Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Représentations et lieux de mémoire

Images de la communauté germano-chilienne dans l'annuaire en images de Josef Ivens (1888-1889)

Anne-Marie Brenot

Texte intégral

1Ce fut dans les décennies 1830-1850 que le gouvernement chilien arrêta un plan d'immigration européenne des régions australes. A une époque où l'immigration suscitait un intérêt général dans le Nouveau Monde, le Chili songea d'abord à une immigration anglaise ou irlandaise pour s'orienter au milieu du XIXe siècle vers une politique d'immigration allemande. Ces projets s'inséraient dans un schéma général de reconstruction du pays après les guerres d'indépendance. Immigration et statut des nouveaux arrivants furent ainsi étroitement associés à une politique nationale de reconquête du territoire chilien.

2Il s'agissait pour les autorités de contrer définitivement la résistance araucane en créant, à la marge, un nouvel espace de peuplement. Les colons d'origine germanique et protestante, rejetés de leur pays en raison de l'échec de la révolution de 1848, étaient appelés à se constituer en nouveaux citoyens chiliens. À l'intérieur du pays, les colonies germanophones devaient jouer le rôle de butoirs à l'encontre du monde araucan, tandis qu'à l'extérieur, les autorités chiliennes en attendaient un contre-poids au dynamisme de l'immigration argentine.

  • 1 Jean-Pierre Blancpain, Los Alemanes en Chile (1816-1945), Santiago, Dolmen Ediciones, 1985, p. 30.

3L'histoire de la communauté germano-chilienne a fait l'objet de nombreux travaux, et notamment ceux de Jean-Pierre Blancpain mais l'iconographie a été peu exploitée1. Sous des apparences anodines, l'imagerie de la colonisation allemande - croquis, vignettes, photographies-a effectué la promotion d'un modèle social et politique en accord avec les idées libérales d'un Chili républicain, avide de modernité. Nous nous proposons dans ce travail d'étudier quelques unes des représentations de la communauté germano-chilienne à la fin du XIXe siècle.

Cadre général et immigration au milieu du XIXe siècle

4Lorsque dans la décennie 1840-1850, quelques personnalités chiliennes, dont Vicente Pérez Rosales, reprennent à leur compte le projet ancien d'une politique d'immigration européenne, le Chili traverse une période difficile marquée par les traumatismes de l'indépendance. À cette époque, la reprise en main du territoire national, le contrôle des terres australes, tout comme la construction d'une nouvelle identité républicaine, sont à l'ordre du jour.

5Le pays, anciennement constitué en capitainerie générale, s'étendait au temps de la colonisation espagnole sur un vaste territoire austral. Même amputé dans la seconde partie du XVIIIe siècle par la création de la vice-royauté de Buenos Aires, le Chili restait une région géopolitique importante en raison de sa double façade océanique et de sa mainmise sur le cap Horn. Les guerres d'indépendance introduisirent des priorités stratégiques nouvelles puisque le Chili devint un centre d'impulsion dans la lutte contre les Espagnols. La libération du Pérou, resté loyaliste à l'égard de l'Espagne, amena les Chiliens à intervenir militairement dans la viceroyauté voisine.

  • 2 Mario Góngora, Ensayo histórico sobre la noción de estado en Chile en los siglos XIX y XX, Santiago (...)

6En réalité, tous les enjeux de l'époque, libération, défense nationale, richesses minières passaient par le nord. Les nécessités de l'heure, ainsi qu'une pénurie financière chronique, expliquaient le relatif abandon des régions australes. A terme, cette attitude entraîna pour le moins trois conséquences fâcheuses. La première fut une révolte indigène qui éclata dans le sud de 1851 à 1859 et dont les troupes chiliennes vinrent difficilement à bout. La deuxième prit la forme d'un rêve insensé, celle d'une monarchie en Araucanie sous l'égide du Français Antoine de Tounens en 1861. La troisième fit écho aux ambitions argentines dans les terres australes. Le Chili finit par signer avec son voisin le traité de 1881 qui sanctionna l'abandon d'une partie de la Patagonie et de la Terre de Feu2.

7Durant les premières décennies du XIXe siècle, le Chili se réduit comme peau de chagrin, les autorités républicaines ne contrôlant plus que la zone de Santiago et les vallées environnantes. Le sud est abandonné aux Indiens araucans même si l'État chilien se cramponne à quelques enclaves de l'ancienne souveraineté hispanique, dont le port de Valdivia et l'île de Chiloé. Cette situation, qui réduit le pays à un centre, éveille des craintes car elle s'accompagne d'une récession économique du sud et d'un attachement à un fédéralisme fortement teinté de séparatisme.

  • 3 Gabriel Guarda, La economía de Chile austral antes de la colonización alemana 1645-1850, Valdivia, (...)
  • 4 Ibid., pp. 108-109.
  • 5 Ibid., p. 106.

8Alors que les provinces australes avaient connu une économie florissante à la fin du XVIIIe siècle, les débuts de l'ère républicaine coïncident avec un marasme économique sans précédent. Le grand port océanique de Valdivia et les constructions navales sont entrés en léthargie tout comme les divers secteurs artisanaux de la région des lacs de Llanquihue3. La ruine des deux grandes fortunes de la province, celles du propriétaire Antonio Manrique de Lara et du négociant Vicente de Agüero, due aux ponctions des armées de libération, est significative4. À partir de 1820, le marasme ne cesse de s'aggraver fragilisant les régions australes et menaçant l'équilibre du pays. Le recensement de 18335 donne désormais les provinces de Valdivia et de Chiloé comme les plus pauvres du Chili.

9Déséquilibre territorial, récession économique, problème araucan expliquent le projet d'une immigration allemande dont on attend une impulsion décisive vers le progrès. Le projet entre dans le double dessein de renforcer le pouvoir de l'État dans le sud et de moderniser l'économie. Il reste cependant impossible de coloniser la Patagonie trop lointaine et au pouvoir des Indiens ; c'est pourquoi les autorités avec Vicente Pérez Rosales orientent les nouveaux arrivants vers la région de Valdivia et des lacs de Llanquihue.

L'immigration allemande au Chili

  • 6 Benjamin Vicuña Mackenna, Miscelanea. Colección de Artículos, Discursos, Biografías. Impresiones de (...)
  • 7 Ibid., p. 161.

10Les difficultés de l'heure contribuent chez les Européens à une méconnaissance du pays. A l'époque, Benjamin Vicuña Mackenna assurait qu'en Europe le Chili se résumait à un coup de pinceau bleu, rouge, ou jaune à l'avant dernière page des atlas, la dernière étant réservée à la Patagonie !6. En 1872, il donne à entendre que seuls les Anglais ont une bonne connaissance du pays qui s'explique par le remboursement scrupuleux de la dette chilienne, par l'importance du commerce du cuivre aux mains des négociants de Liverpool et par l'existence d'une colonie anglaise à Valparaiso7. Au-delà de l'humour, il y a là pour un patriote chilien l'aveu d'un échec. Faire connaître le Chili devient désormais une priorité nationale et des agents chargés de l'immigration s'y emploieront en Europe.

  • 8 V. Pérez Rosales, Recuerdos del pasado 1814-1860, Santiago de Chile, Impr. Barcelona 1910 op cit ca (...)
  • 9 J.-P. Blancpain, op. cit., pp. 71-73.
  • 10 Vicente Pérez Rosales, Recuerdos, op. cit., cap. XX, p. 385.

11L'immigration est lancée par la loi Montt, du nom du ministre qui la signe le 18 novembre 1845 sous la présidence de Manuel Bulnes. Réduite à une loi d'encouragement, l'immigration n'aurait probablement rencontré que peu d'échos si elle n'avait été relayée par l'échec des révolutions de 1848 et la crise frappant l'industrie textile en Allemagne. Répression et expulsions des libéraux sont à l'origine des premières arrivées. En 1849, le navire Hermann transporte de Hambourg au port de Corral un groupe d'immigrants allemands. Il est bientôt suivi de 1849 à 1858 par les navires Susana, San Paoli, Adolfo, commandités par la Maison Godeffai de Hambourg8. Il s'agit d'une immigration familiale qui vient essentiellement de Saxe, de Hesse, de Souabe, du Brandebourg et de la Bohème9. Les nouveaux arrivants sont instruits, disposent d'un pécule, amènent avec eux outils et meubles. La plupart ont un métier (tonnelier, tisserand, bûcheron, menuisier ou charpentier), lequel sera d'une grande utilité pour leur installation. En dépit des efforts officiels, les immigrants de cette première génération sont peu nombreux. Le Hermann, parti de Hambourg et dont l'arrivée après 120 jours de navigation est saluée avec allégresse par les autorités chiliennes, ne regroupe guère à son bord que 85 passagers dont 70 hommes, 10 femmes et 5 enfants10. En dépit de chiffres décevants, les autorités se consolent en misant sur les qualités des immigrants, sur le dynamisme des colons et la valeur incitative de l'exemple.

  • 11 Economical and social progress of the Republic of Chile, Santiago, Impr. Barcelona, 1906, p. 83.
  • 12 V. Pérez Rosales, Essai sur le Chili, Hambourg, 1854, 2e partie, chap. V, p. 185.

12Tandis que les premiers immigrants s'installent, la République chilienne rénove ses structures administratives, inventorie ses ressources et décompte sa population. En 1835, la population avait été évaluée à 1.010.000 habitants11 ; le recensement d'avril 1854 fait état de 1.439.120 âmes sans que soit prise en compte la population indigène dont on ignore le nombre. Pour 1843, les chiffres de 10.000 voire de 15.000 Araucans sont avancés mais il s'agit d'Indiens sédentarisés. Le pays ne regroupe que très peu de noirs (au nombre de 37), pas davantage d'océaniens (au nombre de 37) et seulement quelques asiatiques (au nombre de 96). Les Européens sont 7.223 en comptant les immigrants allemands récemment installés12. Au regard du territoire chilien et de ses possibilités minières, le recensement fait apparaître une population insuffisante pour assurer la mise en valeur du pays.

  • 13 Ibid., 2e partie, chap. V, p. 200.
  • 14 Ibid., 2e partie, chap. VII, p. 262.

13Dans cette conjoncture, le recours à l'immigration européenne est jugé par beaucoup comme indispensable. Au plan administratif, le territoire de la nouvelle République a été divisé en quinze sections, et deux sont désignées sous le nom de territoires de colonisation. Il s'agit de la colonie de Magellan et de la région des lacs de Llanquihue attribuée aux colons allemands13. L'importance de ces régions apparaît dans le statut de 1852 puisque les territoires de colonisation dépendent directement du Président de la République14. Les autorités attendent des nouveaux arrivants qu'ils donnent une impulsion décisive à l'économie en l'orientant vers les nouvelles techniques européennes, vecteurs de progrès.

14Dans un premier temps, la colonisation allemande est essentiellement agricole et touche la région des lacs de Llanquihue. Il s'agit d'une région parmi les plus australes du Chili si on excepte la Patagonie et la Terre de feu. Selon le décret du 27 juin 1853, ses limites sont fixées par les versants des Andes à l'est, au nord par la rivière Damas, à l'ouest par les rivières Rahue et Negro et le golfe Reloncavi au sud. La nouvelle province n'était pas dépourvue d'atouts. La présence des lacs Llanquihue, Todos Santos, Rupanco et les nombreux cours d'eau sillonnant la région fournissent une réserve d'eau potable et créent un micro-climat qui adoucit la rigueur australe. À l'origine et en raison d'une pluviosité exceptionnelle, la province était couverte d'une épaisse forêt, à ce point luxuriante que les autorités chiliennes jugèrent bon de l'incendier pour ne pas décourager les colons dès leur arrivée. Après cet incendie gigantesque, le sol apparut gorgé d'eau et couvert d'une épaisse couche d'humus végétal propice à l'agriculture et atteignant par endroits une épaisseur de dix mètres. Enfin au sud, le golfe de Reloncavi offrait des possibilités d'embarcadères sûrs, à l'abri des vents et des tempêtes. En 1853, l'emplacement de l'ancien port rudimentaire de Melipulli fut choisi pour fonder la ville de Puerto Montt, capitale de la zone de colonisation.

  • 15 V. Pérez Rosales, Recuerdos, op. cit., cap. XIX, p. 383.
  • 16 Ibid., cap. XXI, p. 391.
  • 17 V. Pérez Rosales, Essai sur le Chili, op. cit., 2° partie, chap. VIII, p. 258.

15L'immigration dans la région des lacs fut conçue et organisée sur le modèle d'une colonisation agricole de paysans-défricheurs même si par la suite de nombreux immigrants s'orientèrent vers des activités artisanales plus lucratives. De ce fait, l'acquisition de la terre devint d'emblée un problème crucial. Sitôt les projets de l'État connus, la spéculation fit flamber les prix des parcelles. Alors que de nombreux terrains étaient en réalité des friches forestières, la population locale s'attribua subitement tous les terrains vierges15. Il s'en fallut de peu que l'entreprise ne périclitât. Le projet ne dut sa réalisation qu'à la ténacité de Vicente Pérez Rosales et à la générosité de quelques particuliers, comme Benjamin Viel qui céda ses terres de l'île de la Teja16. Quelques généreux donateurs imitèrent l'exemple de Benjamin Viel et l'État chilien parvint à constituer une réserve de terrains qu'il mit en adjudication. L'accès à la terre était strictement réservé aux couples mariés et de moeurs honnêtes. Le chef de famille avait droit à 24 cuadras, au prix d'une piastre la cuadra, tandis que les femmes et les enfants ne disposaient chacun que de 12 cuadras au maximum. La revente du lot était interdite, le colon ayant l'obligation de le mettre en valeur durant six ans, d'y construire une maison et d'y résider au préalable17. La période maximale d'adjudication des terres se situa entre 1850 et 1875 et correspondit à la première vague d'immigration. Les opérations se ralentirent par la suite.

  • 18 Ibid., 2e partie, chap. VIII, p. 258.
  • 19 V. Pérez Rosales, Recuerdos, op. cit., cap. XI, p. 213.
  • 20 Ibid., cap. XXII, p. 421.
  • 21 V. Pérez Rosales, Essai sur le Chili, op. cit., 2e partie, chap. VIII, p. 262.
  • 22 Economical and social progress, op. cit., p. 232.
  • 23 V. Pérez Rosales, Recuerdos, op. cit., cap. XXII, p. 430.
  • 24 J. -P. Blancpain, op. cit., p. 66.

16La colonisation commencée par l'occupation de l'île de la Teja se poursuivit vers l'intérieur jusqu'à la région d'Osorno. L'État chilien s'était engagé à remettre aux immigrants des vivres pour une année, une paire de boeufs, des semences en blé et en pommes de terre ainsi qu'un pécule de 500 piastres. Les colons devaient rembourser le tout sur une période quinquennale à raison de 100 piastres par an, sans aucun intérêt. Ils étaient en outre dispensés pendant quinze ans du paiement de la dîme ou de toute autre taxe équivalente18. Les débuts de la colonisation furent lents et les résultats initiaux décevants en raison des mauvaises récoltes successives19. En dépit de ces difficultés, la colonie de Llanquihue survécut. Alors qu'en 1852 elle ne regroupait encore que 44 ménages d'immigrants soit 212 personnes20, en 1856, la population totale atteignit 4. 326 habitants dont 747 étaient des Allemands. L'année suivante, on célébra à Puerto Montt l'arrivée, venant de Hambourg, de 597 nouveaux migrants, ce qui portait la population d'origine germanique à 1. 34421, mais en 1905 la ville ne comptait encore que 6. 000 habitants22. Avec la capitale Puerto Montt, les bourgades Varas et Puerto Octai constituaient l'essentiel du réseau urbain. Le gouvernement chilien éleva la colonie au rang de province en 1861 en y incorporant les départements de Valdivia, Chiloé, Osorno et Carelmapu23. De 1848 à 1874, la contrée aurait accueilli environ 8. 000 arrivants, ce qui restait une immigration modeste24.

  • 25 S. Villalobos, op. cit., voir le dessin d'une hacienda de colonos fait par Rudolf Armandus Philippi (...)
  • 26 V. Pérez Rosales, Recuerdos., op. cit., cap. XXII, pp. 437-439.

17En 1875, la présence allemande se marque par les transformations qui ont été opérées dans le paysage. De vastes clairières accompagnent l'ampleur des défrichements effectués dans une forêt qui passait pour impénétrable. À la sombre muraille forestière s'est substituée la vision de jardins soigneusement cultivés25. Dès 1858, 230 cuadras sont mises en culture et desservies par tout un réseau de chemins de terre. À partir de 1860, les récoltes en céréales et les ressources tirées de l'élevage bovin et porcin permettent à la colonie de se suffire à elle-même. Des colons industrieux ont introduit les cultures du lin et du ver à soie, l'une et l'autre alimentant des tissages locaux. La forêt, encore très présente dans le paysage, offre des variétés de bois appréciées en menuiserie et en ébénisterie. Trois scieries, deux hydrauliques et une à vapeur, fournissent planches et poutres nécessaires aux nombreux artisans de la province. Apiculture, viticulture, salaisons et tanneries complètent le tableau d'une contrée industrieuse26.

18L'iconographie de l'époque n'a jamais fait l'objet, à notre connaissance, d'études spécifiques. Il s'agit surtout de croquis et de dessins exécutés par des voyageurs ou des responsables de la colonisation. Ceux-ci prirent comme thème la mise en valeur de la région des lacs et la campagne environnante. Le choix bucolique n'était pas complètement innocent et s'inscrivait dans une propagande officielle en faveur de l'immigration. Les petites maisons de bois des colons avec leurs potagers soigneusement cultivés entraient dans l'imagerie d'une colonisation réussie. Les habitations, par ailleurs modestes, attestaient la prise de possession d'un sol gagné pied à pied sur la forêt. Les manuels d'histoire chiliens présentent encore un certain nombre de ces dessins dont les plus connus sont ceux de Rudolf A. Philippi. Géographe et naturaliste allemand, Rudolf est le frère de Bernhard Eunom Philippi, principal artisan avec Wilhelm Frick de la colonisation allemande. Le dessin montre un domaine de colons à la fin du XIXe siècle (figure 1). Solidement implanté au bas d'un vallon encore couvert de l'épaisse forêt originelle, le domaine comprend plusieurs bâtisses d'aspect européen ; des jardins enclos ainsi que des pâturages. La composition valorise de façon évidente l'humanisation d'un paysage où les terres agricoles ont été arrachées à la forêt. Le propriétaire et sa famille sont absents mais leur réussite est rendue visible par la coulée de lumière qui enveloppe le paysage attestant l'ampleur des défrichements. Repoussée au sommet de la colline, la forêt apparaît maîtrisée et cantonnée dans des limites marquées par l'importance des clôtures qui figurent au premier plan. L'espace ainsi délimité donne à voir la propriété privée comme système privilégié d'exploitation du sol. Les jeux d'ombre et de lumière ou encore l'absence des propriétaires ouvrent la voie à une conceptualisation du domaine qui semble exister hors du temps.

19Il s'agit d'une propagande par l'image qui sous-tend un modèle économique, social et politique. Economique, car elle fait la promotion d'une d'agriculture de progrès, intensive et sédentaire, effectuée selon des méthodes européennes. Social, car elle valorise les qualités individuelles, de travail, de persévérance et de dynamisme dont l'exploitant a fait preuve. Politique enfin, car le domaine figure l'émergence d'un nouveau citoyen germano-chilien dont la citoyenneté contractuelle se manifeste par l'accession à la propriété. Protestants de souche allemande, les colons se sont vus garantir à leur arrivée des libertés particulières dont la liberté religieuse ainsi que le statut de citoyen ouvrant droit à la propriété de la terre. Le domaine devient alors la représentation en milieu rural du modèle politique et économique que les autorités chiliennes souhaitent impulser de façon volontariste dans le sud austral.

20Vue à travers le prisme de l'époque, cette imagerie constitue une arme idéologique à l'adresse des Indiens semi-nomades. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les transformations opérées par les colons, non seulement allemands mais européens, rendent anachroniques voire inadmissibles les survivances indigènes. Propriété privée, individualisme et rendements agricoles sont à l'ordre du jour. Le paysage se met ainsi à parler le langage politique de l'heure et la colonisation sous ses aspects paisibles devient une vitrine menaçante que les autorités brandissent à la face d'un monde araucan qui, jusqu'en 1882, se dérobe encore. Le modèle vaut également à l'encontre de l'aristocratie foncière et de certaines élites créoles dont les autorités déplorent la nonchalance.

Espaces urbains et présence germano-chilienne

  • 27 Josef Ivens, Jahr Adressbuch der deutschen Colonien in Chile, Santiago, t. 1, années 1888-1889. La (...)
  • 28 Ibid., t. 2, année 1890, pp. 167-197. Nous avons effectué la somme des données fournies par quartie (...)
  • 29 Ibid., pp. 225-244. Nous avons effectué la somme des données démographiques fournies par quartiers

21Au cours de la seconde génération, la communauté germano-chilienne diversifie son implantation. Les colonies agricoles débordent la région des lacs tandis qu'un nombre croissant d'immigrants opte pour la vie citadine. Les centres urbains choisis sont de préférence Valdivia (dès 1846), Santiago et Valparaiso qui rassemblent des artisans, des négociants et des hommes d'affaires. La vie citadine se révèle d'emblée plus confortable tout en offrant une valorisation des compétences plus aisée. Nous avons choisi de présenter la communauté germano-chilienne urbaine telle qu'elle se donne à voir dans l'un de ses annuaires. Il s'agit du Jahr Adressbuch der deutschen Colonien in Chile de Josef Ivens27. L'auteur est connu, il s'agit d'un libraire de Santiago, d'origine allemande qui importait des encyclopédies venant d'Europe. L'annuaire a été édité de 1888 à 1892 et comprend plusieurs tomes ; nous n'avons pu consulter que les deux premiers, les autres ayant disparu ou étant devenus incommunicables à la Bibliothèque Nationale de Paris. Nous présentons ici le premier tome, à savoir l'année 1888-1889, qui montre une seconde génération d'immigrants germanophones. À cette époque, Josef Ivens évalue à 1.018 les Chiliens de souche allemande habitant la ville de Valparaiso dont la population globale s'élève à 104.952 habitants28. Pour Santiago, le groupe allemand est plus restreint : sur 189. 332 habitants, on compte 702 immigrants allemands29. L'ouvrage se proposait de rendre compte des activités des communautés de Santiago et de Valparaiso pour l'année en cours. L'annuaire comporte des textes ainsi qu'une collection de 327 vignettes souvent illustrées. Celles-ci sont de deux formats : l'un réduit (5 cm sur 10), et dans ce cas trois vignettes peuvent prendre place sur une même page ; l'autre plus important (16 cm sur 10), et la vignette illustrée occupe alors la totalité de la page. Ces vignettes, émanant d'industriels, de négociants et d'artisans, ont retenu notre attention.

22L'annuaire aurait pu se borner à donner une liste d'adresses et d'informations à l'usage des clients. Il n'en est rien. L'abondance des vignettes, le soin mis à leur composition et à leur exécution montrent que la communauté germano-chilienne a voulu aller au-delà. L'iconographie joue un rôle primordial et son statut est à mettre en relation avec un désir de reconnaissance sociale qui n'exclut pas une certaine fierté. La vignette, mieux encore que le texte, est appelée à donner à voir l'esprit d'entreprise, le sérieux et la compétence des Germano-Chiliens. À travers l'annuaire, la réussite doit sauter aux yeux du lecteur qui, en le feuilletant, doit en être convaincu. Vitrine de la communauté, l'annuaire devient un instrument de propagande sociale. Dans cette entreprise de séduction, la scénographie et le choix de la langue ne sont pas fortuits.

  • 30 Ibid., t. 1, années 1888-1889, vignette LXXXVII.
  • 31 Ibid., vignette LXXIII.

23Une première démarche a consisté à évaluer l'usage de la langue allemande. Majoritairement, les vignettes sont écrites en allemand mais certaines comportent un titre ou quelques termes en espagnol. Un décompte sommaire montre que 40 % d'entre elles portent la marque d'une hispanisation qui, dans la plupart des cas, n'excède pas quelques mots, tandis qu'environ 60 % des vignettes sont totalement rédigées en langue allemande. À plusieurs reprises, l'affirmation de la germanité va au-delà de l'usage de l'allemand et se manifeste par l'emploi de l'écriture gothique. C'est ainsi que A. Breitbarth a choisi de transcrire son nom en lettres gothiques30, tandis que A. Dogt, propriétaire d'un café billard à Valparaiso, fait rédiger toute sa vignette dans cette typographie31. Ce sont là des cas extrêmes mais en général le choix de la langue allemande demeure la norme. Lorsque la vignette comporte une phrase ou deux en espagnol, la syntaxe allemande est généralement conservée et les majuscules sont de mise pour tous les substantifs espagnols. En réalité, l'estimation de 40 % est une prise en compte maximale d'une hispanisation présente souvent à travers seulement quelques termes.

  • 32 Ibid., vignette XLIII.
  • 33 Ibid., vignette LVII.

24Tout d'abord, rappelons que l'annuaire s'inscrit dans un processus d'écriture bref et discontinu où les mots-clés jouent un rôle essentiel. Dans le cas présent, les vignettes illustrées cultivent une multiplicité de signes : langue / typographie / iconographie. Les signes coexistent, se combinent et interfèrent. Le choix de la langue opère à lui seul un marquage particulier. L'allemand et l'espagnol ont chacun leur statut et les deux langues ne jouent pas la même fonction. Un décodage s'impose donc. L'allemand se veut porteur du progrès européen et des techniques nouvelles ; mais au-delà, et appliquée à toute fabrication, fût-elle la chicha, la langue allemande devient une assurance de qualité. La typographie, lorsqu'elle est gothique, renforce le label en y apportant une touche d'authenticité indiscutable. L'espagnol, pour sa part, en appelle à une adaptation réussie et témoigne, au passage, de la reconnaissance de la communauté à sa nouvelle patrie. Pour l'annuaire de 1888, les Germano-Chiliens ont visiblement choisi de privilégier l'emploi de l'allemand dans la majorité de leurs annonces. Pour l'année 1890, les textes sont plus hispanisés et les vignettes rédigées en espagnol ne sont pas rares notamment quand il s'agit d'élargir une clientèle jugée encore trop restreinte32. Les annonces de certains photographes se font ainsi, pour des raisons commerciales, uniquement en espagnol, comme c'est le cas pour Manuel Holzachde Valparaiso33.

  • 34 J. Ivens, op. cit., t. 2, année 1890, p. 71.

25L'iconographie, en tant que signe, joue les danseuses apportant sa contribution tantôt à l'une ou l'autre culture. Pour les produits de luxe touchant aux spiritueux ou au tabac, la présentation des maisons d'importation est estampillée au sceau de l'hispanité. Avec Adolfo Tornquist de Santiago, l'exotisme du tabac induit l'exclusivité de la langue espagnole accompagnée de la représentation d'un noir fumant nonchalamment (figure 2). Par contre, le monde des boutiquiers et notamment la boutique vestimentaire relèvent en général d'un marquage allemand. La vignette des établissements S. Fried à Valparaiso est un modèle du genre (figure 3). Langue allemande, mode européenne, distribution équilibrée des articles dans le champ de la vignette sont à mettre au compte de l'image de marque germanochilienne. C'est tout l'univers de la boutique de luxe parfaitement tenue qu'une scénographie habile parvient à rendre. L'ensemble des signes concourt à valoriser l'ordre et la parfaite gestion. La scénographie statique permet de visualiser les piles de chemises aux plastrons et aux poignets soigneusement amidonnés tandis que parapluies, cannes et pipes figurent les images d'un bien-être de bon ton. Pour les établissements Grote (figure 3), la scénographie privilégie au contraire le dynamisme par l'attention mise à satisfaire les désirs de la clientèle. Dans les deux cas, scénographie et langue se relaient et se conjuguent pour assurer la promotion des produits allemands. Ordre, bonne tenue, accueil exemplaire constituent le label de qualité que les Germano-Chiliens ont voulu accréditer dans l'opinion publique. Ces remarques sur la vitalité de la langue et son rôle commercial sont à mettre en relation avec l'impulsion que les diplomates allemands ont donné en faveur de leur culture. En 1877 à son arrivée, l'ambassadeur Von Gülich présente, comme il est de tradition, ses lettres de créances aux autorités chiliennes. Au cours de la cérémonie et à rencontre des usages, Von Gülich prononce son premier discours en allemand afin, estime-t-il, de donner ses lettres de noblesse à la langue germanique et de valoriser le rôle des immigrants auquel le Chili est redevable de ses colonies florissantes du sud34.

26Dans le cadre des activités socio-professionnelles, l'analyse des activités met surtout en valeur la supériorité commerciale et technique du monde allemand. Dans les milieux urbains de Santiago et de Valparaiso, le petit commerce de distribution domine avec environ 30 % des vignettes. Il s'agit des boulangers, pâtissiers, charcutiers, quincailliers, modistes, gantiers, chapeliers, tailleurs et merciers auxquels il faut ajouter les horlogers, les cafetiers et les propriétaires de pensions ou d'hôtels. À côté du petit commerce, prend place le grand négoce avec les compagnies d'assurances, les maisons d'import / export, les activités de stockage et de consignation qui totalisent environ 23 % de l'activité de la communauté. Dans ce secteur, une part importante du commerce (17 %) est réalisée avec les produits coloniaux, thé et tabac de Cuba. La branche est dominée par les négociants de Santiago, Adolfo Tornquist, Luis Osthaus & Cie, Solthau & Cie, Christian Runge, Jorje Hinternhoff (figure 4), E. Reichhardt, Mattensohn & Cie, Carl Saebeler et F. Johannsen de Valparaiso. L'hispanisation s'impose alors dans les vignettes tant à travers l'iconographie que le texte. La production de matériel est un autre secteur qui témoigne de la réussite de la communauté germano-chilienne. L'optique et les instruments nautiques de précision marquent à la fois une supériorité technique allemande et une position commerciale hégémonique. En revanche, la production de matériel agricole proposée par C. Klein et J. Raab à Santiago, répond plus directement à la demande des régions rurales de même que les modèles de chariots en bois que Steinmeyer offre à sa clientèle.

  • 35 Ibid., t. 1, années 1888-1889, vignette LXI, LXII.
  • 36 Ibid., vignette CIV de C. Gardeweg.
  • 37 Ibid., t. 2, année 1890, p. 51.
  • 38 Ibid., t. 1, année 1888-1889, t. 1, vignette XLII, p. 5.

27En contre partie, la communauté germano-chilienne reste attachée à ses poêles en faïence et à ses grosses cuisinières domestiques en fonte dont G. Schneider et E. Knauf vantent les mérites sous les titres Depósitos de cocinas ou Hojalatería alemana avec croquis à l'appui35. Enfin, elle n'a pu se départir de ses habitudes alimentaires ; son goût prononcé pour la charcuterie apparaît toujours vivace dans la vignette de Carlos Gardeweg placée à l'enseigne d'un cochon dodu36. La communauté affirme en outre ses goûts dans la diffusion des jardins et des fleurs en milieu urbain. Rappelons que ce sont deux Allemands, Friedrich et Rudolf A. Philippi, qui organisèrent le musée et le jardin botaniques de Santiago, tandis qu'un autre Allemand Peter Streit, faisait venir d'Allemagne une collection de plantes rares37. Plusieurs jardineries sont signalées dans l'annuaire : los jardines Tivola, jardines de los capuchinos ou encore la jardinerie R. Harnecker de Valdivia (figure 5). Cette vignette, par ailleurs très réussie, donne dans la surenchère de signes pour authentifier la prédilection allemande : blondeur de la jeune fille aux longues tresses, costume régional, gestuelle dynamique, langue exclusivement allemande. A l'époque, les horticulteurs allemands opérèrent la diffusion de nombeuses variétés de plantes d'ornement dans les principales villes du pays. La ville de Puerto Montt avait même provoqué une mini-révolution en matière d'urbanisme en introduisant, pour la première fois au Chili, un jardin sur la place d'armes. Dans l'annuaire de 1888-1889, les vignettes bilingues offrant une rigoureuse parité textuelle restent exceptionnelles. Nous n'avons répertorié qu'un seul cas, celui de la jardinerie Tivola dont le propriétaire, Otto Naumann, avait opté pour un strict bilinguisme mis en valeur par une disposition en deux colonnes38.

  • 39 A. M. Brenot, Pouvoir, corps et espace. Figures et pratiques du pouvoir dans le monde ibéro-américa (...)

28L'immigration allemande au Chili est restée quantitativement modeste comparativement aux flux migratoires à destination des États-Unis ou de l'Argentine mais elle a été qualitativement importante. Il s'agit d'une immigration jeune et familiale, décidée à s'enraciner au Chili et attestant d'un niveau d'instruction supérieur à la moyenne du pays. Fortement soudée et souvent endogame, la communauté germano-chilienne se distingue par son efficacité technique et sa suprématie commerciale39. L'annuaire de Josef Ivens en rend compte. Petit commerce et grand négoce, matériel nautique et photographique sont ainsi aux mains d'une communauté industrieuse et qui s'empresse de le faire savoir. Les vignettes illustrées constituent la vitrine d'une communauté fière de sa réussite.

29Cependant, le modèle germano-chilien n'était pas neutre ; il empruntait au positivisme par la valorisation du progrès, au libéralisme par le goût de l'efficacité et à la modernité politique par la réussite individuelle. Le modèle, accepté et valorisé par les autorités chiliennes, devint une arme idéologique dirigée contre une partie des anciennes élites créoles et contre les Indiens d'Araucanie. Images d'une modernité qui se trouvait au goût du jour, les vignettes de Josef Ivens méritent de prendre place dans le courant des idées libérales de l'époque.

1. Una hacienda de colonos alemanes – Dibujo de Rodolfo A. Philippi Sergio Villalobos, Chile y su historia, Ed. Universitaria, Santiago, 1994, p. 240

2. Vignette d'Adolfo Tornquist, importateur de tabac et de cigares. Jahr Adressbuch der deutschen Colonien in Chile, 1888-1889, Josef Ivens, Santiago, Tome I, vignette CXV

3. Vignettes de Grote & Cie. Et S Fried, vêtements masculins. Jahr Adressbuch der deutschen Colonien in Chile, 1888-1889, Josef Ivens, Santiago, Tome I, vignettes XXXVI et XXXVII

4. Vignette de Jorje Hinternhoff, importateur de cigares, vins et liqueurs. Jahr Adressbuch der deutschen Colonien in Chile, 1888-1889, Josef Ivens, Santiago, Tome I, vignette LXXXVII, p. 11

5. Vignette de la jardinerie de R. Harnecker Jahr Adressbuch der deutschen Colonien in Chile, 1888-1889, Josef Ivens, Santiago, Tome I, vignette XLII, p. 5

Notes

1 Jean-Pierre Blancpain, Los Alemanes en Chile (1816-1945), Santiago, Dolmen Ediciones, 1985, p. 30.

2 Mario Góngora, Ensayo histórico sobre la noción de estado en Chile en los siglos XIX y XX, Santiago, Editorial Universitaria, 1986, pp. 188-190.

3 Gabriel Guarda, La economía de Chile austral antes de la colonización alemana 1645-1850, Valdivia, Universidad de Chile, 1973, pp. 105-106.

4 Ibid., pp. 108-109.

5 Ibid., p. 106.

6 Benjamin Vicuña Mackenna, Miscelanea. Colección de Artículos, Discursos, Biografías. Impresiones de viaje. Ensayos, Estudios sociales económicos etc..., Santiago, Imprenta de la librería del Mercurio de Orestes, 1872, p. 156.

7 Ibid., p. 161.

8 V. Pérez Rosales, Recuerdos del pasado 1814-1860, Santiago de Chile, Impr. Barcelona 1910 op cit cap. XXI, p. 392.

9 J.-P. Blancpain, op. cit., pp. 71-73.

10 Vicente Pérez Rosales, Recuerdos, op. cit., cap. XX, p. 385.

11 Economical and social progress of the Republic of Chile, Santiago, Impr. Barcelona, 1906, p. 83.

12 V. Pérez Rosales, Essai sur le Chili, Hambourg, 1854, 2e partie, chap. V, p. 185.

13 Ibid., 2e partie, chap. V, p. 200.

14 Ibid., 2e partie, chap. VII, p. 262.

15 V. Pérez Rosales, Recuerdos, op. cit., cap. XIX, p. 383.

16 Ibid., cap. XXI, p. 391.

17 V. Pérez Rosales, Essai sur le Chili, op. cit., 2° partie, chap. VIII, p. 258.

18 Ibid., 2e partie, chap. VIII, p. 258.

19 V. Pérez Rosales, Recuerdos, op. cit., cap. XI, p. 213.

20 Ibid., cap. XXII, p. 421.

21 V. Pérez Rosales, Essai sur le Chili, op. cit., 2e partie, chap. VIII, p. 262.

22 Economical and social progress, op. cit., p. 232.

23 V. Pérez Rosales, Recuerdos, op. cit., cap. XXII, p. 430.

24 J. -P. Blancpain, op. cit., p. 66.

25 S. Villalobos, op. cit., voir le dessin d'une hacienda de colonos fait par Rudolf Armandus Philippi, p. 240.

26 V. Pérez Rosales, Recuerdos., op. cit., cap. XXII, pp. 437-439.

27 Josef Ivens, Jahr Adressbuch der deutschen Colonien in Chile, Santiago, t. 1, années 1888-1889. La vignette concernant l'auteur figure dans le t. 2, année 1890, p. 38.

28 Ibid., t. 2, année 1890, pp. 167-197. Nous avons effectué la somme des données fournies par quartiers.

29 Ibid., pp. 225-244. Nous avons effectué la somme des données démographiques fournies par quartiers

30 Ibid., t. 1, années 1888-1889, vignette LXXXVII.

31 Ibid., vignette LXXIII.

32 Ibid., vignette XLIII.

33 Ibid., vignette LVII.

34 J. Ivens, op. cit., t. 2, année 1890, p. 71.

35 Ibid., t. 1, années 1888-1889, vignette LXI, LXII.

36 Ibid., vignette CIV de C. Gardeweg.

37 Ibid., t. 2, année 1890, p. 51.

38 Ibid., t. 1, année 1888-1889, t. 1, vignette XLII, p. 5.

39 A. M. Brenot, Pouvoir, corps et espace. Figures et pratiques du pouvoir dans le monde ibéro-américain XVIe-XIXe siècle. Habilitation à diriger des recherches soutenue le 9/1/1999 sous la direction du Professeur V. Serverat, Université de Grenoble III (en particulier "Une périphérie austro-allemande dans le Chili du XIXe siècle"), vol. 3, chap. IV, pp. 786-842.

Table des illustrations

Légende 1. Una hacienda de colonos alemanes – Dibujo de Rodolfo A. Philippi Sergio Villalobos, Chile y su historia, Ed. Universitaria, Santiago, 1994, p. 240
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 2. Vignette d'Adolfo Tornquist, importateur de tabac et de cigares. Jahr Adressbuch der deutschen Colonien in Chile, 1888-1889, Josef Ivens, Santiago, Tome I, vignette CXV
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5668/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 3. Vignettes de Grote & Cie. Et S Fried, vêtements masculins. Jahr Adressbuch der deutschen Colonien in Chile, 1888-1889, Josef Ivens, Santiago, Tome I, vignettes XXXVI et XXXVII
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5668/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende 4. Vignette de Jorje Hinternhoff, importateur de cigares, vins et liqueurs. Jahr Adressbuch der deutschen Colonien in Chile, 1888-1889, Josef Ivens, Santiago, Tome I, vignette LXXXVII, p. 11
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5668/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 5. Vignette de la jardinerie de R. Harnecker Jahr Adressbuch der deutschen Colonien in Chile, 1888-1889, Josef Ivens, Santiago, Tome I, vignette XLII, p. 5
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5668/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 291k

Auteur

Université de Valenciennes

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540