Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Représentations et lieux de mémoire

La symbolique républicaine espagnole : aux sources

Marie-Angèle Orobon

Texte intégral

  • 1 Emilia Pardo Bazán, La Tribuna, première édition par A. Carlos Hierro, Madrid, 1883. Notre édition (...)
  • 2 Ibid.

1C'est sous la forme de figures féminines que les ouvrières de la manufacture de tabacs de Marineda, dans le roman La Tribuna publié par Emilia Pardo Bazán en 1883, se représentent l'affrontement idéologique entre monarchie et république dans l'Espagne du Sexenio Revolucionario (1868-1874) : d'un côté, la monarchie sous les traits d'une vieille aussi "ridée qu'un raisin sec", au manteau de pourpre tout élimé ; de l'autre, la république incarnée par une jeune fille éclatante de santé, vêtue d'une tunique blanche et coiffée d'un bonnet phrygien1. Qui plus est, la ressemblance de leur jeune compagne Amparo avec la "belle république des grandes chromolithographies"2 consacre la fougueuse oratrice -le tribun féminin- qu'elle est en train de devenir, légitimant, en quelque sorte, son action politique auprès des cigarières.

  • 3 José Maria Jover Zamora, Realidad y mito de la Primera República, Espasa Calpe, Madrid, 1991, pp. (...)

2Quel bel hommage rendait ainsi la romancière galicienne au pouvoir de l'allégorie, aux images véhicules de l'idéologie. L'historien José María Jover Zamora a souligné dans Realidad y mito de la Primera República comment, à travers la création littéraire, La Tribuna a ouvert une nouvelle voie d'approche des événements de 18733 ; dans le passage que nous venons d'évoquer, au-delà de l'artifice littéraire, Emilia Pardo Bazán témoignait aussi du développement sans précédent qu'a connu alors la presse en général et la presse illustrée grâce à la liberté de presse, au perfectionnement des techniques d'imprimerie et à l'apparition de nouveaux procédés de reproduction de gravures tels que la chromolithographie, qui améliorait et élargissait la diffusion de l'information et de la propagande politique au travers de l'image.

3C'est précisément de la diffusion par la presse des caricatures et dessins satiriques que partira notre analyse, qui, cependant, délaissera la "guerre des images" que suggérait doña Emilia pour n'aborder que la représentation graphique de la république, principalement pendant le Sexenio Revolucionario, période politique agitée où l'Espagne connaît successivement, après la chute d'Isabelle II le 28 septembre 1868, un gouvernement provisoire présidé par le général Serrano, puis une monarchie constitutionnelle et enfin la proclamation de la 1ère République, le 11 février 1873. Nous nous attacherons, dans cette approche forcément brève et restreinte, à aborder les prolégomènes de la symbolique républicaine espagnole jusqu'à l'aube de la première république, un arsenal symbolique lié à l'emblématique de la république française mais qui cherche aussi à s'en affranchir pour créer une imagerie ancrée dans la réalité nationale.

Aux origines : El Republicano

4L'apparition, à partir de 1840, de différents journaux républicains (La Revolución, El Huracán, El Cangrejo, El Peninsular et le célèbre La Guindilla de Wenceslao Ayguals de Izco) et de feuilles volantes comme El Republicano de Barcelone attestent, en dépit de la vie éphémère de certaines publications, de l'expansion de l'idée républicaine en Espagne.

5Dans la genèse de l'iconographie républicaine espagnole, les deux en-têtes illustrées de El Republicano qui se succèdent en l'espace de quelques mois constituent, à notre connaissance, un des premiers jalons significatifs. Au centre de l'en-tête du premier numéro (du 2 juin 1842), deux montants verticaux-fort semblables à ceux de la guillotine-surmontés d'une cloche séparent deux groupes de personnes. A gauche, ceux qui semblent les représentants du pouvoir politique et économique : le roi dont la couronne est près d'être subtilisée par un rapace, le militaire (s'agit-il d'Espartero ?) qui pousse un ballot tout en jetant un regard méfiant derrière lui, un homme à cheval, un autre assis sur un paquet de "papel sellado" et, enfin, quelques autres hommes qui se passent des sacs qui ont tout l'air d'être remplis d'argent. A droite, un groupe de personnes plus fourni formé d'hommes, de femmes et d'enfants agite la cloche et dresse piques, bâtons et même une hache. Groupe social revendicatif et mêlé où le haut-de-forme et la redingote côtoient le bonnet (la barratina du payés, plus exactement) et le châle. Dans le ciel, à droite, un ange sonne la trompette de la victoire tout en jetant des couronnes de lauriers. Le titre et sous-titre de la publication viennent éclairer le dessin : "Es El Republicano el que quiere menos contribuciones y más libertad". La nette dichotomie de l'espace soulignée par les montants verticaux accentue de façon redondante l'opposition entre le pouvoir économiquement oppresseur et la masse dont la revendication est promise à la victoire ; victoire céleste, cependant : c'est l'oiseau rapace qui, à gauche, ôte la couronne de la tête royale, c'est l'ange qui, à droite, décerne les lauriers de la victoire.

