Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et Église en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-René Aymes
, 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

VI. Famille et éducation chrétienne

Éducation chrétienne et hygiène domestique (1860-1915)

Josette Guereña

Texte intégral

1La consultation de divers documents, manuels, ouvrages, publiés entre 1860 et 1915, autorise à penser que la famille est un lieu privilégié d’éducation, laquelle est toujours dispensée en accord avec les préceptes de l’Eglise. Enseigner l’hygiène au XIXe siècle, c’est enseigner en même temps la morale, lourde tâche qu’assureront parallèlement les maîtres et les mères de famille. Qu’il s’adresse aux maîtres, aux élèves, aux familles, le discours hygiénique présente une grande homogénéité idéologique : protéger le corps, certes, mais aussi exalter l’âme et les vertus chrétiennes.

2Après quelques considérations d’ordre général sur l’émergence du thème de l’hygiène, nous analyserons le contenu de plusieurs ouvrages ; nous nous interrogerons enfin sur la fonction d’un tel discours.

Le thème de l’hygiène

  • 1 Loi Moyano in Ecole et Société en Espagne et en Amérique Latine (XVIIIe-XXe), Publications de l’Un (...)
  • 2 Programas generales de Enseñanza, para las escuelas de instrucción primaria, redactados por Julián (...)

3En tant que discipline scolaire, l’hygiène fait son apparition en 1857 avec La loi Moyano1, article 5, où il est question de « légères notions ». Celles-ci sont d’ailleurs réservées aux filles, et remplacent les notions d’agriculture, industrie, commerce, physique, chimie, qui, elles, sont enseignées aux garçons. Dans les Programmes Généraux pour l’école primaire, rédigés en 1883 par Julián López y Candeal, trois programmes intéressent tout particulièrement les filles : "programa de urbanidad, programa de higiene y economía doméstica, programa de la asignatura de labores". Dès le premier point les exigences du corps sont indissociables de celles de l’âme2 :

«La Lección : higiène, su division en pública y privada. Cosas higiénicas indispensables para la vida, division de éstas. Necesidades higiénicas del alma».

4Cette préoccupation pour une ascèse morale est reprise à la leçon 16 :

«16a Lección : Pasiones ; manera como influyen en la salud del individuo. Cómo se excitan y desarrollan. Medios de corregir estos vicios».

5Peut-on donner une définition satisfaisante du mot hygiène ? Comment se fait-il que les manuels traitant de santé changent de titre au XIXe siècle ?

  • 3 VIGARELLO, Georges, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Age, Paris, Seuil, 19 (...)
  • 4 MONLAU, Pedro Felipe, Elementos de higiene pública, Barcelona, Impr. Pablo Riera, 1847. Le docteur (...)

6Comme le fait remarquer Georges Vigarello dans son livre, Le propre et le sale, l’hygiène cesse d’être un simple qualificatif (hygeinos signifie en grec ce qui est sain) pour désigner l’ensemble des dispositifs et des savoirs favorisant l’entretien de la santé3 : « C’est un corpus de connaissances et non plus un qualificatif physique ». Cette évolution est générale à l’ensemble de l’Europe, mais il semble que l’Espagne présente quelques spécificités. D’une part les préceptes d’hygiène privée y apparaissent plus soumis à la morale chrétienne, de l’autre, l’hygiène publique, malgré des écrits importants et précis, comme ceux du Docteur Monlau4, entre autres, n’a guère influencé les gouvernements pour une amélioration des conditions de vie urbaine ou rurale. L’Espagne dans ce domaine témoigne d’un retard certain ; tous les médecins de la fin du siècle sont unanimes à le déplorer :

  • 5 TOLEDO Y TOLEDO, Eduardo, Cómo se cría un niño, Madrid, Pérez Villacencio, 1907, p. 30.

«Si nuestros hombres políticos, cegados por intereses de bandería o conveniencias de partido, aplicasen sus actividades en pro del bien común y del progreso, ya habrían variado total y absolutamente la enseñanza primaria, obligando a los maestros a la adopción de un plan más práctico y de resultados más positivos»5.

7C’est le non moins célèbre docteur Eduardo Τoledo y Toledo qui le constate dans un traité de puériculture de 1907 :

  • 6 Ibidem., p. 30.

«La mujer española, por error tradicional aún no corregido, se educa en la más santa ignorancia de la higiene doméstica y, a pesar de que se trata de hacer de ella una excelente ama de casa, llega al matrimonio sin saber sus deberes de madre ni los cuidados que son necesarios a los niños»6.

8L’hygiène et sa problématique chrétienne de la deuxième moitié du XIXe siècle fait progressivement place à une problématique plus laïque, voire civique. Dès la fin du siècle, plusieurs médecins hygiénistes réclament une autre éducation pour les jeunes filles, pas tellement au nom d’une égalité des sexes idéale, mais dans l’intérêt de l’espèce :

  • 7 CRIADO Y AGUILAR, Francisco, Elementos de higiene de la infancia, Madrid, 1885, pp. 13-14.

«El género de vida de las niñas es uno de los objetos de estudio de mayor trascendencia que se ofrece a la consideración del higienista, y tal vez el que reclama más perentoriamente atinadas y profundas modificaciones... Es necesario dirigir sabiamente la educación de las niñas,... rompiendo, al efecto, con la perniciosa rutina que les condena a una reclusión casi contínua,... entregadas a la enervante ocupación que representa el cultivo desmedido de las labores de adorno, de la música, de los idiomas, etc., etc.»7.

  • 8 MONLAU, op. cit., pp. 18-19.

9Avant de passer à la deuxième partie de cette étude, il convient de présenter rapidement les différents domaines qui intéressent les hygiénistes. Il y a deux grands secteurs, l’hygiène publique et l’hygiène privée. La première, dont nous ne parlerons pas ici, bien que certains points rejaillissent sur l’hygiène privée, et vice versa, se divise en cinq parties8 :

  • Atmosphérologie (de l’air, des villes, de la police médicale),
  • Cosmétologie (des vêtements, de la propreté),
  • Bromatologie (des aliments, des condiments, des boissons, des régimes),
  • Gymnastique (de l’exercice, des professions, du repos),
  • Perceptologie (des sensations externes, des sensations internes, des facultés intellectuelles, des passions).
  • 9 MONLAU, Elementos de higiene privada, 5ta ed, Madrid, Moya y Plaza, 1875, p. 8.

10La seconde, l’hygiène privée, reprend dans sa première partie les cinq divisions précédentes, en les adaptant cette fois à l’individu. Les ouvrages d’hygiène privée comprennent donc deux parties, intitulées hygiène privée générale, hygiène privée spéciale. Cette dernière se compose de trois sections9 :

  • Circonstances temporaires et topographiques, (de l’influence des planètes, du climat, des saisons, du site, de la maison),
  • Circonstances dépendantes de l’organisme, (de la race, du sexe, de l’âge, du tempérament, de la constitution, de l’idiosyncrasie, des dispositions congénitales),
  • Circonstances acquises, (des habitudes, du métier, de l’état).
  • 10 Nous n’en citerons qu’un, ici, véritable monument, selon l’auteur lui-même, érigé à la régénératio (...)

11Il existe aussi des ouvrages traitant d’hygiène du mariage, d’hygiène domestique, d’hygiène du foyer, d’hygiène des familles, sans compter les nombreux écrits, tels que Guía del hogar, Guía del ama de casa, El Libro de la mujer, El Libro de la familia, qui, à leur manière, tiennent un discours hygiénique10.

Examen de quelques ouvrages

12Répétons que l’enseignement de l’hygiène domestique n’est jamais séparé de celui de la morale, chrétienne évidemment. Ajoutons que c’est au sein de la famille qu’il sera le plus dispensé et le plus pratiqué. Que vont donc trouver dans ces livres, les mères et les filles – l’affaire est essentiellement féminine – pour apprendre et enseigner ?

  • 11 SOLER Y ARQUES, Carlos, Ideal de la familia, Madrid, 1887, pp. 390-391.

13Il ne faut pas oublier qu’en 1860,90 % des femmes étaient analphabètes, que par conséquent le public touché est très minoritaire, ce qui explique que l’instruction de la femme soit une question à l’ordre du jour, non seulement pour les écrivains sur la famille, mais aussi pour les hygiénistes. Traditionalistes et modernistes s’affrontent sur ce sujet. Les uns pensent que la mère est naturellement dotée de toutes les qualités, l’instruction est alors superflue, une bonne éducation suffit ; les autres estiment que la femme est aussi capable que l’homme, et exigent une instruction de même niveau. Certains, comme Carlos Soler y Arqués, optent pour un moyen terme11 :

«Creen unos que a la buena esposa le bastan, para cumplir su santa misión en la familia, un corazón de oro, un amor sin límites y su inagotable dulzura. Quieren otros que las esferas intelectuales en que se mueven los hombres y las mujeres sean las mismas, idénticos los estudios, iguales los trabajos educativos y la comunión de ideas... No se olvide que si el hombre ha nacido para las luchas del mundo, su compañera está destinada a la vida del hogar... Queremos, pues, que lafamilia responda a su pensamiento civilizador,... que los hijos de la mujer cristiana, como los de la « mujer fuerte » de la biblia, se levanten con transporte, rodeen a su madre, y admiren su virtud... Queremos armonías morales entre los esposos, expansiones y confidencias intelectuales, reciprocidad de conocimientos – no iguales, sino complementarios –...Se trata de aquella educación general que necesita la casadapara alcanzar el colmo de la dicha propia, llenando con éxito, al lado de un marido instruido, la misión de educar que principalmente a la madre le corresponde».

14Imaginons que nous choisissions une famille type, moyennement instruite, sachant lire et écrire, de quels ouvrages va pouvoir disposer la mère de famille pour mener à bien sa lourde tâche d’éducatrice ? Ils sont nombreux et divers. Pour des raisons de clarté, nous les classerons en trois catégories : les ouvrages destinés aux enfants, ceux qui s’adressent aux mères, sous forme de traités, guides ou manuels, et la littérature romancée à l’usage des épouses. Cette dernière se veut exemplaire, et nous y trouverons matière à l’illustration de préceptes d’hygiène en accord avec la morale chrétienne.

  • 12 Nous en avons utilisé seulement trois ou quatre, alors que ce genre d’ouvrages prolifère.
  • 13 ORTEGA Y FRIAS, Francisco, El tesoro de la infancia, Madrid, 1880, pp. 39-40.

15A la fin du siècle la petite fille a à sa disposition, entre autres, les ouvrages suivants : Breve tratado de urbanidad o principios de educación, Reglas esenciales de urbanidad y buena crianza, Educación cristiana, El tesoro de la infancia, El faro de las niñas12. Ouvrons El tesoro de la infancia, au chapitre deux, qui traite des règles d’hygiène sous forme de copias faciles à mémoriser13 :

I
«Al despertar lo primero
Es a Dios las gracias darle,
Porque te ha dejado tiempo
Para en salud alabarle
.

II
Luego arregla la cubierta
De la cama al levantarte,
Y cuando estés ya vestida
Reza al ángel que te guarde
.

III
Las manos, rostro y cabeza
Debes al punto lavarte,
Aclarando bien aquellas
Porque el lavador no manches
.

IV
Después tomas un cepillo
Quitando el polvo a tu traje,
Y al salir, besa la mano
Cariñoso de tus padres
.

16On le voit, les règles d’hygiène sont réduites à leur plus simple expression. Il s’agit d’une toilette superficielle, celle qui sert les apparences. D’autres ouvrages se montrent un peu plus exigeants ; en voici quelques extraits :

  • 14 GAMBON, Vicente, Educación cristiana de las jóvenes, Valencia, 1895, p. 23.
  • 15 ROSADO, Manuel, El raro de las niñas, Madrid, sin fecha, p. 61.

«Lo primero que exige el aseo del cuerpo es que me lave por las mañanas la cara, orejas, cuello, manos y antebrazos y en seguida proceda a limpiar la cabeza,peinándome bien. También he de cuidar los labios, ojos, etc. y la boca ha de lavarse a lo menos una vez, y siempre que habiendo tomado al go, pueda despedir un olor desagradable»14.
«Por esto nuestra primera operación, al dejar el lecho, debe ser el aseo del rostro, manos, y cabello. Aunque no tan frecuente, no es menos indispensable lavar las demás partes del cuerpo»15.

17La toilette ne se limite plus aux extrémités visibles, elle concerne l’ensemble du corps. Dans son traité d’urbanité, López y Candela va jusqu’à préconiser le bain :

  • 16 LOPEZ Y CANDEAL, Julián, Breve tratado de urbanidad, Madrid, 1882, p. 25.

«Lavarse con esmero las manos y la cara, luego de haber salido del lecho y cuantas veces tengan de ello necesidad en el día, y cuidar de tener limpios asimismo los pies y todo el cuerpo, haciendo al efecto uso de los baños higiénicos, que tanto contribuyen a conservar la salud»16.

18Apprendre l’hygiène pour la petite fille de l’époque, c’est d’abord rendre grâce à Dieu, c’est le devoir de tout chrétien : le corps est un don de Dieu qu’il faut préserver.

  • 17 YEVES, Carlos, Guía del ama de casa, o principios de economía e higiene domésticas con aplicación (...)
  • 18 Ibidem, pp. 8-9.

19Dans les ouvrages destinés aux mères de famille, le poids de la morale est encore plus lourd, celle-ci devient incontournable ; sans morale, sans vertus domestiques, la femme est perdue... ! Examinons quelques écrits de la fin du siècle pour nous en convaincre. Le sous-titre de Guía del ama de casa de Carlos Yeves est significatif : « Principios de economía e higiene domésticas con aplicación a la moral, relacionados con todos los demás deberes de la madre defamilia, y reglas generales para cumplir con ellos »17. La liste des devoirs est impressionnante ; l’auteur a établi une classification à partir de deux grands groupes : les devoirs intérieurs et les devoirs extérieurs. Ceux-là se divisent à leur tour en deux : les généraux et les particuliers ; ceux-ci concernent les parents qui ne vivent pas sous le toit, les amis, les voisins, les relations. Regardons de près l’énumération des devoirs intérieurs généraux, nous y trouvons – et cela n’est pas pour nous surprendre-moralité, intelligence, ordre, économie, propreté, harmonie. Quant aux devoirs intérieurs particuliers, ils se dirigent naturellement vers le mari, les enfants, les parents vivant sous le même toit, les domestiques18. C’est une classification que l’on retrouve ailleurs, notamment dans un petit livre d’une centaine de pages, Tratado de economía doméstica para uso de las niñas, confié aux bons soins des mères. Il se compose de six parties : "moralidad, inteligencia, orden, economía, aseo", et "conclusión". Il est intéressant de remarquer que la dernière partie, harmonie ou "comodidad" en espagnol, est absente ; la conclusion qui la remplace est plus sévère :

  • 19 Tratado de economía doméstica para uso de las niñas. Pas d’auteur, pas de date. Cet ouvrage est re (...)

«Toda mujer, cualquiera que fuera su clase o posición debe contentarse con su estado, y en el atemperarse a las circunstancias; pues el pretender salir de su esfera sin consultar con su haber, es locura que hunde en el abismo a toda persona imprudente y ambiciosa»19.

  • 20 Ibidem, p. 5.

20Par contre, ce traité se veut d’une facture plus agréable que la plupart des ouvrages sur ce sujet ; au lieu d’asséner des conseils désincarnés, il met en scène des personnages de fiction, rendant le tout plus convaincant, parce que vraisemblable. En voici l’incipit20 :

«Una señora llamada Doña Clara, se hallaba casada con un caballero, casi de la misma edad que ella, joven y rico. Este, aunque amaba tiernamente a su esposa, dejaba sobresalir en su carácter algunos leves defectos que habrían podido turbar lafelicidad del matrimonio, si Doña clara no se hallase dotada de una moralidad a toda prueba».

  • 21 Ibidem, p. 123.

