Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Représentations et lieux de mémoire

Du peso à l'euro : petite histoire de la monnaie en Espagne

Paulo Amblat

Texte intégral

1Le déchaînement des passions à propos de l'avènement de l'Euro a fait apparaître de grands clivages entre la souveraineté des nationalistes et la dilution supra-nationale des partisans de l'Europe. A l'origine de ces controverses, la perte du droit de frappe identifié à la souveraineté nationale. Il n'en a pas toujours été ainsi et il faut se souvenir de l'époque antérieure à la Révolution française où une multitude de petits princes et de petites républiques frappaient des pièces, de poids et de titres très divers. Ces pièces circulaient, non seulement sur leur propre territoire mais aussi sur celui des grands royaumes voisins. Le monde du commerce appréciait le florin d'or hollandais, les pièces frappées par les Hôtels des monnaies de France, d'Angleterre ou d'Espagne mais celles des villes hanséatiques ou des cantons suisses avaient aussi cours légal en Europe.

2Chacune de ces monnaies ayant une valeur propre, il faut, pour éviter les contestations, indiquer dans chaque contrat quelle monnaie on entend utiliser. Pratiquement dans chaque pays on se réfère à une monnaie de compte. En France, du règne de Charlemagne à 1789, cette monnaie fut la livre tournois (de Tours), divisée elle même en sols et deniers. En Espagne, le Real eut cette fonction, subdivisé en reales de vellón et en maravedís.

3L'Escudo portugais mis à part (il date de 1722), l'essor des monnaies nationales a lieu au 19e siècle et correspond à la mise en place de nouvelles frontières, à la reconnaissance de nouvelles nationalités, aux différentes unifications territoriales menées à bien sur le territoire européen.

4La Révolution française porte en elle le franc (en 1795). Le Franc Belge apparaît en 1830. La lire en 1862 pour le Royaume d'Italie auquel il ne manque que Rome et la Vénétie. Le mark parachève l'unité Allemande en 1873. En Espagne, des dizaines de monnaies appartenant à des époques et à des systèmes différents subsistent : Reales, Escudos, Maravedís, Pesos.

5Il faut attendre la "révolution" de 1868 et le départ d'Isabelle II en exil pour qu'une loi du 19 octobre de la même année mette fin à cette situation en créant un nouveau système monétaire basé sur la peseta comme unité monétaire unique.

6Avant 1868, la peseta existait déjà dans le langage courant et était même apparue inscrite sur des pièces à deux occasions : en 1808, les troupes françaises envahissent l'Espagne et fabriquent des pièces de 1, 2,5 et 5 pesetas. Quelques années plus tard, sous Isabelle II, une série de pièces de 1 peseta est frappée pour payer les troupes qui luttèrent pendant la guerre Carliste. D'où le surnom de "peseteros" donné à ces soldats. Cette frappe française pourrait servir de piste aux étymologistes qui font dériver le mot Peseta du français piécette.

7Joan Coraminas, dans son dictionnaire étymologique, écarte cette relation au profit d'une dérivation de Peso, qualificatif populaire des monnaies d'argent du nouveau monde, de grande pureté et de bon poids, donnant à son tour l'appellation duro, monnaie forte et dure, qui subsiste de nos jours pour désigner les pièces de 5 pesetas ou les multiples de 5. L'influence du catalan ou du français serait à rechercher uniquement dans le choix du suffixe en ete ou eta.

8Le gouvernement mis en place après le départ d'Isabelle II est aussi à l'origine des fameuses perras gordas et perras chicas. Sur le revers des pièces de 5 et 10 centimes, figurait un lion debout tenant à l'aide de ses griffes un écu comportant les armes de Castille, de Leon, d'Aragon, de Navarre et de Grenade avec son fruit pour symbole. Ce lion fut baptisé familièrement perro gordo (gros chien) qui donna ensuite perra : perra gorda pour la pièce de 10 centimes et perra chica pour la pièce de 5 centimes. Une deuxième réduction supprima toute allusion animale et permit l'utilisation directe de gorda et chica pour désigner ces pièces.

9Sur l'avers de ces monnaies est représentée une figure féminine symbolisant la nation souveraine, suivant en cela les autres pays parlementaires de l'époque, Suisse, Angleterre... Sur nos "perras", cette Hispania est représentée assise. Sur les pièces de 20 et 50 centimes, 1, 2 et 5 pesetas, elle est représentée allongée sur les monts Pyrénées, elle tient un rameau d'olivier et porte une couronne crénelée (corona mural) qui réapparaît sur les billets républicains de 10 pesetas de 1935, imprimés en Angleterre.

Détournement et surfrappe des monnaies

10Cette couronne républicaine me servira pour attirer l'attention sur un phénomène de flou dans la symbologie monétaire entraîné par la subsistance et coexistence ou même le détournement sur des périodes plus ou moins longues de monnaies ou billets émis sous un régime politique ayant disparu.

11La monnaie n'est pas neutre, elle reflète le système de gouvernement qui l'a mise en place et veut lui faire porter une charge symbolique importante, d'où la contradiction apparente de l'usage simultané de systèmes monétaires différents.

  • 1 Graines de tournesol, cornets, sucres d'orge.

12La matrone hispanique de nos perras resta en place 75 ans traversant de nombreux régimes jusqu'à ce qu'un décret franquiste de 1941 interdise catégoriquement leur circulation et même leur thésaurisation. Je ne sais pas si cela comportait l'obligation de les rendre aux autorités comme ce fut le cas pour les monnaies d'argent dont la remise immédiate fut ordonnée par une loi du 20 janvier 1939, sous peine d'encourir les peines prévues pour un délit monétaire. Le cuivre fut récupéré et servit à l'électrification des lignes de chemins de fer d'Avila et Segovie. Les anciennes pièces disparurent mais leur dénomination populaire persista. Sur les nouvelles pièces de 5 et 10 centimes le lion avait laissé place à un cheval avec son cavalier "lanza en ristre". Ces nouvelles perras sont celles que nous avons connu jusqu'en 1960, qui nous servaient à payer la roulette des pipas, barquillos et autres pirulíes1.

  • 2 F. A. I. : Fédération Anarchiste Ibérique.
  • 3 U. G. T. : Union Générale des Travailleurs.

13Les perras connurent aussi de curieux détournements bien après leur première émission. Sous la Seconde République, elles servirent, après avoir reçu une surfrappe, de véhicule aux consignes d'abstention de la F. A. I.2 "obreros no votar" ou à celles de la U. G. T.3

  • 4 Memo : sot, niais, idito.

14La première peseta émise par le gouvernement provisoire ne portait pas de mention de sa nationalité. Faut-il y voir une revendication internationaliste et la marque très libérale des constituants de 1869 ? Très vite, la rectification eut lieu et la mention "Espagne" apparaît sous le gouvernement de Centre droit du Général Prim en attendant le rétablissement de la monarchie au profit d'Amédée de Savoie. On introduit le portrait du nouveau roi dans les monnaies ainsi que la croix de Savoie qui s'ajoute aux armes de l'Espagne. Sur la tranche, figure la devise "Justice et Liberté" à laquelle auraient pu se rallier les classes moyennes et populaires mais l'hostilité conjointe du clergé, de l'aristocratie, des républicains et des carlistes forcèrent le Roi à abdiquer. Les aristocrates qui pensaient à Alphonse, fils d'Isabelle II comme roi légitime, surfrappèrent les pièces de 5 pesetas en substituant le mot "memo" à la couronne royale4.

  • 5 Fueros : droits locaux, privilèges ancestraux.

15Les Carlistes, branche concurrente, avaient repris leur lutte dans les provinces du Nord et allèrent même jusqu'à battre monnaie en pièces de 5 et 10 centimes où figuraient le portrait du prétendant Don Carlos de Bourbon et la mention : "Roi des Espagnes par la grâce de Dieu", révélant par là le souci de ménager les détenteurs de "fueros"5. Certaines pièces portent la devise "Dieu, Patrie et Roi", mais elles ne seraient pas authentiques.

16Après l'abdication d'Amédée, en 1873, la Première République continua à émettre les monnaies antérieures, aussi bien les duros d'Amédée que les pièces du gouvernement provisoire et mêmes celles d'Isabelle II qui n'avaient jamais cessé d'exister, créant une situation paradoxale où un gouvernement révolutionnaire continuait à utiliser l'effigie et les légendes des pièces de la reine détrônée.

17La Première République eut à combattre la révolution fédéraliste ou cantonale dont l'épisode le plus important fut le siège de Carthagène. Cette ville possédait et possède toujours un arsenal très puissant où furent frappées des monnaies obsidionales en argent. Ces pièces de 10 réaux et 5 pesetas portaient les mentions : "Révolution cantonale" et "Carthagène ville assiégée par les Centralistes" rendant, par là évident le sens du combat mené. Cinquante ans plus tard, cet état de siège sera démultiplié pendant la guerre civile. Le manque de monnaie divisionnaire entraîna l'émission de billets et de monnaies à usage interne, par les municipalités, les syndicats, les coopératives...

18Nous reviendrons sur cette période un peu plus tard. En attendant, examinons rapidement la période intermédiaire marquée par les règnes d'Alphonse XII et Alphonse XIII. Après le coup d'Etat du Général Pavía, la monarchie est rétablie par Cánovas del Castillo. Isabelle, dans son exil, ayant renoncé au trône au profit de son fils Alphonse XII qui régnera 10 ans.

19Dès l'entrée du Roi à Madrid, en janvier 1875, un décret rétablit les symboles monarchiques dans la monnaie : la couronne royale remplace la couronne crénelée du Gouvernement Provisoire et les fleurs de Lys, symbole de la Maison de Bourbon, s'incorporent à nouveau au centre des armes de l'Espagne. Le Roi jure fidélité à la Constitution de 1876 et cet abandon de l'absolutisme se reflète sur les pièces où le pouvoir est, certes, acquis comme auparavant par l'intervention divine ("Rey, por la Gracia de Dios"), mais où des limites sont posées par la nouvelle mention ("Rey Constitucional de España") qui figure sur l'avers de ces pièces.

20Le 17 mai 1886 naît le fils posthume d'Alphonse XII. Les émissions de pièces à l'effigie de ce dernier cessent, sauf pendant un an encore pour la pièce de 5 pesetas. Un Décret Royal du 9 août 1887 les remplace par des pièces à l'effigie du nouveau Roi, Alphonse XIII, qui le représentent à l'âge d'un an, dépourvu par conséquent d'une abondante chevelure. D'où l'appellation pelón (chauve) et possible origine de l'argot pela mais d'autres proposent une dérivation de pelucona pour la perruque (peluca) portée par Philippe V sur l'once d'or. Différentes monnaies aux portraits changeants selon l'âge du Roi furent émises jusqu'en 1905. De cette date jusqu'en 1925, très peu de nouvelles pièces virent le jour. A l'occasion de la passation effective du pouvoir, Alphonse XIII jure fidélité à la Constitution en 1902, alors que sous la régence de María Cristina les pièces avaient continué à porter la mention "Rey Constitucional". Celle-ci sera supprimée en 1926 sous la dictature de Primo de Rivera instaurée par le coup d'Etat de 1923.

Monnaies et symboles politiques

21L'avènement de la Seconde République supprima toute référence à la Monarchie. Les symboles des premières pièces émises (25 centimes et 1 peseta) sont encore traditionnels : ainsi, la Nation souveraine renaît avec l'antique Hispania des pièces du Gouvernement Provisoire de 1868 (1 peseta). Cependant, sur la pièce de 25 centimes perce déjà l'alliance révolutionnaire des paysans et des ouvriers sous la forme d'un épi de blé et d'un rameau d'olivier associées à une roue d'engrenage industriel. Nous nous éloignons dès lors de l'univers monétaire exclusivement rural du règne d'Alphonse XIII où seules figurent sur les pièces des gerbes entrelacées (pièce de 25 centimes principalement).

22La guerre civile accentue les symboles révolutionnaires de la monnaie. Le bonnet phrygien hautement symbolique depuis la Révolution française apparaît en 1937 sur les pièces de 5 centimes. Les pièces suivantes sont fabriquées à Castellón, compte tenu du péril encouru par Madrid. Sur la pièce de 1 peseta, une femme tête nue et chevelure abondante remplace l'ancienne Hispania : ces pièces furent appelées "uvas", par la présence sur le revers d'une grappe de raisin. Sur l'avers de la pièce de 25 centimes, des chaînes brisées sur un livre avec l'inscription Science veulent signifier que la vraie liberté provient exclusivement du savoir.

23A la même époque, un décret signé à Burgos en avril 1938 par la "Junta de Defensa Nacional" et Rappliquant à toutes les provinces aux mains des troupes franquistes imposa une pièce de 25 centimes avec la devise caractéristique du régime : "Una-Grande-Libre". Le joug phalangiste, repris des Rois Catholiques, figure également sur la pièce. Par contre, sur le revers, le blason, bien qu'il soit surmonté d'une couronne, ne comporte pas de lys, laissant entendre que dans les premières préoccupations du Caudillo la restauration des Bourbons n'est pas présente.

24Face à ce triomphalisme unitaire qui trouve les moyens financiers de faire frapper 60 millions de ces pièces à l'étranger, dans un alliage précieux de cuivre et de nickel (Hôtel de la monnaie de Vienne, Autriche), la République donne un cours légal à une monnaie d'urgence constituée par des timbres poste et des timbres fiscaux apposés sur des jetons en carton. Elle imprime aussi des billets à Valence où l'allégorie républicaine de l'avers porte le bonnet phrygien de rigueur. Au cours de la guerre, la thésaurisation de l'argent, les problèmes de communication et la précarité générale deviennent telles que des milliers d'entités variées (municipalités, syndicats, coopératives) se lancent dans l'émission incontrôlée de bons, jetons, pièces, billets en métal, papier ou carton dont l'unité reste la peseta, même si l'émetteur en est la Generalitat de Catalogne. Un Décret-Loi de Janvier 1938 signé à Valence par Manuel Azaña et son ministre des Finances Juan Negrín tente d'y mettre fin mais la situation restera inchangée jusqu'à la fin de la guerre. Les allégories utilisées sont bien différenciées selon les camps en présence : les billets républicains mettent en valeur les travailleurs des villes et des champs, hauts fourneaux et enclumes alternant avec les scènes paysannes (moissons, socs et pasteurs...), les billets de l'Etat franquiste reprennent en série les cathédrales espagnoles, foyers de la nouvelle croisade.

25L'après-guerre n'introduit pas d'emblée sur l'image monétaire la nouvelle donne politique même si le ton est donné dans la législation correspondante ; ainsi, le préambule de la Loi de mai 1940 sur les pièces de 5 et 10 centimes justifient les nouvelles perras en aluminium en réaction "contre la raréfaction de la monnaie divisionnaire sous la domination marxiste". Une nouvelle peseta est créée en 1944 : sur l'avers, la valeur nominale et des armoiries séparées par des entrelacs floraux, sur le revers des armoiries en blason, protégées par l'aigle royal.

26Il faut attendre la loi monétaire de 1946 et la loi de succession de 1947 pour assister à une personnalisation du régime et à l'introduction de l'effigie du Chef de l'Etat sur l'avers des nouvelles pièces et à leur revers de l'inscription "Francisco Franco Caudillo de España por la Gracia de Dios". Ces nouvelles pièces furent principalement les pièces de 5 pesetas ou nouveau duro, 25 pesetas et 50 pesetas.

27Le portrait de Franco ne figurait pas sur la pièce trouée à ancre marine de 50 centimes, l'orifice central servant à l'origine à différencier ces monnaies de celles en argent de même valeur. Ici, l'anecdote révélatrice de l'époque consiste en l'existence de deux émissions de ces pièces. La première faisait figurer sur le revers le joug et le faisceau symboliques mais apparemment pas de la bonne manière et en contradiction avec l'idéal ascendant du mouvement national, les flèches étant dirigées vers le bas. Il fallut donc rectifier par une nouvelle émission et changer la direction des flèches. En 1966, il fut procédé à une autre rectification, cette fois-ci de portrait, et un Franco vieillissan (il avait alors 74 ans) apparut sur toutes les pièces et notamment sur celle de 100 pesetas.

28Les pièces émises à l'avènement de Juan Carlos I laissent œuvrer pendant deux courtes années la protection divine sur la royauté. Juan Carlos est Roi parce que Dieu le veut : "por la gracia de Dios". A partir de la Constitution de 1978, cette inscription disparaît.

Monnaies, sport et culture

29Les dieux du stade font leur entrée, dès 1980, à l'occasion de la Coupe du Monde de Football de 1982 qui eut lieu en Espagne : la monnaie s'adapte à l'époque et devient un véhicule publicitaire, les revers comportant tous la mention "Espagne 82" et certains le ballon rond. Ce domaine sera encore exploité en 1990-1991 lors de l'annonce des Jeux Olympiques de Barcelone de 1992 (2 pièces de 25 pesetas avec saut en hauteur et discobole).

30Sur les pièces de 25 pesetas, aussi bien celle de 1975 à la couronne royale que celle de 1980 consacrée à la Coupe du Monde, la tranche porte l'inscription "Una-Grande-Libre" : ces pièces auront cours légal jusqu'en 1997. Ce centralisme monétaire attardé coexistera donc avec l'introduction, pour la première fois à partir de 1994, de pièces régionales qui font bien ressortir le morcellement autonomiste de l'Espagne. De la petite Rioja aux enclaves marocaines, chaque autonomie est représentée par un lieu historique, artistique ou un fait culturel. Seul Gibraltar manque à l'appel.

31La culture en général fait son entrée dans les monnaies : les pièces de 200 pesetas consacrées en 1991 et 1992 à Madrid Capitale européenne de la Culture donnent l'envol d'une série de pièces à l'honneur de Luis Vives, Velázquez, Goya, El Greco, Murillo, Fortuny, Balleu, Jacinto Benavente. Sur celles de 10 pesetas, Joan Miró, Sarasate, Quevedo, la Pardo Bazán et Sénèque font leur apparition, La Bibliothèque Nationale et le Théâtre Royal restauré occupent le revers des pièces de 100 pesetas de 1996 et 1997.

32Ces préoccupations culturelles qui sont récentes dans la monnaie étaient à l'œuvre depuis longtemps dans l'imagerie des billets espagnols. Le matériau, les techniques de reproduction des couleurs, les surfaces plus grandes y sont évidemment pour beaucoup, et l'impression des couleurs plus aisée.

33Depuis leur création, les billets espagnols ont reproduit les monuments les plus célèbres de la péninsule, ils n'ont cessé de rendre hommage aux oeuvres et aux auteurs de ces oeuvres : peintres, dessinateurs, graveurs, sculpteurs, architectes, scientifiques, écrivains, musiciens, religieux, politiques, militaires, économistes, marins et conquérants espagnols. Les rois font partie de la liste dès les premiers billets. Dans cette catégorie, nous pouvons observer l'absence de billet à l'effigie de Franco et l'ajout du Prince héritier dans l'un des billets actuels, la Reine étant représentée sur une pièce de 500 pesetas.

La monnaie européenne et l'euro espagnol ?

34Cette tradition culturelle se perpétue dans les motifs choisis par l'Espagne pour l'euro. Il faut distinguer pièces et billets.

35Sur les pièces, Saint-Jacques de Compostelle, patron de l'Espagne et Cervantes, mythe fondateur de sa langue, sont choisis comme symboles nationaux. Le Roi, symbole de l'unité nationale, est représenté sur les pièces de un et deux euros. Jusqu'à présent, les pièces circulaient peu hors des territoires nationaux, elles n'étaient pas reprises ou échangées par les cambistes. Cet usage interne sera t-il conservé ou assisterons nous à l'extérieur à des échanges et à une utilisation équilibrés des différents symboles de chaque pays ?

36Pour les billets, artillerie lourde des achats et ventes sans frontières, tout est réglé. Aucun symbole national n'apparaît. Cela veut-il dire dissolution des cultures nationales, avènement d'une culture européenne ? La référence au Prince n'est plus lisible et l'identification difficile car les institutions souveraines n'existent pas : absence de Parlement légiférant, absence de Présidence effective de l'Union Européenne et absence d'harmonisation globale dans les domaines sociaux, judiciaires, académiques et bien d'autres.

37Avec l'euro, nous pouvons espérer une meilleure intégration politique mais elle ne se fera pas automatiquement. Le processus culturel qui y mène est encore à mettre en place.

Notes

1 Graines de tournesol, cornets, sucres d'orge.

2 F. A. I. : Fédération Anarchiste Ibérique.

3 U. G. T. : Union Générale des Travailleurs.

4 Memo : sot, niais, idito.

5 Fueros : droits locaux, privilèges ancestraux.

Auteur

Université de Paris I

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540