Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

IV. Médias. Presse, publicité, cinéma

L'image dans El Perú ilustrado

Isabelle Tauzin Castellanos

Texte intégral

  • 1 On se reportera à ce sujet à La prensa ilustrada en España-Las Ilustraciones 1850-1920, Montpellie (...)
  • 2 Le prétexte en fut la publication d'une nouvelle intitulée "Magdala" qui réinterprétait la rencont (...)

1El Perú Ilustrado est un hebdomadaire dans la lignée des Illustrations européennes1. Il a commencé de paraître à Lima en mai 1887, succédant à Perlas y flores, un journal gratuit et sans images, à vocation "littéraire et commerciale". Contre vents et marées, notamment en dépit d'une mise à l'index en 1890-18912, le Perú Ilustrado a été édité jusqu'en septembre 1892, date à laquelle un incendie a ravagé l'imprimerie et la publication a été suspendue sine die. Vendue initialement 10 centimes, cette revue d'un genre nouveau au Pérou a doublé son prix au bout de six mois, en même temps qu'augmentait le nombre de gravures, deux pleines pages illustrées s'ajoutant dès lors aux quatre images des premiers numéros. Jusqu'à la fondation de cet hebdomadaire, la place de l'illustration dans la presse péruvienne était exclusivement celle réservée à la caricature politique. L'amateur d'images réalistes devait satisfaire sa curiosité avec les publications espagnoles comme La Ilustración española y americana de Madrid ou La Ilustración de Barcelone en vente dans les librairies liméniennes.

  • 3 L'atelier s'agrandit rapidement Le nombre de collaborateurs signant leurs œuvres dans le Perú Ilus (...)

2C'est donc un pari commercial qu'a fait en 1887 un Italo-Nord-Américain, Peter Bacigalupi, en lançant sur le marché le Perú Ilustrado, pari d'autant plus hasardeux que le pays se relevait du conflit qui l'avait opposé au Chili. Ce pari est né de fait d'une alliance d'intérêts, avec la création presque simultanée d'un atelier de lithographie par le dessinateur Evaristo San Cristóval qui peu à peu va constituer un fonds iconographique3.

  • 4 Les illustrations se trouvent en page 4, 9 et 12 dans les numéros du premier semestre, ensuite le (...)

3Au départ, pas une des douze pages que compte l'hebdomadaire n'est réservée exclusivement à l'illustration. Le texte encadre et étouffe l'image. Celle-ci joue le rôle traditionnel de l'illustration dans les livres : c'est un support secondaire qui distrait le regard au cours de la lecture. Seul le portrait de la page de couverture capte l'attention immédiatement et joue d'autant plus un rôle d'information qu'il est en prise sur l'actualité. Les deux premières pages du Perú Ilustrado sont consacrées à la présentation des illustrations que le public découvrira au fur et à mesure dans le journal, en survolant textes littéraires et annonces commerciales4.

  • 5 En mai 1889, les abonnés sont environ quatre vingts à Trujillo, soixante-dix à Arequipa, une cinqu (...)
  • 6 En juin 1887, le journal donnait une liste de dix-sept agents (n° 7, 25 juin 1887) et six mois plu (...)

4Histoire et géographie du Pérou, hommes du passé mais surtout figures du présent, paysages, monuments et aussi industries sont pour la première fois offerts aux yeux des centaines d'abonnés que compte le Perú Ilustrado sur l'ensemble du territoire et au-delà5, grâce à un réseau de correspondants toujours plus étendu6.

5Cette étude n'a d'autre prétention que de proposer une première approche du contenu iconographique du Perú Ilustrado. Après avoir examiné les deux frontispices qui ont symbolisé l'hebdomadaire de Bacigalupi, nous évoquerons la galerie des portraits, véritable fil conducteur de la revue. Dans un troisième temps, nous présenterons les gravures qui exposent la diversité du territoire péruvien. Nous terminerons ce parcours par les images associant enseignement et amusement, reléguées en général en dernière page.

Les frontispices du Perú Ilustrado

6Pour séduire le public péruvien des Illustrations espagnoles et inscrire son hebdomadaire dans une tradition, Peter Bacigalupi passe commande d'un frontispice auprès d'Evaristo San Cristóval. C'est en quelque sorte un discours en images des intentions du journal. L'en-tête de La Ilustración española y americana, la revue de référence pour les Péruviens, représente en ce début d'année 1887 un paysage urbain, avec tous les styles architecturaux existant dans la péninsule. L'Outre-Mer certes est figurée au premier plan, mais c'est l'image d'un continent primitif, livré à une nature exubérante, sans rapport aucun avec les symboles de la culture européenne figurés au centre de l'image.

7Occupant un tiers de la page de couverture et enfermée dans un cadre, la première vignette du Perú Ilustrado se présente comme un tableau qui est à la fois une mise en scène et une mise en abîme. Le regard est d'abord attiré par un viaduc qui franchit un terrible ravin. Sur ce pont de fer, symbole de la technologie la plus avancée, passe un train qui s'apprête à pénétrer dans un tunnel, image d'une autre victoire de l'homme sur la nature inhospitalière. Parallèlement à ce viaduc qui réunit les Andes, au-dessous est représenté le Pérou ancien, sous la forme d'un Indien à plumes, pointant son arc depuis un frêle pont de bois vers le train qui file à toute vapeur.

8Le décalage dans les proportions, l'inexactitude de la perspective, la petitesse de l'Indien en dépit de sa position au premier plan, la vue en contre-plongée qui favorise au contraire le deuxième plan, autrement dit l'image du viaduc, tous ces éléments sont révélateurs des perspectives idéologiques des fondateurs du Perú Ilustrado, en parfaite harmonie avec le programme politique de la classe dirigeante : le Pérou indien est perçu comme un obstacle à l'essor du pays. Archaïque, il ne peut produire qu'une maladroite poterie anthropomorphe. L'habitat rustique-une cabane de roseaux-, la nature vierge et les lamas qui ne peuvent transporter que quelques fardeaux sont autant de signes d'un passé condamné par son primitivisme.

9A l'opposé de ce monde, dans un plan symétrique, sur le côté gauche est figuré l'apport de la civilisation européenne. Des objets culturels emblématiques -présents parfois dans la Ilustración española y americana- sont dessinés avec soin : une palette de peinture, un buste antique, un masque et une lyre évoquent les arts, un globe et un compas rappellent la découverte du continent américain. Quant à l'écriture, elle est présentée de façon très singulière sous la forme d'un livre intitulé Industria minera del Perú et d'un cartouche portant l'inscription "Legislación de minas" ; en fait d'écriture, il s'agit d'une référence à un texte de loi proposé en 1887, c'est-à-dire exactement contemporain de la fondation du journal.

10Au-dessus de ces objets, est figurée en coupe l'exploitation d'une mine par des hommes acharnés au travail et vêtus sans ambiguïté comme des Blancs et non comme des mineurs indiens. Ce Pérou qui exploite scientifiquement les ressources de son sous-sol est aussi celui des communications rapides, effaçant les distances, malgré un relief abrupt, comme le suggère l'esquisse d'un poste téléphonique et de poteaux télégraphiques escaladant la montagne.

11Le Perú Ilustrado propose ainsi de mettre un terme à l'état de nature pour passer à l'état de culture, celle-ci étant entendue comme l'exploitation des richesses naturelles du pays accessibles désormais grâce aux progrès techniques. C'est ce message que "l'hebdomadaire illustré destiné aux familles", comme s'intitule le journal de Peter Bacigalupi, va distiller tout au long des cinq années de sa parution. Avec le temps, la priorité de l'économie et l'impératif commercial ne cesseront de s'affirmer.

12Un an après sa fondation, de fait, le Perú Ilustrado change d'en-tête. Le titre occupe dorénavant le premier plan, en surimpression. Toutes les références artistiques ont disparu, qu'il s'agisse du cadre, des emblèmes ou des lettres aériennes du titre qui dansaient sur la ligne d'horizon. La clarté a cédé la place aux ténèbres, de sorte que c'est de la lettre ʻI', corsetée comme un rail, que jaillit à présent la lumière, non plus de l'océan dans le lointain. Mieux placés pour frapper le regard, les motifs symboliques de l'ère de progrès ont été agrandis et déportés sur le côté droit : locomotive de la dernière génération, pont de fer et poste téléphonique incarnent la modernité, tandis que toute référence au Pérou préhispanique a été éliminée. Quant aux mineurs vêtus à l'occidentale, ils exploitent le sous-sol toujours avec le même acharnement. Ainsi, le lecteur du Perú Ilustrado pourra se reconnaître dans ces hommes entreprenants qui font table rase du passé et sont les garants d'une nouvelle prospérité dont le journal se veut à la fois le reflet et l'expression.

Une galerie d'illustres Péruviens

  • 7 La Galerie Contemporaine publia de 1876 à 1894 chaque semaine une photographie d'une personnalité (...)

13Quelque peu en contradiction avec cette carte de visite technologique est le choix fait pour la une, choix qui consiste à mettre en avant chaque semaine une personnalité par le biais du portrait. L'hebdomadaire péruvien suit les pas de l'Illustration de Barcelone et de la Galerie contemporaine parisienne7.

  • 8 "[Queremos] recordar los grandes servicios, las altas dotes de aquellas notabilidades que en las l (...)
  • 9 "Así nosotros no hacemos historia sino simplemente consignamos datos, que con el transcurso del ti (...)

14Une identification stratégique va s'opérer entre le lecteur et la personnalité dont les traits sont fixés comme dans un miroir, en page de couverture. Souvent, ce portrait sera d'ailleurs en prise directe avec l'actualité, qu'il s'agisse d'une élection, d'une nomination ou d'un décès. L'objectif proclamé dans le commentaire qui accompagne la gravure est de rendre hommage aux figures hors pair qui sont apparues depuis l'Indépendance. Pour la postérité sera constituée une "galerie" de célébrités à la façon des biographies d'hommes illustres de l'Antiquité8 ; les historiens feront le tri et sauront gré du matériel qui leur aura été légué9.

15La variété des visages est essentielle car il faut séduire toutes les générations en âge de lire. Enfants et vieillards, hommes et femmes, Liméniens et provinciaux sont immortalisés avec une légende très succincte indiquant nom et titre ; en page intérieure, une biographie va préciser les mérites de chacun.

16Le portrait doit permettre de se concilier les bonnes grâces des autorités. C'est pourquoi il est rendu hommage dans le premier numéro au général Cáceres. On trouve également en couverture la mère de Cáceres, puis le général Canevaro, maire de Lima, proche du président, coiffé du bicorne correspondant à son grade.

17Au-delà de la nécessité de plaire aux gouvernants, la direction du Perú Ilustrado fait alors passer un message : la sélection des portraits correspond à un choix en faveur du libéralisme économique. Les liens de certains avec le président Manuel Pardo, assassiné en 1878, sont signalés dans les notices. L'appartenance à la franc-maçonnerie est évoquée brièvement, gage de vertu que le journal passera sous silence lorsque, les tensions politiques augmentant, en 1889, on cherchera à ménager les deux grands groupes de pression, en consacrant tantôt une page intérieure à l'armée et aux activités multiples du Cercle militaire, tantôt à l'Eglise avec tous les détails de la cérémonie de consécration de l'archevêque de Lima.

  • 10 On relèvera cette phrase de la notice biographique rédigée par Matto de Turner : "Núñez de Arce pe (...)

18Le patriotisme constitue un autre facteur rassembleur : les héros disparus lors de la guerre du Pacifique et les généraux vainqueurs de l'Indépendance sont représentés parés comme il se doit de leurs uniformes Hommes politiques et officiers militaires ne sont toutefois pas les seuls à jouer un rôle décisif dans la marche du Pérou vers la civilisation. Les intellectuels méritent eux aussi d'être applaudis. Juristes, ingénieurs et médecins sont nombreux à être immortalisés par le Peru Ilustrado, donnant l'image d'une société civile qui participe au progrès universel. Les visages de jeunes auteurs péruviens, d'écrivains latino-américains, notamment de femmes, permettent aussi d'ouvrir l'horizon du journal et de lui accorder une dimension continentale en marquant une nette indépendance à l'égard des personnalités littéraires européennes. Ce n'est qu'au bout de deux ans et demi de publication que le portrait d'un poète espagnol est diffusé, celui de Núñez de Arce, qui plus est exceptionnellement accompagné d'un autographe comme pour authentifier son image10.

19Les personnalités politiques étrangères, les ambassadeurs en poste à Lima, quelques personnalités religieuses au parcours singulier bénéficient également des honneurs du portrait de la couverture. Les chanteurs d'opéra auront eux droit à une pleine page à l'intérieur du journal, mais leurs portraits en pied ne seront pas des hommages aussi désintéressés car ils correspondront à une forme indirecte de promotion du théâtre municipal racheté par le directeur du Perú Ilustrado. D'autres exemples de publicité déguisée pourraient être relevés, tel le portrait du vice-roi Pezuela, cas exceptionnel d'un rappel iconographique de l'époque coloniale, qui s'explique non par une subite curiosité historique mais par la mise en vente du palais de ce dignitaire par la maison Bacigalupi.

20Le format des portraits varie puis un modèle s'impose : le tableau carré ou rectangulaire de la première année est abandonné au profit d'un ovale au contour estompé. Du blanc de la page surgit ainsi l'image, presque toujours en contreplongée, magnifiant son sujet. La pose la plus fréquente est la tête tournée de trois quarts, ce qui réduit l'agressivité d'un face-à-face. Limité d'abord à la couverture, ce type de gravure est ensuite répété à l'intérieur du journal lorsqu'augmente le nombre de pages. Deux médaillons se trouvent souvent en page 4, puis un autre en fin de journal complète la représentation d'une cérémonie en insérant le visage du héros de la semaine. Cette multiplication s'explique tant par la maîtrise de la technique du portrait de la part des lithographes, que par l'aisance des rédacteurs à bâtir une biographie qui donnera satisfaction à la personnalité représentée et suscitera l'envie de ses conifères tout disposés à offrir eux aussi leur image aux regards. Signe d'une libération des mœurs, même les jeunes filles qui débutent en littérature acceptent de rendre public leur visage, demandant parfois seulement que leur patronyme ne soit pas étalé au bas de la première page.

21La vie de chaque personnalité est ensuite retracée en page 2 ou 3, avec emphase et minutie. Les origines provinciales sont souvent mises en exergue car elles prouvent le pluralisme du journal qui ne se contente pas de flatter la bonne société liménienne mais montre la vitalité intellectuelle des autres régions. Dans la notice, les traits physiques ne sont pas évoqués comme si la lithographie suffisait. L'euphémisme est tellement de rigueur que le lecteur a quelquefois des surprises comme avec le musicien Manuel de la Cruz Panizo, "modeste fils du peuple" dont le portrait est reporté en page intérieure, la couleur foncée de sa peau de mulâtre n'ayant pu être atténuée. Cependant, dans toute la mesure du possible, rides et défauts physiques sont estompés, et la sérénité, parfois même une trompeuse jeunesse, nimbent le visage offert aux regards.

  • 11 Le portrait du photographe Artemio Cabieses, collaborateur très actif du Perú Ilustrado, est ainsi (...)
  • 12 Grau est mort le 8 octobre 1879 après avoir tenu en échec pendant six mois l'armée chilienne à bor (...)

22Malgré le pluralisme proclamé, le Perú Ilustrado valorise au fond un genre d'individu particulier : le self-made-man, dont le prototype est le directeur de l'hebdomadaire, l'Italo-Nord-Américain Peter Bacigalupi. L'immigré ou le provincial arrivé les poches vides à Lima et qui, en quelques années, a fait fortune grâce à son acharnement et à son utilisation des nouvelles technologies, est le héros de cette fin de siècle11, ce par opposition au type de l'héritier, improductif et parasite de l'économie péruvienne. Le capitaine d'industrie rivalise même de prestige avec les officiers morts pour la patrie. La comparaison de deux portraits est fort révélatrice de ce point de vue : la ressemblance entre l'Anglais North, un des rois du salpêtre, adversaire du Pérou en 1879 et fixé à Iquique, et l'amiral Grau, gloire immortelle de la marine péruvienne12, est frappante. La différence de taille des lithographies, au détriment de Grau, victorieux à Iquique, revêt même un caractère d'ironie tragique : le triomphe de l'entreprise individuelle sur l'intérêt national est célébré, un signe de mauvaise augure pour le Pérou à l'aube du XXe siècle.

23Patriotisme et progrès, culture et commerce constituent ainsi les paires tantôt antinomiques, tantôt concordantes sur lesquelles est fondé l'hebdomadaire de Bacigalupi. Un pays libre, riche et doté d'innombrables hommes de talent, voilà le message que transmet la couverture du Perú Ilustrado.

Un territoire en images

24Ce discours est prolongé par les gravures de lieux des pages intérieures. Les paysages et la nature sont toutefois rarement représentés pour eux-mêmes. Le charme de certains sites comme Chanchamayo, parfait pour la production caféière, est souligné par le commentaire mais ce n'est que pour regretter les difficultés rencontrées par les immigrants potentiels pour atteindre cette région orientale dépourvue de voies de communication modernes.

25Se refusant à exalter la nature inhospitalière à la façon des Romantiques, le journal de Bacigalupi privilégie la ville plutôt que l'espace inhabité. Pour obtenir des images des différentes cités, appel a été fait dans les premiers numéros à la collaboration des lecteurs. Les bourgades isolées cessent d'être des noms sur une carte grâce à une gravure de l'église principale ou de la grand-place qu'identifie avec fierté le public du cru et que découvrent les lecteurs des autres régions. La revue illustrée joue de la sorte un rôle fédérateur. Semaine après semaine, elle offre une image du Pérou inconnu des Liméniens et Lima, pour une fois, cesse d'être tout le Pérou. Cependant, les rédacteurs sont peu informés des lieux qui sont dessinés ou photographiés ; aussi préfèrent-ils insister sur la construction d'infrastructures qui mettront un terme à l'ignorance et accéléreront l'essor économique.

  • 13 El Perú Ilustrado, n° 118, 10 août 1889.

26Lima apparaît avant tout comme le centre du savoir : établissements universitaires et modernes hôpitaux témoignent d'un niveau scientifique comparable à celui des autres métropoles du continent, comme Caracas où se trouve un correspondant zélé. Les autres grandes villes péruviennes, Arequipa et Cuzco, bénéficient également de nombreuses reproductions. Arequipa, reliée par le chemin de fer à la côte, allie tradition et modernité : certes, sa cathédrale en partie détruite par un tremblement de terre en 1868 est la première image diffusée, mais ensuite sa grande gare, le pont de pierres en voie d'achèvement, le viaduc sur la vaste plaine cultivée témoignent d'une ville prospère, à juste titre rivale de la capitale et patrie d'éminentes personnalités. Cuzco apparaît sous un jour moins flatteur, avec ses rues désertes et ses ruines incas à l'abandon. Deux illustrations sont révélatrices du point de vue de la rédaction de l'hebdomadaire à l'égard de l'héritage préhispanique : l'une, reléguée en fin de journal13, montre un malheureux Indien en haillons, le regard vide devant les restes d'une imposante muraille tandis que l'autre présente un pont amazonien et le commentaire, au lieu de valoriser l'ingéniosité de l'ouvrage ancestral, nie son utilité en soulignant les obstacles insurmontables auxquels "se heurtent le commerce et les industries, autrement dit la civilisation".

27Quant aux villes perdues lors de la guerre du Pacifique, comme Iquique et Tacna, leur ancienne prospérité est affichée : mes commerciales et grandes bâtisses sont les images reproduites par l'hebdomadaire. Mais le discours revanchard que l'on pourrait attendre est absent. Si le Perú Ilustrado exalte la mémoire des héros morts pour la patrie, les revendications territoriales ne sont pas d'actualité. Un tel silence, contraire aux campagnes de radicaux comme Manuel González Prada, s'explique sans doute par les engagements commerciaux de Bacigalupi.

28Les gravures en provenance d'autres villes latino-américaines renforcent l'impression de richesse et de cosmopolitisme, auréolant à bon compte la revue d'un prestige international. L'hebdomadaire apparaît ainsi comme un agent non seulement de l'intégration nationale mais s'affirme aussi comme un facteur d'unification et d'échange à travers le continent.

  • 14 El Perú Ilustrado, n° 40, 11 février 1888 : "[Ese] camino [...] una vez terminado, del modo más có (...)

29Trait d'union entre les villes enclavées, le Perú Ilustrado aspire aussi à être le chantre du progrès en exaltant tous les symboles de la modernité. Au-delà de l'espace urbain, la civilisation avance vers les terres vierges, comme le prouvent les illustrations de grands travaux destinés à relier les Andes centrales. Le viaduc de Chaupichaca, un tronçon de route entre Tarma et Chanchamayo14, ou sur la côte, la gigantesque digue de Salaverry sont quelques-unes des infrastructures nouvelles achevées ou en construction dont la réalité est révélée aux yeux des lecteurs domiciliés en des points très éloignés. Comme pour les villes, ces images sont tantôt l'œuvre de photographes amateurs, tantôt de collaborateurs attitrés. En reportage sur le terrain, ceux-ci approvisionnent le journal pendant plusieurs semaines avec des clichés inédits, consacrés aux départements quasi inaccessibles dont les richesses minières expliquent l'intérêt du journal.

  • 15 El Perú Ilustrado (n° 26, 5 novembre 1889).

30La notice qui accompagne la gravure est en général plus concise que les biographies des portraits, les rédacteurs liméniens ne disposant que d'informations partielles, parfois même publiées dans un numéro ultérieur. L'exploit technique est applaudi, notamment dans le cas du passage de l'Infiernillo15, un "chef d'œuvre dans son genre", photographié par le directeur du journal en personne. Avec ce tunnel, commente le journal, "la Science a vaincu la nature" [...] ; la voie ferrée traverse à une hauteur vertigineuse les Andes aussi rapidement qu'elle descend vers le fond du ravin, et là où auparavant pouvaient à peine être entendus les mugissements plaintifs des lamas, résonnent à présent les sifflements stridents et joyeux de la locomotive, messages de paix et de progrès ". Cet enthousiasme n'est pas sans rappeler la première vignette du Perú Ilustrado, probablement dessinée suivant les instructions de Bacigalupi.

31Si la photographie n'est plus une nouveauté au Pérou et Lima compte depuis les années 1860 quelques photographes renommés, la reproduction de clichés dans la presse est balbutiante. La mauvaise qualité des photogravures proposées dans les premiers numéros du Perú Ilustrado conduit les lithographes à procéder à de nombreuses retouches, si bien que c'est un dessin d'après photographie qui est ensuite publié avec la signature du graveur liménien en évidence sur le côté droit. Pour faire plus vrai, des personnages seront rajoutés dans les représentations des constructions industrielles et des commerces, avec parfois une insigne maladresse dans les effets de perspective et l'esquisse des silhouettes.

  • 16 La publicité des cigarettes Pouchan est on ne peut plus d'actualité : "El general Cáceres es el me (...)

32Le Pérou est représenté non seulement comme un vaste chantier mais aussi comme un pays en pleine révolution industrielle. L'implantation d'usines et de magasins modernes confirme la réalité de l'essor économique. Ces édifices sont donc à l'honneur dans le journal de Bacigalupi. C'est d'abord la minoterie de l'Américain Milnes établie à Chorrillos en 1875, puis la fabrique française de cigares créée en 1869, et la distillerie Boza de Pisco qui ont les honneurs d'une publication. L'extérieur des bâtiments est reproduit de façon à mettre en évidence une architecture imposante ou fonctionnelle. Une locomotive et un attelage devant la minoterie suggèrent une activité fébrile. La limite entre information et publicité s'avère très ténue, les mérites du produit fabriqué étant exposés dans le commentaire qui accompagne la gravure tandis qu'une annonce publicitaire expliquera quelques pages plus loin comment acquérir ce symbole de modernité16. Le lecteur du Perú Ilustrado est un consommateur en puissance, et, faisant œuvre utile, le journal le renseigne sur les dernières nouveautés, les produits d'importation et ceux fabriqués localement selon des brevets patentés à l'étranger.

33La meilleure preuve de ce progrès sera donnée au lecteur en le faisant pénétrer à l'intérieur des entreprises. Ce n'est plus seulement la façade d'un bâtiment imposant qui est lithographiée, mais les machines qui sont reproduites dans leur complexité. La raffinerie de Zorritos bénéficie ainsi d'un traitement graphique exceptionnel avec quatre gravures : une vue partielle d'un hangar abritant d'énormes citernes, les puits de pétrole, les ingénieurs posant à l'intérieur à côté d'une presse, et en dernière page, une vue panoramique des installations. Mais si les clichés sont bien parvenus au journal, les explications qui devaient accompagner leur publication tardent à arriver, si bien qu'elles sont reportées dans le numéro suivant, mettant en évidence la méconnaissance du processus industriel de la part des rédacteurs du Perú Ilustrado.

34La valorisation du progrès technique a donc ses limites. Le Perú Ilustrado a une vocation de vulgarisation, les rédacteurs ne possèdent pas une formation scientifique et ne peuvent que reprendre les informations transmises par leurs lointains correspondants. Trois mois après l'évocation de Zorritos, ils exposent le fonctionnement de la filature de Vitarte, à proximité de Lima. Deux vues de l'intérieur de l'entreprise sont présentées avec, au premier plan, les machines ; la première montre la salle des métiers à tisser et la deuxième le moteur à vapeur. Comme l'indiquent les légendes, la vue des machines parle assez du niveau de technicité atteint ; aucun ouvrier ni ingénieur n'a été requis pour poser et humaniser de la sorte l'usine.

  • 17 "Cuando el visitante penetra al interior de la fábrica y ve las grandes maquinarias para la elabor (...)

35Parfois, la confusion des discours informatif et publicitaire est flagrante : la brasserie Backus et Johnston, partenaire commercial de Bacigalupi, fait paraître tous les mois une annonce qui occupe la dernière page ; au-dessous d'une scène ambiguë représentant deux prêtres à moitié ivres, deux gravures encadrent un calendrier du mois et montrent d'un côté un impressionant alignement de cuves, de l'autre la sortie de la fabrique devant laquelle se pressent passants et attelages ; le commentaire en page intérieure semblait pourtant annoncer une gravure beaucoup plus technique17.

  • 18 Les annonces publicitaires extrêmement nombreuses incluent des gravures d'articles de luxe importé (...)

36Finalement, en contemplant ce kaléidoscope de paysages et de monuments, le lecteur du Perú Ilustrado a l'impression de connaître l'ensemble du territoire national, de l'extrême Nord en plein démarrage industriel grâce au kérosène jusqu'à l'extrême Sud sous domination chilienne. Les Andes ont cessé d'être une barrière infranchissable du fait du développement des chemins de fer vers le centre du pays ; viaducs, tunnels et ponts ont été lithographiés avec frénésie, ouvrages d'art d'une ère nouvelle qui réunit les plus petites villes jusque-là enclavées. L'image a joué ainsi un rôle intégrateur en direction du public aisé du Perú Ilustrado18. Il n'en va pas de même pour les catégories les plus défavorisées, marginalisées comme simples objets de curiosité ou de pitié.

Apprendre en s'amusant

37Une rubrique intitulée "Types populaires" a été créée dans le Perú Ilustrado mais condamnée à la dernière page, celle des jeux et des dessins humoristiques, souvent empruntés aux revues espagnoles. Seule l'esquisse et non la photo alimente, cette chronique comme si les appareils photographiques proposés à la vente par le journal ne pouvaient appréhender ce visage du Pérou. A moins que cette face cachée ne soit indigne d'une telle technologie...

38Petits métiers de la côte, Indiens de l'Amazonie et communautés andines sont donc seulement crayonnés au même emplacement que quelques espèces animales dignes d'intérêt. Isolées dans une demi page, les images de la faune américaine pourront être découpées et conservées dans un album. Le nom de l'animal ne figure pas toujours en légende mais la signature du dessinateur est en revanche très visible. L'auteur en est un certain William Nation dont le patronyme anglo-saxon fonctionne comme une garantie de sérieux pour le public du Perú Ilustrado. Un commentaire accompagne quelquefois la gravure ; Nation y est décrit comme un naturaliste, explorateur des vastes contrées amazoniennes qui apporte ses lumières aux lecteurs des villes. Ces images sont parfois fantaisistes, tout autant que les données scientifiques qui les accompagnent : c'est ainsi qu'un serpent de mer est représenté surgissant tel un monstre antique à trente milles des côtes américaines. Mythe plus que réalité, cette immense anguille est dessinée avec une grande maladresse dans les proportions et la perspective.

  • 19 El Perú Ilustrado, n° 111-112, 22 et 29 juin 1889 : "[Fry quiso] probar la viabilidad de los cauda (...)

39La même faiblesse pourra être observée dans les différentes illustrations sur les populations de l'Amazonie, tirées du livre d'un autre aventurier, Carlos Fry. Les Indiens ont toujours une taille minuscule, aussi bien dans la pirogue qu'ils manœuvrent qu'au sommet de l'arbre où ils habitent comme des singes. Nus, laids et infantiles, ils sont juste bons à guider l'explorateur à la recherche d'une voie d'eau qui permettra de relier la jungle à la côte19.

40Ces images s'inscrivent en effet dans une perspective de conquête du Pérou oriental, jusque-là négligé des autorités publiques. Conséquence de la perte des richesses des provinces méridionales, un nouvel Eldorado doit surgir cette fois à l'Est où se multiplient les expéditions à partir de 1885. Le Perú Ilustrado en publiant ces gravures encourage l'immigration vers ces espaces vierges où faire fortune semble possible.

41Aussi exotique mais peu stimulante est la représentation des communautés andines. L'abrutissement est ainsi lisible sur le visage de danseurs boliviens avec leurs costumes emplumés, héritage de l'époque préhispanique. Le commentaire ne fera que renchérir en insistant sur la propension à l'alcool et le manque de goût de telles manifestations.

42L'indigène est un être laid et dégénéré, voilà la leçon que donnent au fond les gravures du Perú Ilustrado, qu'il s'agisse des tribus de la jungle ou des Indiens des Andes. Il en va de même des miséreux des villes. Ceux-ci sont dessinés de façon caricaturale ou dépourvus de visage. La simplification et parfois l'outrance caractérisent ces dessins, à l'inverse des portraits soignés de la page de couverture exposant des célébrités, modèles pour le pays tout entier. Ces images de la dernière page ne sont pas l'essentiel du Pérou pour le journal ; elles ont un intérêt secondaire et ne constituent en rien l'identité du pays.

43La diversité de l'hebdomadaire de Bacigalupi peut nous conduire à deux conclusions opposées. La sérénité du trait et la perfection des portraits est à mettre sur le compte des artistes graveurs qui ont peaufiné et effacé les défauts physiques ; en dépit de ces retouches, le Perú Ilustrado n'en reste pas moins une source fondamentale pour connaître le visage et la vie de telle ou telle personnalité. La représentation des paysages et des objets a été faite suivant une optique distincte, non plus pour célébrer mais pour simplement montrer. L'objectivité était un impératif absolu, de façon à offrir l'équivalent d'un document photographique considéré alors comme paradigme d'impartialité et de réalisme. Le choix des lieux et des monuments est révélateur de la volonté d'intégrer les régions riches et isolées et de présenter un pays dynamique, nouvelle corne d'abondance à la portée des hommes d'action. Les destructions de la guerre sont oubliées, l'optimisme est de rigueur.

  • 20 En 1890, sur les trente-cinq pages que compte le Perú Ilustrado, plus de quinze sont constituées d (...)
  • 21 Cf. note 2.
  • 22 El Perú Ilustrado connaîtra une seconde vie en 1896 lorsque le poète José Santos Chocano reprendra (...)

44Cependant, la volonté initiale de faire avancer la culture en associant image et lecture a été victime du succès d'une telle formule, l'ambition commerciale a pris le dessus et le Perú Ilustrado a offert toujours plus de pages aux annonceurs sans qu'augmentent les illustrations20. Cette trahison, et la crise de 189021, ont entraîné l'apparition de revues concurrentes intitulées La Ilustración Americana, La Revista Americana, El Perú Artístico... Faute des mêmes recettes publicitaires22, et du même sens commercial, aucune n'a connu la longévité du Perú Ilustrado.

Notes

1 On se reportera à ce sujet à La prensa ilustrada en España-Las Ilustraciones 1850-1920, Montpellier, Iris-Université Paul Valéry, 1996.

2 Le prétexte en fut la publication d'une nouvelle intitulée "Magdala" qui réinterprétait la rencontre du Christ et de Marie-Madeleine.

3 L'atelier s'agrandit rapidement Le nombre de collaborateurs signant leurs œuvres dans le Perú Ilustrado double en deux ans passant de trois à six ; mais ils ne reçoivent de reconnaissance officielle qu'en octobre 1889 lorsque l'écrivain indigéniste Clorinda Matto de Turner assume la direction du journal et fait figurer leurs noms au même titre que celui de San Cristóval.

4 Les illustrations se trouvent en page 4, 9 et 12 dans les numéros du premier semestre, ensuite le nombre de pages augmentant en fonction des importantes recettes publicitaires, la distribution des gravures cesse d'être fixe ; seule l'organisation de la couverture est maintenue de façon immuable.

5 En mai 1889, les abonnés sont environ quatre vingts à Trujillo, soixante-dix à Arequipa, une cinquantaine à Moliendo et autant à Tacna.

6 En juin 1887, le journal donnait une liste de dix-sept agents (n° 7, 25 juin 1887) et six mois plus tard (n° 26, 5 novembre 1887), leur nombre a doublé, le Nord et le Centre du Pérou étant les bénéficiaires de ce développement.

7 La Galerie Contemporaine publia de 1876 à 1894 chaque semaine une photographie d'une personnalité accompagnée d'une notice biographique.

8 "[Queremos] recordar los grandes servicios, las altas dotes de aquellas notabilidades que en las letras o la política, las armas o las ciencias, han descoyado [sic] sobre la generalidad haciéndose dignas de universal renombre [...] y estimular a los que aún en el comienzo de una carrera manifiestan prendas superiores" (El Perú Ilustrado, n° 40, 11 février 1888).

9 "Así nosotros no hacemos historia sino simplemente consignamos datos, que con el transcurso del tiempo, vendrán a servir en nuestras colecciones de un indicador a manera de diccionario biográfico donde el historiador pueda hallar los puntos culminantes de la vida de los individuos que ocupen un lugar en nuestra galería" (El Perú Ilustrado, n° 146, 22 février 1890).

10 On relèvera cette phrase de la notice biographique rédigée par Matto de Turner : "Núñez de Arce pertenece al número de los escritores que increpan y admonestan, de los que como nuestro González Prada, hacen crujir su látigo sobre las prevaricaciones sociales, de los que imprimen el hierro candente de su palabra en la frente o en la espalda de grandes malvados" (n° 126, 5 octobre 1889).

11 Le portrait du photographe Artemio Cabieses, collaborateur très actif du Perú Ilustrado, est ainsi présenté : "Artemio Cabieses ha luchado, se ha formado por sí mismo y lo que es hoy, lo que posee, no lo debe sino a sus propios esfuerzos, a su voluntad para el trabajo" (n° 108, 1° juin 1889).

12 Grau est mort le 8 octobre 1879 après avoir tenu en échec pendant six mois l'armée chilienne à bord du monitor Huáscar bombardé par trois cuirassés ennemis dans la bataille d'Angamos. Le portrait de North est publié le 18 mai 1889, dans le n° 106, une semaine avant celui de Grau dans le n° 107.

13 El Perú Ilustrado, n° 118, 10 août 1889.

14 El Perú Ilustrado, n° 40, 11 février 1888 : "[Ese] camino [...] una vez terminado, del modo más cómodo y seguro para el tráfico, debe influir provechosamente en el desarrollo del comercio y de la industria en esa apartada región de nuestro territorio, tan espléndidamente dotada por la naturaleza".

15 El Perú Ilustrado (n° 26, 5 novembre 1889).

16 La publicité des cigarettes Pouchan est on ne peut plus d'actualité : "El general Cáceres es el mejor cigarrillo de elaboración nacional".

17 "Cuando el visitante penetra al interior de la fábrica y ve las grandes maquinarias para la elaboración de la cerveza y del hielo, cuenta el considerable número de operarios que ahí tienen labor constante, y nota que hasta la última dependencia de la fábrica está alumbrada por electricidad, producida por un magnífico dinamo colocado en uno de los salones del piso bajo, siéntese presa de verdadera admiración, duda por un momento de que es en el Perú en donde se halla y concluye por bendecir a esas deidades sublimes que se llaman Industria y Trabajo, cuyo culto que ha hecho desaparecer las distancias, acabará por borar [sic] las fronteras entre los pueblos ques les erijan altares", El Perú Ilustrado, n° 113, 6 juillet 1889.

18 Les annonces publicitaires extrêmement nombreuses incluent des gravures d'articles de luxe importés (parfums, lotions, vins fins, machines à coudre, téléphones...) et de machines-outils en provenance des Etats-Unis et d'Europe (métiers à tisser, rotatives...), signe non équivoque de l'important pouvoir d'achat des lecteurs du Perú Ilustrado.

19 El Perú Ilustrado, n° 111-112, 22 et 29 juin 1889 : "[Fry quiso] probar la viabilidad de los caudalosos ríos [...] y las facilidades que ahí tiene la civilización para llevar su gloriosa enseña hasta los últimos confines del opulento territorio que la naturaleza nos designara".

20 En 1890, sur les trente-cinq pages que compte le Perú Ilustrado, plus de quinze sont constituées d'annonces, quatre seulement consacrées aux gravures.

21 Cf. note 2.

22 El Perú Ilustrado connaîtra une seconde vie en 1896 lorsque le poète José Santos Chocano reprendra le titre pour un bimensuel consacré aux arts et à la littérature, et sans lien aucun avec la réalité nationale comme en témoigne l'illustration de la première page du n° 3 en date du 1er février 1896.

Table des illustrations

Légende 1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende 2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5703/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende 3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5703/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende 4.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5703/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 474k

Auteur

Université Michel de Montaigne, Bordeaux III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540