Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Représentations et lieux de mémoire

Le milieu carcéral : images et réalités en Espagne au XVIIIe siècle

Christine Benavidès

Texte intégral

  • 1 Christine Benavides, Les Femmes délinquantes à Madrid au XVIIIe siècle, Thèse de Doctorat, sous la (...)

1Avec le "grand renfermement" et l'influence des Lumières, le monde de la délinquance et le milieu carcéral ont suscité l'intérêt d'artistes du XVIIIe siècle. A travers d'une part, des oeuvres iconographiques de cette époque, des plans et des lithographies, d'autre part, et en me fondant sur mes travaux de recherche pour la thèse de Doctorat qui porte sur "Les Femmes délinquantes à Madrid au XVIIIe siècle"1, je me propose de mettre en corrélation ces représentations de la société et les réalités des centres de détention espagnol. Les sources iconographiques proviennent non seulement de la salle "Bellas Artes" de la Bibliothèque Nationale de Madrid, de l'Archivo y Biblioteca del Ayuntamiento de Madrid, mais aussi de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando et du Colegio Oficial de los Arquitectos de Madrid. Dans un premier temps, je traiterai de l'image des délinquants. Puis, j'aborderai celle des centres pénitentiaires.

Images de délinquants

  • 2 Novísima Recopilación de Leyes de España, dividida en XII libros, en que se reforma la recopilación (...)
  • 3 Conde de Floridablanca, "Persecución de los contrabandistas", in Obras de Floridablanca, Madrid, Bi (...)
  • 4 Gérard Dufour, "Andanzas y muerte de Luis Gutiérrez. De fraile trinitario a agente secreto de Napol (...)
  • 5 AHN, Estado, liasse n° 2924. Sobre la convención entre España y Francia para cortar los contrabando (...)

2Tout d'abord, il faut signaler deux faits essentiels. Le premier est que la plupart des oeuvres iconographiques relatives aux délinquants sont anonymes et ne sont pas datées. Le second est qu'elles représentent presque exclusivement le bandit de grand chemin et le contrebandier. Ces activités délictuelles sont au demeurant fréquemment exercées par les mêmes personnes, comme le prouve l'Instruction Royale du 29 juin 1784 sur la persécution des malfaiteurs et des contrebandiers2. Face à la diversité des produits commercialisés ou introduits illicitement dans le pays, le tabac est celui qui a provoqué le plus de mesures répressives. D'autant que les provinces et les villages où se forment les pépinières de contrebandiers sont bien connus des autorités espagnoles3. Ce commerce, -en particulier celui des livres prohibés- se fait si ouvertement à Bayonne que le Consul d'Espagne peut signaler à Madrid les jours de départs des contrebandiers4. Des conventions ont été signées entre la France et l'Espagne afin d'erradiquer la5. Pour les autorités, il s'agit de ternir l'image trop populaire des contrebandiers, dont certains sont chantés comme des héros. Nous trouvons aussi dans la littérature espagnole, en particulier dans les cancioneros, la présence des contrebandiers et, de façon plus générale, des brigands.

  • 6 Copia de la Instrucción que deberá observar la Ronda de Policía encargada del descubrimiento y apre (...)

3A Madrid, l'importante population qui y est concentrée conduit inévitablement à la circulation de produits prohibés, en particulier au cours des périodes de disettes. Avec la Superintendencia General de Policía créée dans sa forme définitive le 17 mars 1782, de nouvelles mesures ont été prises, comme l'Ordre Royal du 24 décembre 17826. La Police doit désormais effectuer un examen des marchandises, dans les auberges et autres établissements de ce genre. La surveillance est accrue aux alentours du Palais Royal. Mais, bien entendu, c'est à l'entrée des portes de la ville que les opérations sont les plus minutieuses.

  • 7 Juan Alvarez Posadilla, Práctica criminal por principios ; o modo y forma de instruir los procesos (...)
  • 8 AHN, Consejos, libro de Gobierno 1381, fol. 788-791 (Real Decreto que el Rey se ha servido comunica (...)

4En temps de guerre, les contrebandiers sont destinés au service militaire. Conformément à la directive (orden) du 2 juillet 1776, les femmes sont confinées dans les hospices et dans les centres de réclusion, comme celui de San Fernando7. Les peines encourues varient en fonction de la condition des délinquants, des marchandises, ainsi que des éventuelles récidives. Par ailleurs, les contrebandiers ont bénéficié de grâces extraordinaires, telles que celle du 12 janvier 17918.

5Tout comme les contrebandiers, les brigands et les voleurs de grands chemins bénéficient de l'estime populaire. Certaines femmes, en quête d'une considération sociale -exclues de la société, soumises à trop de tutelles, paternelle, ou maritale, sociales en tout cas-, se réfugient dans la délinquance organisée, dans des petites communautés marginales. Elles y acquièrent une considération, une responsabilité, une place dans ce nouveau corps social. En effet, la femme est toujours présente, bien qu'elle participe rarement aux actions d'éclat. Elle est plutôt chargée de dissimuler les malfaiteurs ou les marchandises. Elle est d'ailleurs souvent l'épouse ou la concubine d'un des membres du groupe ; éventuellement, leurs enfants les accompagnent. Il n'est pas rare non plus que sa participation soit contrainte et forcée. Essentiellement recéleuse, si elle a un rôle subalterne, les peines encourues n'en demeurent pas moins sévères. En outre, c'est un phénomène en pleine expansion au XVIIIe siècle. Toutes les lois promulguées en Espagne sur ce point datent de cette période, sauf la première. En effet, Philippe IV, le 15 juin et le 6 juillet 1663 définit la façon de procéder contre les bandits de grands chemins. Les criminels sont condamnés à être tirés et traînés au sol par des chevaux, puis pendus et découpés en quatre parties, lesquelles sont ensuite exposées sur les chemins et les lieux où les crimes ont été commis. Et leurs biens sont confisqués.

6Charles III élabore de nouvelles dispositions. L'Instruction Royale du 29 juin 1784 est la plus complète en matière de banditisme. Il s'agit de réduire également l'aide et le soutien dont les brigands bénéficient sur l'ensemble du territoire et d'encourager la dénonciation, sous peine d'être considéré d'une certaine façon comme complice. Dans le cas contraire, le dénonciateur perçoit un subside financier qui correspond généralement à un tiers des amendes pécuniaires imposées aux coupables. Un tiers est également attribué à l'administration pour pallier les frais de justice et la troisième partie est destinée aux prisonniers démunis, en tout cas dans les prisons madrilènes. Puis, Charles IV supprime en 1793 la jouissance des Fueros à toute personne coupable de tels actes, et remet à la juridiction militaire les délinquants arrêtés par la troupe. En fait, ces crimes sont soumis à une importante législation du fait de la multiplicité des actes criminels qu'ils supposent, tels que le port d'arme (s) et la résistance aux forces de l'ordre.

  • 9 José Santos Torres, El bandolerismo en España. Una historia fuera de la ley, Madrid, Ediciones Tema (...)
  • 10 Elisabel Larriba, Le Public de la presse à la fin du XVIIIe siècle (1781-1808), Paris, Honoré Champ (...)
  • 11 Diario pinciano, histórico, literario, legal, político y económico, Valladolid, Viuda e Hijos de Sa (...)

7Outre l'aspect purement répressif, d'autres mesures sont prises. Ainsi, la fondation des nouvelles villes de la Sierra Morena, dont Pablo Olavide a été chargé du projet et de l'exécution, trouve sa raison fondamentale dans la protection de la nouvelle route générale de l'Andalousie9. La presse participe aussi pleinement à la diffusion des arrestations et des exécutions des délinquants10. Ainsi, le Diario pinciano narre les crimes perpétrés par Pedro Rodríguez dès le n° 211.

8Toutefois, que ce soit dans les mentalités populaires, dans la littérature espagnole ou dans les représentations graphiques de l'époque, le contrebandier et le bandit de grands chemins sont assimilés aux héros. Les oeuvres iconographiques dont je dispose les présentent comme des jeunes hommes élégants. Ils sont vêtus simplement mais décemment. Leur dame les accompagne. Les personnages dégagent à la fois l'insouciance et la sérénité. Les auteurs de ces oeuvres ont vraisemblablement souhaité mettre en avant un mode de vie idyllique, qui correspond à l'image légendaire du redresseur de torts. On remarquera également que bien qu'ils soient armés, la présence des fusils et des cartouchières n'est en rien menaçante. Ils sont plutôt portés comme des ornements d'apparat, indispensables néanmoins à l'exercice de leurs activités délictuelles. C'est ce que nous allons pouvoir constater dans les gravures suivantes :

9La maja y los contrabandistas (anonyme), BN ΒA, n° 38 062.

10El contrabandista jerezano con su querida de viaje (anonyme), BN ΒΑ, n° 38 058.

11TELLEZ VILLAR (Marcos), Vestimenta que usan los contrabandistas españoles, BN ΒA, n° 38 065.

12Dans la gravure suivante, en second plan, des scènes de violence s'opposent radicalement aux regards langoureux que s'échangent le couple représenté : Contrabandista de la serranía de Ronda (anonyme), BN ΒΑ, n° 38 182.

13Puis, d'autres oeuvres représentent ces délinquants peu ordinaires dans des situations plus quotidiennes, telles que celles de Federico Gonzalez, Contrabandistas, BN ΒΑ, n° 27 878.

14Nous assistons à une conversation dans une auberge. La Dulcinée est toujours présente. Le vin coule à flot, alors que le personnage de gauche semble fumer. Scène somme toute nettement représentative de l'oisiveté et des vices, éléments sociaux contre lesquels les gouvernements ont lutté avec un certain acharnement, en particulier au XVIIIe siècle. D'autant qu'ici ils sont mis en parallèle avec une certaine abondance. Cependant, le cadre qui les entoure est modeste. Il ressemble davantage à un refuge de montagne qu'à une hôtellerie. Remarquons que les personnages de la gravure suivante sont semblables en de nombreux points : BECQUER (J.), Ladrones en una venta, BN ΒA, n° 33 613.

15Le cadre correspond cette fois bien davantage à une auberge. Mais les personnages principaux ont subi une dévalorisation sociale, puisqu'ils passent de contrebandiers, célèbres héros populaires, aux vulgaires voleurs. Dans cette deuxième gravure, la femme, en position centrale, se trouve, du coup, entourée d'hommes peu fréquentables. Au premier plan à droite, un homme est affalé et dort. Symbole de la paresse ou de l'ivresse ? En fait, peu importe, les deux peut-être. Enfin, le personnage central qui offre un verre à la dame semble ici plus l'inciter au "vice", que dans la première gravure, où nous avons affaire à un échange courtois, même si les intentions peuvent être identiques.

16Enfin, les dernières gravures représentent les actions d'éclats, où la violence des meurtres contraste radicalement avec une forme de bienséance.

17Vista y situación del robo executado por una quadrilla de salteadores el dia 3 de mayo en las inmediaciones de Villacastin (anonyme), BN ΒΑ, n° 14 855.

18Cette gravure aux mouvements lents montre diverses scènes du pillage effectué par les brigands, ainsi que l'importance des chevaux. Dans l'autre, la mort est omniprésente.

19TELLEZ VILLAR (Marcos), Salteadores de caminos, BN ΒΑ, n° 38 061.

20Nous avons, en second plan, deux personnages féminins. L'une, en bas à gauche, est attachée à un arbre et a donc subi des violences physiques. Mais elle exibe encore son pendentif. La seconde, debout, en plein mouvement d'extension, arme blanche en main, est prête à se jeter sur son ennemi. Les hommes ont tous des armes à feu. Et leurs tenues vestimentaires sont très différentes. Les personnages qui sortent de la caverne sont habillés de façon plus rustique que le jeune homme au plastron de chemise. La violence et la haine sont manifestes. D'ailleurs, un coup est déjà parti, alors que le jeune homme est mis en joue, un fusil sur sa poitrine.

Le milieu carcéral

  • 12 Lucienne Domergue, "Goya y el universo carcelario", in Actas del Congreso Internacional-Goya 250 añ (...)

21Finalement, l'essentiel de ces oeuvres nous montre l'aspect de la jeunesse, de la fougue, de la sérénité et du bien-être des bandits. Néanmoins, le milieu carcéral peint au XVIIIe offre une toute autre vision de la réalité. L'envers de la médaille est beaucoup plus sombre et lugubre, comme Lucienne Domergue dans son article "Goya y el universo carcelario"12. Francisco de Goya présente une vision plus réaliste des bandits de grands chemins, où surgit la violence et la cruauté des personnages, où le héros légendaire ne trouve plus guère sa place, comme par exemple dans "El asalto de ladrones", 1793-94, (43,2 X 32 cm.), collection particulière.

22Voyons quelques oeuvres de Goya qui dépeignent des brigands :

  • Bandidos fusilando a sus prisioneros (Asalto de bandidos I), 1798-1800, 41,4 Χ 31,6 cm., Collection Marquis de la Romana, Madrid ;

  • Bandido desnudando a una mujer (Asalto de bandidos II), 1798-1800, 41,5 X 31,8 cm., Collection Marquis de la Romana, Madrid ;

  • Bandido asesinando a una mujer (Asalto de bandidos III), 1798-1800, 41,5 X 31,8 cm., Collection Marquis de la Romana, Madrid ;

  • Cueva de gitanos (Esquiladores y prostitutas en una cueva), 1798-1800, 33 Χ 57 cm., Collection Marquis de la Romana, Madrid.

23Dans les Caprichos, publiés en 1799, Goya a également abordé les thèmes de la délinquance et du milieu carcéral. Parmi les principaux aspects qui apparaissent dans ces chef-d'oeuvres, dont l'intention est de dénoncer les écarts et les vices de l'être humain, nous avons l'avarice (n° 30), l'alcoolisme (n° 79), la paresse (n° 80), mais aussi la mauvaise éducation et les châtiments excessifs (n° 3). Toutefois, deux thèmes occupent une place prédominante, il s'agit de la prostitution et du "cortejo", l'acte de courtiser. Les scènes mettent en valeur le peu de considération sociale dont jouissent les femmes. Elles apparaissent fondamentalement en tant que victimes, comme par exemple, dans le mariage par intérêt (n° 2 et 14), "le cortejo" à proprement parler (n° 5), les représentations violentes, telles que le viol et la mort (n° 8), et la prostitution (n° 15). Les prostituées sont représentées non seulement en tant qu'exploiteuses de leurs clients (n° 20), mais aussi, ou plutôt surtout, comme victimes (n° 24). Francisco de Goya nous décrit le chemin qui conduit au centre correctionnel (n° 23, 24, 32 et 34). Nous pénétrons alors à l'intérieur des centres de détention. La douleur prédomine. Il s'agit encore d'affliger le corps du condamné. Les positions des reclus, les chaînes et les cordes qui les maintiennent sont là pour le prouver. En effet, une fois arrêtés, jugés et condamnés, les délinquants présentent un visage beaucoup moins souriant et on devine à travers eux les conditions de détention, comme nous pouvons le voir dans les oeuvres suivantes de Goya :

  • Un prisionero visto de profil, (Delteil 33) ;

  • El agorratado, 1778-80, 33 X 21,5 cm, Biblioteca Nacional, Madrid ;

  • Mujer en la prisión, 1797-98, 18,5 X 12,5 cm., Biblioteca Nacional, Madrid ;

  • Interior de prisión, 1793-1794, 42,9 Χ 31,7 cm., The Bowes Museum, Barnard Castle, County Durham.

24Selon un autre point de vue, sous l'influence de ce qu'on appelle communément les Lumières, des artistes ont également participé, à leur façon, à la grande oeuvre caritative en faveur des détenus. S'écartant des palais, ils s'orientent alors vers les prisons, dont celle de Corte a suscité le plus vif intérêt de leur part. Les Espagnols, mais aussi des étrangers en visite à Madrid l'ont reproduite, comme nous pouvons le constater à travers les gravures qui suivent :

25Fachada de la Cárcel de Corte (anonyme), 1775, BN ΒΑ, n° 19 342 ; UGARTE, (Hermenegildo), La Real Cárcel de Corte de Madrid, BN BA, n° 19 340 ;

26VAN HALLEN, (dessin et litographie), Madrid. Cárcel de Corte, BN BA, n° 19 382 ;

  • 13 Madrid de los Austrias, guía de arquitectura, textos y fotografías de Ramón Guerra de la Vega, Madr (...)

27Cárcel de Corte y patio interior13.

  • 14 John Howard, Etat des prisons, des hôpitaux et des maisons de force, traduit de l'anglais, Paris, L (...)

28En 1783, John Howard a visité la prison de Corte. Outre des indications sur les réglementations intérieures, il a également laissé une lithographie de la façade de cet établissement14. Il apparaît clairement que la prison de Corte est montrée comme un monument, comme un palais. Certes, à son origine, cet édifice, inauguré en 1634, abritait les nobles condamnés par la justice, ainsi que la Sala de Alcaldes de Casa y Corte. Au XVIIIe siècle, toute personne arrêtée est conduite dans ce centre de détention, au moins jusqu'à son procès.

29En outre, des événements particuliers, tel que l'incendie de cette prison, le 4 octobre 1791, suscitent à nouveau un intérêt artistique. Toutefois, il faut bien dire que le développement de la presse à cette époque conduit de plus en plus à retracer des faits et à les reproduire également sur papier :

30Vista e incendio de la cárcel de Corte de Madrid en 1791 (anonyme) BN ΒΑ, n° 14 825.

  • 15 Manuel de la Muela, Fachada de la cárcel de Corte según quedó del incendio causado en día 4 de octu (...)

31On remarquera tout d'abord le faible nombre de prisonniers représentés alors que la promiscuité fait rage dans ce genre d'établissement : 210 prisonniers, hommes, femmes et enfants, étaient enfermés au moment des faits. On peut aussi facilement imaginer la panique qui régna, notamment par la nécessité de fracturer les grilles des secteurs féminins, afin de faire sortir les condamnées. Manuel de la Muela a une vision plus académique de l'événement15.

32La grande vague de charité qui s'est répandue au cours du XVIIIe siècle a conduit à considérer différemment les délinquants et les établissements pénitentiaires. A Madrid, les conditions de détention, notamment celles des femmes incarcérées à la prison publique de la Galera, ont pu être améliorées grâce à l'initiative de particuliers. En effet, en 1766, le Comte de Mora, Protecteur de la Prison Royale de la Galera et Don Patricio Bustos y Manrique, Recteur des Royaux Hôpitaux Généraux et de la Passion entreprennent la création d'une maison pour prostituées repenties (La Casa de Arrepentidas). Le Comte de Mora a aussi élaboré de nouvelles règles de vie de la Galera.

33Néanmoins, les améliorations les plus significatives ont été apportées par un groupe de femmes de la haute société qui, en 1787, ont formé la Junte des Dames (Junta de Damas) au sein de la Société Economique Madrilène. Parmi elles, la Comtesse de Montijo est restée sans doute la plus célèbre. Ensemble, elles ont en fait mené à bien une véritable réforme carcérale. Elles ont notamment réduit la promiscuité en séparant les délinquantes coupables de crimes graves, récidivistes et endurcies de celles qui n'ont perpétré que des infractions mineures. Elles ont procédé à l'assainissement des locaux. Elles ont doté chaque établissement d'une infirmerie décente. Elles ont amélioré les repas distribués aux recluses. En 1792, elles obtiennent que les détenues condamnées à subir le châtiment de la honte publique puissent désormais se couvrir d'un voile qu'elles confectionnent elles-mêmes. Elles assistent les condamnées à mort.

34Dans un autre domaine, elles ont permis la création d'une salle pour femmes enceintes (la sala de reservadas). La mise en service de ce département en 1793 permet de lutter contre les avortements et les infanticides. Elles établissent des ateliers de travail, où les détenues reçoivent un subside financier en fonction des travaux exécutés. Cet argent ajouté aux aumônes perçues a permis de renouveler les vêtements des recluses, d'acheter des langes pour les enfants nés en captivité, des couvertures, des médicaments, des ustensiles et des outils de travail, des réserves d'huile, des lits et du mobilier pour l'aménagement de la salle de correction de la prison de Corte. Une partie du budget a également été investie pour porter assistance aux épouses et aux filles des prisonniers, pour libérer certaines femmes au moyen d'une caution, pour assumer les dépenses nécessaires aux femmes relaxées sous condition qu'elles retournent dans leur terre d'origine, pour procurer, à ceux qui désirent se marier, les documents exigés, pour payer les droits judiciaires et les fers des détenues, etc. En résumé, la Junte des Dames a largement contribué à apporter quelques soulagements ou à satisfaire aux justes aspirations et désirs des recluses.

  • 16 Juan de Villanueva, Cárcel de Corte, 1754, RA, n° A 924.

35Pour terminer, nous allons nous orienter du côté des architectes, qui, somme toute, sont les véritables créateurs de ces établissements. C'est d'ailleurs avec surprise que nous avons constaté que la façade de la prison de Corte a été proposée régulièrement comme sujet des examens de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, ce qui révèle bien l'importance sociale accordée à ce type d'établissement, qui, comme nous allons le voir, remplace l'église ou la chapelle dans les projets à réaliser par les élèves. C'est le cas en 1754, par exemple16.

  • 17 Fernando Chueca, Carlos de Miguel, La vida y las obras del arquitecto Juan de Villanueva, Madrid, G (...)
  • 18 Elías Martinez, Cárcel, 1768, RA, n° A 925-926-927-928-929-930-931-932-933.
  • 19 José Agustín Larramendi, Fachada de cárcel, 1790, RA, n° 934.
  • 20 Manuel Angel de Chavarri, Cárcel para Madrid, p. d., RA, n° A 937-938-939-940.

36Pour l'examen du 22 juillet 1756, une réalisation de gravure de la façade de la prison de Corte a également été exigée des candidats. En outre, Juan de Villanueva, alors âgé de 17 ans, a obtenu le Premier Prix pour la première classe. Il fallait dessiner un couvent avec son église et les dépendances nécessaires à trente religieux, ainsi que les plans intérieurs17. Juan de Villanueva a été ensuite le Maître Architecte, notamment du palais de l'Escurial, du Musée du Prado, du Real Monasterio et du palais royal du Pardo. Plus tard, en qualité d'architecte royal, il a réalisé les travaux de reconstruction de la prison de Corte après l'incendie de 1791. D'autres membres de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando ont également laissé de telles oeuvres, tels que Elias Martínez18, José Agustín Larramendi19, ou Manuel Angel de Chavarri20.

37En conclusion, c'est fondamentalement à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle que le "grand renfermement" est établi en Espagne. Le nombre de personnes condamnées à la réclusion est en pleine expansion. Toutefois, politiquement, s'il faut maintenir l'ordre et incarcérer les indésirables, les gouvernements n'attribuent guère de budgets pour l'entretien des établissements pénitentiaires. Les détenus endurent des conditions de détention plus que difficiles. Promiscuité et contagion entraînent une mortalité préoccupante. Pourtant, à cette même période, les associations de bienfaisance se multiplient. Certaines d'entre elles contribuent grandement à l'amélioration du sort des prisonniers. Les artistes, quant à eux, nous dépeignent une vision qui va à la fois dans le sens de la politique menée, et qui s'oppose aux efforts entrepris au niveau de la réforme carcérale. A savoir, tout d'abord, la dévalorisation du délinquant qui bénéficie de l'estime populaire : les prisons sont présentées, d'une part, comme des monuments dignes d'intérêt architectural et "touristique", et suscitent même l'intérêt de l'Académie des Beaux-Arts. D'autre part, les salles intérieures et les détenus dans leurs cellules ne semblent pas avoir bénéficié des progrès concrètement menés à bien dans le milieu carcéral. On pourrait peut-être dire qu'à travers ces oeuvres est mise en avant la volonté de stimuler les dons et les actes de bienfaisance en faveur des détenus. En outre, les oeuvres de Francisco de Goya se détachent nettement par leur réalisme. Néanmoins, elles restent dans la lignée de la politique engagée à l'égard des délinquants. Il faut aussi reconnaître que les améliorations apportées dans les centres de détention sont éphémères, du fait de leur aspect caritatif et compte tenu des changements politiques.

Abréviations utilisées

38AHN : Archives Historiques Nationales, Madrid

39BN BA : Bibliothèque Nationale, section des Beaux-Arts, Madrid

40RA : Académie Royale des Beaux-Arts de Saint Fernande, Madrid

1. La Maja et les Contrebandiers

2. Contrebandier de Xérès en voyage avec sa maîtresse

3. Contrebandier de la montagne de Ronda

4. Francisco de Goya, Bandit assassinant une femme (Asalto de bandidos III)

5. Francisco de Goya, Grotte de gitans (Voleurs et prostituées dans une grotte)

6. Francisco de Goya, Quel sacrifice ! (Caprichos, 14)

7. Francisco de Goya, De beaux conseils (Caprichos, 15)

8. Francisco de Goya (Caprichos, 20)

9. Francisco de Goya, Un prisonnier vu de profil

10. Francisco de Goya, Intérieur de prison

Notes

1 Christine Benavides, Les Femmes délinquantes à Madrid au XVIIIe siècle, Thèse de Doctorat, sous la direction du Professeur Gérard Dufour, Université de Provence, 1998, 3 vols, et El contrabando en España en los siglos XVIII y XIX, mémoire de Maîtrise, sous la direction du Professeur Gérard Dufour, Université de Provence, 1991,2 vols.

2 Novísima Recopilación de Leyes de España, dividida en XII libros, en que se reforma la recopilación publicada por el señor Don Felipe II en el año de 1567, reimpresa últimamente en el de 1775 ; y se incorporan las pragmáticas, cédulas, decretos, ordenes y resoluciones reales no recopiladas y expedidas hasta el de 1804, Madrid, 1805-1807, livre XII, titre XVII, loi I.

3 Conde de Floridablanca, "Persecución de los contrabandistas", in Obras de Floridablanca, Madrid, Biblioteca de Autores Españoles, 1952, vol. LIX, p. 248 : "Son bien conocidas en España las provincias y los pueblos donde se forman los semilleros de contrabandistas".

4 Gérard Dufour, "Andanzas y muerte de Luis Gutiérrez. De fraile trinitario a agente secreto de Napoleón", Historia 16, XX, n° 228, abril 1995, p. 34.

5 AHN, Estado, liasse n° 2924. Sobre la convención entre España y Francia para cortar los contrabandos de Roselloneses y Catalanes, 21 de septiembre de 1770 ; La Contrebande roussillonaise et les accords commerciaux français après le pacte des familles (1761-1786), Paris, Bibliothèque Nationale, 1971,21 p.

6 Copia de la Instrucción que deberá observar la Ronda de Policía encargada del descubrimiento y aprehensión de contrabandos, remitida al Sr. Conde de Lerema, con Real Orden del 24 de diciembre de 1782 (AHN, Estado, liasse n° 3083).

7 Juan Alvarez Posadilla, Práctica criminal por principios ; o modo y forma de instruir los procesos criminales en sumario de las causas de oficio de justicia contra los abusos introducidos. Compuesta por - Corregidor que ha sido de distintas poblaciones, villas y ciudades del Reino, Valladolid, Imprenta de los Hijos de Santander, vol. ΠΙ, 1802, p. 314.

8 AHN, Consejos, libro de Gobierno 1381, fol. 788-791 (Real Decreto que el Rey se ha servido comunicarme concediendo indulto general del delito de contrabando en la forma que se expresa, 12 janvier 1791).

9 José Santos Torres, El bandolerismo en España. Una historia fuera de la ley, Madrid, Ediciones Temas de hoy, 1995, p. 53.

10 Elisabel Larriba, Le Public de la presse à la fin du XVIIIe siècle (1781-1808), Paris, Honoré Champion 1998,403 p. '

11 Diario pinciano, histórico, literario, legal, político y económico, Valladolid, Viuda e Hijos de Santander, 14 février 1787, pp. 21-22.

12 Lucienne Domergue, "Goya y el universo carcelario", in Actas del Congreso Internacional-Goya 250 años después, 1746-1996-, Madrid, Actas, 1996, pp. 97-110.

13 Madrid de los Austrias, guía de arquitectura, textos y fotografías de Ramón Guerra de la Vega, Madrid, 1984, pp. 138-145.

14 John Howard, Etat des prisons, des hôpitaux et des maisons de force, traduit de l'anglais, Paris, Lagrange, Librairie, 1788, vol. II, p. 6.

15 Manuel de la Muela, Fachada de la cárcel de Corte según quedó del incendio causado en día 4 de octubre de 1791, 1792, RA, n° A 935.

16 Juan de Villanueva, Cárcel de Corte, 1754, RA, n° A 924.

17 Fernando Chueca, Carlos de Miguel, La vida y las obras del arquitecto Juan de Villanueva, Madrid, Gráficas Carlos-Jaime, 1949, p. 40.

18 Elías Martinez, Cárcel, 1768, RA, n° A 925-926-927-928-929-930-931-932-933.

19 José Agustín Larramendi, Fachada de cárcel, 1790, RA, n° 934.

20 Manuel Angel de Chavarri, Cárcel para Madrid, p. d., RA, n° A 937-938-939-940.

Table des illustrations

Légende 1. La Maja et les Contrebandiers
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 2. Contrebandier de Xérès en voyage avec sa maîtresse
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5662/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 3. Contrebandier de la montagne de Ronda
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5662/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende 4. Francisco de Goya, Bandit assassinant une femme (Asalto de bandidos III)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5662/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende 5. Francisco de Goya, Grotte de gitans (Voleurs et prostituées dans une grotte)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5662/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 6. Francisco de Goya, Quel sacrifice ! (Caprichos, 14)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5662/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 7. Francisco de Goya, De beaux conseils (Caprichos, 15)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5662/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende 8. Francisco de Goya (Caprichos, 20)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5662/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende 9. Francisco de Goya, Un prisonnier vu de profil
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5662/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 10. Francisco de Goya, Intérieur de prison
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5662/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 522k

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540