Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

VI. Management, gestion et systèmes techniques

Anthropologie et ergonomie de l’espace public. Approche ergonomique et environnementale du transport urbain

Gérard Ignazi

Texte intégral

  • 1 Directeur de recherche au CNRS en anthropologie appliquée, Laboratoire Mobilité, Réseaux, Territoi (...)

1Note portant sur l’auteur1

OBJECTIFS SCIENTIFIQUES DE LA RECHERCHE

2Cette recherche, menée de 1999 et 2001, avait pour objet la faisabilité d’un outil d’aide à l’évaluation de la charge de travail imposée par l’usage de transports publics.

PRINCIPE DE LA DÉMARCHE

3La démarche envisagée consiste à transférer une méthodologie d’observation et de quantification mise au point dans le domaine des process industriels [Ignazi et al., 1986], à une situation nouvelle « d’environnement du transport ». Elle conduit à décomposer l’ensemble de l’activité « usage d’un système de transport » des clients des transports publics, en tâches, comme cela se fait dans un contexte socio-technique d’activité de travail.

4Il importe de :

  • Raisonner, pour décrire les conditions d’activité des usagers, sur une liste de tâches relativement élémentaires et non sur des « postes de travail » au sens habituel du terme (ensemble de tâches, dans leur distribution spécifique d’un contexte socio-technique).
  • Noter ces tâches selon des critères d’ergonomie et de conditions d’activité, à partir d’une grille spécialement créée pour l’analyse de chacune des phases de l’activité « usage d’un système de transport ».
  • Compléter les observations par un certain nombre de mesures physiques afin de valider les observations réalisées sur les tâches identifiées.
  • S’appuyer sur la grille de notation pour proposer à l’issue de cette « étape de diagnostic », un certain nombre de propositions d’axes prioritaires sur lesquels il semblerait nécessaire de faire porter l’effort de réflexion, de conception ou de correction dans la mise en œuvre d’un service de transport collectif.

5Il s’agit donc d’apporter le point de vue de l’ergonomie aux responsables de services compétents des collectivités, d’exploitation et du marketing des entreprises de transport, lors de l’évaluation de systèmes opérationnels, ou dès le développement de projets futurs.

MÉTHODOLOGIE

6Très succinctement la démarche exige de réaliser :

  • Le choix et l’observation préalables d’un système, afin d’identifier l’ensemble des tâches et des activités réalisées par l’usager, au cours de ses déplacements « domicile-destination et retour ».
  • L’élaboration d’une fiche d’observation des tâches. Chaque fiche, pour une tâche donnée, comporte un ensemble de critères, sur lesquels se font ultérieurement une notation chiffrée (1 : très bon à 5+ : inacceptable). Les items concernent par exemple les éléments suivants :
    • conception du « poste » où se réalise la tâche (guichet d’achat ou de renseignement, montée dans le véhicule, validation du titre de transport, éléments du système d’interconnexion...) ;
    • sécurité, liée au système technique ;
    • environnement physique : temporel, thermique, sonore, éclairage, vibrations, atmosphère, aspect... ;
    • charge physique : postures, déplacements, efforts, gestuelle... ;
    • charge mentale : opérations mentales ou activités exigeant de la vigilance... ;
    • qualité des canaux d’information : vision, audition, gestuelle... ;
    • psychologie, relations interindividuelles, autonomie, possibilités de communication, isolement...
  • L’analyse des données, l’établissement de fiches de cotation et de profils graphiques de « qualité ergonomique ». L’ensemble des tâches identifiées font l’objet d’une cotation sur laquelle on s’appuie pour établir un diagnostic global de fonctionnement opérationnel du système en termes de conditions d’usage (cf. figure 1).

Fig. 1 – Exemple de profil de cotation.

7Cette cotation est réalisée par une équipe de chercheurs universitaires en collaboration avec des exploitants du Transport. En parallèle, des mesures concernant des ambiances acoustiques, lumineuses, thermiques, sont effectuées pour caractériser de façon objective certains points de la qualité de l’environnement physique. Cela concerne plus particulièrement les situations dans lesquelles l’observation semble montrer une situation dégradée de l’environnement ergonomique. On aboutit ainsi, en s’appuyant sur des commentaires et des profils graphiques « d’évaluation de qualité », à une synthèse des priorités à envisager sous l’aspect environnemental, médical et ergonomique.

CONSÉQUENCES ATTENDUES

8Cette synthèse et cette hiérarchisation des points sur lesquels il apparaît important d’entreprendre une réflexion prioritaire, peuvent sembler arbitraires ou tout du moins parfois trop qualitatives. Elles reposent cependant sur la compétence et l’expertise de chercheurs ayant déja abordé les facteurs humains dans d’autres situations d’interactions homme/Environnement et particulièrement en situation de production industrielle. Elles ont par ailleurs le mérite d’orienter rapidement un certain nombre de choix a priori, dans un domaine où les approches « système » ne sont qu’exceptionnellement envisagées.

9Il s’agit donc d’une approche à la fois :

  • fondamentale, car jamais envisagée sous cet angle « Environnemental – Anthropologique – Ergonomique » de l’usage d’un système de transport dans l’espace public, et
  • finalisée, car elle fournit, aux responsables des transports, un éclairage nouveau (et différent des approches classiques) sur les besoins et les contraintes des usagers en termes d’anthropologie et d’ergonomie appliquées aux espaces publics, grâce à une base de données et un outil de diagnostic.
  • Ces éléments pourront ainsi dorénavant être intégrés aux cahiers des charges de conception (appels d’offre, besoins de la clientèle, conception des systèmes...), ou intégrés aux impératifs de correction des systèmes existants.

CONCLUSION DE LA RECHERCHE ET PERSPECTIVES

10La typologie des tâches et des notations, permettent d’identifier, à titre d’exemples, les points sur lesquels les efforts de conception ou de correction en termes d’ergonomie seraient à réaliser. Cette façon de procéder démontre qu’il est possible, grâce à une démarche inspirée des méthodes employées dans le milieu industriel pour des études de poste de travail, de compléter et d’enrichir les approches habituellement réalisées par :

  • les exploitants lorsqu’ils ont à répondre ou définir des cahiers des charges de matériels ou d’équipements,
  • les ingénieurs, les architectes, les designers en charge de la conception de nouveaux produits ou de l’évaluation de structures existantes,
  • les services commerciaux, pour évaluer les besoins de leurs clientèles.

11La recherche menée sur cette période n’a pas de prétention d’exhaustivité. Les observations ont été délibérément limitées dans le temps et dans l’espace. Avec seulement deux sites retenus, quelques périodes particulières dans la journée et dans les saisons, un nombre restreint de stations, de tâches, de situations et d’usagers, il n’était pas envisageable de faire une étude statistique.

12Il convenait, dès sa conclusion, de continuer à développer et compléter cet outil de « diagnostic » et de vérifier si cette démarche pouvait être réappropriée pour porter un diagnostic sur un espace public plus général, tout en la rendant aisément utilisable grâce à des grilles d’observation et des protocoles simplifiés de mesures de l’environnement physique.

VALORISATION

13Cette recherche fait l’objet d’un développement en collaboration avec le CERTU et les CETE (Ministère de l’Équipement) dans la perspective de fournir aux experts de ces directions techniques un outil de travail sur le terrain, destiné à enrichir les approches de diagnostic et d’évaluation de la « qualité d’usage des espaces publics », mis en œuvre par ces structures d’étude et de recherche publiques.

14Ignazi G., Beaucire F., Lanteri R., Libilbehety M. M., (2002), Étude Ville et ergonomie de l’accessibilité, Recherche CERTU, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire Mobilités, Réseaux, Territoires, Environnements, novembre 2002, 80 p.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Dejeammes M., Flores J.-L., Blanchet V., (1988), Capacités fonctionnelles motrices d’une population : répercussions sur l’accessibilité des transports collectifs, Rapport INRETS, n° 81.

Ignazi G. et al., (1986), « Ergonomie et conditions de travail d’une usine de fabrication d’aluminium, Projet “Design to cost” », Anthropologie Appliquée, n° 200.

Ignazi G., Keravel F., (2000), « Ergonomie de la mobilité quotidienne », Revue des Transports Urbains, n° 102, pp. 7-12.

Ignazi G., Lavandier C., Boulard F., Gilbert M., Dozeville E., Viollon S., (2001), Anthropologie et Ergonomie de l’espace public, Recherche ACI Ville, MENRT, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire Mobilités, Réseaux, Territoires, Environnement, 250 p.

Lanteri R., (2002), Rapport sur les aménagements de la gare du Nord réalisés depuis 1996, DESS Transport, Territoires, Environnement, RATP-Mission Prospectives, 177 p.

Lavandier C., Raimbault M., Dubois D., Ignazi G., (2002), « Acoustic quality of educational buildings », Actes du congrès international Forum Acusticum, Séville, Espagne, septembre 2002.

Lavandier C., Ignazi G. et al., (2003), Qualité des ambiances sonores liées aux usages des établissements d’enseignement, Atelier de sociologie, Plan Urbanisme Construction Architecture, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire Mobilité, Réseaux, Territoires, Environnements, Recherche financée par le Ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement, 176 p.

Notes

1 Directeur de recherche au CNRS en anthropologie appliquée, Laboratoire Mobilité, Réseaux, Territoires, Environnements (MRTE), département de géographie, UFR Lettres et Sciences humaines, Université de Cergy-Pontoise.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Exemple de profil de cotation.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

Auteur

Responsable scientifique

Équipe : F. Beaucire (Université Paris I, Panthéon-Sorbonne), C. Lavandier, R. Lanteri (Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire Mobilités, Réseaux, Territoires, Environnements).


mailto:gerard.ignazi@lsh.u-cergy.fr
Université de Cergy-Pontoise
Laboratoire Mobilités, Réseaux,
Territoires, Environnements
33, boulevard du Port
95011 Cergy-Pontoise
Tél. : 01 34 25 64 05

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540