Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et Église en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

VII. Enjeux éducatifs en Amérique Latine

L’École et l’Église au Congrès Constituant mexicain de 1856

Jacqueline Covo

Texte intégral

1Les conflits entre l’Eglise et l’Etat sous-tendent le XIXe siècle mexicain, comme sans doute bien des sociétés dynamiques du temps. La puissance matérielle et spirituelle accumulée tout au long de l’époque coloniale par ce corps est ressentie comme l’un des principaux freins au progrès de la nation et à l’émergence de nouveaux groupes sociaux, qui voient dans le libéralisme, c’est-à-dire dans le libre jeu des forces sociales et économiques, l’instrument de leur prospérité.

2Ces conflits sont particulièrement aigus, on le sait, dans le deuxième tiers du siècle, de la tentative libérale avortée conduite par le Président Gómez Farias et son idéologue José María Luis Mora (1833) à la « Reforma » et à l’Intervention Française ; ils trouvent une résolution partielle autour du Congrès Constituant de 1856-1857, issu de la Révolution d’Ayutla : bien connues sont les dispositions législatives qui abolissent les tribunaux spéciaux du clergé notamment – Loi Juárez du 22 novembre 1855 – et celles qui mettent en circulation les biens de communauté, dont ceux de l’Eglise – Loi Lerdo de Tejada du 25 juin 1856.

3Il n’est pas inutile, par contre, de revenir sur les débats qui, au cours du même Congrès Constituant, se tinrent sur la question de l’enseignement, car ils mettent particulièrement en lumière les nuances à apporter aux relations qu’entretenaient des libéraux réformistes avec l’Eglise.

***

  • 1 ZARCO, Francisco, Historia del Congreso Extraordinario Constituyente (1856-1857), México, El Coleg (...)

4Il convient de rappeler d’abord que le Congrès Constituant de 1856-57, chargé de donner au Mexique une nouvelle Constitution, sous le signe du libéralisme, se tint dans un contexte insurrectionnel à peu près généralisé qui préparait la guerre civile dite « de Trois Ans » : si la victoire libérale a évincé la dictature du Général Santa-Anna c’est seulement par des institutions démocratiques et par des mesures réformistes que ses artisans mettront un terme – ils l’espèrent du moins – à l’emprise des corps privilégiés sur le pays ; ce faisant, ils se heurtent à chaque pas non seulement à la résistance idéologique, à la tribune ou dans la presse réactionnaire –El Omnibus, par exemple – mais encore à la subversion endémique, aux soulèvements militaires ou à l’appel à l’insurrection en chaire ; bien des députés constituants doutent de pouvoir mener leur tâche à son terme : ainsi, pendant que le Congrès délibère, il est informé de la campagne contre l’insurrection cléricale dans l’Etat de Puebla, et entérine un décret qui, accusant le clergé de cet Etat d’avoir appelé à l’insurrection et de l’avoir financée, le prive de ses biens1.

  • 2 Ibid. p. 116 et 423.
  • 3 Les débats, houleux, durent 6 jours, à l'issue desquels l'article est retiré. Ibid, p. 548-679.

5Les débats se poursuivent cependant et, dans le même temps où, en ratifiant les lois Juárez et Lerdo de Tejada2 ils privent l’Eglise de ses bases matérielles, les députés s’efforcent, sans succès, de réduire son autorité spirituelle et morale par le projet d’article 15, qui proposait de consigner la liberté des cultes3.

  • 4 LERDO DE TEJADA, Miguel, Cuadro sinóptico de la República formado en vista de los últimos datos of (...)
  • 5 TALAVERA, Abraham, Liberalismo y educación, México, Sepsetentas, 1973, 2 vols, T. I, p. 26 ; BRAVO (...)
  • 6 TALAVERA, op. cit., T.I., p. 195, art. 124.
  • 7 In MORA, José María Luis, Obras Sueltas, México, Porrúa, 1963, p. 109 et sq.

6Ce projet, qui sans doute ne s’imposait pas alors, dans le contexte culturel du pays, et que réclamaient surtout les principes libéraux, s’explique aussi par l’emprise sur les esprits d’une religion exclusive et de ses ministres. La plupart des classes inférieures de la société ne recevaient d’autre éducation que le sermon prononcé en chaire par le curé, et une faible part de la population urbaine recevait un enseignement primaire. Les données précises manquent sur cet enseignement, sur la personnalité des maîtres, la nature de leur formation, le contenu de leur enseignement, mais tout laisse à penser que les membres du clergé y étaient nombreux : l’instabilité et la pénurie des gouvernements qui se succédaient depuis l’Indépendance avaient empêché le développement d’établissements publics, au profit de l’enseignement privé ;en 1855, s’il existait 123 écoles dans la capitale pour une population de 185 000 habitants, 4 d’entre elles seulement étaient publiques4. C’est dire que la majorité des enfants qui recevaient un enseignement primaire fréquentait des écoles particulières, lesquelles semblent avoir été le plus souvent, directement ou indirectement, sous le contrôle de l’Eglise5. Les escuelas pías, écoles gratuites, étaient parfois gérées par les Municipalités mais, celles-ci étant fort pauvres, ce sont le plus souvent les couvents ou les paroisses qui remplissaient cette fonction, à telle enseigne qu’un règlement de 1834, signé Gómez Farías, leur en faisait obligation6. Aussi le grand réformiste José María Luis Mora s’élevait-il violemment, lors de la parenthèse libérale de 1833, contre le « monopolio del clero en la educación pública... »7 en s’intéressant surtout, à vrai dire, à ce que nous appelons aujourd’hui enseignement secondaire et supérieur.

  • 8 COVO, Op. cit., p. 275-278.

7Quant au contenu de l’enseignement, à l’exception sans doute de celui dispensé dans le sein des familles aisées, les contemporains dénoncent ses insuffisances : classes surchargées, maîtres incompétents, formation réduite aux rudiments de la lecture, de l’écriture et du calcul et à l’étude du fameux catéchisme du Père Ripalda – édité pour la première fois, rappelons-le, à Burgos en 1591. L’enfant n’apprenait rien, accusent les contemporains, sur le monde environnant, la société, les droits et devoirs du citoyen, et le peu qui lui était enseigné visait à stimuler sa mémoire et sa docilité, non pas son intelligence et son sens critique, à lui faire admettre le principe d’autorité, non à en faire un citoyen conscient8.

8Aussi, en 1856, nombreux sont les constituants, parmi ceux réputés puros, à dénoncer l’emprise cléricale sur les esprits et à souhaiter la limiter, par exemple par la liberté des cultes et l’immigration. C’est dans ce contexte que s’ouvre le premier des débats qui touchent à l’enseignement. Il ne s’agit pas encore de former une constitution, il s’agit d’abord de réviser la gestion précédente, celle du dictateur Santa Anna.

9Le 6 juin 1856, s’ouvre, en séance secrète, le débat pour la révision de la loi signée Lares, Ministre de Santa Anna, du 19.9.1853, qui rétablissait dans le pays la Compagnie de Jésus, jadis expulsée par Charles III, lui permettait d’y établir des établissements d’enseignement et lui rendait ses biens, notamment les bâtiments. La commission chargée d’examiner la loi et de rapporter devant les constituants doit avouer son embarras : l’unanimité n’a pu se faire en son sein, et des trois membres qu’elle comporte, deux seulement ont signé la résolution, qui condamne sans ambages la Compagnie, et son influence néfaste, particulièrement en matière d’éducation, comme celle des autres ordres religieux :

«a todos nos consta, porque creados y aleccionados nosotros en medio de ella, la hemos palpado».

10Au contraire, le troisième, Buenrostro, estime que la Compagnie – qui n’a alors qu’une douzaine d’individus au Mexique – doit être maintenue du fait de son efficacité en matière d’enseignement :

  • 9 ZARCO, Op. cit., p. 266 (Loi Lares), 269, 271.

«Sirve para instruir a los ignorantes y propagar con la razón y persuasion la religión cristiana (...) La buena enseñanza que dan sirve de una poderosa emulación a losprofesores de primeras letras, y a los demás colegios para que éstos se dediquen a la instrucción y se empeñen en sacar alumnos aprovechados, lo que produce una mejora positiva en la nación»9.

  • 10 Il est le seul à ne pas voter la loi Juárez

11Mais surtout, récupérant opportunément les principes libéraux, il affirme que l’expulsion des Jésuites serait contraire à la liberté de l’enseignement réclamée par les députés progressistes. C’est donc sur ces deux plans que s’engage la polémique, le plan pratique la nature de l’enseignement –, le plan théorique – les principes libéraux. Le débat voit s’affronter deux des ténors du Congrès Constituant, Marcelino Castañeda, le plus réactionnaire peut-être des députés10, et Ignacio Vallarta, l’un des plus jeunes. Surprenant est le discours de Castañeda qui, dans sa fougueuse apologie de l’enseignement des Jésuites, en dégage si bien les caractères conservateurs et sclérosés que son plaidoyer pourrait être repris mot pour mot par un ennemi de la Compagnie : Castañeda axe son long discours sur le système d’éducation des Jésuites,

«en que sus enemigos quieren ver un yugo a la inteligencia del hombre y un amago a la existencia de los gobiernos de las naciones».

12Il rappelle, dans le style fleuri qui est le sien, que les collèges jésuites, d’abord destinés à ceux qui avaient pour mission de prêcher la parole divine se sont ouverts à tous, au bénéfice de la religion et de la « félicité des nations » ; il examine le plan d’études tracé par saint Ignace de Loyola lui-même, plan toujours en vigueur au moment de l’expulsion de la Compagnie, et qui a notamment pour objet d’inculquer aux élèves le principe

«único y cardinal de la sumisión y perfecta obediencia»,

13ce qu’obtiennent les maîtres

(al) «hacerse dueños de la confianza de sus discípulos».

14Dans le choix des maîtres, dit-il, on se gardera de ceux qui penchent pour l’introduction de nouveautés ; on ne permettra jamais que l’enseignement soit en contradiction avec les principes reconnus par l’Eglise ; on préférera toujours les opinions communément reçues à celles qui les combattent. On ne saurait, en somme, prôner avec plus d’insistance que Castañeda la force de la tradition et du principe d’autorité propre à l’enseignement clérical et le refus de la critique et de l’ouverture au progrès.

  • 11 ZARCO, Op. cit., p. 273-278.

15Enfin, conclut Castañeda, en peignant un tableau idyllique des planteles de la Compagnie, les partisans de la liberté, de l’abolition de tous les monopoles ne peuvent s’opposer au droit qu’ont de respectables pères de famille de confier l’éducation de leurs enfants aux pédagogues de leur choix11.

16Au madré Castañeda qui joue sur les deux tableaux et récupère les principes libéraux pour mieux les combattre, s’oppose le jeune et bouillant Vallaría – Ignace de son prénom, comme le fondateur – dans un discours qui fait date ; il va droit au but, n’évoque l’aspect pédagogique de la question que pour montrer son utilisation à des fins politiques, souligne le danger pour une nation d’un enseignement qui prétend asservir l’intelligence, enseignement dispensé par un corps hostile à l’Etat et plus hostile encore à la démocratie ; et dans une brillante péroraison il fait un sort à la duplicité de son adversaire au nom du pragmatisme :

  • 12 Ibid, p. 287.

«Yo, señor, que amo la libertad y que quiero que su benéfico infujo se sienta en todas las instituciones sociales así como el calor del sol se siente y reanima a toda la naturaleza, profeso el dogma de la libertad de la enseñanza, pero no quiero que a sombra de ese dogma se enseñen doctrinas anárquicas y disolventes, hostiles a la tranquilidad y porvenir de los pueblos (...) Sin peligro, pues, de que se me llame inconsecuente, profeso el dogma de la libertad de la enseñanza como he dicho, y me opongo a que los jesuítas enseñen a lajuventud. A proporción que aumente su habilidad de preceptores, que sus amigos encomian, crecen los peligros de sufatal enseñanza»12.

17La majorité libérale du Congrès partage apparemment cet avis puisque, par 68 voix contre 14, elle vote la révocation du décret rétablissant la Compagnie de Jésus au Mexique.

18Mais, refuser le rétablissement d’un corps qui s’est fait une spécialité de l’enseignement ne signifie pas fermer la porte à tout enseignement dispensé par des clercs ; au contraire, le projet d’article constitutionnel proposé à la discussion par la commission de rédaction déclare catégoriquement :

  • 13 Ibid, p. 331.

«La enseñanza es libre. La ley determinará qué profesiones necesitan título para su ejercicio y con qué requisitos debe expedirse»13.

19Le débat s’ouvre le 11 août 1856. L’atmosphère est, cette fois, très différente. Après le duel brillant qui avait vu un réactionnaire combattre avec les armes libérales et un libéral mettre ses principes dans sa poche à propos – selon les termes de Castañeda – de 10 à 12 Jésuites qui avaient tout perdu de leur prestige ancien, le débat sur la liberté de l’enseignement manque de relief ; surtout, l’enjeu n’est pas le même : une dizaine de députés prennent la parole, presque tous pour défendre dans ses limites extrêmes la liberté d’enseigner ; les arguments utilisés contre toute réglementation sont d’ordre pédagogique, psychologique, sociologique ; ils sont rarement religieux ou politiques. On proclame ainsi, dans le droit fil de l’individualisme libéral, qu’il est abusif de contraindre les intelligences les plus vives ou les étudiants les plus pauvres à suivre des plans d’étude stricts et nivelleurs, que les pères de famille peuvent légitimement payer un maître de leur choix, libérant ainsi l’Etat de cette charge, et c’est à peine si certains souhaitent une surveillance de l’Etat. Le député libéral Mata recentre la question en demandant s’il convient de fixer des limites au droit d’enseigner, notamment en ce qui concerne les membres du clergé, mais c’est pour répondre lui-même aussitôt – comme le faisait le conservateur Castañeda – que « para ser consecuentes con sus principios » les libéraux ne peuvent restreindre ce droit, appuyé en cela par les éminents progressistes Ignacio Ramírez, Guillermo Prieto, Ponciano Arriaga, qui voient là une conséquence des libertés d’expression et des cultes, piliers du credo libéral.

  • 14 Ibid, p. 713-724.

«El señor Prieto declara que por algún tiempo lo alucinó la idea de la vigilancia del Estado como necesaria para arrancar al clero el monopolio de la instrucción pública y corregir el abuso de la hipocresía y de su inmoralidad ; pero una reflexión más detenida lo hizo comprender que había incompatibilidad entre las dos ideas, que querer libertad de enseñanza y vigilancia del gobierno es querer luz y tinieblas, es ir en pos de lo imposible y pretender establecer una vigilia para la inteligencia, para la idea, para lo que no puede ser vigilado, y tener miedo a la libertad»14.

  • 15 Escuelas Laicas, Textos y documentos, México, Empresas Editoriales, 1967, 303 p, p. 100 et 101. Au (...)

20La liberté de l’enseignement sans restriction (article 3) est approuvée par 69 voix contre 15 ; par un vote majoritaire, donc identique à celui qui chassait les Jésuites du Mexique, et pratiquement sans débat, les députés libéraux du Congrès Constituant laissaient au clergé le droit d’enseigner – et ce, rappelons-le, au moment même où l’on stigmatisait son emprise sur un peuple ignorant, en prônant la liberté des cultes. Cet article sera confirmé, après la guerre de « Reforma » et l’Empire par les lois du 2.12.67 et 14.1.6915.

  • 16 Par exemple RAMOS, Samuel, Perfil del hombre y la cultura en México, México, Espasa Calpe de Méxic (...)

21Faut-il voir là des contradictions ? L’opinion reçue qui fait des libéraux mexicains autant d’athées violemment anticléricaux16 peut s’étonner qu’ils n’aient pas retiré au clergé le droit d’enseigner en même temps qu’ils ont chassé les Jésuites et souhaité retirer au catholicisme son monopole. Sans doute les choses ne sont-elles pas aussi simples.

  • 17 Castillo Velasco et G. Prieto, in ZARCO, op. cit., p. 570 et 650.
  • 18 COVO, op. cit., p. 289 et sq.

22On peut considérer que, sur la question des Jésuites, ils ont pris en compte l’aspect politique du problème – l’ingérence dans les affaires de l’Etat – comme les y invitait Vallarta, et ce malgré le talent pédagogique de la Compagnie ; on peut prendre en compte également la sincérité des députés dans leur défense des principes libéraux. La liberté de l’enseignement en découle tout naturellement ; mais surtout il faut considérer, croyons-nous, les réalités du temps : la composition du Congrès Constituant, les mentalités, les structures sociologiques. Loin d’être extrémiste, la majorité du Congrès était fort modérée, comme en témoigne, d’ailleurs, le vote sur l’opportunité de présenter le fameux projet d’article 15 – et non sur l’article lui-même – rejeté par 65 voix contre 44, ainsi que bien d’autres débats à la portée plus concrète. Mais les débats que nous avons rapportés montrent que même les esprits les plus indépendants – Ignacio Ramírez, par exemple, qui a peut-être été l’un des rares agnostiques de ce temps – ne manifestent pas le désir de voir le clergé écarté de l’enseignement. C’est à peine si deux députés s’élèvent contre le rôle de fait de fonctionnaires qu’exercent les hommes d’Eglise dans la gestion des actes d’état civil17. On peut voir dans cette éviction du problème la force de l’emprise de fait exercée par l’Eglise sur les mentalités, le résultat de l’éducation reçue par les Mexicains du temps, l’impact aussi sur les consciences des grandes figures des « Pères de la Patrie », les prêtres Hidalgo et Morelos. Mais probablement y a-t-il aussi une grande part de pragmatisme : quand bien même certains réformistes auraient jugé souhaitable de retirer aux membres du clergé le rôle qu’ils jouaient dans l’éducation, étaient-ils en mesure de le faire ? Avant que ne puissent être mises en place les structures nécessaires – notamment la formation des maîtres et les crédits indispensables18 – pouvait-on se passer du corps enseignant en place, et en particulier des escuelas pías, seule possibilité immédiate de dispenser quelque enseignement à la population sans ressources ? A cela s’ajoutait probablement une autre considération : sociologiquement, ces curas de almas enseignants devaient être plus proches des classes populaires qui formaient leurs ouailles que de la hiérarchie ecclésiastique subversive ; beaucoup d’entre eux – dont le libérateur José María Morelos pouvait être l’archétype – avaient dû voir en la prêtrise l’unique moyen de promotion sociale et l’on pouvait espérer – à tort ou à raison – les rallier à la « Reforma » et les confirmer dans une action sociale considérée comme bénéfique. La presse du temps, en tout cas, fourmille d’éditoriaux dans ce sens ; je n’en citerai qu’un exemple, significatif, car il émane de l’un des plus « puros » des constituants, le journaliste et sténographe du Congrès, Francisco Zarco, et ce, au moment où l’insurrection cléricale se fait menaçante :

  • 19 « El clero y los movimientos reaccionarios », El Siglo XIX, 13.1.56, Ν° 2.563, p. 1.

«Sin salir de nuestro país, pueden citarse los nombres de multitud de párrocos que sirven al pueblo sin interés y con desprendimiento, que son a un mismo tiempo los sacerdotes, los médicos, los maestros, los consejeros de cornar cas enteras y queprocuran la virtud y el bienestar de sus feligreses»19.

  • 20 ALTAMIRANO, Ignacio, El Zarco – La Navidad en las Montañas, México, Porrúa, 1968, 129 p.
  • 21 Escuelas Laicas, op. cit., p. 253. L'application de ce principe constitutionnel, toujours en vigue (...)

23Après la cruelle guerre de « Reforma » encore, qui opposa pendant trois ans réformistes et cléricaux, le libéral Ignacio Altamirano qui, au même moment vote contre l’amnistie, pouvait brosser, dans son court roman de circonstances La Navidad en las Montañas, une figure exemplaire de « cura de almas », « demócrata verdadero », tout à la fois prêtre, travailleur social et maître d’école20. En fait, il faudra attendre l’école positiviste pour que les principes laïques pénètrent l’école publique, et la Constitution de 1917 pour que l’article 3 sur l’éducation soit révisé et établisse la laïcité, dans les textes, à défaut de l’établir dans les faits21.

Notes

1 ZARCO, Francisco, Historia del Congreso Extraordinario Constituyente (1856-1857), México, El Colegio de México, 1956, 1423 p., p. 63, 71, 76, 83, 129-140.

2 Ibid. p. 116 et 423.

3 Les débats, houleux, durent 6 jours, à l'issue desquels l'article est retiré. Ibid, p. 548-679.

4 LERDO DE TEJADA, Miguel, Cuadro sinóptico de la República formado en vista de los últimos datos oficiales y otras noticias fidedignas por..., México, I. Cumplido, 1856, 80 p., p. 67-71 et
LARROYO, Francisco, Historia Comparada de la educación en México, México, Porrúa, 1970,454 p., p. 253, Cf. aussi COVO, Jacqueline, Las ideas de la Reforma en México (1855-1861), México, UNAM, 1983, 669 p., p. 273 et s.

5 TALAVERA, Abraham, Liberalismo y educación, México, Sepsetentas, 1973, 2 vols, T. I, p. 26 ; BRAVO UGARTE, José, La educación en México, México, ed. Jus, 1966, 205 p., p. 110 ; ROBLES, Martha, Educación y sociedad en la historia de México, México, Siglo XXI, 261 p., p. 50 ; TANCK ESTRADA, Dorothy, La educación ilustrada (1786-1836), México, El Colegio de México, 1984, nie que l'enseignement primaire ait été contrôlé par l'Eglise comme le dénonçait le grand Mora en 1833 (p. 131) mais reconnaît toutefois, statistiques à l'appui, que l'enseignement des écoles particulières et religieuses était prédominant (p. 169 et 197). Tout revient donc à savoir qui enseignait dans ces écoles « particulières », qui étaient le plus grand nombre, ou qui contrôlait ces établissements.

6 TALAVERA, op. cit., T.I., p. 195, art. 124.

7 In MORA, José María Luis, Obras Sueltas, México, Porrúa, 1963, p. 109 et sq.

8 COVO, Op. cit., p. 275-278.

9 ZARCO, Op. cit., p. 266 (Loi Lares), 269, 271.

10 Il est le seul à ne pas voter la loi Juárez

11 ZARCO, Op. cit., p. 273-278.

12 Ibid, p. 287.

13 Ibid, p. 331.

14 Ibid, p. 713-724.

15 Escuelas Laicas, Textos y documentos, México, Empresas Editoriales, 1967, 303 p, p. 100 et 101. Auparavant, cependant, la loi du 2.2.1861 avait nationalisé les écoles dépendant des couvents ainsi que tous les établissements de bienfaisance, que le gouvernement prenait en charge. Leyes de Reforma, México, Empresas Editoriales, 245 p., p. 208.

16 Par exemple RAMOS, Samuel, Perfil del hombre y la cultura en México, México, Espasa Calpe de México, 1976, 145 p., p. 72, « Los librepensadores del 57 ».

17 Castillo Velasco et G. Prieto, in ZARCO, op. cit., p. 570 et 650.

18 COVO, op. cit., p. 289 et sq.

19 « El clero y los movimientos reaccionarios », El Siglo XIX, 13.1.56, Ν° 2.563, p. 1.

20 ALTAMIRANO, Ignacio, El Zarco – La Navidad en las Montañas, México, Porrúa, 1968, 129 p.

21 Escuelas Laicas, op. cit., p. 253. L'application de ce principe constitutionnel, toujours en vigueur, est souvent mis en cause aujourd'hui. Cf. par exemple, la revue Proceso du 20.7.1987 : « Los colegios relegiosos, trampolín al poder público », p. 6-10.

Auteur

Université Lille III

© Presses universitaires François-Rabelais, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540