Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

II. Du manuscrit au livre. Symboliques et emblématiques

Les images du corps dans les traités médicaux espagnols de la fin du XVe au XVIIe siècle

Christine Orobitg

Texte intégral

1Le but de cette étude est d'analyser, sans prétendre à l'exhaustivité, certains aspects du rôle des images dans le cadre d'un savoir particulier, celui transmis par les traités médicaux en Espagne de la fin du XVe au XVIIe siècle.

Quelques caractéristiques

2La première caractéristique qui frappe le lecteur moderne est l'usage limité des images dans ce corpus médical, surtout si on le compare avec des textes plus tardifs (du XVIIIe et du XIXe siècle) où les images occupent une place essentielle. Cette présence réduite des images est due à plusieurs raisons, la principale étant que l'enseignement de la médecine, dans l'Espagne de l'Ancien Régime est essentiellement théorique et se base sur la répétition ou la glose des autorités. Le discours médical est une belle construction conceptuelle, dominée par l'intertextualité : largement traditionnel, ce discours se réfère constamment aux textes antérieurs sur des modes extrêmement divers, allant de la citation explicite au plagiat en passant par toutes les nuances de la glose et du commentaire.

  • 1 Carlo M. Cipolla, Miasmi e umori. Ecología e condizioni sanitarie in Toscana nel Seicento, Bologne (...)

3De telles caractéristiques expliquent le conservatisme de ce discours, son caractère essentiellement livresque, la faible part qu'y prennent l'esprit critique, l'observation personnelle, concrète et directe ainsi que la permanence de théories désuètes, qui n'ont aucun fondement dans la réalité matérielle, comme la théorie des humeurs, ce "paradigme totalement erroné" mais indiscuté, dont la persistance au cours des siècles constitue, comme l'écrit Carlo M. Cipolla, "un des problèmes les plus passionnants de l'histoire culturelle de l'Europe"1.

4L'iconographie médicale de la fin du XVe au XVIIe siècle emploie deux procédés : la Xylographie (de loin la technique plus utilisée) et la gravure sur plaque de métal. Dans la Xylographie, l'artiste grave l'image en relief sur un bloc de bois, qui est ensuite enduit d'encre et pressé sur le papier destiné à recevoir l'image. Cette méthode est utilisée par la plupart des traités médicaux car elle permet d'imprimer ensemble le texte et son illustration. Dans la gravure proprement dite, l'image est gravée en creux sur une plaque de métal qui est ensuite encrée et appliquée sur le papier, mais cette technique présente l'inconvénient que texte et image ne peuvent être imprimés ensemble.

5Une des caractéristiques de la gravure médicale aux XVIe et XVIIe siècles est la réutilisation constante des images. Le Libro de la Anothomía del hombre de Bernardino Montaña de Montserrate (Valladolid, Sebastián Martínez, 1551) et, de manière encore plus nette, 1 'Historia de la composición del cuerpo humano de Juan Valverde de Amusco (Rome, Antonio Salamanca et Antonio Lafrerii, 1556) recopient les images du De humanis corporis fabrica d'André Vésale (Bâle, J. Oporinus, 1543). On comparera, pour s'en convaincre les planches sur l'anatomie osseuse de Bernardino Montaña avec les planches vésaliennes ; la planche 2 du livre I de l'Historia de Valverde (fig. 2) avec la planche 19 du livre I de la Fabrica de Vésale (fig. 1) ; la planche 3 du livre I de Valverde avec la planche 20 du livre I de Vésale ; la planche 2 du livre II de Vésale et la planche 2 du livre II de Valverde : dans tous les cas, la comparaison montre que Valverde inverse toujours le sens de la gravure vésalienne (ce qui indique qu'il s'agit d'une copie directe de l'illustration de Vésale) et les lettres indiquant les différentes parties du squelette coïncident.

6Les images des frontispices sont aussi couramment réutilisées : Chronos semant les graines de la Fortune, accompagné de la devise "Semina fortunae geminat cum tempore virtus", apparaît au moins dans quatre frontispices différents : celui du tome II des Operum medicinalium de Gaspar Bravo de Sobremonte (Lyon, 1674), celui des Opera medica omnia de Cipriano de Maroja (Lyon, 1678) et, enfin, celui des tomes I et II des Operum medicinalium de Pedro Miguel de Heredia (Lyon, 1688 et 1690). Dans ce cas, la réutilisation de l'image s'explique parce que les quatre œuvres ont été imprimées chez le même imprimeur, Pierre Borde, lequel, comme ses homologues, "recyclait" ses frontispices d'un livre à l'autre.

  • 2 K. B. Roberts et J. D. W. Davidson, The Fabric of body. European traditions of anatomical illutrat (...)

7Il n'était pas inusuel, comme le signalent K. B. Roberts et J. D. W. Davidson, que les imprimeurs échangent ou se prêtent les gravures2 : la gravure médicale de cette époque ignore le copy right et les images circulent de ville en ville, d'imprimeur en imprimeur. Ce recyclage des images, dans les frontispices et à l'intérieur même du texte, met en évidence une des caractéristiques du discours médical et, plus largement, de la culture du XVIe et du XVIIe : le recours constant aux textes antérieurs et la pratique de l'imitatio.

L'anatomie et ses images

8L'anatomie constitue un des domaines dans lesquels le discours médical, généralement avare en illustrations, utilise le plus les images, pour des raisons évidentes : la description théorique et la glose des auctoritates sont peu adaptées à l'anatomie, qui exige l'observation du corps, le recours aux images et non le commentaire des textes. Par ailleurs, l'anatomie est l'un des domaines où l'iconographie médicale du XVIe siècle, sous l'impulsion de Vésale, se renouvelle profondément, malgré le respect que le discours scientifique a pour les auctoritates.

  • 3 Fielding H. Garrison, The principles of anatomic illustration before Vesalius: an inquiry into the (...)

9On sait que l'anatomie commença à se développer au XIIIe siècle dans quatre grands centres européens : Salerne, Bologne, Montpellier et Paris. Les deux manuels les plus utilisés avant Vésale sont l'Anatomía corporis humani (rédigée vers 1316) de Mondino dei Luzzi (c. 1275-1326) et la Chirurgia magna de Guy de Chauliac (c. 1300-1368). Les images, dans ces traités d'anatomie prévésaliens, comme l'ont montré Garrison et Herrlinger, sont souvent insuffisantes ou de mauvaise qualité : les graveurs méconnaissent la perspective, les proportions sont souvent erronées, les images sont schématiques et fréquemment inexactes3.

10En Espagne, dans le domaine de l'enseignement et de la pratique de l'anatomie, une disparité existait depuis le Moyen Age entre la Couronne de Castille, qui privilégiait plutôt l'enseignement juridique et théologique, et la Couronne d'Aragon, qui sut favoriser l'enseignement scientifique. En 1402, Martin I accorda à l'université de Barcelone le droit de pratiquer deux dissections par an ; en 1477, Jean II autorisa les chirurgiens et barbiers de Valence à disséquer des cadavres et Ferdinand VII d'Aragon octroya le même droit en 1488 aux médecins et chirurgiens de Saragosse qui pratiquaient des autopsies à l'Hôpital de Notre Dame de la Grâce. Très tôt aussi, des chaires d'anatomie furent créées dans les universités de la Couronne d'Aragon (en 1499, l'université de Valence créa une chaire "mixte" consacrée à l'anatomie et de botanique) : il existe donc, dans la Couronne d'Aragon, une tradition d'enseignement et de pratique anatomiques, alors que rien de tel ne peut être observé en Castille.

  • 4 Bernardino Montaña de Montserrate, Libro de la Anothomía del hombre, Valladolid, Sebastián Martíne (...)

11Vésale publia ses premières gravures en 1538. Mais ses découvertes ne se répandirent que lentement en Espagne, où on continua à publier jusqu'à la fin du XVIe siècle des ouvrages où les images étaient rares et souvent de mauvaise qualité. Un bon exemple de ce genre de publications est le Libro de la Anothomía del hombre de Bernardino Montaña de Montserrate, qui fut publié après le texte de Vésale, mais qui relève clairement de l'anatomie prévésaliennne. L'édition imprimée à Valladolid chez Sebastián Martínez en 1551 ne contient que dix planches anatomiques (contre cent quarante-six pages de texte), trois planches représentant les muscles, deux planches représentant respectivement les veines et les artères, deux planches sur les nerfs, deux planches sur les organes abdominaux, deux planches sur le squelette et une planche représentant les os de la main et du pied4. Les gravures sont rares, imprécises et certaines recopient, mais de manière très maladroite, les planches de Vésale.

  • 5 Sur ce sujet, on consultera par exemple : H. E. Sigerist, "The foundation of human anatomy in the (...)

12La Renaissance, qui voit en l'homme une merveille et qui considère dans son corps une prodigieuse machine, coïncide avec un développement spectaculaire de l'anatomie5, tant dans le domaine de l'enseignement universitaire que dans celui des publications, avec la parution d'ourages nouveaux et de qualité parmi lesquels on considérera, au premier chef, celui de Vésale.

13Médecin bruxellois, venu enseigner à Padoue, André Vésale [1514-1564] renouvela profondément l'anatomie en publiant à Venise, dès 1538, chez B. Vitali, ses Tabulae anatomicae, une série de gravures anatomiques particulièrement détaillées et innovatrices. Cinq années plus tard, en 1543, Vésale publia à Bâle sa De humani corporis fabrica, un ouvrage révolutionnaire par la précision de ses images qui influença toute l'Europe scientifique. En Espagne, le développement de l'anatomie coïncida approximativement avec la diffusion des travaux de Vésale. En 1535, le médecin humaniste Andrés Laguna publie à Paris son Anathomia Methodus, dans lequel il défend la pratique de l'anatomie. En 1550, à Valladolid, est réalisée l'une des premières dissections, au sein d'un cours d'Alfonso Rodríguez de Guevara. Des chaires d'anatomie sont créées en 1550 à l'université d'Alcalá de Henares, en 1551 à Salamanque, en 1565 à Barcelone et en 1597 à Saragosse. En 1560, la chaire "mixte" d'anatomie et botanique de l'université de Valence se scinde en deux et l'anatomie obtient une chaire spécifique.

14Sous l'impulsion d'André Vésale, le développement de l'anatomie s'accompagne d'un "boom" des images dans le corpus médical. En effet, une rapide étude statistique permet de constater une nette augmentation des images à partir de la mi-XVIe siècle. Le livre de Bernardino Montaña de Montserrate, comme cela a été précisé, ne contient que dix planches. En revanche, les planches prennent une importance essentielle dans les livres de Vésale et de Valverde de Amusco. Ce développement des images dans les traités anatomiques culmine chez le valencien Crisóstomo Martínez, dont l'Atlas anatómico est uniquement constitué d'images et de légendes.

  • 6 K. B. Roberts et J. D. W. Davidson, The Fabric of body, op. cit., p. 211.

15La révolution vésalienne se traduit aussi par une amélioration de la qualité des images, qui apparaît clairement, en Espagne chez Juan Valverde de Amusco. Né à Amusco, près de Palencia, vers 1525, Valverde fut disciple de Realdo Colombo (le succcesseur à Padoue de Vésale) puis arriva à Rome vers 1548 comme médecin du cardinal Juan Alvárez de Toledo. C'est à Rome que Valverde publie en 1556, chez Antonio Salamanca et Antonio Lafrerii, son Historia de la composición del cuerpo humano. Toutes les images (à l'exception de quinze gravures) sont directement copiées de Vésale. Le mérite du livre de Valverde n'est pas d'avoir renouvelé l'anatomie, mais d'avoir su répandre et vulgariser les innovations vésaliennes. Curieusement, le livre de Valverde fut davantage diffusé et imprimé que celui de Vésale : il connut de multiples réimpressions (quinze entre 1556 et 1647) et traductions (en latin, en italien et en flamand). Ce succès est dû à plusieurs raisons : le livre de Valverde a un format qui le rend plus maniable (29 cm X 19,5 cm contre les 43 cm X 28 cm chez Vésale), il est plus court (c'est un "résumé" de la Fabrica), plus simple et plus accessible que le texte de Vésale. Enfin, Valverde choisit d'écrire dans la langue vernaculaire, alors que la Fabrica fut rédigée en latin6.

  • 7 Luis S. Granjel, La medicina española del siglo XVII, Salamanca, Universidad de Salamanca 1978 p. (...)

16Vers la fin du XVIe siècle et pendant les deux premiers tiers du XVIIe, l'anatomie entra, en Espagne, dans une période de décadence. Sur le plan de l'enseignement universitaire, l'anatomie tomba peu à peu en désuétude et dans la plupart des universités on cessa de pratiquer des dissections. Cette situation fut particulièrement marquée dans les universités de la Couronne de Castille. En revanche, la Couronne d'Aragon sut conserver ou remettre à l'honneur la dissection et l'enseignement pratique de l'anatomie : les universités de Saragosse et de Barcelone se dotèrent en 1675 d'un amphithéâtre anatomique ; quant à l'université de Valence, l'enseignement et la pratique de l'anatomie n'y furent jamais abandonnés7.

17Un phénomène qui révèle bien la stagnation (voire la régression) de l'anatomie et, corrélativement, de l'iconographie médicale pendant cette période, est l'absence de publications nouvelles. A partir de 1559, date de la fameuse pragmática de Philippe II interdisant d'enseigner et d'étudier à l'étranger, il ne se publie en Espagne aucun ouvrage anatomique nouveau avant la fin du XVIIe et, entre 1559 et 1675, les imprimeurs se contentent de rééditer les traités déjà existants. Or, mis à part le livre de Valverde, ces ouvrages contiennent des images qui sont d'une mauvaise qualité scientifique et qui sont rares ou même inexistantes comme dans le Libro primero de Annathomia, d'Andrés de León (Baeza, Juan Bautista de Montoya, 1590).

  • 8 A titre d'exemple, on se reportera à Juan de Cabriada, qui dans sa Carta filosófica, médico-chymic (...)
  • 9 J. de Cabriada, dans sa Carta filosófica-médico-chymica (op. cit., p. 214), défend la liberté de p (...)

18Après cette période de décadence, l'anatomie fut remise à l'honneur par les novatores, ces médecins-philosophes qui renouvellent la médecine et préparent l'avènement de la science moderne dans l'Espagne de la fin du XVIIe siècle. Leur plaidoyer en faveur de l'anatomie, des expériences et des preuves sensibles (ce qui inclut les images) est le signe d'une attitude scientifique et philosophique nouvelle8, qui refuse désormais une vérité imposée par les autorités pour lui préférer l'observation personnelle et critique des réalités matérielles. Face à la tradition, au respect des auctoritates, au savoir théorique, les novatores revendiquent une science fondée sur l'expérience, sur l'observation de réalités tangibles, sur l'image9.

  • 10 Sur ce sujet, cf. notamment : José María López Piñero, El Atlas anatómico de Crisóstomo Martínez, (...)

19Ces déclarations en faveur de l'anatomie, de l'image, des témoignages concrets et visibles, ne restent pas lettre morte, puisque plusiers novatores pratiquent l'anatomie et publient des traités anatomiques où l'image occupe une place essentielle. Crisóstomo Martínez prépara un Atlas anatómico (1685) composé d'une série de gravures anatomiques extrêmement fines et précises, de grande valeur scientifique (pour leur réalisation, Martínez employa pour la première fois le microscope). Un autre novator, le barcelonais Juan d'Alós, ami de Juanini, mit en pratique la défense de l'anatomie et des images dans son traité De corde hominis disquisitio physiologico-anatomica (1694), où la description anatomique du cœur est accompagnée d'images nouvelles et nombreuses10.

Théâtralisation et souci esthétique

  • 11 Κ. Β. Roberts et J. D. W. Davidson, The Fabric of body, op. cit., p. 256.

20Dans la plupart des traités anatomiques de la fin du XVe au XVIIe siècle, les images se caractérisent par un certain nombre de constantes. La première d'entre elles est sans doute le caractère dramatique et la qualité esthétique des représentations. Avant Vésale, les squelettes et écorchés des gravures anatomiques étaient le plus souvent représentés figés, immobiles dans la mort. Or dans un souci ornemental, Vésale fait exécuter des représentations dynamiques. Ses squelettes et ses écorchés sont dotés de mouvement : ils lèvent les yeux au ciel en tenant une bêche (livre I, planche 8), ils tournent le dos au spectateur et semblent pleurer (livre I, planche 20) ou s'appuient sur un sarcophage (fig. 1). Vésale ne se limite pas à une description scientifique de l'anatomie osseuse et musculaire : il introduit aussi une mise en scène divertissante et amène. Ces procédés feront école et à partir de Vésale, les traités d'anatomie du XVIe et du XVIIe représentent les écorchés ou les squelettes dans des attitudes dynamiques11. En Espagne, le même souci d'animation et de théâtralisation apparaît chez les imitateurs espagnols de Vésale, Bernardino Montaña de Montserrate et Juan Valverde de Amusco.

  • 12 B. Montaña de Montserrate, Libro de la Anothomía del hombre, op. cit., fol. 129 v-130 r : pour le (...)

21Dans un souci esthétique similaire, Bernardino Montaña de Montserrate laisse à ses écorchés (qui gardent ainsi un visage humain) la peau du cou et du visage12. Dans la même perspective ornementale, Vésale et Valverde accompagnent leurs gravures anatomiques de paysages stylisés et de détails décoratifs. Vésale pousse le souci ornemental jusqu'à varier les paysages (par exemple, les planches 1, 2, 3, 9 du livre II de la Fabrica, qui représentent toutes des écorchés, figurent en arrière-plan quatre paysages variés : un village, une forêt et un fleuve, des mines, une ville). Ce souci esthétique persiste jusque chez Crisóstomo Martinez, dont les gravures sur l'anatomie osseusse représentent des squelettes déambulant dans un paysage stylisé ou une architecture "à l'antique". Ces paysages ne sont nullement nécessaires d'un point de vue strictement médical : leur rôle est décoratif. Ces gravures témoignent ainsi d'une volonté de mêler l'utile à l'agréable, l'ornement esthétique au propos scientifique : la médecine du XVIe et du XVIIe siècle obéit au principe de l'"enseñar deleitando"

L'homme-machine et la vanitas

22Les gravures anatomiques, qui connaissent un développement privilégié à la Renaissance, révèlent la fascination de cette époque pour deux thèmes qui lui sont chers : celui de l'homme-machine (développé notamment dans la Antoniana Margarita de Gómez Pereira) et celui de l'automate (on sait par exemple que François Ier fit construire un lion-automate qui marchait jusqu'à lui, ouvrait sa poitrine et lui offrait un bouquet de lys). Dans toutes la plupart des gravures anatomiques, et notamment chez Vésale et Valverde, l'homme apparaît comme un mécanisme merveilleusement précis. Mais ces images posent aussi le problème de l'âme. L'anatomie et la gravure anatomique dissèquent le corps, elles montrent ses mécanismes, mais elles ne peuvent expliquer la vie et l'âme : elles fournissent une description du corps, mais non une explication de la vie.

  • 13 K. B. Roberts et J. D. W. Davidson, The Fabric of body, op. cit., p. 32.

23L'envahissement de l'image médicale par les thèmes de la vanitas et du memento mori est une des caractéristiques de la littérature médicale de l'époque. Comme le signalent Κ. B. Roberts et J. D. W. Davidson, il existe une similitude parfois frappante entre les gravures anatomiques et les "danses de la mort", si communes pendant le Moyen Age tardif13. Cette parenté apparaît clairement dans la première gravure du livre I du De anatome de Guido Guidi (1626) (fig. 3), qui représente un squelette armé d'une faux, transparente allégorie de la mort. Le frontispice du De humanis corporis fabrica de Vésale, dans son édition de Bâle de 1543, semble affirmer le triomphe de la mort en représentant une dissection présidée par un squelette. De même, les frontispices des différentes éditions du livre de Valverde de Amusco se caractérisent par une profusion de squelettes et d'os qui rappelle au lecteur sa propre mortalité.

24L'image médicale proclame la vanitas et le caractère ephémère de son objet, la vie humaine. La planche 19 du livre I de Vésale et la planche 2 du livre I de Valverde (fig. 1 et 2) montrent un squelette qui se trouve appuyé sur un sarcophage, qui tient un crâne et semble méditer sur la condition mortelle de l'homme. La planche 2 du livre III du De corporis humani structura de Felix Platter (1583) (fig. 4) représente un squelette de femme tenant un sablier. La planche 11 de l'Anatomia capitis humani (Marburg, 1536) de Dryander (fig. 5) représente une tête de mort reposant sur un sablier et une dalle portant l'inscription "inevitabile fatum". Enfin, la représentation du jugement dernier, accompagnée de la devise ("Surgi mortui, venite ad iudicium") orne le frontispice du Libro del regimiento de la salud y de la esterilidad de Luis Lobera de Avila (1551). Les images médicales prennent ainsi la tonalité d'un sermon moral : elles cherchent non seulement à divulguer les connaissances anatomiques mais aussi à rappeler au lecteur qu'il n'est qu'un simple mortel, qu'il est dans l'attente du Jugement dernier et qu'il doit se tourner vers Dieu.

La représentation de la femme

  • 14 Ibid., p. 17 et ss.

25Une représentation récurrente dans les traités médicaux, de la fin du Moyen Age au XVIIe siècle, est celle de la gravida (la femme enceinte). Les textes médicaux du Moyen Age et du XVe siècle, comme le Compendio de la humana salud de Johannes de Ketham, imprimé à Burgos, chez Juan de Burgos, en 1495 (fig. 6), représentent la gravida comme une femme-grenouille, au ventre énorme, aux jambes repliées et le fœtus comme un adulte en miniature14. En revanche, au cours du XVIe siècle, la représentation de la gravida se perfectionne considérablement. Juan Valverde de Amusco consacre à ce sujet cinq planches de son Historia de la composición del cuerpo humano (Roma, Antonio Salamanca y Antonio Lafrerii, 1556, planches 30 à 34) dans lesquelles les progrès sont manifestes : la gravida n'apparaît plus comme un femme-grenouille, les proportions sont justes (il n'y a plus de ventre énorme, ni d'utérus minuscule) et les planches représentent avec fidélité et réalisme le fœtus et le placenta.

26La représentation de la gravida montre bien que les médecins voient (et montrent) dans la femme avant tout une mère. De la même manière que les textes médicaux ne s'intéressent à la femme qu'en tant que facteur de procréation, évoquant uniquement la grossesse, l'accouchement et proposant des remèdes pour lutter contre la stérilité, la femme n'est pratiquement représentée, dans la gravure médicale, que sous la forme de la gravida.

  • 15 B. Montaña de Montserrate, Libro de la Anothomía del hombre, op. cit., fol. 133 v.

27La femme apparaît aussi dans l'iconographie médicale comme un homme inversé. La cinquième planche du Compendio de la humana salud de Joannes de Ketham imprimé à Burgos chez Juan de Burgos en 1495, qui figure un homme entouré de la liste des principales maladies affectant chacune de ses parties (fig. 7), représente le sexe féminin comme un pénis inversé, un pénis intérieur. Une des planches du Libro de la Anothomía del hombre de Bernardino Montaña de Montserrate (Valladolid, Sebastián Martínez, 1551) représentant les organes abdominaux, figure la "madre" comme un pénis rentré, un sexe masculin en creux15. Enfin, Juan Valverde de Amusco consacre cinq planches de son Historia de la composición del cuerpo humano (Rome, Antonio Salamanca y Antonio Lafrerii, 1556, planches 25 à 29) à l'anatomie féminine (fig. 8), dans lesquelles la conception de la femme comme un homme inversé, doté d'un pénis "en creux" apparaît très clairement. La glose qui accompagne ces planches décrit l'anatomie féminine avec des termes empruntés à l'anatomie masculine : la glose de la planche 27 évoque "el compañón yzquierdo" (l'ovaire gauche), "el compañón derecho" (l'ovaire droit), et "el conduto que lleva la semiente del compañón a la madre" ; la glose de la planche 28 évoque "la madre y los compañones délla" et "el compañón yzquierdo".

La moralisation du discours médical

28De la fin du XVe au XVIIe, le discours médical (texte et image) apparaît comme un discours moralisé, placé sous le signe de la religion, où se produisent de multiples interférences entre le médical et le sacré.

29La dimension morale du discours médical et sa soumission à la religion s'affirment de manière privilégiée dans les images du paratexte. En effet, les frontispices et les "colofones" des traités médicaux contiennent souvent des images de la Vierge, de la Croix, des Saints qui inscrivent le texte qui suit (pour les frontispices) ou qui précède (pour les colofones) sous le signe du sacré. La page de garde du Libro de la Anothomía del hombre de Bernardino Montaña de Montserrate (Valladolid, Sebastián Martínez, 1551) représente un écu portant la devise "Ave María, buena guía", tandis que le colofón du même ouvrage dédie le livre "A la gloria de Dios nuestro señor y de la bienaventurada gloriosíssima y siempre virgen María, Señora y abogada nuestra con todos los sanctos". Le frontispice du Libro del arte de las comadres o madrinas y del regimiento de las preñadas y paridas y de los niños de Damián Carbón imprimé à Majorque chez Hernando de Cansoles en 1541 (fig. 9), livre consacré à l'accouchement, au rôle de la sage-femme et aux maladies des jeunes enfants, représente la Vierge (enceinte et sans doute sur le point d'accoucher) accompagnée de sainte Anne. Dans le même ouvrage, la première page du livre I (fig. 10) contient une miniature représentant un accouchement que Dieu bénit et le livre II, intitulé "De la dificultad de la empreñación", s'ouvre sur une image de l'Annonciation (fig. 10).

30Toutes ces images placent la grossesse et l'accouchement dans une perspective religieuse : la procréation est un événement naturel, mais également une fonction sacrée, qui rapproche la femme de la Vierge Marie. Le texte qui accompagne l'image mêle aussi les plans du sacré et du médical : Damián Carbon ouvre son traité en rappelant qu'après l'expulsion du Paradis, Eve fut condamnée à accoucher dans la douleur et que c'est depuis cette époque que les sages-femmes sont nécessaires.

31La page de garde du Libro del regimiento de la salud y de la esterilidad de los hombres y mugeres y de las enfermedades de los niños de Luis Lobera de Avila (1551), médecin de Charles Quint, mêle aussi la médecine et le sacré : elle représente le Jugement dernier accompagné de la devise "SURGI TE MORTUI, VENITE AD IUDICIU [M]", une allégorie de la Charitas (vertu chrétienne par excellence et, dans la culture de l'époque, vertu essentielle au médecin dans l'exercice de sa profession) et une croix à deux traverses, dite croix de Lorraine.

32Les interférences entre le plan médical et le plan religieux sont particulièrement marquées dans les traités sur les épidémies. Par exemple, le frontispice du Regimiento contra la peste de Fernando Alvarez (fig. 11), médecin d'Isabelle la Catholique représente le Christ Crucifié et Saint Jacques, accompagné de l'inscription : "Parce, d [omi] ne parce populo tuo" ("épargne, épargne seigneur ton peuple"). Le frontispice d'un incunable catalan, l'anonyme Compendi utilissim contra pestilencia tret de la font de medicina (s. l., s. i., s. d.) représente un Christ Crucifié accompagné de l'inscription : "Averie domine iram tuam a populo tuo" ("Ecarte, Seigneur, ta colère de ton peuple") (fig. 12). Au XVIIe siècle, l'inscription du discours sur les épidémies sous le signe de la religion par l'entremise des images liminaires ou des devises demeure fréquente. Ainsi, le traité sur la fièvre typhoïde de Juan de Soto, médecin et professeur à l'université de Grenade, intitulé Libro del conocimiento, curación y preservación de la enfermedad de garrotillo (Grenade, Juan Muñoz, 1616) représente sur son frontispice, un crucifix et l'inscription "Maria concebida sin pecado original [...] siempre vence [..] en todo vale" (fig. 13). Le livre est d'ailleurs dédié à Juan Zapata Osorio, évêque de Zamora. Dans tous ces textes, la maladie est interprétée dans une perspective sacrée et l'épidémie apparaît comme un châtiment divin.

33La moralisation du discours médical, l'affirmation de sa subordination à la religion s'accentuent dans les ouvrages destinés au grand public. Le frontispice du Tractado brebe de medicina y de todas las enfermedades (México, Pedro Ocharte, 1592) d'Agustín Farfán, médecin et moine augustin, représente l'auteur dans son habit d'augustin : à une époque où les pratiques thérapeutiques étaient souvent associées à la figure du sorcier ou du guérisseur, le texte veut, de cette manière, garantir une médecine respectueuse des préceptes sacrés. Dans une perspective similaire, le frontispice de l'édition de 1616 de la Medicina española contenida en proverbios vulgares de nuestra lengua de Juan Sorapán de Rieros allie étroitement médecine et religion : il présente l'auteur comme "médico" et "familiar del santo oficio de la Inquisición de Llerena y Granada", il précise aussi que le livre est destiné, entre autres, aux théologiens ("para philosophos, y médicos, para theólogos y juristas para el buen regimiento de la salud y más larga vida"). Enfin, il contient plusieurs images pieuses (la Vierge, la Croix, le Saint Sacrement) ainsi qu'une devise exhortant à la vertu ("in virtute solis et pannis").

34D'autres frontispices encore (fig. 15) ancrent le discours médical dans une perspective morale et religieuse. Le frontispice du Discurso, orden y regimiento para conservar la salud y retardar la vejez du médecin grenadin Pedro de Parraga (Grenade, Martín Fernández, 1612) représente la Cène accompagnée de la devise "obrii stote" ("soyez tempérants", "restez sobres"). Le frontispice du Tratado breve y parecer acerca del methodo de curar con sangrías de Juan Lorenzo Estelrique (Jerez de la Frontera, Diego Pérez Estupiñán, 1654) représente la Vierge du Rosaire, dédicataire du livre. Le frontispice du Discurso médico y phisico, agradable a los médicos ancianos y despertador de los modernos, contra el medicamento Caphè [sic], d'Isidro Fernández Matienzo, imprimé à Madrid chez Melchor Alvarez en 1693, représente saint Antoine.

35A travers ces images, les médecins se présentent à la fois comme des médecins du corps et des médecins de l'âme. Comme le fait apparaître le titre, fort éloquent, d'un ouvrage du docteur Carlos Antonio Puertas, Govierno moral y médico para conservar la salud y buenas costumbres (Pampelune, Martín Gregorio de Zabala, 1694), la médecine a une double finalité, la santé et la vertu. Il est significatif, d'ailleurs que plusieurs textes médicaux fassent intervenir la figure du prêtre : les Diálogos de philosophía natural y moral (Grenade, Hugo Mena, 1572) du médecin grenadin Pedro Mercado font dialoguer un médecin et un prêtre. De même, Tomás Murillo y Velarde, à l'orée de son Aprobación de ingenios (Zaragoza, Diego Dormer, 1672) se dit médecin et prêtre. Dans ces deux cas, le discours émane d'une double autorité, médicale et spirituelle et il prétend fournir des préceptes garantissant la santé du corps autant que le salut de l'âme.

  • 16 Jerónimo Cortés, Phisonomia y varios secretos de naturaleza, Barcelona, Sebastián de Cormellas, 16 (...)
  • 17 Tomás Murillo y Velarde, Aprobación de ingenios, Saragosse, Diego Dormer, 1672, fol. 28v-29r.

36De manière générale, le discours médical proclame un conception moralisée de la maladie. En effet, pour de nombreux penseurs du XVIe et du XVIIe siècle, mal physique et mal moral, maladie et péché sont solidaires. Le malade est souffrant parce qu'il l'a mérité, qu'il a mal agi, qu'il a péché. Ainsi, pour Jerónimo Cortés, le corps jouit d'une bonne ou mauvaise complexion selon que l'âme est vertueuse ou pécheresse ("y aun la bondad y malicia del alma muchas veces sigue la buena o mala complisión del cuerpo"16) et pour Murillo, la maladie du corps est la conséquence des péchés de l'âme : "esté advertido, y tenga consideración el médico, si acaso la enfermedad que se padece es causada, y le vino al enfermo por sus pecados : Porque es de Fe Católica, que por nuestros pecados enfermamos muchas vezes, como lo dan a entender los sagrados Cánones en el Texto"17.

  • 18 Cristóbal de Vega (De arte medendi, dans Opera, Lugduni, apud Guglielmum Rovillium, 1576, p. 33) a (...)

37Les différents péchés engendrent autant de graves maladies. La gourmandise et l'appétit déréglé entraînent des maladies diverses. La paresse fait stagner les humeurs, qui pourrissent et fermentent. La colère échauffe les humeurs, engendrant la pernicieuse melancholia adusta. Les plaisirs de la chair sont tout aussi dangereux : le coït, dans la littérature médicale du XVe au XVIIe siècle, se trouve accusé de divers maux (il est censé épuiser les forces vitales et provoquer un vieillissement prématuré18), et la syphilis -le nouveau mal du XVIe siècle- apparaît comme le juste châtiment de la luxure.

  • 19 Diccionario de las Autoridades, Ed. facs., Madrid, Gredos, 1984, s. v. "salud".

38Dans la vision du monde de ces médecins, le corps est solidaire de l'esprit : mal physique et péché ne font qu'un et le discours médical -texte et image- glisse vers la leçon morale. D'ailleurs, "salud", dans la langue du Siècle d'Or, signifie non seulement "la sanidad y entereza del cuerpo libre de achaques "mais aussi" el estado de la gracia y justificación, que es la vida del alma"19.

39Le discours médical (texte et image) de la fin du XVe au XVIIe siècle dépasse sa fonction purement informative : il cherche aussi à convaincre, à émouvoir, à séduire. L'image, dans un évident souci esthétique, cherche à plaire, elle exhorte l'homme à considérer sa propre condition mortelle et elle le convainc de se tourner vers Dieu. Enfin, comme le discours littéraire qui lui est contemporain, le discours médical (texte et image) se base essentiellement sur l'imitado et l'intertextualité.

40Au sein du discours médical (texte ou image), s'interpénétrent la description scientifique et le jugement moral, le naturel et le surnaturel. Le discours médical n'a pas au Siècle d'Or l'autonomie dont il jouit dans l'actuualité et il se trouve étroitement conditionné par l'idéologie politique, la religion, la morale. Science, morale et religion, santé du corps et salut de l'âme s'imbriquent et s'entremêlent, ce qui fait du discours médical de l'Espagne de l'Ancien Régime un formidable révélateur des mentalités.

1. André Vésale, De humani corporis fabrica, Bâle, J. Oporinus, 1543, Livre I, planche 19

2. Juan Valverde de Amusco, Historia de la composición del cuerpo humano, Rome, A. Salamanca et A. Lafrerii, 1556 ; Mivre 1, planche 2

3. Squelette tenant une faux. Guido Guidi, De anatome (1626), Livre I, planche I (25 cm x 15,4 cm)

4. Squelette tenant un sablier. Felix Platter, De corpus humani structura, 1583, Livre II, planche 2 (27,3 cm x 19 cm)

5. Tête de mort reposant sur un sablier. Johann Eichmann (dit Johannes) Dryander, Anatomiae hoc est corporis humanis dissectionis, Marburg, Ε. Cervicornus, 1537, planche 9, fol. gi (xylographie, 13,3 cm x 12 cm)

6. Gravida. Johannes de Ketham, Compendio de la salud humana, Burgos, Juan de Burgos, 1495

7. Les maladies affectant les différentes parties du corps humain. Johannes de Ketham, Compendio de la salud humana, Burgos, Juan de Burgos, 1495, planche 5

8. Juan Valverde de Amusco, Historia de la composición del cuerpo humano, Rome, A. Salamanca et A. Lafrerii, 1556 ; Livre III, planche 5, fig. 24 à 29

9. Damián Carbon, Libro del arte de las comadres o madrinas y del regimiento de las preñadas y paridas y de los niños, Majorque, Hernando de Cansoles, 1541, frontispice

10. Damián Carbón, Libro del arte de las comadres o madrinas y del regimiento de las preñadas y paridas y de los niños, Majorque, H. de Cansoles, 1541, première page du livre I et frontispice du livre II

11. Femando Alvarez, Regimiento contra la peste por el insigne doctor Fernando Alvarez, medico de sus altezas, cathedrático de prima en esta Universidad de Salamanca, s. l., s. i., s. d. (Bibliothèque Nationale de France : Rés Te30 16), frontispice

12. Anonyme, Compendi utilissim contre pestilencia tret de la font de medicina (s. d., s. 1., s. i.), frontispice

13. Juan de Soto, Libro del conocimiento, curación y preservación de la enfermedad de garrotillo, Grenade, Juan Muñoz, 1616, frontispice

14. Juan Sorapán de Rieros, Medicina española contenida en proverbios vulgares de nuestra lengua, Grenade, Martín Fernández Zambrano, 1616, frontispice

Notes

1 Carlo M. Cipolla, Miasmi e umori. Ecología e condizioni sanitarie in Toscana nel Seicento, Bologne II Mulino, 1989, p. 15.

2 K. B. Roberts et J. D. W. Davidson, The Fabric of body. European traditions of anatomical illutration, Oxford, Clarendon Press, 1992, p. 46.

3 Fielding H. Garrison, The principles of anatomic illustration before Vesalius: an inquiry into the rationale of artistic anatomy, New York, Hoeber, 1926; Robert Herrlinger, History of medical illustration from Antiquity to 1600, Londres, 1970.

4 Bernardino Montaña de Montserrate, Libro de la Anothomía del hombre, Valladolid, Sebastián Martínez, 1551, fol. 129 v-135 ν. Il existe une édition facsimilé : Madrid, Instituto Bibliográfico Hispánico, 1973.

5 Sur ce sujet, on consultera par exemple : H. E. Sigerist, "The foundation of human anatomy in the Renaissance", dans On the history of medicine, études réunies par F. Martí Ibáñez, New York, M. D. Pubications, 1960 ; C. Singer, "A study in early Renaissance anatomy", dans Studies in the history and method of science, études réunies par C. Siner, Londres, Dawson, 1955 et, pour l'Espagne : Luis S. Granjel, La medicina española renacentista, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1980.

6 K. B. Roberts et J. D. W. Davidson, The Fabric of body, op. cit., p. 211.

7 Luis S. Granjel, La medicina española del siglo XVII, Salamanca, Universidad de Salamanca 1978 p. 129.

8 A titre d'exemple, on se reportera à Juan de Cabriada, qui dans sa Carta filosófica, médico-chymica (éditée par José María López Pinero dans "La Carta filosofica-medico-chymica (1687) de Juan de Cabriada, punto de partida de la medicina moderna en España", Asclepio, XVII, 1965, p. 208) insiste sur l'importance des "observaciones y experimentos [...] anatomicos", et à Juan Bautista Juanini, qui dans sa Nueva idea physica natural (Saragosse, Héritiers de Domingo de la Puyada, 1685, p. 13) plaide en faveur de la généralisation des "operaciones y dissecciones Anothomicas".

9 J. de Cabriada, dans sa Carta filosófica-médico-chymica (op. cit., p. 214), défend la liberté de pensée et critique le respect aveugle des autorités : "Sólo mi deseo es que se adelante el conocimiento de la verdad, que sacudamos el yugo de la servidumbre antigua para poder con libertad elegir lo mejor". Dans son aprobación (sans pagination) de la Nueva idea physica natural de J. B. Juanini, Fray Iribarren déclare qu'il faut fonder le savoir scientique sur des "demonstraciones sensibles".

10 Sur ce sujet, cf. notamment : José María López Piñero, El Atlas anatómico de Crisóstomo Martínez, grabador y microscopista del siglo XVII, Valencia, Ayuntamiento de Valencia (Publicaciones del Archivo de Valencia), 1964 et du même auteur, "La obra cardiológica de Joan d'Alós", Medicina Española, XLIX, 1963, pp. 409-423.

11 Κ. Β. Roberts et J. D. W. Davidson, The Fabric of body, op. cit., p. 256.

12 B. Montaña de Montserrate, Libro de la Anothomía del hombre, op. cit., fol. 129 v-130 r : pour le premier écorché, il est expliqué que "se presupone que está el cuerpo desollado del cuero verdadero y del cuero carnoso, excepto en el cuello y en algunas partes del rostro y de la frente" ; pour le deuxième, l'auteur précise aussi que "entiéndese que está el cuerpo desollado como el primero en todas sus partes, excepto el cuello y la frente y algunas partes del rostro".

13 K. B. Roberts et J. D. W. Davidson, The Fabric of body, op. cit., p. 32.

14 Ibid., p. 17 et ss.

15 B. Montaña de Montserrate, Libro de la Anothomía del hombre, op. cit., fol. 133 v.

16 Jerónimo Cortés, Phisonomia y varios secretos de naturaleza, Barcelona, Sebastián de Cormellas, 1645, "Prólogo al lector", sans pagination.

17 Tomás Murillo y Velarde, Aprobación de ingenios, Saragosse, Diego Dormer, 1672, fol. 28v-29r.

18 Cristóbal de Vega (De arte medendi, dans Opera, Lugduni, apud Guglielmum Rovillium, 1576, p. 33) affirme que les hommes s'adonnant trop souvent au coït s'affaiblissent dangereusement ("imbecilles redduntur"). Pour Luis Lobera de Avila (Vergel de sanidad, Alcalá, Juan de Brocar, 1542, fol. 17 r), le coït fréquent "haze en breve los hombres viejos".

19 Diccionario de las Autoridades, Ed. facs., Madrid, Gredos, 1984, s. v. "salud".

Table des illustrations

Légende 1. André Vésale, De humani corporis fabrica, Bâle, J. Oporinus, 1543, Livre I, planche 19
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende 2. Juan Valverde de Amusco, Historia de la composición del cuerpo humano, Rome, A. Salamanca et A. Lafrerii, 1556 ; Mivre 1, planche 2
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 3. Squelette tenant une faux. Guido Guidi, De anatome (1626), Livre I, planche I (25 cm x 15,4 cm)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende 4. Squelette tenant un sablier. Felix Platter, De corpus humani structura, 1583, Livre II, planche 2 (27,3 cm x 19 cm)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende 5. Tête de mort reposant sur un sablier. Johann Eichmann (dit Johannes) Dryander, Anatomiae hoc est corporis humanis dissectionis, Marburg, Ε. Cervicornus, 1537, planche 9, fol. gi (xylographie, 13,3 cm x 12 cm)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende 6. Gravida. Johannes de Ketham, Compendio de la salud humana, Burgos, Juan de Burgos, 1495
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende 7. Les maladies affectant les différentes parties du corps humain. Johannes de Ketham, Compendio de la salud humana, Burgos, Juan de Burgos, 1495, planche 5
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende 8. Juan Valverde de Amusco, Historia de la composición del cuerpo humano, Rome, A. Salamanca et A. Lafrerii, 1556 ; Livre III, planche 5, fig. 24 à 29
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 9. Damián Carbon, Libro del arte de las comadres o madrinas y del regimiento de las preñadas y paridas y de los niños, Majorque, Hernando de Cansoles, 1541, frontispice
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende 10. Damián Carbón, Libro del arte de las comadres o madrinas y del regimiento de las preñadas y paridas y de los niños, Majorque, H. de Cansoles, 1541, première page du livre I et frontispice du livre II
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende 11. Femando Alvarez, Regimiento contra la peste por el insigne doctor Fernando Alvarez, medico de sus altezas, cathedrático de prima en esta Universidad de Salamanca, s. l., s. i., s. d. (Bibliothèque Nationale de France : Rés Te30 16), frontispice
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 12. Anonyme, Compendi utilissim contre pestilencia tret de la font de medicina (s. d., s. 1., s. i.), frontispice
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 13. Juan de Soto, Libro del conocimiento, curación y preservación de la enfermedad de garrotillo, Grenade, Juan Muñoz, 1616, frontispice
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende 14. Juan Sorapán de Rieros, Medicina española contenida en proverbios vulgares de nuestra lengua, Grenade, Martín Fernández Zambrano, 1616, frontispice
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende 15.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5680/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

Auteur

Université de Bourgogne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable