Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

“Let Miss Jane tell the story”

 | 
Claudine Raynaud

I. Questions de genre

La Réception de The Autobiography of Miss Jane Pittman : Du consensus à la polémique, du best-seller au « classique »

Laurence Cossu-Beaumont

Résumé

This article focuses on AJP as a book rather than as a text and considers the outstanding travel of Gaines’novel through the years. How did his work manage to reconcile mainstream critics, African-American intellectuals and the general public? This study explores the articles that celebrated the publication of AJP in 1971, as well as the sharp debate that followed the airing of its C.B.S. adaptation in 1974. Ultimately we suggest that popular success, critical acclaim and entrance into the canon were allowed by an innovative and trendsetting writing backed up by exceptional market opportunities.

Texte intégral

  • 1 Le film est salué par douze nominations, un record, et finit par remporter neuf trophées dont ceux (...)

1Notre propos est ici de rendre compte du statut complexe de l’œuvre d’Ernest J. Gaines, The Autobiography of Miss Jane Pittman, best-seller et classique de la littérature (noire)-américaine en nous intéressant à la réception du roman ainsi qu’à celle du film qui en est tiré. L’ouvrage engendre une relative unanimité critique à sa publication en 1971 mais devient un véritable succès « populaire » dont les ventes augmentent de manière conséquente, et surtout durable, après son adaptation télévisée diffusée sur C.B.S. le 31 janvier 1974 : pas moins de 43 millions de téléspectateurs suivent l’incarnation de Miss Jane Pittman par l’actrice Cicely Tyson, performance qui lui vaut quelques mois plus tard un Emmy Award1. A cette occasion, en revanche, le consensus suscité par le livre de Gaines est remplacé par une polémique sur le film, entre grands médias enthousiastes, voire dithyrambiques, et presse spécialisée (magazines afro-américains ou revues cinématographiques) plus critique des modifications introduites dans le scénario.

2Le trajet de The Autobiography of Miss Jane Pittman, du roman originellement salué par une critique unanime au « classique » sans cesse réédité et étudié dans maints programmes scolaires et universitaires, par l’intermédiaire d’un film-phénomène, et film-polémique, permet de se poser la question du rapport entre la reconnaissance du public et celle de la critique, entre succès commercial et pérennité d’une œuvre de fiction qui devient une référence. Les statuts de best-seller populaire et d’œuvre canonique peuvent sembler antinomiques. Un ouvrage comme Roots d’Alex Haley (1976) doit également son succès et sa notoriété à son adaptation télévisée (1977). Cependant, si la popularité de Roots encore aujourd’hui ne fait pas de doute, le roman n’est pas pour autant entré dans le « canon ». La Norton Anthology of African American Literature n’ouvre pas ses pages à Alex Haley qui « n’existe » donc pas selon cet ouvrage prescripteur d’un certain canon de la littérature afro-américaine tels que les critiques dominants, à leur tête Henry Louis Gates du W.E.B. Du Bois Institute de l’université d’Harvard, entendent le définir. Gaines, en revanche, y a sa place, et le succès, comme la réussite esthétique de The Autobiography of Miss Jane Pittman, y sont commentés élogieusement, en particulier la « voix puissante » de Miss Jane (Gates, 1997, 2182).

3Comment The Autobiography of Miss Jane Pittman parvient-il à réconcilier son accessibilité au grand public et sa reconnaissance par l’élite ? Cette réussite exceptionnelle du roman s’explique par un parcours à long terme. Grâce à la bibliographie très complète établie par Mary Ellen Doyle en 1990 et aux références citées dans d’autres ouvrages critiques plus récents (notamment Karen Carmean, 1998 et Mary Ellen Doyle, 2002), nous avons regroupé les articles parus à la publication du roman en 1971, et les revues et commentaires qui ont salué le film en 1974. Nous avons ainsi pu relever le discours critique dominant qui indique le pourquoi du succès critique du roman à sa sortie, et justifie sa longévité. Nous analysons également la nature de la polémique liée au film. Le trajet de The Autobiography of Miss Jane Pittman est jalonné de discours et moments importants que nous examinons en trois temps. La critique contemporaine à la publication semble tout d’abord proposer comme argument de réussite du roman son évitement des stéréotypes d’une écriture noire militante et sa fraîcheur dans le contexte et corpus fortement politisé qui le précède et l’accompagne ; il ne faut pas en conclure que The Autobiography of Miss Jane Pittman ne devrait son succès commercial qu’à des compromis. En effet, dans le même temps, c’est notre deuxième point, certains critiques pointus mettent en valeur les innovations de l’écriture de Gaines, et en particulier la complexité de la voix de Miss Jane. Ainsi le consensus est-il plus réel encore qu’il n’y paraît car l’enthousiasme regroupe les critiques généralistes comme les critiques noirs américains. La nouveauté de ton, atout « commercial », est aussi innovation esthétique et facteur de longévité littéraire. Un troisième élément se dégage d’une étude en continu de la réception de The Autobiography of Miss Jane Pittman : l’adaptation télévisée de The Autobiography s’accompagne en 1974 d’une violente polémique sur la récupération blanche de l’histoire emblématique de Miss Jane. Alors qu’on pourrait craindre qu’un téléfilm édulcoré ne nuise à la force et à la complexité reconnue chez Gaines, le parcours du roman après le film, indique qu’au contraire, l’œuvre de Gaines profite de son intrusion, parfois malheureuse, dans l’univers des grands médias.

