Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

VI. Management, gestion et systèmes techniques

Du tuyau au jardin. Changements techniques face au risque hydraulique urbain1

Jean-Roland Barthélémy

Texte intégral

  • 1 Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 2 Urbaniste et socio-économiste, directeur de la Fondation des Villes.

1Note portant sur l’auteur2

SYNTHÈSE DES RÉSULTATS

  • 4 Menée en 1997-98 pour I’lNGUL (Agence des Villes) avec Économie et Humanisme, sur les échelles de (...)

2Lors d’une recherche précédente4, nous avons montré la difficulté à voir émerger une logique de bassin en France, qui seule serait en mesure de susciter une gestion du risque hydraulique dans les plaines d’inondation, face à l’autonomie des grandes villes dans le traitement préventif intercommunal. Des années 1970, date une certaine préférence pour la protection structurelle et le recours au renforcement des réseaux. La courte accalmie des inondations au tournant des années 1960-70 a abouti à négliger le signal des événements hors normes, considérés comme des exceptions.

3Le contexte a pourtant évolué depuis :

  • L’aléa a augmenté notablement, avec le caractère plus brusque des changements climatiques.
  • Le risque est lui-même devenu plus important, en raison du développement dans les sites exposés, de leur densification, du degré d’artificialisation atteint. La périurbanisation limite l’expansion des eaux autour de la ville.
  • L’artificialisation accentue les irrégularités du climat urbain5.
  • Le risque ne peut plus être traité ponctuellement, il menace des ouvrages souterrains, des propriétés peu exposées sont touchées par un ruissellement mal maîtrisé.
  • La diminution de la pollution rejetée par les grands ouvrages de collecte des eaux usées a mis en évidence le rôle des « pollutions diffuses ».
  • Les options d’« évacuation des eaux » sont aujourd’hui confrontées à une capacité insuffisante des ouvrages, bien souvent peu extensibles.
  • 6 Par exemple : Guitton, 1998.

4Les conceptions de la lutte contre les inondations ont donc évolué et optent désormais pour une gestion alternative, voire intégrée des eaux. Les recherches techniques de référence6 visent à intégrer l’eau pluviale ou alluviale dans l’aménagement urbain : l’eau devient un atout pour la qualité du site et l’innovation.

5La loi sur l’eau a voulu contribuer à ce changement puisqu’elle fait 0 explicitement aux nouvelles approches. Elle a ouvert les règles des POS aux solutions alternatives (débits de fuite et bassins écrêteurs), avec une référence à l’échelle des bassins versants. Son interprétation reste cependant très diverse et ces textes étaient encore récemment très flous.

6Nous nous sommes intéressés aux obstacles à cette évolution pourtant largement en œuvre dans d’autres pays.

LE CONTRASTE ENTRE PRATIQUE ET THÉORIE

7Notre méthode a consisté à partir essentiellement de rencontres avec des professionnels relevant soit des professions de l’hydrologie, soit de celles de l’aménagement, sur la base de projets exemplaires.

8Des concepts et des ruptures remis en cause. L’objectif de la recherche était initialement centré sur l’existence de cette coupure franche entre diverses approches : celle du réseau, les approches alternatives, puis les approches intégrées.

9La perception des praticiens est toute différente :

  • La démarche de « gestion du milieu aquatique » qui traverse les approches intégrées n’est pas constituée comme une réponse au risque d’inondation. Elle relève d’une approche environnementale.

10La loi et les règles ont structuré une approche dominante, qui se trouve à mi-chemin entre le réseau et l’approche alternative.

  • La loi fait elle-même l’objet d’une grande variété de pratiques et d’interprétations, certainement liées au contexte local, mais plus encore à l’état de connaissance ou d’expérience des ingénieurs responsables du sujet.
  • On peut dire que, depuis la loi sur l’eau (1992), l’ordre des solutions est exactement inverse de celui de la recherche scientifique. L’intervention sur la parcelle privée est a priori la voie la plus facile à gérer pour la collectivité.

