Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

VI. Management, gestion et systèmes techniques

Ville et technologies au Japon. Revue des programmes de recherche-développement promus par les pouvoirs publics*1

Éric Baye

Texte intégral

  • * Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 1 Synthèse rédigée en juin 2001.
  • 2 Docteur en économie, diplômé de sciences politiques, socio-économiste, responsable de projet à Éco (...)

1Note portant sur l’auteur2

2L’exercice de revue réalisé ne s’inscrit pas directement dans le cadre des réflexions théoriques sur la ville japonaise [Aveline, 1998]. Il ne s’agit pas non plus d’une étude construite à partir de monographies ou d’enquêtes. Son ambition, passer en revue une série de programmes de recherche publics en mesure de contribuer à des réponses technologiques aux problèmes urbains, est de rendre compte d’une expérience étrangère, comme on a pu le faire dans le passé [Baye, Kirat, 1998] pour nourrir la réflexion du programme La ville : enjeux de société et questions scientifiques.

3L’exemple du Japon, si lointain et a priori si étranger à nos pratiques, à nos cultures, paraît précisément en mesure d’aider en France à « renouveler l’approche scientifique des grandes questions qui se posent à notre société », pour reprendre les termes de l’appel d’offres, en faisant émerger des enjeux et des questions scientifiques dont l’intérêt n’est parfois pas évident ici, mais l’est devenu au Japon. Non seulement l’expérience japonaise est de nature à souligner la pertinence de certaines options technologiques audacieuses encore peu considérées dans l’Hexagone, mais le comportement des acteurs intéressés (pouvoirs publics, industrie, équipes de recherche) – et son incidence sur le succès ou l’échec des initiatives technologiques – peut appuyer les démarches cognitives des promoteurs et des équipes de recherche du programme. Enfin, cette revue espère avoir mis en perspective la question stimulante de l’intérêt des approches françaises du rapport de la ville à la technologie, d’un point de vue japonais, et pour le Japon.

4Au total, les secteurs suivants ont été considérés :

  • Eau, assainissement (Programmes AQUARENAISSANCE, BIOFOCUS, MAC 21, NEW MAC 21, ACT 21…).
  • Déchets (programmes du Ministère de l’Industrie…).
  • Transports (SMARTWAY, SMARTCRUISE 21, ASV…).
  • Télécommunications (BT 21, SKYNET, MMAC…).
  • Énergie (WE-NET, ECO-ENERGY CITY…).

5En outre, on s’est intéressé à une catégorie très particulière de projets, ceux conçus autour de véritables utopies urbaines (HYPERBUILDING, HEATISLAND, MEGAFLOAT).

6Il est paradoxal, dans un pays où l’approche technologique domine tant la manière de résoudre les problèmes rencontrés, que la problématique « Villes et Technologies » aboutisse (dit abruptement) à la fois partout et nulle part. Et pourtant : là où l’on penserait trouver à foison interrogations sur la ville, chantiers de recherche et de développement centrés sur le devenir des grandes métropoles, on ne trouve finalement que des initiatives très marquées par des approches sectorielles traditionnelles ou, à l’opposé, des réflexions futuristes pour après-demain, à défaut d’être directement applicables demain.

  • 4 L’équivalent du mot urbanisme dans toutes ses dimensions n’existe pas. Il faut recourir au mot tos (...)

7Tout d’abord, notons qu’au terme « ville » ne fait écho aucune prérogative ministérielle spécifique (même s’il existe un City Bureau au Ministère de la Construction), ce qui n’est certes pas propre au Japon. Celui d’urban engineering est à peine utilisé, à l’instar de celui d’infrastructures urbaines. Le mot « urbanisme » lui-même ne se traduit pas, ou mal4. Pourtant, la population est essentiellement concentrée dans le très urbanisé couloir du Tokaidô ; et sur 125 millions de Japonais, 98 résident dans des collectivités de plus de 50 000 habitants. Le Japon dispose de l’une des industries de la construction les plus puissantes du monde, d’entreprises d’exploitation de services urbains de tailles colossales dans les grandes métropoles, sans parler des producteurs d’équipements. C’est aussi un pays où l’administration centrale est puissante et globalement plutôt consciente des enjeux industriels propres à chaque filière.

8Travailler sur l’axe « Villes et technologies » au Japon conduit donc, en quelque sorte, à reprendre l’escalier là où l’on pensait prendre l’ascenseur. Il faut passer par chaque ministère et, au sein de chacun d’entre eux, essayer d’identifier les programmes mis en œuvre, passés ou présents, susceptibles de conduire à terme à la modification du cadre de vie urbain. Les approches sont incorrigiblement industrielles et sectorielles, et rares sont les ponts entre les programmes, même lorsqu’ils relèvent d’un « méta programme » du type NEW SUNSHINE. Leurs responsables sont assez peu sensibles à la destination urbaine des applications des projets : l’horizon ne dépasse pas la filière ou le secteur. Personne au METI, ou même au MOC, n’est en mesure de renvoyer à des listes précises de programmes clairement orientés vers la ville. Si, dans un pays où la population se concentre sur des franges côtières, les technologies sont souvent, de fait, des réponses à des problèmes urbains, le fonctionnement de la cité en tant que tel est généralement absent des argumentaires. S’intéresser aux programmes de recherche technologiques conduit donc à « ratisser large », au risque de « mettre la ville partout » (voir notamment le cas des systèmes de transports intelligents et des nouvelles technologies de la communication). En résulte une hétérogénéité des programmes abordés, et des surprises : soit en constatant leur faible rapport explicite à la ville – ainsi ECO ENERGY CITY, le mal nommé à cet égard –, soit pour découvrir au contraire des initiatives plus confidentielles et plus audacieuses du type MEGAFLOAT, projet au travers duquel les spécialistes des structures flottantes songent à mettre un jour la ville à la mer...

9Cela étant, et pour renouer avec les problématiques et les préoccupations directes de l’Action Concertée Incitative, ce premier regard sur le Japon confirme la présence incontournable de la grande entreprise dans le dispositif global d’innovation mobilisé sur des technologies potentiellement ou effectivement urbaines. Les sociétés participant aux programmes passés en revue sont, dans leur écrasante majorité, de grandes firmes internationalisées, souvent structurées en conglomérats. Trois cas sont parfaitement illustratifs à cet égard : Hitachi, Mitsubishi Heavy Industry et dans une moindre mesure Mitsui, présents dans la quasi-totalité des programmes… En d’autres termes, le cœur du système industriel nippon est positionné sur le créneau de la production des « technologies de la ville ». Du point de vue de la recherche, les opérateurs de services, comme les puissantes compagnies d’électricité, de gaz ou encore de chemin de fer, tiennent une place finalement modeste comparée à celle occupée par les constructeurs d’équipements. Parmi les opérateurs municipaux, seules les régies des grandes villes sont véritablement acteurs, mais souvent en aval de l’innovation (cf. infra) ; la plupart d’entre-eux suivent le mouvement, par l’action conjuguée des administrations centrales, des associations professionnelles (jeu de la diffusion des best practices), des équipementiers et, dans une moindre mesure, des bureaux d’études.

10Cette revue invite à penser que les groupes industriels envisagent « l’urbain » comme un marché majeur pour les équipements relatifs aux réseaux techniques, à l’environnement et au cadre de vie [Lorrain, 2002]. Cela étant, compte tenu du caractère très amont des programmes considérés, elle ne permet pas de savoir dans quelle mesure il y a là véritablement encouragement aux politiques de Recherche & Développement des firmes. A priori, la technologie peut être mise au service des industriels dans le cadre de possibles grandes manœuvres futures autour de l’exploitation des services urbains. Ce que l’on sait des réformes envisagées dans l’archipel laisse supposer que les industriels n’y sont pas hostiles, et sont prêts à considérer leur participation à de futures sociétés d’exploitation privées ou d’économie mixte de réseaux urbains.

11Les récents entretiens invitent même à aller plus loin. Les grands think tanks japonais (Mitsubishi Research Institute, Nomura Research Institute, Kawasaki Research Institute…) sont probablement tout aussi sensibles à la dimension urbaine des développements technologiques, même si la référence à la ville apparaît relativement peu dans les thématiques qu’ils affichent [Baye, 2003]. En outre, existent malgré tout des organisations dont une étude approfondie des initiatives récentes pourrait corroborer ces intuitions : l’Urban Infrastructure and Technology Promotion Council et la Research Association for Advanced Urban Infrastructures (AUI), sans parler du City Planning Institute of Japan. Les évolutions de la société japonaise, les doutes nés de la période de stagnation économique, la manière dont est vécue la donne démographique et les mesures de décentralisation (loi de 1999), vont probablement contribuer à faire de la ville et du champ urbain un point de congruence plus affirmé entre interrogations technologiques et sciences sociales.

VALORISATION

12Outre l’article et le dossier cités dans les références, cette recherche a renforcé d’une manière générale, la dimension technologique des travaux conduits par Économie & Humanisme sur les réseaux urbains et leur gestion en Asie de l’Est (Japon, Chine, Vietnam et Cambodge, Philippines et Indonésie), en particulier dans le cadre de programmes CNRS : Programme Environnement, Vie et Société en 1998 ; Programme de Recherche Urbaine sur le Développement en 2003 et de missions à caractères plus opérationnels (coopération entre Lyon et les villes asiatiques, Yokohama en particulier).

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Aveline Natacha (dir.), (1998), « Regards croisés sur les formes de la ville japonaise », Dossier « Daruma », Revue d’études japonaises, n° 3, 288 p.

Baye Éric, (2003), « Villes et réseaux techniques au Japon : entre recherche, prospective et décentralisation », 2001 Plus Veille internationale, n° 61, pp. 4-58.

BAYE Éric, (2002), « Grands Projets et utopies pour les métropoles au Japon », Flux, n° 50 « Paquebots urbains », pp. 53-58.

Baye Éric, Kirat, (1998), Modes de gestion des services publics de l’eau et de l’assainissement et innovation technologique. Analyse économique et juridique comparée France-Japon, Rapport, Programme « Système écologique et développement durable » du CNRS, Programme « Environnement, Vie et Société », 130 p.

Lorrain Dominique, (2002), « Les industriels Japonais de l’Environnement », Flux, n° 50 « Paquebots urbains », pp. 80-90.

Notes

1 Synthèse rédigée en juin 2001.

2 Docteur en économie, diplômé de sciences politiques, socio-économiste, responsable de projet à Économie & Humanisme.

4 L’équivalent du mot urbanisme dans toutes ses dimensions n’existe pas. Il faut recourir au mot toshikeikaku, qui signifie littéralement planification urbaine, ou à des notions connexes et plus précises.

Notes de fin

* Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteur

Responsable scientifique

Avec la collaboration de Marguerite Rigaud (Fondation des Villes).


mailto:eric.baye@economie-humanisme.org
Économie & Humanisme
14, rue Antoine Dumont
69 372 Lyon Cedex 08
Tél. : 04 72 71 66 63

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540