Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

VI. Management, gestion et systèmes techniques

Introduction

Franck Scherrer et Serge Thibault

Texte intégral

  • 1 Géographe, urbaniste, professeur à l’Université de Lyon II, directeur de l’Institut d’Urbanisme de (...)

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Professeur d’urbanisme, directeur du Centre Interdisciplinaire Cités Territoires Environnement et (...)

2Note portant sur l’auteur2

3L’atelier Management, gestion et systèmes techniques rassemblait douze recherches et six travaux de doctorat. Ces travaux et ces recherches avaient pour dénominateur commun les réseaux techniques urbains. Ils en ont abordé des aspects très divers, de la simulation de certains phénomènes physiques à l’étude de l’organisation de quelques services urbains. Cet atelier ne rassemblait donc pas uniquement des recherches et des chercheurs en provenance des sciences de l’ingénieur ; il était également composé de chercheurs en sciences sociales qui ont travaillé et travaillent sur les systèmes techniques, leur conception et leur production, leurs rapports à quelques dimensions de l’urbain.

4Avec celles exposées dans l’atelier intitulé Milieux physiques, ambiances urbaines et technologies, l’ensemble représente la quarantaine de recherches, sur plus d’une centaine, au total que l’Action Concertée Incitative Ville a soutenu et qui traitaient plus directement des techniques et des technologies urbaines. Tout comme le Programme Interdisciplinaire de Recherche sur la Ville (PIR Ville) qui l’avait précédée, cette Action ne s’est donc pas limitée à soutenir la seule recherche urbaine en sciences sociales ; elle s’est appuyée sur plusieurs grands domaines scientifiques, des sciences humaines à celles de l’ingénieur.

MONO ET PLURIDISCIPLINARITÉ

5La ville, l’objet de cette ACI, est la raison de cet appel à plusieurs disciplines. Cet objet se définit par une interaction permanente entre sa société et son milieu artificiel, c’est-à-dire conçu et créé par l’Homme. Les sociétés urbaines, leurs espaces, leurs modes de vie, leurs organisations, leurs évolutions, ne peuvent guère être saisies sans les milieux, les composants, les objets et les règles, etc., qui les font. Et inversement comme tout objet artificiel, les systèmes techniques ne sont concevables que par les rapports au milieu social qui en fait usage.

6Plus n’est besoin de démontrer que nos sociétés urbaines contemporaines, leurs espaces, leurs problèmes, des plus graves aux moins importants, mais également leurs qualités, des plus singulières aux plus ordinaires, constituent un tout avec les objets techniques qui les organisent et les désorganisent. Les systèmes techniques ne sont pas plus importants que le milieu au sein duquel ils sont conçus. Ils n’ont pas non plus moins d’importance ; ils sont de véritables composants, partenaires et actants de la ville.

7Ceci étant posé en toute généralité, la conjonction de plusieurs disciplines scientifiques n’est pas à elle seule un gage d’une plus grande qualité en matière de recherche urbaine. Certaines questions à certains niveaux nécessitent la mise en œuvre de compétences spécifiques, fines et bien délimitées. D’autres n’ont de véritable portée et d’intérêt que par la mobilisation de plusieurs types de compétences.

8Affirmer la dimension complexe de la ville ne conduit pas nécessairement à considérer que n’importe quelle recherche urbaine est nécessairement multidisciplinaire. C’est considérer que l’exercice de délimitation de l’objet de la recherche est probablement bien délicat à opérer mais toujours un exercice de fondation. En toutes circonstances, c’est définir, connaître et reconnaître les liens qui relient un problème donné, une situation problématique, un projet, à leur environnement. En toutes circonstances, c’est formuler l’intérêt d’une question, d’un projet de recherche par rapport à son environnement.

9Considérant que l’atelier Management, gestion et systèmes techniques est un échantillon qui pourrait être particulièrement représentatif de la mobilisation de plusieurs grands domaines scientifiques, l’exposé des résultats montre qu’elle procède majoritairement plus d’une simple juxtaposition de recherches à caractère mono disciplinaire que d’un véritable exercice qui a relié des chercheurs de plusieurs disciplines scientifiques sur un même objet ou une même problématique ; peu de recherches ont été véritablement menées par des équipes pluridisciplinaires.

10Cette caractéristique dominante ne diminue pas nécessairement la qualité de la plupart des recherches exposées. Certaines cependant ont pu souffrir de ce peu d’ouverture, invalidant en partie l’intérêt de leur propos, alors que pour d’autres, ce peu d’ouverture correspond plus à un affaiblissement de la portée immédiate des travaux qu’à un moindre intérêt des résultats obtenus.