11Il manque donc une claire et franche incitation de la loi envers des démarches préventives et intégrées.

12Les incertitudes des méthodes d’évaluation. Les références en matière d’évaluation des besoins d’écrêtement des ruissellements et de niveau effectif du risque apparaissent très discutables.

13Dans l’ensemble, les références fonctionnent sur deux bases :

  • Les calculs doivent être simples et fondés sur des données évidentes. Il n’est généralement pas possible d’y introduire de la finesse (degré d’imperméabilisation, les équipements divers déjà présents).
  • Les calculs fondés sur des observations de terrain sont toujours considérés comme douteux face à l’application des références officielles.
  • La décentralisation a provoqué un désengagement des services de l’État et la diversité règne dans les approches locales.

14Une approche très cloisonnée. Les répartitions de compétences induites par la loi de décentralisation ont ignoré globalement le secteur de l’environnement en tant qu’ensemble cohérent. Cette ambiguïté se retrouve aujourd’hui dans la façon dont le problème est réparti entre les structures d’agglomération et les communes membres : c’est le plus souvent la solution technique qui est répartie (la voirie et les réseaux d’un côté, la gestion du milieu naturel et des fossés de l’autre), non le problème posé.

15Une place très limitée des approches préventives. Les conditions indispensables à l’approche préventive ne sont pas réunies : en autonomisant la fonction, celle-ci ne peut toucher l’ensemble des tâches quotidiennes des mairies – comme le propose la démarche intégrée.

16Des actions publiques limitées par le coût et la place. Le repérage réalisé montre que des réponses publiques existent au risque d’inondation, même en zone déjà dense : il s’agit généralement de terrains achetés pour être inondables ou équipés de réservoirs. Mais les actions effectives sont peu nombreuses : cela coûte relativement cher, notamment en acquisitions de terrains, et les terrains disponibles, donc mis en vente, sont rares.

17Les coûts varient de 50 à 30 000F/ha en fonction du contexte hydraulique et urbain. Ces montants restent élevés s’il fallait les proportionner à l’ensemble de l’espace bâti français et aux besoins de rattrapage d’une situation où rien n’a été fait durant des années ; il n’y a pour le moment aucune recette autre que fiscale en face. La question de la place disponible est posée.

LES DYSFONCTIONNEMENTS DES RÉPONSES ACTUELLES

18Les actions engagées en réponse au risque de ruissellement urbain aboutissent actuellement à des résultats inadaptés et peu durables.

19Les résultats peu satisfaisants du dispositif légal. Dans la plupart des cas, les solutions mises en œuvre à l’échelle locale aboutissent à deux types de résultats :

  • Soit un surdimensionnement des dispositifs collectifs.
  • Soit la multiplication de bassins ouverts ou des réservoirs enterrés privés, à l’échelle des opérations de construction neuve, sans usage autre que l’éventuel accueil de l’eau pluviale, ni dispositif d’entretien.

20Importance des différences locales. L’une des difficultés d’application de la loi dans le cas français est la contradiction entre son principe généralisant, voire normatif (tout au moins dans l’interprétation qui en est faite) et les différentes situations locales, liées au régime des précipitations ou des cours d’eau, au type de crues, au mode d’urbanisation.

21La question de la gestion et de l’entretien des installations. L’entretien des installations de stockage des eaux est un aspect ignoré par la loi et généralement par les pratiques imposant des équipements à la parcelle. Dans le cas des ouvrages collectifs, il faut la présence d’un service à part entière, généralement un syndicat disposant de ressources propres. Dans le cas d’installations privées, la solution choisie est généralement un entretien « à la demande », quasi inexistant, et une sécurité limitée à la fermeture du site (grillages).

LES DIFFICULTÉS D’ÉVOLUTION VERS DES SOLUTIONS PLUS GLOBALES

22La pratique actuelle ne laisse pourtant guère de place à d’autres perspectives : la logique est centrée sur la mesure des débits théoriques (il y a peu de cas de mesures réelles), sans tenir compte des possibilités d’utilisation de l’eau, d’infiltration ou de stockage en amont. Ces mesures ne peuvent répondre quantitativement au problème car aucune ne présente seule une solution à l’échelle et écartent également la possibilité de répondre à une partie du risque par la combinaison de plusieurs solutions.

23Cloisonnement des professions et des techniques. Les dernières années ont vu l’innovation et les savoirs techniques faire d’importants progrès dans le domaine des eaux pluviales. Le sujet a notamment mobilisé des chercheurs et de nombreuses conférences d’échanges internationaux. Mais cette progression s’est faite dans un contexte de cloisonnement.

24Ces cloisonnements de disciplines et d’institutions existent bien sûr dans les autres pays, mais il apparaît que les thèmes du développement durable et de l’environnement y sont considérés comme suffisamment pertinents pour rendre crédibles les propositions innovantes.

25Faiblesse de la motivation environnementale. Toute l’argumentation économique de la prévention ne prend son sens qu’en intégrant l’aspect épuration des eaux usées, traitement de l’eau potable et possibilité d’utiliser ou de maintenir une eau propre en amont, que ce soit comme matière première ou pour un usage de loisirs ou de milieu naturel.

26L’absence de structure adaptée. La gestion des eaux pluviales a été rattachée en France à l’assainissement, malgré le poids important des réseaux séparatifs ou de l’infiltration autonome dans notre pays. De ce fait, aucune structure n’est aujourd’hui réellement à même de se saisir des problèmes à l’échelle des bassins versants (pas de structures de quartier), ni des bassins de rivières (les syndicats de rivières ne gèrent pas les eaux pluviales).

  • 7 Hormis l’affirmation plus claire de l’orientation souhaitable.

27Des textes à l’expérimentation. Les lois sur l’eau et sur les risques naturels ont ouvert les champs des réponses alternatives et intégrées aux collectivités locales. Mais c’est avant tout dans la pratique réglementaire et l’interprétation des textes antérieurs que se fonde la majorité de la pratique actuelle. Ceci suggère qu’il faille plutôt espérer un changement à partir de la formation et de l’information sur des expériences réussies, qu’à partir d’une évolution majeure du système législatif7.

28La mise en place d’un programme vigoureux d’expérimentation urbaine et dans le domaine du bâtiment, ainsi que l’incitation financière à des programmes de gestion intégrée des eaux, permettraient de disposer le plus vite possible de références susceptibles de convaincre ensuite un plus grand nombre.

PERSPECTIVES

29Une nouvelle orientation de l’intervention à la parcelle. Nous avons constaté le triple enjeu en matière de gestion durable des eaux pluviales :

  • L’intérêt de recourir à plusieurs approches différentes, notamment alternatives et intégrées pour atteindre un résultat significatif et limiter les coûts.
  • La nécessité pour divers services publics locaux, relevant de plusieurs collectivités, de gérer collectivement un risque devenu croissant.
  • La question de l’entretien des installations, dont la gestion collective est de plus en plus coûteuse et sans réel « mode d’emploi » ou obligation d’entretien, ni véritable utilité pour les propriétaires.
  • 8 Seules certaines zones (périmètres de protection rapprochée de captages d’A.E.P., zones de réparti (...)

30Un processus de gestion intégrée, comprenant la mobilisation des propriétaires devrait s’organiser pour intégrer une part de prévention dans l’usage et l’aménagement interne des parcelles. L’initiative privée peut être stimulée par les possibilités d’utiliser les aménagements réalisés pour leur propre utilité et par le développement d’une offre de produits industriels correspondants. Le bilan actuel n’est pas très éloigné d’un résultat positif, en raison de l’interdiction des forages dans certaines zones8 et du prix de plus en plus élevé de l’eau potable.

31Des produits pour la recherche des usages de l’eau en amont. Les démarches innovantes que nous avons observées se centrent sur un double objectif : retenir l’eau en amont, lorsqu’elle est encore propre, et rechercher un usage sur place de cette eau.

  • 9 Citons les produits de recyclage et de stockage (Hydrotub Ecovat, La Nive Hydroplus), dont les cap (...)

32L’inertie liée aux produits industriels disponibles, très généralement consacrés au transport et à la régulation des eaux en réseau est considérable. Les produits à la parcelle sont très rares et encore excessivement chers9.

33Il manque :

  • Une innovation technologique pour permettre un entretien simple et non contraignant par sa fréquence.
  • Des matériels d’installation facile, orientés vers une utilisation plus rationnelle des eaux...

34Un courant fort pour le retour de la nature en ville. La réflexion des urbanistes et des paysagistes a été très marquée par le courant environnemental ces dernières années, pour le retour de la nature en ville.

35Un certain nombre d’engagements internationaux (Agendas 21, déclaration d’Aalborg, principes de Dublin) vont dans le sens d’une réponse aux grands enjeux mondiaux à travers une évolution de la conception de la Ville, y compris la réintroduction de l’eau superficielle dans son tissu. Nous avons rencontré une grande effervescence à l’échelle internationale mais aussi dans certains pays (Allemagne, Pays-Bas, USA) sur l’urbanisme écologique en ce domaine.

36Ce courant commence à peine à apparaître en France : il y a lieu de mener des actions de recherche, de diffusion, de formation.

37La ville compacte ou la ville à faible densité ? L’un des points marquants de l’analyse menée est l’économie réalisée en matière de réseaux et d’épuration, avec pour contrepartie une question de gestion de la place et de mode de financement des investissements alternatifs ou intégrés.

38Dans la plupart des pays étrangers, cette question tranchée par la densité du bâti et l’association de partenaires divers, dégage de l’espace au sol.

39Le choix de la ville compacte renforce l’intérêt pour le retour de la nature en ville.

CONCLUSION

40En conclusion, cette recherche montre l’intérêt et le retard français dans une mobilisation en faveur de la diversification de la gestion des eaux de ruissellement.

41Il manque manifestement un signal politique pour mobiliser en ce sens, alors que l’on donne en revanche une grande place aux pressions de la population touchée cruellement en cas d’accident. Cette pression continue à militer en faveur des seules solutions structurelles ou en réseaux, mises en œuvre dans l’urgence mais qui ne répondent pas durablement au problème.

Bibliographie

RÉFÉRENCE

Guitton M., (1998), Ruissellement et risque majeur, LCPC, 315 p.

Notes

2 Urbaniste et socio-économiste, directeur de la Fondation des Villes.

4 Menée en 1997-98 pour I’lNGUL (Agence des Villes) avec Économie et Humanisme, sur les échelles de prise en compte du risque d’inondation.

5 Ce point est démontré dans plusieurs ouvrages de géographes sur le climat urbain.

6 Par exemple : Guitton, 1998.

7 Hormis l’affirmation plus claire de l’orientation souhaitable.

8 Seules certaines zones (périmètres de protection rapprochée de captages d’A.E.P., zones de répartition de l’eau, nappes protégées) réglementent ou interdisent la réalisation de forages. La loi sur l’eau établit le seuil en deçà duquel le prélèvement d’eau souterraine peut être assimilé à un usage domestique (40 m3/jour) ne relevant pas de son champ d’application.

9 Citons les produits de recyclage et de stockage (Hydrotub Ecovat, La Nive Hydroplus), dont les capacités sont encore plutôt adaptées à des usages collectifs.

Notes de fin

1 Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteur

Responsable scientifique

Équipe : J.-R. Barthélémy, P. Champagne, G. Saurel.


Fondation des Villes
mailto:fondation.villes@wanadoo.fr
37, rue Huguerie
33000 Bordeaux
Tél. : 05 56 44 72 06

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540