Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

V. Milieux physiques, ambiances urbaines et technologies

Approche interactive des ambiances sonores urbaines12

Corsin Vogel

Texte intégral

  • 1 Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 2 Recherche financée par l’ACI-Ville au titre d’un Contrat Jeune Chercheur.
  • 3 Docteur en acoustique et dynamique des vibrations.

1Note portant sur l’auteur3

INTRODUCTION

2La perception des sons de l’environnement est étroitement liée aux significations qui leur sont associées par les individus qui les perçoivent.

3Cette constatation est à la base d’une approche pluridisciplinaire, la sémioacoustique, développée depuis 1993 au Laboratoire d’Acoustique Musicale, qui met en relation des approches psychologiques, liées à l’individu et à son expérience personnelle, avec des approches physicalistes, rapportées au signal sonore.

4L’objectif de ce travail est de valider expérimentalement un outil de simulation des ambiances sonores adapté à l’appréhension de l’environnement sonore urbain. Il s’agit, dans un premier temps, de créer et de valider une base de données d’éléments sonores signifiants qui pourront, dans un second temps, être mélangés pour construire des scénarios sonores de notre environnement. Cet outil doit permettre, à terme, de constituer une aide à la concertation entre décideurs, aménageurs, architectes, habitants, etc.

PROBLÉMATIQUE

5Développer un outil interactif de gestion et de création d’environnements sonores doit répondre à deux exigences premières : prendre en compte la réaction des usagers de la ville et savoir analyser leurs réponses en associant à ces réponses des signaux sonores adéquats. Pour ce faire, il est primordial de travailler avec des échantillons sonores représentatifs des ambiances sonores d’une ville en interrogeant les citadins selon des méthodes spécifiques, issues de la psychologie cognitive [Rosch, 1978 ; Dubois, 1993], qui permettent d’accéder aux représentations mentales des individus et à la signification liée à l’environnement sonore urbain [Dubois, 1996].

6Ensuite, il s’agit d’enregistrer ces éléments sonores pour les restituer ultérieurement aux auditeurs qui doivent réagir comme s’ils se trouvaient en situation réelle : c’est la validité écologique des échantillons [Gibson, 1979].

7Enfin, il faut réaliser des scénarios pertinents afin de tenir compte de la narration.

APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE

8La démarche adoptée se traduit en trois étapes : la caractérisation des ambiances sonores urbaines, l’enregistrement des structures sonores élémentaires et la création de scénarios d’écoute.

9La caractérisation des ambiances sonores urbaines passe nécessairement par un repérage de l’ensemble des éléments sonores. Nous nous sommes appuyés sur des études antérieures du LAM et du CRESSON qui demandaient aux citadins de décrire les éléments sonores d’une ville [Maffiolo, 1999 ; Vogel, 1999 ; Vogel, 2000 ; Guastavino, 2003 ; Boyer, Tixier, 1999]. À partir de cette base de données, il est en effet possible d’extraire tous les éléments sonores signifiants et d’en décrire leur représentativité en regard des taux d’occurrences de chaque terme ou expression linguistique.

10Une fois les éléments sonores signifiants identifiés, il s’agit d’aller les extraire du monde urbain en les enregistrant sur un support sonore. Il s’agit en premier lieu de respecter leur validité écologique lors d’une réécoute sur haut-parleurs et en laboratoire. Dans un second temps, il faudra valider leur caractère élémentaire du point de vue de la narrativité, à savoir, vérifier que ces éléments sonores soient toujours bien identifiés comme éléments sonores signifiants univoques et partagés par les individus.

11À partir de cette nouvelle base de donnée sonore, il devient possible de construire des scénarios sonores qui décrivent dans leur narration des situations urbaines classiques et qui sont identifiées de manière univoque par les individus.

RÉSULTATS

CARACTÉRISATION DES AMBIANCES SONORES URBAINES

12Les questionnaires analysés dans le cadre de cette étude se différencient par le contexte géographique et psychologique dans lequel se trouvent les sujets lors du test, à savoir : hors contexte et sans écoute préalable (descriptions a priori) ; en contexte urbain et en « direct » (descriptions in situ) ; et hors contexte mais après écoute préalable (descriptions a posteriori).

13L’étude in situ, dont les réponses orales sont enregistrées, permet de récolter une quantité très importante d’informations verbales avec très peu de sujets, mais avec un taux de variabilité très faible. Les études hors contexte, dans lesquelles les réponses sont données par écrit, ont un taux de variabilité nettement supérieur du fait de descriptions moins spontanées, mais plus précises et détaillées.

14D’une manière générale, nous pouvons constater que l’étude a priori fournit une grande diversité de sources sonores à un niveau générique et présente ainsi l’ensemble des catégories prototypiques d’éléments sonores signifiants d’un environnement urbain, tandis que les études in situ et a posteriori fournissent des productions verbales plus spécifiques, liées aux objets sonores perçus, et présentent ainsi des éléments sonores signifiants en termes de sous-catégories prototypiques.

15Si la réalisation d’une base de donnée de désignations sonores s’est avérée efficace à partir des données verbales issues des tests d’écoute, la réalisation d’une classification universelle de ces désignations est extrêmement complexe. En effet, une taxinomie des ambiances sonores urbaines sera différente selon que l’on s’intéresse aux activités humaines, aux sources sonores, aux espaces sonores ou encore à la temporalité, à la richesse ou à l’intensité sonore. La taxinomie que nous avons réalisée dans le cadre de cette étude répond avant tout aux exigences d’enregistrement des sources sonores.

CONSTITUTION D’UNE BASE DE DONNÉES D’ÉLÉMENTS SONORES SIGNIFIANTS

16La réalisation d’une base de donnée d’éléments sonores signifiants consiste à enregistrer les désignations retenues et de les tester ensuite sur des sujets pour vérifier la validité écologique des échantillons sonores. S’agissant d’objets sonores qui doivent pouvoir être montés et mixés ensemble pour recréer une ambiance complète écologiquement valide, il est primordial de les extraire de leur contexte lors de l’enregistrement.

17Une première campagne de prise de son a permis de récolter un certain nombre d’éléments sonores signifiants. Après sélection, montage et éventuellement filtrage, nous avons soumis les exemples sonores à une dizaine de sujets qui devaient identifier les sources sonores (enfants dans une cour d’école ; vent dans les arbres ; pluie ; pas sur herbe, sur gravier ; circulation ; démarrages, passages et freinages de véhicules…). Cette expérience a permis de vérifier la validité écologique des échantillons et de valider toute la procédure de récolte des éléments sonores signifiants, ces extraits ayant été identifiés sans la moindre ambiguïté.

18Les éléments sonores signifiants constituent ainsi la base de départ pour reconstruire des ambiances sonores urbaines complexes et écologiquement valides. Cette reconstruction se fait en tenant compte de la diffusion des façades liée au tissu urbain du lieu simulé, diffusion qui est encore à l’étude au laboratoire CERMA de Nantes.

19La réalisation de scénarios sonores, en revanche, exige une base de données plus riche que celle actuellement disponible.

CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES

20Cette recherche a permis de valider et de généraliser certains résultats de ma thèse, notamment en termes de technique de prise de son et de notion de prototype selon la catégorisation prototypique. Par ailleurs, nous avons également pu vérifier certaines hypothèses psychologiques concernant l’assimilation de structures narratives élémentaires par les sujets qui passent les tests d’écoute. Ainsi, nous nous assurons de la validité écologique de nos expériences.

21Une première campagne de prise de son a pu être réalisée et a permis d’initier une base de données d’éléments sonores signifiants à partir des désignations produites par les usagers de la ville. Ces premiers extraits sonores ont été validés et servent de « briques élémentaires » à la constitution d’une ambiance sonore urbaine. Toutefois, la réalisation de scénarios sonores exige bien plus de « briques » et ne sera possible qu’au bout de plusieurs campagnes de prises de son. Le travail sur le respect du schéma narratif ne pourra être effectué que lorsque ces conditions seront réunies.

22Cette recherche constitue une première étape concrète d’un vaste projet de simulation audiovisuelle de l’environnement sonore urbain, avant prise en compte de l’image. Elle s’intègre dans les fondements d’un projet faisant collaborer le LAM, le CERMA, le CRESSON et le LCPC dont l’ambition est de modéliser les phénomènes physiques en trois dimensions afin de les implémenter dans un simulateur d’ambiances sonores urbaines.

VALORISATION

23Publications

24Maffiolo V. et al., (1998), « Ambiances sonores représentatives d’une ville : le cas de Paris », dans Actes du 4e Congrès Français d’Acoustique, Marseille, avril 1998, Toulouse, Teknea, pp. 303-306.

25Maffiolo V. et al., (1998), « Qualité sonore et environnement urbain : Sémantique et intensité », Acoustique et Techniques, n° 16, pp. 14-21.

26Communications

27Vogel C. et al., (1998) « Perception of Warning Signals in Urban Context », Congrès InterNoise98, Christchurch, Nouvelle-Zélande, 6-18 novembre 1998.

28Vogel C. et al., (1997), « Sound Characterization of Urban environments : an Approach Based on Ecological Validity », 102e Convention de l’Audio Engineering Society, Munich, 22-25 mars 1997.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Boyer N., Tixier N., (1999), Enquête par immersion interactive sur les procédures de maîtrise des ambiances sonores dans le projet architectural, Éd. CRESSON, Grenoble, rapport n° 47.

Dubois D., (1996), « Matériel et consignes : un type de questionnement social dans la recherche expérimentale en psycholinguistique », dans Richard-Zappella J., « Le questionnement social », Les cahiers de Linguistique Sociale, n° spécial, pp. 89-98.

Dubois D., (1993), Sémantique et cognition-Catégories, prototypes, typicalité, Paris, CNRS Éditions, collection « Sciences du langage ».

Gibson J. J., (1979), The Ecological Approach to Visual Perception, [Réédition de 1986], Hillsdale, New Jersey, Lawrence Erlbaum Associates.

Guastavino C., (2003), Perception des basses fréquences dans l’environnement urbain, thèse de doctorat, Université de Paris 6.

Maffiolo V., (1999), Contribution à la caractérisation sémantique et acoustique de la qualité de l’environnement sonore urbain, thèse de doctorat, Université du Maine.

Rosch E., (1978), « Principles of Categorization », dans Rosch E., Lloyd B. B. (dir.), Cognition and Categorization, Hillsdale, New Jersey, Lawrence Erlbaum Associates, pp. 27-48.

Vogel C., (2000), Évaluation de l’avertisseur sonore de TULIP, Rapport confidentiel, PSA.

Vogel C., (1999), Étude sémiotique et acoustique de la perception des signaux sonores d’avertissement en contexte urbain, thèse de doctorat, Université de Paris 6.

Notes

2 Recherche financée par l’ACI-Ville au titre d’un Contrat Jeune Chercheur.

3 Docteur en acoustique et dynamique des vibrations.

Notes de fin

1 Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteur

Responsable scientifique
mailto:corsin.vogel@free.fr
Laboratoire d’Acoustique Musicale
CNRS UMR 7604
Université Paris 6/Ministère de la Culture
11, rue de Lourmel
75015 Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540