Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et Église en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

VII. Enjeux éducatifs en Amérique Latine

L’éducation indigène, enjeu pour les Églises au Pérou (1ère moitié du XXe siècle)

Ève-Marie Fell

Texte intégral

  • 1 Statistiques officielles reproduites et commentées in Roberto Mac Lean y Estenós, Sociología educac (...)
  • 2 Ibid.

1Lorsqu’à partir de 1901 le Ministère de l’Instruction péruvien commence à publier ses premières statistiques officielles, le scandale de l’enseignement primaire apparaît au grand jour : 60 % des jeunes d’âge scolaire restent exclus du système éducatif faute de place dans les écoles ; quant au 40 % restant, il est loin d’accomplir un parcours scolaire normal puisque le taux d’absentéisme moyen est de 50 %1. Les difficultés linguistiques aidant, le bilan que fait le Ministère est accablant : à la sortie de l’école primaire, 60 % des heureux qui avaient pu trouver place dans le système scolaire n’ont pas réellement appris à écrire ; 45 % n’ont pas réellement appris à lire2.

  • 3 Cf. Emilio Romero, Monografía del Departamento de Puno, Lima, Impr. Torres Aguirre, p. 380.

2La situation connaît une particulière acuité dans les Départements serranos, où la population indigène se trouve presque totalement exclue de la scolarisation par trois facteurs convergents : les distances, la misère et le monolinguisme. Dans la région de Puno qui nous servira ici de témoin, il n’y a en 1898 pour tout le Département que 58 écoles publiques ; un recensement régional effectué en 1902 montre que le taux d’analphabétisme est encore de 86,93¨% la petite minorité alphabétisée se trouvant concentrée en zone urbaine3.

  • 4 Sur Camacho et, plus loin, F. Stahl, voir Gamaliel Churata, « Prólogo » in José Antonio Encinas, Un (...)

3C’est dans ce contexte d’abandon et de ségrégation qu’arrivent au Pérou, et à Puno, les premiers missionnaires adventistes, membres de l’Eglise du 7ème Jour. Ils sont appelés par un indigène alphabétisé de Chucuito, Manuel Zúñiga Camacho Alka, qui s’était converti à l’adventisme à la suite d’un séjour aux Etats Unis4. De retour dans sa région natale, Camacho décide de fonder en 1904, sans autre ressource que ses propres deniers, une école privée exclusivement ouverte aux indigènes aymaras de Chucuito, la « Escuela Particular de Indígenas de la Parcialidad de la Platería ».

4Cette toute petite école connaît rapidement un très grand succès, qui contraste avec l’absentéisme traditionnel des écoles publiques de la région : en deux ans, l’effectif des élèves atteint la soixantaine et plusieurs adultes sont admis de manière à former de futurs maîtres pour d’autres écoles du même type. Camacho appelle alors à Chucuito le missionnaire nord-américain Ferdinand Stahl dont le dévouement personnel est un des meilleurs agents de l’adventisme sur les bords du Titicaca. Il sera rejoint par d’autres missionnaires et leurs familles, et une Mission Adventiste sera officiellement ouverte à Puno en 1911.

  • 5 Sur l’insuffisance de la formation des maîtres de l’enseignement public, cf. Eve-Marie Fell, « Avat (...)

5Dès ses débuts, l’Eglise du 7ème Jour contribue à un indéniable réveil de la population indigène par l’utilisation de méthodes originales qui contrastent fortement avec les pratiques routinières de l’enseignement péruvien. Les adventistes sont partisans de l’emploi exclusif de maîtres indigènes, formés spécialement à cette tâche ; ils considèrent que pour des raisons à la fois linguistiques et psychologiques, ils font de bien meilleurs éducateurs que les maîtres métis de l’école publique5. De plus, ils associent à la formation strictement scolaire un ensemble d’enseignements agricoles, artisanaux et para-médicaux, de façon à doter les élèves d’un bagage leur permettant d’émerger du nombre. Les méfaits de la coca et de l’alcool ainsi que des connaissances élémentaires d’hygiène font l’objet d’une éducation quotidienne inlassablement répétée. Enfin, chaque petite école est le point de départ d’un travail de formation des masses assumé par le maître-missionnaire, qui parcourt les villages, distribue des médicaments et des conseils d’alimentation, et se trouve souvent seul à lutter aux côtés des indigènes contre les fréquentes épidémies qui ravagent la région. Ferdinand Stahl restera un personnage légendaire dans la population aymara pour l’abnégation avec laquelle il combat pendant des années, au péril de sa vie et de celle de sa famille, les trois fléaux de la région : le typhus, la petite vérole et la fièvre typhoïde.

