Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

VI. Management, gestion et systèmes techniques

Développement des NTIC et management territorial. Potentialités et limites d’une gestion publique interactive*1

Vincent Claustre

Texte intégral

OBJET ET PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE

  • * Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 1 Recherche effectuée dans le cadre du GREFIGE, (Groupe de Recherche en Économie Financière et Gesti (...)

1Cette recherche, qui s’est déroulée entre 2000 et 2001, portait sur l’utilisation des nouvelles technologies d’information et de communication (NTIC) dans le champ du « management territorial », entendu au sens large : management interne des organisations publiques et problématique plus large des systèmes d’action publique partenariaux intervenant sur les territoires.

2Relativement à la plupart des travaux sur les NTIC portant à l’époque surtout sur l’appropriation des NTIC par les usagers ou les citoyens, l’originalité de cette recherche était d’aborder cette question à la fois sous un angle gestionnaire et sur une base territoriale. Cette posture s’est avérée très instructive pour cerner et contextualiser les enjeux de la diffusion des NTIC dans le secteur public.

3Trois axes de questionnements ont été ainsi abordés : les NTIC comme objet de politique publique, les NTIC comme levier d’une rationalisation de l’action administrative et les NTIC comme facilitateur du redéploiement des modes d’action publique sur des bases plus partenariales et locales.

4La réflexion s’est focalisée surtout sur ce dernier aspect, la question centrale étant de voir comment les NTIC et les modes de fonctionnement en réseau qu’elles facilitent pouvaient offrir aux acteurs publics un nouvel outillage pour aborder des problématiques d’intervention devenues plus complexes (multiplication des partenariats) et différenciées (« recentrage sur l’usager »…) et contribuer ainsi à la mise en place de formes de « gouvernance » plus horizontales et régulées sur des bases plus locales, adaptées aux nouvelles exigences de l’action publique.

MÉTHODOLOGIE

5S’inscrivant dans un champ particulièrement évolutif et foisonnant, cette recherche avait un caractère exploratoire, avec comme objectif premier de transformer en quelque sorte une thématique en problématique de recherche.

6Le développement des NTIC dans le secteur public commençait à faire l’objet en France de politiques volontaristes, mais s’affirmant surtout par la promotion d’initiatives multiples sur le terrain. Dans ce contexte, il s’agissait d’abord d’affiner les concepts et les problématiques : cerner dans le champ du « management territorial » les diverses utilisations des NTIC venant modifier de façon significative les modes de fonctionnement, s’interroger sur les modèles pouvant être mobilisés pour l’analyse de ces phénomènes, préciser les axes de recherches souhaitables…

7Ce projet a été mené sous la forme d’une réflexion collective réunissant une équipe d’enseignants-chercheurs spécialisés dans les différents champs de la gestion (management public, systèmes d’information, GRH, organisation...), l’informatique et les sciences de la communication.

8Le travail s’est effectué en deux phases. La première a été consacrée à un cadrage de la problématique au cours d’une série de séminaires, exercice de cadrage à la fois difficile et riche, en raison même du caractère pluridisciplinaire de l’équipe. Un effort d’ajustement a été mené sur les thématiques développées dans chacun des champs disciplinaires : architectures des systèmes d’information, notions de coopération et d’interactivité, approches organisationnelles, évolution des problématiques de management public et de management territorial… Ce cadrage s’est également appuyé sur une synthèse de la littérature concernant plus directement le développement des NTIC dans le secteur public, littérature particulièrement abondante, mais relevant davantage de l’expertise politico-administrative que de l’observation scientifique.

9La deuxième phase du projet a été consacrée à l’analyse d’expériences, en combinant une revue de sites publics sur Internet et une série d’enquêtes auprès de plusieurs types d’organisations publiques : administrations exerçant des fonctions régaliennes (préfectures…), administrations et services intervenant dans le champ social, administrations et collectivités impliquées dans des problématiques de développement territorial…

RÉSULTATS

10Les projets que nous avions choisi d’observer se sont avérés souvent, au-delà des effets d’annonce, encore à des stades assez embryonnaires. Ces enquêtes ont été néanmoins riches d’enseignements en permettant de mieux cerner le contexte, les perspectives et les difficultés de mise en œuvre d’applications NTIC dans des organisations publiques. Même si la tendance restait, à l’époque, celle d’une « appropriation douce » des NTIC plutôt qu’un reengineering systématique, on y voyait s’esquisser des évolutions significatives dans les façons de s’organiser et de travailler.

11Ce travail a fait ressortir les points suivants :

  • L’importance des effets d’entraînement croisés (par exemple entre sphères professionnelle et privée, secteurs public et marchand…) dans le développement de nouveaux usages.
  • La multiplicité des enjeux autour des NTIC, aussi bien pour l’État que pour les collectivités locales.
  • La place d’abord assez relative, mais de plus en plus présente des préoccupations d’ordre managérial, les avancées dans ce domaine supposant une vision d’intégration stratégique et coordonnées des TIC par l’organisation.

LES NTIC AU SERVICE D’UNE RATIONALISATION DE L’ACTION ADMINISTRATIVE

  • L’accent mis de ce point de vue, sur le développement de télé-procédures, censées apporter une valeur ajoutée pour l’usager en facilitant leurs démarches administratives.
  • La difficulté des réorganisations nécessaires en back office, impliquant généralement les échelons les moins flexibles de l’appareil administratif.
  • Une tendance, malgré les discours sur l’amélioration du service à l’usager, à utiliser les NTIC comme une variable d’ajustement en fonction des contraintes propres de l’administration (ARTT, effectifs...) et à externaliser sur l’usager ou d’autres intermédiaires.

LES NTIC ET LES NOUVELLES FORMES D’ACTION PUBLIQUE

  • Malgré la priorité donnée, surtout par l’État, à des problématiques classiques de traitement d’information et démarches administratives, se confirme un intérêt pour des approches NTIC, au regard de la transformation plus générale des modes d’action publique et des exigences d’intégration inter-administratives au niveau de proximité des usagers et des territoires.
  • Une exploitation des potentialités des TIC restant néanmoins à ce niveau assez artisanale, la diffusion rapide de l’outil messagerie constituant déjà un premier apport, le développement d’outils collaboratifs plus spécifiques restant (à l’époque de nos enquêtes) exceptionnel.
  • La nécessité d’une approche différenciée des schémas d’action et des situations associées de travail collaboratif.
  • Des logiques de développement assez différentes selon les types d’acteurs locaux et des jeux de repositionnement à travers la maîtrise des outils TIC et le contrôle des réseaux.

SUITES DONNÉES

12Cette recherche exploratoire est actuellement prolongée par un ensemble de travaux entrepris notamment dans le cadre d’un programme de recherche co-financé par l’État et la Région Lorraine et centré plus précisément sur le rôle des TIC dans les processus de recomposition des systèmes d’action publique territoriaux.

13Ce programme consiste en la mise en place d’un dispositif d’observation portant sur le recours aux TIC dans quatre types de redéploiement de l’action publique :

  • La mise en réseau d’administrations déconcentrées visant une amélioration de l’interministérialité.
  • Le développement de structures communautaires intercommunales (communautés urbaines, communautés d’agglomération ou de communes).
  • La mobilisation de partenaires autour de projets territoriaux (des projets de Pays, clusters…).
  • Des interventions chaînées de partenaires pour traiter des cas individualisés (nouvelles procédures type PARE, VAE, APA…).

14Le développement d’expériences nouvelles apparaît encore assez inégal entre ces différentes situations. Mais on note actuellement une très nette accélération des applications innovantes et des impacts organisationnels.

VALORISATION

15Communications

16Claustre V., (2001), « NTIC et management public », Communication aux Journées de l’APR Les nouvelles technologies de l’information et de la communication : analyse prospective et impact territorial, Pôle Européen de Gestion et d’Économie de Strasbourg, 13-14 septembre 2001, 12 p.

17Claustre V., (2002), « Les NTIC au service des nouvelles figures de l’action publique locale », Communication au 3ème colloque La métamorphose des organisations, Vittel, 23-25 octobre 2002.

18Prolongement de la recherche

19Contrat de Plan État-Région Lorraine 2000-2006, Axe thématique « Territoires et réseaux » : Rôle des NTIC dans les processus de recomposition des systèmes d’action publique territoriaux (intercommunalité, interministérialité, actions partenariales…), Mise en place d’un dispositif pluriannuel d’observation, GREFIGE, Responsable scientifique V. Claustre, en cours.

20Participation à la création du GDR « TIC et Société » constitué sous l’égide des départements SHS et STIC du CNRS, et, dans ce cadre, participation aux travaux du groupe TIC et collectifs de travail.

Notes

1 Recherche effectuée dans le cadre du GREFIGE, (Groupe de Recherche en Économie Financière et Gestion des Entreprises – Université Nancy 2), avec la collaboration du LORIA (Laboratoire Lorrain en Informatique et Application) et du GReDOSA (Groupe de Recherche sur les Dynamiques des Organisations et des Systèmes Apprenants de l’École des Mines de Nancy).

Notes de fin

* Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteur

Responsable scientifique

Équipe de recherche : Vincent Claustre (GREFIGE), Khalid Benali (LORIA), Jean-Louis Coujard (GReDOSA), Loris Guery (GREFIGE), Philippe Hert (GRC – Nancy 2), Estelle Mercier (GREFIGE), Didier Mottay (GREFIGE), Jacques Thevenot (GREFIGE).


mailto:Vincent.Claustre@univ-nancy2.fr
Groupe de Recherche en Économie Financière
et Gestion des Entreprises (GREFIGE)
Pôle lorrain de gestion
13, rue Michel Ney
54037 Nancy Cedex

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable