Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

V. Milieux physiques, ambiances urbaines et technologies

Influence des technologies relatives aux ambiances sur la conduite de projet urbain : nouveaux métiers, nouveaux services

Jean-Jacques Terrin

Texte intégral

  • 1 Architecte, professeur à l’École d’Architecture de Versailles, membre du laboratoire Théorie des M (...)

1Note portant sur l’auteur1

OBJET ET PROBLÉMATIQUE

2Notre étude s’est fondée sur les observations suivantes : les processus de projet urbain se transforment, encourageant le développement de nouveaux langages entre maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, producteurs et usagers de l’espace public. Ce dialogue est sans doute facilité par les nouvelles technologies accompagnant ces processus, à moins que celles-ci ne le déterminent. La place des ambiances semble essentielle dans cette évolution. Les techniques de simulation des ambiances, sont en effet de plus en plus fréquemment appelées à intervenir en amont du projet, aux phases de programmation et de faisabilité. De nouveaux métiers issus de ces expertises se développent dans les secteurs public et privé.

3Les questions auxquelles nous avons tenté de répondre sont au nombre de cinq :

  • Quel est le rôle des innovations techniques dans la conduite de projets urbains ?
  • Quelles innovations organisationnelles mobilisent ces innovations techniques ?
  • Comment les acteurs se saisissent-ils de ces techniques et quelles innovations professionnelles mettent-ils en œuvre ?
  • Ces innovations conduisent-elles à une gestion du projet urbain par l’aval ?

4À quelles modalités de représentations communes appellent ces innovations ?

MÉTHODOLOGIE

5Les trois étapes de notre recherche ont été les suivantes :

  • Constituer et étudier un corpus de situations urbaines, en France, en Europe et aux USA.
  • À partir de ce corpus, provoquer une réflexion pluridisciplinaire sur l’influence de ces technologies sur la conception urbaine, en réunissant des points de vue différents issus de la recherche et des professions du bâtiment ou de l’aménagement du territoire.
  • Élaborer un répertoire multimédia de configurations génératrices d’ambiances urbaines innovantes.

6Un des enjeux initiaux étant de pérenniser une plate-forme de recherche, nous avons conclu notre travail par des propositions pour la poursuite des activités de cette éventuelle plate-forme de recherche.

7Le corpus de l’étude a été le suivant :

8– 1er champ : des outils techniques mis en situation dans un contexte de projet urbain

  • Space Syntax, Prof Bill Hillier, Bartlett School, London University College.
  • Townscope, Prof Albert Dupagne, LEMA Université de Liège.
  • La plate-forme EVE du CSTB.
  • Un projet d’aide à la conception conçu par Luisa Gama Caldas, MIT, Université de Lisbonne.

9– 2ème champ : des projets et des pratiques qui s’approprient ou souhaiteraient s’approprier des techniques :

  • Le projet Plaine Renaissance à la Plaine Saint-Denis.
  • Des projets de l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris.
  • Des projets du Logement Français.
  • Des projets de participation citoyenne aux USA par le ESC (Environmental Simulation Center) de l’architecte Michael Kwartler.
  • Des services liés aux ambiances proposés à des maîtres d’ouvrages de projets architecturaux ou urbains par cinq agences d’expertise environnementale.

DÉROULEMENT DE L’ÉTUDE

10Dans un premier temps, nous avons repris un certain nombre de définitions des ambiances, tentant, dans cette diversité, d’identifier plusieurs niveaux indissociables et complémentaires de perception : les niveaux physiologique, psychologique, sociologique et culturel. À partir de ces niveaux de perception, nous avons identifié différentes méthodes d’approche des ambiances. Cette exploration nous a amené à la question centrale de la représentation et au rôle spécifique qu’est amené à y jouer la restitution de phénomènes d’ambiance. Nous avons étudié les différents modes de représentation des ambiances et avons été amenés à aborder les différentes échelles de virtualité que permettent ces modes de représentation.

11Nous avons ensuite approfondi les techniques relatives aux phénomènes d’ambiance. À partir d’exemples issus de la recherche, de l’édition logicielle ou des études de cas que nous avons entreprises, nous avons établi une typologie de ces techniques et abordé certaines évolutions des techniques de simulation en nous concentrant sur les questions concernant l’intégration modulaire de ces outils. Nous avons enfin décrit les différents usages de ces outils techniques que nous avons observés au sein des projets. Nous en avons déduit le rôle que les technologies de simulation et de représentation des ambiances peuvent jouer au sein de projets architecturaux et urbains. Nous avons identifié trois modes d’intervention des technologies : l’expertise technique proprement dite à laquelle elles sont initialement destinées, le marketing du projet, la concertation et la participation. Ces trois vocations, que nous avons observées et dont nous avons exploré l’usage, ne se veulent pas exclusives. Elles représentent cependant des options importantes que nous avons privilégiées et que les débats entre chercheurs et acteurs des études de cas ont largement mises en avant.

12Dans un second temps, nous avons examiné la façon dont l’expertise se construit au sein du projet et le rôle parfois ambigu que joue la technique dans cette construction. Nous avons tenté de démontrer, toujours à l’aide des études de cas, comment l’expertise, et plus spécifiquement l’expertise relative aux ambiances, s’exprime au-delà de l’outil qui l’a souvent légitimé et comment celle-ci facilite l’établissement d’un dialogue d’un type nouveau entre les acteurs du projet.

13Cette démonstration nous a amené à aborder une question qui a constitué un des points importants des débats que nous avons organisés autour des études de cas : quel est le rôle joué par les techniques relatives aux ambiances dans la prise de décision, que celle-ci soit politique ou programmatique, qu’elle soit donc du ressort des élus ou de la maîtrise d’ouvrage ? Répondre à cette question impliquait de soulever la question de la légitimité de l’expertise en rapport avec la décision politique. Nous avons conclu cette étude en questionnant l’évolution des métiers, des services et des processus de projet au regard du développement des technologies relatives aux ambiances. Nous nous sommes notamment posé la question du développement d’un pilotage des projets par l’aval et, dans ce contexte, du rôle des ambiances comme indicateurs de performance destinés à faciliter la conduite du projet, dans sa définition, sa communication et son évaluation.

RÉSULTATS

14Après avoir analysé un certain nombre de technologies et mené des enquêtes sur les différentes études de cas sélectionnées, nous avons identifié l’émergence de plusieurs types d’expertises et avons étudié les rôles qu’elles jouaient dans les processus de projet. Parallèlement à nos travaux, nous avons animé un groupe de travail composé de chercheurs et de professionnels, maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, experts, dont les réflexions ont structuré nos analyses et débouché sur des propositions de recherche communes qui pourraient être poursuivies dans les années prochaines.

15Au-delà des problématiques auxquelles nous étions amenés à répondre, cette recherche nous a poussé à investiguer le rôle particulier des expertises techniques qui émergent à partir d’outils liées à la simulation de phénomènes d’ambiance et qui acquièrent une position de médiateurs au sein de la conduite de projet. Nous nous sommes interrogés sur les compétences développées par ces expertises, leur légitimité, leurs réelles responsabilités et l’incidence de ces interventions sur les processus de projet et ses acteurs.

VALORISATION

16Publications

17Terrin J.-J., (2005), « Les expertises relatives aux ambiances dans la conduite de projet », Les Cahiers RAMAU, n° 4 « Expertises techniques et conduite de projets urbains ».

18Terrin J.-J., (2005), « La construction des expertises techniques au sein du processus de projet urbain », dans Conception, réalisation et gestion de la ville : quelles perspectives en Europe ?, PUCA/CSTB.

19Communications

20Terrin J.-J., (2002), « Urban design and development of ambiences technologie », First International Workshop on Architectural and Urban Ambient Environment, Nantes, 6-7 et 8 février 2002.

21Terrin J.-J., (2004), « La notion d’ambiance dans les pratiques de projet urbain », Intervention à la Berner Fachhochshule, Berne, Suisse, 5-6 mars 2004.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Amphoux Pascal, (1998), La notion d’ambiance. Une mutation de la pensée urbaine et de la pratique architecturale. Programmer Concevoir, Plan Urbanisme Construction Architecture.

Dard Philippe, (2002), Nouveaux outils de représentation d’environnements urbains, vol. 1 : Les maquettes virtuelles, quels développements ? quels usages ?, CSTB, Paris, 127 p.

Dupagne A., Jadin M., Tellier J., (1997), L’espace public de la modernité, Études et documents, Série « Aménagement et urbanisme 2 », Ministère de la Région wallonne.

Hillier Bill, (1996), Space is the Machine, Cambridge University Press.

Lema, (2001), Faut-il fermer la place Saint-Lambert à Liège ? Partie 1 : Étude morphologique, 68 p. + annexes.

Notes

1 Architecte, professeur à l’École d’Architecture de Versailles, membre du laboratoire Théorie des Mutations Urbaines – Paris VIII.

Auteur

Responsable scientifique

Avec la participation de L. Tiraoui (ingénieur de recherche, chercheur associé), B. Cimerman (ingénieur), P. Dehan (architecte, enseignant chercheur à l’UTC), I. Guillermone (maître de conférences à l’UTC), M. Maïzia (maître de conférences à l’UTC).


mailto:jjterrin@wanadoo.fr
École d’Architecture de Versailles
5, avenue de Sceaux
BP 674
78006 Versailles Cedex
Tél. : 01 39 07 40 00

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540