A) Un roman discret et consensuel ?

1-Faire taire les voix de la protestation

This is a novel in the guise of the tape-recorded recollections of a black woman [...] In this woman Ernest Gaines has created a legendary figure, a woman equipped to stand beside William Faulkner’s Disley in The Sound and the Fury. (Geoffrey Wolff, 1971, 58)

Stunning. I know of no black novel about the South that exudes the same refreshing mix of wit and wrath, imagination and indignation, misery and poetry. And I can recall no more memorable female character in Southern fiction since Lena of Faulkner’s Light in August (Josh Greenfeld, 1971, 18R)

4Ces extraits des critiques de Newsweek et Life sont choisies par l’éditeur pour figurer en quatrième de couverture de l’édition la plus couramment utilisée, le petit livre de poche saumon Bantam. Ces critiques enthousiastes inscrivent Gaines dans la tradition littéraire du sud de William Faulkner et Mark Twain. La sélection instaure de facto une première approche de l’œuvre -pour le lecteur qui prend connaissance de cette quatrième de couverture avant d’acheter l’ouvrage ou d’amorcer sa lecture- en dehors de toute polémique raciale. Les termes faisant allusion à cette situation raciale, nécessairement au cœur du livre, sont ceux, plutôt modérés, « d’indignation » et de « misère » ; si la colère est évoquée, elle l’est par le terme littéraire de « wrath » qui évoque plus la fiction de Steinbeck que les rues de Watts. Or en 1971, une seconde décennie de lutte pour les droits civiques s’amorce, et le Black Arts Movement, chantre d’un militantisme nationaliste noir, est l’emblème de bien des productions artistiques émanant de la communauté afro-américaine. Ici, le « vestibule » dont parle Genette (Genette, 1987, 8), soit ce seuil que franchit le lecteur avant d’entrer dans le récit proprement dit, semble résolument exclure The Autobiography of Miss Jane Pittman du concert dissonant des voix de la protestation.

5L’ensemble de la critique qui apprécie et recommande le roman à sa parution en 1971 semble d’ailleurs mue par le même désir : promouvoir la lecture du récit de Miss Jane parce qu’il n’est pas politique, parce qu’il n’est pas polémique. Il s’agit presque de protéger l’œuvre de Gaines d’une association avec l’esthétique noire qui a dominé par le passé avec Richard Wright et reste omniprésente à travers la virulence d’un Amiri Baraka. Ainsi le New York Times Book Review, dans un article de décembre 1971, cherche à distinguer Gaines des apôtres de la revendication raciale : « The life story of a former slave woman, long, grand and robust, by a writer whose style is closer to Charles Dickens and Langston Hughes than to Richard Wright or Ralph Ellison ». La même institution littéraire avait publié plusieurs mois auparavant une critique de l’écrivaine noire Alice Walker qui insistait sur l’aspect « sordide » et « mesquin » qu’engendrerait nécessairement l’engagement politique, écueil déjoué par le talent de Gaines : « Because politics are strung throughout this rich and very big novel, it will no doubt be said that Gaines’s book is about politics. But he is too skilled a writer to be stuck in so sordid, so small a category » (Walker, 1971, 12). Les critiques insistent encore sur la représentation « positive » des personnages noirs ; l’argument suggère à nouveau un contraste avec les représentations habituelles. Alice Walker dans sa phrase de conclusion (« he does not equate his people with failure ») et Geoffrey Wolff (« the personification of the virtues of his race ») sous-entendent qu’il y a là nouveauté dans le genre.

6Toujours parmi les grands médias intellectuels, le commentaire de Jerry Bryant dans The Nation est une attaque interposée contre le sérieux arrogant (« prétentieux ») de la littérature militante :

In The Autobiography of Miss Jane Pittman, Ernest Gaines has not only created a new form for the expression of this truth but he has by means of that form increased its significance and given it a wider and deeper meaning. He has done it gracefully, unpretentiously and entertainingly. (Jerry Bryant, 1971, 438)

7Cette analyse de The Autobiography of Miss Jane Pittman comme une œuvre « positive », agréable, qui romprait avec la tradition de la « protestation » qui le précède et lui est contemporaine reste une constante de lecture, y compris chez les critiques plus tardifs. En effet, dans son étude sur Gaines de 1991, Valerie Babb décrit The Autobiography comme une réconciliation inédite de « protestation sociale » et « intérêt humain » et conclut que l’auteur parvient surtout à ne pas « sacrifier l’art de l’écriture » (Babb, 1991, 5). Avec le recul donc, les critiques estiment encore que cette dimension nouvelle du roman de Gaines, c’est-à-dire l’absence de prise à partie violente du lecteur sur la question raciale, reste emblématique de sa réussite. C’est également le sens de cette analyse plus récente de Karen Carmean qui nous a inspiré le titre ouvrant notre réflexion :

By now the spirit of a 110-year old woman had taken over his imagination, and, undeterred by the unsettled politics of the late 1960s, Gaines would shut out the voices of protest to listen to Miss Jane Pittman. (Carmean, 1998, 8. Je souligne)

8Gaines sait ainsi trouver sa voix, originale et différente, dans le concert des revendications et de la rage de la fin des années soixante. Il apparaît que Gaines détonne effectivement du contexte politique et esthétique ambiant. Au début de sa carrière les critiques le comparent systématiquement à Wright ou Baldwin, un « réflexe » critique courant pour la littérature afro-américaine au sein de laquelle Wright occupe une place dominante dans les références immédiates de chacun, et en particulier chez les critiques généralistes.

This presented obvious problems, since Wright, writing in the 1930s and 1940s, came from an entirely different experience, as did Ellison and Baldwin. Their works were notably angry, obviously political, and urban; in fact, their work neatly fit into the «protest» tradition of African American literature. Writing during the politically charged 1960s and 1970s, Gaines listened to a lot of criticism that his fiction wasn’t sufficiently angry or political. He ignored it. (Carmean, 1998, 15)

9Gaines lui-même a eu l’occasion de s’exprimer sur cette « ascendance » littéraire presque obligatoire de Richard Wright. Sans entrer dans le débat de l’engagement de la littérature, il insiste sur l’originalité de ses propres sources et représentations (orales, sudistes) par rapport à la tradition dominante qui serait urbaine.

What I’ve always been saying is that the blueprint for Black Literature is not Native Son, that something existed a hundred years before Chicago in 1940. In my writing I simply refuse the idea that everything started in Harlem or Chicago, that we must write only about the big city, urban northern ghetto life, say. (Lowe, 1995, 150)

10S’ils offrent l’aperçu d’une réception initiale de The Autobiography of Miss Jane Pittman très positive, ces premiers critiques des grands médias littéraires et intellectuels voient donc plus ce que Gaines n’est pas, et font l’économie d’une approche constructive. La presse spécialisée va offrir, au moment de la parution de The Autobiography of Miss Jane Pittman, des analyses plus fines du style de Gaines. Dans la mesure où l’écriture afro-américaine bien connue du public appartient à une littérature militante, Gaines innove par rapport à cette tradition dominante. Mais, plus essentiel, The Autobiography est le reflet d’un intérêt qui va aller grandissant pour des représentations inspirées du contexte rural, de la tradition folklorique, et de l’héritage historique. On se demandera même si Gaines, avec cette histoire de femme forte, mémoire et voix de la communauté noire, n’augure pas d’une nouvelle ère dans le canon littéraire afroaméricain, ère qui verra couronner comme emblèmes les femmes des romans de Toni Morrison, Prix Nobel de Littérature en 1993, et dont le premier roman, The Buest Eye, sort en 1970, un an avant The Autobiography. Avec le recul dont on jouit aujourd’hui, on peut suggérer qu’en ce début des années 1970, Gaines s’inscrit dans le mouvement de la future esthétique noire américaine, celle qui va laisser s’exprimer les voix profondes, meurtries, des femmes de la communauté, et non plus les voix en colère des hommes. Gaines assume cette rupture avec la tradition littéraire dominante, et avec les mouvements esthétiques et critiques noirs qui lui sont contemporains. Il rappelle à ce propos :

If you were going to write a book, you had to write a Soul on Ice or Leroi Jones-type stories to get attention from the black kids on campus. I don’t know whether it was fortunate or unfortunate that my books were beginning to be published at the time when a lot of the militant demonstrations were going on, and I wasn’t considered part of that crowd. I wasn’t writing in The Black Scholar, or Black World, or some of the more militant papers, so I was not accepted as that kind of writer. (Lowe, 1995, 78)

11Gaines évoque ici ce qui semble être une absence de reconnaissance de ses contemporains, faute de s’inscrire dans leur engagement et d’adopter le ton adéquat. Or il ne faut pas s’arrêter à sa déclaration et à notre premier élément de conclusion du succès initial de The Autobiography of Miss Jane Pittman grâce à un style consensuel et « plaisant » pour le grand lectorat. Le second aspect de la réception initiale de The Autobiography à sa parution révèle que, si les grands journaux généralistes l’acclament pour son absence de polémique, ce sont bien les organes de presse spécialisés, c’est-à-dire certaines revues noires, pourtant emblématiques du Black Arts Movement, qui produisent les critiques les plus éclairées sur le style de Gaines. En particulier, Black World, évoqué par Gaines dans la citation ci-dessus, comme a priori peu favorable à son travail, publie un article élogieux et éclairant à la publication de The Autobiography of Miss Jane Pittman en 1971. La revue reconnaît non seulement le talent de Gaines mais détecte l’innovation de son projet littéraire.