21On voit que, s’il y a fantaisie dans le couple, elle est réservée au mari, que la voie de la femme est tracée une fois pour toutes. La mère de famille est, en quelque sorte, le baromètre du foyer, l’Ange Gardien, comme on se plait à le dire à l’époque. Rien d’étonnant par conséquent, si elle réussit à surmonter les obstacles, et à faire le bonheur de son mari, souvent malgré lui, en forçant son admiration. Nous sommes là devant la situation classique du « roman domestique » : un couple, dont l’élément moteur de la vie privée est la femme, cet être par ailleurs jugé faible et vulnérable... Voilà un paradoxe qui a traversé le siècle allègrement. Le « beau sexe » soulève quelques polémiques, mais il est chaque fois défini par rapport au sexe masculin. Rien que de très normal, à cette époque-là, en Espagne surtout, où le féminisme ne rencontre pas le même écho qu’en France ou en Angleterre. Toujours dans le même traité d’économie domestique, être intelligente signifie savoir lire, écrire et compter, dans un but essentiellement utilitaire ; c’est pourquoi sous la rubrique « intelligence », il n’est question en fait que des travaux domestiques, (« costura, zurcidos, labores de modista, obras de sastrería, labores de bordado, del lavado y quitar las manchas, elplanchado, instrucción de la cocinera ») avec un nombre impressionnant de conseils, recettes, et considérations ; peut-être est-ce pour cela que les femmes les lisaient, sans attacher une importance particulière au « verbiage » moralisateur... Quant à l’hygiène, qui clôt ce long chapitre de l’intelligence, elle se limite à quelques conseils avisés, sur l’art et la manière de doser l’air, la lumière, la chaleur, de laver le corps et de l’usage des bains21, sur la nécessité de manger et boire modérément, sur le port des vêtements, sur la fonction du sommeil, sur la dispostion des chambres ; le tout suivi de quelques pages de médecine domestique.

  • 22 LOPEZ DE LA VEGA, La higiene del hogar, Madrid, 1878, p. 157.

22Dans un autre manuel, La higiene del hogar, dont le plan reprend les traditionnelles parties de cosmétologie, bromatologie, etc., le rapport constant entre morale et hygiène, est tout aussi important Nous relèverons seulement deux exemples, le bal et le corset, deux sujets de préoccupation qui ont fait couler pas mal d’encre, en vain semble-t-il. Le bal, que certains hygiénistes préconisent comme exercice actif, paraît pernicieux à notre auteur :22

«El baile tal cual es hoy, excita las más nocivas pasiones que más alteran el estado moral del cuerpo ; y todo recreo quepuede degenerar en vicio y perjudicar directa y eficazmente a la moral, débese segregar de los ejercicios higiénicos, porque moral y salud son una misma cosa, asícomo son afines la inmoralidad y las enfermedades».

23Le corset ne lui inspire pas davantage de sympathie ; il le déconseille carrément :

  • 23 Ibidem, p. 57.

«Sólo existe una prenda de vestir en las mujeres, sin distinción de clase ni de categoría, que con vendría desterrarpor completo. Hablamos del corsé que tantas víctimas tiene a su cargo»23.

  • 24 SINUES, Maria del Pilar, Hija, esposa y madre, Tomo I et II, 3ra edición, Madrid, 1883, suivi de H (...)

24Passons maintenant au dernier ensemble de textes, le roman domestique. Ce n’est pas à proprement parler un roman de mœurs, ce serait plutôt un roman « exemplaire », semblable au « domestic novel » de la littérature anglaise, avec des aspects de roman populaire, mais réservé aux femmes. La plupart des auteurs sont d’ailleurs des femmes, dont la seule ambition est de venir « au secours » de leurs consœurs. Nous en citerons trois qui ont régulièrement publié : María del Pilar Sinués, Faustina Saez de Melgar, Pilar Pascual de Sanjuán. Nous nous intéressons à trois romans, Hija, esposa y madre, suivi de Hermana, écrits par Pilar Sinués, et Sendas opuestas, de Saez de Melgar. Les deux premiers sont des romans par lettres, le dernier confronte, dans un récit classique, le destin de deux familles24.

25L’artifice des lettres permet d’éclairer une situation de plusieurs façons, et de la rendre par là plus intrigante ; cela dissimule préceptes et morale qui pèsent lourdement sur la vie quotidienne des femmes. L’habileté de Sinués est d’avoir rassemblé et réuni par des liens familiaux des individus d’horizon divers : artistocratie, bourgeoisie, paysans, pauvres. Le monde ouvrier n’apparaît pas. Quelle que soit la sphère dans laquelle on évolue, la mère reste le pilier de la vie domestique, la référence vers laquelle se tournent les enfants, même une fois mariés. Nous allons y retrouver, dans un décor romancé, toutes les règles d’hygiène de vie, matérielles et morales. Les devoirs d’une épouse y sont les mêmes : obéissance, soumission, abnégation et surtout rester d’humeur égale, le contraire serait mauvais pour la santé du couple. Les rôles sont distribués une fois pour toutes ; Mélida, jeune mariée reçoit de sa mère le conseil suivant :

  • 25 Ibidem, p. 266.

«Tu marido tiene su sitio ; tú tienes el tuyo : no los cambiéis jamás, porque de esa falta de equilibrio nacen todas las desgracias de las familias»25.

  • 26 Ibidem, p. 381.

26Voici dans Hermanas, la profession de foi d’une jeune épouse délaissée :26

«Cuidaré de mi casa, coseré, bordaré, adornaré mi hogar con los poquísimos medios de que puedo disponer ; mejoraré la mesa y el lecho con mi vigilancia ; y si mi marido no sabe llenar su noble papel de esposo, de protector y de jefe de una casa y de una familia, yo llenaré el mío de mujer humilde y cristiana, y de buena esposa ; siempre tendré sobre él una superioridad grande e incontestable : la superioridad de lo bueno sobre lo malo, de la conformidad sobre la tiranía».

  • 27 Ibidem, p. pp. 283-239-240.

27Cela semble sortir tout droit d’un manuel d’économie domestique, avec en plus, un rien de lucidité et de noblesse, qui caractérise l’œuvre de Pilar Sinués. Ses héroïnes féminines dominent largement leur compagnon, sauf, bien entendu, celles qui servent de contre exemple ; telle l’amie de Mélida, Valentina qui meurt phtisique d’avoir négligé sa famille et fréquenté les bals et la société. Pour être une bonne mère, la petite fille doit s’entraîner dès la tendre enfance et apprendre la résignation27 ; il s’agit de la grande sœur qui, par lettre, encourage sa petite sœur à faire preuve d’esprit de sacrifice :

«Sí, la vida de la mujer es y debe ser oscura, y dedicada al interior de su casa y de sufamilia... Tú lo has dicho ; la labor de la mujer es hacer y deshacer...Sí, cada día se renuevan las mismas ocupaciones,y cada noche mueren para nacer de nuevo... ¡No hay remedio ! ésa es nuestra cruz, además de otras varias que tenemos : y créeme, el camino del deber es el más recto, el más fácil ; es, en fin, el camino de la dicha».

  • 28 Ibidem, p. pp. 185-186-187-188.

28Dans une autre lettre, l’ainée prépare pour sa cadette le programme d’une journée exemplaire, qui rappelle étrangement celui que l’on peut trouver dans les traités d’économie domestique. En voici le début28 :

«Levántate a las seis,... no te asuste la pálida luz de alba, pues esa luz débil serena el espíritu y da fervor a la oración... Llamarás a tus hermanos, a los que harás rezar contigo las oraciones de la mañana : terminadas harás que el niño se ponga a estudiar, y tu te ocuparás con la niña del arreglo de vuestro cuarto...A las ocho en punto que esté el desayuno en la mesa para todos... Acabado esto, haces tu « toilette », y cuidas que la niña haga la suya... Hazle mullir su pequeño lecho, y cuida que limpie y cepille el traje del día anterior»...

29Dès l’enfance les chemins se dessinent : le petit garçon étudie tandis que sa sœur s’occupe des travaux de la maison.

  • 29 SAEZ DE MELGAR, Faustina, Sendas opuestas, Madrid, 1878, p. 8.
  • 30 Ibidem, p. 31.

30Le roman de Saez de Melgar semble plus « moderniste », dans la mesure où l’auteur y montre les bienfaits de l’instruction en général, et de celle des filles en particulier. Il s’agit de rompre avec certaines traditions qui voulaient que les femmes se confinent dans des activités grossières, utilitaires. Pour les besoins de la cause, la jeune fille exemplaire sait non seulement chanter et jouer du piano, comme une artiste, mais elle brode à ravir et fera une parfaite épouse à la fin du roman. Nous avons en présence deux familles qui incarnent l’une l’Espagne traditionnelle, l’autre l’Espagne nouvelle, à grand renfort de contrastes. La première, par exemple, se rangera aux côtés des Carlistes, sera hostile à tout changement, tandis que l’autre fera le bon choix politique, voyagera et sera réceptive aux idées nouvelles. Est-ce un hasard si le chef de famille en est une veuve « éclairée », alors que dans l’autre l’autorité paternelle pèse lourdement... ? Les cadres de vie respectifs seront différents ; les uns habiteront dans une vieille demeure lugubre et malsaine, « que más bien parecía una bodega »29 ; tandis que l’autre maison s’inspirera du goût de l’époque pour l’architecture anglaise30. De toutes façons, dans une famille comme dans l’autre, la femme n’existe socialement que par rapport à son mari ou ses enfants. Si on la veut instruite, c’est pour mieux élever ses enfants, et flatter l’orgueil du mari ; une vie indépendante ne peut être que provisoire ou tragique.

Fonctions du discours hygiénique. Premières conclusions

31Il semble que le discours hygiénique, du moins dans le domaine domestique, remplisse plusieurs fonctions. Son premier souci est de protéger le corps, de conserver la santé, souvent de façon rudimentaire, mais, ce faisant, il en profite pour exiger la pratique d’un bon nombre de vertus, qui n’ont pas grand rapport avec la santé. Son deuxième souci semble être la préparation morale de la femme, en fonction de sa place au sein de la famille, dans un premier temps, de la société, dans la dernière période, comme si les écrits hygiéniques étaient l’expression d’abord d’un code moral, puis d’un code social. L’hygiène est « bonne », parce qu’elle est créatrice d’ordre et de vertu, sur le plan individuel et sur le plan social. Morale laïque et morale religieuse ont trouvé là un terrain d’entente idéal ; l’une vient au secours de l’autre. Dans Crisis de la familia obrera, Javier Uzles Failde, Vicaire de Madrid, dénonce l’insalubrité des habitations ouvrières, les mauvaises conditions d’hygiène qui ont un effet pervers :

  • 31 VALEZ FAILDE, Javier, Crisis de la familia obrera, Madrid, p. 58.

«Este hogar tutelar,...el más firme baluarte de la patria, no puede estar constituido de un modofirme y normal en esas casas en que al presente se albergan los obreros de corto salario, cuyos pisos-y llamo pisospor llamarlos algo-, generalmente de una solapieza, son lóbregos, sin ventilación, sucios y carcomidos, que más parecen cárceles que viviendas de seres libres, en donde toda enfermedad tiene su medio ambiente, dada la promiscuidad en que viven,... porque, además de ser hogares inestables, los que en ellos sefundan, más que ideas de orden y de paz, suscitan ideas de odio y de venganza»31.

32Le discours hygiénique s’adapte aux nouvelles conditions sociales et économiques. La femme reste sa cible de prédilection, mais on l’associe au progrès de la nation. On comprend que la situation de la femme ouvrière soit préoccupante, il lui est impossible de respecter les principes les plus élémentaires d’hygiène domestique, et l’avenir de la race s’en trouve menacé... Préoccupation dont traitent plusieurs ouvrages au début du XXe siècle. Dans un mémoire de 1914, La acción social de la mujer en la higiène y mejoramiento de la raza, nous retrouvons les conseils habituels :

  • 32 LOPEZ NUÑEZ, Alvaro, La acción social de la mujer en la higiene y mejoramiento de la raza, Madrid, (...)

«La limpieza es principal instrumento de la higiene,... la limpieza personal es, no sólo una norma higiénica, sino también una muestra de respeto a las personas que conviven con nosotros»32.

33Son intérêt est de développer, selon une approche hygiéniste, le mal-être de la femme ouvrière. La santé de la femme est menacée, toute la famille est en danger :

  • 33 Ibidem, p. 24.

«Consecuencias de este abondono con la desidia, el despilfarro, la enfermedad, la disipasión ; en suma, la ruina material y moral de padres e hijos»...33.

34Le discours hygiénique domestique, sans jamais cesser de servir la morale chrétienne, en accord avec les connaissances scientifiques du temps, a toujours été en fait au service d’un code social, celui des classes dominantes.

Notes

1 Loi Moyano in Ecole et Société en Espagne et en Amérique Latine (XVIIIe-XXe), Publications de l’Université de Tours, 1983, p. 167.

2 Programas generales de Enseñanza, para las escuelas de instrucción primaria, redactados por Julián López y Candeal, Madrid, 1883.
Le programme d’hygiène comporte 25 leçons.

3 VIGARELLO, Georges, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Age, Paris, Seuil, 1985, p. 182.

4 MONLAU, Pedro Felipe, Elementos de higiene pública, Barcelona, Impr. Pablo Riera, 1847. Le docteur Monlau a publié plusieurs ouvrages d’hygiène privée, domestique, du mariage, qui furent régulièrement réédités.

5 TOLEDO Y TOLEDO, Eduardo, Cómo se cría un niño, Madrid, Pérez Villacencio, 1907, p. 30.

6 Ibidem., p. 30.

7 CRIADO Y AGUILAR, Francisco, Elementos de higiene de la infancia, Madrid, 1885, pp. 13-14.

8 MONLAU, op. cit., pp. 18-19.

9 MONLAU, Elementos de higiene privada, 5ta ed, Madrid, Moya y Plaza, 1875, p. 8.

10 Nous n’en citerons qu’un, ici, véritable monument, selon l’auteur lui-même, érigé à la régénération de la femme : José Panadés y Poblet, La educación de la mujer según los más ilustres moralistas e higienistas de ambos sexos, 3 tomes, Barcelona, Jaime Seix, 1877. Nous ne l’utilisons pas dans cette communication, mais en voici le sous-titre, qui recoupe tout à fait l’objet de notre étude :
« Educación que abraza desde la infancia hasta la senectud de la mujer ; señala su misión compleja como hija, madre de familia y entidad social ; la considera en todas sus esferas, desde la elevada categoría de reina hasta el humilde oficio de costurera, e indica los cuidados que reclama su educación física, intelectual, moral, religiosa y social, dentro de la armonía de la razón y de lafe, según la severidaddel deber, el espíritu de Jesucristo y la ciencia del siglo XIX ».

11 SOLER Y ARQUES, Carlos, Ideal de la familia, Madrid, 1887, pp. 390-391.

12 Nous en avons utilisé seulement trois ou quatre, alors que ce genre d’ouvrages prolifère.

13 ORTEGA Y FRIAS, Francisco, El tesoro de la infancia, Madrid, 1880, pp. 39-40.

14 GAMBON, Vicente, Educación cristiana de las jóvenes, Valencia, 1895, p. 23.

15 ROSADO, Manuel, El raro de las niñas, Madrid, sin fecha, p. 61.

16 LOPEZ Y CANDEAL, Julián, Breve tratado de urbanidad, Madrid, 1882, p. 25.

17 YEVES, Carlos, Guía del ama de casa, o principios de economía e higiene domésticas con aplicación a la moral, Madrid, 1879. Ce livre a été primé à l’Exposition Universelle de Vienne.

18 Ibidem, pp. 8-9.

19 Tratado de economía doméstica para uso de las niñas. Pas d’auteur, pas de date. Cet ouvrage est relié avec d’autres sous le titre de El educador de las niñas, p. 155.

20 Ibidem, p. 5.

21 Ibidem, p. 123.

22 LOPEZ DE LA VEGA, La higiene del hogar, Madrid, 1878, p. 157.

23 Ibidem, p. 57.

24 SINUES, Maria del Pilar, Hija, esposa y madre, Tomo I et II, 3ra edición, Madrid, 1883, suivi de Hermana.

25 Ibidem, p. 266.

26 Ibidem, p. 381.

27 Ibidem, p. pp. 283-239-240.

28 Ibidem, p. pp. 185-186-187-188.

29 SAEZ DE MELGAR, Faustina, Sendas opuestas, Madrid, 1878, p. 8.

30 Ibidem, p. 31.

31 VALEZ FAILDE, Javier, Crisis de la familia obrera, Madrid, p. 58.

32 LOPEZ NUÑEZ, Alvaro, La acción social de la mujer en la higiene y mejoramiento de la raza, Madrid, 1915, p. 18.

33 Ibidem, p. 24.

Auteur

CIREMIA (Tours)

© Presses universitaires François-Rabelais, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540