6Tout autre est l'en-tête de la feuille volante à partir du numéro 4 du 8 octobre 1842 : le graphisme s'est allégé mais a gagné en richesse symbolique. Cette fois, au centre, c'est le peuple paysan-avatar du sans-culotte-qui, armé d'une pique foule aux pieds les emblèmes royaux (couronne, sceptre, hermine) et menace, à sa droite, un groupe de quatre hommes, dont un militaire de haut rang (encore Espartero ?), détenteurs du pouvoir et de la richesse. Sur la droite, l'allégorie de la justice, les yeux bandés et portant, comme Thémis, la balance aux plateaux équilibrés, est éclairée des rayons que projette le niveau au sein duquel se trouve l'œil de la vigilance, symboles maçonniques empruntés tous deux à l'emblématique de la Révolution Française. Dans cette représentation dichotomique, semblable à l'en-tête du premier numéro, le peuple, symbolisé par le paysan, joue un rôle de pivot essentiel graphiquement et politiquement : c'est sa lutte et sa victoire -terrestre cette fois- qui, seules, peuvent assurer l'accession à la justice et à l'égalité symbolisée par le niveau qui luit dans le ciel. La partie supérieure de l'illustration souligne métaphoriquement la scène représentée en bas : au ciel chargé de lourds nuages, à la foudre qui s'abat sur les hommes de pouvoir, succèdent, à droite, les chaleureux rayons du soleil-niveau. A la construction dichotomique horizontale répond l'opposition foudre-soleil de la partie supérieure.

  • 4 Evoquant le niveau et l'œil de la vigilance, Michel Pastoureau écrit : "Tout au long du XIXe siècl (...)

7Cette bipartition horizontale et verticale extrêmement didactique de l'espace graphique rappelle, et dans sa forme et dans son intention, et surtout en ce qui concerne la division horizontale qui sépare scène céleste et scène terrestre, le schéma de construction des peintures de la Renaissance où la partie supérieure est la représentation de l'accession du chrétien à la gloire divine (nous pensons, classiquement, entre autres, pour l'Espagne, à l'Entierro del Conde de Orgaz du Greco). Mais, ici, la partie supérieure est le reflet profane de la partie inférieure ; la rhétorique de l'image religieuse est reprise dans son intention didactique, mais est laïcisée et, évidemment, politisée. Cette laïcisation est, par ailleurs, un des traits qui distinguent les deux en-têtes de El Republicano avec la disparition de l'ange flottant dans le ciel. De la confrontation des deux en-têtes de la feuille volante républicaine se dégagent d'autres éléments significatifs : l'affirmation graphique de l'idée républicaine à travers le refus de la monarchie -les emblèmes royaux sont à terre en désordre et piétinés-, la défense de la souveraineté populaire -le peuple incarné par le paysan coiffé de la barratina est au centre de l'illustration- soulignée, dans ce cas, par le sous-titre de la publication qui est devenu "Periódico del pueblo" et à travers, également, la recherche d'un idéal de justice et d'égalité allégoriquement représenté. L'apparition, justement, du niveau et de l'œil de la vigilance, insignes maçonniques que la symbolique de la Révolution Française a faits siens, est à souligner car ces deux éléments, et surtout le niveau, seront constamment employés par l'iconographie républicaine espagnole postérieure, alors que, dans l'emblématique républicaine française, ils ne jouent pas un rôle essentiel4.

  • 5 Pour une représentation iconique de ce premier sceau de la République, cf. Maurice Agulhon et Pier (...)
  • 6 Par exemple l'ouvrage Iconologie ou Traité des allégories, emblèmes par Gravelot et Cochin que cit (...)

8Il est à noter qu'ici l'allégorie féminine de la république est encore absente ou, du moins, confondue avec celle de la justice-Thémis renouvelée-chez laquelle le glaive levé-qui est aussi attribut de la justice royale-rappelle l'image officielle de la Première République française, celle de 1792, tenant à la main droite une pique surmontée du bonnet phrygien5. Mais cette allégorie de la justice, précisément, éclaire l'origine de la représentation féminine de l'idée républicaine-Marianne- : la tradition gréco-latine qui consiste à incarner des idées, des vertus par des figures féminines dont la représentation est codifiée par les traités d'iconologie destinés aux artistes6.

Mariannologie

  • 7 Dans son ouvrage La ilustración gráfica del XIX en España (Madrid, Comunicación, 1979, p. 136, not (...)
  • 8 La Flaca paraît jusqu'en 1873 (4-X). Elle est publiée sous le nom de La Carcajada de janvier à oct (...)

9La figure féminine de la république semble s'implanter réellement dans l'iconographie espagnole avec la publication de La Flaca. La parution à partir de mars 1869 de cet hebdomadaire barcelonais de grand format -44 cm sur 51,5 cm- sur un papier de belle qualité et agrémenté de gravures "chromolithographiées"7 qui occupent la dernière page ou les deux pages centrales est essentielle dans la cristallisation de la symbolique républicaine en Espagne8.

  • 9 Cf. Maurice Agulhon et Pierre Bonte, op. cit., p. 16.
  • 10 Cf. Michel Pastoureau, op. cit., p. 119.

10Dès les premiers numéros, l'incarnation féminine de l'idée républicaine acquiert les traits d'une femme drapée à l'antique dans une toge blanche sur laquelle est nouée, sur l'épaule, une écharpe de couleur et coiffée d'un bonnet phrygien. Sur une gravure de 1869, occupant la double page centrale, se trouvent, au premier plan de la procession parodique de la célébration de l'Eucharistie (Corpus de la revolución), la figure royale de Serrano, alors régent de l'Espagne après la chute d'Isabelle II, suivie de l'allégorie féminine de la république qui porte à la main le niveau, insigne maçonnique de l'égalité. La figure ne s'éloigne guère de l'allégorie de la liberté que la Convention, sur la proposition de l'abbé Grégoire, adopte comme sceau de l'État le 25 septembre 17929. Mais au faisceau que tenait dans sa main gauche la figure choisie par la Convention et qui symbolisait l'union10, est préféré le niveau qui apparaissait déjà dans l'en-tête de El Republicano et qui était mieux à même d'exprimer l'essentiel de l'idée républicaine : l'égalité.

  • 11 L'artiste est probablement Tomás Padró ; cf. Los Borbones en pelota, qui réunit les aquarelles pei (...)

11Ce qu'offre La Flaca avec-à notre connaissance-une des premières allégories de féminines de l'idée républicaine en Espagne est une version fort peu combative mais bien pacifique, douce et quelque peu champêtre de Marianne : elle porte à la main un petit bouquet de fleurs blanches. Fleurettes qui seraient la représentation bien timide de la prospérité promise par la république ou qui souligneraient la féminité ou qui, encore, seraient le succédané des lys blancs -azucenas- symboles de la pureté dans les représentations de la vierge. Il semble, en réalité, difficile de faire la part des choses entre le souci de transmettre les éléments d'une idéologie, l'inspiration -ou le manque d'inspiration- de l'artiste11 et le poids de la tradition des allégories religieuses. Le cortège est ouvert par le lion espagnol quelque peu famélique, aussi famélique que celui qui figure sur l'en-tête de la publication aux côtés de la non moins étique effigie féminine espagnole, famélique mais aussi têtu qu'un âne avec lequel un militaire haut gradé -s'agit-il de Topete ?- semble avoir quelques difficultés. Nous reviendrons sur le lion espagnol.

  • 12 C'est en 1793 que cette triade prend le pas sur toutes les autres. Cf. Michel Pastoureau, op. cit. (...)

12L'assimilation du niveau de l'égalité par la symbolique républicaine espagnole est tout à fait patente avec la reprise de cet insigne par l'hebdomadaire républicain fédéraliste de Barcelone La Campana de Gracia pour son en-tête. A partir du 7 janvier 1872, le triangle dans les côtés duquel figure, en catalan, la devise née de la Révolution française -liberté, égalité, fraternité-12 occupe la majeure partie de l'en-tête. Dans le triangle s'inscrit non pas l'œil de la vigilance mais le clocher du quartier de Gracia victime de la canonade suite à la révolte des habitants contre la conscription, événement fondateur de cette publication républicaine. A partir du 1er janvier 1873, le triangle, toujours au centre de l'en-tête, se resserre pour laisser plus de place à un paysage industriel associant la république au développement et au progrès.

  • 13 Publié par l'imprimerie J. E. Morete à Madrid. Premier numéro le 18-VII-1872, hebdomadaire ("Una o (...)
  • 14 Ces deux dessins se trouvent dans le précieux ouvrage de Valeriano Bozal, op. cit., p. 120.
  • 15 Michel Pastoureau, op. cit., p. 62. Michel Pastoureau a également consacré une étude spécifique au (...)

13C'est la même effigie féminine -avatar de Marianne- coiffée du bonnet phrygien et vêtue de la toge romaine qui symbolise la république désirée dans les caricatures dont se dote, à partir du numéro 3, l'hebdomadaire républicain madrilène au titre évocateur El Garbanzo "Periódico de primera necesidad"13. Sur celle du numéro 10 (10-IX-1872), la figure porte haut dans sa main gauche le niveau de l'égalité et dans sa main droite le glaive, attribut de l'allégorie de la justice avec laquelle se confondait la république sur l'en-tête de El Republicano, mais, cette fois, le glaive baissé est signe de concorde, de pacifisme et non d'offensive. Un autre symbole apparaît aux pieds de la figure féminine : le coq, qui figure aussi sur le dessin de couverture du numéro antérieur14. Le coq nous évoque, évidemment, la France dont il "est sans doute le plus ancien emblème", comme le rappelle Michel Pastoureau dans son ouvrage Les emblèmes de la France15.

  • 16 "Et Pierre se souvint de ce que lui avait dit Jésus : "Avant que le coq ait chanté deux fois, tu m (...)
  • 17 Michel Pastoureau, "Le coq gaulois", in Les lieux de mémoire, op. cit., p. 516.

14S'agit-il d'un nouvel emprunt de la part de la symbolique républicaine espagnole à la France avec, cette fois, un insigne qui, pleinement assumé à l'époque de Louis XIV, perdure dans les représentations allégoriques républicaines françaises en tant qu'emblème de la nation ? Sans doute. L'adaptation de cet emblème français associé à l'effigie républicaine espagnole s'expliquerait alors par une sorte de procédé syllogistique où le coq emblème de la France, pays de la liberté, se chargerait de ce même symbolisme. Cependant, une caricature parue en première page de l'hebdomadaire La Campana de Gracia du 29-VI-1872 nous amène à nuancer cette première analyse : à gauche, Saint-Pierre (il porte une énorme clé et est nimbé de l'auréole) se penche pour écouter le coq dont le bonnet phrygien et le chant fédéraliste annoncent la naissance d'une nouvelle aube républicaine soulignée par le soleil riant qui apparaît au second plan. Le coq, ici évangéliquement associé à la figure de Saint-Pierre16, rappelle le symbole chrétien qu'il est à l'origine : "symbole de la victoire et de la vigilance [il] a le pouvoir de chasser les démons ; par son chant, il crie vers Dieu pour hâter l'aurore du Jugement dernier et de la résurrection" indique Michel Pastoureau citant Guillaume Durand, auteur du très célèbre Rationale divinorum officiorum compilé en 128517. C'est le coq que, dans la même Campana de Gracia du 1-IX-1872, une Marianne moins pacifique que celle de La Flaca oppose à l'emblème royal par excellence : la couronne. Le coq est bien là assimilé par la symbolique républicaine espagnole, coq pleinement républicain maintenant dont le cri doit effrayer la monarchie alors régnante en Espagne dans la personne d'Amédée de Savoie.

  • 18 On aurait une sorte de divinisation de l'allégorie républicaine ou bien une utilisation d'une rhét (...)

15C'est donc avec le Sexenio Revolucionario et la liberté de presse alors implantée, mais aussi avec les progrès techniques de l'imprimerie que se développe l'imagerie républicaine et que se fixent les symboles autour de la figure féminine emblématique. Celle-ci, telle une Immaculée Conception, se trouve entourée de ses attributs laïcs18 : le niveau de l'égalité, le glaive parfois symbole du combat lorsqu'il est levé, de la victoire lorsqu'il est baissé ou bien de la vigilance, le coq, enfin, dont la figure concentre le symbole chrétien de l'espérance et le symbole politique de l'idée républicaine en tant qu'emblème de la France.

La mise en scène républicaine

  • 19 La Ilustración Republicana Federal paraît à Madrid du 15-VI-1871 au 16-IX-1872.

16Ces éléments, attributs qui accompagnent l'effigie républicaine et en renforcent le sens, sont le signe d'une sorte de théâtralisation, de mise en scène républicaine, dont, déjà, les deux en-têtes de El Republicano constituaient les prémices. Pour aborder le troisième volet de notre approche, nous nous appuierons, à titre d'exemple, sur deux illustrations : l'une est issue de La Flaca, et l'autre de l'hebdomadaire fondé par le républicain Enrique Rodríguez Solís au lendemain de la chute de la Commune de Paris, La Ilustración Republicana Federal19.

  • 20 La Constitution est approuvée par 214 voix contre 55 et promulguée le 6-VI-1869.
  • 21 La légende de Robert le diable a été reprise dans l'opéra éponyme de Giacomo Meyerbeer créé l'Opér (...)

17Sous le titre italianisé d'une légende d'origine française "Roberto il diavolo", et accompagné de la légende "¡Pietá, pietá di me!", le dessin satirique que publie La Flaca dans son numéro 6 du 15-V-1869 est une transposition du débat qui agite alors l'Assemblée Constituante sur la forme politique qui doit être celle de l'Espagne après le renversement d'Isabelle II : monarchie ou république ; débat que tranchera la Constitution en se prononçant, par l'article 33, pour la monarchie20. La construction dichotomique classique représente l'effigie féminine de l'Espagne sous la forme d'une matrone guerrière (cotte de maille, armoiries, couronne de lauriers) mélodramatiquement tiraillée entre un roi portant un costume médiéval et la figure de la république douce mais puissante -semblable à celle de la procession de la célébration de l'Eucharistie- qui lui indique le chemin opposé à celui sur lequel le monarque, au regard satanique et concupiscent veut l'entraîner21.

  • 22 La poignée de mains rappelle les mains croisées, autre insigne de la franc-maçonnerie.

18Le paysage sur lequel se découpe la scène vient souligner métaphoriquement les vices et vertus des représentations allégoriques du premier plan. Ce véritable espace scénique sert de théâtralisation du débat idéologique. A droite, derrière le despote couronné, l'exécution capitale emprunte différentes formes : la pendaison avec le gibet, le passage par les armes (la scène n'est pas sans rappeler Goya), béni, d'ailleurs, par le prêtre ; le billot du second plan avec la hache évoque un mode d'exécution plus ancien. La monarchie représentée aussi par tours et palais s'associe, donc, à l'oppression (les chaînes), à la répression, à la guerre (canon et baïonnettes). Faisant symétrie à ce paysage désolant, celui qui se trouve derrière la figure républicaine est tout autre. Là, tout est signe de concorde, d'harmonie et de progrès : la poignée de mains que se donnent le bourgeois et l'ouvrier22, la ronde autour de l'arbre de la liberté (qui rappelle certaines représentations françaises), le chemin de fer et l'usine sont symboles de progrès et développement. La théâtralisation tire ici vers l'opéra-bouffe d'où peut-être l'italianisation parodique de Robert le Diable, à moins que ce "diavolo" ne s'explique par la candidature au trône d'Espagne d'Amédée de Savoie, fils du roi d'Italie Victor-Emmanuel II.

19Il est vrai que cette mise en scène avec l'assimilation de la république au progrès nous semble aujourd'hui bien stéréotypée. L'ajout du paysage est néanmoins un élément nouveau qui vient enrichir le sens de l'allégorie, qui, du coup, s'ancre dans la réalité socio-économique. La république est non seulement synonyme de liberté politique, elle s'associe aussi au progès économique et social. Désormais, l'en-tête de certains journaux de propagande républicaine adopte cette théâtralisation de l'idéologie républicaine, se fait alors fronton programmatique, comme nous l'avions fugitivement évoqué pour La Campana de Gracia, dont l'en-tête se charge, au début de l'année 1873, des insignes du progrès économique.

  • 23 Cité par Antonio Elorza qui consacre un article à La Ilustración Republicana Federal : "La Ilustra (...)
  • 24 Valeriano Bozal, op. cit., p. 98.
  • 25 Antonio Elorza, op. cit., p. 286.

20C'est également le cas de La Ilustración Republicana Federal. Cette publication créée quelques semaines après la Semaine Sanglante qui met fin à la Commune de Paris connaît un succès immédiat : Enrique Rodríguez Soils, son directeur, évoque le nombre de 20.000 souscripteurs ou plus dans ses mémoires23. Par son titre même, La Ilustración Republicana Federal se situe dans le courant du Parti Républicain Fédéral fondé en 1868, sans être cependant son organe de presse. Par le choix du terme générique Ilustración, l'hebdomadaire d'Enrique Rodríguez Soils s'enracine dans la tradition naissante de la presse illustrée dont l'exemple le plus connu est La Ilustración Española y Americana qui succède en 1869 à El Museo Universal24, en cherchant par l'image à "diffuser une culture politique républicaine"25.

  • 26 Ibid.

21Il ne fait guère de doute que le terme d'Ilustración est à prendre autant dans son sens de gravure que dans son sens premier d'instruction. Le leader républicain Roque Barcia n'écrit-il pas que "la condition des peuples libres, leur devoir le plus sacré et indispensable est celui de l'instruction ?"26. L'image doit éclairer, instruire et enraciner une doctrine mais aussi jeter les bases d'une culture républicaine. Les premières images, d'ailleurs, diffusées par La Ilustración Republicana Federal et qui connaissent un succès éditorial en rien négligeable, sont les portraits des hommes de la Commune dont la publication républicaine de Rodríguez Solís a épousé la cause.

  • 27 Depuis la fondation de leur parti, en octobre 1868, les fédéralistes espagnols se sont dotés d'un (...)

22Le frontispice de l'hebdomadaire, quant à lui, ne comporte pas seulement les éléments de l'allégorie de l'idée républicaine, mais aussi ce qu'il faut plutôt appeler les emblèmes de la république. Il ne s'agit pas uniquement de mettre en scène une allégorie mais de fixer les insignes d'une emblématique républicaine associée à la nation espagnole. Sous le titre de la publication qui se découpe dans la partie supérieure tel un arc-en-ciel, apparaissent les symboles du progrès, de la prospérité : les usines fumantes et le chemin de fer-comme dans la gravure précédente-auxquels s'ajoutent, sur la gauche, les mâts, symboles de commerce et de communication. Le fond du décor reprend les éléments typiques du républicanisme synonyme de progrès. C'est sur la construction particulièrement recherchée en ce qui concerne la symétrie et le souci de synthèse du premier plan que nous allons nous arrêter. Au centre exact-axe de symétrie-, une Marianne hiératique. Elle est entourée, non par les symboles de l'idée républicaine que nous avons évoqués précédemment (la balance de la justice, le niveau, le coq...), mais bien par les emblèmes de la nation espagnole : le lion à ses pieds et les colonnes d'Hercule derrière elle ; de plus, elle porte un drapeau-emblème national par excellence-dont le symbolisme demeure, cependant, ambigu. Il faut, sans doute, y voir davantage le symbole républicain, puisque la disposition verticale des bandes et la devise qui le frappe -libertad, igualdad, fraternidad- le rapprochent de l'étendard tricolore français plutôt que l'emblème anticipé d'une Espagne aux couleurs de la bannière républicaine espagnole dont les bandes sont horizontales27.

  • 28 Pour les emblèmes espagnols, on peut consulter la très intéressante contribution de Faustino Menén (...)
  • 29 Le coq gaulois s'explique en effet, à l'origine, par l'homonymie entre gallus (le coq) et gallus ( (...)
  • 30 Faustino Menéndez Pidal évoque un triple lien sémantique : leo fortis, rex fortis, leo rex, "Symbo (...)
  • 31 "A l'époque moderne, cet animal parvient même à fédérer la plupart des ennemis de la France autour (...)
  • 32 Michel Pastoureau indique dans son article, déjà cité, sur le coq gaulois qu'"à l'occasion des fêt (...)
  • 33 Le catalogue Estampas de la Guerra de la Independencia, Madrid, 1996, contient de nombreux exemple (...)
  • 34 On peut se reporter à l'ouvrage de Maurice Agulhon et Pierre Bonte, op. cit., pp. 15 et 39.

23Quant au lion, il est l'emblème le plus ancien de l'Espagne et, sans doute, l'emblème le plus ancien des royaumes européens puisqu'il est "pleinement formé avec Alphonse VII" [c'est-à-dire au début du XIIe siècle], et "étroitement uni à l'idée de l'Espagne"28. Le lion espagnol est, tout comme le coq gaulois, le type même de la figure parlante29, en raison de sa relation homonymique avec la monarchie du Léon qu'il représente, en même temps qu'il est figure symbolique : la force du lion, roi des animaux, représentant la force du chef du royaume30. Le lion est, par ailleurs, à l'époque moderne, figure emblématique de bon nombre de royaumes31 ; mais il est, par excellence, celle de l'Espagne32. Or, il est évident qu'au XIXe siècle le lion n'est pas uniquement symbole de l'État monarchique, il est aussi expression de la force populaire, l'imagerie de la Guerre d'Indépendance venant confirmer ce symbolisme. Dans de nombreuses gravures, le lion espagnol-allégorie de la nation espagnole et non du roi-s'oppose à l'aigle ou au coq français33. C'est également le lion qui domine dans l'allégorie des Cortes Constitucionales de 1812. C'est sous la figure du lion que l'époque révolutionnaire en France symbolise la force populaire34. Ce lion au frontispice de La Ilustración Republicana Federal, incarnant à la fois l'emblème de l'Espagne et la force du peuple, est la synthèse de l'emblème national et du symbole.

24Il est un autre signe lourd de sens : la présence des colonnes d'Hercule se trouvant aux côtés de l'effigie féminine et qui font également figure d'emblème national et non pas de symbole républicain puisqu'elles encadrent les armoiries nationales depuis 1868 sur la recommandation de l'Académie d'Histoire que le gouvernement provisoire avait consultée :

  • 35 "Informe dado al Gobierno provisional sobre el escudo de armas y atributos de la moneda", Boletín (...)

"[...] Il est un ornement spécial et propre aux armoiries de l'Espagne, glorieux emblème de la découverte et de l'occupation des terres d'outre-mer : les colonnes d'Hercule frappées du plus ultra de Charles Quint"35.

  • 36 Faustino Menéndez Pidal, op. cit., p. 467.
  • 37 Faustino Menéndez Pidal, op. cit., Discurso heráldico sobre el escudo de armas de España leído en (...)

25Sans doute pour la création d'armoiries différentes de celles de la monarchie, l'Académie eut-elle recours au Discurso heráldico sobre el escudo de armas de España de Llórente, comme l'indique Faustino Menéndez Pidal dans son étude sur les emblèmes de l'Espagne36. "Aucun hiéroglyphe ne caractérise autant l'Espagne que les colonnes d'Hercule", écrit Juan Antonio Llorente qui justifie son affirmation en citant Strabon, Platon, Aristote37. Par le choix des colonnes d'Hercule, les académiciens cherchaient à affranchir l'Espagne des références aux Habsbourgs (les lions) et à l'Empire de Charles Quint (l'aigle), tout en ancrant, cependant, les armoiries dans l'histoire de l'Espagne et en les investissant d'une signification territoriale et non royale. La Ilustración Republicana Federal, en adoptant ces insignes (le lion et les colonnes d'Hercule) comme frontispice, voulait fondre les signes d'identité de l'idée républicaine avec les signes d'identité de la nation espagnole dans la recherche anticipée d'une emblématique républicaine.

  • 38 On peut voir cette lápida, entre autres, sur la première édition de la Constitution de 1812, repro (...)

26Revenons à l'en-tête de cet hebdomadaire républicain. Toujours au premier plan de cette construction symbolique, on ne peut manquer de remarquer la présence, à la gauche de la figure féminine, du globe terrestre, sur lequel repose une plaque frappée de l'inscription República Democrática Federal qui confirme l'appartenance et surtout la revendication idéologique de la publication. Ces deux insignes ici récupérés s'ancrent fermement dans une tradition allégorique étrangère à la symbolique républicaine : le globe terrestre -qui témoigne sans doute de l'expansion de l'idée républicaine- est emprunté autant à la symbolique chrétienne qu'aux allégories royales ; quant à la plaque, elle est l'héritière des tables de la loi et, beaucoup plus proche de l'histoire espagnole, de la lápida constitucional, une des allégories de la Constitution de 18 1 238.

  • 39 Antonio Elorza, op. cit., p. 288.
  • 40 Hennessy, C. A. M., La república federal en España, Madrid, Aguilar, 1966, p. 89.

27Impossible, enfin, d'ignorer le socle sur lequel repose cette construction allégorique, qui semble jouer le rôle de légende de la représentation graphique. Sur ce socle s'inscrit, juste sous l'effigie de la république, le nom du Christ en grandes capitales qu'encadrent les préceptes chrétiens : "Aimez-vous les uns les autres" et "Tous les hommes sont frères". Antonio Elorza dans l'article qu'il consacre à La Ilustración Republicana Federal y voit "l'élément de sacralisation si cher à Rodríguez Solís"39. Ce "socle chrétien" s'inscrit aussi dans l'imagerie et la phraséologie politiques des milieux républicain et fédéraliste marqués par l'empreinte religieuse, chrétienne en particulier. Dans l'étude qu'il consacre à la république fédérale en Espagne, C. A. M. Hennessy évoque la religiosité larmoyante chez les républicains influencés par Emilio Castelar, mais ajoute que "c'était une attitude partagée par d'autres qui croyaient que les républicains proposaient une nouvelle religion d'amour et revenaient aux préceptes moraux du Christ luimême"40. En ce qui concerne l'en-tête de La Ilustración Republicana Federal, les préceptes chrétiens servent, significativement, de soubassement réel et métaphorique à l'allégorie républicaine, donnant ainsi à voir la filiation entre l'idéologie républicaine et la doctrine chrétienne qui enseigne l'amour et la fraternité universels. L'inscription "CRISTO" se trouvant exactement sous l'effigie de la république, comme nous le disions, identifie celle-ci, par son hiératisme et sa solennité, avec les représentations du Christ pantocrator (tout-puissant) ou du Christ trônant des traditions picturales byzantine et romane.

28Au travers des quelques jalons que nous avons plantés, se dessinent différentes étapes dans la représentation symbolique de l'idée républicaine en Espagne qui, au fil du temps, gagne en symbolisme, tout en demeurant, en grande partie, redevable à l'emblématique républicaine française. Les repères que nous avons fixés, quelque peu arbitraires, ne respectent pas strictement la chronologie, puisque nous achevons cette trajectoire graphique sur une publication qui n'existera même plus au moment de la proclamation de la Ière République espagnole. Cependant, l'en-tête programmatique de La Ilustración Republicana Federal témoigne d'une volonté d'institutionnalisation et de légitimation de l'idée républicaine en incluant les emblèmes nationaux à la représentation allégorique de la république et en étayant la rhétorique de l'image républicaine par les éléments de la doctrine chrétienne. Au terme de cette analyse, il se dégage, somme toute, qu'il semble bien difficile à la symbolique visuelle républicaine espagnole de s'affranchir et des influences étrangères et du symbolisme chrétien. Mais cette remarque n'oblitère pas, cependant, toute création républicaine, qui, en termes d'images symboliques, se nourrit de réutilisations, de détournements d'objets qui se font vecteurs d'un nouveau symbolisme : il en est ainsi du lion, par exemple, qui de symbole royal se convertit en symbole territorial pour incarner, finalement, le peuple espagnol, la Guerre d'Indépendance marquant une étape décisive dans ce nouveau symbolisme.

  • 41 Michel Pastoureau, op. cit., p. 521.

29L'objet symbolique se charge du poids du devenir historique. Il en est de même avec, ici, les tables de la loi et le globe terrestre, dont la présence au frontispice de la publication légitiment la république et comme idéologie et comme forme de l'État. Michel Pastoureau a écrit qu'"en matière d'emblèmes il n'y a jamais de création ex nihilo"41. De la même manière, l'investissement et réinvestissement des formes symboliques prouvent la force de l'image. Au zénith de l'en-tête de La Ilustración Republicana Federal luit l'étoile à cinq branches, symbole chrétien et maçonnique ; sa lumière dissipe les ténèbres de l'ignorance et dispense les rayons d'une nouvelle mystique : celle de la république.

Notes

1 Emilia Pardo Bazán, La Tribuna, première édition par A. Carlos Hierro, Madrid, 1883. Notre édition référence est celle de Benito Varela Jácome, Madrid, Cátedra, 1991 p. 125

2 Ibid.

3 José Maria Jover Zamora, Realidad y mito de la Primera República, Espasa Calpe, Madrid, 1991, pp. 93-96. Dans cet ouvrage, l'historien reprend et développe son discours d'entrée à la Real Academia de la Historia de 1982, (La imagen de la Primera República en la España de la Restauración, Discurso leído el día 28 de marzo de 1982 en el acto de recepción pública por el Excmo Sr. D. José María Jover Zamora Madrid, 1982, 151 p.).

4 Evoquant le niveau et l'œil de la vigilance, Michel Pastoureau écrit : "Tout au long du XIXe siècle, ces deux figures sont associées aux images de la Révolution en marche ou de la République militante, mais elles ne jouent jamais un rôle aussi essentiel que le drapeau tricolore, le coq ou le buste de Marianne", Les emblèmes de la France, Paris, Editions Bonneton, 1998, p. 181.

5 Pour une représentation iconique de ce premier sceau de la République, cf. Maurice Agulhon et Pierre Bonté, Marianne. Les visages de la République, Paris, Découvertes Gallimard, Histoire, 1992, p. 17. On peut se reporter aussi à l'ouvrage de Maurice Agulhon Marianne au combat. L'imagerie et la symbolique républicaines de 1789, Paris, Flammarion, 1979, p. 29.

6 Par exemple l'ouvrage Iconologie ou Traité des allégories, emblèmes par Gravelot et Cochin que cite M. Agulhon (Marianne au combat, op. cit., p. 21) et qui porte le sous-titre évocateur : "Traité complet des allégories emblèmes etc. Ouvrage utile aux Artistes, aux Amateurs et pouvant servir à l'éducation des jeunes personnes".

7 Dans son ouvrage La ilustración gráfica del XIX en España (Madrid, Comunicación, 1979, p. 136, note), Valeriano Bozal explique en quoi consiste ce procédé de la chromolithographie : "La cromolitografía es un procedimiento litográfico en el que, mediante la utilización de varias planchas, se reproducen los colores. Apareció en Berlín en 1832, donde Hildebrand emplea quince planchas en color. En 1836, el impresor francés Godefroi Engelmann inicia los trabajos de cromolitografía que se extienden en Francia a partir de 1857".

8 La Flaca paraît jusqu'en 1873 (4-X). Elle est publiée sous le nom de La Carcajada de janvier à octobre 1872. Voici ce qu'écrit sur cet hebdomadaire Valeriano Bozal : "La Flaca es un semanario republicano político, republicano y federal, que habla para la burguesía radical y el pueblo, pero especialmente para la primera" (op. cit., p. 137).

9 Cf. Maurice Agulhon et Pierre Bonte, op. cit., p. 16.

10 Cf. Michel Pastoureau, op. cit., p. 119.

11 L'artiste est probablement Tomás Padró ; cf. Los Borbones en pelota, qui réunit les aquarelles peintes par les frères Bécquer (ed. R. Pageard, Madrid, Ediciones El Museo Universal, 1991, p. 189).

12 C'est en 1793 que cette triade prend le pas sur toutes les autres. Cf. Michel Pastoureau, op. cit., p. 98

13 Publié par l'imprimerie J. E. Morete à Madrid. Premier numéro le 18-VII-1872, hebdomadaire ("Una olla cada semana"). A partir du n ° 3 apparaissent en couvertures "Caricaturas políticas y de costumbres, hechas expresamente para El Garbanzo por el reputado artista Pellicer".

14 Ces deux dessins se trouvent dans le précieux ouvrage de Valeriano Bozal, op. cit., p. 120.

15 Michel Pastoureau, op. cit., p. 62. Michel Pastoureau a également consacré une étude spécifique au "coq gaulois" dans l'ouvrage collectif dirigé par Pierre Nora, Les lieux de mémoire, vol. 3 Les France, Paris, Gallimard, 1992.

16 "Et Pierre se souvint de ce que lui avait dit Jésus : "Avant que le coq ait chanté deux fois, tu m'auras renié trois fois" (Evangile selon Saint-Marc, 14, 72).

17 Michel Pastoureau, "Le coq gaulois", in Les lieux de mémoire, op. cit., p. 516.

18 On aurait une sorte de divinisation de l'allégorie républicaine ou bien une utilisation d'une rhétorique de l'image chrétienne.

19 La Ilustración Republicana Federal paraît à Madrid du 15-VI-1871 au 16-IX-1872.

20 La Constitution est approuvée par 214 voix contre 55 et promulguée le 6-VI-1869.

21 La légende de Robert le diable a été reprise dans l'opéra éponyme de Giacomo Meyerbeer créé l'Opéra de Paris le 22 novembre 1831. Cf. Gustave Kobbé, Tout l'opéra, Paris, Laffont, 1989, p. 456. Gageons que le dessinateur de La Flaca pensait davantage à l'opéra qu'à la vieille légende médiévale française.

22 La poignée de mains rappelle les mains croisées, autre insigne de la franc-maçonnerie.

23 Cité par Antonio Elorza qui consacre un article à La Ilustración Republicana Federal : "La Ilustración Republicana Federal (1871-1872) : los temas de la mentalidad republicana", in La prensa ilustrada en España. Las ilustraciones 1850-1920, colloque international de Rennes, 13-14-15 février 1992, actes publiés par Iris, Université Paul Valéry, Montpellier, 1996, pp. 283-302.

24 Valeriano Bozal, op. cit., p. 98.

25 Antonio Elorza, op. cit., p. 286.

26 Ibid.

27 Depuis la fondation de leur parti, en octobre 1868, les fédéralistes espagnols se sont dotés d'un drapeau qui unit la force de l'emblème tricolore français et le symbole de la révolte du peuple espagnol contre l'autorité, en remplaçant la deuxième bande rouge par la couleur violette en hommage aux comuneros castillans du XVIe siècle.

28 Pour les emblèmes espagnols, on peut consulter la très intéressante contribution de Faustino Menéndez Pidal à l'ouvrage collectif publié par la Real Academia de la Historia: España. Reflexiones sobre el ser de España, Madrid, 1998, que nous citons ici, p. 431. Qu'il soit ici remercié pour les précieuses indications qu'il m'a données.

29 Le coq gaulois s'explique en effet, à l'origine, par l'homonymie entre gallus (le coq) et gallus (gaulois). Cf. Michel Pastoureau, op. cit., p. 508.

30 Faustino Menéndez Pidal évoque un triple lien sémantique : leo fortis, rex fortis, leo rex, "Symbolique d'Etat et armoiries des Royaumes espagnols", in XVIII Internationaler Kongreβ für Genealogie und Heraldik, 5-9 September 1988, Thaurdruck, Giesriegl Ges. m. b. H., Thaur/Tirol, 1989, p. 418 (note 2).

31 "A l'époque moderne, cet animal parvient même à fédérer la plupart des ennemis de la France autour d'une même figure: lion britannique [...], lion espagnol, lion vénitien, lion des Provinces-Unies", Michel Pastoureau, Les emblèmes de la France, op. cit., p. 171.

32 Michel Pastoureau indique dans son article, déjà cité, sur le coq gaulois qu'"à l'occasion des fêtes qui célèbrent les fiançailles de Louis XIII avec l'infante Anne d'Autriche, la place royale à Paris est entièrement décorée de coqs, attributs de la France et de lions, attributs de l'Espagne", p. 517.

33 Le catalogue Estampas de la Guerra de la Independencia, Madrid, 1996, contient de nombreux exemples. Citons, entre autres, la gravure de la p. 148 : "Alegoría de la invasion francesa" : "Aguila francesa, ni aun te han de valer las alas, si despierta el León de España".

34 On peut se reporter à l'ouvrage de Maurice Agulhon et Pierre Bonte, op. cit., pp. 15 et 39.

35 "Informe dado al Gobierno provisional sobre el escudo de armas y atributos de la moneda", Boletín de la Real Academia de la Historia, 1884-IV, p. 189 (le rapport est daté du 6 novembre 1868).

36 Faustino Menéndez Pidal, op. cit., p. 467.

37 Faustino Menéndez Pidal, op. cit., Discurso heráldico sobre el escudo de armas de España leído en la Asamblea Nacional española que se celebró en la ciudad de Bayona, imperio de Francia, en el mes de julio de 1808, Madrid, imprenta de don Tomás Albán y compañía, 1809, p. 25. Ce discours fut prononcé pour déterminer le choix des armoiries de Joseph I.

38 On peut voir cette lápida, entre autres, sur la première édition de la Constitution de 1812, reproduite, par exemple, dans l'ouvrage de Ramón Solís, El Cádiz de las Cortes, Madrid, Silex, 1987, p. 213.

39 Antonio Elorza, op. cit., p. 288.

40 Hennessy, C. A. M., La república federal en España, Madrid, Aguilar, 1966, p. 89.

41 Michel Pastoureau, op. cit., p. 521.

Auteur

C.I.R.E.M.I.A., Université François Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540