2-Inventer une nouvelle voix

12La revue Black World (d’abord nommée Negro Digest et rebaptisée en 1970) est un des instruments de diffusion des textes s’inscrivant dans le Black Arts Movement. Ainsi dans le numéro qui annonce la publication de The Autobiography, Hoyt W. Fuller, un des concepteurs et rédacteurs, écrit longuement et élogieusement sur la sortie simultanée de The Black Aesthetic d’Addison Gayle, qui reste comme un des manifestes du Black Arts Movement et de la nécessité d’un art engagé et militant. Néanmoins, le même Fuller propose une analyse poussée et complexe de The Autobiography. Fuller insiste d’abord sur l’aspect politique inhérent au récit de la vie de Miss Jane :

It is the burden of that journey that it opens a wide window on an important period of American history, and reveals that history from angles and fields of vision never found in books used in our classrooms. (Fuller, 1971, 88)

13Pourtant il ne s’en tient pas à cette analyse première qui sert son propos militant. Il poursuit en effet sur la profondeur stylistique de Gaines (« the novel at all times is a multi-textured, cool and even witty story »), ou encore la force de la construction du personnage de Miss Jane en laquelle il voit un « archétype ». Il insiste surtout sur l’importance de la source folklorique pour un auteur comme Gaines (« The author has delved deep into Black folklore », 89) et conclut : « The novel is yet another testimonial to the excellence and importance of this quiet writer ». Le terme « discret » témoigne de la divergence de stratégie entre les préceptes d’un Fuller et les réalisations d’un Gaines. Fuller est néanmoins capable de percevoir l’originalité, la force et la réussite d’un roman qui ne répond pas à sa conception de l’écriture noire.

14Ainsi The Autobiography of Miss Jane Pittman est bien reçu par les grands critiques grâce à son absence de violence frontale, mais il est également compris des critiques noirs pour la subtilité de ses représentations. Dans le magazine noir Essence, le critique et écrivain Clarence Major, désormais connu pour son Juba to Jive (1994), ouvrage de référence sur le parler vernaculaire noir, adopte le même ton élogieux. Il reconnaît à la fois l’absence de « propagande » et la présence d’une écriture complexe et forte de références folkloriques. Pour lui, la « discrétion » idéologique de Gaines est payante quant au message finalement relayé au lecteur :

Gaines’ method avoids the obvious pitfall of social propaganda by a relentless use of Black folklore along with and throughout Miss Jane’s narrative. In addition, Gaines does not impose on us, or his story, ideological concepts. However, he never permits us to forget the oppressive social and political framework in which Black people, as seen through Miss Jane’s eye, move and struggle. (Major, 1971, 8)

15Cette dimension apparemment consensuelle du roman n’est donc pas vue par les critiques noirs comme une soumission mais comme une stratégie intelligente de communication sur la question raciale, doublée d’une inventivité poétique. Comme Fuller, Major, en spécialiste, met en avant le travail de Gaines sur les sources du folklore noir américain, et sur la langue orale en particulier, dans le traitement de laquelle Gaines se révèle singulièrement compétent :

The result is a controlled, artful story; and, what is equally important, its drama -dialogue and narration- are delivered through its syntax rather than through the cheap tricks of written dialect that too often plague our fictionists and poets. (Major, 1971, 8)

16Pour conclure, Major avance que la créativité formelle de Gaines est justement ce qui fait la force de son message politique :

Whether or not one chooses to believe that a novelist should try to solve social problems through fiction, there simply is not any evidence that social propaganda has ever helped anybody toward a larger or deeper vision and sense of life. On the other hand, real art, such as this book represents, does achieve this goal. Real works of art stand up and prove themselves over and over. We may be sure and pleased to remember that an artist such as Ernest J. Gaines is, in the most important -though perhaps not in the most accessible- sense, our true revolutionary. (Major, 1971, 8. Je souligne)

17Ainsi une nouvelle incarnation de l’écriture « révolutionnaire » ou en tout cas militante semble prendre forme avec Gaines, et les critiques noirs en sont conscients : une écriture éminemment noire mais qui en touchant le plus grand nombre sans « l’effrayer » est infiniment plus « efficace » sur les consciences et les esprits qu’un pamphlet enragé, et indéniablement vouée à « durer ».

18Gaines admet aisément que son souci primordial est d’être lu : « I don’t give a damn what category people put me in. If they buy my books, they can put me in any category they want » (Lowe, 1995, 142). Mais quelles limites doit-on envisager à ce projet ? Car si l’adaptation de The Autobiography of Miss Jane Pittman sur C.B.S. rencontre un large public, elle va déchaîner l’ire des critiques noirs qui y voient une insupportable récupération blanche et un symbole criant des vérités occultées par les voies de communication blanches, fussent-elles l’institution scolaire ou les médias. Ce film TV de C.B.S. va-t-il donc faire perdre à Gaines la subtilité de son message et la complexité de sa représentation de la communauté et de l’histoire noire ? L’adaptation va-t-elle faire tomber dans l’oubli un roman accessible mais complexe au profit d’un film encore plus accessible mais simplifié ? Gaines commet-il l’erreur de faire basculer son œuvre dans « l’entertainment » à l’américaine ?

B) Un film controversé et vain ?

1-Les voix blanches de Miss Jane à la télévision

  • 2 « Items on Gaines increased over 500 percent in the years 1972-1975 » (Doyle, 1990, 126).

19Le succès du roman, qui outre une réception unanime des grands médias critiques se voit couronné d’une nomination pour le Prix Pulitzer et le National Book Award, permet à Gaines de jouir d’un certain confort matériel et d’un relatif prestige. Mary Ellen Doyle rappelle notamment en introduction de son bilan bibliographique que The Autobiography of Miss Jane Pittman est le déclencheur de la carrière de Gaines, comme en témoigne l’augmentation sensible des articles et références critiques sur Gaines après19712. Ce nouveau statut permet également à Gaines d’avoir la haute main sur les négociations de la vente des droits télévisuels de The Autobiography dont le succès a suscité l’intérêt des producteurs Robert Christiansen et Rick Rosenberg ; il rappelle dans son interview proposée avec la réédition récente du DVD de The Autobiography of Jane Pittman qu’il fut en mesure d’imposer son prix à ces derniers, $50,000 en l’occurrence.

20Gaines sera consultant pour le choix de certains lieux de tournage en extérieur, ou encore pour la sélection des acteurs, mais le scénario est écrit par un scénariste blanc, Tracy Keenan Wynn, et Gaines n’y collabore aucunement ; la réalisation est assurée par John Korty. Trois modifications majeures sont introduites au récit de la vie de Miss Jane. Dans un premier temps, le professeur d’histoire noir qui réalise l’interview de Miss Jane, au motif que celle-ci ne figure pas dans les livres d’histoire (AJP, v), est remplacé par un jeune journaliste blanc dépêché par son journal new-yorkais, et qui repartira bien vite vers une autre mission. Le seconde modification d’importance est toute symbolique : l’étalon noir qui, selon Miss Jane, menace la vie de son mari Joe Pittman, et finira par causer sa perte, est remplacé par un étalon blanc (AJP, 102). Enfin, troisième modification capitale qu’il est indispensable de signaler ici : la scène finale du roman, la levée progressive et spontanée d’une « armée » (AJP, 258) derrière Miss Jane pour aller rejoindre le combat de Jimmy à Bayonne, est supprimée et remplacée par une autre scène hautement symbolique. Le film se clôt sur l’image d’une Miss Jane courageuse et héroïque, aïeule centenaire appuyée sur sa cane, qui traverse seule la foule, et défie les autorités blanches pour aller boire à une fontaine réservée aux blancs. Nous suggérons ici les trois changements qui seront les plus fustigés par la critique ; il reste que de nombreux passages du roman ne purent pour des raisons de temps être conservés dans le film, comme le sermon de Ned à la rivière (AJP, 112-115), sérieusement amendé, ou la dérive dans la folie d’Albert Cluveau après le meurtre de Ned (AJP, 128-131).

21Avant même la pluie de récompenses, les avant-premières destinées à la presse suscitent des articles enthousiastes. Le New York Times, fait paraître une série de commentaires dithyrambiques en janvier 1974, assurant la promotion au film juste avant sa diffusion le 31 janvier. John O’Connor signe les deux derniers articles cités : « A Woman in a Century of Struggle » (27 janvier), « TV : Splendid ‘Jane Pittman’ Relates Black History » (31 janvier), « ‘Jane’ Show : Tale of Hope and Efforts » (31 janvier). Les grands critiques de l’époque que sont Pauline Kael (New Yorker), Rex Reed (New York Observer et New York Post), Judith Crist (TV Guide), Richard Schickel (Time) écrivent des revues plus qu’élogieuses. Pauline Kael, par exemple, y consacre les trois-quarts de sa chronique hebdomadaire. Si elle regrette notamment la substitution de l’étalon-tueur par un cheval blanc, et la disparition du professeur noir, elle conclut néanmoins : « But it’s quite possibly the finest movie ever made for American television » (Kael, 1974, 75). Plus intéressant, cette autre remarque permet d’amorcer le débat polémique sur les compromis adoptés pour séduire un public majoritairement blanc. En bonne téléspectatrice, P. Kael reçoit effectivement le film en toute bonne conscience : « When she walks to a white-only drinking fountain in front of a Southern courthouse, and drinks from it, all of us in the audience can taste the good water » (Kael, 1974, 74). Cette réaction sentimentale est révélatrice du but visé et atteint par les producteurs, le scénariste et le réalisateur, quant à leur cible d’un public blanc qu’il faut pouvoir « investir » dans l’histoire d’une communauté qui n’est pas la sienne. Le jeune reporter blanc en est un moyen évident, et efficace. C’est cet objectif même du film, et sa réussite, qui va faire hurler certains critiques à la trahison. La critique de télévision, Stephanie Harrington, ouvre les hostilités dans les colonnes du New York Times quelques jours après la diffusion, clamant sa déception au regard du chef d’œuvre annoncé de concert par tous les grands critiques mentionnés ci-dessus. Elle épingle la simplification des représentations : « All that the script enshrines is the stereotype of the enduring black woman and the occasional heroism of martyrs » (Harrington, 1974, 123). Et accuse surtout la bonne conscience des critiques blancs : « I can understand the faith of Kael and Reed and Crist and O’Connor and Schickel only as a moral decision to reward a politically well-meant gesture by excusing it from any test of redeeming artistic value » (Harrington, 1974, 123).

22L’article de S. Harrinton reste un coup d’épée dans l’eau car, de son propre aveu, elle n’a pas regardé toute la diffusion, elle n’a pas lu le roman. Sa critique cinglante perd donc de sa crédibilité lorsque la poétesse noire Nikki Giovanni lui oppose un droit de réponse sans appel dans les mêmes colonnes le 3 mars. N. Giovanni ridiculise l’amateurisme de sa critique et se moque également de l’idéologie radicale hors de propos qui pointe sous les remarques de S. Harrington, connue pour ses engagements auprès de son mari, l’écrivain et homme politique socialiste Michael Harrington : « Do we really expect Jane, née Ticey, to tell the soldier, ‘I am from the great tribe in Western Africa and my real name is Wangari so put me down, you honkie ?’ » (Giovanni, 1974, 115). Pour elle, le mérite du film est d’offrir enfin une visibilité à l’histoire afro-américaine ; elle soutient l’apparition du journaliste blanc (« Changing the reporter [...] helped bring the reality of the sixties to the screen »). Car après Sounder (1972), après The Autobiography of Miss Jane Pittman (1974), viendra Roots (1977) : les fictions « grand public » s’ouvrent enfin à des personnages et destins noirs. La télévision, avec ses écueils et simplifications (c’est essentiellement la performance spectaculaire de Cicely Tyson, sa métamorphose en vieille femme sous un masque de maquillage qui retient l’attention des critiques et du public) opère néanmoins sa déségrégation.

23Comme dans le débat Giovanni vs. Harrington, à l’attitude « pragmatique » s’oppose l’engagement politique, nationaliste en particulier. C’est un article dans Black World qui est le plus violemment opposé à l’adaptation de The Autobiography. Alvin Ramsey y parle du « viol » de Miss Jane et de « propagande » : « The Televised Rape of Miss Jane Pittman ». Outre les symboles évidents du journaliste blanc, de l’étalon blanc, il s’attarde sur la modification de la fin du récit. Il fustige le passage d’une action collective, mais surtout vaine (et donc réaliste) puisque c’est sur la mort de Jimmy que se clôt le roman, à une action individuelle, isolée et réussie, qui laisse l’impression d’une victoire triomphale et d’un progrès en marche pour la communauté noire ; on ajoutera que Miss Jane est aidée dans sa démarche héroïque par l’empathie d’un shérif blanc qui ne s’oppose pas à son geste. Blancs (journaliste, shérif) et noirs se trouvent ainsi visuellement réconciliés sur C.B.S ce 31 janvier 1974. Cette conclusion est celle que propose également Vilma R. Potter dans un article au titre évocateur, « How to Make a White Film from a Black Novel », paru dans la revue érudite Literature/Film Quarterly en 1975. Le message qui reste avec les téléspectateurs, citoyens américains moyens, est le suivant : « They’ve got what they wanted. You can all go back to sleep now » (Potter, 1975, 372).

24Doit-on en conclure que cette étape nouvelle dans la vie de l’œuvre The Autobiography of Miss Jane Pittman, ici amputée, édulcorée, assortie d’un sentimentalisme simplificateur, va marquer le basculement du roman dans le domaine de « l’entertainment » facile ?

2-Les voies du succès

25Non, car si les modifications que nous avons évoquées restent contestables, le film va contribuer à une notoriété renouvelée et une diffusion accrue du roman. Dès 1974, Gaines refuse d’entrer dans la polémique, concédant quelques regrets quant au résultat de l’adaptation (« the slopes and valleys are missing », Lowe, 1995, 97) mais défendant l’argument d’un autre genre, d’un autre « métier ». Sa collaboration non compromettante sur le film permet de dissocier deux œuvres, deux créateurs, et deux messages.

I had no control over the film. Professionally, it’s another man’s work. I’m a struggling novelist, and once I’ve finished a book, you can say or do anything you want; my book is there. I hope people will credit me or damn me for the book, not for the film. (Lowe, 1995, 81)

26C’est comme si Gaines « cédait » Miss Jane à d’autres, ici à l’industrie du film, pour le bien de son roman. En ce sens, les conséquences du film, écueils comme polémique, lui donnent raison puisque rien ne se fait au détriment du roman, au contraire. En 1986, il fait un premier bilan de l’influence du film sur la notoriété et les ventes du roman :

[the book has sold] many times more than all the rest put together. That book has sold I would say somewhere in the neighborhood of fifty thousand in hardback and continues to sell in hardback after fifteen years. And we’ve sold a million plus in paperback. It was really the film that sold the book. Before the film, it had about three hardback printings and about three paperback printings. Now have [sic] about fourteen, fifteen, hardback printings and about twenty-three, twenty-four, paperback printings. (Lowe, 1995, 181. Je souligne)

27L’expérience, risquée, s’avère payante pour Gaines. En une autre occasion, il n’hésitera pas à jouer le jeu des médias de masse, et là encore, c’est toute son œuvre romanesque qui s’en trouvera servie. Car après une grande chaîne comme C.B.S en 1974, c’est une non moins puissante personnalité des médias, Oprah Winfrey, qui va s’intéresser en 1994 à un autre de ses romans, A Lesson Before Dying.

28C’est peut-être cette conjugaison entre relais littéraire d’élite (Henry Louis Gates et la Norton Anthology en 1997) et relais populaires et commerciaux (Sélection du Oprah’s Book Club en 1994) qui explique la pertinence renouvelée de Gaines, sa place sans cesse grandissante dans les références littéraires et esthétiques (afro) américaines. Car, outre le rôle fondateur d’un canon littéraire par des intellectuels comme Henry Louis Gates, il faut aussi envisager l’influence non négligeable, en termes de succès librairie et donc de notoriété, d’un club de lecture populaire comme celui de l’animatrice de télévision, et militante, Oprah Winfrey. C’est O. Winfrey qui contribue à la popularité de The Color Purple d’Alice Walker (le film est réalisé par Seven Spielberg en 1985, avec O. Winfrey dans le second rôle principal). C’est encore elle qui contribue à faire connaître du plus grand nombre, via son émission, Toni Morrison, dont elle fait également porter à l’écran Beloved, qu’elle produit et dans lequel elle apparaît dans le rôle principal en 1998. Et, en 1994, cette dernière recommande A Lesson Before Dying, ce qui non seulement engendre une ascension fulgurante des ventes du roman, mais procure aux romans moins médiatisés de Gaines une publicité a posteriori. Gaines admet en effet l’influence de la publicité générée par Oprah Winfrey :

Interviewer: The novel [A Lesson Before Dying] had already drawn attention when it won the National Book Critics Circle Award in 1993. Did you feel a rush of new readership because of Oprah’s influence?
Gaines: Oh, yes. Before, the book was selling well, but it was selling to high schools and libraries. With Oprah, it sold to the general public. There were between 800,000 and a million copies printed as soon as she announced it. Everybody knew
The Autobiography of Miss Jane Pittman, but they never knew who wrote it. Now they know Ernest Gaines wrote A Lesson Before Dying because they saw me on the show. I receive many letters from people all over the country and different parts of the world, and most of them are coming from white, probably middle-aged males. It’s the first time I’ve received letters from this particular group. Bill Gates said A Lesson Before Dying was one of his favorite books, along with The Catcher in the Rye. That’s good to hear, but he never sent me any computer stuff. I’ve always received many letters from students, but it seems A Lesson Before Dying has touched a lot of people.

29C’est ainsi que Gaines traverse les décennies en acquérant sans cesse plus de notoriété et de respectabilité grâce à des opportunités toujours saisies de populariser ses ouvrages. Il aura connu les ventes modestes de Catherine Carmier en 1964 (« Thirty-five hundred copies of Catherine Carmier were printed. Only about 2,500 were sold », Missouri Review), au best-seller A Lesson Before Dying qui atteint rapidement les deux millions d’exemplaires après sa sélection par Oprah en 1994, en passant par The Autobiography of Miss Jane Pittman, le premier à atteindre, mais lentement, le million d’exemplaires. Ce succès commercial indéniable repose certes sur d’intelligents choix de médiation des romans via la télévision par exemple, mais il ne faut pas l’oublier, également sur un style, oral, folklorique, qui d’abord inédit, fait désormais partie du canon afro-américain. Ce style remarqué dès The Autobiography of Miss Jane Pittman est en adéquation avec les attentes du lectorat au moment donné de la publication ce qui explique une « rencontre » aisée avec les critiques comme avec le grand public. Il ne faut pas oublier que de grands succès littéraires comme Native Son en 1940 pour en revenir à l’éternel référent, Richard Wright, doivent aussi leur caractère exceptionnel à la conjugaison d’une écriture singulière et innovante et d’une conjoncture chanceuse : pour Richard Wright, le premier prix à un concours de nouvelles lui assure l’intérêt de l’éditeur Harper et un contrat immédiat ; puis la sélection du roman par le Book-of-the-Month Club fait s’envoler les ventes du brûlot et gonfler la polémique dans la presse. Ces deux cas prouvent combien il faut un relais puissant, moderne, adapté au marché, pour devenir un vrai produit profitable ; mais tous deux restent aussi comme des ouvrages pionniers dans l’histoire littéraire.

Bibliographie

Ouvrages cités

The New York Times Book Review. 1971. 5 décembre, p. 82.

« Emmy Vote Is Led by ‘Jane Pittman’ ». 1974. New York Times, 26 avril, 74.

« A Woman in a Century of Struggle ». 1974. New York Times, 27 janvier, 113.

Babb, Valerie Melissa. 1991. Ernest Gaines. Boston : Twayne Publishers.

Bryant, Jerry. 1971. « Politics and the Black Novel ». Nation (5 avril) : 436-8.

Carmean, Karen. 1998. Ernest J. Gaines. A Critical Companion. Wesport & London : Greenwood Press.

Doyle, Mary Ellen. 1990. « Ernest J. Gaines : An Annotated Bibliography, 1956-1988 » Black American Literature Forum. Vol. 24, N°1 (Spring 1990) : 125-150.

Fuller, Hoyt W. 1971. « About Books and Authors ». Black World. October, 75.

—. 1971. « The Autobiography of Miss Jane Pittman ». Black World. October, 87-9.

Gaines, Ernest. 1994. A Lesson Before Dying. New York : Vintage Books.

—. 1964 [1972]. Catherine Carmier. Chatham, N. J. : Chatham Booksellers.

—. 1971 [1972]. The Autobiography of Miss Jane Pittman. New York : Bantam Books.

Gates, Henry Louis Jr. & Nellie Y. McKay. 1997. The Norton Anthology of African American Literature. New York : Norton.

Gayle, Addison. 1971. [1972]. The Black Aesthetic. New York : Doubleday.

Genette, Gérard. 1987. Seuils. Paris : Seuil.

Giovanni, Nikki. 1974. « ‘Jane Pittman’ Filled My Deepest Expectations ». New York Times. 3 mars, 115.

Greenfeld, Josh. 1971. « Miss Jane’s Long Freedom Ride ». Life. 30 avril, 18R.

Haley, Alex. 1976. [1992]. Roots. New York : Doubleday.

Harrington, Stephanie. 1974. « Did ‘Jane Pittman’ Really Show Us Black History ? ». New York Times. 10 février, 123.

Kael, Pauline. 1974. « Cicely Tyson Goes to the Fountain », « The Current Cinema », New Yorker, 28 janvier, 73-75.

Lowe, John. 1995. Conversations with Ernest Gaines. Jackson : University Press of Mississippi.

Major, Clarence. 1971. Essence. September, 8.

—. 1994. From Juba to Jive : A Dictionary of African American Slang. New York : Penguin.

Morrison, Toni. 1971. [2000]. The Bluest Eye. New York : Plume Book.

—. 1987. [1998]. Beloved. New York : Plume Books.

O’Connor, John. 1974. « TV : Splendid ‘Jane Pittman’ Relates Black History ». 31 janvier, 67.

O’Connor, John. 1974. « ‘Jane’ Show : Tale of Hope and Efforts ». 31 janvier, p. 68.

Potter, Wilma Raslkin. 1975. « How to Make a White Film from a Black Novel », Literature/Film Quarterly, Vol. 3 (Fall 1975) n°4, 371-5.

Ramsey, Alvin. 1974. « Through a Glass Whitely : the Televised Rape of Miss Jane Pitman » Black World, Août, 31-36.

Walker, Alice. 1971. « The Autobiography of Miss Jane Pittman. Jane Didn’t Stay in a Corner ». The New York Times Book Review. 23 mai, 6 & 12.

— 1982. [1985]. The Color Purple. New York : Pocket Books.

Weisman, Steven R. « ‘Jane Pittman’ Wins Emmy for the Best Program », New York Times, 29 mai 1974, p. 82.

Wolff, Geoffrey. 1971. « Talking to Trees ». Newsweek. 3 mai, p. 58. http://www.missourireview.com/printable.php?genre=interviews&title=An+Interview+with+Ernest+J.+Gaines

Films

The Autobiography of Miss Jane Pittman. 1974. Film T.V. C.B.S. Dir. John Korty. Avec : Cicely Tyson.

Roots. 1977. Série A.B.C. Dir. : Marvin J. Chomsky, etc. Avec Maya Angelou, Moses Gunn.

Sounder. 1972. Film. Dir : Martin Ritt. Avec Cicely Tyson, Paul Winfield. Paramount Studio.

Notes

1 Le film est salué par douze nominations, un record, et finit par remporter neuf trophées dont ceux de « Meilleure actrice », « Meilleur programme », « Meilleur réalisateur », « Meilleur scénario », « Meilleure bande originale » (New York Times, 1974).

2 « Items on Gaines increased over 500 percent in the years 1972-1975 » (Doyle, 1990, 126).

Auteur

Maître de Conférences à l’université de Picardie. Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, et lectrice à l’université d’Harvard, elle a rédigé une thèse sur l’œuvre de Richard Wright, plus particulièrement sur les conditions de publication et sur la réception de l’écrivain. Grâce aux archives conservées à la Beinecke Library de l’université de Yale, elle a également pu mettre à jour des textes inédits, explorer la correspondance de l’auteur et suggérer un projet littéraire complexe, dont les voix féminines et modernistes restent méconnues.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540