  • 6 La formule sera répétée à de nombreuses reprises à la Commission d’enquête parlementaire sur le sud (...)

6A peine créée, l’école de la Platería (qui n’affiche pas son credo) est en butte à l’hostilité générale parmi la population lettrée. Elle remet en effet en question, de par son succès, le postulat implicite ou explicite qui sert de justification à l’apathie de l’Etat comme à celle de l’Eglise catholique face au problème de l’analphabétisme indigène : il n’y a rien à attendre sur le plan scolaire d’une population misérable et plus ou moins dégénérée. « El indio es refractario a la instrucción »6. Les succès notables remportés par les premiers maîtres indiens évangélistes sur les plaies sociales que constituent la coca et l’alcool, l’afflux croissant d’élèves dans leurs modestes « escuelitas », la transformation visible des mentalités qu’opère leur enseignement, tout cet ensemble remet en cause un ordre considéré comme immuable et dont tirent conjointement profit des dizaines de subprefectos, de gamonales, de rabulillas et de curas peu scrupuleux. En 1908, l’école de Camacho et celle de son disciple Lino Solano sont fermées sur ordre des autorités locales. Il leur suffit en effet de faire appel à l’article 4 de la Constitution qui stipule que sur le territoire péruvien est interdit « l’exercice public » d’une religion autre que la catholique romaine. Les écoles en question se gardent bien d’afficher une obédience mais quelques caractéristiques (lecture quotidienne de la Bible, pratiques d’hygiène et campagnes antialcooliques) suffisent à les identifier comme évangélistes. Cette fermeture provisoire, mal justifiée et qui n’est suivie d’aucune sanction, inaugure une longue période de conflit ouvert entre l’Eglise du 7ème Jour et les autorités civiles et catholiques de la région.

  • 7 Cf. Encinas, op. cit., pp. 147-160.
  • 8 De nombreuses informations sur cette excommunication in El Heraldo, Lima, Vol. I, N° 6-7, marzo-abr (...)
  • 9 Sur ces graves incidents voir La Crónica, Lima, 25. VID. 1913 et El Heraldo, Lima, Vol. II, N° 12, (...)

7La hiérarchie romaine paraît avoir été très rapidement informée du problème, et devant la progression rapide de l’adventisme elle décide de nommer à l’évêché de Puno en 1910 un prélat célèbre pour sa poigne, Monseigneur Ampuero7. Celui-ci n’hésite pas, dans ses sermons et ses contacts personnels, à prêcher une véritable guerre sainte dont la violence surprend. Il commence par excommunier avec la plus impressionnante solennité l’avocat indigène Francisco Chuquihuanca Ayulo qui, à Puno, comme membre de l’Association « Pro-Indígena » défend avec courage la cause indigène et qui a été choisi comme défenseur par Camacho et ses amis8. Arguant ensuite de l’article 4, Ampuero organise le 3 mars 1913 une expédition de 240 hommes armés, qu’il dirige personnellement à cheval, et qui se rend à la Platería. Le pasteur Stahl étant absent, la cohorte dévaste sa maison, moleste les personnes qui s’y trouvent, arrête le fils de Stahl qui est âgé de onze ans, Camacho, qui est violemment frappé et quelques indigènes qui avaient tenté de les protéger9. Les inculpés, libérés après une semaine d’incarcération, porteront plainte en mettant en relief à la fois la persécution religieuse dont ils sont l’objet et les puissants intérêts locaux qu’ils lèsent en s’opposant à l’alcoolisme et au substantiel « sistema de turno » dont vivent les curés de village :

  • 10 Cf. « Denuncian el delito de sedición que expresan. Señor Juez de Primera Instancia. Manuel Z. Cama (...)

«Los actos de venganza realizados en contra nuestra, marcados precedentemente en toda su verdad desnuda, es absoluto, no han tenido otra causa que la de habernos hecho evangelistas o protestantes ; esto es, el haber abjurado de la celebración de las festividades católicas, reducidas entre los indígenas al pago defuertes sumas a los curas y al culto delDiosBaco ; esto es, por haber comenzado nuestra regeneración individual»10.

La population indigène apparaît clairement au cours de ces années d’affrontement comme l’enjeu principal que se disputent les Eglises. L’adventisme ne cherche pas à s’implanter dans les grandes agglomérations mais se présente au contraire comme l’unique autorité morale réellement soucieuse de la misère et de l’abandon des foules indiennes. De son côté, l’Eglise catholique, violemment mise en cause pour son indifférence, aussi bien par les libéraux de Puno que par l’Eglise rivale, semble redécouvrir un peuple qu’elle affirme vouloir éduquer et protéger de toute influence étrangère et pernicieuse. La revue des méthodistes El Heraldo, peu suspecte de sympathies à l’égard de l’adventisme, soutient néanmoins celui-ci lorsqu’il est victime d’agressions caractérisées et ironise lourdement sur la façon dont la hiérarchie romaine, après plusieurs siècles d’indifférence et d’abus en tous genres, cherche à se « repositionner » comme puissance protectrice de l’indianité :

  • 12 Voir El Comercio, Lima, 16.V1.1916 et El Cristiano, Vol. V, N° 7, julio de 1916, p. 113.
  • 13 Cf. Renacimiento, Lima, Vol. XI, N° 2, febrero de 1922, p. 21.
  • 14 Voir, entre autres, l’article « La labor moralizadora de los evangelistas », publié dans le grand q (...)
  • 15 Voir Renacimiento, Lima, Vol. XI, N° 5, mayo de 1922, qui reproduit les lettres que le Député de Pu (...)

L’Eglise catholique ne désarme d’ailleurs pas. Bien au contraire, à partir de 1915, elle maintient la tactique des « atropellos », dont on peut donner quelques échantillons ; en juin 1916, deux prêtres accompagnés de « fidèles » armés mettent à sac l’école et la maison de la famille Stahl12 ; en février 1922, un incendie dû à la malveillance ravage complètement une des écoles adventistes de Chucuito13. L’hostilité aux évangélistes et l’esprit de nouvelle croisade s’étend partout où des missionnaires tentent de s’établir : Yauyos, Huánuco, Cuzco, Cajamarca, et les violences sont telles que l’écho en parvient jusqu’à la grande presse de Lima14. L’objectif avoué de la hiérarchie est simple : créer des troubles tels qu’il n’apparaisse plus possible de tolérer la liberté des cultes et obtenir le rétablissement de l’article 4, qui mettrait aussitôt hors la loi les établissements de l’Eglise du 7ème Jour. Une aide considérable lui sera apportée par les cadres militaires et éducatifs de Puno qui dès les années 20 harcèlent dans les Collèges Nationaux et les casernes du Département les élèves et les conscrits adventistes qui refusent la confession15.

  • 16 « Informe presentado... », op. cit., pp. 192-208.
  • 17 Elles sont au nombre de 130, soit 110 écoles « de primer grado » (cycle de trois années d’études se (...)
  • 18 Cf. Emilio Romero, Monografía..., op. cit., p. 380.

La persécution est en fait la rançon du succès, un succès foudroyant qui infirme toutes les théories sur l’apathie indigène. En 1919, José Antonio Encinas, député de Puno, qui visite es qualités les installations adventistes se déclare stupéfait de leurs résultats : environ 5 000 indiens convertis, plusieurs écoles, deux hôpitaux et une Ecole Normale tout nouvellement créée à Juliaca par les évangélistes. L’année suivante (1920) la Commission d’enquête parlementaire qui parcourt le Sud de la République confirme le succès de la Mission que dirigent les pasteurs Wilcos et Stahl : elle regroupe sept centres d’évangélisation et une vingtaine d’écoles où étudient environ 2 000 enfants16. En 1927, le rapport rédigé par Fabio Camacho et reproduit par Luis Valcárcel confirme la progression foudroyante de l’adventisme. L’Ecole Normale de Juliaca forme 280 normalistas (dont certains vont parfaire leur formation en Argentine ou aux Etats Unis) ; la Mission revendique 90 écoles rurales dans le Département, avec un total d’environ 10 000 élèves dont l’assiduité est relevée avec insistance. Au même moment, les écoles publiques de la région17 font état de 6 540 inscrits, avec une assistance moyenne de 3 627 élèves (environ 50 %) ; mais l’évasion en cours de route est telle qu’en 1925 seulement 248 élèves du Département sont arrivés au bout du cycle primaire complet18. De son côté, l’Eglise catholique ne semble entretenir aucune école primaire rurale dans la région.

Si certains chiffres, difficilement vérifiables aujourd’hui, peuvent être sujets à caution, deux évidences se dégagent de ces divers témoignages : d’une part l’école adventiste a réussi, en quelques années, à faire au moins jeu égal avec une école publique dont le rendement, selon les chiffres officiels, est accablant ; d’autre part, la qualité des résultats obtenus frappe l’unanimité des témoins, qui n’ont, pour la plupart d’entre eux, aucune affinité avec le protestantisme. Ceci explique l’ouverture progressive d’un véritable débat, régional d’abord, puis national, qui tient beaucoup plus du politique que du religieux. A travers la compétition prosélytique des Eglises, qui n’intéresse qu’une petite minorité, c’est tout le procès d’une société ultra-conservatrice qui se fait et de nouvelles perspectives sociales que l’on croit voir s’ouvrir par la possibilité d’une « régénération » de l’indigène.

Le premier à poser le problème en termes d’affrontements sociaux est le journaliste d’Arequipa Modesto Málaga, qui n’hésite pas à dénoncer publiquement la collusion de la hiérarchie catholique et des couches sociales qui tirent profit du servage indien :

  • 20 Encinas, Un ensayo..., op. cit., p. 149.

La même perspective est reprise par Encinas, qui fut lui-même « maestro normalista » à Puno entre 1907 et 1911 et qui n’hésite pas à attribuer à l’Eglise romaine la responsabilité des tares psychologiques dont souffre la population indienne du Département. Pour lui, l’apathie, la tristesse, le penchant pour l’alcool des Aymaras sont dus à l’influence paralysante d’une religion de terreur qui s’applique à faire de cette population une main d’œuvre servile d’une totale malléabilité. Encinas, qui est libre penseur, n’hésite pas à couvrir de louanges les missions adventistes qu’il visite en 1919 et 1920 et à qui il attribue « la resurrección de la raza explotada y envilecida »20. Il relève comme bien d’autres le contraste choquant entre les immenses richesses dont dispose l’Eglise catholique, première puissance terrienne du pays, et l’indifférence avec laquelle elle contemple l’ignorance et la misère indigènes sans songer à les secourir.

  • 21 Valcárcel, Tempestad en los Andes, Lima, ed. Universo, 1972, p. 86.
  • 22 Ibid, p. 123. José Uriel García dans El nuevo indio (1930) exprime la même sympathie pour l’action (...)
  • 23 « La obra adventista adquiere enormes protecciones. La Escuela Normal de Juliaca, el crecido número (...)

Le conflit scolaire - qui est en réalité bien plus que scolaire - est au cœur du célèbre pamphlet que publie Luis E. Valcárcel en 1927 : Tempestad en los Andes. Ce dernier consacre de longues pages à la critique du système serrano : servage et accablement de la population indienne, indifférence complète de l’Eglise catholique, forte corruption des prêtres et influence négative, dans les rares écoles publiques, du « maestro mestizo y descastado »21. Comme José Antonio Encinas, Valcárcel tient à se démarquer de la prédication adventiste (« Ignoro su credo y no me interesa conocerlo »22, précise-t-il), mais il lui attribue le mérite considérable d’avoir rendu à la population serrana le goût de la vie, le désir de s’éduquer, le sens de la protestation sociale, bref la dignité. Valcárcel souligne également, comme tous les observateurs du phénomène, les grands bouleversements politiques qui ne vont pas manquer de se produire si l’Eglise du 7ème Jour poursuit son œuvre : selon la Constitution, en effet, l’éducation implique l’accès à la citoyenneté ; c’est par milliers que les hommes aymaras vont pouvoir voter, faisant ainsi basculer l’équilibre traditionnel de la région. L’écrivain invite donc ses concitoyens à s’intéresser au nouveau « pouvoir social » que représente l’adventisme, pouvoir qui selon Valcárcel, n’est sans doute pas exempt d’ambigüités23.

L’espace nous manque pour citer toutes les prises de position en faveur de l’adventisme, parmi lesquelles on ne saurait oublier celle de Dora Mayer, ardente animatrice de la « Asociación Pro-Indígena ». Tous concordent sur un point : un nouveau « pouvoir social » est bel et bien en train de naître à Puno (et pourquoi pas ailleurs ?), au grand dam de curas et de gamonales habitués à une obéissance absolue. La prédication adventiste qui met l’accent sur la responsabilité de l’individu et son droit au bien-être social fabrique de nouveaux acteurs dans le rapport des forces régionales. Comme le note la Commission parlementaire de 1920, l’indien passé par une école adventiste refuse de se laisser tondre par le patron ou le curé et n’hésite pas à prendre un avocat, ce qui explique les motivations réelles des adversaires acharnés de l’Eglise du 7ème Jour :

  • 25 Cf. Liga de Hacendados del Sur, La verdad en la cuestión indígena (Apuntes), Arequipa, Tip. S. Quir (...)

Lorsqu’entre 1920 et 1925 de nombreuses jacqueries éclatent dans la zone Arequipa-Puno par suite de perturbations du commerce lainier, les indiens adventistes sont en première ligne et les grands propriétaires regroupés dans la puissante « Liga de Hacendados del Sur » accusent directement l’adventisme de fomenter des troubles politiques et économiques en diffusant dans les zones rurales des « ideas disolventes » que les indigènes adopteraient par ignorance25. Le conflit, qui pouvait apparaître au début comme un conflit scolaire à contenu religieux et prosélytique, s’est largement idéologisé et, au niveau de l’action concrète, politisé.

  • 26 Sur les Salésiens au Pérou, voir leur revue Don Bosco (à partir de 1938, nouveau titre : El ex-alum (...)
  • 27 Sur Salcedo et les méthodes pédagogiques des Salésiens, cf. E.M. Fell, « Réalités de l’éducation in (...)

Devant l’échec des méthodes punitives prônées par Monseigneur Ampuero, la hiérarchie romaine décide de changer de tactique ; avec l’appui des hacendados de la région, elle va tenter de battre l’Eglise du 7ème Jour sur son propre terrain de diffusion : l’école. Elle utilise pour cela les services d’un ordre à vocation éducative déjà bien implanté au Pérou, et dont les méthodes autoritaires ont fait leurs preuves dans le monde, l’ordre de Saint François de Sales26. Mais on doit constater que la perspective pédagogique catholique est bien le reflet de l’attitude ultra-conservatrice qui est la sienne, à cette époque, sur tous les plans. Loin de reprendre à son compte les innovations adventistes qui font chaque jour leurs preuves, la hiérarchie en prend systématiquement le contre-pied. A la multiplication des petites écoles rurales qui, pour peu d’argent, permettent de créer un véritable tissu éducatif, on préfère le prestige d’un unique et luxueux établissement ; plutôt que de chercher à former le plus grand nombre de maîtres indigènes bilingues, on s’en tient à un professorat uniquement religieux et occidentalisé, jugé plus sûr ; enfin, plutôt que de former l’enfant et sa famille à un nouvel esprit de responsabilité et de civisme, on préfère isoler les jeunes recrues dans un internat dont le régime est inspiré de celui des casernes. C’est ainsi qu’est créée en 1925 la Granja-Taller de Salcedo, implantée en plein bastion adventiste à quelques kilomètres de Puno et confiée aux pères Salésiens. L’établissement à vocation agricole et artisanale formera surtout des cadres techniques pour les grands fundos d’élevage de la région27.

  • 28 Parlant de l’œuvre des Salésiens au Pérou, deux pédagogues serranos écrivent dans Amauta : « Los In (...)

Etablissement d’excellence, Salcedo reçoit de très nombreux visiteurs étrangers et constitue au cours des années 1930-1940 un pôle d’attraction local que la presse régionale couvre de louanges et que l’évêché entoure de tous ses soins. La Granja-Taller est en revanche largement critiquée non seulement par les adventistes qui y voient l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire sur le plan éducatif mais aussi par de nombreux pédagogues du service public qui soulignent les aspects négatifs d’une politique scolaire fondée sur l’ostentation, la sélection et la ségrégation28.

  • 29 La délégation péruvienne est composée de José Angel Escalante, José Uriel García, José Antonio Enci (...)
  • 30 Cf. rubrique « En el Senado », « El señor Encinas dijo... », La Prensa, 15.IX.1945, p. 8.
  • 31 Sur le SECPANE (Servicio Educativo Cooperativo Peruano-Norteamericano) et sur les « Núcleos Escolar (...)

C’est au cours de la décennie 1940-1950 que la compétition des Eglises dans le Département de Puno s’apaise peu à peu pour laisser la place à une coexistence assez sereine. Cette révolution dans les mentalités est liée à notre sens à deux événements majeurs qui vont peser lourdement sur les esprits et modérer les polémiques. Le premier est le congrès indigéniste de Pátzcuaro (1940) auquel participe une délégation péruvienne de qualité ; celle-ci, de retour au Pérou, répercute à tous niveaux (Gouvernement, Gongrès, presse, etc.) le choc qu’elle a reçu en découvrant l’effort fait au Mexique pour intégrer la population indienne à la nation. Pour la première fois, le Pérou lettré prend conscience de son retard en manière d’indigénisme, mesure son propre conservatisme et fait amende honorable29. Par ailleurs, le grand recensement national de 1940 (le premier depuis 1876...), dont les résultats sont diffusés à partir de 1941, donne lui aussi une image choc de l’état d’abandon socio-culturel des masses indiennes. A Puno même, on découvre que le taux d’analphabétisme a très légèrement augmenté : il est passé de 86,93 % en 1902 à 87,50 % en 1940. Ceci ramène le grand débat scolaire entre les Eglises, tout comme les craintes de certains concernant une éventuelle révolution sociale, à de plus justes proportions. L’effort considérable accompli par les adventistes, les deux Granjas salésiennes et les quelques écoles supplémentaires créées par l’Etat au cours de ces quarante années n’ont même pas suffi à compenser la hausse démographique dans la région : rien n’a donc réellement avancé. Et en 1945, le sénateur de Puno, Encinas, s’exprimant devant le Sénat estimera à 98 % dans son Département la population indigène écartée de l’éducation et donc du suffrage30. Les querelles prosélytiques ne sont plus de mise devant l’immensité de la tâche à accomplir et dont la responsabilité incombe au premier chef à l’Etat. C’est à Luis Valcárcel, Ministre de l’Education, que reviendra le mérite de lancer en 1945 le premier grand programme de scolarisation indigène de masse avec les « Núcleos Escolares Campesinos », qui concernent dès le démarrage 40 000 enfants indiens et qui constituent le point de départ d’une alphabétisation massive aujourd’hui à peu près aboutie. Notons au passage que cette formidable avancée de l’enseignement public n’aura été possible que grâce au financement et à l’aide technique des volontaires du « Servicio Educativo Cooperativo Peruano-Norteamericano », en majorité... adventistes !31

Annexes

L’affaire fait grand bruit à Puno où quelques voix s’élèvent pour dénoncer les persécutions dont les adventistes font l’objet. Quelques semaines plus tard, le Sénateur de Puno Severiano Bezada dépose devant le Congrès un projet de loi abolissant l’article 4 et affirmant la liberté des cultes. Au terme de deux années d’atermoiements, au cours desquelles l’Archevêché de Lima use de toute son influence pour faire échouer le projet, celui-ci est finalement adopté le 23 octobre 1915. C’est une victoire considérable pour l’Eglise du 7ème Jour, qui ne devrait plus tomber sous le coup de la loi.

«Otro detalle significativo es la gran ternura que de repente se manifiesta para con los indígenas. Por casi cuatrocientos años el clero les ha abusado, sin que nada serio se haya hecho en su beneficio. Pero hoy, el “pobre indígena” y “nuestros queridos feligreses indios”, “cuánto daño les van a hacer estos malvados protestantes”...¡hipócritas !»11.

«Con maestros o maestras que apenas saben firmar ; que tienen conducta y moralidad dudosas ; que no pueden poner el concurso del buen ejemplo ni el anhelo de progreso intelectual del alumno, y que lo que procuran es cobrar sus sueldos íntegros al fin de cada mes, ¿puede alcanzarse alguna vez la educación de la raza indígena ? (...) Igual resistencia hacen muchos párrocos. La razón de esta conducta es clara. A los explotadores no les conviene que los explotados se eduquen e instruyan. El día que eso suceda saben, ellos, que no habrá el repartoforzoso y obligatorio para el negocio de lanas ; no tendrán peones gratuitospara su servicio personal ; desaparecerán los devotos y con las devociones la cosecha de dinero para párrocos, gamonales y caciques»19.

« Como el indio evangelista no se deja explotar, exige mayor salario por su trabajo y no cumple ningún cargo religioso, es mirado con desconfianza por los Curas y los mistis damnificados, quienes han emprendido una campaña cruda contra los Evangelistas »24.

Notes

1 Statistiques officielles reproduites et commentées in Roberto Mac Lean y Estenós, Sociología educacional del Perú, Lima, Librería e Imprenta Gil, 1944, pp. 340-360.

2 Ibid.

3 Cf. Emilio Romero, Monografía del Departamento de Puno, Lima, Impr. Torres Aguirre, p. 380.

4 Sur Camacho et, plus loin, F. Stahl, voir Gamaliel Churata, « Prólogo » in José Antonio Encinas, Un ensayo de escuela nueva en el Perú, Lima, Impr. Minerva, 1932, p. VII, et Encinas, Ibid., pp. 147-148. Voir aussi les informations réunies par Wilfredo Kapsoli à partir des archives de Pedro Zulen, in El pensamiento de la Asociación Pro-Indígena, Cuzco, Centro Β. de las Casas, serie Debates Rurales N° 3, 1980, pp. 29-30.

5 Sur l’insuffisance de la formation des maîtres de l’enseignement public, cf. Eve-Marie Fell, « Avatars de la formation des maîtres au Pérou : l’Ecole Normale de Lima », in L’enseignement primaire en Espagne et en Amérique Latine du XVIIIe siècle à nos jours.
Politiques éducatives et réalités scolaires,
Publ. de l’Univ. de Tours, 1986, pp. 473-485.

6 La formule sera répétée à de nombreuses reprises à la Commission d’enquête parlementaire sur le sud qui parcourt la région en 1920. Cf. « Informe presentado al Gobierno por Humberto Luna y Erasmo Roca, miembros de la Comisión en los Departamentos del Sur de la República », in Erasmo Roca, Por la clase indígena. Lima, Pedro Barrantes Castro, ed. 1935, pp. 192-208.

7 Cf. Encinas, op. cit., pp. 147-160.

8 De nombreuses informations sur cette excommunication in El Heraldo, Lima, Vol. I, N° 6-7, marzo-abril de 1912, pp. 4-5. Le motif officiellement retenu sera « alarde de ateísmo ».

9 Sur ces graves incidents voir La Crónica, Lima, 25. VID. 1913 et El Heraldo, Lima, Vol. II, N° 12, setiembre de 1913, pp. 100-104.

10 Cf. « Denuncian el delito de sedición que expresan. Señor Juez de Primera Instancia. Manuel Z. Camacho, Jacinto Tarqui, Simeón Naca, Mariano Chambíy Jacinta Cruz de Monsano », Puno, 7 de abril de 1913, reprod. in El Heraldo, Lima, Vol. II, N° 12, op. cit., p. 103.

12 Voir El Comercio, Lima, 16.V1.1916 et El Cristiano, Vol. V, N° 7, julio de 1916, p. 113.

13 Cf. Renacimiento, Lima, Vol. XI, N° 2, febrero de 1922, p. 21.

14 Voir, entre autres, l’article « La labor moralizadora de los evangelistas », publié dans le grand quotidien conservateur La Prensa, Lima, 5.I.1918, qui décrit l’activité éducative des évangélistes et proteste vigoureusement contre les agressions dont ils sont victimes.

15 Voir Renacimiento, Lima, Vol. XI, N° 5, mayo de 1922, qui reproduit les lettres que le Député de Puno Encinas envoie aux deux Ministres concernés et qui cite des articles de protestation parus dans El Comercio (12.III.1922) et La Crónica (29.ΙII.1922). Sous le titre "Una campaña", Renacimiento", dans son numéro précédent (Vol. XI, N°4, abril de 1922) avait publié d’abondantes informations sur la campagne d’agressions physiques contre les protestants qui se développe à Cajamarca, Cuzco, Caraz, Concepción, Yungay...

16 « Informe presentado... », op. cit., pp. 192-208.

17 Elles sont au nombre de 130, soit 110 écoles « de primer grado » (cycle de trois années d’études seulement) et 20 « centros escolares » qui offrent le cycle primaire complet.

18 Cf. Emilio Romero, Monografía..., op. cit., p. 380.

20 Encinas, Un ensayo..., op. cit., p. 149.

21 Valcárcel, Tempestad en los Andes, Lima, ed. Universo, 1972, p. 86.

22 Ibid, p. 123. José Uriel García dans El nuevo indio (1930) exprime la même sympathie pour l’action adventiste, dont il ne partage pas le credo.

23 « La obra adventista adquiere enormes protecciones. La Escuela Normal de Juliaca, el crecido número de escuelas y maestros que sostiene, la organización en gran escala de sus oficinas, todo revela que estamos en presencia de un poder social nuevo que no por negarlo deja de existir y que – por lo contrario – debe ser atentamente examinado para conocer sus métodos y denunciar sus peligros.
El despertar de millares de conciencias indias implica el más grave problema que se haya jamás presentado en el Perú », Ibid., p. 124. Dans son Prologue à Tempestad en los Andes, Mariátegui exprime lui aussi de « prudentes reservas » : ces missions ont un effet indéniable sur la population indigène mais elles peuvent faciliter la pénétration de l’impérialisme anglo-saxon. Cf. Ibid, p. 11.

25 Cf. Liga de Hacendados del Sur, La verdad en la cuestión indígena (Apuntes), Arequipa, Tip. S. Quiroz, 1922, p. 5. Sur cette période difficile, voir Manuel Burga y Wilson Reátegui, Lanas y capital mercantil en el sur : La casa Ricketts. 1885-1935, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1981.

26 Sur les Salésiens au Pérou, voir leur revue Don Bosco (à partir de 1938, nouveau titre : El ex-alumno de Don Bosco), en particulier « la obra de Don Bosco en el Perú », Don Bosco, n° 48, junio de 1928, pp. 178-179.

27 Sur Salcedo et les méthodes pédagogiques des Salésiens, cf. E.M. Fell, « Réalités de l’éducation indigène au Pérou : le cas Salcedo », in Ecole et société en Espagne et en Amérique Latine (XVIIIe et XIXe siècles), vol. V. des Etudes Hispaniques, publ, de l’Univ. de Tours, 1983, pp. 119-133. En 1934, les Filles de Marie Auxiliatrice (ordre féminin créé aussi par Dom Bosco) ouvrent à Puno un deuxième établissement, très modeste celui-là : une petite Granja-escuela consacrée à « la enseñanza agrícola elemental de las niñas indígenas ».

28 Parlant de l’œuvre des Salésiens au Pérou, deux pédagogues serranos écrivent dans Amauta : « Los Internados Indígenas son escuelas desvinculantes, porque están constituidas por niños recogidos de diversos lugares de una región que corren peligro de perder su propia personalidad » (soul. dans le texte). Ils recommandent, pour leur part, la multiplication de petites « escuela-hogares », visiblement inspirées de l’action adventiste. cf. César Acurio y Maria Judith Arias, « La Escuelas-Hogar », Amauta, N° 23, mayo de 1929, p. 31. Suite : Amauta, N° 24, junio de 1929. Un peu plus tard, une critique virulente contre Salcedo est publiée dans la revue Quipus, que publie le Ministère de l’Instruction ; « El Internado sirve únicamente para desadaptar esos niños del Ayllu », affirme Julián Palacios, qui insiste sur le fait que, recrutant des jeunes gens déjà alphabétisés et sélectionnés, Salcedo ne fait en réalité rien pour résoudre le problème de l’illettrisme indigène. Cf. Julián Palacios, « Organización de la escuela indígena », Quipus, Ν° 3, diciembre de 1931, p. 15.

29 La délégation péruvienne est composée de José Angel Escalante, José Uriel García, José Antonio Encinas, Hildebrando Castro Pozo, Gerardo Bedoya et José Maria Arguedas. A son retour, José Angel Escalante, ex-Ministre de l’Instruction sous Leguía, organise un grand débat à la Chambre des Députés et y prononce unmea culpa qui fera ensuite l’objet d’une publication : « Yo acuso a todos los dirigentes peruanos de todas las épocas de esta clamorosa situación (...) He sido Ministro de Instrucción y nada he hecho, mal que pese a mi buena voluntad, ante la incomprensión de las gentes y ante nuestra insuficiencia económica », in La cámara de Diputados delPerú y elPrimer Congreso Indigenista Interamericano, Sesión del 11 de setiembre de 1940, Lima, Libr. e Impr. Gil, 1940, p. 45.

30 Cf. rubrique « En el Senado », « El señor Encinas dijo... », La Prensa, 15.IX.1945, p. 8.

31 Sur le SECPANE (Servicio Educativo Cooperativo Peruano-Norteamericano) et sur les « Núcleos Escolares Campesinos », voir Eve-Marie Fell, « Los Núcleos Escolares Campesinos : un échec révélateur », in L’enfant et l’adolescent dans lespays andins, Actes du VIe colloque AFERPA, publ. de l’Univ. de Grenoble, 1984, pp. 102-107.

11 Editorial non signé, El Heraldo. Lima, Vol. IV, N°50, noviembre de 1915, p. 146.

19 Modesto Málaga, « Educación indígena », El Ariete, Arequipa, 1.IIΙ.1911, reprod. in Kapoli, El pensamiento..., op. cit., p. 140-148.

24 « Informe presentado op. cit., p. 205.

Auteur

CIREMIA
Université F. Rabelais de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540