menée par le P.N.T. contient des aspects novateurs que l'on retrouve dans d'autres initiatives du P.N.T. Une des plus caractéristiques est celle de la protection de l'environnement que nous évoquerons ici parce qu'elle semble procéder du même principe. Les deux documents : Romper botellas... et El campo está agradable.... ont été publiés en mai et juin 1932 dans les journaux habituels. Ils témoignent à la fois d'une volonté d'éducation, de respect d'autrui et de respect de l'environnement. Ce souci ne se manifeste qu'occasionnellement mais il n'est pas fortuit : il revient régulièrement dans différents documents des archives du P.N.T. Ainsi peut-on trouver des jugements comme celui-ci à propos d'offres publicitaires réalisées par diverses entreprises nationales ou étrangères11 :

"En opinion personal del que suscribe se trata por otra parte, de una publicidad poco simpática porque contribuye a afear los paisajes, tanto más adecuados para el anuncio cuanto más atractivos por sí mismos; y entiendo por eso que el Patronato que debiera siempre esforzarse para impedir que los paisajes españoles sean profanados con anuncios comerciales, incurriría en cierto modo en inconsecuencia si, en el supuesto de que tal fuera su criterio, lo olvidase para fijar sus propios anuncios en los lugares turísticos extranjeros. Por todo lo expuesto la Sección [de propaganda] propone que sea desestimada la petición".

Conclusion

30Sous l'effet de contraintes superposées mais aussi selon une tradition de transmission des savoirs, cette campagne témoignerait qu'en 1931 une étape est en train d'être franchie. Elle porterait essentiellement sur la transmission d'une nouvelle relation au tourisme, non seulement à son image mais aussi à sa pratique.

31Il ne s'agirait plus d'associer le tourisme uniquement aux classes aisées et d'en faire le signe d'une exploitation dont la majorité se sent victime, mais de créer un triple lien. Un lien d'intérêt entre le loisir des uns et le travail c'est-à-dire le bien être des autres, un lien de complémentarité dans le loisir par une utilisation alternée des installations, un lien de rentabilité des investissements nationaux réalisés par l'Etat. A travers le déroulement même de la campagne, cette triade sous-jacente se propose comme un programme initiatique constitué de moments d'accueil et de moment de départ, d'un temps initial de contrainte (le travail) suivi d'un temps de jouissance (le loisir). Il annonce une sorte de contrat du temps partagé, selon un mécanisme d'alternance.

32Cet exemple tendrait à montrer que l'Espagne est à l'unisson de ses voisins européens et que, si les congés payés ne sont pas une revendication prioritaire des salariés, pas plus en France qu'ailleurs, l'accès au temps libre et à sa jouissance n'est pas interdit par la crise. Au contraire, la situation du P.N.T. entre juin et décembre 1931 tendrait à montrer que, par obligation, les responsables doivent se tourner vers l'ensemble des citoyens afin de solliciter leur contribution et de leur proposer un loisir qui leur était jusque-là interdit de manière réelle ou symbolique.

33La campagne a précisément pour fonction d'œuvrer sur le symbolique et la stratégie. Au cours de cette analyse sur la transmission des savoirs, il nous est apparu que l'iconique pouvait être, en l'occurrence, un instrument susceptible de favoriser et d'instaurer la découverte d'un rapport, l'établissement d'un contrat.

34Dans l'exemple analysé, il n'y a pas transmission d'un savoir -rien n'est dit sur l'objet /tourisme/- mais il y a construction d'un savoir. Il s'agit d'une proposition d'un savoir-vivre-ensemble selon un schéma programmatique (un contrat) que le message iconique a contribué à construire.

Notes

1 Alet Valéro, "Controversias en torno a José Herrero Anguita o la crisis del turismo español en los años 20", Estudios hispánicos V, Acta Universitatis Wratislaviensis n° 1661, Wroclaw, 1996.

2 Luis Fernández Fúster, Historia general del turismo de masas, Alianza Editorial, Madrid, 1991, p. 295.

3 "Real Decreto del 2 de julio autorizando a la Presidencia del Consejo de Ministros para reorganizar el Patronato Nacional de Turismo admitiendo la dimisión de los Sres Conde Güell, Marqués de Hoyos y don Joaquín Santos Suarez y nombrando Presidente del Patronato Nacional del Turismo a Don Valentín Menéndez y San Juan, Conde de la Cimera". La R. O. du 5 juillet 1930 fixe la nouvelle organisation du P.N.T.

4 Les quatre autres conseillers sont nommés par les Ministères de Marina, Hacienda, Fomento y Economía.

5 "Acta de la sesion celebrada por la Junta del P.N.T. el día 21 de marzo de 1931 en su domicilio central de Madrid con asistencia de los Sres. Patronos que se indican : Conde la Cimera, Joaquín Santos Suárez, Antonio López Roberts, Julio Cavestany, Juan Antonio de Sangroniz, Vicente Castañeda" ; "Acta de la sesión celebrada por el Consejo General del P.N.T. el día 20 de diciembre de 1931 en su domicilio central de Madrid : Conde la Cimera, Marqués de Pons, José Santos Suárez, Antonio López Roberts, Julio Cavestany, Juan Antonio de Sangroniz, Vicente Castañeda, Alvaro Cavestany, José Graells, Joaquín González de Castejón, Carlos Resines, Barón de Río Tovía, Carlos Badía, Duque de la Unión de Cuba, M. Gómez Acebo, J. Sainz de los Terreros, Carlos Creus Vaillaut, Alfredo Mindelan, Subdirector de aduanas, un representante de la Compañía Transmediterránea" (Archivo General de la Administración (AGA), Sección Cultura, expediente 12111).

6 "El déficit en el ejercicio de 1931 sería considerable, si no se hubiese iniciado desde la proclamación de la República la disminución de gastos" (Gaceta de Madrid, 5-XII-l 931).

7 Bien évidemment, l'usage de ce terme est ici abusif. Nous l'utilisons pour sa commodité. Il s'agit du sens produit dans une circonstance donnée, c'est-à-dire singulière.

8 Parmi les dessinateurs habituels, nous trouvons Juan José Hermúa, Gonzalo González Nadal mais aussi Hidalgo de Caviedes, Salvador Marco, Andrés Cuervo, Rafael Penagos. Nous n'avons pas eu l'occasion de repérer le dessinateur qui signe sous le nom de Rodríguez.

9 Voir documents 4 et 7.

10 J. Herrero Anguita, Estudio del turismo y Proyecto para su desarrollo en España mediante la creación de un Consejo Nacional y constitución de la Compañía Hispano-Americana de Turismo, Barcelona, 1926, Requesens. Voir également A.H.N., P. G., liasse 140, 24, ref. 979-P.

11 A.G.A., Cultura, 12312.

Table des illustrations

Légende 1
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Légende 2
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5709/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende 3
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5709/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende 4
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5709/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 5
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5709/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 6., 7. et 8.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5709/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Auteur

Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable