Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

III. L'imagerie scolaire

L'iconographie du consensus : les illustrations des manuels scolaires d'histoire nationale en Amérique latine

Nikita Harwich

Texte intégral

1Jusqu'au milieu du XXe siècle, les illustrations sont quasiment absentes des manuels scolaires latino-américains d'histoire nationale. Mis à part les motifs iconographiques de la couverture, seules de discrètes vignettes, le plus souvent sous forme de gravures, ainsi que quelques cartes, agrémentent le texte. Ce n'est véritablement qu'après la Seconde Guerre Mondiale que l'on pourra parler de l'image en tant qu'accompagnement d'une didactique de l'histoire.

  • 1 La liste des manuels est fournie dans l'Annexe Bibliographique. La consultation de ce corpus a été (...)

2Nous nous proposons d'analyser ici les illustrations d'un corpus de 82 manuels scolaires d'histoire nationale de cinq pays -Venezuela, Colombie, Equateur, Pérou et Bolivie- sur une période comprise entre le début des années 1960 et la fin des années 1980, incluant à la fois un échantillon de manuels (16 ouvrages) de l'enseignement primaire et un ensemble plus étoffé de manuels (66 ouvrages) de l'enseignement secondaire1. Même si au cours de la période considérée les programmes d'enseignement ont varié dans chaque pays, surtout à partir des années 1980, les grandes divisions des histoires nationales restent, en gros, les mêmes et présentent cinq périodes bien définies : l'époque précolombienne, la conquête, la colonie, l'indépendance et une "période républicaine" qui s'étend, à quelques variantes près, de 1830 jusqu'à nos jours. Il est bien entendu que la période de "nos jours" se prolonge au fil des parutions des nouvelles générations de manuels. Il convient de noter en outre que, dans le cas de l'Equateur, à la différence des quatre autres pays, l'histoire n'est pas une matière enseignée en tant que telle dans le secondaire, mais combinée à la géographie et à l'instruction civique dans le cadre d'une discipline définie sous le nom générique d'Estudios Sociales [Études Sociales], Dans nos évaluations quantitatives correspondantes, nous n'avons alors tenu compte que des illustrations concernant la section "Histoire" des manuels équatoriens concernés.

Une approche quantitative et qualitative de l'image

3Première constatation préliminaire : même si l'illustration-cartes comprisesaccompagne le texte de manière plus soutenue qu'auparavant, elle apparaît toujours comme un support relativement accessoire. Seuls 5% des manuels du secondaire publiés au cours des années 1980 présentent plus d'une illustration par page. La norme majoritaire, tout au long de la période considérée reste, en moyenne, celle d'une illustration toutes les deux pages (années 1960 et 1970), voire d'une illustration à plus de deux pages d'intervalle (années 1980). Paradoxalement, une régression semblable quant au nombre d'illustrations affecte les manuels de l'enseignement primaire. Dans les années 1960, 41% d'entre eux présentaient en moyenne une illustration par page ; une proportion qui descend à 25% au cours des années 1980 (cf. illustration 1).

4Deuxième constatation : seuls les manuels colombiens utilisent la quadrichromie de façon systématique pour leurs illustrations à partir des années 1980. La couleur n'apparaît, au cours de cette même décennie, que dans les manuels péruviens du primaire et dans deux des manuels vénézuéliens du secondaire. Dans tous les autres ouvrages considérés, l'illustration reste cantonnée au noir et blanc, tempéré parfois par un fond colorié, en bleu pale, en vert, en rose ou en orange (cf. illustrations 2 et 3).

5Enfin, dernière constatation préliminaire : le patrimoine iconographique des manuels est, pour une très large part, reconstitué, qu'il s'agisse de dessins totalement "inventés" ou de documents iconographiques repris sous forme de dessins ou, surtout dans les années 1960, sous forme de gravures. La reproduction photographique ne joue qu'un rôle mineur dans l'ensemble des manuels, aux deux niveaux de l'enseignement, sauf-là encore-dans les manuels colombiens qui sont les seuls, au cours des années 1980, à lui accorder une place prépondérante. Pour ce qui est des manuels équatoriens ou péruviens, l'on peut même constater une régression de la photographie comme support d'illustration dans les années 1980 par rapport aux décennies précédentes.

  • 2 América Bracho et Matilde Croquer, Nuestra Historia 1eraño de Secundaria, Caracas, Ediciones Co-Bo (...)
  • 3 Emigdio Peña, Historia de Venezuela, 4° grado de Primaria, Caracas, Ediciones Co-Bo, 1966, pp. 110 (...)

6Il convient de signaler, en outre, que le caractère d'"authenticité" d'un grand nombre de documents iconographiques, présentés en tant que tels, doit être relativisé. En effet, qu'il s'agisse de la période précolombienne, de la conquête, de la colonie ou de l'indépendance, les illustrations des manuels font volontiers appel à des reproductions de tableaux ou de monuments à thèmes historiques, exécutés pour la plupart dans la seconde moitié du XIXe siècle ou même plus tard. L'arrivée de Christophe Colomb sur les plages du Nouveau Monde ou les batailles livrées au cours des campagnes de l'indépendance en sont des exemples récurrents. Mais le recours à un tel support documentaire est rarement accompagné d'une explication permettant à l'élève de discerner le décalage temporel entre l'illustration et l'événement dont celle-ci se veut être le reflet. Ainsi, un manuel vénézuélien reproduit une gravure concernant l'évangélisation effectuée dans le pays par le père Bartolomé de Las Casas en affirmant, dans la légende correspondante, qu'il s'agit d'un "document d'époque", sans toutefois préciser que l'époque en question -vraisemblablement le milieu du XIXe siècle- n'a strictement rien à voir avec le moment où Las Casas a effectué sa mission, entre 1520 et 15222. Exemple tout aussi révélateur : pour présenter une vision d'ensemble des acteurs militaires de l'indépendance, un autre manuel vénézuélien choisit de reproduire, sur une double page et avec leur noms respectifs, les visages des statues de bronze qui figurent autour du monument commémoratif du centenaire de la bataille de Carabobo, inauguré en 1921 et dont la physionomie était, pour l'essentiel, le produit de l'imagination des deux sculpteurs qui avaient été les auteurs3.

La nature de l'image : une vision quantitative

7Un recensement des illustrations présentes dans les manuels permet leur classement en cinq catégories distinctes : cartes, personnages, événements ou scènes, objets et, enfin, paysages, villes ou monuments. Parmi ces cinq catégories, il y en a une qui s'impose d'emblée : celle des personnages. Sous les traits de caciques, d'empereurs ou de guerriers incas, de visages de conquistadors, de héros de l'indépendance ou de présidents de la République, l'iconographie pédagogique de l'histoire est, au départ, celle d'une personnalisation à outrance. Dans les manuels des années 1960, les personnages forment une majorité absolue -surtout dans les ouvrages du primaire-, ou tout au moins relative de l'ensemble des illustrations (cf. illustrations 4 et 5).

8Au coins des décennies suivantes, cette primauté tend à s'estomper au profit de la représentation d'événements -surtout, à nouveau, dans les manuels du primaire. Les nouvelles orientations de l'historiographie y sont sans doute pour quelque chose, mais, même dans les années 1980, les personnages restent en tête, quant au nombre d'illustrations, dans les manuels du secondaire de trois des cinq pays concernés (Bolivie, Pérou et Venezuela). L'explication tient sans doute à la place qu'occupe toujours le dessin comme forme privilégiée de reproduction. Il est vraisemblablement plus commode pour un illustrateur de reproduire un visage qu'une scène de bataille. Il n'est donc pas étonnant que ce soit, une fois encore, dans les manuels colombiens les plus récents, où la photographie occupe un espace plus important, que l'on trouve l'évolution la plus marquée en faveur de la représentation d'événements.

9Les objets occupent, pour leur part, une place plus grande dans les manuels péruviens et équatoriens, car ils concernent essentiellement les vestiges archéologiques des différentes civilisations précolombiennes. L'évolution iconographique des manuels boliviens semble, de ce point de vue, paradoxale, puisque les ouvrages des années 1980 ont choisi d'éliminer complètement cette rubrique. Mais, d'une façon générale, les illustrations d'objets ont tendance, entre les années 1960 et les années 1980, à occuper un espace plus fourni, au détriment des reproductions concernant les paysages, les villes et les monuments. L'individuel prime ici sur le collectif.

10Le pourcentage des cartes, enfin, est globalement plus important dans les manuels du secondaire que dans ceux du primaire, avec une tendance, accentuée dans les manuels de la dernière génération, à privilégier l'étude des modifications de frontières survenues depuis l'indépendance. Là encore, le cas de la Bolivie, où les cartes ont disparu des manuels des années 1980, tient du paradoxe étant donné l'important contentieux, toujours en vigueur, concernant l'accès à la mer qui oppose ce pays à son voisin chilien.

Scènes et personnages : une représentation sélective

11L'histoire apparaît comme étant, de manière prépondérante, l'affaire des blancs et des hommes. Telle est la première constatation. Il en est ainsi pour tous les manuels. Seuls les manuels péruviens et, dans une moindre mesure équatoriens -étant donné la place relativement importante accordée aux civilisations précolombiennes, surtout à partir des années 1970- affichent une proportion plus forte d'images amérindiennes. Mais une fois dépassée l'étape de la conquête, l'Indien disparaît en tant qu'individu. Seule exception, bien sûr, celle de Tupac Amaru dont la révolte constitue un élément phare des manuels péruviens, non pas tant à cause de l'appartenance de son chef au groupe ethnique indigène, mais parce que l'événement est présenté comme étant un soulèvement précurseur des mouvements d'indépendance (cf. illustrations 6 et 7).

12Dans la catégorie des blancs, les militaires occupent le plus souvent la première place, surtout au Pérou et au Venezuela. Les manuels colombiens et boliviens accordent plutôt la primauté aux civils, tout particulièrement dans les ouvrages les plus récents. La présence de figures religieuses (prélats ou missionnaires) est, quant à elle, beaucoup plus discrète et diminue considérablement au fil des décennies.

13Les noirs et les femmes sont, pour leur part, des catégories marginales. Le seul noir dont l'image est reproduite dans les manuels péruviens et dans un des manuels équatoriens est Saint Martin de Porres. Un seul des manuels colombiens des années 1980 choisit d'illustrer le phénomène de l'esclavage par l'image d'un noir esclave enchaîné. Quant aux femmes, elles sont soit des divinités mythiques indigènes (Bachué, Mama Ocllo), soit des reines (Isabelle la Catholique) ou des saintes (Sainte Rose de Lima), soit enfin des héroïnes de la pré-indépendance ou de l'indépendance, souvent représentées au moment de leur arrestation ou de leur exécution pour faits de résistance (cf. illustrations 8 et 9).

14Pour ce qui est des scènes, batailles ou autres formes de violence (émeutes, assassinats, mauvais traitements infligés aux Indiens) l'emportent, parfois de très loin, sur la représentation d'événements concernant la vie civile ou religieuse, cette dernière ne concernant essentiellement que des scènes d'évangélisation missionnaire. Les manuels équatoriens donnent à ces scènes une place plus importante, mais cela s'explique sans doute du fait que bon nombre de ces ouvrages proviennent d'une maison d'édition salésienne. La part accordée aux images représentant des scènes de travail et de production tend à s'accroître dans la dernière génération de manuels, celle des années 1980. Ces images concernent surtout les périodes précolombienne et républicaine. Des photographies d'usines ou de locomotives renvoient à la vision, volontairement bucolique, d'Indiens travaillant la terre avant l'arrivée des Espagnols.

La pédagogie de l'image : un essai de définition

  • 4 Luis Barrios, Historia de Colombia, Bogotá, Cultural Colombiana, Limitada, 1980, l°-2° grado de pr (...)

15La présence relativement limitée des illustrations dans les manuels du corpus en rehausse nécessairement le pouvoir évocateur auprès de l'élève et la puissance visuelle de l'image, en tant qu'outil pédagogique, est davantage à même de frapper l'imagination de ce dernier, parfois même d'une manière non dénuée d'équivoque. L'un des manuels colombiens de 1° y 2° grado du primaire4 (équivalent au CP et au CE1), c'est à dire s'adressant à des élèves âgés de 7 à 8 ans environs, alterne les pages de texte avec des planches présentées sous forme de bandes dessinées accompagnées de légendes.

16Seuls y sont évoqués certains épisodes historiques. Le premier, sous l'intitulé de "La découverte de l'Amérique", concerne la vie de Christophe Colomb. La première planche de la bande dessinée, qui représente un jeune enfant se dirigeant vers la porte d'un bâtiment au dessus de laquelle est écrit le mot "École", nous apprend que "Colomb, enfant, allait ponctuellement à l'école". L'assiduité scolaire présage ainsi les plus grandes destinées. Le deuxième épisode illustre la légende chibcha de Bachué, la mère de tous les indiens, divinité indienne sortie de la lagune d'Iguaque tenant dans ses bras un enfant qu'elle épousera plus tard. De cette union naîtront les hommes. Puis Bachué et son mari, transformés en serpents, retourneront à la lagune d'où ils ressurgiront sous forme du soleil et de la lune. Dans la bande dessinée qui illustre le récit, Bachué apparaît sous les traits d'une belle jeune femme, à la poitrine dénudée. Quelques pages plus loin, la cacica Gaitana punit le cruel conquistador Pedro de Añasco en lui crevant les yeux. Là encore, la bande dessinée montre une femme aux formes avenantes.

17Cependant, le manuel du même auteur et de la même collection, mais adressé cette fois aux élèves de 4° grado (équivalent du CE2), âgés de 9 à 10 ans et qui reprend les mêmes épisodes avec un texte plus fourni en remplaçant la bande dessinée par une illustration pour chaque épisode, choisit une représentation plus édulcorée : Bachué sort toujours de la lagune avec un enfant dans les bras, mais elle est habillée et vue de dos ; quant à la cacica Gaitana, son ample chevelure couvre maintenant sa poitrine. La nudité innocente n'est sans doute plus de mise quand on a dix ans...

18La section des manuels d'histoire consacrée au monde précolombien accorde une part importante à l'illustration de légendes ou de mythes indigènes. Nous avons vu l'exemple de Bachué dans le cas de la Colombie. Pour les ouvrages équatoriens, péruviens ou boliviens, c'est la légende de la migration de MancoCápac et de son épouse Mama-Ocllo des rives du lac de Titicaca jusqu'au site de la ville de Cuzco -l'acte fondateur de l'empire inca- qui est le plus fréquemment représentée. L'illustrateur peut alors donner libre cours à son imagination : Manco-Cápac et Mama-Ocllo peuvent voler dans les airs, flotter sur les eaux du Titicaca, ou gravir les pentes du chemin qui les conduira vers la ville sacrée du Cuzco. En fait, c'est toute la représentation personnalisée du monde indigène qui est réinventée pour les besoins de la cause. Rares sont les textes scolaires qui font appel aux gravures du chroniqueur péruvien Guamán Poma de Ayala qui peuvent au moins prétendre, puisqu'elles datent du début du XVIIe siècle, à une relative authenticité. Les visages sévères des caciques, des empereurs incas, des guerriers ou des grands prêtres se succèdent d'un manuel à l'autre et pourraient, en fin de compte, être parfaitement interchangeables. Une impression de puissance se dégage de tous ces dessins. L'Amérindien d'avant la conquête est une sorte de "Tarzan" musclé et vigoureux.

  • 5 Camilo Gonzalez Posso, Historia de Colombia, Bogotá, El Cid, 1987, 6° grado de primaria, p. 57.
  • 6 Mario Navas Jiménez, Historia, Geografiay Cívica, Quito, Mediavilla Hermanos, 1989, p. 198.

19La conquête ouvre l'ère de la violence et du carnage. Hormis Christophe Colomb, volontiers représenté par la reproduction d'un tableau ou par un dessin qui accentue le caractère bienveillant de sa physionomie, les conquistadors sont des personnages rébarbatifs et inquiétants, aux traits cruels. Des épisodes comme la capture d'Atahualpa à Cajamarca en 1532, ou l'assaut de Pizarro à la forteresse de Sacsahuaman, défendue par l'héroïque guerrier Cahuide, permettent aux illustrateurs équatoriens, boliviens ou péruviens de dépeindre à leur gré la barbarie des envahisseurs espagnols. Sous l'intitulé "¿Qué es la colonia?", un manuel colombien montre l'attaque d'un village indigène, prélude à un éventuel massacre5. Des scènes semblables sont également présentes dans les manuels vénézuéliens. La conquête elle-même n'est pas exempte d'aspects légendaires. Ainsi, un manuel équatorien6, en évoquant les expéditions vers l'Eldorado et la découverte de l'Amazone, n'hésitera pas à illustrer une bataille imaginaire entre les conquistadors et d'accortes amazones, dont les flèches transpercent la gorge de l'un des envahisseurs. Il n'est précisé nulle part qu'il s'agit là d'un mythe. Autre épisode que privilégie l'iconographie : l'assassinat de Pizarro en 1541.

  • 7 Elias Toledo Espinoza, Historia del Perú, Lima, Editorial Escuela Nueva, 1989, 2° año de secundari (...)

20Seule l'évangélisation donne lieu à une vision plus apaisée. Les dessins s'y rapportant montrent, la plupart du temps, un missionnaire brandissant le crucifix devant des indigènes qui baissent la tête en signe de soumission. Curieusement, la révolte de Tupac Amaru en 1780, surtout évoquée-ce qui est normal-dans les manuels péruviens, ne donnera que rarement lieu à de nouvelles visions de violence. La plupart des ouvrages se contentent d'inclure un portrait de Tupac Amaru et, éventuellement aussi, de sa femme. Une image finale contribue, cependant, à fixer pour l'élève péruvien la leçon à tirer de la période coloniale : celle d'un maître d'école, le fouet à la main, tançant fortement un jeune garçon, sous une légende expliquant que "l'éducation pendant la Colonie était dogmatique"7. Chacun, à sa manière, pouvait ainsi contester le joug qui lui était imposé.

21Processus inévitable étant donné les abus du régime colonial, le mouvement d'indépendance se pose d'emblée à l'image comme étant celui d'une revendication de masse, mais qui met aussi en scène de nouveaux héros. Ces derniers surgissent dès les mouvements précurseurs de la fin du XVIIIe siècle. Tupac Amaru est, bien sûr, l'un d'entre eux. Mais chaque pays se doit d'avoir eu son ou ses héros précurseurs. Dans les manuels colombiens, ce rôle est dévolu à Manuela Beltrán qui, au moment de la révolte des Comuneros de 1780, s'illustre en arrachant d'un mur l'édit d'augmentation des impôts qui y avait été placardé. L'épisode est maintes fois reproduit et Manuela Beltrán y apparaît chaque fois sous des traits différents. Le visage d'un symbole importe peu, semble-t-il. Les manuels équatoriens, quant à eux, exaltent les sacrifice des patriotes massacrés le 2 août 1810 dans les prisons de Quito où ils étaient retenus prisonniers. L'événement se prête volontiers à toutes les variantes d'interprétation graphique. Pour ce qui est de l'indépendance elle-même, les scènes de combats alternent avec les grands moments d'ardeur civique : proclamations solennelles, discours devant une assemblée. Sous la plume de l'illustrateur, la reconstitution se veut tout à la fois édifiante et consensuelle. Tous se rallient au drapeau ainsi qu'au nouvel ordre politique qui s'instaure.

  • 8 Giebel, Lecciones de Historia de Bolivia, La Paz, Editorial "Don Bosco", 1972, p. 179. Roto est l' (...)
  • 9 Elías Toledo Espinoza, Historia del Perú, Lima, Editorial Escuela Nueva, 1989, 5° año de secundari (...)

22Ce nouvel ordre n'est cependant pas exempt de conflits. Les luttes entre factions politiques, les guerres et les révolutions sont des thèmes volontiers repris par l'iconographie des manuels. En particulier, l'épisode de la sanglante Guerre du Pacifique qui opposa le Pérou et la Bolivie au Chili, entre 1879 et 1883 permet d'exalter la bravoure démontrée par les vaincus (Pérou et Bolivie) face à l'injuste barbarie du vainqueur (le Chili). Pour un manuel bolivien, l'image choc de la guerre est celle d'un bataillon de troupes boliviennes chargeant, baïonnette au canon, au cri (reproduit dans la légende) de "Temblad rotos, que entran los Colorados de Bolivia"8. Mais ce sont sans doute les manuels péruviens qui poussent le plus loin une interprétation visuelle résolument nationaliste et revancharde. Un tableau, reproduit sur la couverture d'un texte correspondant à la dernière année du secondaire publié au cours des années 19809, montre un soldat sur le point de percer de sa baïonnette le flanc d'une femme aux traits indigènes agenouillée devant le corps d'un soldat mort. Non loin d'elle, un enfant, couché sur le sol, pleure. Pour un spectateur non averti, le tableau pourrait n'évoquer que les horreurs de la guerre, mais pour un élève péruvien, ce tableau, maintes fois reproduit et donc connu de tous, est celui où un soldat chilien s'apprêtant à massacrer une femme péruvienne sans défense. Nul besoin d'autre commentaire...

Conclusions : l'imagerie d'un imaginaire consensuel

23Ce sont sans doute en partie des raisons d'ordre technique qui permettent d'expliquer la place encore importante, voire dominante, du dessin en tant que support des illustrations du corpus des manuels : un coût de reproduction moindre par rapport à celui de la photographie. Il est vraisemblable aussi que les maisons d'édition concernées ne disposent pas d'un service de documentation adéquat et que, pour les auteurs, seul compte le texte ; le support iconographique n'étant pas, la plupart du temps, de leur ressort. Mais l'explication n'est que partiellement satisfaisante. L'exemple des manuels colombiens de la génération plus récente est là pour montrer que, le cas échéant, des efforts peuvent être entrepris pour rehausser la qualité documentaire de l'image par rapport au texte et augmenter la quantité des illustrations. Il est vrai que, comparée aux autres pays considérés, la Colombie dispose d'une industrie du livre plus développée, dont les maisons d'édition "Norma" et "Santillana" sont, sans doute, les mieux équipées sur le plan de la production des manuels scolaires. Il nous semble, cependant, qu'au-delà de ces raisons "matérielles", la situation de l'image dans les manuels scolaires des pays sélectionnés ici obéit aussi à des critères d'ordre pédagogique et idéologique.

  • 10 Sylvie Durando et Pierre Guibbert, "Entrer dans l'Histoire... Les couvertures des manuels espagnol (...)

24En limitant le recours à l'illustration, l'histoire nationale, même à des niveaux d'école primaire, est installée d'emblée dans la sphère du sérieux, voire du sacré, un phénomène que Pierre Guibbert et Sylvie Durando avaient déjà observé, sur la même période, dans le cas des manuels espagnols10. Mais à la différence de l'Espagne, où l'image prend volontiers une "tournure compassée" et une "facture solennelle", l'iconographie historique de notre corpus latino-américain se veut le plus souvent créatrice d'un impact brutal. L'image doit "sauter" aux yeux et rester fixée dans l'imagination de l'enfant ou de l'adolescent. Son caractère "artificiel" ou "reconstruit" importe peu. Il ne s'agit pas d'apprendre l'histoire en tant que discipline de la science humaine et d'en découvrir les témoignages documentaires les plus fidèles, mais de s'imprégner de la version renouvelée d'une imagerie d'Épinal. Une formule qui, aujourd'hui, peut sembler anachronique. Mais n'est-elle pas aussi révélatrice du retard d'un processus identitaire où l'imagerie renvoie à un imaginaire, tout à la fois collectif et consensuel, puisque situé délibérément en dehors de toute réalité ?

1. Florián SANABRIA, Historia de Bolivia, La Paz, Ed. Proinsa, 1980, page de couverture

2. Florián GIEBEL, Lecciones de Historia de Bolivia, La Paz, Ed. Don Bosco, 1972, p. 21

3. Camilo GONZALEZ POSSO, Historia de Colombia, Bogotá, El Cid, 1987, p. 57

4. Mario NAVAS JIMÉNEZ, Historia, Geografía y Cívica, Quito, Mediavilla Hermanos, 1989, 1er. Año Secundaria, p. 198

5. Elias TOLEDO ESPINOZA, Historia del Perú, Lima, Ed. Escuela Nueva, 1989, 2do. Año Secundaria, p. 97

6. Elias TOLEDO ESPINOZA, Historia del Perú, Lima, Ed. Escuela Nueva, 1989, 5to. Año Secundaria, p. 94

7. HERMANOS MARISTAS, Historia patria, Bogotá, Ed. Champagnat, 1968, p. 147

8. ARRAZ-EGUI, Historia de Venezuela, Caracas, Cultural Venezolana, S. A., 1970, 4to. Grado Primaria, p. 32.

Bibliographie

ANNEXE BIBLIOGRAPHIQUE : LISTE DES MANUELS

BOLIVIE : SECONDAIRE

a) Années 1960

VÁZQUEZ MACHICADO, Humberto ; MESA, José de et GISBERT, Teresa, Manual de Historia de Bolivia (La Paz : Gisbert y Cia., 1963), 450 p. Secundaria [lère édition, 1958]

b) Années 1980

BARNADAS, Josep M., Historia. Edad Contemporánea. Bolivia Republicana (La Paz : Juventud, 1987), 155 p. 2° año Secundaria [9e édition]

BOLIVIE : PRIMAIRE

a) Années 1960

GIEBEL, Florian, Lecciones de Historia de Bolivia (La Paz : Editorial "Don Bosco", 1972), 238 p. Primaria [15e édition]

b) Années 1980

SANABRIA G., Florén, Historia de Bolivia (La Paz : Editorial Proinsa, 1988), 199 p. Primaria

COLOMBIE : SECONDAIRE

a) Années 1960

HENAO, Jesús Maria et ARRUBLA, Gerardo, Historia de Colombia (Bogota : Editorial Voluntad, 1967), 986 p. [8e édition]

HERMANOS MARISTAS, Historia Patria (Bogotá : Editorial Champagnat, 1968), 341 p. 4° año [7e édition]

b) Années 1980

KALMANOVITZ, Salomon et DUZZAN, Silvia, Historia de Colombia (Bogota : El Cid, 1987), 240 p. 3er año Secundaria MORA, Carlos Alberto et PEÑA, Margarita, Historia de Colombia (Bogotá : Editorial Norma, 1987), 199 p 3er año Secundaria

COLOMBIE : PRIMAIRE

a) Années 1960

BARRIOS, Luis, Historia de Colombia (Bogotá : Cultural Colombiana, Limitada), 86 p. 1er y año de Primaria

BARRIOS, Luis, Historia de Colombia (Bogotá : Cultural Colombiana, Limitada), 100 p. 3er año de Primaria] [5e edición]

BARRIOS, Luis, Historia de Colombia (Bogotá : Cultural Colombiana, Limitada), 133 p. 4° año de Primaria [5e edición]

BARRIOS, Luis, Historia de Colombia (Bogotá : Cultural Colombiana, Limitada), 5° año de Primaria [[1ere édition]

b) Années 1980

GONZALEZ POSSO, Camilo, Historia de Colombia (Bogota : El Cid, 1987), 233 p. 6° grado primaria

EQUATEUR : SECONDAIRE

a) Années 1970

L. N. S., Estudios Sociales (Cuenca : Editorial "Don Bosco", 1977), 265 p. 1er curso básico [Histoire : p. 75-244.]

L. N. S., Estudios Sociales (Cuenca : Editorial "Don Bosco", 198..), 202 p. 2° año Secundaria [Histoire : p. 93-178.]

L. N. S., Estudios Sociales (Cuenca : Editorial "Don Bosco", 198...), 412 p. 3er año Secundaria [Histoire : p. 203-338.]

L. N. S., Historia del Ecuador. Primera parte (Cuenca : Editorial "Don Bosco", 198...), 264 p. 5° año Secundaria

b) Années 1980

GARCIA GONZALEZ, Luis, Resumen de Geografía, Historia y Cívica (Quito : Editorial Andina, 1988), 223 p. 1er año Secundaria [11e édition] [Histoire : p. 121-202.]

GARCIA GONZALEZ, Luis, Resumen de Geografia, Historia y Cívica (Quito : Editorial Andina, 1988), 289 p. 2° año Secundaria [11e édition] [Histoire : p. 137-248.]

MARTÍNEZ ESTRADA, Geografia, Historia y Cívica (Quito : s. i., 1987-88) ; 270 p. 1er año Secundaria [4e edition] [Histoire : p. 157-246.]

MUÑOZ Y., Hernán, Estudios sociales. Historia, Geografia y Cívica (Quito : s. i., 1985), 274 p. 1er año Secundaria [2e edition] [Histoire : p. 15-125.]

NAVAS JIMENEZ, Mario, Historia, Geografia y Cívica (Quito : Mediavilla Hermanos, 1989), 328 p. 1er año Secundaria [Historia : p. 7-199.]

NAVAS JIMENEZ, Mario, Historia, Geografia y Cívica (Quito : Mediavilla Hermanos, 1988), 272 p. año Secundaria [Historia : p. 7-119.]

VIÑUEZA MAZÓN, José, Estudios Sociales (Guayaquil :, s. d., 198...), 240 p. 1er año Secundaria [Histoire : p. 117-215.]

PÉROU : SECONDAIRE

a) Années 1960

EDICIONES BRUÑO, Historia del Perú (Lima : Editorial Bruño, 196..), 146 p. 2° año Secundaria

EDICIONES BRUÑO, Historia del Peru (Lima : Editorial Bruño, 196..), 140 p. 3er año Secundaria

GONZALEZ, Javier, F. D., Historia del Perú y del Mundo (Lima : Ediciones Quero, 1968), 130 p. 3er año Secundaria [lère édition, 1963]

PONS MUZZO, Gustavo, Historia del Perú (Lima : Editorial Universo), 208 p. 1er año Secundaria

PONS MUZZO, Gustavo, Historia del Perú (Lima : Editorial Universo), 237 p. año Secundaria

PONS MUZZO, Gustavo, Historia del Perú (Lima : Editorial Universo), 236 p. 4° año Secundaria

PONS MUZZO, Gustavo, Historia de la Cultura Peruana (Lima : Editorial Universo), 194 p. 5° año Secundaria

TAURO, Alberto, Historia del Perú (El Callao : Colegio Militar Leoncio Prado), 175 p. 1er año Secundaria

b) Années 1970

DEL BUSTO DUTHURBURU, José Antonio, Historia del Perú (Breña : Jurídica, SA.), 236 p. 1er año Secundaria DEL BUSTO DUTHURBURU, José Antonio, Historia del Perú (Lima : Editorial Arica, S. A.), 305 p. 2° año Secundaria

c) Années 1980

CASTILLO MORALES, Juan, Historia del Perú y del Mundo (Lima : Editorial Universo, 1980), 222 p. 1er año Secundaria

CASTILLO MORALES, Juan, Historia del Perú y del Mundo (Lima : Editorial Universo, 1979), 130 p. año Secundaria

CASTILLO MORALES, Juan, Historia del Perú y del Mundo (Lima : Editorial Universo, 1979), 224 p. 4° año Secundaria

CHÁVEZ RUIZ, Alejandro, Historia del Perú y del Mundo (Lima : Studium, 197...), 166 p. 1er año Secundaria

DEL CARPIO CARO, Otto, Historia del Perú y del Mundo (Lima : Editorial Andina, 1979), 149 p. año Secundaria

DESCO (Franklin PEASE et al.), Historia del Perú y del Mundo (Lima : Deseo, 1976), 225 p. 1er año Secundaria

ESPINOZA GARCÍA, Manuel, Historia del Perú y del Mundo (Lima : Ediciones Quipú, 198..), 156 p. 3er año Secundaria

ESPINOZA GARCIA, Manuel, Historia del Perú y del Mundo (Lima : Ediciones Quipú, 198...), 174 p. 4° año Secundaria

GUEVARA ESPINOZA, Antonio, Historia del Perú y del Mundo (Lima : Studium Editores, 1979), 270 p. 1er año Secundaria

GUEVARA ESPINOZA, Antonio, Historia del Perú en el proceso americano y mundial (Lima : Editorial Bruño, 1989), 294 p. 1er año Secundaria

GUEVARA ESPINOZA, Antonio, Historia del Perú (Lima : Editorial Bruño, 1989), 224 p. año Secundaria

GUILLEN COLLADO, Lizardo, Historia del Perú y del Mundo (El Callao : Ediciones ESEP Militar "Leoncio Prado", 1977), 296 p. 1er año Secundaria

LÓPEZ SORIA, José Ignacio, Historia del Perú y del Mundo (Breña : Ediciones Quipú, 1979), 158 p.

REBAZA ACOSTA, Alfredo, Historia del Perú y del Mundo (Breña : Edesa, 1980), 157 p. 3er año Secundaria

REBAZA ACOSTA, Alfredo, Historia del Perú y del Mundo (Breña : Edesa, 1980) p. 4° año Secundaria

REBAZA ACOSTA, Alfredo, Historia del Perú y del Mundo (Breña : Edesa, 1980) 5° año Secundaria

SALINAS GARCÍA, Telmo, Historia del Perú y del Mundo (Lima, 1979), 275 p. 1er año Secundaria

TOLEDO ESPINOZA, Elias, Historia del Perú (Lima : Editorial Escuela Nueva, 1989), 254 p. 1er año Secundaria

TOLEDO ESPINOZA, Elias, Historia del Perú (Lima : Editorial Escuela Nueva, 1989), 222 p. año Secundaria

TOLEDO ESPINOZA, Elias, Historia del Perú (Lima : Editorial Escuela Nueva, 1989), 247 p. 3er año Secundaria

TOLEDO ESPINOZA, Elias, Historia del Perú (Lima : Editorial Escuela Nueva, 1989), 229 p. 4° año Secundaria

TOLEDO ESPINOZA, Elias, Historia del Perú (Lima : Editorial Escuela Nueva, 1989), 224 p. 5° año Secundaria

VALCÁRCEL, Carlos Daniel, Historia del Perú y del Mundo (Lima : Dorhca, 1985), 202 p. 1er año Secundaria.]

VALCÁRCEL, Carlos Daniel, Historia del Perú y del Mundo (Lima : Dorhca, 1985), 268 p. 2° año Secundaria

VALCÁRCEL, Carlos Daniel, Historia del Perú y del Mundo (Lima : Dorhca, 1985), 312 p. 3er año Secundaria

PÉROU : PRIMAIRE

BRUÑO, G. M., Historia del Perú (Lima : Editorial Bruño, 196...), 121 p. 5° grado Primaria

VILLANUEVA SOTOMAYOR, Julio et SANDOVAL VALDIVIA, Elba, Ciencias Historico-Sociales (Breña : Editorial Bruño, 198...), 159 p. 5° grado Primaria

VILLANUEVA SOTOMAYOR, Julio et SANDOVAL VALDIVIA, Elba, Ciencias Historico-Sociales (Breña : Editorial Bruño, 198...), 183 p. 6° grado Primaria

VENEZUELA : SECONDAIRE

a) Années 1960

EDICIONES "LA SALLE", Historia de Venezuela (Caracas : Ediciones "La Salle", 1967), 347 p. 2° año Secundaria

EDICIONES "LA SALLE", Historia de Venezuela (Caracas : Ediciones "La Salle", 1967), 292 p. 1er año Secundaria

EDICIONES "LA SALLE", Historia de Venezuela (Caracas : Ediciones "La Salle", 1966), 241 p. 3er año Secundaria

b) Années 1980

ARIAS AMARO, Alberto, Historia de Venezuela (Caracas : Editorial Romor, 1988), 144p. 2° año Secundaria BRACHO, América et CROQUER, Matilde, Nuestra historia (Caracas : Ediciones Co-Bo, 1988), 208 p. 1er año Secundaria

BRAVO DĺAZ, María Josefina, Mi historia de Venezuela (Caracas : Ediciones Co-Bo, 1987), 208 p. 1er -2° año Secundaria

DOMÍNGUEZ, Freddy et FRANCESCHI, Napoleón, Historia de Venezuela (Caracas : Ediciones Co-Bo, 1988), 463 p. 1er año Secundaria

DOMÍNGUEZ, Freddy et FRANCESCHI, Napoleón, Historia de Venezuela (Caracas : Ediciones Co-Bo, 1988), 222 p. 2° año Secundaria]

DOS RAMOS GARCIA, Angelina, Historia de Venezuela (Caracas : Editorial Monte Alto, 1987), 255 p. 1er año Secundaria

EL KHAOULI, Antonio et VILORIA, Gioconda, Historia de Venezuela (Caracas : Monte Alto, 1987), 173 p. 2° año Secundaria

FERNÁNDEZ, Ν. de, Historia de Venezuela (Caracas : Ediciones Eneva, 1987), 217 p. 1er año Secundaria

MONTERO, Andrés, Historia de Venezuela (Caracas : Distribuidora Escolar, 1987), 138 p. 1er año Secundaria

OLIVO DE LANDAETA, Belén, Historia de Venezuela (Caracas : Ediciones Eneva, 1987), 182 p. 1er año Secundaria

OLIVO DE LANDAETA, Belén, Historia de Venezuela (Caracas : Ediciones Eneva, 1987), 160 p. año Secundaria

YÉPEZ CASTILLO, Aureo et TROCONIS DE VERACOECHEA, Ermila, Historia de Venezuela (Caracas : Editorial Larense, 1988), 223 p. 2° año Secundaria

VENEZUELA : PRIMAIRE

ARRAIZ-EGUI, Historia de Venezuela (Caracas : Cultural Venezolana, S. A., 1969), 142 p. 3er grado Primaria

ARRAIZ-EGUI, Historia de Venezuela (Caracas : Cultural Venezolana, S. A., 1970), 262 p. 4 ° grado Primaria [4e édition ; original, 1966]

NECTARIO MARIA, Hermano (F. S. C.) ; J. MOUSEL, Nicolás et VELASCO DĺEZ, J. M. (F. S. C.), Historia de Venezuela (Caracas : Ediciones "La Salle", 196 ?), 309 p. 5° y 6° grado Primaria

PEÑA, Emigdio, Historia de Venezuela (Caracas : Ediciones Co-Bo, 1971), 150 p. 4° grado Primaria [1ère édition, 1966]

PEÑA, Emigdio, Historia de Venezuela (Caracas : Ediciones Co-Bo, 1970), 138 p. 5° grado [1ère édition, 1966

PEÑA, Emigdio, Historia de Venezuela (Caracas : Ediciones Co-Bo, 1970), 175 p. 6 ° grado Primaria [1ère édition, 1966]

Notes

1 La liste des manuels est fournie dans l'Annexe Bibliographique. La consultation de ce corpus a été effectuée dans la remarquable Bibliothèque de l'Institut Georg-Eckert de Braunschweig, dont l'auteur tient à remercier bien vivement ici tout le personnel.

2 América Bracho et Matilde Croquer, Nuestra Historia 1er año de Secundaria, Caracas, Ediciones Co-Bo, 1988, p. 85.

3 Emigdio Peña, Historia de Venezuela, 4° grado de Primaria, Caracas, Ediciones Co-Bo, 1966, pp. 110-111.

4 Luis Barrios, Historia de Colombia, Bogotá, Cultural Colombiana, Limitada, 1980, l°-2° grado de primaria, pp. 3, 12, 17.

5 Camilo Gonzalez Posso, Historia de Colombia, Bogotá, El Cid, 1987, 6° grado de primaria, p. 57.

6 Mario Navas Jiménez, Historia, Geografiay Cívica, Quito, Mediavilla Hermanos, 1989, p. 198.

7 Elias Toledo Espinoza, Historia del Perú, Lima, Editorial Escuela Nueva, 1989, 2° año de secundaria, p. 94.

8 Giebel, Lecciones de Historia de Bolivia, La Paz, Editorial "Don Bosco", 1972, p. 179. Roto est l'expression désobligeante servant ici à désigner les Chiliens en général.

9 Elías Toledo Espinoza, Historia del Perú, Lima, Editorial Escuela Nueva, 1989, 5° año de secundaria.

10 Sylvie Durando et Pierre Guibbert, "Entrer dans l'Histoire... Les couvertures des manuels espagnols et français (1880-1980)", Internationale Schulbuchforschung, n° 18 (1996), pp. 387-410.

Table des illustrations

Légende 1. Florián SANABRIA, Historia de Bolivia, La Paz, Ed. Proinsa, 1980, page de couverture
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5696/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 2. Florián GIEBEL, Lecciones de Historia de Bolivia, La Paz, Ed. Don Bosco, 1972, p. 21
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5696/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 3. Camilo GONZALEZ POSSO, Historia de Colombia, Bogotá, El Cid, 1987, p. 57
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5696/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 4. Mario NAVAS JIMÉNEZ, Historia, Geografía y Cívica, Quito, Mediavilla Hermanos, 1989, 1er. Año Secundaria, p. 198
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5696/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende 5. Elias TOLEDO ESPINOZA, Historia del Perú, Lima, Ed. Escuela Nueva, 1989, 2do. Año Secundaria, p. 97
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5696/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende 6. Elias TOLEDO ESPINOZA, Historia del Perú, Lima, Ed. Escuela Nueva, 1989, 5to. Año Secundaria, p. 94
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5696/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 7. HERMANOS MARISTAS, Historia patria, Bogotá, Ed. Champagnat, 1968, p. 147
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5696/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende 8. ARRAZ-EGUI, Historia de Venezuela, Caracas, Cultural Venezolana, S. A., 1970, 4to. Grado Primaria, p. 32.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5696/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5696/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5696/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5696/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5696/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5696/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540