Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

“Let Miss Jane tell the story”

 | 
Claudine Raynaud

Résumés/summaries par ordre de parution dans le volume

Texte intégral

1Ada Savin : The Autobiography of Miss Jane Pittman : Some Generic Distinctions

2L’article s’interroge sur les stratégies d’écriture revendiquées par Ernest Gaines dans The Autobiography of Miss Jane Pittman et examine plusieurs pistes : l’héritage du récit d’esclave, l’imbrication entre fiction et histoire et, enfin, la fusion qui s’opère entre tradition orale et dialogisme. Cette séparation nette correspond à des fins méthodologiques ; l’article s’attache à démontrer l’enchevêtrement de ces influences diverses dans le cadre du roman.

3Valérie Croisille-Milaht : The Autobiography of Miss Jane Pittman : La Mémoire de Miss Jane ou une h/Histoire à visage humain

4The article probes into the link between story and history in The Autobiography of Miss Jane Pittman and endeavors to show how this fictitious autobiography, based on Miss Jane’s sometimes chaotic memory, opens a space of revision of American history. As it revisits the US past from the Civil War to the struggle for Civil Rights, the narrative departs from the traditional historiography by laying emphasis on the human dimension of history. Presenting a competitive history, it is first and foremost a popular document, which, through Miss Jane’s narrative, echoes the voices of unheard people whose stories have systematically been silenced.

5Françoise Clary : Religion, culture, et valeurs humaines dans The Autobiography of Miss Jane Pittman

6The Autobiography of Miss Jane Pittman retranscrit des souvenirs et des conversations qui, selon Ernest Gaines, rendent compte de cent ans d’histoire, de superstitions, de religion, de philosophie, de contes populaires, de mensonges, « a hundred years of history, superstitions, religion, philosophy, folktales, lies » (Lowe, 101). Dans la progression chaotique d’un récit autobiographique, on observe que la religion, les croyances traditionnelles afro-américaines, l’idéologie et les valeurs humaines composent un cadre référentiel socioculturel qui contribue à façonner la structure du roman. Cet article s’attache à la relation qui lie, en circularité, le texte et le contexte pour mettre à jour, à travers un faisceau de perspectives où le philosophique côtoie le politique, le rapport des Noirs à la spiritualité et la création d’un espace sacré (espace lieu et espace temps). De la religion établie, dominante, voire acculturatrice, aux superstitions d’origine africaine et au rituel de l’église noire, où se situe l’identité religio-culturelle des Noirs dans cette fresque historique brossée par Miss Jane Pittman ?

7Laurence Cossu-Beaumont : La Réception de The Autobiography of Miss Jane Pittman: Du consensus à la polémique, du best-seller au classique

8This article focuses on AJP as a book rather than as a text and considers the outstanding travel of Gaines’novel through the years. How did his work manage to reconcile mainstream critics, African-American intellectuals and the general public? This study explores the articles that celebrated the publication of AJP in 1971, as well as the sharp debate that followed the airing of its C.B.S. adaptation in 1974. Ultimately we suggest that popular success, critical acclaim and entrance into the canon were allowed by an innovative and trendsetting writing backed up by exceptional market opportunities.

9Michel Fabre : Bayonne or The Yoknapatawpha of Ernest Gaines

10Parmi les écrivains noirs américains, Ernest Gaines est le seul à relever le défi de Faulkner d’implanter ses romans dans un univers imaginaire circonscrit à un territoire du Sud précis, Bayonne, décor de grand nombre de ses romans et de ses nouvelles (Catherine Carmier, Of Love and Dust, Bloodline, The Autobiography de Miss Jane Pittman). Terre rude des hommes durs au labeur, présence sensuelle de la nature. Cet espace permet à l’écrivain d’explorer, dans un univers stable, la multiplicité des divisions sociales et des relations interraciales de sa Louisiane natale. La passion soudaine sauve et détruit à la fois car le système, comme le montre l’exemple de Of Love and Dust, emprisonne tous les hommes. Le style de Gaines, sa lenteur, ses silences, ses répétitions, sert une écriture du tragique tandis qu’au fil des textes s’affirme une vision plus positive.

11Marie-Claude Perrin-Chenour : L’Espace dans The Autobiography of Miss Jane Pittman

12This article on The Autobiography of Miss Jane Pittman expands on the notion of “symbolic geography” coined by Charles Rowell. Pitting the urbanized industrial North-East (represented by Ohio) against the wilderness of the Texan frontier (South-West of Louisiana), Gaines plays with the recurrent topoi of white American literature and opposes them to the North-bound quest of Miss Jane Pittman (typical of African-American narratives). Yet the novel finally subsumes all these oppositions in a central space at the core of Louisiana where all stories originate and are finally brought back to be juxtaposed and exposed in all their ambivalences. In this heart of the heart of the country, boundaries do not so much separate as reveal a double-faced reality.

13Monica Michlin : A Few Aspects of the Poetics of The Autobiography of Miss Jane Pittman.

14This study tries to highlight crucial aspects of the poetics of the novel, focusing first on how the “speakerly” effect is produced; then on the use of repetition as a structure both of Miss Jane’s speech, and of the plot, and finally, on the use of coded or loaded forms of black speech such as signifying or call and response. Close readings of the text attempt to illustrate how (and why) memory appears “distanced” in Miss Jane’s oral narrative, and to show that while she is often critical of other people’s “retrick”, her own may sometimes seem just as problematic.

15Yves-Charles Grandjeat : Knowing what Gnaws: Voice, Authenticity and Tradition in The Autobiography of Miss Jane Pittman

16Cet article voudrait problématiser les notions de voix, d’authenticité et de liberté dans The Autobiography of Miss Jane Pittman. Le roman met avant tout en scène une voix, celle de Miss Jane, voix intarissable autant qu’indomptable. Il s’inscrit, comme une part importante du travail de Gaines, dans la continuité de la tradition orale afroaméricaine. Par ailleurs, cette voix, conformément au schéma canonique établi par les « récits d’esclave », raconte un long périple de l’esclavage à la libération, établissant donc en apparence, comme le récit d’esclave, une relation décisive entre la conquête de la voix et celle de la liberté. Pourtant, comme dans le récit d’esclave où la voix de l’esclave se trouve parasitée, guidée, recouverte, voire dérobée par l’abolitionniste commanditaire du récit, le récit de Miss Jane met en scène une voix prisonnière de contraintes multiples qui nous empêchent d’y voir l’expression d’une authentique liberté. La question des codes et conventions hérités de la tradition, qui « cadrent » et gouvernent la voix est encore plus fortement posée à travers les deux personnages de Ned et Jimmy, dont la voix, « authentiquement façonnée », échoue dans son projet émancipateur, contrée par les pesanteurs et les exigences d’une tradition qui pourtant lui demande, paradoxalement, de s’exprimer. La représentation ambivalence du pouvoir et du statut de la voix permet à Gaines d’interroger de façon critique sa propre relation à une tradition littéraire afro-américaine, visà-vis de laquelle il reconnaît sa dette, tout en revendiquant une marge de liberté. Le personnage iconoclaste de Joe Pittman, qui s’écarte radicalement du schéma canonique liant l’émancipation à l’apprentissage des compétences langagières en situant sa liberté, au contraire, du côté d’une certaine sauvagerie, incarne cette volonté, chez Gaines, de marquer sa propre liberté en s’affranchissant des codes attendus du récit de libération.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540