Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

VI. Management, gestion et systèmes techniques

Plate-forme Expérimentale pour l’étude de l’Usage des dispositifs d’information et de communication en Situation d’activité nomade (PLEXUS)

Jean-Marc Francony

Texte intégral

  • 1 Directeur de l’IUP Métiers des Arts et de la Culture, spécialité Métiers du Livre, Université Pier (...)

1Note portant sur l’auteur1

2L’objectif de ce projet est la réalisation d’une plate-forme expérimentale permettant de soutenir des expérimentations dans des situations les plus proches d’utilisations non contraintes et nomades des dispositifs informationnels et communicants.

3Les problèmes auxquels nous nous intéressons concernent à la fois l’usabilité et l’usage des matériels et des logiciels ou « objets communicants » constituant les dispositifs intermédiaires ainsi que les services et les systèmes d’information auxquels ils donnent accès.

CONTEXTE

4L’évolution des rythmes de vie et l’organisation spatiale des activités humaines dans notre société renforcent et se renforcent des évolutions techniques et technologiques des dispositifs d’information et de communication.

5Cette synergie positive est l’un des présupposés des discours sur la société de l’information qui sous-tendent, explicitement ou non, les politiques d’aménagement du territoire et de développement économique. Elles légitiment enfin les développements technologiques actuels [Sfez, 2002].

OBJET(S) D’ÉTUDE

6Les travaux que nous présentons s’intègrent dans un champ de recherche qui porte sur les relations et les dynamiques réciproques entre société et technologies de l’information-communication.

7Notre objet d’étude concerne l’interaction entre l’individu et les dispositifs d’information et de communication dont il dispose dans le cadre du déroulement des activités finalisées qu’il conduit.

8Notre objectif est double.

9D’une part, il s’agit d’étudier l’individu en situation et plus particulièrement les stratégies et les comportements informationnels développés dans le cadre de cette activité. L’objectif poursuivi est d’évaluer l’incidence des dispositifs proposés sur l’individu et l’activité elle-même en intégrant à la fois la dimension nomade et les rythmes dans lesquels se déroule l’activité.

10D’autre part, il s’agit de proposer des modes d’analyse et de validation des dispositifs d’information-communication qui, partant d’une démarche expérimentale d’observation des utilisateurs, conduisent à des modèles prédictifs de conception et d’évaluation restituant, autant que possible, la nature écologique et les « affordances » de l’utilisation en situation [Gibson, 1977].

11En l’état actuel des technologies, ces dispositifs peuvent être décomposés en deux parties.

12La première est matérielle et constitue un univers « d’objets communicants » [Kintzig, Poulain, Privat, Favennec, 2002] dont les fonctionnalités, les formes et les dimensions sont le résultat de compromis entre des critères technologiques, ergonomiques et symboliques. L’objet communicant remplit une fonction principale d’intermédiaire ou d’interface.

13La seconde à un statut immatériel dans la mesure où elle est le plus souvent masquée pour les utilisateurs suivant le principe de « transparence ».

14Elle se décompose en différentes couches logicielles et matérielles qui donnent accès à des services et à des systèmes d’information distribués sur des réseaux informatiques.

CHOIX MÉTHODOLOGIQUES

15Les principes de construction de la plateforme PLEXUS découlent de l’hypothèse écologique que nous formulons ainsi : il n’est pas possible d’étudier de manière précise et appropriée l’utilisation d’un objet communicant ou d’un service en ligne en dehors du contexte de leur utilisation effective.

16Les méthodes de laboratoire qui consistent à étudier à partir de tâches prescrites des sujets cobayes ne donnent qu’un aperçu partiel, voire biaisé, de l’utilisation d’un objet. Ces observations permettent de formuler un avis sur l’utilisabilité de l’objet, c’est-à-dire d’évaluer sa prédisposition à être utilisé. Mais, cette condition, si elle est nécessaire, n’est pas suffisante pour en déterminer son usage effectif.

17Par ailleurs, les méthodes traditionnelles par enquêtes et par entretiens mises en pratique dans les sciences sociales ne donnent pas une vue complète des situations d’utilisation. L’orientation des questionnaires vers un but d’analyse limite les possibilités ultérieures d’exploitation des corpus recueillis. C’est pourquoi nous avons choisi une voie différente.

18Nous nous sommes orientés vers les techniques de collecte d’information issues des travaux en génie logiciel sur l’évaluation des interfaces hommes/machines et plus récemment des recherches en marketing sur le Web mining et le data mining [Fenstermacher, Ginsburg, 2002, 2003]. Il s’agit de récolter l’ensemble des « événements » de bas niveau produits par les actions physiques (clavier, souris, etc.) de l’utilisateur sur l’objet. La signification de ces événements est reconstruite ultérieurement.

RÉALISATION TECHNIQUE

19La dimension écologique et expérimentale de nos travaux, nous a conduit à proposer la réalisation d’une plate-forme informatique permettant de suivre et « tracer » au plus près l’activité de l’utilisateur d’un dispositif d’information-communication mobile et les flux d’information qu’il génère.

20Le Web ayant un rôle fédérateur important, que ce soit pour la diffusion d’information ou pour l’offre de services en ligne à destination de professionnels et du grand public, la plate-forme plexus a été réalisée suivant une architecture de type client-serveur.

21La partie client de plexus supporte la notion de session utilisateur en contrôlant l’exécution des navigateurs Web sur les objets communicants. Lorsque l’utilisateur utilise son navigateur, la circulation des informations entre les serveurs Web et le navigateur transite par la session plexus qui peut ainsi la capturer.

22Dans la mesure où les interfaces applicatives (API) existent, (c’est le cas pour les produits Microsoft) le client plexus capture aussi les événements que l’utilisateur provoque dans le navigateur. Nous disposons ainsi d’indications sur les actions physiques de l’utilisateur sur l’objet communicant.

23En fonction d’un paramétrage donné préalablement, qui fixe la granularité de l’observation, le client plexus journalise ces différentes informations et les transmet au serveur plexus régulièrement qui se charge de conserver les journaux produits par un ou plusieurs sujets simultanément.

FONCTIONNALITÉS – OBJECTIFS INTERMÉDIAIRES

24Cette plate-forme doit à terme remplir plusieurs fonctions :

  • Capturer et enregistrer les différentes actions de l’utilisateur sur le dispositif de consultation (client) (scrolling, etc.), suivant une granularité informationnelle paramétrable.
  • Enregistrer et contextualiser (notamment spatio-temporellement) les différents échanges d’information (requêtes, etc.) entre le dispositif nomade (client) et les sources d’information (serveurs) auxquelles il donne accès, suivant une granularité informationnelle paramétrable.
  • Réaliser l’intégration des informations multi-sources suivant un format de représentation commun fondé sur la technologie XML.
  • Adapter la présentation de l’information multimédia suivant le type d’objet communicant et de client employé en fonction de caractéristiques techniques décrites et paramétrables depuis la plate-forme.
  • Réaliser la contextualisation spatio-temporelle des services et des sources d’information disponibles suivant la localisation spatiale et horaire de l’utilisateur dans le périmètre géographique expérimental (poste de travail, bâtiment, milieu urbain, milieu naturel, etc.).
  • Donner accès à des sources d’information distribuées sur le Web, suivant des formats de données et d’échanges hétérogènes selon des protocoles de communication sans fil.

POINTS FORTS

25Elle met l’accent sur plusieurs points innovants :

  • Point 1-2 : proposer un dispositif de journalisation spatio-temporelle de l’activité interactive (utilisateur) et communicationnelle (utilisateur-dispositif) dans le cadre du nomadisme pour des expérimentations de terrain. Cet aspect nous situe dans la continuité de travaux antérieurs portant sur des dispositifs de type « magicien d’Oz » pour le recueil de corpus.
  • Point 3-4 : proposer une chaîne de traitement de l’information et du document numérique qui permette d’étudier et de concevoir des mécanismes devant être mis en œuvre pour assurer la « plasticité du document ». Cette adaptation « en aval » sur la restitution multimédia de l’information suppose une bonne compréhension de la sémantique et pragmatique des unités informationnelles.
  • Point 5 : étudier et concevoir des mécanismes de contextualisation utilisant des heuristiques liés à la localisation spatiale et temporelle de l’utilisateur engagé dans une activité donnée. Pour ce faire Plexus intègre un SIG (Système d’Information Géographique) pour localiser et exploiter simultanément ces informations situationnelles.

AVANCEMENT

26En l’état actuel, la plate-forme est opérationnelle pour les points 1 à 4 qui constituent le socle expérimental. Ces points ont fait l’objet de validations pré-expérimentales. Nous menons actuellement une expérimentation pour valider définitivement les développements réalisés et se doter d’un corpus significatif nous permettant d’affiner les procédures de dépouillement et d’analyse quantitative et qualitative des données recueillies.

27Les points 5 et 6 nécessitent des partenariats avec des opérateurs industriels et institutionnels que nous venons d’engager, notamment en nous associant aux travaux du laboratoire « Territoires » de l’UMR « PACTE ».

VALORISATION

28Francony Jean-Marc, (2004), « Offer Services and Evaluation of Usability and Practical Value », Communication au Colloque Professional information on the Internet : Design and development, access, quality, ethics in cyberspace and intellectual property, Krakow, Poland, 31st may-1st June 2004.

29Contrat de recherche Montagnes, développement durable et Technologies d’Information et de Communication en partenariat avec FTR&D, Laboratoire CED&PIC et Laboratoire Territoires CERMOSEM.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Fenstermacher Kurt, Ginsburg M., (2002), « A lightweight Framework for cross application user monitoring », IEEE computer, vol. 35, n° 3, pp. 51-59.

Fenstermacher Kurt, Ginsburg M., (2003), « Client side Monitoring for web mining », JASIST (Journal of the American Society for Information Science and Technology), vol. 54, n° 7, pp. 625-637.

Gibson J., (1977), « The theory of affordances », dans Shaw R. E., Bransford J. (Ed.), Perceiving, acting and knowing : toward an ecological psychology, New York, Lawrence Erlbaum, pp. 67-82.

Kintzig Claude, Poulain Gérard, Privat Gilles, Favennec Pierre-Noël, (2002), Objets communicants, Paris, Hermès & Lavoisier.

Sfez L., (2002), Technique et idéologie – Un enjeu de pouvoir, Paris, Seuil, collection « La couleur des idées ».

Notes

1 Directeur de l’IUP Métiers des Arts et de la Culture, spécialité Métiers du Livre, Université Pierre Mendès-France – Grenoble.

Auteur

Responsable scientifique

Avec la collaboration d’Éric Guinet (Université Pierre Mendès France – Grenoble, La cité des territoires).


mailto:Jean-Marc.Francony@upmf-grenoble.fr
Centre d’Étude des Dispositifs et
Processus d’Information Communication (CED&PIC)
Domaine Universitaire
BP 25
38040 Grenoble Cedex 9

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540