ORIENTATION DES RECHERCHES

11À partir de l’examen de la seule liste et présentation des recherches rattachées à cet atelier, il se révèle bien délicat d’en déduire le principe qui aurait présidé à leur choix ; ces recherches ont-elles été retenues à partir de la seule qualité scientifique de leur projet initial ou bien ont-elles été également retenues pour leur thématique qui s’insérait dans un domaine préalablement choisi ?

12Si une orientation générale avait été préalablement retenue et estimant que systèmes techniques et sociétés urbaines constituaient une totalité, cette orientation ne pourrait être déduite qu’à l’examen du contenu de l’ensemble des ateliers. Un examen rapide de cet ensemble montre que des recherches qui abordent tel ou tel trait d’un ou de plusieurs systèmes techniques ne relèvent pas uniquement de l’atelier Management, gestion et systèmes techniques. Par exemple, les nouvelles technologies de communication se retrouvent au centre de recherches qui ne relèvent pas des sciences de l’ingénierie urbaine mais des sciences de l’Homme et de la Société.

13Si l’on considère que cet atelier reflète à lui tout seul les préoccupations d’une Action Concertée Incitative ayant pris en charge une partie des questionnements concernant la relation entre systèmes techniques et milieux urbains, force est de constater que les recherches dédiées à quelques aspects de cette relation en dessinent un paysage fragmentaire, du moins sans ligne directrice de prime abord évidente.

14La structuration des thèmes proposés par cet atelier peut être conduite de deux façons complémentaires.

15La première et la plus simple, consiste à classer les recherches par les systèmes techniques concernés, quelle que soit l’orientation de ces recherches. Ces dernières portent sur quatre systèmes seulement, quasiment à part égale. Ce sont les technologies d’information et de communication, les transports individuels et collectifs, les réseaux d’assainissement, et les réseaux techniques urbains en tant que catégorie générale.

16Si l’on s’en tenait à cette seule présentation du contenu de l’atelier, elle pourrait laisser penser que la recherche urbaine lors des quatre années de l’ACI a pu aborder de façon plus ou moins générale l’ensemble des rapports entre ces réseaux ou ces systèmes techniques et le milieu urbain, alors qu’un examen plus fin montre que seulement quelques-uns ont pu être abordés, ne comprenant aucun réseaux d’énergie.

CINQ THÉMATIQUES

17Le second mode de structuration des dix-huit recherches rattachées à l’atelier Management, gestion et systèmes techniques, est de les regrouper à partir de cinq grands thèmes, définis de façon heuristique.

HOMME/SYSTÈMES TECHNIQUES

18Deux à trois recherches peuvent être placées sous cette rubrique visant à définir comment un individu utilise un système technique.

19Au-delà de la compréhension, voire de la modélisation, du rapport homme/machine, l’objectif est de contribuer à mieux concevoir les systèmes techniques concernés : pour l’un, les dispositifs d’information et de communication, pour l’autre, les transports publics. L’intérêt premier de ces recherches est de bâtir un protocole permettant de définir le contenu observable du couple homme/systèmes techniques.

AIDE À LA DÉCISION

20La question de l’aide au choix a été abordée par trois recherches, selon deux positions fort différentes.

21L’une s’appuie sur le mythe de la transparence lié aux nouvelles technologies d’information en proposant un logiciel visant à rendre plus ouverte et mieux partagée la délibération collective, entendue comme système d’aide à la décision. Les deux autres recherches appartiennent plus au domaine de la recherche opérationnelle. L’une visait à aider à choisir un système parmi plusieurs permettant l’infiltration ou l’évacuation des eaux pluviales. L’autre devait contribuer à mieux gérer et maintenir les systèmes techniques urbains définis en tant que patrimoine. La présentation de ces recherches pose la question de la « modélisation » du système technique dans son environnement, tant spatial que social. Elles renvoient également à la difficile question des indicateurs de performance à partir desquels certains conçoivent l’aide à la décision. Ce thème de l’aide à la décision à été fortement débattu à plusieurs reprises.

22Le thème de la décision est un champ toujours ouvert, peut-être pas suffisamment globalisé, qui mérite un dialogue plus poussé, mieux entretenu, entre les sciences de l’ingénierie et les sciences sociales de la décision. On pourrait admettre que l’aide à la formulation des problèmes se révèle stratégiquement plus importante que la décision. Cette question de la formulation des problèmes mériterait d’être mieux soutenue en matière de recherche urbaine.

SIMULATION, MODÉLISATION

23Trois des treize recherches qui ont fait l’objet d’une présentation au cours de cet atelier appartiennent à ce domaine classique des sciences de l’ingénierie. Parmi l’ensemble des recherches proposées, ce sont peut-être les plus abouties, du moins celles qui débouchent sur des outils opérationnels de traitement d’information. Au-delà de cette première caractéristique et dans la plupart des cas, ces recherches font appel à des méthodes innovantes en matière de modélisation ou du moins utilisent de façon neuve des méthodes existantes.

24Même si tous les outils présentées ne sont que des prototypes qui ne feront pas nécessairement l’objet d’un développement étendu, ces recherches démontrent une fois de plus que l’invention est permanente et qu’elle reste l’un des principaux moteurs du changement urbain.

SERVICES ET SYSTÈMES TECHNIQUES

25Sur les quatre recherches qui appartiennent à cette thématique classique et qui relèvent plus des sciences sociales que des sciences de l’ingénierie, deux seulement ont fait l’objet d’une présentation.

26Elles ne visaient pas à renouveler un domaine déjà bien étoffé et balisé. Les études réalisées en Amérique du sud ont montré une fois de plus la variété des modes d’organisation des services, de la coopérative à la régie classique. L’intérêt de ces recherches porte sur l’étude des dynamiques organisationnelles, celle des enjeux visibles et moins visibles.

NORME ET SYSTÈMES TECHNIQUES

27Une seule recherche fait partie de cette catégorie.

28Elle visait à définir en quoi les pratiques professionnelles en matière de gestion et de conception des systèmes techniques s’appuient sur le développement durable, défini en tant que norme, c’est-à-dire comme paradigme structurant tout un champ. Cette recherche, réalisée par une équipe pluridisciplinaire, fait plus de place à la dimension sociale du développement durable qu’à sa dimension écologique.

GÉNIE URBAIN

29L’Action Concertée Incitative, avec les quelques recherches attachées à cet atelier, montre une fois de plus quelques aspects de l’actualité, de la diversité et de l’importance des rapports entre villes et systèmes techniques.

30À ce titre, le génie urbain reste l’un des grands enjeux de la recherche urbaine, si l’on considère le rôle toujours plus affirmé que jouent les systèmes techniques dans la fabrique de la ville. Le génie urbain doit probablement être reconnu comme étant un domaine de connaissances qui aborde frontalement le couplage entre la dimension artificielle et la dimension sociale et sociétale de la ville. Là est tout d’abord l’intérêt de ce domaine de recherche, bien avant d’être un champ professionnel.

31Les quelques recherches relevant plus spécifiquement du génie urbain et soutenues par l’ACI Ville montrent l’intérêt de prolonger la recherche urbaine en au moins deux directions privilégiées.

32La première concerne l’aide à la décision qui devient progressivement plus une question d’aide à la formulation de problèmes que leur résolution par quelques techniques issues de la recherche opérationnelle.

33La seconde concerne la dimension écologique des systèmes techniques urbains. Il conviendrait probablement de mieux soutenir des recherches technologiques mais également urbanistiques qui visent à définir les conditions permettant un équipement de la ville en réseaux techniques qui favorisent son développement durable, c’est-à-dire une relation mieux comprise et régulée entre milieu artificiel et milieu naturel, en fonction des capacités économiques, sociales et du patrimoine culturel des sociétés urbaines.

Notes

1 Géographe, urbaniste, professeur à l’Université de Lyon II, directeur de l’Institut d’Urbanisme de Lyon.

2 Professeur d’urbanisme, directeur du Centre Interdisciplinaire Cités Territoires Environnement et Sociétés (UMR 6173 CITERES), Université François Rabelais – Tours.

Auteurs

Rapporteur
mailto:franck.scherrer@univ-lyon2.fr
Institut d’Urbanisme de Lyon – Université de Lyon 2
14, avenue Berthelot
69007 Lyon
Tél. : 04 78 61 08 60

Rapporteur
mailto:serge.thibault@univ-tours.fr
CITERES – UMR 6173 – MSH Villes et Territoires
33, allée Ferdinand de Lesseps
BP 60449
37204 Tours Cedex 03
Tél. : 02 47 36 15 40

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable