Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Représentations et lieux de mémoire

Les représentations iconographiques de Lima et du Pérou et leur place dans l'Empire espagnol colonial

Karine Périssat

Texte intégral

1Dès le début du XVIIe siècle, vers 1620-1630, les créoles péruviens, liméniens surtout, ont cherché a clamer la grandeur et la dignité de leur patrie en réponse aux accusations de péninsulaires qui remettaient en cause la pureté de leur sang espagnol et leur loyauté envers la Couronne. S'appuyant sur leur double identité, hispanique et américaine, ces créoles ont exprimé leur désir de voir reconnues, dans le contexte hispanique, les qualités de la terre et des hommes américains. Il est important de souligner que le phénomène créole liménien s'appuie ayant tout sur la volonté d'être intégrés à la destinée de la Couronne, sur l'exigence d'une reconnaissance de la place du Pérou dans l'Empire et de son rôle dans sa stabilité.

2L'ambiguïté du créolisme montre toute son ampleur quand il s'agit de discuter du rôle économique essentiel du Pérou dans l'empire espagnol. Au sein même du phénomène créole, se développent, surtout à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, deux courants de pensée, l'un modéré, l'autre plus radical. Il est bien évident que les relations de fêtes, discours officiels à partir desquels nous avons travaillé, ne laissent rien transparaître des critiques des plus radicaux concernant les continuelles fuites des richesses péruviennes vers la lointaine métropole. Cependant, nous ne pouvons nous permettre de faire l'impasse sur l'apparition de ces marques d'insatisfaction. Le rôle des récits de fêtes n'étant pas de retranscrire les revendications locales mais plutôt de manifester une fidélité toujours plus grande et toujours plus spontanée, les allusions aux tributs qui quittaient le Callao pour aller enrichir les caisses de la Couronne semblent vouloir traduire la joie et la fierté des Liméniens de pouvoir participer à la gloire de l'auguste monarque. Certaines des incessantes répétitions de cette soumission volontaire révèlent de toute évidence la nécessité de rappeler au roi une loyauté souvent mise en doute par les revendications de plus en plus exigeantes et fermes des créoles radicaux. Il s'agit donc pour les auteurs de faire montre d'une grande diplomatie, de rassurer le souverain sans pour autant mettre de côté leur créolisme modéré. Ce genre d'assurance de loyauté se multiplie dans les récits du XVIIIe siècle.

3Pour diffuser et défendre leur idéologie, les créoles ont eu recours à la littérature mais aussi aux arts, aux arts festifs en particulier et ont utilisé les programmes iconographiques des monuments éphémères comme moyens d'expression. C'est donc dans les représentations iconographiques de l'espace, c'est-à-dire de Lima et du vice-royaume péruvien, que nous trouvons les plus parfaites expressions des revendications créoles, de leur volonté de reconnaissance à l'intérieur de la société espagnole dans son ensemble, car il faut bien voir que, loin d'offrir de l'environnement géographique une vision concrète, les représentations allégoriques festives que nous allons voir s'appuient sur des éléments idéologiques et symboliques.

4Bien qu'elles ne soient pas sans intérêt pour l'appréhension de la société péruvienne coloniale, nous écarterons de notre propos les représentations iconographiques classiques de Lima ou du Pérou héritées de l'emblématique traditionnelle européenne, c'est-à-dire sous la forme de femmes portant armes et attributs du territoire, ou sous l'apparence d'un Inca, traduisant ainsi l'intégration progressive de l'élément indien dans la représentation allégorique spatiale à partir du milieu du XVIIe siècle.

5Nous nous intéresserons plus particulièrement aux images qui apparaissent dans les monuments festifs et qui nous renvoient le plus parfaitement à l'intégration du Pérou dans l'Empire espagnol et au problème du créolisme, à savoir celles qui montrent le Pérou participant à la défense de la Chrétienté.

6Ces images sont intéressantes en ce sens qu'elles traduisent le désir des créoles de compenser l'impossibilité dans laquelle se trouvait le Pérou d'engager militairement ses hommes dans les guerres espagnoles, par l'offrande de ses richesses minières. Par ailleurs, ces représentations offrent l'image d'une nature américaine bienfaitrice, bénie des dieux, au sous-sol inestimable, une nature qui trouve sa place dans son sacrifice, participe à la grandeur de la Couronne et prouve ainsi sa loyauté. Le désir d'exaltation de la terre américaine est donc évident, d'autant plus que ces représentations iconographiques s'accompagnent de la volonté de rompre avec l'image d'une terre à évangéliser. Le Pérou ne doit plus être vu comme une terre où s'applique l'évangélisation, mais comme une terre qui a une fonction économique fondamentale dans la politique de défense de la Chrétienté. Remarquons cependant que ces images ne correspondent pas à la situation historique du Pérou. Les campagnes d'extirpation de l'idolâtrie se poursuivent pendant tout le XVIIe siècle contre les Indiens de la région de Lima et, par ailleurs, depuis la deuxième décennie du XVIIe siècle, les mines du Pérou ont cessé de tenir un rôle fondamental dans l'enrichissement des caisses royales, progressivement remplacées par les richesses mexicaines. Mais la fête est un moment privilégié où peuvent se concrétiser et être visualisées des notions créolistes "politiques".

Les monuments festifs

  • 1 Teresa Gisbert, Iconografía y mitos indígenas en el arte, La Paz, 1980, p. 81.

7Voyons donc maintenant plus en détail comment était représentée, sur les monuments festifs, la participation du Pérou à la destinée chrétienne de la Couronne. Les chars de triomphe, compositions à la fois politiques et religieuses, ont coutume de montrer la monarchie comme défenseur de l'Immaculée Conception et de l'Eucharistie. Ces principes religieux étaient tellement enracinés en Amérique que le fait de représenter la Couronne comme défenseur des dogmes était une garantie de la fidélité des populations1. Les festivités royales n'échappent pas à ces principes car leur caractère civil n'exclut en rien les manifestations religieuses de toutes sortes, monarchie espagnole et catholicisme étant inséparables. Il n'y a donc rien d'étonnant à retrouver des représentations de la monarchie comme défenseur de la vraie foi dans les allégories des compositions civiles.

  • 2 Alain Milhou, Colón y su mentalidad mesiánica en el ambiente franciscanista español, cuadernos col (...)

8Ce principe est évidemment accepté et repris par le phénomène créole. Pour les chroniqueurs et artistes créoles des XVIIe et XVIIIe siècles, la présence de métaux précieux dans le sous-sol était considérée comme un signe de l'élection de la terre américaine par Dieu : "el Nuevo Mundo ya era Tierra de promisión"2.

9La particularité péruvienne des représentations de la monarchie espagnole soutenant la Foi Catholique, est que les allégories en présence desquelles nous nous trouvons dans les relations de fêtes posent le Pérou comme le véritable défenseur de la Chrétienté et construisent une sorte de composition pyramidale où la foi catholique repose sur la monarchie, celle-ci reposant à son tour sur le Pérou et ses mines.

10En 1615, le chroniqueur Felipe Guarnan Poma de Ayala montrait déjà une image semblable dans son dessin du blason de Potosí, sur lequel apparaît l'Inca et les quatre parties de l'ancien empire (le Collasuyo, le Chinchaysuyo, l'Antisuyo et le Contisuyo) représentées par quatre indigènes. Ces quatre personnages soutiennent les colonnes couronnées par le blason du royaume de Castille et León. Dans sa présentation de la ville impériale, Guarnan Poma développe l'idée qui est traduite dans son dessin :

  • 3 F. Guarnan Poma de Ayala, Nueva crónica y buen gobierno, édition de John Murra, Rolena Adorno Jorg (...)

"Llaman los yndios Potocchí, mienbro del mundo, socorro del pueblo de Dios de Jerosalem, ayuda de Roma, de la santa fee católica y gran servidor de la corona enpereal y rrey segundo, tersero, monarca del mundo sobre todos los enperadores, rreyes, señores grandes cristianos, ynfieles del mundo"3.

11La première littérature créole, avec Fray Buenaventura de Salinas, développa ces arguments. Ceux-ci participaient d'une volonté évidente de défense et d'illustration du territoire. L'Amérique offre à la Castille, en retour de sa Découverte, son cœur et son sang :

  • 4 Buenaventura de Salinas y Córdoba, Memorial de las historias del Nuevo Mundo, Pirú, [1630], Lima, (...)

"[...] Pues vemos, que abriéndose como pelícano las propias venas, reparte por tantas partes sus entrañas, que no ay región por remota que sea que no beva de su sangre a dos carrillos y se alimente de su humor, y quien la ve sudar gotas de oro y plata, no juzque por inmortales sus tessoros. Y sino ¿quién haze temblar al Turco ? ¿Quién obliga a parar sobre las manos al desbocado Flandes ? ¿Quién a la descomulgada Inglaterra pone espanto ? ¿Quién el terror y miedo a la Alemania, donde no está seguro la heregía, como tampoco lo está el Alcorán y barvarismo en Mauritania ? ¿Quién alienta propias y estranjeras guerras para su rey, nunca imaginadas en el mar de Lepanto, sino el Pirú, de cuyo estómago, por tantos chilos de plata y oro, se reparte y derriba la sustancia a todas estas partes del mundo ? Pone el soldado o capitán en Flandes, en Italia o Alemania, la puntería de la bombarda al enemigo, mas pico al viento, buelta la cara al blanco del sueldo, que le a de dar Potosí, y al premio de la renta y el oficio, que le a de dar el Pirú, que es el sustento de tantas gentes, sagrado de tantas naciones, y la piadosa madre de tantos propios y adoptivos hijos"4.

12On trouve là résumée toute la fierté d'une terre qui s'est vu confier la sauvegarde des peuples chrétiens. L'utilisation de l'emblème du pélican, symbole christique par excellence, auquel on attribue la vertu de se déchirer la poitrine pour nourrir et sauver ses petits, montre à quel point est enraciné dans les esprits créoles le rôle sacrificiel de leur terre, qui doit vivre mais meurt peu à peu sous les coups que les hommes donnent dans ses entrailles, qui doit vivre et en même temps mourir pour assurer la justice, la religion, par l'intermédiaire d'une monarchie espagnole stable et riche.

13Buenaventura de Salinas, tout comme Guarnan Poma, compara également la ville impériale de Potosí à une colonne, colonne de la foi qui soutenait le Monde :

  • 5 Ibid., p. 268.

"[...] Vive [Potosí] para cumplir tan peregrinos desseos, como tiene España ; vive para apagar las ansias de todas las naciones estrangeras, que llegan a agotar tus dilatados senos ; vive para rebenque del Turco, para embidia del Moro, para temblor de Flandes y terror de Inglaterra ; vive, vive, coluna y obelisco de la fe"5.

  • 6 George R. Kemodle, "Déroulement de la procession dans les temps ou espace théâtral dans les fêtes (...)

14Cette littérature créole apologétique accordait aux métaux précieux le rôle d'instruments privilégiés dans la politique catholique du monarque espagnol, mais surtout dans l'éclat du culte divin et dans l'extension de la foi à travers le monde. L'or et l'argent avaient peut-être suscité la convoitise de centaines de misérables, avaient attisé les haines entre les populations qui s'étaient installées au pied de la riche montagne, mais ces aspects négatifs étaient vus comme un moindre mal devant les horizons que les richesses de Potosí ouvraient pour la foi catholique. L'argent de Potosí acquit une signification nettement religieuse. Au-delà de Potosí et de ses richesses, c'est tout le Pérou qui participait à l'extension de la foi et de la politique catholique du monarque, et qui soutenait le Monde et cela pour deux raisons. Premièrement, cette montagne que nous retrouvons dans les compositions iconographiques symbolise plus la ville ou le pays entier que la montagne particulière de Potosí : comme dans les représentations théâtrales de l'époque, les montagnes, les arbres ou les rivières figurés dans les fêtes sont des procédés scéniques qui servaient plus de symboles que d'indications de lieu particulier6. Ensuite, dans la réalité du Pérou colonial, l'argent de Potosí ou des autres mines circulait : d'un point de vue économique, il enrichissait non seulement les caisses royales mais aussi les hommes, et d'un point de vue géographique, il voyageait suivant une ligne qui reliait Potosí à la capitale où étaient entreposées les richesses en attendant le départ des vaisseaux vers l'Espagne. C'était donc tout le Pérou qui vivait au rythme de la mine.

15Aussi, l'ambiguïté de cette vision du Pérou "madre rica, que sustenta a España", sa mère patrie, trouva-t-elle matière à de nombreuses compositions allégoriques dans les actes officiels de fidélité aux rois espagnols.

Une composition allégorique de Sala y Valdés en 1660

16Nous allons nous intéresser maintenant à une composition allégorique précise, celle offerte en 1660 par la corporation des peintres de Lima pour la naissance du fils de Philippe IV, Philippe Prosper. La composition, nous dit l'auteur de la relation de fête, Salas y Valdés, commence par un défilé des douze Incas, se poursuit par un char dont nous allons étudier les allégories et se termine par un défilé de tous les vice-rois du Pérou. Voici la description que Salas y Valdés fait du char :

  • 7 Agustín de Salas y Valdés, Diseño historial de los gozos ostentativos con que la regia ciudad de L (...)

"Los faldones se llenavan con unas cabeças grandes de sátiros de color de bronce : colgavan de sus bocas paños de frutas y hojas, y amalgavan imitar la vigilante guarda de los pomos de Esperia, porque en la superficie desta fábrica se encumbravan dos montes. El uno caía a la parte de popa y essotro a la contraria. Sus faldas se estendían hasta comunicarse y confundirse. La frente del que nacía en la proa se coronava de un gallardo penacho, que formava un limo fértil de hojas, flores y fruto. Digno dosel variado de esmeraldas, estrellas y soles se ofrecía este árbol a un coronado león que, sobre una alcatisa florida se recostava a su sombra. De la cumbre del monte frontero assomava hasta la cintura el bulto de un gigante de color terrestre, que a manifestar toda su proceridad, seria de ocho varas. Apoyavan sus ombros al mundo, representado en un globo, que de diámetro tendría quatro. Levantava los braços en acción de assegurarle con ellos, mas tenía por varias partes rotas sus principales venas, por donde pródigo de sus entrañas, como deshilando el coraçόn en arroyos de plata, rendía toda su riqueza a las augustas plantas del león"7.

17Cette composition se distingue par ses références à la tradition gréco-latine. Nous y trouvons l'analogie commune entre le Pérou et le jardin des Hespérides. Les satyres qui gardent ces richesses sont placés au pied d'un géant de terre, supportant le globe terrestre sur ses épaules. Il ne peut s'agir que d'une image de Potosí-Atlas car les légendes anciennes établirent l'emplacement du pays des Hespérides au pied du mont Atlas. Le "mystère" est assez simple à déchiffrer. Potosí, blessé, laisse couler son sang pour abreuver le roi de ses richesses. Remarquons que c'est la Terre qui se sacrifie et non les hommes. La montagne verse son sang au bénéfice des caisses royales, grâce auxquelles la Chrétienté peut assurer sa tranquillité, voire son développement. Ses veines déversent à flots son or et son argent au pied du lion royal :

"Tan grandemente generoso los dispende en tantos exércitos que militan por la fe [...] y ésse es el ingenio, el modo y valentía de establezer la firmeza del orbe católico y ser el mayor esfuerzo de su arrimo".

  • 8 Allusion à l'un des douze travaux d'Hercule-Heraclès dans sa quête des pommes d'or des Hespérides. (...)

18L'originalité de cette composition réside dans le fait de faire reposer le globe terrestre sur les épaules du géant de terre, représentant Potosí et le Pérou, et non sur celles du lion. Habituellement, c'est le souverain qui était comparé à Atlas, soutenant la voûte céleste sur ordre du roi des dieux, Jupiter, car c'est lui qui constituait, dans les mentalités de l'époque, la base et l'assise de la Chrétienté. D'autres compositions montraient le souverain sous les traits d'Hercule, recevant d'Atlas le globe terrestre8. Ces compositions étaient traditionnelles et semblent être apparues sous Charles Quint. L'originalité et l'audace de la composition liménienne sont ainsi expliquées par Salas y Valdés :

  • 9 Salas y Valdés, op. cit., f° 58v.

"Mas esto que fue apartarse de la común empressa y alegoría tuvo hondo y bien fundado dictamen : porque ¿ quién duda que todo el peso y ahogos de nuestro monarca se originan de la ansia de socorrer las armas católicas [...] siendo pues ésta la mayor fatiga de nuestro rey piadoso, trasladarla el Perú a su filial afecto y desentrañarse para tan justo socorro, lo mismo es que librarle de tan grave peso y, afuer de cariñoso criado, ponerlo sobre ombros proprios, con gusto de no ver oprimido los de su dueño"9.

19Nous voyons développée ici l'idée de la couronne et de la charge royales comme poids ou comme sacrifice. Dans l'idéologie politique traditionnelle des XVIIe et XVIIIe siècles, la charge royale est conçue comme une fatigue et non comme un plaisir. Le prince, qui doit diriger à bon port son empire, doit endurer de nombreuses difficultés, échapper aux dangers qui le guettent. C'est là un concept amplement développé dans les traités d'emblématiques espagnols du XVIIe siècle. Dans la description du char offert au prince Philippe Prosper, cette théorie du poids du gouvernement est confirmée, mais à l'intérieur d'un discours dont l'idéologie directrice est fortement américaniste.

20La composition a donc un double sens : montrer le Pérou comme un serviteur loyal déchargeant son maître du fardeau qui l'opprime et, en même temps, revendiquer le rôle précieux et indispensable du Pérou dans la stabilité de la monarchie espagnole. Par cette composition allégorique, Lima, symbolisée par le limettier et le Pérou, symbolisé par le géant, s'arrogent le privilège d'offrir tranquillité et repos au souverain à l'ombre de leur envergure. Enfin, après une digression sur les plaisirs manifestés par les foules liméniennes lors du départ des vaisseaux chargés de leurs richesses vers la Métropole, Salas y Valdés termine le récit de la fête des peintres par un éloge du vice-roi en charge, le comte d'Alba de Aliste :

  • 10 Ibid., f° 59v.

"Se encargó deste reyno, no en la pujança y colmo de sus riquezas de que pende el curso feliz de los comercios, la suerte descansada de estas provincias y su concierto, sino en tan grande y general agonía que pudo trocar en lástima la embidia de las naciones que nos miran con menos cariño"10.

21Ce passage est bien ambigu car s'il légitime l'envoi de toutes les richesses et applaudit à l'agonie du Pérou pour la gloire du roi et de la foi catholique, il n'en met pas moins en relief que toutes ces richesses pourraient servir à faire prospérer le commerce d'une vice-royauté qui s'affaiblit de jour en jour, et ne trouve aucune compensation à ses sacrifices.

22Nous avons vu que la construction de la nature américaine, la "gestuelle" des figures est sans doute plus importante encore que les purs éléments iconographiques : en révélant l'idée du sacrifice ou de secours indispensable de l'Amérique à l'Espagne, elle rend plus explicite la participation de l'exaltation de la nature au phénomène créole.

23Dans cette exaltation, nous avons mis en relief le rôle capital des mines comme soutien de l'Espagne et de la foi. Cela confirme la totale adhésion du Pérou à la destinée catholique de la Couronne, mais traduit aussi la volonté du vice-royaume de s'arroger une place capitale dans cette destinée. Plus qu'un désir de différenciation par rapport à la Péninsule, le créolisme apparaît donc comme un désir d'intégration de la réalité locale dans la vie de la Couronne. Les créoles affirment leur appartenance à la "nation" espagnole dans leur partage des mêmes valeurs fortes, car comment mieux montrer son hispanité qu'en représentant sa participation à la destinée catholique propre à l'Espagne. En même temps, comment mieux manifester une conscience américaine, une fierté nationale péruvienne, qu'en s'arrogeant le rôle de "sauveur" dans cette même politique catholique.

24Cela nous prouve que l'américanité des créoles n'est pas incompatible avec leur hispanité. Leur originalité repose en fait sur le prolongement américain des valeurs fondamentales hispaniques, sur l'exacerbation de la fierté nationale, par exemple, ou sur la continuité des traits d'identité catholiques, sur le fait que l'Espagne et son empire se considéraient comme investis par Dieu de la défense de la vraie foi. Jusqu'à la seconde moitié du XVIIIe siècle, le Pérou ne veut que s'accorder une place dans la destinée de l'Empire. Les créoles n'ont d'autres objectifs qu'une meilleure intégration et une meilleure reconnaissance de la capitale et du viceroyaume péruviens dans l'Empire. Le thème de la défense de la Chrétienté participe donc de façon essentielle à cette idéologie. L'utilisation, lors des fêtes, de compositions allégoriques mettant en scène cette idéologie, a pour objectif de rendre ces revendications publiques, de les rendre accessibles à toute la population présente. Elle la diffuse aussi aux lecteurs péninsulaires qui reçoivent les relations officielles de ces cérémonies, et surtout au lecteur par excellence : le monarque lui-même.

Notes

1 Teresa Gisbert, Iconografía y mitos indígenas en el arte, La Paz, 1980, p. 81.

2 Alain Milhou, Colón y su mentalidad mesiánica en el ambiente franciscanista español, cuadernos colombinos, n° 11, Valladolid, 1983, première partie, chap. IV, p. 142.

3 F. Guarnan Poma de Ayala, Nueva crónica y buen gobierno, édition de John Murra, Rolena Adorno Jorge Urioste, Madrid, Historia 16, 1987, p. 1142.

4 Buenaventura de Salinas y Córdoba, Memorial de las historias del Nuevo Mundo, Pirú, [1630], Lima, Universidad Nacional Mayor de San Marcos, 1957, p. 85.

5 Ibid., p. 268.

6 George R. Kemodle, "Déroulement de la procession dans les temps ou espace théâtral dans les fêtes de la Renaissance", in Les fêtes de la Renaissance, études réunies par Jean Jacquot, Paris, CNRS 1956 t. I p. 444.

7 Agustín de Salas y Valdés, Diseño historial de los gozos ostentativos con que la regia ciudad de Lima celebró el deseado nacimiento del cathólico príncipe nuestro señor don Felipe Andrés Próspero, Lima, Impenta de Juan de Quevedo y Zarate, 1660, f° 56v.

8 Allusion à l'un des douze travaux d'Hercule-Heraclès dans sa quête des pommes d'or des Hespérides. Hercule reçut momentanément le fardeau d'Atlas afin que ce dernier aille cueillir trois pommes d'or. Cf. Pierre Grimai, Dicxtionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, PUF, 1996, p. 196.

9 Salas y Valdés, op. cit., f° 58v.

10 Ibid., f° 59v.

Auteur

Université de Toulouse le Mirail

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540