Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

II. Du manuscrit au livre. Symboliques et emblématiques

Une symbolique du pouvoir royal : les miniatures du Códice Rico des Cantigas de Santa María d'Alphonse X

Ghislaine Fournès

Texte intégral

  • 1 Pour le texte des cantigas, cf. Alfonso X el Sabio, Cantigas de Santa Maria, Ed. de Walter Mettman (...)
  • 2 Cf. J. Guerrero Lovillo, Las miniaturas de las Cantigas (Estudio técnico, artístico y arqueológico (...)
  • 3 Ghislaine Fournès, "Alphonse X auteur et acteur des Cantigas de Santa Maria", Cahiers de linguisti (...)
  • 4 La fonction des images a été étudiée par F. Gamier dans Le langage de l'image au Moyen Age. Signif (...)

1Le manuscrit T. I. 1 des Cantigas de Santa Maria d'Alphonse X, plus connu sous le nom de Códice Rico, comprend cent quatre-vingt treize compositions poétiques, soit à peu près la moitié de la totalité des cantigas écrites par le Roi Sage, et 1264 miniatures1. Ce recueil, qui a été élaboré dans les ateliers royaux, sans doute dans les années 1260, est considéré à la fois comme un chef-d'oeuvre de l'enluminure médiévale et comme l'expression achevée de la dévotion à la Vierge2. Une lecture attentive du texte révèle néanmoins une insistance dans la fonction du je poétique. Alphonse X se déclare dès les premiers vers "troubadour de la Vierge" : il est l'auteur et parfois l'acteur des miracles qui sont relatés, ce qui confère à l'ensemble des Cantigas de Santa Maria une portée politique indéniable3. Une question s'impose donc pour qui s'intéresse à la fonction des images au Moyen Age4 : Alphonse X est-il également présent dans les miniatures et si oui, quelle place lui est-elle dévolue ou, plus exactement, s'est-il accordé ?

Une volonté de se mettre en scène

2Les miniatures du Códice Rico se présentent par planches de six vignettes, à l'exception des deux enluminures correspondant aux deux prologues. A chaque cantiga correspond généralement une planche et l'on peut penser qu'il y a adéquation entre le texte poétique et son illustration. Mais une analyse un peu poussée permet de mettre en évidence que ce n'est pas toujours le cas. Les Cantigas se divisent en effet en deux groupes bien distincts, les cantigas dites narratives et les cantigas lyriques, plus souvent appelées de loor.

3Dans les cantigas narratives, le roi parle à la première personne ; le plus souvent, il se donne comme témoin du miracle ou encore comme narrateur : l'on trouve alors réitérées des formules où le je du poète Roi s'affirme comme "os diré" ou "he oi dezir". Parfois, il intervient directement dans la narration et se donne comme fonction, soit de reconnaître le miracle comme dans la cantiga XVIII ou dans la cantiga XCVII, soit de jouer un rôle décisif dans la résolution de la crise qui affecte le protagoniste du miracle. Les miniatures de ces cantigas narratives sont conformes à l'idée d'illustration d'un texte : le roi apparaît conformément aux différentes épisodes de la cantiga ; il reçoit des conseillers au palais, revêtu de l'habit royal et arborant les symboles de son autorité ou, plus simplement, il est à cheval, en habit de chasse, entouré des nobles de sa cour.

  • 5 CSM, t. 1, pp. 157-158.
  • 6 CSM, t. 1, p. 235.
  • 7 CSM, t. l, p. 84.

4Mais si, pour ces premières cantigas, il y a bien une correspondance étroite entre le texte et les miniatures -le dessin colle aux différentes péripéties qui sont narrées-, pour le deuxième groupe de cantigas de loor, les miniatures acquièrent en revanche une liberté, une autonomie, pourrait-on dire, par rapport au texte. Le contenu des cantigas de loor reprend en un hymne de louanges les attributs de la Vierge, les différents épisodes de sa vie ainsi que le rôle qu'elle joue auprès des hommes -elle est gloriosa Reina Maria, Lume dos santos e dos Ceos Via dans la cantiga XL5 ou encore elle est appelée abogada dans la cantiga LXX6 ; médiatrice entre le monde céleste et le monde terrestre, la Vierge est célébrée sur le mode courtois comme dans la cantiga X7, connue pour son refrain : Rosas das rosas e Fror das jrores/Dona das donas, Sennor das sennores. Or, c'est précisément dans les miniatures accompagnant ces cantigas que l'image d'Alphonse X apparaît avec une insistance tout à fait remarquable : la représentation du monarque est non seulement réitérée, mais également traitée avec une emphase particulière.

5L'on perçoit donc de la part d'Alphonse X une volonté de se mettre en scène et d'occuper de multiples façons l'espace pictural, surtout lorsque l'espace textuel lui est refusé. Il y a entre l'espace textuel et l'espace pictural à la fois complémentarité et équilibre, ce qui permet au je d'Alphonse X de prendre toute sa mesure dans l'ensemble du recueil.

  • 8 Cet envahissement pictural par l'image d'Alphonse X n'est pas un fait isolé. Ce phénomène se répèt (...)

6Quelques chiffres permettent de se faire une idée plus précise de l'importance accordée à la représentation de la personne royale dans les miniatures du Códice Rico : nous avons répertorié 59 apparitions d'Alphonse X dans les miniatures de 23 cantigas. De ces 23 cantigas, 15 sont des cantigas de loor (les cantigas de loor occupent une place bien déterminée puisqu'on les retrouve à chaque dizaine). Pratiquement toutes les planches de miniatures des cantigas de loor sont concernées par cet envahissement de l'espace pictural par Alphonse X8, puisque deux d'entre elles (la XL et la CL) n'ont pas de miniatures. Le nombre de représentations du monarque pour une cantiga de loor est également révélateur puisque l'on compte le plus souvent de 3 à 5 représentations pour une planche de six vignettes ; à titre d'exemple, citons la planche correspondant à la cantiga CLXXXX, la dernière de loor, qui offre 5 images d'Alphonse X.

7Celui-ci n'est pas le seul personnage royal du Códice ; certains membres de la famille du Roi Sage apparaissent de façon épisodique avec pour fonction, semble-t-il, de renforcer la portée symbolique du message véhiculé par les miniatures. Il s'agit de la reine Beatriz, mère d'Alphonse X, qui lui a transmis ses droits à la succession à la couronne impériale ; elle est accompagnée de l'infante Berenguela qui deviendra abbesse du monastère de las Huelgas près de Burgos. Le deuxième membre de la famille d'Alphonse X qui apparaît est le roi Jaime 1er d'Aragon. Beaupère du monarque, il eut un rôle décisif au moment du soulèvement des musulmans du royaume de Murcie -c'est précisément ces faits-là que relate la cantiga- et entretint, malgré les divergences politiques, d'excellentes relations avec son gendre. Deux images hautement positives qui disent à la fois la noblesse du lignage et les vertus propres à la royauté. Cette affirmation de la royauté est en outre renforcée par la fréquence d'apparition de motifs héraldiques : le lion emblème du royaume du Léon, le château emblème de la Castille et l'aigle de la maison de Suabe ornent l'ourlet qui entoure chaque vignette. L'on compte de douze à vingt-sept emblèmes par planche avec une prédominance du couple lion/château. L'image de la royauté est bien là, omniprésente et forte. Une fois cela établi, il faut dans un second temps analyser les différentes modalités permettant au message d'être efficace.

8La première de ces modalités concerne l'aspect physique et les attributs du Roi Sage. Sans aller jusqu'à dire qu'il s'agit d'un véritable portrait, l'on ne peut que remarquer la ressemblance qui existe entre les 59 représentations d'Alphonse X. Ce souci de restituer le plus fidèlement possible un personnage doit être mis en relation avec l'esthétique gothique, qui cherche à imiter la nature dans sa variété et diversité. Image facilement identifiable, se détachant grâce à la répétition des autres figures non individualisées, elle s'instaure comme un fil conducteur signifiant tout au long des miniatures : le roi est un homme jeune, les traits sont réguliers, harmonieux pourrait-on dire, il ne porte pas de barbe et son regard à la fois direct et impérieux se dirige vers le lecteur. Son autorité naturelle est soulignée par les attributs royaux : longue tunique brodée, manteau doublé orné des emblèmes du Léon et de la Castille, couronne. Les couleurs renforcent cette impression : le rouge, le bleu et surtout l'or le parent et mettent en évidence la préséance du personnage. Seuls les habitants du monde céleste -les saints, les anges et la Vierge- bénéficient d'un tel luxe de détails et d'ornements dans leur costume ; ceci nous conduit à établir une première correspondance entre la représentation d'Alphonse X et la représentation de la Vierge : habillés de la même manière, ils sont les deux seuls personnages à porter une couronne, chacun incarnant une sorte de royauté.

  • 9 Cf. à ce propos dans l'ouvrage de F. Garnier, Le langage de l'image au Moyen Age. Il Grammaire des (...)

9Nul donc ne peut se tromper sur l'importance de ce personnage couronné ; l'attention se porte alors sur ses gestes ainsi que sur sa position dans l'espace pictural, tout cela constituant la deuxième modalité. Le plus souvent, la vignette est divisée en trois parties à peu près égales, bien distinctes et séparées grâce à l'architecture en ogives : une partie, celle de gauche, est occupée par plusieurs personnages -il s'agit généralement de personnages de la cour du monarque, ricos omnes, damas et caballeros-, ils sont massés en un groupe compact, assis ou à genoux ; ils écoutent Alphonse X, situé au milieu de la vignette. La Vierge occupe quant à elle la dernière partie sur la droite ; elle est assise sur un trône avec l'enfant Jésus ou debout entourée d'anges et de saintes femmes ; son visage est tourné vers le roi, qu'elle semble écouter avec bienveillance. Les gestes du roi servent de lien entre les trois parties de la vignette : il désigne de la main droite la masse des fidèles groupés derrière lui et de l'autre main, levée vers la Vierge, il semble à la fois lui rendre hommage et implorer attention et grâce9. C'est le cas dans les vignettes 1 et 5 de la cantiga XC.

10Le roi s'instaure donc comme intermédiaire entre le monde terrestre et la divinité ; ce rôle est d'autant plus mis en valeur que l'artiste a donné au roi dans la vignette 5 une taille bien supérieure à celle attribuée aux autres personnages et même à la Vierge. Ce schéma et cette gestuelle se répètent avec parfois quelques variations mais le message sous-jacent reste le même : l'image d'Alphonse X est à la fois unique dans sa représentation et univoque quant au sens que l'on doit lui donner. Nous pouvons en donner un dernier exemple tout à fait probant : dans la vignette 4 de la dernière cantiga de loor -la CLXXXX- nous retrouvons la même division de l'espace pictural et la même mise en scène. Un élément nouveau en renforce pourtant le sens : le Christ sur la croix domine la scène. De part et d'autre de la croix, la Vierge debout et le roi agenouillé semblent habiter le même espace et participer ensemble au mystère de la Passion. Ils sont revêtus des mêmes riches atours ; une seule différence cependant, le roi, qui est agenouillé, porte couronne tandis que la Vierge arbore l'auréole sainte.

11L'analyse des miniatures du Códice Rico permet également de mettre en évidence une mise en scène ou plutôt une mise en images révélant à la fois un souci de cohérence et la volonté de faire passer un message précis. Mais penser à une mise en scène, amène tout naturellement à se poser la question du rôle dévolu à chacun des acteurs. Que fait Alphonse X dans les 59 vignettes où il apparaît : est-il actif ou passif, est-il représenté assurant ses fonctions de monarque -et d'ailleurs quelles sont-elles ?- ou bien est-il représenté comme n'importe quel homme confronté au mystère divin ? Tout cela constitue, selon nous, la dernière des modalités permettant l'affirmation de l'autorité royale.

Pluralité des rôles

12L'examen de l'ensemble du recueil révèle la pluralité des rôles joués par Alphonse X. Différents degrés existent dans la représentation du rôle du monarque, degrés d'importance certes -Alphonse X peut être soit directement concerné dans le miracle (comme dans la cantiga CXLII dans laquelle grâce à ses prières à la Vierge un de ses écuyers est sauvé de la noyade) ou simplement narrateur comme dans la cantiga CXIII- mais surtout degrés de nature. C'est sur la nature des rôles joués par Alphonse X et mis en images, qu'il faut maintenant se pencher.

  • 10 CSM, t. 1, p. 54.

13La première apparition d'Alphonse X dans la miniature du prologue ne constitue aucune surprise : le roi, facilement identifiable car il porte la couronne, est assis sur un trône ; il est entouré de personnages de sa cour qui semblent l'écouter et qui tiennent entre leurs mains un parchemin vierge de toute écriture. Le roi tient lui aussi un parchemin, plus long, qu'il montre du doigt ; l'on peut y lire les premiers vers de la composition poétique qui tient lieu de prologue : "porque trobar é cousa en que jaz entendimiento..."10. Dans cette cantiga, le roi dit je de façon réitérée ; il déclare son souhait d'être agréé par la Vierge comme son troubadour.

  • 11 Ibid.

14La miniature correspondant au deuxième prologue est une sorte d'amplification de ce que nous venons rapidement de décrire. Le roi vêtu de manière identique -son image est déjà fixée ou fixe- est assis sous un dais, un livre -sans soute le recueil des Cantigas de Santa Maria- ouvert devant lui ; deux scribes, de part et d'autre du trône, écrivent sous sa dictée. Dans la partie de gauche, trois musiciens semblent être en train d'accorder leurs instruments ; un autre groupe, sur la droite, est constitué de chanteurs qui suivent le texte du livre maintenu ouvert par l'un d'eux. La première miniature donnait à voir Alphonse X comme auteur, unique auteur, du texte poétique ; la seconde, à plusieurs volets, montre le roi à la fois compositeur et maître de chant. Si le Códice Rico est le résultat d'une mise en commun de différents savoir-faire touchant à la rédaction, à la compilation, à la composition d'une musique appropriée au texte et également à la liturgie, à la mise en images relevant d'une esthétique précise, l'on peut néanmoins déduire de l'analyse des deux miniatures qui ouvrent le recueil, que tous ces savoir-faire étaient au service d'un seul maître d'œuvre : le roi. Le texte est d'ailleurs en parfaite correspondance avec l'image : Don Alfonso de Castela (nous trouvons tout d'abord l'énumération des titres de noblesse et le rappel des hauts faits du monarque lors de la Reconquête) est proclamé auteur du recueil : "Da Virgen Santa Maria... Fezo cantares e soes/saborosos de cantar/todos de sennas razoes/com'y podedes achar"11.

15Mais le rôle d'auteur-compositeur, s'il est fondamental et donné dès l'ouverture du recueil, n'est pour Alphonse X qu'une étape préalable. Il s'agit d'un motif que certaines miniatures vont reprendre et amplifier. En effet, dans les cantigas XXIX et CXIII, le monarque se proclame témoin du miracle et revendique le statut de narrateur. Les miniatures rendent compte de cette volonté : chaque première vignette donne à voir le roi parlant, le doigt pointé vers la deuxième vignette où débute véritablement le miracle ; Alphonse X, est bien sûr, entouré d'un auditoire attentif où se mêlent gens d'Église et nobles de sa cour. Il y a dans les diverses représentations du roi que nous venons d'évoquer une insistance à souligner à la fois son autorité politique et son rayonnement culturel mais, jusque là, il n'y a rien qui présente un quelconque écart avec le texte des cantigas ni d'ailleurs avec l'image de la royauté que véhicule l'art gothique.

16La même remarque pourrait être formulée à propos des miniatures de trois cantigas -la XCVII, la CXLII et la CLXIX-, même si Alphonse X n'est plus représenté comme auteur ou comme témoin-narrateur mais comme acteur privilégié du miracle qui s'accomplit. Nous nous bornerons à l'analyse de la planche correspondant à la cantiga CXLII mettant en scène le roi à la chasse entouré de quelques nobles. L'artiste a privilégié la symétrie au détriment de l'ordre chronologique des séquences puisque les deux dernières vignettes ont été inversées ; ceci permet d'avoir dans la colonne de gauche trois représentations d'Alphonse X, image répétée à quelques détails près : dans la première, le roi demande à son écuyer de récupérer l'oiseau tombé dans la rivière ; dans la vignette intermédiaire, le roi est en prière invoquant la Vierge afin de sauver l'écuyer d'une noyade qui paraît certaine ; enfin, dans la vignette du bas, le roi rend grâce à la Vierge pour ce qui semble être un sauvetage miraculeux. Ces miniatures, comme celles des cantigas XCVII et CLXIX, disent que le monarque est non seulement un protagoniste essentiel des miracles qui sont mis en images mais également celui dont les prières sont écoutées et exaucées par la Vierge. L'autorité d'Alphonse X semble donc déborder du cadre politique et culturel pour gagner le champ du religieux.

17Cette tendance ne fera que s'accentuer dans certaines miniatures correspondant à des cantigas de loor. Alphonse X se détache et devient par les manifestations de sa dévotion le protagoniste unique du culte mariai, celui qui par son exemple va conduire les fidèles à reconnaître les grâces et les vertus de Marie. Les miniatures de cinq cantigas -la XX, la XXX, la L, la LXX et la LXXX- illustrent ce rôle que semble revendiquer le monarque. Dans la planche accompagnant la cantiga LXX dont le texte est entièrement consacré à une glose du salut à la Vierge "de plena gracia", l'on peut voir cinq images du monarque.

18Dans la première vignette, le roi se trouve situé entre plusieurs personnages, des nobles de sa cour, et la Vierge qui, debout, reçoit le parchemin -des Cantigas ?- qu'il lui tend. Dans la partie supérieure de la vignette se trouve le Christ en majesté sur un fond bleu ourlé de blanc et parsemé de motifs étoilés. La deuxième vignette amplifie le motif avec une variante : la Vierge a rejoint dans le monde céleste son fils qui lui cède son trône ; dans la partie inférieure, deux groupes disposés de façon symétrique portent leurs regards vers le monde céleste ; tous sont en attitude de prière mais, de cette masse de fidèles, deux personnages se détachent : Alphonse X, tout d'abord, et ensuite un homme situé à sa droite et dont les vêtements indiquent le haut rang, il s'agit sans doute d'un membre de la famille royale. La troisième vignette est également une variante de la première mais la différence est d'importance : le monarque, désignant d'une main le Christ, pose son autre main sur le manteau de la Vierge. Enfin, dans la cinquième vignette celle-ci, toujours face au roi qui lui montre le parchemin, porte un rameau, -il s'agit sans doute d'une variante de l'arbre de Jessé-, avec l'enfant Jésus.

19Ces quatre images soulignent la dévotion du roi et le rôle exemplaire qu'il joue auprès des hommes. Deux mondes coexistent, superposés dans chaque vignette certes, mais non totalement séparés car, ces miniatures disent tout d'abord que la Vierge appartient aux deux sphères, à la fois proche de son fils et attentive aux humains ; ensuite, ces images établissent par les regards, les mains levées -posées- et les corps agenouillés une relation directe avec le monde divin. Le roi, individualisé à la fois par son aspect, sa gestuelle et par sa position dans l'espace pictural, semble désigné -ou se désigner- comme lien essentiel entre le monde terrestre et le monde céleste. La Vierge est certes l'intermédiaire mais il semblerait que la dévotion d'Alphonse X serve de relais, de pont entre les différents acteurs de ces scènes.

  • 12 Cf. Santiago Sebastián López, Iconografía medieval, Donostia, Etor/Arte, 1988, pp. 434-435.
  • 13 Dans l'Evangile selon saint Luc (XVI, 19-31), il est écrit qu'Abraham accueille Lazare, qui préfig (...)

20La vignette six innove en offrant une autre lecture et par là même un autre rôle pour le roi : celui-ci est en attitude de prière, agenouillé sur une sorte d'estrade et il contemple le Christ et la Vierge assis sur un trône dans la partie supérieure. La scène qui se déroule autour de lui est pour le moins surprenante : deux démons entraînent les damnés tandis que, dans l'arrière plan, les élus contemplent, à l'instar du roi, la partie supérieure. Le monarque semble présider ce qui semble bien être une variante de la représentation du Jugement dernier. Deux références s'imposent et se superposent à l'image d'Alphonse X : la première est celle de saint Michel que l'on retrouve sur le tympan des portails gothiques présidant la pesée des âmes12, la deuxième celle d'Abraham car, comme le patriarche de l'ancien Testament13, le roi semble à la fois accompagner et recevoir les justes, c'est-à-dire, dans le Códice Rico, ceux qui comme lui vénèrent la Vierge. Son extrême dévotion semble lui permettre d'assurer une double fonction : celle de guide et de juge.

21Au fil des miniatures étudiées, la représentation des rôles que s'octroie Alphonse X devient de plus en plus complexe et, par là même problématique : le monarque est tout d'abord troubadour de la Vierge, revendiquant le statut de narrateur dans un nombre important de miracles ; dans un deuxième temps, il se donne à voir comme acteur de certains miracles, puis s'arroge le statut d'intermédiaire entre la Vierge et ses semblables. Mais ce simple constat ne suffit pas et il faut, dans une dernière étape, tenter de mesurer l'ampleur et la portée de cette image plutôt étonnante de la personne royale.

  • 14 Cf. Santiago Sebastián López, Iconografía medieval, op. cit., p. 342.

22Dans un nombre important de miniatures de cantigas de loor -14-, la représentation d'un roi se situant à mi-chemin entre le monde terrestre et le monde céleste est reprise et même amplifiée. Par exemple, dans la planche correspondant à la cantiga LXXX, les motifs iconographiques religieux comme la maternité de la Vierge ou la Passion du Christ alternent avec les représentations du monarque. Si dans la vignette 3 Alphonse X, en attitude de dévotion, se situe au même niveau que les nobles et les prélats qui l'entourent, par contre, dans la dernière vignette le roi, isolé sur la droite, fait face aux gens de sa cour et, d'un geste impérieux, leur montre la Vierge et le Christ. Cette image royale hautement valorisante est en relation directe avec la représentation de l'Arbre de Jessé qui se trouve juste au dessus et qui, depuis le XIIe siècle, magnifie, à travers l'évocation de la généalogie royale du Christ, les différentes dynasties de l'Occident14.

23L'image d'Alphonse X est unique, son geste représente le pouvoir de dire, de nommer ; par là même, il devient celui qui révèle ce que le reste de l'humanité appréhende difficilement : les vertus et grâces de la Vierge. Intermédiaire et médiateur, il est aussi, et peut-être avant tout, le magister. Ce thème est repris dans la planche correspondant à la cantiga CXXX ; les différentes vignettes opposent les souffrances qu'inspire l'amour profane aux bienfaits que reçoit celui qui se consacre à Marie. Les motifs iconographiques ainsi que la gestuelle propre au roi-magister sont repris dans les vignettes 1 et 3 et, grâce à la dévotion et à la force de persuasion dont fait preuve Alphonse X, le démon, qui induit les hommes au péché, sera chassé. Les deux dernières vignettes illustrent, en une sorte de conclusion, le rôle essentiel du monarque. Dans la vignette de gauche un personnage -son visage révèle bien des tourments ! - est à genoux devant une noble dame qui semble l'éconduire ; dans la vignette de droite, le roi désigne la Vierge à un groupe de nobles dont les traits reflètent le plus parfait contentement.

  • 15 L'on perçoit dans cet affrontement mis en images, l'influence de l'œuvre de Prudence, Psychomachia
  • 16 CSM, t. 2, p. 115 : "Loando-a, que nos valla/lle roguemos na batalla/do mundo que nos traballa/e d (...)

24Les miniatures de la cantiga CXXXX jouent également sur l'opposition entre des scènes religieuses comme l'Annonciation et la Passion du Christ et des scènes profanes dans lesquelles des personnages s'adonnent au jeu et à la boisson en compagnie de prostituées. Vices et vertus se livrent une lutte sans merci15, et seule la Vierge peut nous aider à triompher du démon, dit le texte de la cantiga16, mais dans les vignettes 1 et 2 c'est à Alphonse X que semble revenir ce rôle : il est entouré d'un auditoire nombreux qui semble l'écouter avec attention. Or, fait marquant, l'on distingue parmi ces personnages, grâce à leurs attributs, des prélats de haut rang. Cela ne peut être fortuit car d'autres miniatures montrent des évêques parmi ceux qui entourent le roi. Alphonse X se représente donc investi d'une mission, celle d'enseigner par son exemple, certes, mais également par sa parole, ses proches, les nobles de sa cour et les gens d'Eglise. Il s'agit d'une mission religieuse et l'image, très forte, de prélats agenouillés devant le monarque indique clairement que celui-ci revendique la première place dans son royaume tant dans la société civile que dans la sphère ecclésiastique.

25L'image est donc hautement symbolique de la prééminence de la personne royale. Le message, d'ordre politique, concorde avec ce que nous savons des relations du roi avec les évêques castillans et avec la papauté. Tout d'abord, les monarques castillans ont toujours détenu une autorité dans le domaine religieux, car ils étaient avant tout chefs d'une entreprise sainte, la Reconquête. Alphonse X a conquis le royaume de Murcie en 1243 et, tout au long de son règne, conserva l'espoir de mener les troupes chrétiennes jusqu'en Afrique du nord. En accord avec cette conception de la royauté, Alphonse X entendait exercer son autorité notamment en ce qui concernait la nomination des évêques, et la vision des prélats recevant les leçons du roi n'a sans doute d'autre objectif que de réaffirmer que les évêques castillans dépendaient avant tout de l'autorité royale et non de cette papauté avec laquelle Alphonse X entretenait des relations si conflictuelles.

26Ce message politique est repris avec une insistance particulière dans la planche correspondant à la dernière cantiga de loor, la CLXXXX, qui présente cinq images du roi. Dans les deux premières vignettes, le motif du roi-magister entouré de ses disciples est répété : Alphonse X est debout, les autres sont assis ; dans un premier temps, le monarque désigne le démon pour ensuite montrer du doigt le livre que tient l'un des personnages ; sans doute le recueil des Cantigas de Santa Maria qui, disent ces deux vignettes, détient une mission exemplaire dans l'édification religieuse. Les deux dernières vignettes sont une espèce de point d'orgue de la planche et du codex tout entier. Dans celle de gauche, Alphonse X enseigne à un auditoire attentif tandis qu'un démon grimaçant se bouche les oreilles et semble reculer pris de peur ; l'efficacité du recueil mariai est donc amplement démontrée et la dernière vignette restitue, en une sorte de vision apaisée, les deux niveaux céleste et terrestre : Alphonse X, au centre et entouré de toute sa cour, vénère la Vierge qu'accompagne le Christ.

27Voilà donc parachevé ce portrait édifiant d'un roi parfait ou Sage qui se donne pour mission de montrer l'exemple et de persuader. Mais de quoi veut persuader le recueil des Cantigas de Santa Maria ? Les miniatures, comme d'ailleurs le texte des cantigas, jouent sur deux registres car si le but avoué est de persuader l'auditoire des pouvoirs que détient la Vierge en narrant, en compilant, en illustrant les miracles qui lui sont attribués, le deuxième but poursuivi semble être la construction d'une image d'Alphonse X qui, nous venons de le voir, apparaît diffractée en de multiples mais cohérentes variantes.

28Les miniatures du Códice Rico apparaissent donc comme un espace pictural soumis au politique ; leur élaboration semble régie par une volonté de donner à voir, de démontrer l'excellence de la personne royale. Les images illustrant ou accompagnant les compositions poétiques sont un moyen d'affirmation du pouvoir royal ; elles ont pour but la persuasion et leur force réside, selon nous, dans leur qualité esthétique. Sans que l'on puisse douter de sa dévotion mariale, l'on peut affirmer qu'Alphonse X percevait l'ouvrage d'art, fut-il à vocation religieuse, comme moyen de propagande ; affirmer et rehausser l'autorité royale semble bien une des fonctions assignées à ce manuscrit qui vit le jour à la même époque que la cathédrale gothique de Burgos, dont le cloître s'orne des statues de la famille royale castillane parmi lesquelles on peut contempler celle d'Alphonse X qui présente précisément une nette ressemblance avec l'image que nous offre le Códice Rico.

Notes

1 Pour le texte des cantigas, cf. Alfonso X el Sabio, Cantigas de Santa Maria, Ed. de Walter Mettman, 3 tomes, Madrid, Clásicos Castalia, 1986 (en abrégé CSM).

2 Cf. J. Guerrero Lovillo, Las miniaturas de las Cantigas (Estudio técnico, artístico y arqueológico), Madrid, C. S. I. C., 1949 et G. Menéndez Pidal, La España del siglo XIII leída en imágenes, Madrid, 1986.

3 Ghislaine Fournès, "Alphonse X auteur et acteur des Cantigas de Santa Maria", Cahiers de linguistique hispanique médiévale, n ° 23 (Actes du colloque de Paris XIII : Histoire des idées politiques dans l'Espagne médiévale. Conceptions et représentations de la royauté, 21 et 22 novembre 1997).

4 La fonction des images a été étudiée par F. Gamier dans Le langage de l'image au Moyen Age. Signification et symbolique, Paris, Le léopard d'or, 1987.

5 CSM, t. 1, pp. 157-158.

6 CSM, t. 1, p. 235.

7 CSM, t. l, p. 84.

8 Cet envahissement pictural par l'image d'Alphonse X n'est pas un fait isolé. Ce phénomène se répète dans divers manuscrits issus des ateliers royaux ; citons le Libro de los juegos, le Lapidario (Bibliothèque de l'Escortai, ms. h. 1. 16) ainsi que le manuscrit b. I. 2 (Bibliothèque de l'Escorial) des Cantigas de Santa Maria. Cette récurrence met l'accent sur le rôle prépondérant d'Alphonse X dans les différentes étapes de l'élaboration des ouvrages : le monarque est à la fois auteur, compositeur et metteur en scène.

9 Cf. à ce propos dans l'ouvrage de F. Garnier, Le langage de l'image au Moyen Age. Il Grammaire des gestes, Paris, Le léopard d'or, 1989, le chapitre 3 ("Gestes et positions de la main"), pp. 99-144.

10 CSM, t. 1, p. 54.

11 Ibid.

12 Cf. Santiago Sebastián López, Iconografía medieval, Donostia, Etor/Arte, 1988, pp. 434-435.

13 Dans l'Evangile selon saint Luc (XVI, 19-31), il est écrit qu'Abraham accueille Lazare, qui préfigure le peuple des chrétiens, dans le royaume des morts. Dans l'iconographie romane et gothique, le sein d'Abraham, personnage vertueux et sage, fonctionne comme une allégorie du paradis.

14 Cf. Santiago Sebastián López, Iconografía medieval, op. cit., p. 342.

15 L'on perçoit dans cet affrontement mis en images, l'influence de l'œuvre de Prudence, Psychomachia.

16 CSM, t. 2, p. 115 : "Loando-a, que nos valla/lle roguemos na batalla/do mundo que nos traballa/e dodem'a denodadas".

Auteur

Université Michel de Montaigne (Bordeaux III)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540