Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume 2

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

V. Milieux physiques, ambiances urbaines et technologies

Mise au point d’une méthode d’évaluation de la perception et de l’appropriation d’une voirie urbaine par les riverains et les usagers, après un réaménagement lié à l’implantation d’une nouvelle ligne de tramway

Étude de définition

Christian Sacré

Texte intégral

  • 1 Docteur es sciences en mécanique des fluides, climatologue, responsable scientifique du Pôle Clima (...)

1Note portant sur l’auteur1

2L’usage de la voirie urbaine a beaucoup évolué depuis quelques années, suite au constat de faillite du tout automobile comme principal moyen de transport urbain. La tendance est maintenant de partager l’espace routier entre les piétons, les vélos, la voiture, les bus et le tramway. Cette restructuration de l’espace liée souvent à l’implantation d’une nouvelle ligne de tramway suppose des choix d’aménagement dont les critères sont à la fois techniques, sociaux et architecturaux. La réussite d’un aménagement dépend beaucoup de l’accueil que lui réserve les usagers, qui est lui même très lié à la notion d’ambiance.

3Pourquoi s’intéresser au réaménagement lié à une nouvelle ligne de tramway ? C’est un problème d’actualité lié au réaménagement des espaces urbains publics, notamment dans le contexte du redéploiement des transports urbains. Le choix de la ville de Nantes comme lieu d’expérience s’explique par la politique de transport en commun de la ville qui en quinze ans a mis en œuvre trois lignes de tramway (1985, 1994, 2000).

4L’étude de quelques sites nantais a une valeur d’exemple mais les résultats seront trop spécifiques de l’environnement physique et de la culture locale pour être applicables à une autre ville même pour un problème similaire. En revanche une généralisation est possible en considérant l’étude nantaise comme un laboratoire de mise au point d’une méthodologie. Cet outil d’aide à la conception permettra d’une part, la prise en compte de l’avis des usagers dès la conception d’un projet, et d’autre part un approfondissement de la connaissance des modes de perception et d’appropriation de l’espace urbain, relatifs à des combinaisons de facteurs spatiaux et climatiques.

5La démarche qui consiste à rassembler plusieurs disciplines (sociologie, architecture, aérodynamique, éclairage, acoustique) autour d’un même projet a donc pour objectif de faciliter la construction d’un outil d’aide à la décision.

6Elle s’appuie sur l’hypothèse de base suivante : le fait de donner la parole aux usagers avant d’engager une coopération de spécialistes est un garant de la bonne adaptation du produit/service à ses futurs utilisateurs. Aussi notre processus de travail s’organise-t-il sur des itérations successives entre la sociologie et les disciplines techniques. L’étude sociologique a pour mission d’évaluer le concept défini par les différents techniciens puis d’aider à la définition d’un cahier des charges fonctionnel. Ce cahier des charges ne reste pas au seul niveau technique mais définit des fonctions et intègre une hiérarchisation de ces fonctions.

7Le notion d’ambiance urbaine est par nature complexe à approcher, puisqu’elle traduit un jeu permanent d’interrelation entre diverses composantes telles que :

  • les phénomènes ou manifestation d’ordre physique et climatique,
  • les diverses conduites physiques et spatiales individuelles et collectives des usagers associées à leur perception des l’ambiances,
  • les configurations morphologiques et spatiales de l’environnement.

8L’ensemble de ces manifestations dynamiques à caractère instable et relativement éphémère, rend complexe l’interprétation des phénomènes. Aussi, leur analyse nécessite une simultanéité dans les observations des différentes manifestations participant à construire l’ambiance du lieu.

9L’introduction d’une ligne de tramway dans le tissu urbain d’une ville induit de profondes et durables modifications de la morphologie et des fonctions de l’espace mais aussi de la perception et de la pratique spatiale des usagers de la ville.

10L’agglomération nantaise s’est dotée de trois lignes de tramway ces quinze dernières années, modifiant, à chaque nouvelle implantation, les caractéristiques architecturales et fonctionnelles du traitement de la ligne, proposant ainsi de nouvelles perceptions et appropriations de l’espace accessible aux citadins.

11La perspective de mettre en œuvre une méthodologie expérimentale d’analyse multicritère des ambiances urbaines relatives à la modification sensible des caractéristiques physiques spatiales et usagères d’un espace, met en évidence quelques éléments de réflexion méthodologique :

121. Prendre en compte la diversité des caractéristiques d’ambiances et donc des domaines explorés :

  • une diversité spatiale relative notamment à la morphologie des espaces, leur fonctionnalité, leur relation à la centralité urbaine de la ville et des quartiers, leur destination économique et sociale (habitat, commerce…),
  • une diversité des caractéristiques physiques, relative à des situations et des contextes climatiques et sonores diversifiés,
  • une diversité des conditions temporelles relatives à l’exploration en situation diurne et nocturne mais aussi relative à l’ancienneté de la réalisation de chacune des lignes de tramway (1982, 1992, 2000),
  • une diversité des caractéristiques sociales des populations concernées et des conduites spatiales dans chacun de ces espaces.

132. Rechercher une complémentarité des approches par un croisement et une agrégation des méthodes et des outils d’analyse et d’interprétation des phénomènes relatifs à chacun des champs de savoirs :

  • la mesure physique,
  • la modélisation et la simulation 3D des phénomènes physiques,
  • l’enquête des usagers de la station,
  • l’observation directe des conduites physiques et spatiales des usagers.

143. Rechercher la simultanéité dans la mise en œuvre des explorations in situ, en associant la mesure des phénomènes physiques et l’observation des comportements piétons, comme base commune de corrélation et d’interprétation des phénomènes.

15Le problème est ici assez particulier ; il s’agit en effet de mettre en évidence la contribution de chaque composante (contexte sociologique, architecture, facteurs physiques…) à l’ambiance ressentie par les usagers, cette dernière étant connue par l’enquête sociologique.

16Pratiquement, l’étude de définition propose une articulation de l’étude complète selon les phases suivantes :

  • Définition par les disciplines techniques et sociologique d’un concept d’espace autour d’une station de tramway.
  • Test de ce concept d’espace par une première série d’entretiens sociologiques réalisés auprès des usagers de quelques stations de tramway. Ce concept est appréhendé par l’analyse de la notion de confort, des cheminements des personnes, de leur rapport à la ville et à leur environnement social. L’analyse permet de tirer des hypothèses et de soulever des problèmes qui sont traités par les ingénieurs.

17Sur cette base plusieurs actions seront effectuées :

  • Une définition des mesures physiques pour caractériser les sites d’un point de vue physique sur une année.
  • Une étude comportementale réalisée à l’aide d’un guide d’observation.
  • Une caractérisation spatiale des sites faite par les architectes.
  • Ces différentes actions permettent la constitution d’un cahier des charges fonctionnel.
  • Une seconde phase d’entretiens auprès des usagers consiste à tester ce cahier des charges d’un point de vue fonctionnel. Elle permet également de réaliser la hiérarchisation des fonctions.

18Les différentes phases de ce processus doivent conduire à énoncer des recommandations pour les futurs concepteurs de stations de tramway.

Notes

1 Docteur es sciences en mécanique des fluides, climatologue, responsable scientifique du Pôle Climatologie et Pollution du département CAPE (Climatologie, Aérodynamique, Pollution, Épuration) au CSTB.

Auteur

Responsable scientifique

Personnes ayant collaboré à cette recherche : L. David, C. Laumonier, D. Delaunay (CSTB – EPIC, Nantes) ; Y. Le Corre, Ph. Wolozsin (Centre de Recherches Méthodologiques en Architecture CERMA, Nantes).


mailto:sacre@cstb.fr
Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB)
11, rue Henri Picherit
BP 82341
44000 Nantes Cedex 3
Tél. : 02 40 37 20 21

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540