Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Représentations et lieux de mémoire

L'état chilien et la construction de l'image patriote

Cyril Carret

Texte intégral

1La société telle que nous la connaissons aujourd'hui accorde une place de premier choix à l'image dont la création et la diffusion sont de plus en plus rapides grâce au développement et à l'essor des nouvelles technologies. Ce goût de l'homme pour le visuel n'est pas nouveau et la recherche iconographique a permis de constater l'importance de l'image dans toutes les civilisations, si antiques soient-elles. Pourtant, nous avons actuellement encore tendance à sous-évaluer le rôle capital de l'image dans notre perception du monde et de l'actualité. De récentes affaires de manipulation de l'image, telles qu'elles sont apparues dans le très médiatisé "procès Ceaucescu" ou encore le débarquement américain au Rwanda, démontrent une fois de plus que l'apparence des choses avec, en aval, leur décontextualisation, leur présentation et leur interprétation, peut conférer à la réalité un sens, lequel participe parfois d'un acte volontaire de manipulation de l'image.

  • 1 Jean Paul Duviols, L'Amérique espagnole vue et rêvée. Les livres de voyages de Christophe Colomb à (...)

2Pour ce qui est de l'image américaine, objet de notre étude, il n'est pas anodin de remarquer que la naissance de l'imprimerie précède de peu la découverte du Nouveau Monde. Dès lors, les récits de voyages vont bénéficier d'un engouement renouvelé pour le livre, de la part d'un lectorat dont le nombre va croissant. Jusqu'alors, l'image, support essentiel de la représentation des pouvoirs temporels, de la diffusion de la religion catholique et de la culture des clercs, avait mission de représenter une réalité qui se voulait indéniable. L'image qui apparaît dans les ouvrages imprimés est donc immédiatement perçue comme un vecteur d'information privilégié, chargé d'engendrer un effet de connaissance. L'icône séduit, car son décryptage demande un investissement intellectuel minimum. Imprimée, elle va dès lors avoir une influence capitale dans la diffusion de la connaissance de "l'ailleurs" présenté par les récits de voyages, et supposer également une remise en question chez les voyageurs et chez les lecteurs étrangers de leurs propres valeurs, de leurs habitudes et de leurs certitudes1. Elle suscitera également l'intérêt chez les lecteurs des pays visités qui reprendront les récits de voyageurs comme documents d'études de leur propre passé.

3Au gré de nos recherches sur l'élaboration de l'image du Chili, sa diffusion et son influence sur le destin national chilien, depuis la découverte du continent à l'émancipation de la nation chilienne, il nous a semblé percevoir que l'iconographie du Chili a été l'objet d'enjeux politiques et financiers dès son apparition au XVIe siècle et qu'elle a pu être un frein constant à la connaissance exacte du territoire et au développement de son économie, jusqu'au XIXe siècle où la jeune République semble avoir décidé d'inverser la tendance, c'est à dire de maîtriser son image et de la promouvoir à des fins politiques et économiques.

L'élaboration de l'image du Chili du XVe au XIXe siècle : l'exo-image européenne

  • 2 Theodore De Bry, Grands Voyages, Onzième partie : Americae pars unecima, seu descriptio admiranti i (...)
  • 3 Padre Alonso de Ovalle, Histórica relación del Reyno de Chile, introducción de C. Bunster, Santiago (...)

4Des éléments des images antérieures sont présents dans chacune d'elles, de telle sorte qu'à chaque époque nous retrouvons des éléments archaïques en guise d'héritage du passé. De la découverte du Continent américain à la seconde moitié du XVIIe siècle, c'est la quête merveilleuse du "plus ultra", c'est-à dire la région où depuis l'Antiquité grecque se situait le monde fantastique, qui va inspirer les illustrations des livres de voyages et des chroniques des Indes. L'iconographie transpose alors au monde américain les schémas et les thèmes d'un monde fantastique issus du monde gréco-latin qui imprégnait la culture de la Renaissance. Au Chili, cela correspondra à l'iconographie du Géant (humain ou animal)2, de l'enfant oiseau, du Lion marin, de l'homme à queue3 et autre sinomorphes, protomorphes, terramorphes et ichtyophages.

5Dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, c'est la quête de l'exotisme qui stimulera l'illustration ; entendons par exotisme l'élément tropical exubérant : l'Europe se sait l'héritière du sofrosyne grec, c'est-à dire du juste milieu, de la mesure et entend se démarquer de l'hybris, l'excès dont les multiples représentations évoquent le pouvoir d'attraction / répulsion que ce concept pouvait exercer :

  • 4 Claude Lévi-Strauss, Race et Histoire, Paris, Folio Essai (Denoël), 1987 [1952], p 20.

"Ainsi l'Antiquité confondait-elle tout ce qui ne participait pas de la culture grecque (puis gréco-romaine) sous le même nom de barbare ; la civilisation occidentale a ensuite utilisé le terme de sauvage dans le même sens. Or, derrière ces épithètes se dissimule un même jugement : il est probable que le mot barbare se réfère étymologiquement à la confusion et à l'inarticulation du chant des oiseaux, opposée à la valeur signifiante du langage humain ; et sauvage, qui veut dire "de la forêt", évoque aussi un genre de vie animale par opposition à la culture humaine. Dans les deux cas on refuse d'admettre le fait même de la diversité culturelle ; on préfère rejeter hors de la culture, dans la nature, tout ce qui ne se conforme pas à la norme sous laquelle on vit"4.

  • 5 Cet archétype de l'exotisme aura la vie dure et l'on retrouve encore les plumes sur la coiffure d'u (...)

6C'est ainsi que, pour obéir à cette idée préétablie de la réalité, dans les représentations artistiques de l'époque, les vues du sud du Chili, au climat continental froid, se trouvent parfois affublées de palmiers et leurs habitants de plumes5. Cette quête d'une réalité qui comble les fantasmes du lecteur européen conjuguée aux intérêts financiers des éditeurs, va multiplier la présence d'éléments insolites dans les représentations de la réalité américaine mais aussi du Chili, du XVIe au XVIIIe siècle, lesquels vont véhiculer à travers le monde une image du territoire chilien totalement onirique.

  • 6 Si l'on excepte les fluctuations de ses frontières nord et le progressif confinement du pays au ver (...)
  • 7 Organisme établi à Séville comme une simple agence de la Couronne pour assurer le monopole du comme (...)

7A cette méconnaissance de la réalité américaine fondée sur des à-prioris, il faut ajouter une grande ignorance de la réalité spatiale du territoire chilien. Si dans la cartographie européenne, depuis les premiers temps de la conquête, le territoire chilien a une étendue quelque peu semblable à celle qu'il a actuellement6, jusqu'à l'aube du XXe siècle, la domination territoriale de l'État se résume à quelques points sur la carte correspondant, du sud au nord aux actuelles villes de Punta Arenas, Valdivia, Concepción, Santiago, Valparaíso et la Serena, l'Espagne ayant concentré ses efforts de colonisation sur la création de ports afin de développer le commerce avec son Empire des Indes. Dans les raisons historiques de la méconnaissance du pays, il est nécessaire de souligner les conséquences de l'interdiction faite aux ressortissants étrangers de pénétrer dans les territoires sous gouvernement espagnol, établie par les lois des Indes, qui stipulaient l'obligation d'avoir recours à une licence du Roi ou de la Casa de Contratación pour s'installer au Chili ou même y débarquer7.

  • 8 Enciclopedia de Chile (Dirección de la obra José Luis Luzon, Jaume Mateu Giral), Barcelona, Océano, (...)
  • 9 Littéralement l'expression est la suivante : "Guardaos que os enviarán a Chile".
  • 10 "Vete a la Patagonia".

8La connaissance du territoire est donc absolument fragmentaire et incomplète comme l'est la réalité véhiculée par les premières images du pays émanant des livres de voyages des expéditions européennes. Durant trois siècles, celles-ci représentent essentiellement des vues de sites côtiers et de leurs habitants, même si la géographie chilienne permet toujours de dessiner la Cordillère en arrière plan, qu'une distance moyenne de 150 kilomètres rend tout à fait pittoresque. La zone sud du Chili est la plus fréquentée car le pays est avant tout une étape sur la route des mers du sud, une étape et une inépuisable réserve pour l'imaginaire. Déchirée par la mer, tourmentée par la pluie et battue par les vents, isolée du reste du continent par les confins d'une cordillère mourante, et du monde par deux océans, la Patagonie chilienne possède tous les atouts du mystère pour permettre une projection aisée des fantasmes et des mythes européens. Dans l'imagerie qui prétend illustrer cette région, on trouve à loisir un sixième continent, la Cité des Césars, de nombreux géants patagons, une humanité australopithèque, une faune fantastique, etc... Or, le public lecteur ou simple consommateur de gravures, ainsi que les éditeurs, se sont très bien accommodés de cette surenchère de fantaisie très lucrative pour l'édition d'ouvrages illustrés européens, jusqu'au jour où celle-ci s'est révélée être un frein au développement de la Nation désormais émancipée de la métropole8. Les premiers gouvernements chiliens ont immédiatement compris les travers de la méconnaissance de leur patrimoine national et l'incongruité de l'imagerie qui se rattachait à leur territoire. Un dicton espagnol du XVIe siècle évoque parfaitement l'aura négative qui a entouré le Chili durant des décennies -il mettait en garde quiconque aurait une attitude repréhensible en le menaçant d'un "prends garde ou tu seras envoyé au Chili"9- et nous le retrouvons encore aujourd'hui dans le parler populaire hispanophone lorsqu'il s'agit d'éconduire quelqu'un en lui suggérant d'"aller se faire voir en Patagonie"10.

Les premiers pas de la République et le contrôle de l'auto-image

9Au XIXe siècle, on assiste donc à un effort de réappropriation de l'image nationale par les instances gouvernementales chiliennes. L'exo-image a commencé à se distancer considérablement des représentations du phantasme européen projeté sur les territoires américains depuis les débuts de la Conquête. Les monstres de tout acabit dans des décors de contrées mythiques ont disparu cédant la place à de bien sobres représentations de paysages et d'habitants qui laissent le lecteur moderne et amateur de récits fantastiques quelque peu sur sa faim.

10A la fin du XVIIIe siècle, l'esprit des encyclopédistes inspire grandement la pensée de ces nouveaux voyageurs et les illustrateurs n'ont de cesse de représenter la réalité dans son détail, mais envisagée surtout sous le prisme de la science. Voici l'heure des grands voyages de découverte qui affinent et étendent à la fois l'appréhension des terres nouvelles ou peu connues dans un désir de rationalité. C'est l'oeuvre humaine dans toute son étendue qui intéresse. Deux choses cohabitent : la nature et tout ce qui porte à l'exotisme et la marque de l'homme sur son univers (les techniques d'exploitation du sol, sa nourriture, son habitat, ses vêtements, les communications qu'il a établies, ses ports, ses villes...). Tout cela a un double objectif : participer de la connaissance mais également jeter des bases d'échanges commerciaux avec les nouvelles Nations, que l'Espagne avait interdits jusqu'alors. L'imagerie chilienne évolue à grands pas car les voyageurs vont désormais pénétrer avec de plus en plus de fréquence dans l'intérieur du pays et en explorer les contrées.

11L'étude des divers documents qui nous sont parvenus dans l'actualité fait état de deux stratégies de développement économique, chronologiquement consécutives, émanant des tout premiers gouvernements chiliens et se centrant pour l'essentiel sur la production et le contrôle de l'auto-image et de l'exo-image.

12La première est basée sur la mise en valeur et l'appropriation du patrimoine national. Le Romantisme imposant la récupération du passé comme facteur d'identité, la formation d'une identité nationale représente pour la société criollorépublicaine le défi de se reconnaître en tant que groupe nouveau, capable d'établir une cohésion propre à intérioriser ses particularismes nationaux, ce qui implique pour le Chili de se détacher de l'Espagne mais également de prendre ses distances face à l'américanisme bolivarien. A partir de 1830, le Chili va donc se tourner vers l'Europe afin de mettre en valeur son patrimoine, partant du principe que, comme l'écrivait Marcial Gonzalez en 1848 :

  • 11 Ramón Rivera Jotré, Reseña histórica del ferrocarril entre Santiago y Valparaíso, 2° ed., 1963, in (...)

"Un groupe d'immigrants pacifiques, de colons laborieux, porte dans ses coutumes plus de civilisation que les meilleurs livres, plus de richesses que mille navires chargés de biens manufacturés"11.

  • 12 Le recensement de 1845 fait état d'environ 20.000 étrangers et celui de 1875 de 25.000. Simon Colli (...)
  • 13 Celui-ci fut envoyé en Allemagne en 1848, au service du Chili afin de recruter des immigrants (Serg (...)
  • 14 Employé par le gouvernement Bulnes, il a réalisé la première oeuvre d'ensemble sur le pays (Gadalme (...)

13Ainsi, les immigrants forent-ils chaleureusement accueillis, Argentins en majorité, mais aussi Anglais et Français, et on peut constater que, proportionnellement à leur nombre, ils ont eu une influence disproportionnée sur l'idiosyncrasie chilienne12. A cette immigration quantitative s'en ajoute une autre, qualitative, faite d'hommes de Lettres et de sciences conviés à travailler au Chili, parmi lesquels nous pouvons compter des écrivains et politiciens argentins tels que Domingo Faustino Sarmiento, Bartolomé Mitre, Juan Bautista Alberdi, Vicente Fidel López et Luis Gabriel Ocampo, le Vénézuélien Andrés Bello, l'Espagnol José Joaquín de Mora, les peintres bavarois Johan Moritz Rugendas, italien, Alejandro Ciccarelli et français, Raymond Quinsac Monvoisin, les médecins Guillermo Blest, le britannique et Lorenzo Sazié, le français, les naturalistes Ignacio Domeyko (polonais), Rudolfo Amando Philippi (allemand)13, Claude Gay (français), et également le géologue français Aimé Pissis, auteur de la première géographie physique du Chili, pour ne citer que les plus emblématiques14.

  • 15 F. A. Encina y L. Castedo, Historia de Chile, Santiago, Zig-Zag, t. 1, 1535-1821 ; t. 2, 1822-1879  (...)
  • 16 Claude Gay, Historia Física y Política de Chile, Paris, En casa del Autor, 1844-1854,23 vols., in-8
  • 17 "En août 1844 apparaissent les premiers feuillets de 1'Historia Física y Política de Chile consacré (...)

14Dans le domaine de la science et de l'art, l'illustration joue un rôle capital ; entendons par là qu'en quelques planches il peut être plus efficace d'évoquer le cycle de croissance d'une espèce végétale qu'en un long et ennuyeux texte descriptif ou encore de présenter un lieu géographique en deux dimensions qui perdrait en concision et en précision au travers du texte narratif. Parmi les hommes auquel le Chili a fait appel, les travaux de Claude Gay sont sans doute ceux qui ont eu et continuent à avoir le plus de succès public, tant pour leur qualité scientifique que picturale. Installé au Chili depuis le 8 décembre 1828 comme professeur de physique et d'histoire naturelle, il signe le 14 décembre 1830 un contrat avec le gouvernement Portales pour réaliser un voyage scientifique à travers la République et y étudier l'histoire naturelle, la géographie, la géologie, les statistiques, former un cabinet d'histoire naturelle, un catalogue des eaux minérales, de cartes géographiques, de vues et de plans15 ; Son voyage durera jusqu'en 1842 quand il revient en France dans le but d'y rédiger une histoire du Chili : Historia Física y política de Chile16, publiée entre 1844 et 1855 en vingt-huit volumes auxquels on peut ajouter deux autres édités en 1870-187117.

  • 18 F. A. Encina y L. Castedo, Historia de Chile, op. cit., t. II, p. 1035.
  • 19 605 particuliers ont souscrit tandis que le gouvernement a financé 400 exemplaires (Sergio Villalob (...)
  • 20 Recaredo S. Tornero, Chile ilustrado (Guía descriptivo del territorio de Chile de las capitales e p (...)

15Ce travail a été d'un apport inestimable au monde de la science et de la connaissance du Chili18. Il a été réalisé sur un principe de double souscription, celle de l'État et des particuliers et a connu une honorable distribution tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays et a valu à son auteur la nationalité chilienne à titre honorifique19. L'atlas de cette oeuvre est constitué de deux tomes édités par la maison parisienne E. Thunot et Cie, lesquels comprennent respectivement 180 et 135 planches consacrées à la géographie, 2 aux antiquités chiliennes, 6 aux moeurs araucannes, 47 aux villes, coutumes et paysages, 103 à la botanique, 135 à la zoologie et un portrait du président qui a commandité les travaux. Ces chiffres nous indiquent avec clarté le propos de l'élaboration d'une telle oeuvre : donner du Chili l'image d'une nation moderne où les sciences exactes sont représentées. En revanche, le nombre limité de planches représentant des Indiens (moins de 2 %) alors que ceuxci constituent près de 50 % de la population totale du territoire en 186820, démontre bien que le gouvernement entend se désolidariser de l'image du pays qui circulait jusqu'alors et qui faisait la part belle à la représentation des indigènes chiliens comme facteur d'exotisme.

  • 21 "Portales affirmait vers 1830 que les chiliens étaient les'Anglais de l'Amérique'(Cité par A. Edwar (...)
  • 22 W. Anderson Smith, Temperate Chile-a progressive Spain, Adam and Charles Black, London, 1899, p., i (...)

16Il s'agit là de la deuxième stratégie mise en oeuvre par les gouvernements chiliens du XIXe siècle : affirmer l'appartenance du Chili à l'Europe et rejeter délibérément l'élément autochtone. Le Chili est une nation moderne au futur prometteur qui a payé sa dette au passé et regarde désormais vers l'avenir, c'est à dire concrètement qui convoite les capitaux européens. Tel est le message qui va alors s'imposer. On peut également remarquer que les Chiliens se réclament de leur appartenance à l'Europe du point de vue de leurs origines mais aussi de leurs aspirations économiques, allant même jusqu'à s'auto-dénominer "les Anglais de l'Amérique du Sud"21, au grand dam d'auteurs anglais tels que Smith W. Anderson qui, dans le prologue de son livre Temperate Chile22, proteste contre une telle usurpation.

17Cette schizophrénie de la nation chilienne qui a la volonté se désolidariser complètement de son passé et d'une partie de ses composantes ethniques, largement représentées par le métis, coexiste parallèlement à une forte présence indienne sur toute une partie de son territoire. L'actuelle province de Valdivia est encore aux mains des Araucans jusqu'en 1881, et ce malgré les innombrables guerres qui ont ponctué les siècles précédents.

  • 23 Soulignons la collaboration de Claude Gay avec le peintre bavarois Johan Moritz Rugendas, qui a par (...)
  • 24 Oreste Plath, "Epopeya del'roto'chileno", in Guzmán Nicomedes, Autorretato de Chile, Santiago Zig Z (...)
  • 25 Planche n° 33 de l'atlas de Claude Gay, Historia Física y Política de Chile, op. cit.

18Bien que les historiens s'accordent à souligner la grande valeur documentaire de l'oeuvre de Claude Gay en général et des illustrations de l'atlas en particulier23, il convient de souligner que l'image, dans son rôle de reflet d'une réalité est insatisfaisante ; outre la mauvaise représentation de l'élément indien, aucun métis n'y est représenté de façon claire. On y voit des gens du peuple, les fameux "rotos"24, mais le trait physique méditerranéen y est dominant. De même, dans les représentations de l'indianité, il est flagrant que les populations de souche indienne et européenne coexistent sans se mélanger : la vue du Fort d'Arauco25 censée représenter les échanges entre les deux cultures, présente les deux groupes séparés par la palissade de bois de l'enceinte du fort. Or, il ne faut pas négliger l'influence qu'a eu l'oeuvre de Gay quant à la diffusion de l'imagerie chilienne. Outre les 30 volumes de ses travaux en deux éditions, Claude Gay a lui même distribué à ses amis et collaborateurs des recueils de planches formés des gravures excédentaires de la première édition. Par ailleurs, le succès de l'oeuvre ne s'est pas arrêté aux seules éditions qu'il ait réalisées car les ouvrages qui agrémentent leur texte de copies de ces gravures sont très nombreux depuis lors. Aujourd'hui encore, elles figurent en bonne place dans les livres d'histoire ou servent d'illustration de page de garde.

Le contrôle de l'exo-image et la propagande patriote dans la deuxième moitié du XIXe siècle

  • 26 Citons comme exemples les livres de Georges Chaworth Musters, At home with the Patagonians, a year' (...)

19Dans un deuxième temps, outre le travail d'élaboration et de contrôle de l'auto-image, les gouvernements de la deuxième moitié du XIXe siècle vont s'attacher à contrôler l'image du Chili diffusée à l'extérieur du pays. La technique est simple, il s'agit de contrecarrer l'image abusivement exotique et fantastique qui circule à son propos depuis le XVIe siècle et qui orne encore abondamment toute une littérature de voyage qui prétend séduire le lecteur en le grisant d'anecdotes macabres26. Pour cela, le recours à la sélection des images publiées est stricte et simple à la fois : il s'agit, d'une part, d'afficher la neutralisation de l'élément indigène, soit par sa disparition complète de l'iconographie, soit par la démonstration de son actuelle servilité, d'autre part, de présenter le pays sous l'angle de la modernité, offrant systématiquement l'image de son infrastructure économique (gravures d'usines, de matériel industriel, de ressources primaires, de voies de communication, de gares) et de son infrastructure sociale (places, églises, monuments, statues de personnages célèbres, scènes de vie sociale urbaine, portraits d'intellectuels et d'hommes politiques).

20Il faut donner l'image d'un pays stable, riche et prospère, apte à mettre en valeur les capitaux étrangers et à offrir aux éventuels immigrants des conditions de vie et d'enrichissement idéales. Les ouvrages qui voient alors le jour sont à michemin entre le guide touristique et l'apologie historico-économico-sociale de la République du Chili. Actuellement, il demeure malaisé au chercheur de définir si ces ouvrages ont été directement commandités par les gouvernements chiliens car les données bibliographiques de page de garde ne précisent pas toujours les motifs et les conditions d'édition. Néanmoins, leur propos demeure clair et leur titre est parfois tout à fait évocateur, tel ce livre d'Édouard Sève, La Patria chilena, édité au Chili en 1876 à l'intention d'un public francophone, dont le sous titre précise Le Chili tel qu'il est-Publications officielles de la commission belge faites avec l'approbation de la Commission directrice de l'exposition internationale du Chili de 1875, ou encore cet ouvrage de 1866 édité aux États-Unis, A sketch of Chili expressly prepared for the use of emigrants from the United States and Europe to that country, dont le titre exprime clairement les motifs qui ont présidé à son élaboration.

  • 27 Recaredo S. Tornero, op. cit., p. VII.
  • 28 Ibid., p. V.

21Le premier guide illustré du Chili, tel qu'il est annoncé dans l'avertissement au lecteur, est une oeuvre dont les illustrations ont été maintes fois reproduites depuis sa publication27. Rédigé en espagnol bien qu'édité à Paris, il s'intitule Chile Ilustrado et, comme le précise son sous-titre, comporte 200 gravures et dix lithographies de très belle facture. Son propos est ostensiblement exprimé dans l'avertissement préliminaire : "Offrir à l'étranger et à nos compatriotes un exposé exact et circonstancié de l'état de progrès matériel qu'a atteint notre pays [...] un pays jeune qui a su développer de tels éléments de richesse, soutenu par la confiance qu'inspire un gouvernement honnête et libéral"28. Ce livre est une mine de renseignements pour nos recherches, notamment par le choix de ses illustrations et des informations qui y sont livrées. Selon celles-ci, le pays n'a rien à envier au plus développé des pays industrialisés : il présente 70 paysages des plus civilisés, 65 vues d'édifices et de monuments, 17 panoramas de villes, 19 gravures de "types populaires", 11 reproductions de statues. Une dizaine de pages de texte sont consacrées aux 17 000 Indiens du sud du Chili selon les propres chiffres de l'auteur, et regroupée sous le titre "territoire indigène", qui peut sous-entendre autant la constatation formelle de la non-domination chilienne du territoire araucan que la désolidarisation des instances gouvernementales chilienne de la composante indienne de sa population.

  • 29 "Sin embargo, a pesar de su evidente dejeneracion (sic), el araucano conserva aun intacto su ascend (...)

22Les illustrations qui ornent un texte riche d'informations ont un effet purement décoratif car elles présentent des personnages bien anodins et très "anthropologiquement corrects" : face au lecteur, le regard fixe, l'expression neutre, le costume d'apparat impeccable. Ces Indiens-là n'évoquent rien d'hostile et leur soumission face à l'artiste laisse présumer de leur docilité. Le texte quant-à-lui s'évertue à démontrer comment ces malheureuses populations se sont acharnées à s'auto-détruire grâce à l'alcool en particulier bien que "malgré son évidente dégénérescence, l'Araucan conserve encore intact le plus pur amour de la liberté"29. De même, l'auteur s'attarde sur la localisation géographique précise de ces populations dans le but de bien démontrer la circonscription de leur territoire, l'impossibilité dans laquelle se trouvent ces Indiens de pouvoir en échapper :

  • 30 Ibid., pp. 356-357. ["En la actualidad se encuentran los araucanos encerrados en una faja de terren (...)

"A l'heure actuelle les Araucans se trouvent enfermés dans une bande de terre entre le degré 37,50 et le degré 39,40 de latitude (sud) formant deux grandes vallées situées, l'une entre les contreforts des Andes et de la Cordillère centrale, et l'autre entre celle-ci et la mer. Les limites du territoire occupé par les indigènes sont : au Nord, la ligne fortifiée du fleuve Malleco, depuis les Andes jusqu'à Angol, à l'Est la Cordillère des Andes, au Sud le fleuve Tolten et à l'Ouest la mer, dans la proximité de laquelle a été dressée une série de forts et de villages. Le fleuve Malleco qui ferme le passage des Indiens au Nord présente un front de dix lieues défendu par le fleuve et une ligne de trois forts et trois tours placés sur toute son extension"30.

  • 31 Ibid., p. 362. ["En medio de su ignorancia y supersticion, tiene el araucano mui bellas cualidades (...)
  • 32 Il s'agit de reproductions de deux tableaux de Monvoisin actuellement exposés au musée de Talca (Ch (...)
  • 33 Gravure n° 2 de la section de l'Atlas de Gay intitulée Historia de Chile - Costumbres araucanas.

23En résumé, citoyen désireux de vous installer au Chili, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, l'Indien chilien est bien enfermé dans son territoire et ne représente plus de danger pour les bonnes âmes. Notons au passage un détail cocasse : l'Indien "chilien", si Indien fut-il, ne pouvait pas être complètement dénué de qualités puisque Chilien. Comme le souligne Tornero, "Au milieu de son ignorance et de sa superstition l'Araucan possède de belles qualités qui le distinguent des autres indigènes d'Amérique"31. Un peu plus avant dans la lecture de l'ouvrage, après avoir rassuré le lecteur sur la docilité de la gent indigène de ces contrées, notre auteur sacrifie au rite de l'anecdote frissonnante alors en vogue dans les récits de voyage, sans doute afin de contenter les espérances du lecteur. Un épisode dramatique mettant en scène les cruels Indiens nous est conté et illustré. Deux gravures ornent le texte, présentant l'aventure survenue à Elisa Bravo lors du naufrage du brick, victime de la méchanceté des indigènes32. Ce fragment n'est pas sans rappeler une illustration de l'ouvrage de Claude Gay précédemment évoqué, intitulée "un malón"33. Il met en scène le rapt d'une jeune Européenne par un Araucan aux yeux de fou, à cheval, dans une confusion de cavaliers indigènes face au désarroi d'un enfant dont le sort risque bien d'être similaire à celui d'un homme qui pourrait être son père et gît sans vie au premier plan de la composition.

  • 34 Charles Wiener, Chili et Chiliens, Paris, Imprimerie Cerf et Fils, 1888 (1e éd.), 383 p.

24Ce schéma employé par Tornero pour faire l'apologie du pays (rassurer/attirer) se retrouve dans la quasi-totalité des livres d'identique propos de la seconde moitié du XIXe siécle. Sans doute ces célèbres ouvrages ont-il influencé les auteurs suivants et il est aisé d'imaginer que Charles Wiener en ait eu connaissance lorsqu'il rédigea l'avant propos de son livre où il nous confie que, selon lui34, "le Chili est trop civilisé pour attirer l'explorateur et trop européen pour éveiller la curiosité des foules". La centaine d'illustrations de ce "guide" présente un Chili prospère, au capital architectural riche, à la technologie développée. L'intérêt qui a sans doute guidé la rédaction et l'illustration de cet ouvrage est exprimé en conclusion :

  • 35 Ibid., p. 380.

"Quelle impression ressentons-nous après ces incursions et ces études ?. [...] Le capital foncier y atteint près de cinq millions, les capitaux placés dans les établissements financiers commerciaux ou industriels dépassent un milliard et demi"35.

  • 36 Ibid., p. 337.,
  • 37 Ibid., p. 265 [se trouve aussi dans C. de Cordemoy, Au Chili, Paris, Hachette, 1899,264 p., ouvrage (...)

25Bien entendu, la négation de la composante ethnique indienne semble encore une fois être la garante de la prospérité du pays. Parmi les illustrations il ne s'en trouve qu'une représentant un groupe de "femmes et nourrissons araucans"36, et dans la gravure d'après un montage photographique rassemblant une cinquantaine de portraits de "jeunes filles chiliennes"37, aucune n'a le type indien. Le texte nous fournit une explication toute personnelle à l'absence de représentation de cette ethnie. L'auteur nous y précise que les chiliens :

  • 38 Recaredo S. Tornero, op. cit., p. 22.

"ont avancé lentement, ils ont refoulé peu à peu les inutiles et dangereux indigènes et, à la fin de la guerre contre le Pérou et la Bolivie, ils ont profité des forces militaires dont ils disposaient pour en finir d'un coup"38.

26On entrevoit un égal mépris pour la race indienne dans l'ouvrage de Charles Cordemoy car, bien que la couverture soit illustrée par un beau portrait d'indien araucan, seules 6 des 109 images que contient l'ouvrage présentent des Indiens : un araucan prisonnier, une fillette contrite, un enfant araucan mendiant, un tableau représentant une scène classique de bataille (l'attaque de Colipulli) et une photo surprenante sur laquelle il convient de s'attarder. Sept gaillards araucans sont plantés en rang d'oignon face à l'objectif tandis qu'un officier fait écouter un phonographe à quatre d'entre eux à l'aide d'écouteurs. Une cage a été placée face à eux en guise d'élément décoratif. L'attitude hagarde des Indiens ainsi que l'incongruité de la situation dans laquelle ils ont été saisis rendent la scène grotesque. Il semblerait que le décalage entre l'attitude héroïque des Indiens du tableau reproduit en page 196 et la détresse physique et morale qui transparaît des gravures consacrées aux Indiens chiliens, suggère au lecteur que le temps de la splendeur guerrière est bien révolu.

  • 39 Francisco de Pablo Suárez, La République du Chili d'après des données officielles, Leipzig, F. Broc (...)
  • 40 Francisco de Pablo Suárez, A short description of the republic of Chile, according to official data (...)

27Soulignons enfin l'absence totale de représentation de l'Indien dans des recueils tels que La République du Chili d'après des données officielles39 qui ont une préférence pour des gravures sans doute plus représentatives d'une réalité chilienne convenable comme peut l'être la vue du champ de courses de Santiago40.

28Nos recherches nous ont conduit à constater que le Chili demeure une des nations les plus mal connues de l'Amérique latine. Il suffit de parcourir les rayons des bibliothèques et des librairies européennes pour constater le petit nombre d'ouvrages consacrés au pays avant 1973. L'absence d'or sur le territoire, la longue résistance des indigènes, ainsi que l'âpreté du climat patagón, qui a souvent été assimilé à celui du pays tout entier, ont été un frein constant à l'intérêt des nations étrangères pour cette lointaine contrée.

29De la fantaisie véhiculée par les livres de voyages européens du XVIe au XVIIIe siècle, à l'austérité des guides du XIXe, chiliens et étrangers, l'image du Chili qui s'est peu à peu élaborée semble refléter davantage, par ses clichés durables, les aspirations, angoisses ou phantasmes de ceux qui l'ont créée que la réalité qu'elle est censée représenter.

30En ce qui concerne la distorsion entre la réalité et sa représentation dans les ouvrages de la fin du XIXe siècle, force est de constater qu'il s'agit d'une attitude délibérée, justifiée par l'intérêt économique qui préside à la réalisation des ouvrages dans laquelle l'image a pour mission d'apporter un complément d'information. L'occultation de toute une partie de la réalité (la campagne, les classes moyennes, les Indiens, la misère, les tremblements de terre et leurs dégâts), participe d'un acte politique intentionnel et doit être prise en compte dans l'analyse historiographique des documents iconographiques chiliens. Francisco Albizú Labbé souligne d'ailleurs qu'au Chili n'a surgi aucune litérature indianiste et/ou indigéniste et cite un article tout à fait révélateur du rejet délibéré de l'élément autochtone :

  • 41 "Acerca de la acción de la Europa en América", El Mercurio, 10-11 août, 1845.

"Aujourd'hui encore, [...], l'indigène ne figure pas et n'intervient pas dans notre société politique et civile. Nous, ceux qui nous appelons Américains, nous ne sommes pas autre chose que des européens nés en Amérique. Crâne, sang, couleur, tout vient de l'extérieur. L'Indien nous rend justice ; il nous appelle Espagnols [...]. Je ne connais aucune personne distinguée de notre société qui ait un nom pehuenche ou araucan. [...] Qu'appelons nous l'élégance si ce n'est l'européenne ? Qui porte la souveraineté de nos modes, usages raffinés et commodes ? Quand nous disons confortable, convenable, bien, comme il faut, faisons nous allusion aux us araucans ? Qui connaît un'caballero'entre nous qui se vante d'être Indien de pure souche ? Qui marierait sa sœur ou sa fille à un rejeton de l'Araucanie plutôt qu'à un savetier anglais ? En Amérique tout ce qui n'est pas Européen est barbare : il n'y a pas d'autre division que celle là-1°, l'indigène c'est-à dire le sauvage ; 2°, l'Européen, c'est-à dire nous, ceux qui sommes nés en Amérique et parlons espagnol, et croyons en Jésus Christ et non en Pillán"41.

  • 42 La lecture de William Howard Rusell, A visit to Chile and the nitrate fields of Tarapacá etc with i (...)

31Si l'on compare les gravures du XVIe et XVIIIe siècles à celle du XIXe, une constatation s'impose : le pays présenté n'est pas le même42. Bien-entendu, la réalité a changé en quatre siècles mais le Chili ne fait pas pour autant partie de l'Europe et dans sa composition ethnique, bien que diluée par l'apport de l'immigration, se trouve toujours l'élément indien. Une promenade dans les rues de Santiago, capitale multiculturelle qui concentre la moitié de la population du Chili permet de s'en rendre immédiatement compte. Aujourd'hui encore au Chili, on s'appelle Lautaro ou Guacolda. On s'y habille Levi's, on y téléphone sur des portables mais on y mange des coquitos, du gratin de maïs et on y boit de la chicha. Cela aurait-il échappé aux auteurs et illustrateurs du XIXe siècle ?

1. Théodore de Bry, América Pars, IX, Pl.22

3. C. Cordemoy, Au Chili, 1899, p. 203

Notes

1 Jean Paul Duviols, L'Amérique espagnole vue et rêvée. Les livres de voyages de Christophe Colomb à Bougainville, Paris, Promodis, 1985, p. 330.

2 Theodore De Bry, Grands Voyages, Onzième partie : Americae pars unecima, seu descriptio admiranti itineris a Guillielmo Schouten Hollando peracti... Omnia eleganlibus mappis atque iconibus in aes incisis jam primum illustrata ; opera et sumptibus Johannis-Theodori de Bry, Oppenheimii, typis Hieronymi galleri. Anno M. DC. XIX, XI - Β - : pl. 2, Détroit de Magellan et Terre de Feu : habitants et faune (pingouins géants, girafe et squelette de géant).

3 Padre Alonso de Ovalle, Histórica relación del Reyno de Chile, introducción de C. Bunster, Santiago de Chile, Instituto de Literatura Chilena, 1969 [1646] (Détail de la carte).

4 Claude Lévi-Strauss, Race et Histoire, Paris, Folio Essai (Denoël), 1987 [1952], p 20.

5 Cet archétype de l'exotisme aura la vie dure et l'on retrouve encore les plumes sur la coiffure d'un indien dans une gravure de 1819 (John Constance Davie, Appendix, Letters from Buenos Aires and Chile with an original history of the latter country, illustrated with engravings, by the author of Letters from Paraguay, London, R. Ackermann, 1819, in-8 °, 323 p.), et de 1846 (Dumont D'urville, Voyage dans le Pôle Sud et dans l'Océanie sur les corvettes l'Astrolabe et la Zélée pendant les années 1837, 38, 39, 40, Paris, Gide et Cie éditeurs, 1846, planche 14 par Goupil). Nous savons que les Indiens du Chili utilisaient parfois les plumes comme totem, sur les flèches par exemple, mais en aucun cas celles-ci ne faisaient partie du costume.

6 Si l'on excepte les fluctuations de ses frontières nord et le progressif confinement du pays au versant occidental de la Cordillère des Andes tout au long de ses 40 parallèles : la République du Chili est située entre les parallèles 17 et 56 de latitude sud.

7 Organisme établi à Séville comme une simple agence de la Couronne pour assurer le monopole du commerce avec les nouvelles terres découvertes (1503-1790).

8 Enciclopedia de Chile (Dirección de la obra José Luis Luzon, Jaume Mateu Giral), Barcelona, Océano, 1998, p. 665.

9 Littéralement l'expression est la suivante : "Guardaos que os enviarán a Chile".

10 "Vete a la Patagonia".

11 Ramón Rivera Jotré, Reseña histórica del ferrocarril entre Santiago y Valparaíso, 2° ed., 1963, in Simon Collier, Historia de Chile, 1808-1994, Cambridge University Press, 1998, pp. 121-122.

12 Le recensement de 1845 fait état d'environ 20.000 étrangers et celui de 1875 de 25.000. Simon Collier, ibid., p. 96.

13 Celui-ci fut envoyé en Allemagne en 1848, au service du Chili afin de recruter des immigrants (Sergio Villalobos, Historia de Chile, Santiago, Ed. Universitaria, t. IIΙ, p. 456.

14 Employé par le gouvernement Bulnes, il a réalisé la première oeuvre d'ensemble sur le pays (Gadalmes p 419).

15 F. A. Encina y L. Castedo, Historia de Chile, Santiago, Zig-Zag, t. 1, 1535-1821 ; t. 2, 1822-1879 ; t. 3, 1879-1891, 3a éd., 1954, 2237 p.

16 Claude Gay, Historia Física y Política de Chile, Paris, En casa del Autor, 1844-1854,23 vols., in-8.

17 "En août 1844 apparaissent les premiers feuillets de 1'Historia Física y Política de Chile consacrées à l'Histoire. L'œuvre dans sa totalité comprendra 30 volumes, rédigés durant 27 ans (1844-1871), divisés en 8 d'histoire, 2 de documents, 8 de botanique, 8 de zoologie, 2 d'agriculture et 2 pour l'atlas" (J. A. Gonzalez Pizarro, "Claudio Gay y la historiografía chilena. El contexto histórico cultural en la formulación de una concepción historiografica", Cahiers du Monde Hispanique et Luso-Brésilien, n° 55, 1990, pp. 83-104 et p. 97).

18 F. A. Encina y L. Castedo, Historia de Chile, op. cit., t. II, p. 1035.

19 605 particuliers ont souscrit tandis que le gouvernement a financé 400 exemplaires (Sergio Villalobos, Imagen de Chile histórico. El album de Gay, Ed. Universitaria, Santiago de Chile, 1973,131 p., ill).

20 Recaredo S. Tornero, Chile ilustrado (Guía descriptivo del territorio de Chile de las capitales e provincia i de los puertos principales por Recareso S. Tornedo, obra adornada con 200 grabados en madera i diez litografías a dos tintas, Valparaíso, Librerías y agencias del Mercurio, 1872, p. 409. Tornero avance le chiffre de 2. 170.580 habitants pour cette date en comptant 83. 800 Indiens. Il n'existe aucun recensement de la population indienne de l'époque. Les historiens actuels font état d'une population de 600. 000 à un million d'Indiens sur le territoire chilien (Araucanie comprise) au XIXe siècle. Les premiers recensements de population indienne seront effectués au début du XX siècle.

21 "Portales affirmait vers 1830 que les chiliens étaient les'Anglais de l'Amérique'(Cité par A. Edwards, La fontera aristocrática en Chile, Santiago de Chile 1989 [1928], p. 287). Portales est un personnage clef de la vie politique chilienne car il est considéré comme "le grand organisateur de l'Etat national autoritaire" (F. Albizú Labbé, "La Polémica Bello Sarmiento (Chile 1842), su influencia en la formación de la identidad nacional chilena", Revista América, n° 21 (Polémica y Manifiesto), Paris, 1998).

22 W. Anderson Smith, Temperate Chile-a progressive Spain, Adam and Charles Black, London, 1899, p., ill.

23 Soulignons la collaboration de Claude Gay avec le peintre bavarois Johan Moritz Rugendas, qui a parcouru le Chili de 1834 à 1842. De nombreuses gravures de l'atlas de Gay sont réalisées à partir de peintures et de croquis de Rugendas.

24 Oreste Plath, "Epopeya del'roto'chileno", in Guzmán Nicomedes, Autorretato de Chile, Santiago Zig Zag, 1957, pp. 132-147.

25 Planche n° 33 de l'atlas de Claude Gay, Historia Física y Política de Chile, op. cit.

26 Citons comme exemples les livres de Georges Chaworth Musters, At home with the Patagonians, a year's wanderings over untrodden ground from the straits of Magellan to the Rio Negro with map and illustration, London, 1871 ; Julius Beerbohm, Wanderings in Patagonia or life among the Oostrich hunters with maps and illustrations, London, Chatto & Windus, 1879 [1878], 278 p. ; Douglas, afterwards Florence Caroline Dixie, Accross Patagonia, with illustrations from the sketches by J. Beerbohm, engraved by Whymper and Pearson, Bentley & Sons, London, 1880, 251 p. ; May Crommelin, Over the Andes from the Argentine to Chili and Peru by M. C. with illustrations, Ricard Bentley & Son, 1896, 387 p.

27 Recaredo S. Tornero, op. cit., p. VII.

28 Ibid., p. V.

29 "Sin embargo, a pesar de su evidente dejeneracion (sic), el araucano conserva aun intacto su ascendrado (sic) amor a la libertad" (Ibid., p. 356).

30 Ibid., pp. 356-357. ["En la actualidad se encuentran los araucanos encerrados en una faja de terreno entre los grados 37.50' i 39.40' de latitud, formando dos grandes valles situados, el uno entre la falda de los Andes i de la cordillera central, i el otro entre ésta i el mar. Los límites del territorio ocupado por los indíjenas, son: al Norte, la línea fortificada del rio Malleco, desde los Andes hasta Angol, al Este la cordillera de los Andes, al Sur el rio Tolten i al Oeste el mar, en cuyas inmediaciones se ha levantado una serie de fuertes y pequeñas poblaciones, el rio malleco que cierra el paso de los indios por el Norte, presenta un frente de diez leguas defendido por el rio i por una linea de nueve fuertes i tres torres, esparcidas en toda su estension" ].

31 Ibid., p. 362. ["En medio de su ignorancia y supersticion, tiene el araucano mui bellas cualidades que lo distinguen de los demas indijenas de América"].

32 Il s'agit de reproductions de deux tableaux de Monvoisin actuellement exposés au musée de Talca (Chili).

33 Gravure n° 2 de la section de l'Atlas de Gay intitulée Historia de Chile - Costumbres araucanas.

34 Charles Wiener, Chili et Chiliens, Paris, Imprimerie Cerf et Fils, 1888 (1e éd.), 383 p.

35 Ibid., p. 380.

36 Ibid., p. 337.,

37 Ibid., p. 265 [se trouve aussi dans C. de Cordemoy, Au Chili, Paris, Hachette, 1899,264 p., ouvrage illustre de 109 gravures d'après des photographies et de photographies également (frontispice et p. 155)].

38 Recaredo S. Tornero, op. cit., p. 22.

39 Francisco de Pablo Suárez, La République du Chili d'après des données officielles, Leipzig, F. Brockhaus, 1901, 108 p., fig. et planche, carte.

40 Francisco de Pablo Suárez, A short description of the republic of Chile, according to official data..., Leipzig, F. A. Brockaus, 1903, p. 59.

41 "Acerca de la acción de la Europa en América", El Mercurio, 10-11 août, 1845.

42 La lecture de William Howard Rusell, A visit to Chile and the nitrate fields of Tarapacá etc with illustrations by Mr Melton Prior, London, Virtue & Co., 1890, 374 p., est tout à fait significative à ce sujet. Réalisées par Melton Prior pour The Illustrated London News et publiées dans cette revue à partir de 1889, les illustrations ont été effectuées soit à partir de croquis, soit à partir de photographies. Offerte à Howard Rusell pour orner son ouvrage, le résultat est étonnant puisqu'il présente exclusivement des vues du progrès techniques et des communications et offre la vision d'un Chili industriel ultra moderne.

Table des illustrations

Légende 1. Théodore de Bry, América Pars, IX, Pl.22
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5667/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 3. C. Cordemoy, Au Chili, 1899, p. 203
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5667/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

Auteur

Université de Toulon et du Var

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540