Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et transmission des savoirs dans les mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Représentations et lieux de mémoire

La société andalouse au XVIe siècle d'après les dessins d'Enea Vico, de Weiditz et de Hoefnagel

Catherine Gaignard

Texte intégral

  • 1 Cf. Jerónimo Münzer, Viaje por España y Portugal (1494-1495), Madrid, 1991 ; Antonio de "Lalaing, D (...)

1Le regard que porte un voyageur sur un pays qui n'est pas le sien, sur des us et coutumes qu'il ne connaissait pas, peut traduire simplement la surprise, parfois une certaine incompréhension, mais il a le mérite d'être différent de celui des autochtones et de constituer une source précieuse d'informations. A la fin du XVe siècle, l'Allemand Münzer, puis, au début du XVIe siècle, le Français Antoine de Lalaing et l'Italien Navaggero, vont sillonner l'Espagne et rapporter de leur séjour d'intéressants récits de voyage1.

2D'autres visiteurs reviendront avec d'autres données documentaires extrêmement utiles également pour la connaissance d'un pays : des croquis et des dessins. Ces sources iconographiques viennent compléter et préciser les indications scripturaires. Elles présentent l'avantage indéniable de nous donner des précisions tangibles dans certains domaines-en particulier sur le plan vestimentaire-et de nous offrir des instantanés de la vie quotidienne.

3Trois graveurs étrangers, un Italien, un Allemand et un Flamand, vont, par leur œuvre, nous permettre d'avoir cette approche pour l'Espagne du XVIe siècle. Nous allons essayer de déterminer, à travers les dessins ou les planches gravées d'Enea Vico, de Christoph Weiditz et de Georg Hoefnagel, quelle vision de la société andalouse transparaît. Nous ne respecterons pas, volontairement, l'ordre chronologique et nous avons choisi d'opter pour une étude de ces différents artistes en fonction de l'apport documentaire de chacun d'eux.

Enea Vico

  • 2 Adam Bartsch, Le peintre graveur, t. XV, Vienne, 1813, p. 275.
  • 3 Larousse, Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle, t. XXVII, p. 992.

4Nous nous intéresserons, tout d'abord, à Enea Vico. Ce graveur, médailleur, né à Parme en 1523, connut de son vivant une grande notoriété. Très jeune, il quitta sa patrie pour Rome où il devint l'élève de Thomas Barlachi, graveur mais, avant tout, marchand d'estampes réputé et d'un commerce très étendu. On sait que les premiers essais dans la gravure d'Enea Vico se situent dès 1541, date où il effectua une série de "Grotesques" pour le fonds Barlachi2. Il est d'ailleurs fort probable que, d'après les usages de l'époque, le jeune Vico contribua, anonymement, à des dessins du Maître ou effectua même des séries de planches qui furent attribuées à Barlachi. En 1545, il quitta Rome pour Ferrare où il réalisa des estampes à caractère religieux3. Il fut alors remarqué par Côme de Médicis qui le fit venir à Florence.

5Enea Vico nourrit son talent, précoce et incontestable, de la connaissance des techniques des plus grands maîtres de la gravure italienne :

  • 4 Bartsch, op. cit., p. 279.

"Ce n'est que vers 1550 qu'Enea Vico s'était formé une manière de graver particulière qui se distingue par un burin net jusqu'au luisant et un travail serré et fort délicat"4.

  • 5 Joseph Strutt, A biographical Dictionary of all the engravers (facsimile de l'édition de Londres de (...)
  • 6 Le Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale de Paris possède un exemplaire de cette oeuvre (...)

6C'est à ce moment-là que nous pouvons situer la contribution de l'artiste à la vie de la société espagnole. C'est précisément en 1550-ainsi que l'atteste l'inscription qui figure au bas de la gravure : "Inventum sculptumque ab Aenea Vico Parmense, M. D. L"5 - qu'il réalisa un portrait de Charles6. L'Empereur a alors 50 ans. Il est représenté, portant l'ordre de la Toison d'Or, dans un ovale placé au milieu d'un frontispice d'architecture dorique, entouré et surmonté de figures allégoriques. L'importance des éléments ornementaux-symboles des nombreuses victoires de Charles Quint-n'alourdit en rien la composition mais, au contraire, attire davantage l'œil sur le buste de l'Empereur.

7Le portrait est à la fois très ressemblant et sublimé. Le prognathisme des Habsbourg a été occulté et il se dégage du visage de Charles Quint une extraordinaire noblesse, un sentiment de force mais aussi une infinie sérénité comme si l'artiste avait plongé dans les tréfonds de l'âme de son modèle et avait pressenti, derrière l'auteur de tant de hauts faits militaires, l'homme qui, peu après, allait oublier le monde profane au monastère de Yuste.

  • 7 Bartsch, op. cit., p. 277.

8Enea Vico remit, en personne, le portrait à l'Empereur dont il reçut deux cents écus7. On peut donc supposer que la date de 1550 marque le passage de l'artiste en Espagne d'où il ramènera un grand nombre de dessins. Par contre, nous n'avons pas d'indications précises sur son itinéraire ni sur la durée de son voyage.

  • 8 Ce recueil visiblement a été ignoré jusqu'à ce jour. Les seuls recueils mentionnés sont : un, de 50 (...)
  • 9 Ce recueil qui comprend un nombre beaucoup plus important de planches que celles jusqu'alors figure (...)
  • 10 Ces gravures mesurent toutes 9 cm de large sur 15 ou 16 de haut, à une seule exception près, la pla (...)

9Nous avons eu la chance de trouver, au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale de France, un remarquable ensemble de ces dessins8. Il s'agit d'un recueil in 4 °, relié en parchemin, comprenant 95 planches9. Il y a un seul personnage par planche avec une très forte majorité féminine-76 femmes contre 19 hommes-et aucune représentation enfantine. Le personnage est le plus souvent de face ou de 3/4, de dos dans 16 cas et, de très rares fois, de profd. Toutes les gravures sont pratiquement de la même taille10.

  • 11 Bartsch, op. cit., p. 325.
  • 12 Voir les planches 10, 20, 25, 31, 38, 47, 56, 58, 62, 64, 65, 72, 74, 79, 82, 83 et 6.
  • 13 Il s'agit des planches 39, 37, 69 et 88.

10Chacune de ces planches porte le nom de la figure qu'elle représente ainsi que celui de la province ou de la ville concernées : "Ces deux noms sont écrits en italien sur une tablette attachée à un petit arbre sec qui forme une fourche"11. Ces indications se trouvent en bas du dessin, soit à droite, soit à gauche. Un relevé exhaustif de la nomenclature des planches nous permet de constater que seules trois régions sont mentionnées : la Biscaye, la Galice et la Castille. Les villes citées correspondent, toutes, au Nord-Ouest de l'Espagne (Fontarrabie, Santander, Logroño, Burgos, Pampelune, Orense) à une seule exception : Grenade qui à elle seule, symbolise toute l'Andalousie. Au niveau des couches sociales, c'est le monde agricole qui est mis en exergue : pas moins de 14 planches représentent des paysans ou des paysannes. Il convient d'ajouter deux autres planches consacrées à des laboureurs castillans et une à un muletier galicien12. Mais, Enea Vico s'est également intéressé aux marginaux : mendiants, prostituées et souteneurs13.

  • 14 Nous trouvons les mentions suivants : "donzella" (jeune fille), "maritata" (jeune mariée), "donna" (...)
  • 15 Voir reproductions 1 et 2.

11L'âge de ses modèles semble être l'une des préoccupations majeures de l'artiste. Les différents moments de la vie d'une femme sont alors évoqués par le libellé de la gravure14. Deux portraits sont particulièrement intéressants. Ils représentent deux jeunes mariées, l'une à Pampelune et l'autre à Grenade. La comparaison de leurs tenues vestimentaires met en lumière l'orientalisme du costume grenadin15.

  • 16 Voir en particulier les planches 33, 55 et 86 (reproduction de la planche 86 ci-jointe).

12La spécificité de ces vêtements morisques va se retrouver dans l'ensemble des dix planches consacrées à Grenade et nous pourrons ainsi en visualiser tous les éléments caractéristiques : les "zaragüelles" ou chausses bouffantes que l'on rentre au niveau du genou dans des bas épais, la chemise courte et ample, en soie ou en coton, la marlote et, surtout, la "almalafa" dans laquelle les femmes s'enveloppent avec élégance16.

  • 17 Voir Préface de Theodor Hampe, p. 114 in Christoph Weiditz, Das Trachtenbuch des Christoph Weiditz (...)

13Les données vestimentaires fournies par Enea Vico sont extrêmement précieuses. De fait, il a réalisé le premier recueil de costumes étrangers alors qu'il faudra attendre 1562 pour que ce type d'ouvrage voit le jour :17 Recueil de la diversité des habits qui sont de présent en usage tant en pays d'Europe, Asie, Afrique et Isles Sauvages. Par ailleurs, la finesse du travail de l'artiste fait, de chaque gravure, un véritable portrait. Nous ressentons, en les regardant, l'émotion que nous inspirent les vieilles photos qui rendent présent le passé. Par contre, l'information documentaire reste assez mince sur le plan des activités économiques et des us et coutumes.

Christophe Weiditz

  • 18 On ne connaît pas la date exacte de sa naissance mais on pense qu'elle eut lieu à Strasbourg vers 1 (...)

14Les dessins de Christoph Weiditz vont nous permettre de combler cette lacune. Weiditz va séjourner en Espagne une vingtaine d'années avant Enea Vico. Nous savons qu'il s'y rendit en 1529 car il y accompagna le jeune Desiderio Colman Helmschmied, fils d'un célèbre armurier d'Augsbourg. Ce dernier avait confectionné pour l'Empereur une superbe armure. Mais, âgé et malade-il devait décéder peu de temps après-, il ne fut pas en mesure d'effectuer le long voyage jusqu'en Espagne et confia son oeuvre à son jeune fils, âgé de seize ans. Celui-ci fit route avec Weiditz qui avait alors une trentaine d'années18.

  • 19 Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs d (...)
  • 20 Cf. Antonio Gallego Morell, "La Corte de Carlos V en la Alhambra en 1526", in Miscelánea de estudio (...)

15Christoph Weiditz appartenait à une famille d'artistes connue depuis des générations. Son frère, Hans Weiditz, de quelques années son aîné, était un graveur sur bois très prisé à Augsbourg où il travaillait pour de célèbres libraires19. Le jeune Christoph s'était taillé, quant à lui, une solide réputation en tant que médailleur. En 1526, il était un artiste consacré et les familles les plus en vue de la ville voulaient être portraiturées par lui. C'est ainsi qu'il grava dans des moules en buis, puis dans le précieux métal, les portraits d'Ulrich Rechlinger, fils du Bourgmestre, d'Ottmar Widenmann et de Schaller, orfèvres réputés, mais surtout celui de Johannes Dantiscus que Charles Quint écoutait volontiers et qui avait séjourné en 1526 à la cour impériale alors que celle-ci se trouvait à Grenade20. Il est probable que l'influence de Dantiscus ait été primordiale dans le départ pour l'Espagne de Christoph Weiditz. Dantiscus aurait fait miroiter à son ami les avantages substantiels, sur le plan professionnel, qu'il pourrait retirer de ce séjour. Christoph Weiditz était alors victime de la jalousie voire même de la vindicte d'autres graveurs d'Augsbourg. Il profita de son séjour en Espagne pour obtenir de l'Empereur une lettre de privilège conservée aux archives d'Augsbourg : "Habiendo ido a Hispania consiguió de la Romana Cesárea Majestad, nuestro señor clementísimo [...]".

16Weiditz va rester plus d'un an en Espagne et, à la différence d'Enea Vico, parcourir tout le pays. Ses dessins, en particulier dans les scènes de groupes, vont nous permettre de voir, dans leur activité quotidienne, fileuses de Galice, bergers, vanneurs et paysans castillans, marchands d'eau ou de grains, marins ou artisans de radoub du port de Barcelone...

  • 21 Il s'agit des planches LXXIX à CXII comprise.

17Chaque région, chaque corps de métier mériterait une étude approfondie mais nous avons choisi de nous limiter à la seule Andalousie. L'artiste lui consacre 12 planches : 11 pour Grenade et une pour Séville21. Les éléments constitutifs du costume grenadin sont les mêmes que ceux qui seront reproduits par Enea Vico une vingtaine d'années plus tard : les "zaragüelles", la marlote, la almalafa...

18En contemplant ces Morisques grenadines, on ne peut s'empêcher d'évoquer ces quelques lignes de Navaggero, écrites en 1526, lors de son séjour à Grenade :

  • 22 Navajero, op. cit., pp. 859-860.

"Toutes les femmes se vêtent à la morisque qui est un costume vraiment extraordinaire : elles portent une chemise qui couvre à peine le nombril et des zaragüelles-sorte de pantalons dans lesquels elles font entrer un peu de leur chemise-enfin, d'autres pantalons qu'elles mettent sur les premiers, en toile ou en drap, mais ils sont si plissés et faits de telle sorte que leurs jambes semblent étonnamment grosses [...]"22

19Ces "autres pantalons "dont parle Navaggero étaient en réalité de gros bas plissés, extrêmement volumineux, en usage depuis fort longtemps dans l'Espagne islamisée :

  • 23 Louis Cardaillac, "Le vêtement des Morisques", in Signes et Marques du Convers (Espagne, XVe-XVIe), (...)

"Ils sont décrits au XIIe siècle dans le Tratado de Ibn'Adun et les femmes mores représentées dans les miniatures qui illustrent le Libro de los Juegos d'Alphonse X le Sage les portent"23.

  • 24 Voir reproduction de la planche 81.
  • 25 Il s'agit des planches 84, 85 et 86.
  • 26 La zambra, bien que vilipendée et condamnée par les Ordonnances Royales, restait très en vogue chez (...)

20Par ailleurs, Weititz, en dehors des détails vestimentaires, nous permet de pénétrer dans l'intimité de ces femmes morisques, de les imaginer, en famille, dans leur vie de tous les jours, dans leurs humbles tâches ménagères, en train de balayer ou de filer24, mais aussi en promenade25, ou s'adonnant à des divertissements comme la Zambra26.

  • 27 Nous possédons deux planches doubles en couleur, les planches LXXXVII-LXXXVIII qui représentent une (...)
  • 28 Il s'agit de la planche 92. Cf. reproduction.

21De plus, le dessinateur nous a laissé de nombreuses planches en couleur-certaines doubles-qui sont de véritables scènes de genre et qui, grâce à leurs indications chromatiques, nous rendent compte de la réalité27. Enfin, dans les dessins d'Enea Vico, l'Andalousie était réduite à la seule ville de Grenade. Pour Weiditz, nous possédons une planche consacrée à Séville. Elle représente une jeune femme très belle, de profil, en costume Renaissance. Elle est parée de nombreux bijoux, tient un éventail et est chaussée de "chapines"28.

22Nous pouvons donc faire la différence, à la même date, entre ce costume sévillan, de conception purement espagnole et celui des Morisques de Grenade en tous points comparable à ceux que portaient leurs ancêtres maures avant la Reconquête de Grenade.

Georges Hoefnagel

  • 29 Hans Bol naquit à Malines le 16 décembre 1534 et mourut à Amsterdam le 20 novembre 1593. Pour des p (...)

23Quant au troisième artiste, Georg Hoefnagel, ce ne sont ni les us et coutumes, ni des considérations vestimentaires qui vont motiver sa présence en Espagne. Fils d'un riche diamantaire d'Anvers, il était destiné à prendre la direction de l'affaire paternelle mais, très jeune, il avait éprouvé un goût marqué pour les Arts et était devenu l'élève de Hans Bol, célèbre graveur, dessinateur et miniaturiste de29 Malines.

24Son talent, précoce et exceptionnel, le fit remarquer par Georg Braun qui le chargea de l'élaboration de nombreuses planches pour l'ouvrage monumental qu'il envisageait de publier sur les villes du monde entier Civitates Orbis Terrarum, ouvrage auquel contribueront des dessinateurs aussi connus que Pierre Bruegel ou Vermeyen.

  • 30 Certaines planches comportent deux ou même trois gravures par planche. C'est notamment le cas pour (...)

25Le jeune Georg Hoefnagel partit pour la France en 1561 puis, de là, pour l'Espagne où il séjournera de 1563 à 1567. Il résidera surtout en Andalousie d'où il ramènera une trentaine de planches30. Il dessinera les plans des plus importantes villes andalouses mais aussi de petites cités pittoresques comme la forteresse de Zahara. Dans un souci d'esthétique, il fera figurer, au premier plan, quelques personnages.

26Ce ne sont, parfois, que de simples silhouettes esquissées comme celles de ces deux cavaliers à Palacios (Pl. 29) ou à Cartama (Pl. 34) qui semblent contempler la localité où ils vont, sans doute, faire étape. Mais, le plus souvent, il s'agit de véritables scènes de genre ou d'instantanés de la vie quotidienne.

27Ce sont deux paysans, à Antequera, munis de fourches, vêtus de culottes bouffantes et d'un gilet en peau de mouton (Pl. 7) ; c'est un chevrier, à Archidona, appuyé contre un arbre, jouant du chalumeau tout en surveillant ses chèvres (Pl. 9) ; à Ecija, c'est un gardien de moutons (Pl. 48). Ce sont des paysans en train de marquer au fer un animal à Marchena (Pl. 8), tandis que d'autres pratiquent la "trilla" (Pl. 26) ou que d'autres, encore, sont en train de bêcher, à Zahara (Pl. 21), ou de labourer près de Grenade (Pl. 64).

28Les travaux de la mer sont également largement évoqués : à Cadix (Pl. 29), des pêcheurs tirent les filets sur la plage pendant que d'autres déchargent le poisson ! Une femme tend une cruche de vin ou d'eau à un pêcheur à demi nu transportant, sur l'épaule, un énorme poisson (Pl. 30). C'est la conservation des poissons à Conil qu'il nous dépeint : on suspend les poissons au soleil pour les faire sécher puis on les met en salaison dans des tonneaux (Pl. 42).

29Les plaisirs de la chasse ou de la danse ne sont pas oubliés. Nous voyons, à Hardales (Pl. 69), près de Séville, deux chasseurs, l'un à pied, armé d'une lance, l'autre à cheval, accompagnés par un chien courant en train de lever une perdrix ; à Zahara, c'est un homme seul, pique à la main, qui part à la chasse avec cinq chiens (Pl. 21).

30A Cadix (Pl. 29), onze personnages, danseurs et musiciens, s'adonnent à une "zambra" effrénée tandis qu'à Grenade (Pl. 64) deux femmes en costume Renaissance évoluent, avec grâce, sur leurs "chapines" au son d'un tambourin.

31Enfin, à Séville, près du Guadalquivir, caché à demi dans les roseaux, un groupe de gitanes suit les préceptes de Terpsichore... (Pl. 54). Même dans le monde militaire, un soldat de la garnison de Cadix trompe son ennui en jouant de la guitare tandis que ses compagnons font une partie de dés et vident force chopes (Pl. 30).

  • 31 Cf. reproduction.

32Nous nous attacherons tout particulièrement à deux gravures (planches 6 et 63), réalisées en 1563 et 1564, qui sont consacrées à Grenade31.

33Sur celle de l'Alhambra figurent trois femmes, en costume morisque et deux hommes, portant des paniers contenant l'un, des legumes, l'autre, des écheveaux probablement de soie puisque le tissage de cette riche matière était l'une des activités essentielles des Morisques grenadins.

34L'autre gravure nous offre, en raccourci, une vision des différentes composantes de la société andalouse de l'époque : l'univers de la paysannerie évoqué par le muletier, les porteurs d'eau et un paysan en train de bêcher ; à droite, un groupe à cheval est habillé à la mode espagnole tandis que d'autres personnages, à gauche et au centre, ont des costumes morisques semblables à ceux dessinés par Weiditz ou Vico.

  • 32 Cf. Catherine Gaignard, Maures et Chrétiens à Grenade (1492-1570), Paris, L'Harmattan 1997 chao II, (...)

35Nous constatons donc que l'usage du vêtement morisque, en dépit des interdits réitérés et des multiples Pragmatiques royales32, continue à être très répandu et qu'il constitue le révélateur et le vecteur d'identité d'une communauté.

36Ainsi, Weiditz, Enea Vico et Hoefnagel nous ont apporté la preuve tangible de la permanence du vêtement et des us et coutumes morisques en Andalousie au XVIe siècle. Chaque graveur, à sa manière, a mis en lumière certains aspects de la société andalouse de cette époque et nous a permis d'évoquer quelques moments du quotidien. Il est émouvant de constater qu'Hoefnagel sera le dernier artiste à avoir pu immortaliser ces survivances morisques qui vont disparaître à tout jamais avec le Soulèvement des Alpujarras en 1568 et la déportation massive des Morisques grenadins en novembre 1570.

1. Cf. note 15 du document

1 bis. Cf. note 15 du document

2. Cf. note 16 du document

3. Cf. note 25 du document

4. Cf. note 29 du document

5. Cf. note 32 du document

Notes

1 Cf. Jerónimo Münzer, Viaje por España y Portugal (1494-1495), Madrid, 1991 ; Antonio de "Lalaing, Del primer viaje de Felipe el Hermoso a España en 1501", in Viajes de Extranjeros por España y Portugal, Madrid, 1952, t. I ; Andrés Navajero, Viajes de Extranjeros por España y Portugal Madrid 1952, t. I, pp. 839-876.

2 Adam Bartsch, Le peintre graveur, t. XV, Vienne, 1813, p. 275.

3 Larousse, Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle, t. XXVII, p. 992.

4 Bartsch, op. cit., p. 279.

5 Joseph Strutt, A biographical Dictionary of all the engravers (facsimile de l'édition de Londres de 1785), Genève, 1972, p. 390.

6 Le Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale de Paris possède un exemplaire de cette oeuvre. Bartsch, op. cit., p. 277.

7 Bartsch, op. cit., p. 277.

8 Ce recueil visiblement a été ignoré jusqu'à ce jour. Les seuls recueils mentionnés sont : un, de 50 planches, par Strutt "a set of fifty plates of dresses of différent nations" (Cf. Strutt, op. cit., p. 39), l'autre, une suite de 70 pièces" des habillemens usités par les peuples des diverses contrées de l'Espagne "(cf. Bartsch, op. cit., p. 325).

9 Ce recueil qui comprend un nombre beaucoup plus important de planches que celles jusqu'alors figure au Cabinet des Estampes sous la cote Ob 51 a.

10 Ces gravures mesurent toutes 9 cm de large sur 15 ou 16 de haut, à une seule exception près, la planche n ° 3 dont les dimensions sont 8 sur 13.

11 Bartsch, op. cit., p. 325.

12 Voir les planches 10, 20, 25, 31, 38, 47, 56, 58, 62, 64, 65, 72, 74, 79, 82, 83 et 6.

13 Il s'agit des planches 39, 37, 69 et 88.

14 Nous trouvons les mentions suivants : "donzella" (jeune fille), "maritata" (jeune mariée), "donna" (femme), "vecchia" (vieille femme) et "vedova" (veuve).

15 Voir reproductions 1 et 2.

16 Voir en particulier les planches 33, 55 et 86 (reproduction de la planche 86 ci-jointe).

17 Voir Préface de Theodor Hampe, p. 114 in Christoph Weiditz, Das Trachtenbuch des Christoph Weiditz von seinen Reisen nach Spanien, Berlin und Leipzig, 1927.

18 On ne connaît pas la date exacte de sa naissance mais on pense qu'elle eut lieu à Strasbourg vers 1500.

19 Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, nouvelle édition, Paris, Librairie Gründ, 1976, 10 volumes. Hans Weiditz travailla notamment pour Muller, Schonsperger le jeune, Grumm et Wrsungs (Voir Bénézit, t. X, p. 672).

20 Cf. Antonio Gallego Morell, "La Corte de Carlos V en la Alhambra en 1526", in Miscelánea de estudios dedicados al profesor Antonio Marín Ocete, t. I, Universidad de Granada, 1974, p. 281-282 ; Catherine Gaignard, "La diffusion du savoir à Grenade au XVIe siècle", Actes du Colloque de Nancy, p. 304.

21 Il s'agit des planches LXXIX à CXII comprise.

22 Navajero, op. cit., pp. 859-860.

23 Louis Cardaillac, "Le vêtement des Morisques", in Signes et Marques du Convers (Espagne, XVe-XVIe), Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, 1993, p. 26.

24 Voir reproduction de la planche 81.

25 Il s'agit des planches 84, 85 et 86.

26 La zambra, bien que vilipendée et condamnée par les Ordonnances Royales, restait très en vogue chez les Morisques grenadins.

27 Nous possédons deux planches doubles en couleur, les planches LXXXVII-LXXXVIII qui représentent une famille morisque de Grenade en promenade et les planches XC-XCI consacrées à une "danse morisque". Nous pouvons ainsi voir le goût prononcé des Morisques pour les vêtements bicolores.

28 Il s'agit de la planche 92. Cf. reproduction.

29 Hans Bol naquit à Malines le 16 décembre 1534 et mourut à Amsterdam le 20 novembre 1593. Pour des précisions sur ce célèbre graveur, cf. Bénézit, op. cit., t. II, p. 132.

30 Certaines planches comportent deux ou même trois gravures par planche. C'est notamment le cas pour les planches 9, 21, 29 et 51.

31 Cf. reproduction.

32 Cf. Catherine Gaignard, Maures et Chrétiens à Grenade (1492-1570), Paris, L'Harmattan 1997 chao II, pp. 43-45.

Table des illustrations

Légende 1. Cf. note 15 du document
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende 1 bis. Cf. note 15 du document
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5659/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende 2. Cf. note 16 du document
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5659/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende 3. Cf. note 25 du document
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5659/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende 4. Cf. note 29 du document
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5659/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Légende 5. Cf. note 32 du document
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/5659/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 479k

Auteur

Université de Paris X-Nanterre

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable