Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et Église en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

VIII. Apostolat et laïcité au Mexique

De l’école laïque à l’école socialiste

Conseils aux maîtres et aux élèves des écoles rurales mexicaines (1932-1936)

Madeleine Cucuel

Texte intégral

1Ecole publique, école privée, le conflit entre l’Etat et l’Eglise a éclaté naturellement au Mexique avec l’Indépendance. Pendant toute la période coloniale, seuls les enfants des classes riches de la société avaient droit à l’instruction, laquelle était exclusivement dispensée dans des établissements religieux – jésuites notamment – à défaut d’être donnée dans la famille elle-même par un précepteur particulier.

  • 1 « En todas los pueblos de la Monarquía se establecerán escuelas deprimeras letras, en las que se en (...)

2En 1812, la Constitution de Cadix, après avoir été votée en Espagne, fut proclamée à son tour en Nouvelle Espagne. Aucune conception nouvelle de l’éducation n’y venait bouleverser les esprits et, comme par le passé, les écoles primaires se voyaient confirmées dans leur mission d’apprendre aux enfants à lire, à écrire et à compter ainsi que le catéchisme de la religion catholique1. Un élément nouveau venait se greffer, cependant, dans la récente loi puisque celle-ci prévoyait d’inclure désormais dans le catéchisme un bref exposé des devoirs du citoyen.

  • 2 Décret de 1853.

3Il faudra une dizaine d’années supplémentaires pour que les libéraux affrontent le pouvoir conservateur et déclarent dans leur programme que le temps est venu d’enlever l’éducation des mains du clergé. Le conflit Eglise/Etat avait éclaté et il allait durer, du moins dans sa première période, jusqu’à la Révolution. Au terme de séances parlementaires longues et passionnées, les libéraux réussirent à faire passer quelques réformes importantes dont la sécularisation des biens d’Eglise et la subordination du clergé au gouvernement mais ils durent, en compensation, accepter de rétablir la Compagnie de Jésus dissoute en 1855 et l’autoriser à fonder des collèges qui, cependant, devaient rester sous contrôle national2.

  • 3 Chiffres donnés par J. Vazquez de Knauth, p. 52.

4Jusqu’en 1867, c’est-à-dire jusqu’à la mort de Maximilien, les libéraux se montrèrent partagés entre leur désir fondamental de préserver la liberté de l’enseignement et la crainte que les conservateurs ne l’utilisent à leur profit. A l’Assemblée Constituante de 1856-1857, Ignacio Ramírez défendit avec ardeur les bienfaits d’une liberté sans limite et déclara que l’unique façon de s’imposer au clergé était pour l’Etat de multiplier les écoles publiques et d’améliorer les conditions de vie scolaire. Mais les libéraux comprirent vite que la liberté totale était une utopie et que le gouvernement devait établir son contrôle sur l’éducation. Dans la loi sur l’Instruction Publique du 2 décembre 1867, l’instruction religieuse disparaît des programmes officiels sauf pour les sourds muets ! Et les statistiques faites sur le nombre d’écoles primaires existant au Mexique en 1874 permettent de voir qu’en l’espace de 50 ans, l’éducation est passée des mains de l’Eglise à celles de l’Etat. En effet, des 8103 écoles primaires recensées, 5843 étaient sous contrôle de l’Etat, 117 seulement étaient dirigées par le clergé, les autres étant des établissements privés non confessionnels3.

5Par ailleurs, une nouvelle doctrine voyait officiellement le jour dans la Constitution, celle du laïcisme établi par le décret du 10.12.1874, sous la Présidence de Lerdo de Tejada :

  • 4 DUBLAN Y LOZANO, Legislación mexicana, in Vazquez de Knauth, p. 53.

« L’instruction religieuse et la pratique des cultes quels qu’ils soient, sont interdits dans tous les établissements du pays... Toute infraction sera punie d’une amende de 25 à 200 pesos et, en cas de récidive, les coupables seront destitués »4.

  • 5 SIERRA, Justo, Obras Completas in Vazquez de Knauth, p. 82.
  • 6 Ley de educación primaria para el Distrito y territorios federales. « La educación primaria que imp (...)

6A partir de cette date, le mot « laïque » revient constamment. Il est prononcé au cours du premier congrès de l’Education en 1889-90 où est affirmé le caractère obligatoire, gratuit et laïque de l’enseignement et au cours duquel Justo Sierra précise que « laïque ne veut pas dire antireligieux mais simplement neutre »5. Puis, il est entériné par les différentes lois promulguées en 1891 et 19086. Cependant, au mépris de la loi, la religion catholique continua d’être inculquée aux enfants des écoles privées, freinant par là le processus d’unification du pays et mettant en péril, selon Sierra, la stabilité de la République et de ses institutions.

  • 7 Article 3 de la Constitution du Mexique de 1917 : « La enseñanza es libre pero será laica la que se (...)
  • 8 Articles 3, 5, 27 et 130.
  • 9 Commentaire de Martinez y Herrera, in Vazquez de Knauth, p. 145.

7La Révolution armée mit le conflit Etat/Eglise momentanément entre parenthèses mais, celle-ci terminée, les débats reprirent leur cours à l’Assemblée pour mettre en place une nouvelle Constitution. Deux groupes s’opposèrent : les anciens libéraux soutenus par le Président Carranza, qui prônaient la liberté de l’enseignement, et les révolutionnaires qui, en plus de réaffirmer le caractère gratuit et laïque de l’enseignement primaire, introduisirent dans l’article 3 le contrôle de l’Etat sur toutes les écoles primaires et l’interdiction aux membres des clergés séculier et régulier de créer ou de diriger une école primaire7. L’année suivante, le Président Carranza, en désaccord avec le laïcisme obligatoire décrété dans l’article 3 et voulant éviter une nouvelle montée des tensions, proposa de le réformer dans le sens d’un moindre contrôle de l’Etat mais sa proposition fut rejetée. Le conflit éclata vraiment en 1926 sous la présidence de Calles quand l’épiscopat, soutenu par de nombreux catholiques, entama une campagne pour obtenir la réforme des articles hostiles à l’Eglise8. Il y eut rencontre, longues discussions entre représentants de l’Eglise et représentants du gouvernement dont l’unique compromis fut d’accepter que les crucifix, à l’exclusion de toute autre image sacrée, soient maintenus dans les écoles car on pouvait considérer que « le Christ n’était pas seulement un symbole religieux mais celui de l’amour, de la charité, du pardon, (...) l’image qui a divisé l’Histoire en deux ères »9.

  • 10 Voir Jean Meyer

8Les catholiques, mécontents d’avoir obtenu si peu, amplifièrent leur mouvement de protestation et, en réponse, le gouvernement multiplia les mesures de répression : il décida d’abord de fermer toutes les écoles privées puis, au risque d’ensanglanter plus encore les campagnes ravagées depuis deux ans déjà par la guerre des Cristeros10, il rejeta en 1928 une proposition de réforme de l’article 3 présentée par les catholiques et accompagnée de deux millions de signatures, qui demandait :

  1. que l’enseignement donné dans les écoles privées soit libre ;

  2. que les établissements publics soient autorisés à donner un cours d’instruction religieuse si les parents d’élèves le souhaitent mais sans que l’assistance à ce cours soit obligatoire.

  • 11 L’article 3 de la Constitution de 1917 ne prévoyait que l’interdiction de créer ou de diriger une é (...)

9Et non seulement le Ministre de l’Education, Narciso Bassols, rejeta-t-il la proposition mais, durcissant sa position, il décida d’étendre la laïcité aux établissements secondaires. Puis, en 1932, il déclara que la religion était un obstacle à l’Unité Nationale et fit inscrire dans le Nouveau Règlement des écoles primaires privées l’interdiction aux membres du clergé et des communautés religieuses d’enseigner11.

10Un nouveau pas fut franchi lors de la préparation du programme de gouvernement du général Lázaro Cárdenas pour 1934-1940 lorsque la délégation de Veracruz proposa de pousser plus avant le contrôle idéologique de l’Etat sur l’Ecole en implantant « l’enseignement antireligieux ». Une telle définition avait pour ses défenseurs le mérite d’exprimer clairement les positions du gouvernement vis-à-vis de l’Eglise et de dépasser le laïcisme dont le caractère neutre et abstentionniste permettait aux écoles privées de continuer à dispenser à leurs élèves un enseignement religieux :

  • 12 AGUILLON GUZMAN, Miguel, La enseñanza antirreligiosa en Mexico, ed. Antorcha, Xalapa, Veracruz, 193 (...)

«La enseñanza debe ser, por tanto, antirreligiosa, no laica. Debe discutir punto por punto las afirmaciones dogmáticas, reveladas o científicas, para ponernos en contacto con la realidad, cuyo conocimiento anhelamos»12.

11Les délégués de Veracruz abandonnèrent finalement le mot « antireligieux », jugé trop provocant, et se rallièrent à la majorité qui proposait le terme d’enseignement « socialiste » qui avait déjà été prononcé plusieurs fois par Calles mais n’était pas encore inscrit dans la Constitution. Les débats furent houleux à la Chambre des Députés, chacun ayant sa propre définition du socialisme et l’article 3, dans sa nouvelle version, vut votée le 13 décembre 1934 par 36 voix contre 10. Il mettait en évidence les points suivants :

  • Le terme éducation laïque est supprimé. L’éducation primaire est obligatoire, gratuite, socialiste ; elle est impartie par l’Etat.

  • L’Education doit donner aux enfants une conception rationnelle de l’univers.

  • L’Education doit être confiée à des personnes ayant suivi une formation conforme à l’idéologie de la réforme.

  • Les prêtres et les religieux ne pourront intervenir dans le domaine de l’éducation, de quelque façon que ce soit.

  • 13 «La educación primaria será obligatoria y el Estado la impartirá gratuitamente.
    La educación que imp
    (...)

12Narciso Bassols avait démissionné en mai de son poste de Secrétaire à l’Education pensant que son départ aiderait les esprits à se calmer. Mais l’article 3 réformé est bien l’aboutissement de son travail au gouvernement. Bassols est présent moralement dans cet article s’il a disparu physiquement de la scène politique13.

  • 14 La educación tendrá como principal finalidad la formación de hombres armónicamente desarrollados en (...)

13Cette réforme marque le sommet du conflit qui opposa l’Etat mexicain et l’Eglise pendant la présidence de Calles. Le gouvernement de Cárdenas qui avait repris avec la même conviction que son prédécesseur le flambeau de l’Education Socialiste dut mettre une sourdine à ses déclarations virulentes devant la montée des tensions mondiales. La loi organique de l’Education, promulguée en 1939, exprime ce changement : elle maintient le monopole de l’Etat sur l’Education mais autorise les écoles privées à collaborer avec l’Etat dans cette tâche. Après des années d’un conflit à la limite parfois de la guerre civile, les défenseurs de l’Education Socialiste sacrifiaient leur conception de l’Ecole à l’Unité de la Patrie. Pour ramener la paix sociale dans le pays, menacée par les conflits internes et externes, le gouvernement enterrait la hache de la guerre scolaire en supprimant dans la nouvelle loi les termes de « lutte des classes », d’« impérialisme » et de « lutte contre le fanatisme » et en demandant à ses enseignants de bâtir une société « plus humaine et plus juste »14.

  • 15 Ovide DECROLY, Belgique, 1871-1932. Sa pédagogie est basée sur l’observation et sur l’intérêt que p (...)
  • 16 Maria MONTESSORI, Italie, 1870-1952. Sa méthode dorme une grande importance au cadre scolaire. Elle (...)
  • 17 John DEWEY, Etats Unis, 1859-1952. Principe éducatif de « All learning by doing ».
  • 18 Pour l’Ecole Active : Les moteurs de l’éducation sont l’observation et l’expérience. Le travail man (...)
  • 19 Voir Pere SOLA, Las escuelas racionalistas en Cataluña, 1909-1939, Tusquets editor, Barcelona, 1967 (...)
  • 20 José de LUZ MENA, La escuela socialista, su desorientación y fracaso. El verdadero derrotero, Méxic (...)
  • 21 Idem, p. 252-253.

14Mais d’où venait cette idée d’Education Socialiste et sur quels modèles étrangers s’appuyait-elle pour se définir ? Il est facile de retrouver dans les idées qui circulent au Mexique après la Révolution le reflet des méthodes d’éducation européennes ou américaines en vogue. Bien que les noms de ces pédagogues ne soient pas toujours prononcés, les méthodes Decroly15 et Montessori16 semblent être connues des éducateurs mexicains de même que le système éducatif de l’Américain John Dewey17 basé sur la formule « Apprendre en faisant », très critiquée au Mexique par certains parmi lesquels se trouvait Vasconcelos qui lui reprochait de ne pas faire assez de place à l’intelligence rationnelle de l’enfant et de s’adresser seulement à la population marginale du pays dans le seul but de la dresser à produire et à contribuer au développement industriel national. La méthode de Dewey fut pratiquée au Mexique par les enseignants de l’Ecole Active – Escuela de la Acción18 -dont les méthodes et les finalités furent présentées publiquement en 1923 et surtout par les créateurs de l’Ecole Rationaliste Mexicaine, fille de l’Ecole Moderne fondée au début du XXe en Catalogne par Francisco Ferrer19. Dans les débats parlementaires, les représentants de l’Ecole Rationaliste dont les premières déclarations remontent à 1917, étaient aux côtés du groupe révolutionnaire contre les catholiques libéraux pour demander que soit donné dans les établissements publics un enseignement exclusivement laïque, la religion étant, selon leurs propres termes, « une fable saturée d’abstractions et d’erreurs »20 et la morale religieuse ne formant que « des citoyens du ciel alors que la République avait besoin d’hommes pratiques, d’hommes libres et forts comme savait les former l’Ecole Rationaliste »21.

15Le programme de l’Ecole Rationaliste reposait sur quatre piliers :

  • Le refus du fanatisme et, par conséquent, de tout dogme qu’il soit politique ou religieux.

  • L’amour de la Patrie, une patrie faite de citoyens libres exploitant les richesses nationales pour le bien du pays et celui du reste du monde.

  • La Science en tant que base de l’économie.

  • La solidarité comme fondement de la morale.

16Pour réaliser ce programme, l’Ecole Rationaliste proposait différentes activités liées au monde agricole et industriel et, d’abord et avant tout, à la vie familiale et sociale. Ainsi, disait-elle, toute grande invention avait son origine dans les jeux pratiqués dans l’enfance ; par exemple jouer à la dînette et à la poupée devait apprendre aux femmes à se libérer des dogmes et préjugés religieux qui l’enchaînaient à la tradition...

17En 1938, l’Ecole Rationaliste demanda à être intégrée dans le Nouveau Plan Gouvernemental et se battit plusieurs années durant pour que seul apparaisse dans la Constitution le terme « rationaliste ». Elle s’en explique dans une lettre adressée en 1933 à la Chambre des Députés et selon laquelle il fallait rejeter tous les qualificatifs jusqu’à présent utilisés ou même seulement envisagés pour l’Education :

  • L’Ecole Prolétaire parce qu’elle ne pensait qu’à la lutte des classes.

  • L’Ecole Socialiste qui ne pensait qu’à la question scolaire.

  • L’Ecole de la Révolution car elle ne songeait qu’à détruire.

  • L’Ecole Affirmative car elle ne pensait qu’aux vérités scientifiques et écartait les questions sociales.

  • L’Ecole Antireligieuse ou Anticléricale parce qu’elle ne s’intéressait qu’au problème religieux.

  • L’Ecole Active qui considérait que tout n’était qu’un problème pédagogique.

  • L’Ecole Mexicaine qui ne s’intéressait qu’à la sauvegarde de l’esprit de la race.

18Toutes ces écoles ne voyaient qu’un seul aspect de la question éducative alors que l’Ecole Rationaliste avait le mérite de les envisager tous.

  • 22 « La educación que imparta el Estado será socialista, y además de excluir toda doctrina religiosa, (...)

19Après une longue discussion à la Chambre, le terme « rationnel » fut finalement introduit dans l’article 3 réformé du 10 octobre 193422 et repris fréquemment dans les mois qui suivirent par les responsables de l’Education. Cependant, on observe que l’impatience grandit vite au sein du corps enseignant rationaliste qui ne ménagea pas longtemps ses critiques à une Education Socialiste jugée trop faible, trop molle, trop indécise face à ses adversaires. Les propros tenus en 1941 par le fondateur de l’Ecole Rationaliste au Mexique, José de la Luz Mena, dans son livre bilan de l’expérience socialiste, reflètent bien la déception de leur auteur :

  • 23 José de la LUZ MENA, op. cit., p. 326.

«Demostramos que a pesar de las palmaditas a la espalda de los niños pobres, el uso del overol, el homenaje a la bandera rojinegra y el canto de la Internacional, la escuela continúa siendo Confesional Religiosa en su aspecto sectaristay por tanto domesticadora de la niñez»23.

20Face au feu des critiques, voyons à présent pour mieux comprendre les échecs et les succès des décrets lois successifs, quels moyens ont mis les gouvernements de Calles et de Cárdenas au service de leur politique éducative et à quelles difficultés ils se sont heurtés en voulant l’appliquer.

  • 24 Lebudgetdel’Educationpendantlesannéesl922-1923areprésentél5 % du budget national ; pendant la Prési (...)

21Côté budget, il faut remarquer en premier lieu que l’Education a été prioritaire dans les budgets nationaux à partir du Ministère de Vasconcelos en 1921 jusqu’à la fin de la Présidence de Cárdenas en 1940, les sommes allouées représentant entre 7 et 18 % du budget total de l’Etat24.

  • 25 Luis CHAVEZ OROZCO, Historia Patria, 1934-35. Jorge CASTRO CANCIO, Historia Patria, 1935.
  • 26 Gabriel LUCIO, Simiente, 1934 et 1935 Ν° 1, 92 p. ; Ν° 2 104 p. ; Ν° 3, 151 p. ; N° 4, 134 p.
  • 27 Parmi les livres à plus fort tirage, on relève : Detalles de la Educación Socialista implantable en (...)

22L’octroi d’un tel budget avait évidemment pour but de propager l’idéologie officielle en permettant la création d’écoles primaires et de postes d’enseignants, notamment dans les campagnes, et la diffusion, par le biais d’une imprimerie nationale, les éditions de la SEP – Secretaría de Educación Pública –, des livres pour les élèves et pour les maîtres. A partir de 1934, commencèrent à apparaître des livres de textes conformes à l’idéologie de l’article 3 réformé : Historia Patria25 pour les écoles urbaines et Simiente26 pour les écoles rurales. Les textes de lecture portaient sur les héros de l’Histoire mexicaine, la vie à la campagne et à la ville, la lutte entre les classes sociales, le syndicat, la grève, le système coopératif. Un gros effort éditorial fut entrepris par le gouvernement de 1936 à 1940 et 3 420 000 exemplaires de Simiente furent distribués gratuitement par la SEP aux écoliers des quatre premiers niveaux du primaire. Par ailleurs, la SEP édita plusieurs livres et revues27 destinés à aider les maîtres de l’école rurale dans leur tâche, entre autres la revue pédagogique El Maestro Rural, distribué dans les campagnes de mars 1932 à août 1940, avec un tirage qui atteignit 20 000 exemplaires.

  • 28 « El tío Chema » Simiente 2, p. 80-82.

23Le thème religieux, s’il occupe une grande place dans la revue El Maestro Rural – nous le verrons plus tard –, en occupe une minime par le nombre de textes qui lui sont consacrés dans la collection Simiente. Le livre du niveau 1 n’en comporte aucun et ceux des niveaux 2, 3 et 4, mises à part quelques allusions rapides concernant l’attitude de héros nationaux comme Juárez ou Zapata vis-à-vis de l’Eglise, ou quelques phrases lapidaires dénonçant l’emprise du clergé sur le peuple mexicain, n’offrent qu’un seul texte entièrement consacré à la religion à chaque niveau. Tous les autres textes – une cinquantaine par livre – semblent avoir pour priorité d’ancrer dans les jeunes esprits l’importance de l’instruction, du travail en équipe, de la Réforme agraire, du sens de la Patrie. Les auteurs voulaient sans doute par cette quasi-absence de références à la religion l’effacer des consciences et remplacer les croyances anciennes par les notions socialistes de travail collectif, de solidarité et de santé. Plus de passivité, plus de résignation pour le travailleur issu de la Révolution mais une activité tous azimuts, un esprit rationnel, de la bonne humeur et de l’optimisme en toutes circonstances. Dans Simiente 2, par exemple, le texte « El tío Chema »28 proposé aux enfants, est extrêmement clair. Une vignette en haut de la page, au-dessus du titre, montre deux hommes : le premier, à gauche – el tío Chema –, propre, vigoureux, dessiné sur fond clair, est en train de labourer son champ tandis que le soleil se lève – ou se couche – à l’horizon, indiquant par là que les journées du bon travailleur sont longues et laborieuses et vont du lever au coucher du soleil. Le deuxième, à droite – don Luis Martínez – est à genoux, les bras en croix en train de prier devant un autel, dans l’obscurité d’une église. Ses vêtements sont rapiécés. Le texte, d’une page et demie, est destiné à montrer aux enfants la différence entre le paysan actif, entreprenant qui, grâce à son travail, vit dans une jolie maison, obtient de bonnes récoltes, envoie ses enfants à l’école pour qu’ils soient instruits et, à l’opposé, les conditions de vie misérables de la famille de don Luis qui perd son temps à aller à l’église et gaspille son argent en cierges. Moralité de l’histoire : la religion est une perte de temps, elle détourne du travail, enlève tout sens des responsabilités ; elle engendre passivité, crédulité, dépendance, misère.

  • 29 « Supersticiones » Simiente 3, p. 83-85.
  • 30 idem, p. 85.

24Dans les manuels 3 et 4, l’auteur s’attaque aux méfaits de la superstition qui atteint surtout le monde rural. Le protagoniste du texte « Supersticiones »29 est un enfant, Pedrito, dont les connaissances acquises à l’école vont être opposées à la prétendue expérience d’un ancien du village. L’enfant sert ici d’intermédiaire entre l’école et la communauté, il répète ce que lui a enseigné le maître et c’est lui qui emporte la conviction générale. Les écoliers qui lisent le texte s’identifient naturellement à leur petit camarade et doivent comprendre à leur tour que « seuls les ignorants sont supersitieux »30 et que le hululement d’une chouette n’est pas de mauvais augure.

  • 31 « El mozo embrujado », Simiente 4, p. 75-76.

25Un texte de Simiente 4 « El mozo embrujado »31, a également pour thème les superstitions. Il s’agit ici d’un jeune homme qui, au dire du village, a été ensorcelé. Le maître intervient, contre l’avis de tous, et obtient finalement que le jeune homme soit conduit chez le médecin. Il ne s’agissait que d’une crise de paludisme dont quinze jours plus tard le jeune homme est guéri : la science l’a emporté sur l’ignorance.

  • 32 « Los sacerdotes católicos, animados de insaciables ambiciones, también se hicieron dueños de vastí (...)

26En outre, l’écolier ayant grandi, il lui est proposé, dans le livre 4, plusieurs développements sur le rôle qu’a joué l’Eglise dans l’Histoire du Mexique. On ne se contente plus de lui dire que la religion ne sert à rien mais on fait appel à présent à sa faculté de comprendre et de raisonner. Ainsi lui est-il expliqué longuement dans deux textes différents quelles étaient les classes dominantes pendant la colonie et comment les prêtres se sont approprié des terres et y ont fait travailler la main d’œuvre indigène après lui avoir imposé la religion catholique32.

  • 33 « Las campanas », Simiente 4, p. 127-130.

27Dans un autre texte intitulé « Las campanas »33, les prêtres sont également présentés comme étant au service des riches et des puissants. Le mécanisme de l’exploitation des indigènes par la domination religieuse y est démonté de façon très simple et manichéenne à travers le dialogue de deux cloches d’église symboliquement baptisées « la Cruz » – celle qui n’a aucune conscience de l’emprise de la religion sur la société - et « La Argentina », qui commence à comprendre le message révolutionnaire apporté par le vent. Celle-ci explique à la première qu’elle a pu observer, par exemple, que les prêtres prêchent la résignation, promettent le bonheur dans l’au-delà pour que les paysans travaillent ici-bas, supportent les injustices sans broncher et n’aient pas l’idée de participer aux luttes sociales. « La Argentina » a pu constater également que les gens sont de moins en moins nombreux à se rendre à l’église et qu’en particulier, aucun enfant ou presque, n’y va plus, la croyance en la religion étant progressivement remplacée par la Foi dans les conquêtes de la Science. Elle explique enfin à « la Cruz » le sort enviable qui les attend :

  • 34 « Las campanas », Simiente 4, p. 129.

« On nous emmènera dans une école, une école rurale peut-être et nous appellerons les enfants au travail ; je carillonnerai alors avec joie ; quant à l’église où nous sommes, elle sera transformée en bibliothèque et les travailleurs viendront s’y instruire »34.

  • 35 « Muxupip », Simiente 4, p. 110.
  • 36 « Muxupip », p. 112.

28Enfin, un autre texte « Muxupip »35 montre le changement survenu dans un village après la Révolution quand les femmes ont décidé de fermer les cafés et de vivre sans curé en ne pratiquant que la seule vraie religion : celle de ne pas faire aux autres ce qu’on ne voudrait pas qu’ils vous fassent. « Et depuis – conclut le texte – tout le monde vit parfaitement heureux »36. Il est amusant de signaler au passage que dans ce tableau idyllique, ceux qui ne seraient pas contents et refuseraient d’obéir se verraient infliger des amendes.

29Au total donc, très peu de textes consacrés à l’Eglise et à la question religieuse. La religion qui occupe tant de place dans les débats politiques sur l’éducation, est comme gommée des manuels scolaires comme s’il n’était plus temps de détruire mais que le temps était venu de construire la société sur des bases nouvelles, en la tournant vers le futur, un futur où la religion n’aurait plus de raison d’exister. Pourtant, même si la religion est rarement mentionnée dans les manuels, son poids se fait encore sentir. Il suffit de voir quels mots, quelles formules utilise l’auteur, le professeur Gabriel Lucio, enseignant et sous-secrétaire à la S.E.P. pour faire passer son message socialiste et révolutionnaire. Dieu, la Vierge et les saints sont effectivement absents des manuels Simiente mais les héros nationaux occupent leur place. Hidalgo semble être le substitut de Dieu le Père et le portrait qui est fait de lui dans Simiente 3 a des résonnances très chrétiennes :

  • 37 « El Padre Hidalgo », Simiente 3, p. 14-15.

«Es el Padre. El que sembró en tierra agradecida, semillas eternas (...) y cuando llamó a la misa más bella que se ha dicho en México, su corazón y su cerebro repicaron a gloria.
– Tomen todo esto, hijitos, porque es suyo – dijo cuando fue tomada la Alhóndiga de Granaditas
»37.

30Le vocabulaire, le récit, tout respire ici l’Evangile et l’on sent affleurer derrière le thème patriotique la parabole du semeur, la croyance en l’éternité et le souvenir de la Cène. La mort même du père de la Patrie est un modèle évangélique, une leçon de pardon exemplaire :

  • 38 « Los falsos orientadores », Simiente 3, p. 124.

« Et le matin même où à Chihuahua, il fut mis devant le peloton d’exécution, il demanda à retourner dans sa cellule ; il y prit des bonbons qui étaient sous son oreiller pour les donner aux soldats qui allaient le fusiller »38.

  • 39 Idem, p. 126.

31Dans le même registre, l’« apôtre Emiliano Zapata se sacrifie » sur l’autel de la Patrie. En lui « palpite l’élan rédempteur » et, comme le Christ, il est « trahi et lâchement assassiné »39.

  • 40 El Maestro Rural : publication bimensuelle de mars 1932 à fin 1936 ; mensuelle de 1937 à octobre 19 (...)
  • 41 idem, p. 125.
  • 42 « La voz del maestro. La historia natural, la historiapatriay el civismo contra el fanatismo » por (...)
  • 43 Idem.

32Si l’auteur de Simiente évitait de parler aux écoliers du primaire des abus de l’Eglise et des méfaits de la religion et préférait insister sur les activités coopératives et syndicales, seules capables de procurer le bonheur ici-bas, la revue pédagogique El Maestro Rural adoptait une démarche tout à fait opposée40. Véhicule principal auprès des maîtres de l’idéologie socialiste, elle apportait aux maîtres des écoles rurales des informations sur les événements nationaux ou mondiaux, sur les nouvelles orientations éducatives et sociales. Elle leur suggérait des activités à pratiquer tant au sein de l’école que dans le village tout entier, leur donnait des conseils, leur proposait les expériences d’autres collègues, les aidait à promouvoir la santé, l’instruction, la culture et les loisirs. La revue, d’une quarantaine de pages, reliait le maître isolé dans sa petite école, au reste du pays, elle le faisait participer à l’œuvre de reconstruction nationale. Les deux sujets principaux qui reviennent comme une toile de fond constante dans la revue sont l’apprentissage du socialisme et la lutte contre le fanatisme à travers des articles de fond et des activités variées. Les auteurs des articles sont des personnalités connues, qu’il s’agisse du Secrétaire à l’Education ou de tout autre responsable politique, ou des inconnus, des maîtres d’école qui racontent à leurs collègues une de leurs expériences. Tous cherchent à convaincre mais en expliquant, en argumentant, en exposant longuement les problèmes et les solutions possibles à apporter. Prenons, par exemple, le thème qui est au cœur de la revue, la lutte contre le fanatisme, et voyons comment il est abordé et traité. Dès les premiers numéros est évoquée, sans fard, l’origine principale du problème, c’est-à-dire les convictions du maître lui-même. El Maestro Rural41 n’essaie pas de cacher la réalité, de faire croire que dans un élan unanime et miraculeux, tous les maîtres se sont convertis au socialisme et prêchent le rejet de la religion. Au contraire, la revue a la sagesse de s’attaquer à la racine du mal. Elle sait que 90 % des maîtres, hommes et femmes, continuent d’assister ostensiblement ou en privé aux offices religieux et propagent les superstitions aux côtés des prêtres. Comment, dans ces conditions, souligne l’auteur d’un article, les paysans pourraient-ils cesser de croire que « si l’on ne va pas à la messe, si l’on ne se confesse pas, on ira brûler en enfer ; que tout ce qui arrive est dû à la Volonté divine (...) ; que les phénomènes naturels comme les tremblements de terre, les tempêtes, les guerres, les épidémies sont des châtiments de Dieu et qu’il est nécessaire de prier, d’assister à la messe et de donner de l’argent au curé pour plaire à Dieu »42. Il est même des institutrices, ajoute l’auteur, qui conseillent d’implorer les saints en cas de maladie au lieu d’envoyer consulter le médecin. Ce réquisitoire violent contre les maîtres fanatiques est suivi d’une série de conseils engageant le maître rural « à s’abstenir de pratiquer la religion quelle qu’elle soit »43, l’incitant à montrer aux paysans que les actes de sorcellerie, les envoûtements, les miracles ne sont que supercheries et qu’ils ne commettent aucun sacrilège s’ils cessent d’y croire. En conclusion, le maître catholique est engagé non pas à se débarrasser de ses convictions mais à ne pas en faire étalage, à faire passer son devoir de citoyen avant son devoir de croyant et à étudier attentivement l’Histoire nationale :

  • 44 Idem, p. 14.

«Recorre la Historia Nacional, compenétrate de ella, glosa la labor funesta y obstruccionista, retrógada y reaccionaria, inhumana y cruel, que ha desarrollado hasta nuestros días el Clero ; y te convencerás que el obstáculo infranqueable para la marcha del carro del Progreso, de la Fuerza, del Respeto, de la Civilización, de nuestra querida patria, sangrante, adolorida y amenazada, es el Fanatismo Católico. Deslígate de los «Ciudadanos del Retroceso», que es sinónimo de clericalismo, reacción, traición a la Patria»44.

  • 45 « Orientación Socialista », El Maestro Rural, 1-8-1935, p. 24.
  • 46 Profesor José SANTOS VALDES, « Como nació en el hombre el sentimiento religioso », El Maestro Rural (...)
  • 47 Emilio PORTES GIL, « La lucha secular de la Iglesia contra el Estado en México », El Maestro Rural, (...)
  • 48 Idem, p. 7.

33Pour convertir le maître catholique à l’idéologie socialiste et, à travers lui, éduquer les enfants, el Maestro Rural utilise alternativement les armes de la tolérance et de la persuasion et celles de l’éloquence passionnée et de la réprimande à l’égard de ceux qui retardent ou empêchent le processus de « défanatisation » des consciences. L’Ecole Socialiste « comprend que la religion est un phénomène produit par les conditions économiques dans lesquelles ont vécu des générations et par l’éducation qu’elles ont reçue ; elle comprend que la religion, enracinée en eux, ne peut en être arrachée par la violence. Elle essaie donc de démonter de façon objective, au moyen de la persuasion, par le procédé scientifique de la démonstration, chacun des phénomènes naturels ou sociaux qui se présentent aux yeux des enfants »45. Des articles de fond, longs et argumentés, s’emploient à expliquer comment est né chez l’homme le sentiment religieux et comment la Science et l’observation de la nature peuvent l’en libérer46. Un article présente les dernières pages d’une étude historique faite par le Procureur Général de la République, Emilio Portes Gil, sur les relations entre l’Eglise et l’Etat47, sur l’action des Pouvoirs Publics pour réduire le rôle du clergé et conclut que le gouvernement a le droit et le devoir d’exiger de l’Eglise « qu’elle se soumette entièrement aux lois en vigueur »48.

  • 49 Profesor Adolfo VELASCO, « Cuestiones relacionadas con la Educación », El Maestro Rural, 15-4-1934, (...)
  • 50 Idem, p. 14.

34Il est souvent répété également que le temps est venu d’en finir avec l’école laïque, cette école qui fut tellement combattue autrefois par le clergé et dont il rêve aujourd’hui : cette école « incolore, anodine »49 qui laisse se répandre les idées fausses engendrées par le fanatisme et la superstition et se perpétuer les inégalités sociales et l’individualisme au lieu d’enseigner comme le fait l’école socialiste, l’égalité et la fraternité et de bâtir une société où « bonheur et bien-être soient le lot de la majorité au lieu d’être réservés à une minorité »50.

  • 51 Profesor Pedro LOREDO ORTEGA, « La escuela frente a nuestros grandes problemas sociales », El Maest (...)
  • 52 Profesor José TERAN TOVAR, « Primera actitud del maestro rural », El Maestro Rural, 1-3-1935, p. 15

35Mais comment prendre la place traditionnellement occupée par l’Eglise ? Selon les instructions données par l’Ecole Socialiste, l’étude de l’histoire de l’humanité et des traditions culturelles de la nation doit remplacer les cours d’Histoire Sainte et l’observation des phénomènes de la nature, l’assistance aux offices religieux. Le foyer, déserté par les familles fanatiques, redevient, à égalité avec l’école, un centre vital pour l’enfant, un lieu d’apprentissage de la responsabilité du citoyen au sein de la société. Les conférences faites par le maître aux adultes du village sur des sujets divers touchant à l’hygiène, au travail collectif, à l’amélioration des cultures, doivent remplacer avec profit les sermons des curés et la prise de conscience de l’importance d’être utiles et heureux ici-bas vient remplacer la croyance lénifiante en un au-delà meilleur51. El Maestro Rural indique au maître quelles doivent être ses relations avec les différentes personnalités du village. Ainsi lui est-il recommandé d’avoir des relations amicales avec le juge et avec le chef des agraristas mais un comportement correct, sans plus, avec les commerçants. Par contre, il lui est recommandé d’éviter absolument le curé et le patron du café, de les empêcher d’entrer dans l’école et de ne même pas parler d’eux à l’école dans les premiers jours de son arrivée. Par la suite, il pourra les attaquer sans pitité dès que l’organisation du village aura été mise en place et que l’école sera entrée en action52.

  • 53 Adolfo MELO FLORES, « Del fanatismo al convencimiento », El Maestro Rural, 15-11-1935, p. 29-30.

36Les récits des expériences vécues par les maîtres des écoles rurales, les suggestions d’activités portant sur la lecture, l’arithmétique, les travaux agricoles ou la santé, des poèmes, des chansons, de courtes pièces de théâtre écrites par des dramaturges professionnels ou par de simples enseignants, servent également à la formation et à l’édification du maître rural. La brève comédie d’une page et demie Del fanatismo al convencimiento53, en est un modèle exemplaire. La pièce, qui a pour seul but de convaincre ses lecteurs en un temps minumum, raconte en trois scènes l’histoire d’un maître d’école rurale qui a été nommé à ce poste grâce à la recommandation du curé à condition d’apprendre aux enfants de l’école à prier. Après avoir rencontré un jeune leader socialiste, Emilio Hernández, le maître prend conscience de 1’importance de son rôle, réfléchit sur la façon injuste dont il traite ses élèves et sur leurs réactions à son égard – aucun n’est retourné en classe après qu’il ait brutalisé l’un d’eux – et tire la conclusion suivante :

  • 54 Idem, p. 30.

«Ahora comprendo que el clero y los ricos nunca se han preocupado por sacar a los humildes de la ignorancia y el fanatismo. Ahora comprendo por qué las autoridades, tanto de Educación como del Gobierno, pugnan por establecer la Educación Socialista (...) Procuraré instruirme para luchar en beneficio de los pobres. De hoy en adelante tendrán en mí a un convencido más»54.

37Sur le modèle de ce jeune maître plein de bonne volonté et de naïveté qui, une fois convaincu des bienfaits de la nouvelle pédagogie « nature, travail, société, patrie », va devenir un nouveau porte-parole de l’éducation socialiste, les maîtres de l’école rurale sont considérés par le gouvernement comme les nouveaux missionnaires des temps socialistes. Les mots de mission, missionnaire, sont souvent employés dans les textes en prose et les poèmes écrits à la gloire de ces maîtres qui quittent tout, ville, parents, amis pour aller au fin fond des campagnes répandre la bonne parole socialiste. Il est intéressant de s’arrêter sur un de ces poèmes intitulé Los misioneros pour remarquer à quel point le vocabulaire et les formules employés mêlent avec une totale spontanéité la terminologie chrétienne, les références aux Pères missionnaires de l’époque coloniale, Bartolomé de las Casas et Pedro de Gante et la phraséologie révolutionnaire :

  • 55 José G. ALCARAZ, Los misioneros, El Maestro Rural, 1-9-1932, p. 10.

« Hoy que se canta el himno de la gleba
y el Socialismo esfaro que hacia el ideal os lleva seguros de vencer,
los pueblos hacen rito de nuevas religiones
oficiando sobre el ara de las revoluciones
que van a florecer.
Si curaron heridas los Misioneros clásicos (...)
vosotros sois los nuevos taumaturgos videntes
que traéis Evangelios que hablan a las gentes
de una Patria mejor
 »55.

  • 56 «Protesta por los asesinatos de maestros rurales», El Maestro Rural, 15-2-1935, p. 8.
  • 57 Profesor José SANTOS VALDES, « Cómo nació en el hombre el sentimiento religioso », El Maestro Rural (...)

38Moulés par leur éducation dans une conception religieuse de l’être humain, les nouveaux éducateurs ne pouvaient engendrer à leur tour qu’une société à résonance chrétienne. Les débats parlementaires voulaient mettre l’Eglise et la religion hors du système éducatif mais le pouvoir religieux a continué de peser de tout son poids sur les esprits et de lui transmettre, revues et corrigées par les théories socialistes, les anciennes valeurs chrétiennes du sacrifice et de la fraternité. L’école ne voulait plus être la fille préférée de l’Eglise mais elle le devint du syndicat et de la Coopérative qui prirent la place laissée vacante par l’Eglise. L’Ecole Socialiste se donna pour mission de former de bons citoyens sur terre comme l’Eglise cherchait à faire de bons chrétiens pour le Ciel. Toutes deux prônaient la fraternité mais les chrétiens se disaient frères dans le Christ tandis que les socialistes mexicains l’étaient dans le travail et pour la Patrie. Toutes deux exaltaient la notion de sacrifice mais le sang des chrétiens conduisait à la rédemption et à la vie éternelle, le sang des maîtres socialistes était versé pour le salut de l’humanité et la vie des travailleurs ici-bas56. Bref, pour l’Ecole Socialiste, Dieu n’avait plus de raison d’exister après le passage de la Révolution. Né de l’ignorance et de la peur des hommes, Dieu était un mensonge universel qui pouvait être détruit par les hommes de la même façon qu’il avait été construit par eux57. Exclue de l’Ecole par les Socialistes, exclue des manuels scolaires, l’Eglise restait au coeur des débats parlementaires et des articles pédagogiques mais pour mieux être condamnée et éliminée. Mais, quand vers le milieu de la Présidence de Cárdenas, la menace de la guerre vint à peser sur le Mexique, le débat se déplaça vers la situation mondiale. La chasse aux croyances religieuses et aux superstitions disparut alors de la scène politique pour laisser la place à l’exaltation du sens civique. L’ennemi Ν° 1 n’était plus le clergé national mais les envahisseurs de l’Europe Hitler et Mussolini :

  • 58 Aurelano ESQUIVEL CASAS, « Problemas del maestro rural », El Maestro Rural, junio 1939, p. 14.

«A nosotros jamás nos convencerán ni Hitler ni Mussolini. Maestros de México, ya que no podemos empuñar la bandera de la paz, levantemos la de la verdad y con ella, ypor ella, demostremos nuestra simpatía, cordial y profunda, por los pueblos víctimas de la opresión (...) En cuanto al civismo, (...) que esté no en los libros ni en los programas, ni en las enseñanzas verbales del maestro, sino metido, palpitante y vivo, en la vida de la escuela»58.

  • 59 José I. NOVELO, Por una política de educación nacional mexicana (1940), in Vázquez de Knauth, p. 19 (...)

39La politique de l’Ecole mexicaine ne se déclarait plus dès lors seulement et farouchement socialiste, elle devenait simplement mexicaniste59.

Bibliographie

Bibliographie sommaire

AGUILON GUZMAN, Miguel, La enseñanza antirreligiosa en México, ed. Antorcha, Xalapa, Veracruz, 1934.

BRITTON, John Α., Educación y radicalismo en México, T.I. « Los años de Bassols », S.E.P., Setentas N° 287, México DF. 1976, 162 p.

LUZ MENA (de la) José, La escuela socialista. Su desorientación y fracaso. El verdadero derrotero, Mexico DF, 1941, 401 p.

MONROY HUITRON, Guadalupe, Política educativa de la Revolución (1910-1940) Sep Setentas N° 203, México DF, 1975, 175 p.

SOLANA Fernando,... Historia de la educación pública en México 2 T.FCE SEP 80, México, 1982, 642 p.

VAZQUEZ DE KNAUTH, Josefina, Nacionalismo y educación en México, El Colegio de México, México DF, 1970, 291 p.

LUCIO Gabriel, Simiente
niveaux 1-2-4, ed. Patria, México, 1934
niveau 3, SEP, México, 1935.

Notes

1 « En todas los pueblos de la Monarquía se establecerán escuelas deprimeras letras, en las que se enseñará a los niños a leer, escribir y contar y el catecismo de la religion católica que comprenderá también una breve exposición de las obligaciones civiles » TENA RAMIREZ, Felipe, Leyes fundamentales de México, in Vazquez de Knauth p. 22.

2 Décret de 1853.

3 Chiffres donnés par J. Vazquez de Knauth, p. 52.

4 DUBLAN Y LOZANO, Legislación mexicana, in Vazquez de Knauth, p. 53.

5 SIERRA, Justo, Obras Completas in Vazquez de Knauth, p. 82.

6 Ley de educación primaria para el Distrito y territorios federales. « La educación primaria que imparta el Ejecutivo de la Unión será nacional, esto es, se propondrá que en todos los educandos se desarrolle el amor a la patria mexicana y a sus instituciones..., será integral... ; será laica o lo que es lo mismo, neutral respecto a todas las creencias religiosas, y se abstendrá en consecuencia de enseñar o atacar ningunade ellas ; será además gratuita ». J. Sierra, Obras Completas, in Vazquez de Knauth, p. 87.

7 Article 3 de la Constitution du Mexique de 1917 : « La enseñanza es libre pero será laica la que se dé en los establecimientos oficiales de educación. Ninguna corporación religiosa ni ministro de ningún culto podrá establecer o dirigir escuelas de instrucción primaria. Las escuelas primariasparticulares sólopodrán establecerse sujetándose a la vigilancia oficial. En los establecimientos oficiales se impatirá gratuitamente la enseñanza primaria ».

8 Articles 3, 5, 27 et 130.

9 Commentaire de Martinez y Herrera, in Vazquez de Knauth, p. 145.

10 Voir Jean Meyer

11 L’article 3 de la Constitution de 1917 ne prévoyait que l’interdiction de créer ou de diriger une école.

12 AGUILLON GUZMAN, Miguel, La enseñanza antirreligiosa en Mexico, ed. Antorcha, Xalapa, Veracruz, 1934.

13 «La educación primaria será obligatoria y el Estado la impartirá gratuitamente.
La educación que imparta el Estado será socialista y además de excluir toda doctrina religiosa combatirá el fanatismo y los prejuicios, para lo cual la escuela organizará sus enseñanzas y actividades en forma que permitan crear en la juventud un concepto racional y exacto del universo.
Las actividades y enseñanzas de los planteles particulares deberán ajustarse sin excepción alguna, a las disposiciones legales y estatales a cargo de personas que, en concepto del Estado, tengan suficiente preparación profesional, conveniente moralidad e ideología acorde con dicho precepto. En tal virtud, las corporaciones religiosas, los ministros de los cultos, las sociedades por acciones que exclusiva o preferentemente realicen actividades educativas y las asociaciones o sociedades ligadas directa o indirectamente con la propaganda de un credo religioso, no intervendrán enforma alguna en las escuelas primarias, secundarias o normales, ni podrán apoyarlas económicamente
».

14 La educación tendrá como principal finalidad la formación de hombres armónicamente desarrollados en todas sus capacidades físicas e intelectuales y aptos para (...) propugnar una convivencia social más humana y más justa. Diario oficial, 3-02-1940.

15 Ovide DECROLY, Belgique, 1871-1932. Sa pédagogie est basée sur l’observation et sur l’intérêt que porte l’enfant à ce qu’il voit et fait. L’intérêt est, dans la méthode Decroly, le moteur principal de l’éducation.

16 Maria MONTESSORI, Italie, 1870-1952. Sa méthode dorme une grande importance au cadre scolaire. Elle recommande des pièces claires, des meubles adaptés à l’enfant. L’enfant doit apprendre seul, le maître n’est là que pour l’aider à découvrir. La méthode fut indirectement attaquée par Vasconcelos qui trouvait que cette méthode faisait perdre du temps à l’enfant et à la société.

17 John DEWEY, Etats Unis, 1859-1952. Principe éducatif de « All learning by doing ».

18 Pour l’Ecole Active : Les moteurs de l’éducation sont l’observation et l’expérience. Le travail manuel est prioritaire. L’expérience individuelle doit s’intégrer au travail collectif. L’esprit de service et de coopération doit remplacer l’esprit de lutte et de concurrence.

19 Voir Pere SOLA, Las escuelas racionalistas en Cataluña, 1909-1939, Tusquets editor, Barcelona, 1967, 222 p.

20 José de LUZ MENA, La escuela socialista, su desorientación y fracaso. El verdadero derrotero, México, DF, 1941, p. 252.

21 Idem, p. 252-253.

22 « La educación que imparta el Estado será socialista, y además de excluir toda doctrina religiosa, combatirá elfanatismo y losprejuicios, para lo cual la escuela organizará sus enseñanzas y actividades enforma quepermita crear en la juventud un concepto racional y exacto del universo y de la vida social ».

23 José de la LUZ MENA, op. cit., p. 326.

24 Lebudgetdel’Educationpendantlesannéesl922-1923areprésentél5 % du budget national ; pendant la Présidence de Calles (1930-34) = 12, 88 % ; sous celle de Cárdenas (1934-40) = 15,76 %. Historia de la educación publica en México, T2, F.C.E., Sep. 80, México, 1982, p. 592.

25 Luis CHAVEZ OROZCO, Historia Patria, 1934-35. Jorge CASTRO CANCIO, Historia Patria, 1935.

26 Gabriel LUCIO, Simiente, 1934 et 1935 Ν° 1, 92 p. ; Ν° 2 104 p. ; Ν° 3, 151 p. ; N° 4, 134 p.

27 Parmi les livres à plus fort tirage, on relève : Detalles de la Educación Socialista implantable en México y sistemas sociales (10 000 exemplaires). Le livre explique aux maîtres les buts de l’Ecole Socialiste et lui suggère des activités à pratiquer. El Manual del campesino. Construcciones rurales (25 000 exemplaires). Ce livre apprend à construire des maisons confortables, claires, propres, bon marché, comment construire de petits barrages, des chemins, etc. Nombreuses illustrations et croquis. Cómo enseñar la puericultura en las comunidades rurales (100 000 exemplaires). Le livre explique les mesures à prendre pour enrayer la mortalité infantile. Livre très illustré.

28 « El tío Chema » Simiente 2, p. 80-82.

29 « Supersticiones » Simiente 3, p. 83-85.

30 idem, p. 85.

31 « El mozo embrujado », Simiente 4, p. 75-76.

32 « Los sacerdotes católicos, animados de insaciables ambiciones, también se hicieron dueños de vastísimas tierras, que eran labradas por los indígenas a beneficio del mismo clero ». « El agrarismo en México », Π, p. 44-45.

33 « Las campanas », Simiente 4, p. 127-130.

34 « Las campanas », Simiente 4, p. 129.

35 « Muxupip », Simiente 4, p. 110.

36 « Muxupip », p. 112.

37 « El Padre Hidalgo », Simiente 3, p. 14-15.

38 « Los falsos orientadores », Simiente 3, p. 124.

39 Idem, p. 126.

40 El Maestro Rural : publication bimensuelle de mars 1932 à fin 1936 ; mensuelle de 1937 à octobre 1938 ; paru tous les deux mois de novembre-décembre 1938 à juillet-août 1940.

41 idem, p. 125.

42 « La voz del maestro. La historia natural, la historiapatriay el civismo contra el fanatismo » por el maestro rural federal Belisario TRUJILLO ROVELO, El Maestro Rural 1-10-1933, p. 13.

43 Idem.

44 Idem, p. 14.

45 « Orientación Socialista », El Maestro Rural, 1-8-1935, p. 24.

46 Profesor José SANTOS VALDES, « Como nació en el hombre el sentimiento religioso », El Maestro Rural, 1-9-1934 ; 15-9-1934 ; 1-10-1935.

47 Emilio PORTES GIL, « La lucha secular de la Iglesia contra el Estado en México », El Maestro Rural, 15-12-1934, p. 6.

48 Idem, p. 7.

49 Profesor Adolfo VELASCO, « Cuestiones relacionadas con la Educación », El Maestro Rural, 15-4-1934, p. 14-15.

50 Idem, p. 14.

51 Profesor Pedro LOREDO ORTEGA, « La escuela frente a nuestros grandes problemas sociales », El Maestro Rural, 15-7-1934, p. 27-29.

52 Profesor José TERAN TOVAR, « Primera actitud del maestro rural », El Maestro Rural, 1-3-1935, p. 15.

53 Adolfo MELO FLORES, « Del fanatismo al convencimiento », El Maestro Rural, 15-11-1935, p. 29-30.

54 Idem, p. 30.

55 José G. ALCARAZ, Los misioneros, El Maestro Rural, 1-9-1932, p. 10.

56 «Protesta por los asesinatos de maestros rurales», El Maestro Rural, 15-2-1935, p. 8.

57 Profesor José SANTOS VALDES, « Cómo nació en el hombre el sentimiento religioso », El Maestro Rural, 1-10-1934, p. 25.

58 Aurelano ESQUIVEL CASAS, « Problemas del maestro rural », El Maestro Rural, junio 1939, p. 14.

59 José I. NOVELO, Por una política de educación nacional mexicana (1940), in Vázquez de Knauth, p. 199.

Auteur

Université de Haute Normandie

© Presses universitaires François-Rabelais, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540